On vous l’annonçait il y a une semaine, une Rave pour Le Climat, allait se greffer à la grande Marche du siècle de samedi 16 mars dernier à Paris. Et si certains se moquaient, si d’autres se montraient perplexes, nombreux ont été celles et ceux à venir danser pour protester. Protester contre quoi ? Un gouvernement qui ne semble pas prendre en compte avec assez de sérieux les enjeux climatiques actuels.

Alors pourquoi danser et jouer de la musique pour se battre pour le climat ? Effectivement, un char ça consomme, effectivement un système son ça consomme. Mais et si ça en valait la peine ? Et si, réunir des milliers de personnes, les sensibiliser à un sujet, faire front, en masse, c’était parier sur l’avenir, et investir dans l’espérance d’une réelle prise de conscience, majeure et universelle ? Un mot d’ordre pour cette Rave ? « Même la plus petite des actions peut faire la différence ». Right. On a donc décidé de demanderà quelques raveurs de ce jour, de nous raconter leur journée. Mais d’abord une question, pourquoi on va à la Rave pour le Climat ?

L’image contient peut-être : texte

    • Anne-Marie écolo convaincue, marche tous les samedis avec les gilets jaunes dans l’espoir (un peu vain) de déclencher une prise de conscience du gouvernement et de la population
    • Nina, pour montrer à l’État et au monde ma mobilisation, montrer mon soutien aux organisations locales, et pour renforcer mes propres convictions écologiques
    • Cal Vin, pour danser ET protester pour de vrai !
    • Guillaume, pour participer à cet élan citoyen et montrer que des changements doivent être opérés pour espérer léguer une terre propre à nos enfants dans un premier temps, et … pour la suite, il faudra lire son interview !

    ANNE-MARIE

    « Vintage »

    Qui es-tu ?

    Anne-Marie et mon surnom c’est Mey.

    Ton signe particulier ?

    En soirée je porte souvent des trucs un peu cuir/vinyl et des éléments un peu wtf colorés !

    Le premier mot qui te vient en repensant à la cette initiative ?

    Cette rave était carrément vintage ! Au niveau des looks et au niveau des sons, on plongeait dans les années 90 !

    Pourquoi tu y es allé.e ?

    Je suis une écolo convaincue, je fais toute les Marches pour le climat, je marche tous les samedis avec les gilets jaunes dans l’espoir (un peu vain) de déclencher une prise de conscience du gouvernement et de la population.

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Je pense que le moment le plus magique pour moi c’est quand le Dj a balancé Age ou love – ce son est juste mythique !

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Danser à côté du gros t-rex dans son costume gonflable c’était vraiment épique ahah

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    « Age of love » du coup ! C’était un beau clin d’œil à la Love Parade !

    Pourquoi d’après toi ce genre d’événement est important, tant pour l’environnement que pour le monde de la nuit ?

    Tout le monde et toutes les structures doivent se mobiliser pour faire pression sur le gouvernement. L’écologie ça nous concernes tous, on dépend tous de cette terre. Les collectifs d’aujourd’hui sont hyper créatifs pour imaginer de nouvelles manières de faire la fête, j’espère que c’est le début d’une prise de conscience sur notre façon de consommer celle-ci, et de s’engager politiquement, et de se réunir. Et la musique y’a rien de mieux pour ça !

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Cette nana accrochée au char, avec un pull orange fluo et des lunettes de soleil qui se déhanchait comme jamais ! Meilleure ambianceuse !

    NINA

    « La fête pour sauver la planète « 

    Qui es-tu ?

    Nina, toujours avec ma plus belle banane

    Le premier mot qui te vient en repensant à la cette initiative ?

    La Rave pour le Climat c’est la fête pour sauver la planète

    Pourquoi tu y es allé.e ?

    J’y suis allée pour montrer à l’État et au monde ma mobilisation, montrer mon soutien aux organisations locales, et pour renforcer mes propres convictions écologiques

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Avant même qu’on parte de la place de l’Opéra j’étais déjà partie en vrille, l’ambiance était au rendez-vous du début à la fin !!!

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    On s’est incrustés dans les cordes du char et on les tenait comme si on était de l’orga c’était super drôle, et on sortait les gens alors qu’on n’avait pas plus le droit qu’eux d’être là ; épique !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    La Rave c’était pas que de la techno, il y a eu un peu de tout, des trucs un peu plus latinos et tout, et même le son à l’ancienne. Pom pom pom. Grosse enjaille avec un mec qui était là, on était tous les deux à chanter et à se déhancher comme des dingues !

    Pourquoi d’après toi ce genre d’événement est important, tant pour l’environnement que pour le monde de la nuit ?

    Cet événement, je pense qu’il a permis de ramener plus de gens dans la Marche pour le climat, ça a participé à en faire la Marche du siècle. C’est vrai que dans la multitude des manifestations on s’y perd mais celle-ci m’a vraiment interpellée. Et c’était vraiment génial de pouvoir faire la fête en journée, en plein air, gratuitement !

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Un mec qui est venu à la marche pour le climat avec en mascotte une peluche de vache et il la secouait partout juste à côté du char… toujours plus bizarre haha. Et il avait l’air d’être venu tout seul en plus !

    Les gens de tous horizons et de tous âges rassemblés par la musique et pour la planète

    CAL VIN

    « Joyeux bordel »

    Qui es-tu ?

    Cal Vin, de paillètes vêtu

    Le premier mot qui te vient en repensant à la cette initiative ?

    Derrière le camion Microclimat, c’était un sacré joyeux bordel ! Derrière le char GAF, ambiance festival, foule de monde sur un fond de protestation !

    Pourquoi tu y es allé.e ?

    On se fait marcher dessus par le gouvernement, donc pour une fois qu’on peut danser ET protester pour de vrai, j’accours !

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Vers 15 h, le camion quitte Opéra en prenant la route vers Répu pour quelques kilomètres à taper du pied !

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Danser à côté d’un dinosaure, je pige que maintenant, mais il devait évoquer l’extinction de notre espèce en fait !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Age of love, of course, track mythique de mon crew, balancée quand le char principal peinait à traverser la foule !

    Pourquoi d’après toi ce genre d’événement est important, tant pour l’environnement que pour le monde de la nuit ?

    Le son ça nous rapproche. Nous rapprocher autour d’un sujet aussi important c’est génial. Ça rappelle à certains qu’il y a un coté militant dans la teuf, qu’on peut véhiculer des beaux messages, libertaires habituellement et parfois politiques (#LaurentgarnierRexClub)

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Check à la copine qui a fait garder sa fille dans le camion Microclimat, toujours en visu, avec pour nounou le super DJ ! (oreilles protégées bien sûr, c’est important). L’homme de la sécu aussi au Monop il m’a fait rire, pas serein du tout en regardant cette foule venir se ravitailler chez lui.

    La traversée des grands boulevards, copains sur le toit du camion, sous l’arc en ciel du collectif, amen.

    GUILLAUME

    « La cause climatique réunit tout les milieux »

    Qui es-tu ?

    Guillaume aka guiguizeur que tu retrouveras en legging et chemise à fleurs dans toutes les soirées

    Le premier mot qui te vient en repensant à la cette initiative ?

    La preuve que la cause climatique réunit tout les milieux

    Pourquoi tu y es allé.e ?

    Je suis allé à la Rave pour le climat pour participer à cet élan citoyen et montrer que des changements doivent être opérés pour espérer léguer une terre propre à nos enfants et d’une autre part, montrer aux gens qu’être militant écologique ne veut pas dire être fermé aux bonheurs de la fête et que nous ne sommes pas des gens chiants qui râlent pour un rien.

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Quand le char arrive sur la place de la République, que les cordes sont lâchées et que tu peux danser librement avec toute une énorme place bondée de monde, ça c’est mon moment de kiff !

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Un mec qui me suivait dès que j’allumais une clope pour me proposer son cendrier portable, individu ma foi fort drôle et en corrélation parfaite avec la marche !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Je me souviens d’un crew de rappeur/chanteur qui m’avaient pas mal chauffé en début d’après-midi. L’orga a réussi à faire un savant mélange entre pas mal de styles de musique histoire de rassembler le plus de personnes d’horizons musicaux différents et ça c’était ouf !

    Pourquoi d’après toi ce genre d’événement est important, tant pour l’environnement que pour le monde de la nuit ?

    Ce genre d’environnement est important à mon sens pour prouver que le monde de la fête peut être associé à la cause écologique. Les premiers événements festifs où j’ai vu une réelle implication écologique de la part de l’orga étaient pour la plupart des teufs. À contrario de ce que pense le grand public, les teuffeurs sont majoritairement conscients de cette nécessité d’action écologique et la Rave pour le climat permet d’ouvrir un peu le débat sur cette notion de respect de l’environnement pendant les concerts, soirées, défilés, etc…

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Au début de la manifestation, j’ai rencontré un type qui avait l’air tout droit sorti d’un film sur les aborigènes indiens avec une coiffe en plumes énorme avec lequel on a commencé à danser tels des p’tits trublions autour d’un feu de camp ! Rien de tel que de sympathiser avec des inconnus pour se mettre en jambe !

    Parce que même la plus petite des actions peut faire la différence