Les Nuits Sauvages

Mixtape Hørd x Volcan : « On va tous mourir, et ce sera amplement logique et mérité » – Heeboo

Mixtape Hørd x Volcan : « On va tous mourir, et ce sera amplement logique et mérité »

Mixtapes - Janvier 21, 2020

Hørd et Volcan, y’a comme une odeur de souffre et d’herbe fraîche en plein hiver humide quand on entend ces deux noms. Compositeurs bordelais, amis, « presque frères », ils seront samedi au coeur de l’après-midi autour des musiques électroniques synthwave et darkwave organisée par la 16e édition du festival Bordeaux Rock à la bibliothèque Meriadeck à Bordeaux. L’occasion pour nous de mettre les pieds dans la vague avec une mixtape sombre et planante composée à dix doigts (à ce que l’on sait), de 49 minutes.

Il est rare d’entendre qu’en France, le rock a encore de beaux jours devant lui. Car s’il était encore maître de nos bars, radios, clubs et autres bulles de débauche au début des années 2000, la scène rock est aujourd’hui distante, amaigrie, et peu valorisée. Heureusement, certains labels, festivals et collectifs, continuent de la mettre en avant, et de créer des ponts avec les nouvelles façons de voir la musique en 2020. C’est le cas de Bordeaux Rock, qui depuis 2004, ravive la mémoire du rock bordelais, tout en promouvant la nouvelle et jeune scène locale.

Bordeaux Rock c’est du mercredi 22 au dimanche 26 janvier et comme à son habitude, des surprises, des revivals et des jeunes pousses locales. Parmi les Nitzer Ebb, Rendez-Vous ou encore Frustration, on tombe sur Hørd et Volcan, deux amis, deux frères, deux voyageurs de synthwave et darkwave bordelais, petites soeurs émo d’agents rock, post-punk et électroniques.

Vous pourriez vous présenter, nous expliquer un peu vos projets musicaux respectifs en deux trois mots ?


V : Musique synthétique avec des samples et des machines


H : J’ai commencé hørd en 2013. A l’époque j’ai ressenti le besoin de créer un projet solo, sans me donner de limites sonores ou d’esthétique. J’ai composé sans ma guitare, qui me limitait pour ce dont j’avais envie. Ça m’a libéré au final. Puis j’ai utilisé SoundCloud pour diffuser mes trucs, J’ai sortir plusieurs disques depuis, et j’ai fait des concerts dans plusieurs pays européens et en Russie. J’ai pu jouer avec des super groupes et rencontrer plein de gens et des fans. Même si ça s’arrêtait demain je serais déjà très heureux d’avoir pu faire ces quelques choses.


Vous vous connaissez d’où ? Comment est venu l’idée de ce b2b ?

V : On est amis de longue date, presque frères.

H : Nous sommes des amis, on a donc pas mal de valeurs en commun, et beaucoup de choses artistiques aussi évidemment.

La synthwave pour vous ça représente quoi ? Si vous deviez expliquer cette musique à quelqu’un qui ne connaît pas ?

V : La synthwave est un nom qui a été inventé par des journalistes pour catégoriser une musique synthétique profitant de la nostalgie des années 80 : un argument de vente pour un genre musical qui sert à vendre des séries télé, illustrer des jeux vidéos ou doudous pour quarantenaires un peu tristes

© Antoine Delage
© Antoine Delage

H : Je ne sais pas trop. J’ai l’impression qu’aujourd’hui ça fait référence à une esthétique très stéréotypée « jeu vidéo », et cinéma B. Pour ma part, je suis plutôt dans la darkwave, et dans une acceptation plus large de l’électronique et de la pop.

Votre groupe phare, inspiration ?

V : Jean Louis Costes

H : The Cure, Fuck Buttons, NIN, Brian Eno, dur d’en citer qu’un, et dur de ne pas citer ceux là en ce qui me concerne.

Bordeaux et la synthwave, ça cartonne ?


V : Je ne comprends pas de quoi tu parles


H : A part les bars à vin et le tourisme, y a pas grand chose qui cartonne à Bordeaux. Mais ça n’engage que moi.

Quelques mots sur la mixtape et sur un morceau en particulier qui s’y trouve ?


V : PLS « Whales », un groupe de jeunes gars un peu black block de Bordeaux qui font des lives machines dansants ahurissants, ça c’est un morceau qui est pas forcément représentatif de leur force de frappe mais j’aime beaucoup la naïveté, la maladresse et la franchise du morceau, des gens jeunes et pas encore pourris. Sokolove, une personne qui m’a parlé sur soundcloud et je trouve son morceau super beau.

Air LQD, un mec de Bruxelles vu en live et croisé en soirée avec des potes, et son dernier disque sur Unknown Precept est le truc que j’ai le plus écouté cette année, après il y a cette fille Caternia Barbieri qui a sorti son disque sur Mego et qui fait une musique Pop très maitrisée avec des synthés modulaires, qui pour moi sont un peu les trottinettes électriques de la musique électronique actuelle, un accessoire branché, la garantie d’artistes sérieux un peu cérébraux qui occultent totalement la composition : la plupart font des pets ou des blops avec des jouets à 3000 balles.

H : J’ai ré-exploré mon Soundcloud récemment, et je suis retombé sur tout un tas de morceaux cool, que j’écoutais quand j’ai commencé hørd. Mis à part Lorn et PIL. Ces morceaux sont dans ma sélection.

Vous venez de quel milieu musical ou culturel à la base ?

V : Banlieue un peu crevarde même si on a jamais manqué de rien à table, deux trois bouquins dont des Paul Loup Lullitzer ou des OSS117 avec des meufs à poil sur la couverture, quelques magazines et VHS porno cachés dans des commodes, la soeur de ma mère très éduquée m’a mis des cartouches dans la tête. Pas d’héritage ou de propriété, obligé de travailler tous les jours.

H : Je viens du rock et du blues, par la guitare que j’ai commencé adolescent. Mais j’ai écouté et j’écoute encore énormément de choses différentes. Electronique bien sur, classique, jazz, et pas mal de BO.

Pour vous, faire la fête ça représente quoi ?

V : Je ne fais pas vraiment la fête, je sors, ça peut devenir la fête quand c’est pas prévu, j’ai du mal à aller danser dans des teufs en me disant qu’il faut faire la fête, c’est plutôt par accident. Quand ça arrive c’est toujours bien, avec des produits ou sans.

H : Être avec des bons amis, rire, boire, parler, et surtout ne pas écouter de House ni de chants « auto-tunés ».

Un rêve, un songe, un truc  nous confier ?

V : Oui, sujet à la paralysie du sommeil depuis la fin de mon adolescence, alors que je ne suis pas mystique ni croyant, j’ai longtemps cru côtoyer des des démons, j’ai depuis réalisé que les démons des rêves étaient moins effrayant que mes congénères.

H : Je sors mon troisième LP en mars, sur Avant! Records, tout comme le précédent. J’espère bien tracer le plus possible en Europe avec le disque. J’ai aussi des possibilités aux US, donc j’aimerais bien monter des dates là bas. Et retourner en Russie aussi. Voilà pour les rêves.

On va vraiment tous mourir (bientôt) ?

V : Oui

H : C’est très possible. Et ce sera amplement logique et mérité.

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Mixtapes

Mixtape 46. | NIZAR – « A queer ball for hot bodies of the future »


Les artistes du mois

Les 10 artistes à ne (surtout) pas rater en avril


Les teufs du mois

Heeboo fête ses deux ans à la Station avec The Horrorist, Philipp Gorbachev & more


Mixtapes

Mixtape 20. | A. youMan