Dans la douceur de la violence. Et la violence de ce qui attendrit, caresse et rend doux, Otto Zinsou pose le regard, l’air de ne toucher à rien. Parce que non, il ne touche et ne retouche à rien, ni à la peau qui attire, ni au regard qui provoque, ni aux mains qui semblent (déjà) tout dire. Photographe de la jouissance et des plaisirs sans concession, Otto Zinsou enferme les images queer et libérése, dans des bulles de poppers, qui rappellent nos anciennes envies d’amour, et de fusion. Rétro-futur du sentiment. Clic.

Il est exposé ce soir vendredi 26 octobre à La Station-Gare des Mines à partir de 22 h, à l’occasion de l’anniversaire des deux ans, Heeboo : Noces de Cuir. L’occasion pour nous, de l’envoyer, il y a une semaine de cela, sur place, pour capter l’imaginaire sensible et terrifiant de la soirée Subtyl. Clic, clac, boum !