Les Nuits Sauvages

Mixtape 109. | LENNYBAR, à se taper des barres – Heeboo

Mixtape 109. | LENNYBAR, à se taper des barres

Mixtapes - Juillet 5, 2019

Grand joueur de FIFA, fan de Garou, amateur de mécanique et de kayak, c’est en pleine mer de Chine que Lennybar, aka Valentin Douarec, débute cette mixtape spécialement concoctée pour nous, que l’on vous dévoile, à quelques heures à peine de son set du côté du Pays de Brest…

Avant de retrouver le jeune breton au festival Astropolis ce soir vendredi 5 juillet pour l’Astroclub en ROOM 1, on le découvre en musique, et en mots. Entre wave punchy et house hypnotique, on s’en lèche les babines et on s’en tape les fesses par terre tellement ça fait du bien !

Hello ! Tu vas bien ? T’es occupé à quoi en ce moment ?

Hello, ça roule et toi ? Je bosse dans la marine marchande, je suis en congés en ce moment, pour deux mois. Je joue beaucoup à Fifa avec mes copains. Hier j’ai gagné 5-2 contre mon ami Eliott, il a le seum. Je vais souvent à la mer faire trempette avec ce beau temps. 

Ton nom d’artiste, Lennybar, ça vient d’où, pourquoi t’as choisi ce nom, ça fait un peu penser à Les Nibards quand même ? 

Un jour j’étais en soirée avec Michel Sapin, pendant un diner de prévention contre l’intelligence et pendant le dessert, notre cher Michel nous a lancé ce jeux de mot génial ! J’ai tout de suite changé le nom de mon soundcloud !!! 

Comment t’en es venu à mixer / produire de la musique ? 

j’ai toujours aimé fabriquer des choses, j’aime la mécanique et aussi le kayak. Du coup de sel en aiguille à force de passer du temps à pagayer le week end, j’en suis venu à acheter un contrôleur et je me suis mis à mixer il y a quelques années déjà, j’ai oublié quand. 

Tes premières influences, c’était quoi ? 

Directement quand on me parle d’influence je pense direct au premier CD que j’ai eu la chance d’avoir, celui de mon maître à chanter, GAROU. Comme il le dit si bien « je n’ai qu’une seul vie pour trouver le remède. » Cette situation me suit jour et nuit dans ma vie de disc jockey 

Tu viens d’où ? Ça a joué sur la musique que tu fais tu penses ? 

Je viens de Bretagne Nord, de Paimpol dans le 22. Paimpol a joué sur la musique que je joue oui, on n’avait pas d’endroit où sortir alors on faisait nos propre soirée. La « Michel expérience » est née à paimpol Chez Eliott aka SOMOINE aka BOTOX aussi présent cette année à Astropolis. Je pense que c’est de là que vient notre sérieux que ce soit dans nos sets ou comme cette cette interview. 

Tu habites où aujourd’hui, plutôt un choix, ou une obligation ? La scène locale, t’en penses quoi ? 

J’habite à Rennes avec ma poule depuis trois ans. C’est un choix, beaucoup de potes sont ici. À Rennes on trouve une grosse scène avec de tout et du très très bon !! On ne s’ennuie pas ici, pas un samedi soir où on se dit « pas de coucouche pour les michto ce soir, on s’encagette la carlinge »

Jouer à Astropolis, pour toi, ça représente quoi ? T’as déjà commencé à préparer ton set ? Tu flippes ? 

C’est zinzin jouer au festival qui m’a fait kiffer la techno c’est pas génial ? Bien sûr qu’on a déjà préparé, entre deux Fifa on arrive à se voir avec Leissen pour préparer notre set. Je flippe pas du tout, on verra le moment venu !

Cette mixtape tu l’as conçue comment ? Elle signifie quoi pour toi là tout de suite maintenant ?

En mer de Chine, je me suis fait une petite playlist après le boulot que j’ai mixée direct en rentrant. J’avais pleins de nouveaux sons que je voulais partager ça tombait bien. 

Si tu devais lui donner un titre ? 

Zinedine Zidane 

Un mot sur un des tracks qui y figure, que tu aimes tout particulièrement ? 

Dj normal 4 – return of the hooligans ; avec le sample très connu de Da Hool – Meet her at the Loveparade. Un son qui a fait bouger plus d’un cul.

Alexandra Parrish

Articles similaires

Plus d'articles

Mixtapes

Mixtape 32. | DOV – « Chaleur pour la peau »


Interview

Lamusa II te donne dix tracks parfaits pour passer une nuit en enfer


Interview Nuit

Lokier : « Au Mexique, on m’a déjà virée des platines parce que je jouais des trucs trop dark et trop bizarres »


Culture Club

10 morceaux pour mieux comprendre le dub et son arrivée en France