Les Nuits Sauvages

MIKEY. : « Danser c’est comme la méditation. C’est un voyage spirituel où l’on peut découvrir d’autres niveaux de conscience » – Heeboo

MIKEY. : « Danser c’est comme la méditation. C’est un voyage spirituel où l’on peut découvrir d’autres niveaux de conscience »

Teuffeur du Turfu - Juin 14, 2019

Michael Rädel

À chacun sa manière de faire la teuf ! Pour certains c’est soirée métal en pyjama doré, pour d’autres orgie de poudre magique et dégustation de limonade tandis que des coeurs de teuffeurs chavirent pour une soirée reggae à coups de déhanchés. Faire la fête ça ne s’explique pas, en tout cas pas vraiment, voilà pourquoi MIKEY. chanteur.se / compositeur.ice nous ouvre le monde de sa nuit !

Dimanche dernier, au Klub, c’était La Saison des Sirènes, soirée organisée par Club Nature collectif international qui se focalise principalement sur l’art de la performance. L’objectif ? L’ouverture d’une plateforme pour toutes et tous, donnant un nouvel accès à la scène notamment à des individus n’ayant pas la possibilité de s’exprimer et d’expérimenter. Il s’agit donc de créer un « safe-space » où la tolérance est reine et de révéler sur scène l’abolition de toutes les identités sexuelles.

Ce soir là, on retrouvait notamment MIKEY. originaire de Newcastle en Australie, aujourd’hui installé à Berlin, pour qui faire la fête n’est pas seulement l’acte de sortir, aller en club, danser, boire et autres activités propres au monde de la nuit. Faire la fête c’est un voyage. Un voyage spirituel qui permet de se découvrir, de se connecter et d’être en interaction avec le monde qui nous entoure. Petite mise en bouche à l’approche du weekend, on vous invite à pénétrer dans un la fête de MIKEY. pour « un voyage chamanique » fabuleux !

[english below]

Crédit : Michael Rädel

MIKEY. qui es tu ?

Je suis toi.

Tu viens d’où ? T’as grandi où ?

J’ai grandi à Newcastle en Australie. Mais maintenant je vis à Berlin.

Comment on fait la fête d’où tu viens ?

Je ne faisais jamais la fête quand je vivais en Australie. Enfin, quand je sortais, ce n’était pas avec le moi d’aujourd’hui.

Tu te souviens de ta première soirée en club ?

Cette question doit être reformulée en : « Tu te souviens de ton premier ecsta en club ? »

Tu te rappelles de quoi de cette soirée là ?

De beaucoup sourire.

Crédit :Tomas Eyzaguirre

C’est quoi ta plus belle teuf ?

D’être connecté spirituellement avec des amis, ce qui nous permet de voyager ensemble dans des dimensions parallèles, pour finir par réatterrir dans cette dimension et réaliser qu’on est encore dans cette soirée chiante à en crever, sur terre. Mais ensuite, on accepte qu’il s’agit de notre dimension donc on en tire un maximum et on prend ce qu’elle nous offre.

La fête ça occupe quelle place dans ta vie ?

Faire la fête, c’est différent pour tout le monde. Ces dernières années, j’utilise réellement la fête en espérant faire un voyage spirituel et pour découvrir d’autres niveaux de conscience. Danser peut être méditer. Après quelque temps, il est possible de construire un état de transe qui amène à un état de conscience plus élevé et plus éveillé. Évidemment, il y a d’autres éléments et stimulants à prendre en compte, ce n’est jamais si simple.

« Mon rôle dans la nuit ? Être l’incarnation de la liberté »

Pour moi, c’est comme entrainer un muscle et il est important d’aller régulièrement à ces stades éveillés qui sont, je pense, notre état naturel. J’imagine que ce n’est plus vraiment faire la fête mais plutôt un voyage chamanique.

Selon toi, pourquoi on fait la fête ?

Échapper à la réalité et voyager dans l’inconnu.

Tu penses quoi des afters ?

L’art de faire la fête c’est de savoir quand rentrer chez soi !

Ton record de nombre d’heures de fête ?

Mes fêtes ne finissent jamais.

Ta boisson préférée en soirée

De l’eau.

Ça signifie quoi, pour toi, d’être chanteur.se et compositeur.rice ?

En effet, j’écris des chansons et je chante aussi. J’aime voir ça comme une manière d’orchestrer l’énergie et des stimuler la conscience en utilisant des sons, la voix, la poésie et la danse avec des intentions médicinales ou magiques.

La musique que t’aimes le plus en trois mots.

Intemporelle, très expressive, silence.

Tu es aussi un « performer ». Tu fais quoi comme performances ?

Des performances de la vie ! Comme toutes les autres personnes sur cette planète.

Ton rôle dans la nuit ?

D’être l’incarnation de la liberté et d’en être l’exemple sur tous les niveaux.

C’est quoi tes autres passions à côté de la musique ?

Collectionner et interpréter des signes et symboles universels.

Une envie là tout de suite maintenant.

Les désires sont des poisons. Je m’entraine pour ne pas avoir des désires ou d’attentes.

MIKEY. who are you ?

I am you.

Where are you come from ? Where did you grow up ?

I grew up in Newcastle Australia, but now I live in Berlin.

How are we partying where you come from ?

I never partied when I lived in Australia. Well at least when I did it wasn’t partying with the me I know I am now.

Do you remember your first time in a club ?

This question needs to be rephrased to “Do you remember your first pill in a club.”

What do you remember of that night ?

Smiling a lot.

Can you describe your most beautiful night in a party ?

Connecting with friends on a spiritual level that you end up travelling parallel dimensions together only to land back in this dimension and realise you’re still at that boring ass party here on earth. But then you accept that this is your dimension so you make the most of it and what this dimension has to offer.

How important is the fact of partying in your life ?

Partying is different for everyone. For me in last years I really use partying to hopefully have a spiritual journey and discovering higher states consciousness. Dancing can be meditation, after a while it is possible build up to a state of trance that opens up a higher & more awakened state of perceived consciousness. There are other elements and enhancers that are required of course and it’s never just that simple.

For me this is like training a muscle and important to go to these awakened states regularly because I believe that’s our actual natural state. I guess it doesn’t become partying for me anymore but shamanic journeying.

According to you, why are we partying ?

Escaping real life and to journey into the unknown.

What do you think about after party ?

The art of partying is to know when to go home.

What is your record party ?

My party never stops

What is your favorite drink during a party ?

Water

How did you choose to be a songwriter and a singer ?

I write songs and yes I also sing them. I like to think of it as orchestrating energy and stimulating consciousness using sound, voice, poetry and dance with healing or magical intention.

Describe the music you enjoy the most in three words.

Timeless, soulful, silence.

You are also a “performer”. What kind of performance are you doing ?

Life performance. Just like every other person on this planet.

According to you, what is your role in the nightlife ?

To be the embodiment of freedom and set an example on all levels

What are your other passions, aside from music ?

Collecting and interpretating universal signs and symbols.

Do you have any particular desire right now ?

Desires are poisonous. I’m training myself not to have desires or expectations.

Emmanuelle Rouault

Articles similaires

Plus d'articles

Interview Nuit

Feadz : « Le clubbing est devenu un sport de riches »


Ciuciek : « Ma première soirée ? Dans un bunker en Pologne, en 1999 »


Interview Nuit

Paul Seul : « Tout ce qu’on fait – qu’on le veuille ou non – est politique »


Les teufs du mois

Les 5 teufs à ne (surtout) pas rater en septembre