Les Nuits Sauvages

Les 5 teufs à ne (surtout) pas rater en juillet – Heeboo
Victor Maître

Les 5 teufs à ne (surtout) pas rater en juillet

Les teufs du mois - Juillet 4, 2019

Victor Maître

Aaaah qu’il est beau qu’il est chauuuuud le mois de juillet ! Chaleur du soleil sur la peau, corps dénudés à profusion, premières rougeurs qui donnent un air de jouvence, odeur tenace du monoï qui nous enivre, on s’y croit, on s’y voit déjà, on a plus qu’à tendre les bras. Et elles sont là. Les cinq plus belles teufs de tout paname !

1 – Ça commence fort, à partir du mercredi 11 juillet, avec le grand retour du Garage Mu Festival 4 à La Station – Gare des Mines.

2 – Puis on passe en mode découverte des fonds marins parisiens, le samedi 13 juillet, avec l’open air 20 000 Gro°ves sous les mers.

3 – Et comme y’a toujours une bonne raison pour se la coller, on vient pleurer une dernière fois sur la barge au grand closing de Concrete, pour quatre jours de teufs du vendredi 19 au lundi 22 juillet.

4 – Pour ceux qui aurait encore des larmes à verser, ce sera cette fois à La Java, pour la dernière House of Moda (aïe, ça pique le mois de juillet !)

5 – Ça termine en trombe, du vendredi 26 au dimanche 28 juillet, avec le Thunder Festival, histoire de finir en beauté !

 

 

1. Du mercredi 11 au samedi 14 juillet – Garage MU Festival 4 — 2019 (La Station – Gare des Mines)

Boom Boom du coeur

On pourrait presque vous sortir notre catalogue des plus belles chansons d’amour. Mais comme on n’a pas envie de se griller, on va la faire courte. Le Garage Mu Festival c’est une fois par an, et c’est sans si ce n’est l’un des meilleurs festivals de la Station, le MEILLEUR. Rien qu’à l’idée de se laisser porter par tous ces concerts inattendus, on a les gambettes qui flanchent et des papillons dans le ventre. Si c’est pas beau l’amour à La Station !

Boom Boom de raison

Créé en 2016, lors de la première saison de La Station – Gare des Mines, le Garage Mu Festival, c’est LE rassemblement musical à l’essence de l’esprit STATION. Pour cette quatrième édition, comme les années précédentes, la programmation se veut internationale, protéiforme et éclectique, entre rock, punk et musiques électroniques sombres comme ton coeur. De quoi tourbillonner pendant quatre jours !

Boom Boom de zik

On conseille grandement d’aller jeter un coup d’oeil à tous les artistes (ou même de camper devant !). Mais puisqu’il faut choisir, on s’arrête sur le trio russe très très wave Утро (on dit Utro) qui jouera sur la scène plein air vendredi 12 juillet. Dans la nuit du 13 juillet, c’est carte blanche au label très très très indépendant Anywave, on recommande donc de venir trainer dans la scène intérieure et au mini club all night long !

Tu es… Zacharia

T’approches de la trentaine et tu bosses dans un magasin de musique à Pigalle. Tu passes tes journées à tester toutes sortes de synthés, à tel point que t’en oublies même les clients dans la boutique. Ce que t’aimes, en teuf, c’est les sons absurdes, les voix étranges et les rencontres incongrues de 3 h du mat’. T’adores déambuler et te perdre dans les méandres des clubs, moment que t’assimiles presque à un voyage chamanique. T’as envie de te découvrir, d’expérimenter, et surtout, surtout, de te perdre, te laisser aller quoi !

Potentiel de chope

63 %

Potentiel de fun

80 %

Les bails

Jeudi 11 juillet de 19 h à 00 h 30. Vendredi 12 et samedi 13 juillet de 19 h 30 à 6 h. Le petit plus ? L’entrée libre au Before Garage MU Fest — Urban Boat : La Récré, Sainte Rita DJ (de 18 h 30 à 22 h 00)

2. Le samedi 13 juillet – 20 000 Gro°ves sous les mers | Open air aux Grands Moulins (Esplanade Pierre-Vidal Naquet – Paris 13ème)

Boom Boom du coeur

En cette veille de 14 juillet, on se sent le plus grand révolutionnaire de tous les temps ! 20 000 Gro°ves sous les mers, fait chavirer la Bastille (et avec, notre p’tit coeur) à coups de chevauchées d’hippocampes, de bulles sauvages et sardines pailletées. C’est absurde, ou-ai, et on adore !

Boom Boom de raison

Depuis quatre ans, La Mangrove, c’est des fêtes entre amis, de la musique vivante et chaleureuse, une immersion dans un monde hors du temps qui réchauffe les coeurs et les corps. On déboule, sans aucune hésitation, à cet open air format journée, sappé de son plus beau costume, ha oui oui oui, pour onduler sur des sons groovyyyyyyy.

Boom Boom de zik

On ne sait plus trop où donner de la tête parmi tous ces jolis poissons… Du côté des live, on retiendra la techno sexy et lumineuse de Nicol, dj et producteur du crew La Klepto. Et puis, on conseille d’aller fouler le dancefloor pour le set de Plastic Willy de la team Mangrove, à base de world music, jazz et grime !

Tu es… Charline

T’as attendu l’été toute l’année. 35 degrés à Paris ça te fait pas peur, au contraire tu trouves un malin plaisir à écouter les gens se plaindre de la chaleur. À 25 ans, tu rêves d’être fleuriste-fromagère, mais tu t’es embarquée dans des études de droit, spécialité droit fiscal et droit douanier… Du coup, le weekend c’est ton moment à TOI, et t’es plus que prête à revêtir ton costume de calamar géant, rien à foutre, et à danser sur des beats acidulés en sirotant une Piña colada glacée !

Potentiel de chope

58 %, sur un malentendu, tu vas peut-être trouver ton homard ?

Potentiel de fun

77 %

Les bails

Samedi 13 juillet de midi à 22 h. Entrée sur libre participation.

3. Du vendredi 19 au lundi 22 juillet –Concrete: Grand Closing (Concrete)

Boom Boom du coeur

Bon, on va pas faire un dessin. C’est ta dernière chance d’aller taper du pied à Concrete, avant d’avoir risqué ta vie en traversant la Voie Mazas, pour retrouver ton crush de 2012 (dont t’avais mal noté le numéro, un dimanche vers 19 h). Dernière chance pour tenter l’entrée à deux dans les chiottes, puis, pour aller faire la queue pendant trois plombes au photomaton. Dernière chance pour se faire choper en train de gober ou pour dévoiler ton torse dégoulinant sur la Main Room. Première fois où, en partant, la phrase : « C’est bon, Concrete, j’arrête » sera véridique. Notre coeur est lourd, notre corps pleure. Alors on va donner nos plus vaillants battements à la barge pour ce beau dernier weekend !

Boom Boom de raison

Pour ce dernier marathon de la teuf, Concrete reprend ses bonnes vieilles habitudes : ouverture non stop du vendredi au lundi matin, histoire de tirer dignement sa révérence. C’est une page qui se tourne, celle de huit années de loyaux services au monde de la nuit, alors s’il te reste un brin de jugeote, t’hésite même pas et tu vas danser.

Boom Boom de zik

Pour le moment, on n’en sait pas plus que vous ! Mais ça va clairement craquer sur le Woodfloor !

Tu es… Yvan

T’avais tout juste 19 ans, quand Concrete à ouvert ses portes. C’est l’époque où t’étais encore en LEA et que, le vendredi, t’assistais au cours d’anglais de 14 h 30 à 16 h, histoire de déculpabiliser du long weekend en perspective. Ensuite c’était, apéro chez les potos, plâtrée de pâtes crème fraîche, petit remontant des familles, techno à balle dans la coloc de ta meilleure pote, enfumage de gueule, achat de tease à l’épicerie, livraison de substances magiques et clubbing. Arrivé dimanche matin 7 h, pas envie de dormir alors : « Go Concrete ». Aujourd’hui, du haut de tes 27 ans, on pourra te retrouver rue du Cherche-Midi, en tant que vendeur dans le magasin de peinture Gouache. Concrete, c’est plus trop ton truc, mais t’as quand même envie de répondre « présent » au grand closing du géant.

Potentiel de chope

78 %

Potentiel de fun

82 %, mais un petit conseil, comme au Berghain, t’as pas mal intérêt à y mettre les pieds dimanche aprem

Les bails

Du vendredi 19 au samedi 20 juillet de 23 h à 18 h, préventes disponibles. Du samedi 20 au dimanche 21 juillet de 18 h à 18 h, préventes disponibles. Du dimanche 21 au lundi 22 juillet de 18 h à 2 h, entrée uniquement à la porte – pas de préventes.

4. Le samedi 20 juillet – House of Moda – Les adieux d’une diva (La Java)

Boom Boom du coeur

Ouille ouille ouille ! Notre coeur éclate en mille morceaux lorsqu’il apprend la fin ultime de la House Of Moda. Ça promet du love, des étincelles de joie, des éclats de rire et de paillettes, des larmes de crocodiles et des kilos de tissu à coudre et faire péter. Alors on se gonfle à bloc, on prend sa respiration et on pénètre tête haute dans La java en portant fièrement notre plus belle robe de diva ! Diva tu es, House of Moda, diva tu resteras !

Boom Boom de raison

Depuis 2011, House of Moda, c’est la soirée délicieusement absurde de Paris, qui mélange mode en roue libre, drag et clubbing du feu. Ici, on célèbre la diversité des corps, la multiplicité des identités, des genres et la richesse de toutes sortes de créatures nocturnes aux looks les plus déments les uns que les autres. On préfère l’extravagance à la banalité, on se joue des codes, on détourne pour finalement créer un univers qui nous ressemble, dans lequel règne la bienveillance, l’acceptation de soi et des autres. De la HOM, on en ressort toujours des étoiles plein aux yeux, alors, pour rien au monde on louperait la dernière. Parce qu’avant tout la House of Moda, c’est une famille, où nous nous retrouvions toutes et tous, une fois par mois, c’était comme rentrer à la maison, retrouver son cocon. Bébé, tu vas nous manquer.

Boom Boom de zik

Pour cette toute dernière édition, all night long pour les deux fondateurs, Reno le Dj et Crame. Savoureux mélange d’excentricités musicales entre culture pop et musiques électroniques chaudes comme jamais, pour le plus grand plaisir de nos oreilles et de nos esprits dénudés ! Hmmmmm, ça va twerker !

Tu es… Gabriel

Tu vis sur Paris depuis plus de 20 ans. La semaine, on te trouvera dans ton cabinet d’architecte – paysagiste à Saint-Denis. À l’approche de la quarantaine, ce que t’aimes le plus dans la teuf, c’est sortir de ta réalité. Jouer un rôle, devenir quelqu’un d’autre, ou peut-être toi même, en fait ? À chaque soirée, tu te transformes, pour revêtir un de tes multiples « toi », tous plus beaus les uns que les autres. La House of Moda, c’était ton « heimat » (ou-ai, tu passes tes étés à Berlin, ceci expliquant cela), et le perdre, c’est comme perdre un membre. Bonjour Tristesse.

Potentiel de chope

99 %, c’est MAINTENANT OU JAMAIS

Potentiel de fun

92 %

Les bails

Samedi 20 juillet de minuit à 6 h.

5. Du vendredi 26 au dimanche 28 juillet – Thunder Festival 2019 (La Plage de Glazart)

Boom Boom du coeur

Ooooh qu’il est beau le dernier weekend de juillet ! En apprenant le retour du Thunder Festival, on approche de la crise cardiaque. Crac crac dans la poitrine. Mais promis, pas avant le jour J, on a trop hâte de se déchainer sur le dancefloor du Glazart !

Boom Boom de raison

L’événement, joliment orchestré par le crew Amnexia, affiche un gros line up ! Pas moins de 25 artistes, pour plus de 30 heures de techno, acid et industrial, de quoi recevoir une bonne grosse décharge. Le tout les pieds dans le sable !

Boom Boom de zik

On conseille d’assister, vendredi 26 juillet, au B2B entre Inhalt der Nacht et Echoes Of October. Le samedi 27 juillet, on propose d’aller se gaver les oreilles devant CJ Bolland pour s’évader en toute tranquillité, dimanche 28 juillet, avec Animal Holocaust.

Tu es… Arielle

T’es une véritable fan de la prog du Glazart. Pour toi, c’est le seul club à Paris, capable de proposer une mixité de soirées, entre trance, hard music, techno, tribe, house et ça pour toi c’est un gage incontournable de qualité. Du haut de tes 20 ans, tu considères la teuf comme quelque chose de simple : un soundsystem, des gens, de la tease et le tour est joué. T’es en vacances depuis déjà trois semaines, alors t’es bien décidée à camper trois jours au Glazart, du haut de tes compensés et de ton petit crâne récemment rasé !

Potentiel de chope

52 %

Potentiel de fun

75 %

Les bails

Vendredi 26 juillet de 20 h à 7 h. Samedi 27 juillet de 19 h à 7 h. Dimanche 28 juillet de 12 h à 22 h.

Emmanuelle Rouault

Articles similaires

Plus d'articles

Mixtapes

Mixtape 109. | LENNYBAR, à se taper des barres


Mixtapes

Heeboo mixtape 1. feat. M으4N4


Pourquoi c’est si jouissif de faire la teuf dans un parking avec Shadow Odissey ?


Interview Nuit

Animal Holocaust : « On m’a souvent pris la tête à cause de mon nom. Surtout les vegans »