Les Nuits Sauvages

Le Berghain pour les nazes #3 – Heeboo

Le Berghain pour les nazes #3

Culture Club - Février 24, 2020

Pas toujours facile de mettre les pieds dans un club de légende. À Berlin on a beau se la jouer teuffeur du turfu, le passage obligé s’appelle Berghain.

Objets de toutes les angoisses, le Berghain est, à la frontière entre les quartiers de Kreuzberg et de Friedrichshain à Berlin, ce qu’on pourrait appeler : une institution du monde de la nuit. Les puristes vont rire, cracher leur venin, devant tant de banalités. Mais on est là pour éclairer, pour expliquer, et guider les plus curieux. Revenons-en, donc, à nos moutons (de nuit). Le Berghain c’est LE club où l’on peut se targuer d’avoir un jour posé le pied, teuffeurs de toujours comme clubbeurs du dimanche. Et c’est le cas de le dire. Pour les VRAIS, ceux qui sont là tous les weekends, au garde à vous, bien postés pour la grande messe, c’est le dimanche que tout se passe. Le Berghain devient alors église, temple, lieu de toutes les confessions, de tous les amours, de toutes les danses rituelles.

Le Berghain, pour ceux qui n’y ont jamais été, c’est aussi et surtout, un étrange mélange d’excitation et d’angoisse à gérer calmement dans une file d’attente. Parce qu’au Berghain, t’es jamais sûr d’y rentrer. Et tu peux toujours faire mine de marmonner trois mots d’allemand à l’entrée, si ta tête revient pas au videur, Sven -le plus mythique d’entre eux- ou autres, c’est peine perdue. Au Berghain, c’est « JA », « NEIN », ou crève.

Le Berghain, enfin, c’est LE temple de la techno, celle dont tu profites pendant plusieurs jours, et dans le plus grand des secrets. Qui s’y aventure, s’y risque. D’où notre envie, non pas d’en faire un guide, on est pas sur Topito, mais de retranscrire ici, le plus humblement possible, les pérégrinations de ceux qui ont tenté.

C’est le cas de Dasha et Sasha, du collectif marseillais Paillettes, qui s’y sont risqués le 31 janvier dernier, en plein festival CTM (anciennement connu sous le nom de Club Transmediale).

Prénom : Dasha et Sasha, de Marseille

Pourquoi vous étiez à Berlin à ce moment là ?

Dasha et Sasha : On est allé à Berlin pendant le CTM, essentiellement pour voir Astrid Gnosis qu’on a fait jouer l’été dernier à Marseille avec PailletteS et de qui on est un peu tombés amoureux.

Pourquoi on va faire la fête à Berlin d’ailleurs ?

Dasha et Sasha : Il faut faire la fête partout. Pour ce qui concerne Berlin, c’est un peu parce qu’on a entendu 50 fois « C’est bientôt fini Berlin », « C’est en train de changer », « Il faut y aller maintenant ». On l’a pas vu avant donc difficile de dire que ça change, mais on comprend ce qu’ont voulu dire nos amis et malheureusement il y a moyen qu’ils aient raison. Aussi parce qu’à Marseille, a part Méta (merci <3 ), le Cabaret Aléatoire et occasionnellement un ou deux trucs, les lieux ferment tous à 2 h (plutôt 1 h 45), donc si t’aimes vivre la nuit t’as tout intérêt à aller ailleurs de temps en temps, et quitte à aller ailleurs pour faire la fête, autant que ce soit à Berlin.

Tant qu’on y est, une petite adresse à Marseille, un bar qui ferme à 2 h mais où on peut danser, écouter de la musique de fou, être heureux ?

L’Embobineuse ! Mais aussi le Molotov, le Dar Lamifa et L’Asile 404 ! Puis boire des canettes allongés par terre au cours Julien, un péché mignon marseillais <3

Nom de la soirée ?

Dasha et Sasha : Alors là, aucune idée ! On sait juste que c’était le 31 janvier, dans le cadre du CTM.

€ entrée ?

Dasha et Sasha :  18 euros chacun. En vrai c’est cher. Les événements à ce prix qui durent plusieurs jours c’est okay, mais là c’était genre 23 h  / 10 h ! Quand tu vis avec un RSA couple ça fait un beau trou dans ton mois. 

Vous étiez où avant, vous faisiez quoi ?

Dasha et Sasha : On était juste en appart, notre before c’était les deux heures de file d’attente en fait, on nous en avait tellement parlé en mode angoisse et tout, qu’on s’attendait à un truc terrible ; au final on s’y sentait bien, on discutait, on buvait l’apéro et il faisait bon, c’est passé très vite. On fait souvent la queue à la préfecture pour l’actualisation du titre de séjour de Dasha, ça dure entre trois et cinq heures, et croyez nous, l’ambiance y est vachement moins fun. 

Le truc particulier de la soirée ?

Sasha : J’ai rencontré un dentiste espagnol sur un canapé du Berghain, je m’étais cassé une dent quelques jours auparavant et avec le flash de mon telephone il m’a ausculté sur un canapé, il a été hyper professionnel et rassurant c’était trop cool !

Y’a un truc particulier qui fait que les gens se parlent plus facilement au Berghain ou pas du tout ?

Dasha et Sasha : C’est simplement le point commun qui rassemble les gens qui sont au Berghain : être allé (et être rentré) au Berghain. Rien que ça, ça suffit sûrement à créer une sorte de complicité nocturne.

Pourquoi le Berghain ?

Dasha et Sasha : La question se pose même pas, le Berghain à Berlin c’est comme la Bonne Mère à Marseille, t’es obligé d’y passer si tu visites la ville. La grosse différence c’est que personne revient de Marseille en disant fièrement qu’il a passé 24 heures à la Bonne Mère.

Ce que vous en saviez, en aviez entendu ?

Dasha et Sasha :  On nous avait surtout parlé du fait que la moitié des gens se font refuser l’entrée, du coup forcément on avait un peu peur. Et en effet pendant la queue on voyait plein de gens faire demi tour, vraiment plein ! Ça fait monter la pression quand tu fais les derniers mètres, puis le videur nous a regardé, il est allé chercher Sven pour lui demander son avis, et il nous a fait rentrer. Nos potes nous ont retrouvés à l’intérieur, on s’est fait des gros câlins.

Honnêtement, vous aviez préparé vos looks, vos attitudes, quelque chose en particulier, un détail, avant de vous y rendre ?

Dasha et Sasha : On s’est maquillés et habillés comme on aime ; c’est vrai qu’on a hésité à en rajouter un peu pour agrandir nos chances de rentrer mais on l’a pas vraiment fait au final, d’autant plus que par dessus nos vêtements de soirée nos seules affaires chaudes étaient une grosse doudoune pour Dasha,et une moche veste de ski pour Sasha.

Première impression ?

Dasha et Sasha : « Monumental »

Le gros bad de la nuit ?

Dasha et Sasha :  Le son n’étais pas du tout assez fort pendant le live de Virgen Maria, on a jamais su pourquoi mais c’était dommage.

C’est tout ? (lol)

Dasha et Sasha : Bah ouai, et puis le moment où il a fallu rentrer, ça c’est toujours difficile…

La perche de la nuit ?

Dasha et Sasha : Les quelques heures  d’after pleine d’amour dans la chambre de nos ami.e.s

Et sur place ?

Dasha et Sasha : Bah sur place normal, on s’est perchés en haut des escaliers, on s’est perchés sur un balcon, on s’est vite fait perchés sur scène et aussi pas mal perchés au dernier étage sur les canapés. On a aussi vu des gens faire de la perche à la ligne dans les toilettes.

Note musicale de la nuit ?

Dasha et Sasha : Astrid Gnosis (même si on a vu que la fin) on kiffe vraiment son projet, son énergie, son manageur aussi mais il n’était pas la.

Le truc à y éviter ?

Dasha et Sasha :: On est un peu déçus d’y être allés pendant le CTM, la prog est excellente mais le public n’est pas tellement rock n roll, mais on nous a dit qu’habituellement les gens du Berghain sont un peu plus rigolos/libres (sourire).

 

Le truc à améliorer ?

Dasha et Sasha :  On aimerait qu’il y en ait une copie à Marseille.

On a bu quoi ?

Dasha : Quatre bières pendant la file d’attente puis de l’eau toute la nuit

Sasha :  Une douzaine de bières pendant la file d’attente puis de l’eau toute la nuit.

Ça a fini comment ?

Dasha et Sasha :  On pensait pas rentrer mais nos amis nous ont raisonné pour qu’on soit chaud sur la soirée suivante, alors on est allés à l’appartement mais impossible de dormir, alors on a squatté la chambre de nos amis et on a afterisé ensembles pendant quelques heures, c’était magique <3 

C’était quoi la soirée suivante ?

Dasha et Sasha : La (malheureusement) dernière Cocktail d’Amore, au Griesmuehle, c’était merveilleux merveilleux.

Spotted ?

Dasha et Sasha : Le dentiste !

Hahah il ressemblait à quoi en vrai ?

Dasha et Sasha : C’est un peu flou mais quelque chose comme le professeur dans La Casa de papel.

Degrés de sauvagerie / déviance ?

Dasha et Sasha : Ça va c’est calme en vrai, on est habitués à des trucs plus pinpin, le lendemain on est allés au Griessmuehle pour la dernière soirée, Cocktail d’Amore donc, et ça c’était sauvage <3 

Ha bon, pourquoi sauvage ?

Dasha et Sasha : Et bien… Si on a pas le droit de prendre des photos, c’est pas pour qu’on dévoile tout après… Mais nos amis Gaëtan et Pauline sont rentrés avant nous et quand on les a retrouvés à l’intérieur ils nous ont dit « bienvenus chez Sodome et Gomorrhe « 

PINPIN ?

Dasha et Sasha : Pinpin, c’est fou, original, hardcore, drôle, ou tout ce qui est beaucoup, tu vois ?

Pourcentage de bonheur ?

Dasha et Sasha : 100/100, mais ça n’a rien à voir avec le Berghain.

Ta dernière impression en partant ?

Dasha et Sasha : Olala c’est passé trop vite !

On y retournera ?

Dasha et Sasha : Ouai, clairement.

Bon et sinon, pourquoi on fait autant la fête ?

Dasha et Sasha : Hmmm… On va reprendre les propos de Gaëtan dans une interview qu’on avait fait pour Paillettes : « Puisque tout est foutu, allons y vraiment. » On pourrait aussi dire « Vivre ivre ou mourir ».

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Night Shoot

Les femmes sous l’oeil d’Otto Zinsou


Derrière Le Deck

Derrière le deck #8 : « Les flics sont venus pour tout fermer, puis ils ont changé d’avis et ont laissé la soirée continuer une heure de plus »


Dégif

DÉGIF du weekend #03


Dégif

Dégif #110 : « Le mec m’a refusé du poppers ! D’où on refuse du poppers ? Amour et partage merde ! »