Énergie – Joie – Sensualité. Autant de mots qui viennent à l’esprit pour définir l’univers et la musique de la jeune Mira Ló. La symbiose des corps, l’extase et se retrouver dans un cosmos, emporté par le son. Son à la fois simple et puissant, pur produit d’influences disco, ses sets rendent moites les salles et caves parisiennes house et nu-disco en manque de soleil. Quand y’en a marre de la techno, y’a Mira Ló !

À l’occasion de la quatrième édition de Discocoon, jeudi 13 septembre à La Folie, histoire de d’envahir d’encore quelques rayons de soleil les murs d’un des bars/clubs les plus cools de Paris, Mira Lo nous a gâtés d’une mixtape spéciale La Vida Es Une Fiesta, et de quelques mots. Calor Calor !

Silvere Koulouris

Tu en es venue comment à la musique ?

J’ai grandi dans une famille de musiciens, mon père est guitariste flamenco, son frère violoniste puis mon autre oncle joue du piano et de l’accordéon, autant vous dire que les repas de famille chez nous ont toujours été ultra festifs et joyeux !

Ce choix de vie dans la musique c’est justement pour ça, cette joie que peut procurer une mélodie, un chant, et à la fois cette mélancolie, on retrouve ça dans le flamenco par exemple, la musique est très puissante, joyeuse, mais les paroles sont très mélancoliques.

Pourquoi cette musique là ?

Je n’ai pas vraiment de style de musique précis en tête à part peut-être le Nu Disco et Techno à ma sauce (pour cela il va falloir écouter ma mixtape…) ce que je peux répondre c’est que le goût se cultive, plus j’avance dans le milieu, plus mes goûts changent et parfois j’arrive à mixer des sons Acid/Disco j’aime mélanger tous les genres pour en faire un cocktail explosif !

À côté de ça tu fais quoi ?

A coté de ça je suis Game Master dans un Escape Game en extra, on ne va pas se mentir, c’est assez fun et ça me permet d’avoir du temps pour composer et mixer quand j’ai des dates de prévues.  Sinon je vais sur mes 25 ans et là tout de suite j’ai envie de chialer haha.

C’est quoi ton plus grand rêve, tu aspires à quoi le matin quand tu te lèves ?

Mon plus grand rêve, que ma musique dépasse les frontières, apporter un peu de joie dans ce monde de brutes.

Le nom Mira Lo, il t’est venu comment ? Il signifie quoi pour toi ?

Mira à la base c’est le nom de famille de ma grand mère et Ló c’est mon nom de famille Lopez coupé en deux, ce qui produit un jeu de mot Miralo et en espagnol cela veut dire « regarde le » et si j’ai choisi Mira c’est justement pour ma grand mère Carmen, c’est un hommage, juste avant de mettre play en club j’ai ma petite pensée et je me dis « Regarde ce que je suis devenue, c’est pour toi abuelita ».

Comment on choisit un nom d’artiste d’ailleurs ?

Pour choisir un nom d’artiste c’est ultra complexe, mais au final je pense qu’il faut simplement penser à ce qui nous touche le plus et le transformer en nom de scène et là ça match !

L’univers Mira Lo, en trois mots ?

Le premier mot serait « Energie » ; t’envoies des ondes sur scène, un torrent d’émotions. Le deuxième, je dirais « Joie » : quand t’arrives à faire sourire ton public, ton coeur explose et rien que pour ça je continuerai à faire danser toute la planète s’il le faut. Puis « Sensuelle ». Je me souviens avec un son (Mood II Swing – I reach for you), j’ai réussi à sensualiser un public de mecs, ils ont commencé à se passer la main dans les cheveux et à se dandiner, calor calor.

Faire la fête, ça représente quoi pour toi ?

Faire la fête c’est clairement un moyen d’évasion, ça apaise les âmes, quand je danse tout ce qui ce passe autour de moi disparait, je me retrouve dans un cosmos et et je me laisse emporter par le son.

D’après toi, pourquoi les gens font (autant) la fête en 2018 ?

Si les gens font autant la fête c’est parce que justement on évolue dans un monde assez compliqué, y’a un besoin d’évasion, de liberté, la danse est une liberté en soit, parfois je m’assois et j’observe les gens danser, c’est assez inspirant, les mouvements corporels tu sens vraiment que leur esprit est connecté à leur corps, tout est en symbiose, c’est fascinant.

Ton rôle dans la nuit ?

 Si je devais me donner un rôle dans la nuit ? Faire vibrer la foule, y’a rien de plus gratifiant !

Ton envie, là, tout de suite ?

Manger un falafel

Cette mixtape, c’est l’allégorie de quoi ?

Quand je mixe je vois ça comme une balade, tu commences gentiment puis tu évolues sur ce chemin, comme une montagne à gravir, tu emmènes les gens vers les cieux, tu fais monter l’émotion jusqu’a arriver au sommet et la BAM feu d’artifice dans ta tête !

crédit photo cover : Silvere Koulouris