Les Nuits Sauvages

Dégif #136 : « Des images de cul et des hashtags pornos défilaient, ça explosait de joie et ça disait « tu m’excites même avec tes chaussettes » ! » – Heeboo

Dégif #136 : « Des images de cul et des hashtags pornos défilaient, ça explosait de joie et ça disait « tu m’excites même avec tes chaussettes » ! »

Dégif - Juin 20, 2019

La teuf on l’aime et elle nous le rend bien. Certains vous diront que non. Que physiquement, se déchainer sur le dancefloor pendant 15 heures, bras en l’air toute gorge déployée, c’est pas le meilleur moyen de bruler des calories. Au contraire, d’autres vous diront que le meilleur marathon c’est celui qui dure du vendredi soir au lundi matin, pas de temps à perdre on a qu’une vie. Dans tous les cas, après un long weekend, on ressort toujours la tête remplie d’idées, de bêtises, d’amour (et d’eau fraîche) avec l’envie de partager ces moments de folies !

Pour ce dernier Dégif, nos reporteurs d’un soir, nous livrent les plus belles pépites du weekend devant ET derrière le Dj Booth :

BELL TOWERS

« Jeunesse »

mer. 12 juin – Mercredi Soir : Bell Towers, Fasme (Live), Adjus (NF-34)

Qui es-tu ?

Rohan Bell-Towers – Bell Towers – Ma voix.

Rohan Bell-Towers – Bell Towers – My voice.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Jeunesse.

Youth.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Beaucoup de bons retours après la soirée – inhabituel pour Paris.

Lots of nice feedback after the party – unusual for Paris.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Faire la fête un mercredi !

Partying on a Wednesday !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Portable Kuukou (Portable Airport) – Capsule. Découverte récente très bien reçue par le dancefloor… Track hyper french touch.

Portable Kuukou (Portable Airport) – Capsule. Recent discovery and went down really well on the dancefloor… It’s kinda hyper french touch house.  

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais à une soirée pour le lancement de la nouvelle édition du Badland Magazine à Berlin.

Attending a launch party for the new edition of Badland Magazine, in Berlin.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Tout le monde sur le dancefloor ! Définitivement une des meilleures soirées où j’ai joué à Paris.

Everyone on the dancefloor ! Definitely one of the funnest parties I’ve played in Paris



LOKI STARFISH

« Crème »

jeu. 13 juin – Club Dustan – Le Dépot (Le Dépot)

Qui es-tu ?

Loki Starfish, Dj musicien, orga de soirée tout ça tout ça… Avec mon collectif Bragi Pufferfish, on a beaucoup de soirées dont la Gang Bambi, et on programme aux Souffleurs et sur le grand podium de la pride !!

L’image contient peut-être : 2 personnes, texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Crème !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je pense que c’était pendant les perfs de Hugues Jourdain et Cyrilx X, les gens étaient super à fond.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Tes potes que tu vois disparaître parce qu’ils sont partis aux sous-sols du Dépot et qu’ils reviennent comme très détendus.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Avec Sophie Morello on a bloqué sur une version de Madam Butterfly (Un bel di vedremo) de Malcolm McLaren dans le film A song of a Key of moi de Guillaume Dustan qui était projeté.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je me mettais en route comme un loutre, pour aller mixer aux Souffleurs pour Le mystère des Hannetons Pédérastes.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une pote d’Hugues Jourdain qui était fascinante avec son look, comme sortie d’un film de Lynch, c’était surréaliste, juste de l’observer au Fumoir à travers justement un voile de fumée.

Le moment où Hugues Jourdain s’asperge d’un certain liquide blanchâtre pendant sa perf ! C’était saisissant !

PRN PRJECT

« Blue gouine of the death »

jeu. 13 juin – DJ set : Barbara Butch X Prn Prject (La Mutinerie)

Qui êtes-vous ?

Aurore + Horror + porte un short et les poils près du short
Leila + Passoir + sourire benêt et regard perdu

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Blue gouine of the death… Pour blue screen of the death (on garde le copyright avec Barbara Butch)

Raconte nous ta vrille de la nuit

23:23, j’ai conscience que je suis en pleine ménopause et que la pleine lune débarque en scorpion. Sincèrement, c’est le plus gros bordel qu’il soit donné à gérer.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Mon amie stoppe sa performance pour une cigarette. Je me retrouve à surveiller l’ordinateur. Deux personnes se dirigent vers moi. L’une des deux me demande si son amie peut faire une photo dans l’installation performée, et montrer ses seins par la même occasion. Je lui réponds très sérieusement que ce n’est pas le moment, on est occupé.e.s, que je lui fais signe plus tard.
Dix minutes après, j’apprends que c’était Charlieshe, que ça aurait fait une promo dingue pour notre projet vue le nombre d’abonnés qui suivent son compte instagram. Je suis vraiment à la ramasse.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Ce moment bien précis, des corps vacillants d’alcool et de musique, où j’ai pu entendre un rire, qui sortait du lot. Je performais des paroles et des images derrière mon ordinateur et je marquais à cet instant des phrases dites par mes comparses lors du tournage qu’on a réalisé, en sur-impression des images de cul et des hashtags pornos qui défilent, ces extraits, nos mots, ce rire, en moi ça explosait de joie. Ça disait « tu m’excites même avec tes chaussettes » c’est comme si j’appelais ces absences, ces temps passés, très heureux et que quelqu’un d’autre réussissait à les incarner. Plus qu’un track ou qu’un set, c’était un échange en fait.

Mais aussi, Leslie Barbara Butch derrière, devant, autour de ces platines, c’est que du bonheur et de l’énergie tout le temps !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans le ouibus avec Passoir, coincée dans les bouchons, aux portes de Bruxelles, derrière mon ordinateur encore (à croire que je ne fais que ça), préparant notre prochaine intervention au MoDa (bar lesbien pop-up bruxellois), je baillais au rythme des mots que je tapais. Je pensais à tout sauf à ce que je faisais, c’est à dire plutôt à regarder le paysage qui défilait et berçait ma fatigue. Je voulais fuir ce bus parce que Passoir me brûlait de son corps. Je pensais à manger. Je pensais aux douceurs de ce que produit un corps qui nous affectionne. Je pensais à mon périné et à le contracter précisément pour me masturber, sans avoir rien devoir à personne.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je n’ai vu quasiment personne. Par contre, certaines personnes sont venues à moi, des connues ou des inconnues. Alors elles forment toustes comme un tout, vraiment bienveillants, de sourires qui caressent, de cocktails qui réchauffent.

De mon côté ça a été, la meuf qui vient me parler pour savoir si Aurore est libre. Apparemment j’ai une tête de site de rencontre.


J’ai bien capté qu’il fallait boire en soirée pour comprendre un peu mieux les dires de la drague. J’étais plutôt préoccupée que ces merveilleuses créatures ne renversent pas leurs verres sur mon ordinateur, sans doute une réflexion idiote, mais en contexte, je peux assurer que c’est effrayant d’être sobre. Cette meuf est arrivée, pleine de belles intentions, une très jolie, avec le verre qui tangue.

ELORA

« Joie, soleil, copains « 

du 14 au 16 juin / Psychedelic Meadow _ Edition 2019 (secret place)

Qui es-tu ?

Elora (lightindream pour le stand), tresses et plumes dans les cheveux

Image may contain: 1 person, text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Joie, soleil, copains

Raconte nous ta vrille de la nuit

Pas de vrille, all natural pour moi, mais du love partout dès le vendredi soir et pleins de retrouvailles surprise

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

L’atelier macramé donné par mon binôme de stand qui devait durer 2 h, a duré toute la journée, les élèves dissipés mais motivés à finir !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

On a fermé le stand pour aller danser sur le set de FX23, sur lequel j’ai dansé plus de 9km, parole de podomètre.

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Je venais de partir, le soleil toujours bien présent et bien dans l’œil toute la route !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Cette fille si pale, bien-nommée Vanille Fraise à la fin du week-end à cause du coup de soleil !

YOURI

« La rave ou le rave on peut dire les deux ! »

du 14 au 16 juin / Psychedelic Meadow _ Edition 2019 (secret place)

Qui es-tu ?

Youri aka Mosba, le beatmaker intergalatic (pour les intimes)

Image may contain: 1 person, text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La rave ou le rave on peut dire les deux !

Raconte nous ta vrille de la nuit

J’ai vu qu’un petit bout du festival car je suis-je arrivé à 12h pour repartir à 17h. Je jouais là-bas du coup je suis arrivé, j’ai bu une bière, j’ai mangé une galette au caviar d’aubergines (dédicace à la tente Abu) et puis j’ai passé des tracks. Le public était super réceptif, c’était la vraie famille de la trance, ça m’a rempli d’amour !

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Je suis pas resté assez longtemps pour assister à quelque chose d’exceptionnel, y’avait ce mec qui faisait bouffer de la paille à son pote, mais finalement assez classic dans la trance..

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Astral Projection – let there be light (Outsiders remix) c’est ma secret (pas vraiment secret) weapon qui déboite tous les dancefloors, y’a un lead acid ouf, avec un gros drop, tout ce qu’on aime !

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

J’aurais du être au kebab, mais je n’y étais pas. Je devais sans doute me rappeler à quel point cette teuf était exceptionnelle, c’était vraiiiment dingue !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je saurais pas dire mais grosse pensée  à tous les petits elfes du dancefloor, qu’est-ce qu’ils sont beaux avec leur maquillage et leur paillettes partout !

Because it’s all about dance and madness

CHRISTOPHE

« Soirée pluvieuse, Soirée heureuse ! »

vend. 14 juin – Serre Les Fesses w/ Imported Paris (Open Air) (Jardin 21)

Qui es-tu ?

Moi c’est Christophe aka CART, un des bons bougres de la Fessée Musicale. C’était moi avec le T-shirt Footix (champions du monde !)

No photo description available.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Soirée pluvieuse, Soirée heureuse !

Raconte nous ta vrille de la nuit

On attendait la grosse averse depuis 20 h. En open air, c’est pas la joie, je me disais « bordel tout le monde va se barer, je vais mixer devant les goutes »… Ba finalement, il s’est passé l’exact opposé ! 23 h 30 grosse averse, tout le monde devant la scène, c’était parti ! Un dancefloor serré, ca réchauffe toujours les coeurs

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Les gars d’Imported (je ne citerai aucun nom) qui vient me voir à la fin, l’air dépité : « Putain elle était super chaude elle, c’était bien parti, mais là elle a vomi sur son sac et elle pionce sur le banc ». Très inopiné comme remarque, dommage, peut-être une prochaine fois !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Juste toute l’équipe de Imported et bien sur les gars de la Fessée, à refaire sans hésitation, c’était le feu !

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

20h20, c’était reparti, petit before avant la soirée de Deepandance à Bobigny, une bière à la main !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La meuf qui toutes les cinq minutes te dit d’une voix un peu fébrile d’alcool « Euuuh vous pouvez passer de la disco house-han » (à lire avec une voyelle nasale à la fin, comme les Inconnus). Elle est là à toutes les soirées mais ça me fait toujours autant marrer !

Le moment où je lève la tête des platines, tout le monde kiff, la boule disco tourne, tout va bien !

CATHERINE

« Aérienne et fantasque »

vend. 14 juin – Brain présente le meilleur apéro de l’année (à la folie)

Qui es-tu ?

Catherine + pas de surnom + j’arrive toujours à l’ouverture en soirée.

No photo description available.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Aérienne et fantasque »

Raconte nous ta vrille de la nuit

Au moment où Marwa Loud a chanté, l’ambiance est montée d’un coup, il faisait nuit, c’était magique.

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Des amis à moi « un moment hifi » ont fait un mini concert en début de soirée, mais à cause d’un problème de logistique, ils ont joué derrière la vitre et c’était comme s’ils étaient en vitrine, ils ont assuré et on profité de la situation pour faire une impro très drôle

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Ce qui m’a marquée c’est le set de calypso Valois. elle a commencé par un titre de Mathématique Modernes, « jungle hurt » et c’était juste sublime. cela m’a rappelé mon adolescence :)))

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Je regardais le foot à la tv, et j’étais encore ravie. Je n’étais vraiment pas redescendue :))) j’avais envie de recommencer !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une femme blonde tout de cuir vêtue, qui faisait des selfies toute seule au milieu de la pelouse. C’était drôle et un peu triste aussi !

Quand j’ai vu que la bière était à 6,50 € ahahahahhahha, vive Brain et vive la folie !

F/CKEN

« Famille »

vend. 14 juin – La Station — Birthday party (III) (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

F/cken, vieille chouette, qui aime bien sortir à 20 h pour rentrer à minuit, ou à 4 h pour rentrer à 6 h, sans logique quoi.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Famille. La Station a ce truc un peu particulier qui fait que tu te sens à la fois TRÈS LOIN de chez toi, et À LA MAISON. C’est chaud, ça vibre, ça crépite, ça rend très heureux. J’ai eu l’impression d’être au birthday d’un pote, c’était drôle. Bon anniversaire La Station !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le remix hardcore de Joyeux Anniversaire, en boucle pendant 15 minutes, dehors, pendant le changement de plateau. Les gens dansaient n’importe comment, des verres de punch qui débordaient à la main, c’était PARFAIT, <3

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Tomber nez à nez avec ma voisine, dans ma tête elle avait 12 ans quoi.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le concert de Bryan’s magic tears, c’était planant, un truc un peu californien, et barré à la fois.

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Je plongeais mes yeux sous le voile très fin d’une robe incroyablement belle, un verre de vin rouge qui se consommait, et un film allemand absurde mais génial qui s’annonçait.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une p’tite main dans la mienne. Mais c’est privé.

LUCIE

« Inefable ! »

vend. 14 juin / Rendez-vous avec Zeltym, ANecDote & Léna (Generator)

Qui es-tu ?

Lucie/Lulu, comme vous le désirez. Si vous voulez me repérer je porte souvent des blazers noirs en soirée.

No photo description available.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Inefable !

Raconte nous ta vrille de la nuit

18 h ! A peine arrivée sur le rooftop, avec la vue sur Paris, les amies, l’apéro, le soleil, un bon son, tout est parti en joie totale très vite que du bonheur !

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Une fille qui est repartie en piquant une vingtaine de verres à bière haha

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

ANecDote ! C’était un des djs de la soirée, une découverte j’ai adoré ! Ses tracks nous ont fait voyager dans son parcours de vie, ses émotions, ses rencontres. Profond et communicatif, vraiment c’est prodigieux ! Un talent à découvrir absolument si vous aimez la techno…

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

De retour dans ma ville, probablement en train de défaire ma valise, en repensant à cette belle soirée.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un jeune avocat brésilien m’ayant aborder, et qui avait donc la particularité de ne pas parler un mot de français…

Quand je me suis mise à danser avec mes amies.

NATHAN

« Célébration »

sam. 15 juin / CHECK POINT PRIDE : Supermusique – digé set + The Kültt – perfs (Baston, Lyon)

Qui es-tu ?

Vous me reconnaitrez la nuit à Lyon sous le nom de Nana Deon. Je suis une Drag Queen tout-terrain !

No photo description available.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Le mot le plus juste pour décrire cette soirée serait « célébration ». On célèbre notre diversité d’une manière toute bête : on boit des coups, on assiste à un spectacle des drags queens du collectif The Kültt, on discute, on débat même un peu, etc.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le truc avec Baston, c’est que dès qu’on y est, on s’y sent bien ! L’heure à laquelle tout part en bonheur total, c’est l’heure à laquelle tu arrives ! Les taverniers (private joke) sont juste géniaux, ils sont adorables et sont intelligents : ils savent vous faire passer un excellent moment.

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Le poitrail exubérant en caoutchouc d’une des performeuses, remuant sur le rythme de la musique…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Les drag queens de The Kültt sont très bonnes, artistiquement parlant. Elles ont très bien fait le taffe, avec de jolis moments, des prises de risques, et des musiques au top ! Et Rêve de chaussée a été très bon !

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Je nettoyais mes pinceaux, rangeait mes ailes, etc. LA. DEPRIME.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Trauma …. Elle était juste sublime ! Avec une perruque parfaitement préparée par Xersaeï Von Lear, avec une tenue toute en richesse et en finesse, avec un maquillage généreux et coloré. J’étais sous le charme !

CLAIRE MORGAN

« Totale liberté ! »

sam. 15 juin – MYST 005 – Chromatic Cabaret (Secret Place)

Qui es-tu ?

Claire Morgan. Morgs. GSOH.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Totale liberté !

Total freedom !

Raconte nous ta vrille de la nuit

500+ que des individus uniques passant tous un moment merveilleux ensemble !

500+ totally unique individuals all having a beautiful time together !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Les gens qui vacillent dans la fosse remplie de mousse ver 6 h du matin.

People lurching around in the foam pit around 6am.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Talismann qui nous emmène jusqu’au gabber pour ensuite dissolver les cerveaux de tout le monde avec un bonheur ambiant.

Talismann building all the way up to gabber and then dissolving everyone’s brains with ambient bliss.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais sur le chemin de retour avec un grand sourire sur mon visage.

I was on my way home with a big fat smile on my dial.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La femme trop sympa qui m’a donné une grande rose rouge après mon set !

The sweet woman who gave me a long stem red rose after I played !

BERTRAND

« Récréation « 

sam. 15 juin – MYST 005 – Chromatic Cabaret (Secret Place)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Bertrand. Je n’ai pas de surnom. Un baptême, pas deux ! Aucun signe particulier à part que je suis régulièrement en short et que je transpire pour trois.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Récréation

Raconte nous ta vrille de la nuit

Tout est parti en vrille dès le début. En voyant le beau mur de son, je suis devenu hystérique, me prenant pour un danseur et j’ai fait des pointes de ballet avec des baskets. Résultat je me suis foulé un orteil de pied donc il fallait bien s’auto-médicamenter pour que tout se déroule bien pour la suite… Et ça fut évidemment le cas.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Voir toutes les têtes désireuses rivées sur un pote nu, qui voulait changer de vêtement, au moment où la lumière s’allumait.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’ai bien aimé le set de Sept, au matin, comme un bon café calva.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je me suis réveillé de ma petite sieste avec le gentil mignon garçon que j’ai rencontré le jour même.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Beaucoup de personne m’ont marqué : une dame avec qui j’ai partagé une danse. J’aimais son coté rock : petit jeans, petit soutient-gorge, cheveux courts. Le tout en noir. Et surtout un tapage du pied à faire rougir les plus jeunes. Les mecs habillés en rose fluo avec leur coupe de cheveux rose / punk. Le mec cherchant en vain les backrooms. Les nombreux bien beaux danseurs autoproclamés. Le mec métis au fond de la salle par son corps et sa danse. L’«hétérosexuel». Mes amies et les amis de mes amies. Mais aussi les DJs. Sinon j’étais très content de retrouver par hasard Alice, une belge que j’avais rencontrée à la Technodrama de Bruxelles.

Moi découvrant les enceintes en arrivant et les rayons du soleil


TOMMY HOLOHAN

« Turbo »

sam. 15 juin – Jour-J / Fée Croquer : Fairy Spring Rave II (Secret Place)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Tommy Holohan A.K.A Jimmy Nooligan

My name is Tommy Holohan A.K.A Jimmy Nooligan

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Turbo !

Raconte nous ta vrille de la nuit

J’étais heureux d’entendre les gens crier et des les voir monter les uns sur les autres pendant mon set. D’habitude, ça n’arrive pas quand je joue en Europe, donc c’était un bon buzz !

I was happy to hear people shouting and getting up on each others shoulders during my set – usually something I’ve not noticed around Europe before so that was a good buzz

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Une fille qui dansait sur le booth pendant qu’une quinzaine de flics se tenait derrière elle haha.

Some girl getting up and dancing on the speakers while there’s about 15 coppers standing behind her haha.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

AWB qui termine son set avec Jungle Brother c’était incroyable – faut aimer les breaks.

AWB closing up his set with Jungle Brother was sick – gotta love the breaks

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

En train de roupiller tranquille au lit haha

Kipped up nicely in bed haha

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Lotta taps aff ravers – j’ai toujours respecté ça

Lotta taps aff ravers – always respect that 

MARCO

« Démoniaque. »

sam. 15 juin / La toilette de jour # Massai watta (Bobigny)

Qui es-tu ?

Marco, pas de surnom et j’ai tendance avoir chaud et finir torse nu. Et à demander le numéro à tout e monde.

Image may contain: 6 people

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Démoniaque.

Raconte nous ta vrille de la nuit

J’étais pas trop de bon humeur. Mais mes potes avaient tous une super good vibe et ils m’ont accompagné vers un bon lâché prise ! Vers 19 h c’est parti et ça a dansé jusqu’à la fin ! Et le set de Bélafa a bien aidé : elle m’a fait voler !

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Le mec qui est tombé du mur, sauvé par plein de gens… c’est pas bien, mais je suis mort de rire !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Bélafa, géniale. Variée, originale, légère mais aussi bien puissante. Trop bien.

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

J’étais chez moi après un bon dimanche entre potes. On fumait des gros pe… des grosses cigarettes et on chillait. On pensait à la prochaine teuf !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le mec qui dansait vers 18 h sur le deuxième set. Torse nu, les yeux hors la tête, des expressions de joie et de bonheur, il envoyait des vagues avec les mains (littéralement) vers les gens qui dansaient. J’étais hypnotisé !

Le moment ou j’ai laissé la musique guider les pas et pas l’inverse !

THOMAS

« Je vais réveiller le Teknival de Marigny avec la chenille qui redémarre »

sam. 15 juin / Attrape Rave Final | Les Yeux Orange, Soeurs Malsaines, HORS-SOL (La Rotonde-Stalingrad)

Qui es-tu ?

Thomas, connu sous une multitude de surnoms identitaires allant du Judah au DaJew, vous me trouverez souvent la tête dans les enceintes à gauche des DJs, à onduler en bottines/jean/t-shirt, on ne peut pas se tromper

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Elle est cool cette salle, eh elle est bien aussi celle-là, putain mais elle est trop cool aussi la dernière PUTAIN ON FAIT QUOI MAINTENANT ok on va chercher un verre.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Hmmmm je dirais que c’est vraiment parti en vrille après avoir visité le mini-club, le refuge, pour enfin arriver dans l’atrium et que l’on s’est retrouvé face à Yeux Oranges dans une salle décor de jungle, avec un mix de slow trance/slow jungle très psyché et kické qui correspond à mon PUTAIN ON FAIT QUOI MAINTENANT légèrement plus haut !

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Alors j’en ai deux qui me viennent à l’esprit, et qui sont même assez liés : premièrement je me suis fait renverser ma bière par un type dont la joie et le bonheur d’être là étaient si intense que ses yeux respiraient l’exaltation, et qui m’a du coup engueulé parce que « faut bien tenir sa bière, bon allé bois une gorgée sur la mienne » merci mec. Touché. Ce qui nous a menés avec ma copine à retourner en chercher une au bar, où l’on est tombés sur une pote qui revenait tout juste de Colombie, et qui nous a tendu deux verres tout pleins avec un grand sourire, ou une jolie caresse dans le sens du poil de la part de l’univers (cc univers merci toi)

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Difficile de ne retenir qu’une chose, c’est partagé entre la scéno tout en paillettes et en beauté des Sœurs Malsaines, la magnificence musicale des Yeux Oranges, et l’énergie de Bassi/Eshka qui en closing sont frais comme des loustics

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Beeeh j’étais en réunion avec mon collectif (on a le droit de faire de l’autopromo ici ? dire que Sauce Cactus c’est vraiment un truc trop bien et qu’il faut absolument suivre tout leurs événements ? Enfin j’sais pas hein on fait ce qu’on peut), c’était une sorte de mash up entre The Walking Dead et Vol au-dessus d’un nid de coucou, soit une bonne manière de comprendre pourquoi Folie et Zombie riment aussi bien !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Aaah j’ai eu une inconnue qui dansait devant moi avec un éventail qu’elle agitait particulièrement fort, et comme elle remuait beaucoup j’avais l’impression d’avoir une aération pendant que je dansais… Inconnue, si tu me lis, merci pour tout, j’aimerais t’emporter dans ma poche toutes les soirées !

À CHAQUE FOIS QU’ON CHANGEAIT DE SCENE

MARIE-CHARLOTTE

« Galvanisante ! »

sam. 15 juin / Festival Artistique Gang Of Witches (YOYO)

Qui es-tu ?

Marie-Charlotte, MC, une tignasse ébouriffée à la de Bonnie Tyler dans les années 90.

Image may contain: one or more people, people standing and text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Galvanisante !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Un peu avant 22 h, oui c’est tôt, mais ça a suffi. Durant le final du concert de Gang of Witches avec Paula et Sophie et leur EP Patriarchy is burning qui m’a survolté.

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Amélie Poulain et ses vogueurs je pense, pas drôle au sens « je me marre », mais surprenant qui m’a laissé la banane tout le long de la représentation. D’autant plus que je suis totalement fan de la série Pose en ce moment, alors là c’était une démonstration de voguing en live.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Les photographies d’Émilie Jouvet qui étaient exposées. J’adore son travail, ses films, son esthétique, sa philosophie. Elle travaille sur la notion de désir, mais prend un angle dont on n’a pas l’habitude, une sexualité hybride qui n’est pas médiatisée. Elle creuse l’intimité sans être dans l’intrusion, joue avec l’érotisme, le pornographique et bouscule cette iconographie.

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Sur place ! Non je n’y suis pas restée toute la nuit, j’y suis retournée le dimanche pour voir le documentaire de Sabrine Kasbaoui, qui je ne voulais absolument pas manquer. Ça commençait à 17 h avec un débat à la fin du film, suivit d’un verre pour pouvoir tous se rencontrer et parler de façon un peu plus informelle. Ça m’a laissé un très bon sentiment de ce week-end. Moi qui me pensais féministe mais pas militante, ça m’a animée, loin de l’impression agressive que certains peuvent avoir, mais au contraire, bienveillante et solidaire quel que soit le sexe.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Personne en particulier, mais plutôt l’ensemble. En descendant dans le ventre du Palais de Tokyo, étage après étage, puis après sur la piste, tu croisais des gens avec des looks tous plus improbables les uns que les autres, hyper soignés, extravertis, beaux.

FRANK

« Tout était réuni ! »

sam. 15 juin / Hurricane W/ Moostik Frank Carrera Lowel Dove MLEH Ozone (Folies Pigalle)

Qui es-tu ?

Frank Carrera surnon Carrera , Frankie et des fois Frank. Signe particulier ? Toujours pas loin de la cabine Djs.

L’image contient peut-être : nuit et texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Cette soirée était top, tout était réunie.

Raconte nous ta vrille de la nuit

La joie était de mixer dans ce club mythique le Folies Pigalle, et de partager ce moment avec le dancefloor et les artistes qui mon booké pour donner de l’amour en musique.

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Deux femme brésiliennes qui passaient de bras en bras d’hommes j’ai trouver ça osé et improbable.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un remix de D’jamency sur le track de Natalino Nunes qui s’appelle Dark Room que j’ai joué pour la première fois ce soir : la belle surprise.

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

À cette heure-ci j’étais chez moi devant un super repas avec des amis, et je pensais que j’avais beaucoup de chance de pouvoir partager ces moments de la vie, c’est pas donné à tout le monde.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Y’avait un monsieur d’un certain âge qui sautait de gauche à droite en faisant des grands écart et sautillait partout.

MATILDOUTZ

« Un long voyage »

sam. 15 juin – Hedoné Paris : Muses (Secret Place)

Qui es-tu ?

Matilde – Matildoutz

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Un long voyage avec un énorme crew de potes amateurs de son et qui aiment se rassembler un peu partout dans le monde.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Au fur et à mesure que les potes et potes de potes se sont rencontrés, dis bonjour. Et surtout quand le son a commencé pour ma part avec le Live de Shimon au niveau de la petite scène toute cosy.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Quand je me suis aperçue en arrivant que le monde est tellement petit car l’ingé son à qui je filais un coup de main de chez Loud était un pote que je n’avais pas vu depuis longtemps et avec qui j’ai pu passer de purs moments autour de nos passions communes, le son et les arts visuels.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le Live de Shimon et le lever de soleil avec les copains, pendant mon set, toujours un bonheur, la crème de la crème.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je dormais depuis 16h et ne me suis réveillé qu’à 11h le lendemain.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ma rencontre avec la team Loud Professional France (les fournisseurs des systèmes de diffusion de cet événement)


Pendant le live de Shimon ! Grosse teuf- musique de fou sur un système son de fou avec les copains de fou ! Grand moment cet événement.

HOBO NOISE

« Sexual Power & Spirit Switch ! »

sam. 15 juin – Bender x Sous Tes Reins x La Toilette (L’Oasis de Noissy)

Qui êtes-vous ?

Hobo Noise pour les intimes, le mec avec une capuche et des tresses oranges sur le visage.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Sexual Power & Spirit Switch !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Avant même que j’entre sur le lieu c’était déjà le bonheur et l’amour absolu et quand je suis entré je me suis senti à la maison.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Une coupure de courant pendant le set, ce qui en soit n’est pas grave. Au contraire tu crées, une sensation de désire plus prononcée et l’avantage c’est que personne ne m’a vu me péter la gueule de la scène en essayant d’enlever les rideaux de ma tronche pour y voir quelque chose. C’était merveilleux.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Mila Dietrich avais joué sur Tsugi Radio un track que je n’ai jamais sorti ni joué. Je lui avais confié pour ses sets et jai fini par le jouer a La Toilette et au moment où le vocal est parti la salle a explosé. J’étais tellement touché car cette musique parle de choses très propres à notre communauté (SEX IS WORK, LOVE IS WORK, WORK IS SEX, WORK IS LOVE)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

À 20 h ? hmmmm… Je suis parti jouer dans un after, jai fais un B2B avec un parfait inconnu, et c’était juste hallucinant notre cohésion et le partage qu’on a eu sans même se connaître dès les premier tracks, c’était le coup de foudre, on a donc gardé contacte car je n’ai jamais vécu ça de ma vie !!!

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Paula Adory qui à fait une performance hallucinante après mon set, sa tenu était tellement impressionnante ses danses envoutantes, que tout le monde était comme fasciné de la voir, un Bijoux cette femme!



TURNBALISM

« Collé serré ! »

sam. 15 juin – Entente Nocturne OFF – Le Carnaval Electronique (Wanderlust)

Qui es-tu ?

Lucien aka Turnbalism

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

C’était collé serré ! La scène (gérée par les copains de Kumquat) sur laquelle j’ai joué était vraiment très très remplie. J’ai dû perdre quelques bons litres de sueur cette nuit là.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je crois qu’il n’y a pas un set où je ne joue pas un gospel. Quand les gens sont bien réceptifs ça réchauffe toujours les coeurs. Ça n’a pas loupé cette fois là, j’ai entendu quelques cris de joie venant de la salle, c’était assez drôle.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Quand à la fin de mon set je vais profiter du reste de la soirée sur le dancefloor, une nana me dit : « Merci pour la musique, j’ai même pas pris le temps de boire un verre que j’étais déjà bourré ! »

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Ouais, y’a un son qu’a joué mon pote Tim de Kumquat qui m’a bien fait plaisir. Si tu lis ça, balance le son frérot ! De manière générale, leur set était cool. Big up les gars !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans le jardin du squat dans lequel vit mon frère, on a fait un gros barbecue toute la journée. C’est les meilleurs dimanches !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Bah une petite pensée pour la fille qui a passé une bonne heure à se vider dans un pot de fleur géant sur la terrasse. Force à toi !


J’ai fini mon set trempé ! Il faisait si chaud, j’avais pourtant prévu ma serviette de bain. Mais m’éponger n’a pas suffit. Je suis resté mouillé toute la nuit…

G HIGH DJO

« Tattoo »

dim. 16 juin – ?????? ??????? ✦ ???? ???? (La Bellevilloise)

Qui es-tu ?

Déjà merci de m’avoir proposé ce « dégif », je lis de temps en temps Heeboo et ça fait tripper de se retrouver là. Moi c’est Jo AKA G High DJo. Toujours un t-shirt d’un obscur groupe ou collectif underground de Hip Hop. Et toujours OP pour continuer la teuf tant que y’a des gens chauds.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Tattoo (J’étais là pour le dernier bébé de mon bro Adjus, le Tattoo Village)

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand je digguais dans le bac à vinyl du stand d’Aurelian AKA KM3 (un super DJ, très pointu, et un super gars. Ancien DJ de Grem’s entre autres), qu’il m’a déniché du UK et gentiment offert un vinyl. Merci encore.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

À l’étage de La Bellevilloise il y avait un battle de voguing. Je m’y attendais pas et j’avais jamais assisté à ça, je suis passé checker un peu après mon set, et c’était cool de voir tous ces mouvements et toutes ces couleurs. Voir les gens réunis dans un même délire et qui peuvent être eux-mêmes ça fait plaisir.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’avoue je vais select un de mes track mais quand j’ai envoyé Le 77 ça a bien turn up le bordel. C’est new school BPM plutôt trap mais plus en mode phonk que mumble rap, en gros un héritage du Memphis 90s à la sauce Belge mais en plus délire dans les thèmes. D’ailleurs obligé d’enchaîner sur du Juicy J de Three 6 Mafia et $UICIDEBOY$ après ça

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Chez mon pote I.N.C.H, producteur de génie avec Al Tarba et qui a abreuvé tout le rap français de pépites (Vald, Seth Gueko, Alkpote, Le Gouffre, Sheryo, …). Je vous conseil vivement d’aller checker son taff. On buvait du porto et il me montrait des rudiments de prods sur le classique crack de Cubase 5, mon nouveau jouet. À force d’envoyer les instrus des autres ça donne envie d’en faire

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La meuf complètement faya en after qu’est monté sur scène et qui m’a demandé si je pouvais mettre de la techno, alors que c’était ni l’event ni le moment. En plus j’étais lancé sur de la grosse boogie funk. Au final on a trippé un peu derrière les platines et là un mec de la sécu est venu parce qu’elle était derrière et qu’elle avait son mélange dans une bouteille plastique, en mode festoche au calme. Il m’a demandé si on était ensemble et spontanément et simultanément on a répondu oui. Donc le gars est parti. Elle est passé à peu, de continuer son after dans la rue (mais solidarité oblige !)


Moi en train de digguer dans les bacs à vinyles ou dans la fripperie de la miff Ol’digger !

<iframe src="https://www.facebook.com/plugins/share_button.php?href=https%3A%2F%2Fheeboo.fr%2Fdegif-136-des-images-de-cul-et-des-hashtags-pornos-defilaient-ca-explosait-de-joie-et-ca-disait-tu-mexcites-meme-avec-tes-chaussettes%2F%2321&layout=button_count&size=small&width=83&height=20&appId" width="83" height="20" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" allow="encrypted-media"></iframe>

crédit photo : Victor Maître

Team Heeboo

Articles similaires

Plus d'articles

Derrière Le Deck

Derrière le deck #7 : « Sa chemise ressemblait au papier peint du club, dès qu’il se collait aux murs on aurait dit qu’il se camouflait ! »


Dégif

Dégif #103 : « Ni une ni deux me voilà avec la langue du nouveau bellâtre dans la bouche »


Dégif

Dégif du weekend #72 : « J’ai fini par distribuer des bouts de ma robe à tout le monde »


Dégif

DÉGIF du weekend #08