Les Nuits Sauvages

Dégif #105 : « J’en ai marre des mecs Tinder ; tu suces et ils disparaissent » – Heeboo

Dégif #105 : « J’en ai marre des mecs Tinder ; tu suces et ils disparaissent »

Dégif - Octobre 17, 2018

Cha Gonzalez

Il n’y a que là que les codes explosent et que les repères se perdent. Vers 2 h du matin, 10 h pour certains, 14 h pour d’autres quand les jambes flanchent et que le coeur ne bat plus que très lentement, ou trop vite. Il n’y a que là que le pas appuie l’empreinte, et que les corps cherchent l’étreinte. Coûte que coûte, goutte pour goutte, la sueur et l’amour, qui coule à flot, sans penser à demain, sans penser à hier. Il n’y a que là.

Pour ce dégif d’octobre à la chaleur drôle et délicieusement emmerdante, pour la 105e exactement, nos reporters d’un soir ont écumé le meilleur des nuits sauvages :

MOROÉ

« J’y ai vécu ma meilleure vie »

jeud. 11 oct. / Jeudi OK x Kapsule (Le Consulat)

Qui es-tu ?

Moroé, j’ai pas de surnom particulier ni de signe particulier si ce n’est que je m’habille très souvent en noir

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

«J’y ai vécu ma meilleure vie» lol comme dirait mon pote !

Raconte nous ta vrille de la nuit

La soirée en général est partie en vrille car je n’étais pas censé sortir ce soir là mais plutôt bosser.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Bien évidement je ne me souviens pas tellement des sons passés mais je peux assurer le fait que ce soit cool !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en pleine remise en question sur mon avenir car je vais en soirée plutôt que travailler…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon pote avec qui je sors souvent, of course, c’est le plus beau mec des soirées !

GUILLAUME

« Envoûtante »

vend. 12 oct. / PEDRO NIGHT #1  (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Guillaume / Rwafi / Kway Orange

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Envoûtante

Raconte nous ta vrille de la nuit

À 3 h, j’arrive enfin à me glisser tout devant en faisant preuve de respect (pas comme ces connards bourrés qui poussent tout le monde pour aller s’affaler sur les barrières et faire profiter le monde entier de leur odeur de sueur), je peux danser comme je veux et surtout avec le dj !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Une meuf qui a balancé une patate (qu’elle avait fait entrer je sais pas comment) dans la foule depuis une petite estrade, et encore plus drôle : la tête du mec qui s’est mangé la patate sans comprendre pourquoi ni comment !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Demuja car y’avait vraiment de la passion dans son set et on pouvait percevoir ses émotions dans la façon dont il dansait et tout, c’était quelqu’un d’assez expressif.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais chez moi en train d’hésiter à racheter une place pour l’Exil, sachant que j’en avais déjà acheté une mais que je l’avais revendue en rentrant chez moi complètement saoul à 6 h (et l’événement était sold out après …)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une fille avec des cheveux blonds et un look des années 70′ (pantalon pattes d’éléphant et tout je savais même pas que ça existait encore), qui s’occupait de sa pote arrachée qui a passé cinq heures consécutives allongées sur un banc. Dommage, elle portait des fila disruptor.

F/CKEN

« Bonbons à la vodka »

vend. 12 oct. / Pardonnez-nous de fêter notre anniversaire le douze octobre (Grand Marché Stalingrad – La Rotonde)

Qui es-tu ?

On m’appelle parfois Adibou mais j’ai jamais compris pourquoi. Sinon je brasse de l’air pour garder l’air fier.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Bonbons à la vodka

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand je vois Aubry s’exciter sur un son que je lance. On faisait le closing en b2b, c’était pétillant, un peu fou, il faisait chaud, les gens étaient contents, on aurait voulu qu’il y ait des milliers de personnes pour nous acclamer, lol, on a des égos super sympas à part ça.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

La bouteille de champagne qu’on s’est fait chourrer d’un coup. Pas cool. Genre une Veuve Claquette quoi.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un truc passé par le dj Hystéric en début de soirée, ça m’a rendue… hystérique, ce qui ne change pas grand chose à mon état habituel.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Une bière LECH à la main (qui fera bien sûr, rire tout le monde) j’allais chez des potes qui habitent derrière chez moi pour l’apéro avant d’aller fermer comme il se doit le plein air de la Station-Gare des Mines.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un moment très mignon où tu croises le regard de la même personne pendant genre cinq secondes, où ça fait tout chaud dans le coeur un peu quand même, où t’hésites à faire demi-tour, puis où tu te dis que tu préfères large rejoindre les copains parce que t’as la flemme, et la trouille.


CLÉMENT

« Une soirée familiale et sans prise de tête ! « 

vend. 12 oct. / Discoquette #6 – Birthday Party (L’Officine 2.0)

Qui es-tu ?

Clément Borowczyk, le mec vêtu de paillettes et d’un tshirt Coca Cola éventré

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une soirée familiale et sans prise de tête !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le moment où la track de RuPaul est passée, la soirée est partie en vrille de l’amour et du bonheur !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le Twister au rez-de-chaussée. Il était libre alors on s’est dit « chouette ». Un pote a eu l’audace de poser une main dessus, il a poussé un cri d’épouvante car le tapis était bien imbibé !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Les artistes étaient tout-e-s au top ! Aucune préférence pour ma part !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je me préparais pour un autre anniversaire. A cette heure précise on devait sûrement encore débriefer de la soirée de la veille devant un verre de vin…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un monsieur tout en blanc avec une casquette, sacrément ivre. J’étais flatté parce qu’il m’applaudissait pendant que je dansais. C’était bien le seul !

RONAN

« Incroyable. »

du 12 au 14 oct. / Entente Nocturne Festival 2018 (Le Kilowatt)

Qui es-tu ?

Ronan, ou Ro ou Roro. En soirée en général, je suis ce mec toujours avec un verre à la main, qui a la grosse descente et peut finir dans des afters interminables.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Incroyable.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Y’en a rarement (voir jamais) qu’une seule. En fait, quand ça part en vrille (ou surtout en joie totale) c‘est quand je retrouve des gens que je connais dans la soirée et que je m’attendais pas du tout à voir. C’était un vrai bonheur, et c’est l’un des aspects que je préfère dans ce genre de soirées, ce genre de bonne surprises.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Pas trop d’exemples en tête, certains moments de la soirée sont un peu flous ?

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Clairement Manu Le Malin qui nous a envoyés au 7e ciel (mais toute la soirée était géniale)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

On faisait l’apéro avec mes colocs !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Y a une personne qui m’a marqué, ça a été un certain Elhadi que je ne connaissais que par Facebook et que j’ai eu l’occasion de rencontrer en vrai, et c’est quelqu’un d’adorable et de vraiment cool, donc ça m’a bien marqué.

MARIANNE

« Amour et désordre »

du 12 au 14 oct. / Entente Nocturne Festival 2018 (Le Kilowatt)

Qui es-tu ?

Marianne – mon signe particulier pour CETTE soirée en l’occurence, c’était ma couverture de survie que j’ai gardée toute la nuit (oui j’ai eu un peu froid). D’ailleurs big up à toutes les personnes bienveillantes que j’ai pu croiser ahah.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Amour et désordre. Fallait y être pour comprendre.

Raconte nous ta vrille de la nuit

2 h du mat. Love et folie totale. Mes souvenirs à cette heure là sont un peu flous mais les sensations ne me quittent pas.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le bisou inopiné d’une copine à 5 h du mat, mais ça reste à Vitry ça !!

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Difficile de faire un choix ici, mais le set qui ne me déçoit jamais c’est bien Camion Bazar. Big love sur eux d’ailleurs, je ne compte plus le nombre de fois où je suis allée les voir !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Samedi, 20 h 20, before chez un ami pour enchaîner avec un soir au Big Bang festival !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La façon de danser de mon mec. Je suis sûre que d’ici des années ses pas auront un nom.

LUCAS

« J’ai glissé, chef « 

vend. 12 oct. / ANGST #4 : fluids (Le Consulat)

Qui es-tu ?

Lucas, certains m’appellent Lulu, mais je préfère Lucas ! J’ai 23 ans, et je suis étudiant. Un signe particulier en soirée ? Ma banane 100% plastique transparente, ça passe ?

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« J’ai glissé, chef »

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je ne peux pas te dire à quelle heure ça s’est passé, mais à un moment je me suis retrouvé au milieu du dancefloor à danser torse nu avec deux potes que je venais de retrouver par pur hasard. Le souvenir que j’en ai, c’est celui d’un moment au ralenti, entre la musique, la lumière verte, mes potes et moi, tous sourires !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’ai croisé un mec que je croise à TOUTES les soirées, il avait une minerve. Il s’était fait ça « en s’asseyant sur son canapé ». C’était juste la réponse la plus improbable qui soit.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’avoue que les souvenirs des sets sont assez flous dans mon esprit… Mais j’ai le souvenir d’une super techno, de sets vraiment cool avec des gens vraiment à fond dans le son.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Hahaha, je venais de rentrer du boulot (couché 7 h, levé 9 h pour bosser). J’ai fait une sieste de deux heures… avant de repartir pour une soirée d’excès à la BLT et au Peripate !

Ce moment où je me suis retrouvé avec mes potes à regarder tous les gens autour sur le dancefloor, tous avec un immense sourire !

LOÏS

« Libre ! »

vend. 12 oct. / Plein Air 2018 — Dernier week-end  (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Loïs / Lolo / Renverseur de bière pro

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Libre !

Raconte nous ta vrille de la nuit

À 2 h, quand les salles intérieures ont commencé à s’enflammer après la douceur de la scène extérieure.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Ce monsieur d’une générosité inégalable qui m’a offert trois de ses verres pendant la soirée parce qu’il était trop attaqué pour les finir. Mon porte-monnaie le remercie !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

L’ouverture du sous-sol par H-Ur, parce que c’est l’un des meilleurs endroits pour danser et qu’on pouvait encore danser les bras tendus.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais à l’after de la marche Existrans parce que même après une soirée compliquée il faut pas oublier ses convictions !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ce garçon avec une bouteille de vin vide à la main qui, pendant une heure et demie, m’a fait part de son soutien pour la communauté LGBT, en m’assurant dix fois qu’il était hétéro mais que ça lui tenait à cœur d’en parler. Ce moment où une fille nous interrompt pour dire « j’en ai marre des mecs tinder ; tu suces et ils disparaissent », et se volatilise tout aussi vite.

Les copains qui ne peuvent se passer de lâcher des paillettes à tout va.

MELISSA

« Verte, fluide, extatique, intense, spleen »

sam. 13 oct. / AFTER ANGST #4 : More Fluids  (79 Rue Cartier-Bresson)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Melissa, j’ai tout un paquet de surnoms inavouables et je fais partie de ces deux trois personnes en soirée qui fouettent leurs voisins avec leurs tresses.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Verte, fluide, extatique, intense, spleen. J’ai adoré.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Ansome a commencé son set à 3h  et c’était parfait – j’ai levé les bras et je les ai pas baissés avant la fin je crois. Ensuite on est allés rejoindre l’after à Pantin, là c’est parti en joie contemplative au soleil levant – c’était juste parfait.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Je me souviens de pas mal de gens en train de bloquer, la bave aux lèvres, devant une vidéo super méta qui était projetée, une espèce de compilation de fluides divers projetés sur des corps au ralenti, les corps avaient l’air emballés dans du plastique… enfin tu vois il y avait de quoi bloquer.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je suis arrivée au milieu du set d’ABSL, comme d’habitude c’était hyper bien, mais la découverte c’était Ansome, vraiment. Violent, sensuel… Après c’est toujours l’ambiance qui marque à la Angst, il y avait un brouillard épais et tout était en lumière verte, ça met dans le mood direct et on en ressort pas sain.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je tirais à pile ou face pour savoir si j’enchainais sur la Peripate ou pas. J’ai quitté l’after Angst à la fermeture vers 14 h, du coup j’en menais pas large… J’ai perdu, du coup j’ai enchaîné.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ben il y avait surtout une personne déguisée en VMC. Le mec/meuf/autre s’est dit “tiens, des tuyaux, je vais me déguiser en système d’aération ça va être cool’’. En arrivant à l’after il a gueulé “faites du bruit pour la VMC” et je pensais pas un jour entendre cette phrase quelque part. C’est devenu un hymne depuis.

 

JAVIER

« Musicalement vôtre. »

sam. 13 oct. / Plein Air 2018 — Dernier week-end  (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Xavier, Javier, je sheitanise avec parcimonie les personnes qui m’accompagnent en soirée.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Musicalement vôtre.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Une des animes de la radio nous a fait monter dans le studio pour une danse endiablée avec quelques bonhommes bien turbulents. Merci à elle.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Ils n’y avait plus de clopes à partir d’un moment dans aucuns des bars de la station. J’avais besoin de cloper sans avoir à gratter à tout va. Je me suis soudain senti le besoin de simuler un flingue avec mes doigts et de les pointer dans le dos des gens, au hasard, en leur demandant de garder leur calme, de regarder droit devant eux et de me conduire au coffre ou étaient stockés les clopes.. j’ai pas trouvé de coffre mais les gens le prenaient avec le sourire et on s’est bien marrés avec mon jumeau maléfique.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le b2b2b de cracki soundsystem ! Grosse joie derrière et devant le DJ booth. Très très bon mood.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je suis allé voir The None à l’UGC des Halles après avoir zoné sous le soleil estival de mi-octobre.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Y’a un mec qui se baladait avec le panneau « queer chevelu prix libre » en mode free hugs, et quand les gens s’approchaient il leur mettait des coups de lattes avec. Ça m’a bien fait marrer sur le moment.

 

ROMAIN

« Spicy !« 

sam. 13 oct. / La Creole #5  (Le Chinois)

Qui es-tu ?

Romain Mittica + signe particulier en soirée : Caméléon Queer

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Spicy ? !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Toute la soirée ? Avec la Créole, pas besoin de substance… la vraie drogue est l’ambiance, la musique et surtout les performers qui enivrent !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Voir des gens du public monter sur scène et rester scotchés à leur téléphone… what the f..ck ? Était-ce une critique philosophique et spirituelle sur l’addiction aux réseaux sociaux ? Je ne crois pas… Heureusement pour nous les vrais artistes ont repris le devant de la scène rapidement !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Tous les djs étaient très bons alors je ne veux pas faire de favoritisme… chacun a su nous transporter dans son univers !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais déjà nostalgique mais mes courbatures m’ont vite ramené à la réalité… la fête est finie !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Trois personnes clés de la soirées que j’avais déjà vu performer à la Créole : Fanny Viguier, Snake Ninja et bien sûr Vincent Frédéric-Colombo qui est à l’initiative de la Créole Soul et qui m’inspire beaucoup (je suis styliste). Ces personnes sont de vrais passionnés et communiquent une énergie bienveillante et vibrante !

Le moment où la musique nous inspire, que l’on se sent fierce et où l’on se fiche des préjugés ! Can I get an « Amen »?

JO

« Plus de fun ça aurait été trop. »

sam. 13 oct. / Panoplie  (La Java)

Qui es-tu ?

Jonathan, Llcooljo quand je dessine et Françoise Pagan quand je fais de la musique club de fête foraine ! Fêtard ascendant bière chaude.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Plus de fun ça aurait été trop.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je suis arrivé à 19h après un très long trajet en bus et une grosse ramasse ; une fois rencontré les protagonistes de la soirée ça n’a été qu’une suite de retrouvailles et de rencontres dans une ambiance relax et super fun. Le public est arrivé tard comme souvent à la Java. Dés 23 h c’est parti direct sur un mix de pépites techno, suivi par un excellent live très mélodique de Avventur, celui de Peanuts, le monde a commencé à arriver en bombe, j’ai joué après avec mon petit protégé Godzilla Overkill en featuring et deux djs ont clôturé la soirée avec des sets pointus et ultra dansants ! C’est jamais vraiment parti en vrille mais l’amour et la joie c’est carrément ce qui ressort de la soirée !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Dés le début de mon set une jeune fille s’est collée à la vitre pile en face de moi et me fixait d’une façon étrange et assez insistante, je n’ai pas la moindre idée de pourquoi mais du coup j’ai quasiment pas regardé le public du concert.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’ai tout aimé mais j’ai été particulièrement impressionné par le live de mon ami Peanuts, j’ai sorti son premier EP sur mon petit label Maison Acid, je l’ai fait jouer il y a peu et il évolue à une vitesse folle. Il arrive a faire une musique club et acide mais aussi très mélodique et toute en finesse et surtout très personnelle.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je venais de rentrer à Nantes, bien décalé, je me suis acheté une flasque de gin dans le cas où j’irai en soirée, mais j’ai finalement opté pour une soirée au calme, la fête de la veille était bien assez intense pour le reste du week-end.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

C’est Loic, qui organisait la soirée. On avait pas mal discuté sur internet mais je ne savais pas a quoi il ressemblait, je m’étais fait une image à 1000 lieux de lui ! Il est très élégant, pantalon patte d’éléphant stylé, chemise smart, belles chaussures et tête de type cool et gentil, ce qu’il est !

 

JEAN BAPTISTE

« (Très) intense »

sam. 13 oct. / Exil 2nd Birthday  (secret place)

Qui es-tu ?

Jean-Baptiste « JB », j’avais des lunettes de diffraction pour « mieux » voir les lumières stylées de la scène et j’ai passé toute la soirée juste devant les enceintes.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

(Très) intense

Raconte nous ta vrille de la nuit

A 2 h 30 quand SNTS débarque pour son live. Voir un mec tout en noir avec un masque comme ça jouer de la techno stridente/dark/hard, ça a le potentiel d’être assez badant ! Pour moi et mes potes c’était l’extase totale ! Trop dommage qu’il ne soit resté qu’une heure.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Un mec qui est venu me voir avec des gants à LED pour me faire tripper avec un lightshow. Pour le remercier, je lui ai prêté mes petites lunettes de diffraction, et il a regardé ses propres mains. Finalement c’est lui qui a phasé sur son propre lightshow !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

SNTS. Ca fait deux fois que je le loupais à d’autres événements (Nuits Fauves et à Griessmuehle) à cause de timetables contraignantes. C’est cool qu’il soit passé en début de soirée, je suis content de l’avoir enfin vu ! J’ai reconnu quelques tracks de son live, mais j’étais trop dans le moment pour prêter attention.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais chez moi dans mon lit, avec des boules quies, du jus d’orange et du calme, pour bien récupérer.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mes amis : pour certains c’était leur première soirée « techno », et j’appréhendais pas mal. J’espérais qu’ils allaient pas s’ennuyer, ou trouver la musique trop hard ou quoi… Finalement, ils ont adoré et ils ont passé une super soirée. C’était cool de les voir comme ça, j’espère que c’était pas la dernière fois !

Quand j’ai commencé à sentir des gouttes me tomber dessus : j’ai touché les murs de « la cave » avec ma main et que je me suis rendu compte qu’ils étaient couverts de la sueur des gens (enfin je vois pas ce que ça aurait pu être d’autre).

NOÉ

« Underground à souhait. »

sam. 13 oct. / Exil 2nd Birthday  (secret place)

Qui es-tu ?

Noé, le mec en chaussures de sécurité, ça vient d’une free très gadouilleuse, depuis j’ai mes chaussures de secu, elles sont très bien pour taper du pied.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Underground à souhait.

Raconte nous ta vrille de la nuit

C’est pas vraiment parti en vrille mais un souvenir qui m’a fait super plaisir c’est de voir mon pote avec un super sourire, en train de bien s’éclater alors que c’est la première fois qu’il venait dans une soirée de ce genre.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Absurde : ce même pote qui a perdu ses lunettes, on est partis les chercher au milieu de la foule avec nos flash de téléphone, bah figurez vous qu’il les a retrouvées.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

le set qui m’as le plus marqué c’est celui de SHDW & Obscure Shape, ça faisait longtemps que je voulais les voir.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

C’était Rasta Rocket à la télé !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne qui m’a marqué c’est le pote d’un pote qui était avec nous au before, j’ai bien sympathisé avec lui, il m’a montré quelques uns de ses tatouages pour le moins décalés.

JULIEN

« Samedi transpi en Exil « 

sam. 13 oct. / Exil 2nd Birthday  (secret place)

Qui es-tu ?

Julien, Ju, ou juju (mais ça m’énerve). Je suis le genre de mec qui finit à poil au fur et à mesure que la soirée avance.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Samedi transpi en Exil. Parce que grosse line-up de bâtard pour une soirée vraiment dark dans une cave humide à souhait.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 3 h. Avant on a tapé un before chez moi et on était supposés prendre un bus qui nous amenait directement devant la salle, mais le chauffeur nous a fait une grosse quenelle et ne s’est pas arrêté. Comme c’était le dernier bus, on du marcher jusqu’à la salle. Un mal pour un bien puisqu’on s’est torchés sur le chemin. Une fois arrivés, on est descendus devant le son, et boum c’était parti pour une soirée en bombe !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Vers la fin de la soirée, quand le jour s’est levé, avec une de mes potes on a pas arrêté de faire des allers retours entre l’extérieur et l’intérieur. Le seul problème c’est qu’on voyait que dalle à l’intérieur et on a vraiment galéré à essayer de se repérer. Moment un peu con mais marrant.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de SHDW & Obscure Shape avec leur techno bien dark, qui ont joué pas mal de leurs tracks. C’était le feu ! Sans oublier Under Black Helmet et Airod, qui comme à leur habitude, ont dégagé une énergie monstre sur le dancefloor.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Chez moi, en PLS sur mon canapé, en train de terminer les quelques bières restantes avant d’aller me coucher définitivement.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon pote qui revenait d’Entente Nocturne pour terminer sa soirée à Exil. Il s’est pointé avec des paillettes partout sur la face, elles formaient des motifs plutôt douteux (et surtout bien dégueux ha ha <3).
Sinon je pense à un mec que j’ai rencontré avec ma pote.

Le moment on j’était littéralement en nage, soit la plus grande partie de la soirée.

FABRICE

« Bad ass party !! »

sam. 13 oct. / Federation du Boukan – Edition Speciale  (4 Rue Vercingétorix, Paris)

Qui es-tu ?

Cream Cracker < DJ from MAURITIUS  » invité par Bamao Yendé (Boukan records)

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Bad ass party !!

Raconte nous ta vrille de la nuit

Au moment ou je mixais ! Haha, je ne connaissais pas le public, donc c’était un challenge !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Revoir des amis dans un meilleur état que d’habitude !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Amor Satyr, ils ont tout défoncé.. Les gars étaient chaud !!

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je chillais, avec des potes

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je dirais l’équipe de Boukan records – ils ont une bonne vibe, très éclectique en terme du déroulement de la soirée… Longue vie à Boukan records !

LUCAS

« Tension« 

sam. 13 oct. / Microkosm : Parrish Smith (IBOAT – Bordeaux)

Qui es-tu ?

Lucas, pas de surnom particulier. En général je suis habillé en noir et je reste plutôt stoïque face à la musique.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Tension. Tous les artistes ont maintenu une tension dans leurs sets, c’était assez fort.

Raconte nous ta vrille de la nuit

3 h 55 : Parrish Smith envoie un track de The Horrorist, juste avant de laisser les commandes de la cale à Blurred Boy. À deux doigts de traumatiser le club.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand Rémi, un orga de MK, nous a demandé si on voulait boire un truc avant le début du club, on a répondu d’une voix commune « De l’eau ! ». Ils ne savaient pas qu’on avait tous fait une grosse bringue la veille…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le line-up était marquant : la sélecta de Bès, la puissance de Parrish Smith, et le closing énervé de Blurred Boy.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais avec ma copine à l’apéro chez mes parents.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je dirais Parrish Smith. Il a un look atypique, a l’air plutôt calme mais il mixe très rapide et très costaud. Il expliquait justement qu’il aimait produire lent, mais jouer vite, et c’est complètement vrai !

Ça résume bien le taquet que le club nous a mis.

ARMAND

« À coeur ouvert« 

dim. 14 oct. / COCKORICO (79 Rue Cartier-Bresson)

Qui es-tu ?

Armand, 27 ans, ingé bâtiment dans les monuments historiques.
Quand j’aime le son, je reste scotché au dancefloor, les oreilles grandes ouvertes, tapant du pied en shuffle.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Sous-sols moites

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand nous sommes partis de l’EXIL vers 5 h. C’était surblindé, 30°C minimum, le plafond suintait, pas de ventilos comme à la Possession, le son n’était pas techno-rythmé-funky comme j’aime tant. Ma sœur était venue pour le weekend, je voulais lui faire plaisir, imaginez ma déception. Le groupe de pote part en couille, se divise et ça part en after chacun de son côté. Quelques péripéties plus tard, nous voilà arrivés, ma sœur et moi, chez les boyz Cockorico, mon collectif préféré ❤. Le spot et l’ambiance étaient parfaits, à mi-chemin entre le Sisy et le Griess, baignés de soleil en cette douce après-midi d’octobre.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Les regards intenses des personnes présentes qui nous ont fixés lors de notre arrivé. Deux blonds canons d’1.80m et 1.90m, ça ne passe pas inaperçu !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Prophetic Steps de Tesox et Amphetamine de Thomas P. Heckmann (MA CHANSON §§§) passés à la perfection par Maxime Iko. Ce mec est tellement doué !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

KO technique, les bras et les jambes ne répondaient plus d’avoir trop dansé.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un mec du bar de l’Exil que j’ai retrouvé dix heures plus tard à la Cockorico. L’énergie qu’il dégageait lorsqu’il dansait m’a laissé pantois. J’ai une choré à retravailler !

Soirées pataugeoires en sous-sol dans une chaleur moite

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Mixtapes

Mixtape.102 | APOLLO NOIR, du chaos naît l’harmonie


Mixtapes

Mixtape 53. | Kosambi – « Domestos »


Dégif

Dégif du weekend #25 : teuf en famille


New Kids On The Block

Kindergarten, « un terrain de jeu pour les gens majeurs »