La nuit, on a tous les pouvoirs. Ou presque. Celui de se sentir le maître du monde. Celui de posséder un dancefloor, le temps de quelques tours de bras. Celui de pouvoir espérer séduire, rendre fou, faire perdre la boule, en un regard, un sourire esquissé, un coup de rein sans lendemain. Celui de caresser l’espérance d’un jour sans ombre, meilleur et sans encombres. La nuit donne la force à bon nombre. De fustiger dans la ronde. De lancer des chenilles qui grondent. Celui de changer le monde.  Rien que ça.

Pour ce dégif d’octobre au soleil mi-figue mi-tigé, la 104e exactement, nos reporters d’un soir ont écumé le meilleur des nuits sauvages :

  • Sally a levé le coude avec la régularité d’un métronome à la JJ x Conspiration
  • Thibaut s’est trouvé très beau à l’ouverture de (pardon) pour les copains
  • Mathilde salue la laisse de Kenza au Carbone 17
  • Le pote de Mathis s’est fait réveiller par du poppers à La Machine
  • Romain a débattu à l’urinoir de la Halle Papin, de la transhumance des cigognes
  • Valentin s’est tordu la cheville à la Pochette Surprise du Klub
  • Tristan a bien aimé la meuf de 50 piges, bourrée, pendant les soundcheck au Chinois
  • Pierre-Henry salue les perfs de Myst au Macadam de Nantes
  • Thomas a bien aimé le fait que son pote qui mixait essaie de caler son son sur le rythme de l’alarme incendie à la Nuit Blanche Bon Esprit
  • … au même moment, Antoine tentait de synchroniser l’alarme incendie avec le BPM…
  • Anna s’est fait bifler la cuisse à la Cocktail D’Amore à Berlin
  • F/cken a totalement adoré le set de His Broken Heart à la 75021
  • Hugo s’est fait pécho par une fille déguisée en bécassine dans un squat
  • Romain a assisté à un orgasme d’enceinte à la teuf Organik
  • Au même endroit, Anne-Cé s’amusait avec la machine à shots…
  • Manon, elle, a vu des mecs jouer à Mario Kart en twerkant au rythme du son
  • Germain, pour une fois, n’est pas allé à un concert de métal norvégien où on tronçonne des vaches mais à la Philarmonie, de nuit…
  • Emilien s’est fait inviter/oublier pour l’apéro avant d’aller au Trabendo pour Matière Noire
  • L’amie de Xavier a lancé une chenille à un marathon de danse à la Folie
  • Pierre a découvert une pépite sur le woodfloor de Concrete
  • Pauline a tendrement assisté à un mini pogo dominical de 4/5 mecs un peu zinzins

SALLY

« À coeur ouvert« 

jeud. 4 oct. / JJ & Conspiration  (La Java)

Qui es-tu ?

Oriane aka Orion (ou Sally, pour les copains virtuels). En soirée, tu as toutes les chances de me trouver près du bar, à expérimenter des mélanges audacieux à base de bière et de shots de Jagermeister, ou devant le DJ, en train de danser avec les bras.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

À coeur ouvert. Autant pour les longues discussions ou le temps passé à refaire le monde dans le fumoir, que pour le line-up incroyable et le torrent d’amour déversé sur la piste par le collectif de DJs aux manettes.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le moment où tout est parti en vrille ? Clairement celui où on a décidé d’aller à la Java. Mon couvre-feu du jeudi soir s’est envolé en même temps que ma volonté, après quelques heures passées à lever le coude avec la régularité d’un métronome. Sinon, bel instant de communion festive aux alentours de 3 ou 4h du matin, quand on a commencé à ambiancer la salle dissimulée derrière le rideau avec une partie du crew Conspiration.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le jeune homme qui avait visiblement choisi LV2 allemand au collège, et a passé la soirée à me parler dans la langue de Goethe ou à me dire combien il aimait Berlin, à chaque fois qu’il me croisait (quand bien même j’essayais de lui expliquer que mon blond platine était artificiel, et n’avait rien à voir avec de quelconques origines germaniques).

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Toutes. Aucune. Impossible de choisir. C’était parfait.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je me préparais à ressortir pour me rendre à l’ouverture d’un nouveau club/bar rue Oberkampf, et tester encore un peu plus les limites de mon foie.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une bonne amie que nous appellerons Lara, et qui par un habile passement de jambes, parvient toujours à se glisser derrière les platines pour danser à côté des artistes durant les soirées. Quitte à passer autant de temps sur scène, je ne désespère pas qu’elle apprenne un jour à mixer. Ah, et aussi une autre très bonne pote qui m’avait juré ses grands dieux qu’elle allait rentrer avant le lever du jour, et a finalement passé sa journée de boulot du lendemain à transpirer de la téquila.

Un peu avant d’arriver dans le club : le moment où mon envie de faire la fête a pris le pas sur mon sens de la mesure et des responsabilités.

THIBAUT

« Phénoménal« 

vend. 5 oct. / Pour l’instant c’est seulement pour les potes  (pardon)

Qui es-tu ?

Thibaut Thibz, enfin j’en ai pas mal, on aime inventer des mots. Pardon.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Phénoménal, remplis de phénomènes.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Après avoir été déjeuné avec une amie, pour « l’instant », je suis passé chez Clemi, un ami, on a commencé à discuter et prendre des bières. A un moment, on parle de la soirée d’ouverture du Pardon, on se remémore tous nos souvenirs du 824h et là c’était fini, tout a vrillé. Ni une ni deux on part à la rencontre de nos potes sur les quais, festoyer et profiter du soleil. À 22 heures on était à la soirée.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Il y en a vraiment pas mal mais en même temps je rigole beaucoup. Pourtant parfois certaines choses doivent rester dans la confidence. Le mieux c’est de voir par soi-même.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

En vrai au début j’en connaissais aucun de la line-up. J’ai découvert des artistes qui ont su me faire apprécier et vivre la musique. Chacun d’eux avaient un style bien à eux. C’était top !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je travaillais sur un salon de 9 h 30 à 22 h. Le tout après avoir dormi deux heures, une sacrée oppression au réveil pour tout vous dire. Au final tout est bien qui finit bien. Après avoir déjeuné et mangé quelques fruits, j’ai regagné en énergie et j’ai été faire ce que j’avais à faire. A la fin de la journée j’étais K.O mais comme j’avais mon dimanche off et que c’était la nuit blanche, je suis sorti à Invalides rejoindre quelques amis puis on a fait un apéro dinatoire jusqu’à 7 heures du matin. Pour ensuite finir à la Concrète jusqu’au dimanche soir avec Medzo et Ben Klock. J’ai rencontré pleins de phéns, on s’est bien marré.

Mais c’était bien pour une fois, avec modération, Pardon 😉

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Moi-même. Quand je me suis regardé sur mon téléphone, je me suis trouvé incroyablement beau.

MATHILDE

« Free to everyone « 

vend. 5 oct. / Bad to the Bone #13 Release Party (Carbone 17)

Qui es-tu ?

Mathilde – Mathou – cuir mais pas moustache

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Free to everyone

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand j’ai découvert les pintes à quatre balles…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

On a squatté le seul endroit fermé au public pendant une heure, seuls dans une cour…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le show vocal ajouté au set métallique de IV HORSEMEN.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je cherchais du vin rouge à trois balles…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Kenza et sa laisse !

MATHIS

« Sortir des sentiers battus »

vend. 5 oct. / Quartiers Rouges .03 (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Mathis, en général jsuis le mec trop grand devant toi (je fais 1m90) qui t’empêche de voir quelque chose de la scène, jsuis le technophile de merde qui passe son temps à diguer les disques que j’entend en soirée.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Éclectique, parce que les sets proposaient des tracks d’une variété incroyable, sans cohérence évidente parfois, mais que c’est bon se sortir des sentiers battus bordel.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Pendant le before vers 00 h quand ma voisine du dessous est montée me dire qu’elle «ne supportait vraiment pas notre musique de tamtam», signant l’heure de nôtre départ vers le club.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand après avoir vécu le moment traditionnel où tu perds ta team pendant un temps et que tu rencontres des gens, je retrouve un de mes potes endormi sur un canap avec un mec qui lui met du poppers sous le nez pour essayer de le réveiller, ce qui l’a relancé totalement étonnamment. Ce même mec m’a ensuite pris pour un videur à cause du bomber que je portais, avant de me demander si j’avais des bonbons magiques dans la minute qui suit, pour le moins étrange le garçon, mais drôle.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Gros coup de coeur sur l’homme à la casquette Mad Rey, je l’avais déjà vu jouer mais là c’était encore mieux, il passait des tracks d’acid, du hip hop, de la house et le mixe à fait monter la sauce parfaitement avant Josey Rebelle.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en train de boire des bières, et je me demandais comment assumer la soirée qui approchait, elle se finira à 11 h le lendemain, torse nu dans un club étrange (dans le très bon sens du terme).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je me souviens de cette fille avec un haut blanc et deux fleurs blanches dans ses cheveux frisés, elle a pas lâché la barrière de la nuit, j’avais l’impression d’avoir un eye contact avec elle (ou pas). Mais le temps de réunir mon courage pour aller la voir, je l’ai vue partir du club vers 5 h, le destin.

Ma réaction quand je pense de façon rationnelle que je suis en train de vivre un moment génial avec des gens à moitié nus portant des chaînes autour du cou pour seuls vêtements, dans un entrepôt perdu et de la musique de tamtam qu’on écoute très fort. Étrange et plaisant.

ROMAIN

« Barbeuq auditif »

vend. 5 oct. / Dernier Mic Mac à la Halle Papin ! (Halle Papin)

Qui es-tu ?

Romain / aka Rom aka le chapelier fou / tjs un chapeau et des paillettes

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Barbeuq auditif

Raconte nous ta vrille de la nuit

Aïe aïe là tu me demandes de révéler des secrets de fabrication. Ok, lorsque mes pieds ont décidé de vivre leur vie c’est à dire, après la partie de Puissance 4 artistique avec les deux brésiliens rencontrés…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand j’ai envoyé par texto la photo de notre œuvre aux brésiliens sus mentionnés

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Qd le DJ a mixé un vieux son d’IAM dans son set hip hop funkysé

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je pensais à manger un bon repas pour me requinquer, ce qui fut fait pour valider le moment : en en parlant avec des amis !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le mec avec qui j’ai débattu durant deux minutes, à l’urinoir, de la transhumance des cigognes et des bébés. Il avait un œil qui disait merde à l’autre mais il était bien. Un bon pote de gros pipi. Je valide.

VALENTIN

« Authentique »

vend. 5 oct. / Pochette Surprise (Le Klub)

Qui es-tu ?

Valentin, mon alter ego s’appelle Bonora c’est une diva du dancefloor !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Authentique et riche en rencontres

Raconte nous ta vrille de la nuit

Juste après le concours de la Pochette Surprise quand tout le monde s’est mis à danser, vers 2 h, c’était génial, je suis venu avec un pote et je suis reparti avec 100 potes !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Je me suis tordu la cheville pendant ma performance de danse, sur le moment je n’ai presque rien senti et maintenant je me retrouve avec une attelle pendant un mois ! Bonora est donc en quarantaine ahahah

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Il y en a plusieurs, ce fut une soirée pleine de coups de cœurs, dont l’host Cookie Kunty, le performer Judas, ou encore la juge Ari De B… et bien d’autres encore mais que des personnalités assumées et extraordinaires  !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Après avoir passé cinq heures aux urgences (tout ça pour une simple attelle) je suis allé manger des sushis avec un ami, il faut bien se consoler !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Beaucoup de clubkids m’ont épaté avec leur look ce soir là, Cookie Kunty est impressionnante aussi et vraiment adorable, et enfin Ari De B a enflammé le floor mais qui en doutait ?

TRISTAN

« Énergie ! »

vend. 5 oct. / La Firme Papa #2 (Le Chinois)

Qui es-tu ?

LITL (NGA + Tristan Roger, Artistes live de la soirée)

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Énergie !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Au milieu de notre live ! C’était un test pour nous, la première fois que l’on jouait notre musique et d’entendre les gens gueuler ça fait un bien fou !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

On en a rigolé après mais la boîte à rythmes s’est mise à bugger en plein live… Le genre d’accident qui relance la machine encore plus fort !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le gars qui passait derrière nous, Soul Edifice ! Gros set rave avec du R&S à gogo type « Outlander – Vamp » !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

En galère à cause de la bière…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une meuf de 50 piges qui débarque complètement bourrée pendant les soundcheck à 20 h… Ensemble veste et pantalon peau de pêche, danse du démon alors que le floor est vide, très sympa !

Parce qu’on avait un gros smile tout le long du set !

PIERRE-HENRY

« Immersion »

sam. 6 oct. / KØK x MYST | Phase Fatale & Blind Delon (Macadam – Nantes)

Qui es-tu ?

P-H.T / Marlboro au bec

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Immersion

Raconte nous ta vrille de la nuit

2H : l’heure de la première prestation artistique de MYST sur les podiums, on a vraiment eu l’impression de rentrer dans un tout autre univers alliant la danse et la musique !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Hum, je pense que c’est quand je me suis mis à parler météo en emmenant Phase Fatale au club ! Là je me suis dit merde, j’aurais du revoir quelques bases d’anglais !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

L’artiste, je dirais Phase Fatale ! Il a vraiment réussi à réunir tout le monde sur le dancefloor jusqu’à la fermeture avec un set sans concession !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Rien de très intéressant à part du chill, un chat, un plaid & Netflix !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Sans hésitation, les performers de chez MYST ! Des looks et des danses totalement uniques !

Je vais rester sur le coup de 2 h avec la première performance de MYST, où tu t’arrêtes de danser au milieu de la piste, tu te poses et tu regardes le show !

 

THOMAS

« Bon esprit »

sam. 6 oct. / Nuit Blanche • Bon Esprit (Grand Marché-Stalingrad La Rotonde)

Qui es-tu ?

Thomas, « random cool guy » qui travaille dans la zik. J’ai participé au projet « Jubilé » qui a pris le contrôle du mini-club de la Rotonde lors de la soirée.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Bon esprit.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 2 h. J’avais un verre plein dans chaque main. Ma copine a débarqué avec une bière. J’ai pensé à mon chat et à ma dignité. Et puis je me suis dit YOLO.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand l’alarme à incendie s’est déclenchée et que le pote qui mixait a essayé de caler son son sur le rythme de l’alarme. Du grand art.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Jess & Crabbe – The Big Booya ! Le meilleur son en club pour faire danser la plèbe.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dans un taxi pour rentrer chez moi ! La tête collée à la vitre, méditant sur Paris… J’ai laissé un filet de bave sur le siège.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La danse de la joie de Dalton John, derrière les platines. Il peut enflammer le dancefloor à lui tout seul. Rarement vu un DJ qui te met autant de bonne humeur !

Moi, dès qu’un nouveau son m’enjaillait, fendant la foule entre le fumoir et la piste pour retrouver mes potes.

ANTOINE

« Le feu »

sam. 6 oct. / Nuit Blanche • Bon Esprit (Grand Marché-Stalingrad La Rotonde)

Qui es-tu ?

Antoine, aka El Manager, signe : ça va plus au bout de trois pintes.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Le feu, la bonne ambiance, le bon esprit, le bon public, la chaleur et l’éclectisme du Mini Club avec Jubilé.

Raconte nous ta vrille de la nuit

2 h 30, quand l’alarme incendie a sonné pendant une heure.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Tenter de synchroniser l’alarme incendie avec le BPM parce que c’était trop long

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le crew Jubilé dans le Mini Club all night long, des Lorrains aux platines, ça ne rigole pas.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je faisais la cuisine en attendant le regarder PSG / OL, j’attendais que Kylian leur mette une bonne grosse rouste.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Dalton John du crew Jubilé, en sueur qui me donne le casque au moment de reprendre les platines en me disant « désolé mec, il est trempé » .

Parce que l’alarme incendie c’est insupportable

ANNA

« COCK »

sam. 6 oct. / CockTail d’Amore <3 Discos Capablanca (Griessmuehle – Berlin)

Qui es-tu ?

Anna, pas de surnom, et a le contact facile.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

COCK

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le moment où Omer a mis une track qui m’a fait tomber dans une faille spatio temporelle… Cinq heures plus tard j’étais toujours sur le même dancefloor en train de danser…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le gars qui a donné une bifle à ma cuisse… il en distribuait gracieusement à tout le monde en dansant… PARTAGE c’est ça en fait le mot qui décrirait le mieux la soirée !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

À part Omer, Abajour pour leur charisme et leur début de set léché !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Il n’y a pas vraiment eu de lendemain sachant que j’y suis retournée le dimanche soir… mais sinon le lundi soir j’écoutais mon coloc raconter qui il avait pécho à Cocktail en mangeant des crêpes au Nutella…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Deux personnes sur le podium : samedi, le mec au cul incroyable qui a dû provoquer quelques triques et/ou AVC avec sa manière de le bouger, puis dimanche la meuf tout en bleu paillettes et kimono qui dansait comme si sa vie en dépendait !

Je suis partie sans faire exprès à minuit pile comme Cendrillon avec mes Docs dégueulasses aux pieds

F/CKEN

« PAS DU TOUT PRÉVU »

sam. 6 oct. / 75021 #29 – XXIX (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

On sait plus trop, à force, mais tout un tas de gens cohabitent au sein d’un foyer totalement sous contrôle. Ou pas. Tout dépend du soir, de l’heure, et de la personne à qui on s’adresse.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

PAS DU TOUT PRÉVU.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand je me suis rendue compte que c’était un des derniers instants de l’année de la Station en plein air et que le set de December x Garçon Manqué battait son plein. Puis quand j’ai réalisé que l’un de mes amis préférés rentrait avec le plus beau garçon de la soirée. Il dansait si bien, pendant deux minutes, j’ai prié être pd.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

La bière IPA, à laquelle je carbure parce qu’elle me bourre jamais la gueule. Tout le monde dit le contraire. Mais moi ça me fait rien. Elle dit ça, jusqu’à la vrille ultime qui viendra bien. En vrai j’avais pas dansé depuis longtemps, je devais ressembler à une vieille pie toute désarticulée, mais alors, si tu savais à quel point j’en ai mais rien à fouuuuutre. La vie est une vieille pie toute désarticulée !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Clairement : December x Garçon Manqué, sous le nom de His Broken Heart. C’était génial. Magnifique. Magique. C’est le set que j’attendais, parce que jusqu’alors, la musique ne m’avait pas trop convaincue. J’en suis repartie toute retournée. Tous ces tracks à chanter, enfin à vociféré, ouah, c’était immense.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Aubry venait de finir son set à Concrete et il m’avait « offert » (le vaste mot) un vodka get 27 perrier à siroter avant de nous diriger à l’EP7.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Alejandro que j’ai aperçu en train de sauter dans un coin ? Léa et son vert sur les yeux ? Laura et sa ramasse mignonne ? Clément et sa chemise diabolique ? Les jumeaux, quelques heures plus tôt, et leurs bijoux grandioses (Persta, si tu connais pas, t’as raté ta vie) une je pourrais sans doute jamais m’offrir ?

HUGO

« Inespéré »

sam. 6 oct. / Problematic Beat #1 (79 Rue Cartier-Bresson)

Qui es-tu ?

Hugo / French Flair / commence à danser quand y’a plus grand monde

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Inespéré.

Raconte nous ta vrille de la nuit

4 h 30 quand je suis arrivé, grosse rave sur le set de Primitive toujours aussi lourd.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Me faire pécho par une fille déguisée en bécassine totalement folle dingue mais incroyablement drôle.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de closing d’un mec de l’ombre jusqu’à 12 H 15 (comme il me l’a dit) même pas affiché au line up, grosse maitrise du mix et sélection impeccable

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Apres qu’on soit partis d’after, à 20 h 20 j’écoutais encore du son à fond avec mon bestfriend chez lui en attendant le début du match PSG-OL AHAH

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une fille d’une douceur sans précédent au crane rasée que je vais revoir très vite !

Quand j’ai vu cette fille…

ROMAIN

« Comme une huître, faut descendre pour trouver les perles ! »

sam. 6 oct. / Organïk : SEED (secret place)

Qui es-tu ?

Romain | Swann | askip j’ai la plus grosse

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Comme une huître, faut descendre pour trouver les perles !

Raconte nous ta vrille de la nuit

5 h, petit break, mes potes fayas me déballent tout leur répertoire d’amour, c’était beau et sincère  !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Plus de bière au bar, le barman qui rajoute de la vodka dans la vodka/redbull pour se faire pardonner, ça c’était cool !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Franchement la tech était nikel du début à la fin, pas trop profonde/mentale (j’étais sobre toutes la soirée), mais bien EBM et mélodique, très énergique notamment lorsque JEANNE est arrivée, lui et PAWLOWSKI ils ont envoyé du lourd franchement faut le dire, le respect était mort et enterré.

– Moi : « Franchement ma poule les enceintes là elles en peuvent plus ! »
– Pikapika : « Elles ont maaaaal. »
– Moi : « J’sais pas si elles ont mal mais elles sont en plein orgasme ! »
– Pikapika : « …en tout cas elles prennent cher !!! »

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

En train de me réveiller tranquille, serein, prêt à enchaîner tous les week-ends avec une bonne rdr des familles ! Je pensais (mais c’est personnel) que les soirées sobres sont, lorsqu’elles sont bien accompagnées (bon set & setting + bonne ambiance + bonne tech), quand même un réel plaisir et sans les problèmes hormonaux/mentaux des jours d’après liés aux descentes… content d’avoir pu danser tout en essayant d’apporter une petite pierre à la reconstruction de notre monde.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Comme d’hab y’a des filles qui dansent trop bien, je tombe amoureux direct c’est abusé. Puis toujours les petites teams de renois qui envoient du lourd aussi ! Y’a pas eu de personne en particulier cette soirée, tout le monde était cool et assez lucide. Petite dédicace à M qui a dansé et est rentrée avec nous, j’espère qu’on aura le plaisir de se revoir !

Ma soirée commence au début du gif, et chaque heure passée correspond à une levée de menton…

ANNE CÉ

« Kiffante »

sam. 6 oct. / Organïk : SEED (secret place)

Qui es-tu ?

Prénom : Anne-Cécile. Surnom : Anne C.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Pour décrire cette soirée je serai simplement kiffante !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Probablement vers 8 h du matin. Je me suis retrouvée dans la cabine du dj de la salle micro et là entre le son dans mes oreilles, voir toute la salle danser et la lumière qui commence à pénétrer par les verrières j’étais totalement transportée. C’était vraiment un moment super intense.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’ai vu une tour avec un écran et plein de lumière… en fait c’était une machine à shots ! J’ai trouvé l’idée excellente. Avec mes potes on s’est vite familiarisés avec l appareil et ça nous a vraiment fait passer une bonne soirée.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Problamement Jeånne. Excellente découverte, il m’a complètement transcendée avec sa techno hyper rythmée.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais au lit ! Suis partie à 9 h du matin d’Organik et j’ai pas vu mon dimanche passer. Par contre en me réveillant je me suis dit que j’en voulais encore !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Y’avait des super meufs qui proposaient de faire du maquillage avec des paillettes. J’ai vraiment kiffé leur style et leur travail. Elles ont assuré.

Moi au moment de l’arrivée. J’ai trouvé le lieu ouf quand t’arrives, que tu perçois les basses de la micro et ce couloir avec les carcasses de voitures ! Ça m’a tout de suite fait penser aux soirées berlinoises dans des squats ! Ambiance assurée !

MANON

« Emoji feu »

sam. 6 oct. / Dancing Shoes #13 (L’INTERNATIONAL)

Qui es-tu ?

Manon, alias Gloriakitsune sur tout l’Internet sacré. Je danse toujours de la même manière, qu’importe le style musical et j’ai les cheveux bleus (actuellement).

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Émoji feu.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand La Bok a commencé son set, je ne répondais plus de rien et ne faisais pas du tout attention à ce qu’il se passait autour de moi.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Les mecs qui jouaient à Mario Kart à l’étage en twerkant au rythme du son. Ils ont fini derniers.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de La Bok, une lourdeur sans nom et ça se voyait dans le public. On est apparemment plusieurs à lui avoir demandé toute la setlist ou un enregistrement.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais au Salon de l’Auto, en train d’admirer avec les yeux mais souffrir des oreilles à cause du dj sur le stand Renault.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le mec qui est venu me voir quand j’étais toute seule devant le set de Louis de Dancing Shoes. Il m’a juste demandé si j’étais venue seule (oui) pour me dire que c’était cool que je n’ai besoin de personne pour kiffer mes nuits avant de repartir.

GERMAIN

« Un hommage

sam. 6 oct. / Nuit Blanche à la Philharmonie (Philarmonie de Paris)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Germain, mon surnom n’est pas du tout avouable et généralement on me reconnaît de loin car je suis aussi voûté que mal habillé.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Un hommage.

Raconte nous ton bonheur de la nuit

Dès l’entrée dans la salle de la Philarmonie à l’écoute des premières notes dans cet espace incroyable ! Non seulement le pianiste était excellent et mettait juste ce qu’il fallait d’espace entre les notes mais le public, en mouvement constant dans la salle, faisait honneur à cette “musique d’ameublement” en y ajoutant de petits chuchotement et de froissements de pantalons. Ca m’aurait dérangé pour certains concerts mais là ça marchait très bien et me rappelait beaucoup de choses ambient que j’aime écouter depuis que je suis vieux.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Il y avait un type qui était là pour tourner les pages de partitions mais des fois, il en ratait et le pianiste devait se démerder tout seul et aussi des fois, il se levait pour rien. C’était amusant à regarder. 

Un couple s’est levé et le siège rabattable a fait un bruit de grincement qui était parfaitement dans le ton du morceau.

Bon voilà, on était pas à un concert de métal norvégien où on tronçonne des vaches.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Il y avait pas mal de  tracks d’Erik Satie dans le set de Nicolas Horvath qui étaient dans une ambiance très deep et minimale. Non mais sans dec, c’est quoi cette question pourrie ?

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je pensais à la mort, comme d’habitude.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

En fait le truc le plus absurde, c’est quand ce danseur s’est mis à danser dans le gradin en face vers 4 h du matin et a rapidement été rejoint par une horde de gens bourrés qui ont eux aussi tenté de s’exprimer avec leurs bras, leurs jambes et leur ébriété. J’avais jamais vu Resident Evil en vrai.

ÉMILIEN

« Contemplation »

sam. 6 oct. / Matière Noire x Nuit Blanche (Trabendo)

Qui es-tu ?

Emilien Emileeeeeeuh, toujours devant à droite

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Contemplation

Raconte nous ta vrille de la nuit

Live de Foudre ! Arrivée des bass (au Trabendo la bass tu la sens bien ❤) mon verre qui tombe mon corps qui dit oui…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Mamat qui oublie qu’il t’invite pour l’apéro et te fait poireauter devant chez lui pendant qu’il télécharge des videos…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le projet Foudre ! Incroyable de bout en bout ce live machine à cinq, méga puissant et Mururoa pour les ambiances sonores et visuelles destabilisantes

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je suintais du visage en essayant un masque high tech féminin que l’on m’a offert devant un film que j’ai oublié !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mamat crève toujours le décor : les gens qui le croisent s’en souviennent encore !

Après dix minutes du live de Foudre ! Tu es en train de réaliser que tu vis une expérience puissante…

XAVIER

« BOUM »

dim. 7 oct. / Overdanse #01 (à la folie)

Qui es-tu ?

Xavier, ou Ixpé, je me balade souvent avec une banane à sequins qui fait beaucoup de jaloux.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

BOUM

Raconte nous ta vrille de la journée

Je dirais au bout d’une heure de marathon de danse, donc vers 15 h. On commençait à faire n’importe quoi pour se motiver.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Oh sûrement quand Veronika von Lear a lancé une chenille, qui s’est terminée par terre, à quatre pattes… on avait l’air malins…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Clairement quand Tony 2 Soirée (rebaptisé Tony d’Après Midi pour l’occasion) a passé « Le Dormeur doit se réveiller ». C’était idéal. Et évidemment Pepita qui a joué un track incroyable mais que je garderai secret (DESO T’AVAIS QU’À VENIR)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je répondais à un dégif pour Heeboo, tu connais ?

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La gentille jeune fille qui a voulu faire le porté de Dirty Dancing avec moi… encore désolé, j’ai pas réussi 😞 et mentions spéciales à Victoria Lachose et Minima Gesté qui étaient fabuleuses, comme d’habitude.

Tout simplement moi pendant tout l’Overdanse, j’avais le même legging léopard !

PIERRE

« Chill & Netflix »

dim. 7 oct. / Samedimanche(CONCRETE)

Qui es-tu ?

Hola, moi c’est Pierre, on me reconnait facilement à ma banane motif banane (INCEPTIONNNNN) qui fait bien marrer les gens. Et non, je ne vends pas de Taz déso ❤

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Alors c’était plutôt une journée non ? Un dimanche Chill & Netflix.

Raconte nous ta vrille de la nuit

C’était mon premier samedimanche où j’arrivais sans être déchiré de la veille et après une bonne nuit de sommeil prêt à en découdre. On a d’abord commencé avec le set de Stanislav Tolkachev et c’était bien bien perché, pas l’idéal sobre à 15 h 30. Petite pause clope sur le woodfloor et là un gars s’est mis à balancer une house du futur sur un woodloor complètement vide. Il a fait son set pour nous et qu’est-ce que c’était bon, comme si la barge nous appartenait on était les rois !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

La rencontre avec la rédac-chef de Heeboo, totalement improbable pendant une pause clope, cœur sur toi frère (coeur sur toi soeur, ndlr)

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Ben Horloge, Overmono, on ne va pas se mentir on est venus pour eux, et ils ont fait le taf, en même temps ça reste des valeurs archi-sûres. Mais en vrai, la pépite, ça reste ce set incroyablement soigné d’Aubry qui jouait en même temps que le père Klock. Impossible de décrocher c’était envoutant, quatre heures de voyage de la house à la techno en passant par un closing disco d’anthologie, j’étais franchement heureux, tellement d’énergie positive. J’ai hâte de le revoir !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Bah j’étais au taf en train de subir comme jamais mais déjà en train de checker où taper du pied ce week-end et y’a de quoi faire ! Entente Nocturne, Dettman au Trabendo, la warehouse d’anniversaire d’Exil, je sais plus où me donner de la tête. On me glisse aussi dans l’oreillette que Pardonnez-nous fête son anniversaire à la Rotonde !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ce gars totalement perché qui gesticulait comme si il était désossé et qui calait sa tête à deux centimètres du DJ. Creepy mais bon délire, il a bien fait marrer tout le monde, et qu’est-ce que c’est bon de voir les gens rire !

Ce moment où un mec m’a lâché une clope alors que ça commençait à être une denrée rare pour tout le monde !

PAULINE

« Franche camaraderie »

sam. 6 oct. / OFFNOISE présente … contre soirée (Griessmuehle – Berlin)

Qui es-tu ?

Pauline la Fragola. Signes distinctifs en soirée : le rouge à lèvres rouge sang & la Rigolade, toutes dents devant et gorge déployée !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Un dimanche soir dans une ambiance de franche camaraderie.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Personnellement j’ai joué la carte « calmos » à cette soirée, j’avais une audience le lendemain. Selon le fameux Code de la Teuf et quelques échos, le dimanche a dû se transformer en vendredimanche aux alentours de 23 h 30. Le moment love : 21 h 29 : le slow d’une belle blonde avec son nouveau fiancé – seuls au monde dans leur bulle d’amour, de galoches et de cheveux gominés.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le mini pogo de 4/5 mecs un peu zinzin, perchés dans la mignonnerie (et peut être autre chose ?), aux looks de génie et aux sourires jusqu’aux oreilles.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

O89 (Order 89) !!!  Trois points d’exclamation pour trois jeunes péchus (Jordi, Flavien et Eliott) aux mèches bouclées et à la verve intarissable.
Pétris de talent et de complicité, ils se distinguent clairement par leurs riffs diaboliques et érotiques. Le moment frisson : leur titre BARBARA et leur cover de l’Amour & la Violence de Sébastien Tellier… pépite. Ils jouent jeudi au Truskel et dredi au Black star, tu viens ?.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Hmmm j’étais chez moi en train de mater les places pour David Byrne. Mais j’étais surtout absorbée par l’arrivée de mon nouvel appareil à raclette (un enfant désiré depuis tant d’années).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une nana, cheveux coupés au carré, teinture verte Heineken (pourquoi avoir les cheveux bruns quand tu peux les avoir verts ?) – Mini jupe écossaise – collants résille featuring plumetis – Santiag blanches à talons argents. Beaucoup d’infos … mais assumées alors c’est toujours beau.

J’ai aimé le décalage entre l’état des artistes avant le concert, avachis dans leurs Chesterfiels, indolents … (à leur décharge, ils avaient également joué la veille à Mains d’œuvres) et le pep’s et la pétulance dont ils ont fait preuve sur scène.