On y rit, on y aime, on s’y sème, on y vit. À 100 %. Parfois 200. Souvent 10.000. Pour s’oublier, pour oublier, les trop-vides qui précèdent les trop-plein. Partir, repartir. De la fête, le béaba. On en vomit aussi, parfois, oui oui. On s’y vide, parce que les vases débordent. De tous les côtés. Des tous les pores. Par tous les ports. De tous les fronts. On y rend le désir avide. Et le jour frigide. On se frotte, on se frotte. On sort tout. Puis on y tombe aussi. Pour mieux en rire. Bim.

Pour ce dernier dégif de septembre, la 102e exactement, nos reporters d’un soir ont écumé le meilleur des nuits sauvages :

  • Juliette a flashé sur Bracco au OFFF. festival
  • Arthur s’est fait taxer son popper toute la soirée à Exil
  • Morgane aka Géraldine de Strasbourg, a sué à la Rentrée des Cancres
  • Un ami de Manon est venu la voir pour lui montrer sa gencive à Coucool
  • Audrey a lancé une chenille sur de la techno à La Station
  • Marie s’est faite masser les entrailles à l’Aïnu festival
  • Erwin a embarqué sur sa soucoupe volante pour distribuer du love à la Flash
  • Au même moment, Jeanne se ramassait dans la descente qui menait à la salle…
  • Le pote d’Anissa a encore fermé la soirée alors qu’il voulait pas sortir à la base
  • Laura a clôturé l’été, « sauvagement pailletée » au Cabaret Sauvage !
  • Elisa, au même endroit, a flashé sur un mec aux cheveux roses
  • Nina a vécu une douce rêverie au Pschit Festival
  • Christine a pu y revoir des amis perdus de vue
  • François a vécu « une ambiance de club dans une maison » à La Prochaine (oui c’est une soirée)
  • Alejandro a pas vu la Parkingstone passer tellement le kiff était là
  • Armand, lui a vécu la soirée en after de la Techno Parade. Malllaaddee.
  • Jean-Sébastien a dansé entouré de « fucked faces » à la Buttons à Berlin
  • Alexandre s’est pris un bash mignon devant Tale of Us
  • Alexia a vu son frère jouer pour la première fois à la Dream Nation
  • Tony, lui, y est allé seul, et a fait des rencontres fabuleuses
  • Chahine a fait sa toute première Shadow Odissey totalement sobre

JULIETTE

« Punk not dead »

du 19 au 23 sept. / OFFF. (Paris)

Qui es-tu ?

Juliette, ju, en soirée il paraît que je parle à tout le monde tout le temps !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Punk not deak

Raconte nous ta vrille de la nuit

Tout les concerts, de Bracco et Terdjman, le public était petit mais vissé au son, et emmené par un mec survolté qui avait mangé trois Iggy pop !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le mec apparu de nulle part à Mains d’Œuvres pendant Uzhur qui s’est mis à onduler nu sur scène, il fallait qu’il se sente en confiance dans cette mini salle, c’était beau.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Bracco, c’était simple, direct, jouissif !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je mangeais des pâtes en remerciant ma jugeote de m’avoir fait rentrer tôt pour profiter d’un peu de lumière du jour.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le gars qui est arrivé pour réciter un poème, si tu me lis « Merci », ce qui s’annonçait comme un moment de gênance abyssale potentielle a été un moment de grâce, même si tu m’as fait un peu badder en commençant ton premier texte par mon prénom en me regardant droit dans le regard.

Ça aurait pu passer crème.

ARTHUR

« HUGE »

vend. 21 sept. / Exil : Remco Beekwilder invites Kobosil (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Arthur – porte souvent un bonnet de père Noël et a toujours du poppers sur soi

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

3 h du mat’ quand Anetha finit de chauffer la scène principale pour laisser place à Kobosil, l’espace derrière le Dj est investi par une trentaine de personnes, et on peut enfin dire que la soirée bat son plein !! Je reconnais qu’il y avait du monde mais l’énergie qui émanait rendait la foule « agréable » !

Raconte nous ton bonheur de la nuit

Le plus beau moment est donc lorsque je vois la foule se déchaîné et en face de Kobosil et que tous mes amis sont encore à mes côtés avec un grand sourire (en train de régulièrement me taxer mon poppers)

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Il s’est passé tant de choses qu’il m’est difficile de choisir !! Mais lorsque nous étions sur l’espace surplombant le dj situé derrière lui, une des filles de notre groupe a commencé à se sentir mal (on se demande bien pourquoi) et a vomi à plusieurs reprise. Du coup ça s’est rapidement transformé en patinoire (gênant puis pratique pour expérimenter quelques nouveaux pas de danse).

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Question très délicate vu la qualité des artistes et des sets, mais je pense que de pouvoir passer du set de Remco sur la scène principale à celui de Tim Tama dans la chaufferie était jouissif ! C’est ce moment de la soirée où tu te sens invincible et où tu sais que rien ne peut gâcher ta soirée ; que tu sois sur la scène 1 ou 2, que tu sois avec tes amis, des inconnus ou seul, hydraté ou assoiffé, tout va forcément bien !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je me réveillais pour manger du saucisson après un peu plus de trois heures de sommeil suite a un after effréné. Cela dans le but d’assumer un pot de retour d’une amie, une crémaillère et enfin l’after au Glazart organisé par les copains de la Drøm !! (mission finalement accomplie)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Haaaaa Jeanne la copine de mon meilleur pote (qui était d’ailleurs absent 😡). Car quand elle est heureuse et qu’elle danse, on dirait une randonneuse sous champi qui s’en va pour une bonne balade en montagne… Elle se balance d’un pied à l’autre tout en accrochant les bandoulières de son sac. Cette danse n’a pas de prix, elle est magique et communicative !

MORGANE

« On en a sué tellement c’était bon ! « 

vend. 21 sept. / La Rentrée Des Cancres (La Voûte – Bordeaux)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Morgane mais tout le monde m’appelle Géraldine de Strasbourg, c’est mon nom d’artiste. C’est moi, là, devant les caissons, qui ne cesse de danser. On me reconnait souvent à cet énorme tatouage que j’ai dans la nuque et mes grandes bottes en cuir.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

On en a sué tellement c’était bon !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 22 h 30, montée sur scène de Daisy Mortem. J’ai beau quasi-connaître toutes leur chansons par cœur, c’est toujours aussi intense bordel ! En plus ils ont présenté la nouvelle face de Daisy et c’était ouf !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Sans hésiter, les déguisements des membres du groupe Infecticide qui ont clôturé la soirée. Je les avais vu en 2015 à la Villette Sonique avec un tout autre accoutrement. Ils sont toujours aussi fabuleux.

Le track mémorable de la soirée ?

La nuit sexuelle de Daisy Mortem, sans hésitation. Grrrrr… Tellement sexuelle… Si sale… Tout ce qu’on aime !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je rendais visite à des amis qui ont ouvert un atelier privé à Bordeaux. Ils y sont trois tatoueurs et une styliste qui travaille le cuir, c’est elle qui fait mes costumes de performance. Là-bas il se trouve qu’il y avait un jeune homme que j’avais rencontré un peu plus tôt dans l’année, autant dire que mon esprit était à plusieurs endroit en même temps. Le lendemain, c’était direction l’Open Air de Bordeaux !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai pas vraiment eu le temps d’observer tout le monde. La cave était tout petite, assez sombre et je connaissais déjà pas mal de monde sur place. Mais à chaque soirée de Daisy, je m’attends toujours à revoir une ancienne relation, et mon regard se pose souvent sur lui sans le vouloir. Ce gars là, peu importe la salle dans laquelle il danse, il brille toujours.

C’est très certainement celui là. Parce que le gars a l’air à fond dans ce qu’il fait mais qu’il transpire de façon absurde. Dès qu’il y a du son je saute partout et ce soir là, ma frange gouttait.

MANON

« Douce sérendipité« 

du 21 au 23 sept. / Coucool 44h (Mortcerf)

Qui es-tu ?

Manon, aussi appelée Mimi. Mon signe particulier ? Je me suis trimballée un cerceau pendant deux jours sur l’épaule à Coucool. Sinon beaucoup de paillettes et une irrépressible envie que les copains qui m’entourent soient contents.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une douce sérendipité, c’est une demoiselle qui a décrit ce week-end ainsi dans Radio Coucool.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le matin, à l’after caché. Antoine Calvino de Microclimat a fait un set plus que bon, nous étions une cinquantaine, le soleil se levait, les croissants et la bière à flot au bar. Mon nouveau pote Souf avait décidé de me faire une coiffure avec un gobelet. Vous pouvez retrouver ses oeuvres capillaires sur l’événement Facebook. Il est super doué. Ça a donné un certain style à ma tenue disco. Il a commencé à faire chaud, les gens riaient. Et la fumée des feux de bois se confondaient aux effluves d’amour ambiants.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Un truc vraiment drôle, c’est quand un ami est venu me voir pour me montrer sa gencive. Pleine d’empathie j’ai regardé par trois fois, en effet elle n’était pas au top, mais il ne saignait plus. Il était samedi matin, tout allait bien, et je ne voulais pas qu’il angoisse. J’ai tout de suite vu qu’il pensait que c’était à cause des produits. Du coup, pour le détendre, je lui ai raconté une histoire qui m’est venue de toutes pièces : que c’était l’acidité de son dentifrice, rien de trop grave et qu’il devait juste changer de brosse et de dentifrice mais que tout irait bien.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Free From Desire. J’adore cette track, mais les gars, 15 fois dans le week-end, c’est un peu sense no purify non ?

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le samedi ? J’étais perchée sur le bateau pirate et je regardais les gens danser. Je pensais que c’était vachement beau, cette communauté. Et qu’on pourrait peut-être vivre tous ensemble comme ça, pour toujours. Le dimanche, à 20h20, j’étais dans le RER et c’était la défaite, mais j’avais le sourire aux lèvres en repensant à tous ces moments de rires.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Tellement de gens avaient fait des efforts incroyables, qu’il serait difficile de n’en donner qu’une. Jojo m’a marquée par sa danse, le samedi il était si chaud, lunettes de ski blanche vissées sur le nez, un bronzage impeccable après un mois et demi de surf, on aurait dit un saisonnier qui nous apprenait le tout schuss devant le DJ booth. Un autre pote était hallucinant, énorme smile pendant 2 jours non stop, beaucoup d’aller-retour à sa tente mais pas pour dormir, pour nous illuminer de chacun de ses leggings brillants. Merci à Claire pour les make-up qui ont effacé nos cernes. 

Mention spéciale à mon mec pour sa chemise wax.

Ça décrit tout le week-end, parce qu’on a fait que ça, se marrer.

AUDREY

« Farandole extatique »

vend. 21 sept. / L’Archipel (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Audrey Jésus. Signe distinctif en soirée : adepte de danses contemporaines expérimentales. Du jamais vu.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Cette soirée était une « Farandole extatique »

Raconte nous ta vrille de la nuit

L’heure où tout est parti à vau-l’eau : vers 3 h du matin quand on a lancé avec mon crew une chenille qui redémarre sur la belle techno. On s’est senti libre, on a presque cru voir la porte des étoiles s’ouvrir. #goa’uld

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

La plus belle chose que j’ai vue ce soir là c’est un garçon en pleine parade nuptiale. Il rebondissait dans les airs avec des gestes désarticulés pour épater une zouz. Je pense qu’il s’est flingués les ligaments croisés MAIS il a pécho. No pain no gain no rotule.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Deux artistes m’ont marqué : Cassie Raptor & Mila Dietrich. Tout le monde est devenu fou durant leurs sets et en plus de ça : elles sont sexy. blllllll

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain on ne va pas se mentir j’étais en PLS AVC SOS. Tous les acronymes possibles de la détresse. À 20 h 20 j’étais dans mon lit avec mon chat Couscous sur Tinder miskine.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai un peu alzheimer des visages ; je me souviens seulement d’une liesse formidable, un peu comme des Scouts unis autour d’un feu à l’exception que le feu c’était nous. Charles Baudelaire.

Quand j’ai pris toutes les grappes de raisins posées sur le bar et que j’ai distribué les grains à la foule .
Je me sentais tel Jésus qui multiplie les pains et le poisson, rassasiant les plus téméraires qui étaient venus le ventre vide mais des rêves pleins la tête.
Appolinaire

MARIE

« Musiques à dérailler »

du 21 au 23 sept. / Aïnu Fest #8 (Le Zinor – Montaigu)

Qui es-tu ?

Marie dit Marie la vagabonde.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

L’Aïnu, c’est aller là où l’on ne penserait jamais aller et en redemander… Des musiques à dérailler !

Raconte nous ta vrille de la nuit

La vrille évidemment, y a eu vrille ! Par surprise, la meilleure !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sur LE CRABE & OPTIMIS GFN ! Là, ils m’ont eu, quel flow, quel son. Ils m’ont mis à point pour Sister Iodine avec un set encore une fois parfait. J’ai été saisi par le contraste entre les déflagration soniques magistrales qui m’ont amené vers de délicieuses stratosphères et massé les entrailles, et leurs postures ultra positive. Ca se voyait vraiment qu’il étaient content de jouer, sacrement généreux ! Yep Enfin, dernière vrille et pas des moindres, Sous-Terre ! Pari réussi de capter tout le monde avec une textualité, diction et sonorité parfaite, inattendu ! Donc grosse surprise suisse. Merci

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

« Mais que s’est-il passé ? »

ERWIN

« Inter-Galactique !« 

vend. 21 sept. / Flash Cocotte X Fusion Mes Couilles (secret place)

Qui es-tu ?

Erwin, toujours dans les vingtaines, militant extrémiste pour un esprit cool.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Inter-Galactique !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Assez vite après mon arrivée, j’ai décollé vers les étoiles. J’ai rejoint une autre galaxie. C’est comme si j’étais à bord d’une soucoupe volante et que je m’arrêtais sur quelques planètes pour partager mon message de « coolitude », souvent c’était la fusion des esprits. Une certaine magie qui ne se passe qu’au-delà de la stratosphère.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’aime toujours visiter les lieux où la soirée se passe, et ce hangar était vraiment merveilleux ; plein de petits recoins, des espaces cachés, de l’ombre et des câbles électriques. J’ai fait l’inspection des lieux avec des personnes que je ne connaissais pas, sur le coup c’était drôle.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Hmm… c’est assez rare que je sorte pour écouter un artiste en particulier, mais j’aime toujours les line up de la Flash, bien fluides pour fusionner avec.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Ohlàlàlàlàlà peuchère quel malheur !!! Ma soucoupe n’a pas résisté à l’attraction terrestre, donc à 20 h 20 j’étais sur Terre dans mon lit à me remettre de mon voyage.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai pas eu de Flash particulier ce soir-là, mais des Cocottes toujours au top.

À la fin du voyage cosmique, quand je veux rentrer avec un autre voyageur.

JEANNE

« Destroy« 

vend. 21 sept. / Flash Cocotte X Fusion Mes Couilles (secret place)

Qui es-tu ?

Alors prénom : Jeanne haha. Un surnom ? Pas forcément de surnom, enfin ça dépend des personnes avec qui je suis.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Je dirais « destroy », surtout pour le lieu qui était top !

À quelle heure la vrille de la nuit ?

Je dirais 4 h du matin quand la pilule a fait effet hahahaha

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Je me suis ramassée dans la descente qui menait à la salle, j’ai longuement hésité à faire la morte…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’ai tout aimé ! Mais j’étais contente de voir Simon du Metaphore collectif, Marseille me manque !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en after avec une copine de Marseille, j’étais super contente de la voir mais un peu KO haha

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

À vrai dire je ne regarde pas vraiment les gens en soirée, je suis trop focalisée dans mes pensées et je regarde le sol ou bien la salle mais sans réellement analyser les gens, c’est vrai que c’est dommage !

LAURA

« Clôturer l’été sauvagement pailletée « 

sam. 22 sept. / ¡ Arrêt Sauvage ? (Cabaret Sauvage)

Qui es-tu ?

Laura, Lolo, Laurus dernièrement, Gros chaton 😉. Signe particulier ? Ma guirlande lumineuse violette pour que mes amis me retrouvent au cas où je me perdrais…

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Comment clôturer l’été sauvagement pailletée !

Raconte nous ton bonheur de la nuit

Je ne sais pas exactement mais ça devait être autour de 22/23h, devant la scène du Camion Bazar. Il y a une semaine, on à crée une conversation pour faire l’apéro avant l’événement, on s’est retrouvés à plus de 50, à tous se connaître, pour la plupart, de soirées ou festivals depuis trois ans. On est devenus un super crew c’est cool !! Et on s’est retrouvés tous ensemble à peu près à cette heure là devant le Camion, avec la petite pluie et le vent, c’était plein l’amour !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir cocasse ?

Me faire taper les fesses par un Monsieur l’agent moustachu avec son gros sifflet car je marchais en regardant mon portable pour retrouver mes potes. Infraction au code de la route (ou de la fête ahah). Ce fut cinq fessés de pur bonheur.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le final sur Freedom de George Michael à 6 h du mat avec ma pote Camille. Rien à voir avec le reste de la soirée, mais étant toutes les deux fans, on ne pouvait pas finir cette folle soirée d’une meilleure manière ahah.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je crois qu’on finissait l’after à la maison. Dans le style « on ne veut jamais s’arrêter », on est pas mal…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Amine avec sa coiff d’indien et sa cape de sorcier. On s’est rencontrés un matin au Château Perché, puis on s’est revus à Bobigny et autres soirées. Malgré nos grandes conversations, on ne connaissait toujours pas nos prénoms. Maintenant c’est fait.

Le moment où les gens ont commencé à rentrer sous le chapiteau, quand la musique s’est arrêtée dehors. C’était un peu l’enfer au début, ca faisait beaucoup de monde d’un coup. Mais on ne s’est pas débinés on est restés au bar le temps que ca se calme…

ANISSA

« SAUVAGEMENT INCROYABLE »

sam. 22 sept. / ¡ Arrêt Sauvage ? (Cabaret Sauvage)

Qui es-tu ?

Anissou, Anissexe, les cheveux

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

SAUVAGEMENT INCROYABLE

Raconte nous ton bonheur de la nuit

L’espace temps n’existait pas, Camion Bazar, vent, pluie, un goût d’apocalypse, du coup on est rentrés à l’intérieur du Cabaret, il y avait un concert, on était au premières loges, on s’est désapés, on a eu chaud, on était au top. J’étais avec ma BFF au premier rang.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Mes potes, Nono qui ne voulait pas sortir, j’ai du le trainer de force, résultat, il a fermé la Sauvage. Comme d’hab et ça me fait toujours autant rire

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Les Pardonnez-Nous parce que c’est mes chouchous #groupie

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais à Lausanne, je pensais à rien de spécial, mais si j’avais regardé l’heure à ce moment j’aurais fait un voeu.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je me souviens qu’un pote de fête m’a annoncé être devenu père ; on a regardé la photo du petit, on a fait la danse du bonheur. Je me souviens d’une enfant, une fille qui arrêtait les gens qui passait au niveau du passage piéton, je suis restée à faire le contrôle avec elle. Elle était trop chou. Puis la scénographie de la scène à l’intérieur du Cabaret Sauvage et les tableaux !

ELISE

« FOLLE !! »

sam. 22 sept. / ¡ Arrêt Sauvage ? (Cabaret Sauvage)

Qui es-tu ?

Elise’Copter (pour mon côté perché). Signe particulier : avoir l’air à l’Ouest.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

FOLLE !!

L’heure à laquelle tout est parti en vrille ?

Vers 4 h 30 je pense car après je n’ai que de vagues souvenirs…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir de la soirée ?

Un mec aux cheveux roses avec plein de paillettes sur le visage…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

De Vedelly car c’est LA musique pour planer et se lâcher !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans le métro avec De Vedelly dans les oreilles pour m’empêcher de penser au lendemain !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le fameux mec aux cheveux roses / paillettes !

Ce moment où tu te prends pour Beyoncé sur la piste de danse sauf que t’as plutôt l’air d’un ressort déglingué…

NINA

« Douce rêverie »

sam. 22 sept. / Pschit Festival #2 (Mains d’Œuvres)

Qui es-tu ?

Nina la mouette – comme dans Tchekhov, 30 ans, en balade nocturne.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Douce rêverie

Raconte nous ton bonheur de la nuit

En attendant le début des concerts, lorsque j’ai découvert le travail photographique de l’architecte Roche Poulet (aka @pierre._.conde) exposé dans le hall, en grignotant de la tapenade noire sur toast : Un gros coup de coeur <3

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Je ne m’attendait pas à voir débarquer la Crampe lors du concert de POLYCOOL… et c’était plutôt cool !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Grand 8 car c’est toujours merveilleux et ce soir là particulièrement entraînant…

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dimanche soir avec mon mec on faisait la danse des parents qui ont enfin couché leur bébé youhouuuu ! Après on a maté le terrifiant épisode 3 de la dernière saison de Black Mirror…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le VJ de Grand 8 (Pabloïd) : incroyable son truc j’ai toujours pas compris comment ça marche mais les vidéos sont vraiment hypnotisantes !

Lorsque j’ai réalisé que garer mon vélo OFO hors de Paris venait de me coûter 10 euros. Fuck !

CHRISTINE

« Super qualité ! »

sam. 22 sept. / Pschit Festival #2 (Mains d’Œuvres)

Qui es-tu ?

Christine – Latine – 59 ans – no drugs no alcool but HAPPY !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Super qualité !

Raconte nous ton bonheur de la nuit

Joie totale lors de l’impro Grand 8… un grand moment de musique !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Revoir des amis perdu de vue.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Grand 8 au top ! Un beau live.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Au cinéma devant Shéhérazade : bouleversant.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Pabloïd le VJ de Grand 8 : découverte intrigante.

Les “paramécies” de Pabloïd pour grand 8 : hypnotic

FRANÇOIS

« Une ambiance de club dans une maison »

sam. 22 sept. / La Prochaine #3 (La Canopée)

Qui es-tu ?

François B.K.A. La Fronce, jme souviens rarement de mes soirées.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une ambiance de club dans une maison, que demande le peuple ?

Raconte nous ton bonheur de la nuit

Ça a un peu été le bonheur tout du long, du premier au dernier set. Une ambiance générale de folie, du monde PARTOUT, l’une de nos meilleures soirée là-bas.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Butch – Countach qui a été joué dans le premier set, et rejouée dans le deuxième par inadvertance. L’artiste, Joe Lewandowski notre invité, une crème ce type.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 20 h 20 je peinais à capter une série Netflix sur mon canap je m’endormais toutes les cinq minutes. La tête vide.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un type que j’avais déjà vu à une soirée précédente, il monte sur scène pendant que je joue, trop bourré il prend mon verre, il le verse dans le sien comme si j’allais pas le voir c’était marrant.

J’ai passé la moitié de la soirée à poil

ALEJANDRO

« Tout était incroyable »

sam. 22 sept. / PARKINGSTONE XVII (Trabendo)

Qui es-tu ?

Alejandro, en soirée je fais du sport, du gros cardio en rythme (si possible) !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Tout était incroyable : le line-up, l’endroit, les gens, les gens, l’ambiance et la symbiose durant toute la soirée. J’ai rarement vu ça. La soirée était tellement parfaite qu’elle est passée à une vitesse éclair. 1 h-6 h, j’ai rien vu passer avec seulement deux pintes dans le ventre tellement j’ai profité de la soirée

Raconte nous ta vrille de la nuit

Il était 4 h 30 du matin. Moment où les russes Kaigerda ont lâché un remix jersey club de la chanson de Titanic de Céline Dion : un trouple se forme (c’était beau), les corps se mélangeaient, ça lâchait les hauts, ça dansait, tout le monde avait le sourire. Sublime !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Une fille (celle qui se jetait sans cesse dans les pogos durant le set d’Evil Grimace) était également présente ce soir là ! Elle hurlait « VOYAGE VOYAGEEEEEE ! » lors de la clôture de la soirée à 6 h du matin !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sans aucune hésitation quand Kaigerda a dropé Pilgrim 2000 de Scott Brown ! Moment incroyable, énorme peak time ! On était tous en transe…

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

En terrasse à siroter un coca zero (pour une fois sans gueule de bois) à débriefer de cette soirée incroyable et avec en tête toujours Pilgrim 2000 !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Sans aucune hésitation : Shygirl ! Elle a fait un live tout plein d’énergies. Elle a une sacrée présence et le public était en transe total !

ARMAND

« Fay ce que vouldras »

sam. 22 sept. / PARKINGSTONE XVII (Trabendo)

Qui es-tu ?

Armand alias J4N, grande gueule torse nu et thelemite. Je suis chanteur dans le duo de chanson techno Gargäntua.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Fay ce que vouldras », fais ce que tu voudras en ancien français.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Pour ma part c’est parti en cacahuète vers 20 h, on a passé l’aprem à la Techno Parade puis on a enchaîné sur la Parkingstone bien sauvage avec mes camarades !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’ai perdu toutes mes affaires et après une heure et demi de recherche laborieuse j’ai tout retrouvé, ce qui m’a complètement rempli de joie, j’en reviens toujours pas !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Shygirl était dingo et les russes m’ont régalé avec leur hardbass et le mec qui vociférait !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais chez moi, à composer sur Ableton et envoyer des messages d’excuses à mes potes avec lesquels j’ai été chiant pendant la soirée…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon ami le Docteur Crotte qui m’a aidé à retrouver mon sac, qui est toujours le plus classe et le plus doux de l’équipe.

JEAN-SÉBASTIEN

« Moment d’extase sur la piste de danse »

du 21 au 23 sept. / Buttons, the fruit of Equinox (ABOUT BLANK – Berlin)

Qui es-tu ?

Jean Sébastien / JS / Je possède une marque de bijoux, JSL Made

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Moment d’extase sur la piste de danse

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 3 h du matin dimanche, danse extrême avec des gens rencontrés à la soirée. Musique délectable et on a tous fait les fous ; joie totale !!

Si tu pouvais en garder un seul souvenir cocasse ?

L’expression du visage de quelques personne, due à leur consommation abusive de substances. Je m’explique : regard perdu ou confus ; ou tout simplement « fucked face » si je peux me permettre !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Vers 3 h du matin dimanche ! Je ne connais pas le nom de l’artiste mais « Wow, intense ! ». C’est à ce moment là qu’on a dansé comme des fous !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Après cinq heures de sieste je me rafraîchis pour allez rejoindre quelques amis pour continuer la fête au Berghain…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une femme d’un certain âge (entre 45 et 55 ans) vêtue d’un look électro-gotic, grosse coiffure dreadlocks blondes et une danse très divertissante… !

ALEXANDRE

« We have to go back ! « 

sam. 22 sept. / Tale Of Us (All Night Long) (T7)

Qui es-tu ?

Alexandre ou Alex, on fait simple.
Aucun signe particulier, j’suis juste celui qui est toujours opé et qui balance des « Oh la la ! » à foison.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Assez énorme. Il y a des petits détails qui auraient pu gâcher la soirée, mais ça a été vite oublié. C’est le genre de soirées assez ponctuelles dans une année mais où on ressort avec des étoiles plein les yeux et où on se dit « We have to go back ! »

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand on a décidé avec mes potes de se mettre au tiers du public, quasiment devant le DJ booth. Du coup, être au milieu d’une foule en transe, chaude, moite, réactive, j’ai toujours ce petit kiff cette communion et ce qu’on peut pas enlever à certaines teufs ❤

Le souvenir cocasse ?

C’est l’endroit du T7 qui est cocasse en soi. Je n’en suis pas plus friand plus que ça, c’est un peu la boite « grosse machine » qui accueille les gros sets pour les gros labels/noms, mais malheureusement, il y avait un espace vip trop important dans la salle et ça semble avoir emmerdé pas mal de monde et qui casse un peu l’esprit teuf. Tant pis…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set en lui-même : Tale of Us a fourni un set ”all night long”, et donc différent de d’habitude. Il y avait évidemment la touche Afterlife qui leur est propre, mais bien plus techno brute, froide, sombre. C’était du retour aux fondamentaux et c’était bien cool. Ça change un peu.

Mais s’il y avait une track à choisir, ce serait une unreleased de Artbat. Ça a tout de l’anthem techno basique qui va se retrouver dans tous les sets les mois prochains, mais c’était efficace ça a fait trembler les murs, le sol et fait vibrer tout mon corps.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

En PLS dans mon lit après m’être goinfré une pizza Domino’s dégueulasse, et à 10 minutes de m’endormir (une nuit qui fait le tour du cadran après une teuf, y a que ça de vrai).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un mec présenté par une copine qui m’a mis un joli râteau : je tente une approche et le mec me fait une tête « yeux au ciel » du style « Guuuuurrrrl, come on ». Bon ça va je l’ai pas mal pris, j’étais bien trop occupé à teufer après.

Ça c’est la petite danse qu’on a reproduit quasiment toute la soirée avec mon pote.

ALEXIA

« DES GROS KICKS »

du 21 au 23 sept. / Dream Nation Festival 2018 (Paris)

Qui es-tu ?

Alexia, rarement sans une bière à la main

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

DES GROS KICKS

Raconte nous ta vrille de la nuit

20 h 25, quand les portes se sont ENFIN ouvertes et que j’ai pu courir à la scène Bass Music pour voir mon petit frère (aka SHRED) mixer pour la première fois sur une scène aussi énorme. Ça serait difficile de décrire la fierté que j’ai éprouvé de le voir faire headbang et kiffer des gens à un festival comme la Dream. C’était juste magique.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir cocasse ?

Mes parents étaient là pour l’occasion. À un moment on fumait une clope dehors, et là un mec est venu leur demander (à eux, pas à moi), le plus naturellement du monde, s’ils ne vendaient pas du speed, « par hasard ». On a franchement bien rigolé, les gens n’ont plus de limites !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Même si je suis plus hardcore, j’avoue que le set de SVDDEN DEATH et AFK m’ont retournée. Tant de violence, j’en ai eu des frissons, c’était parfait !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dans mon canapé, en train d’essayer de recenser toutes les parties de mon corps qui souffraient. Et me dire que le retour à la réalité après un WE pareil s’annonçait très compliqué (et déprimant)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Personne ne m’a marqué par son look. Un truc que j’aime avec la Dream, c’est que ça rassemble les quatre principaux styles de musique électronique, avec chacun leur public bien à eux, et les styles qui vont avec. Et personne ne juge personne, on s’en fout, on est la pour la même chose : l’amour du son !

TONY

« De la frappe »

du 21 au 23 sept. / Dream Nation Festival 2018 (Paris)

Qui es-tu ?

Tony, pas vraiment de surnom. Signe particulier ? Déguisement ou casquette cosmos.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

De la frappe

Raconte nous ta vrille de la nuit

Dés mon arrivé, j’étais venu seul et là je suis tombé sur deux personnes extras qui m’ont suivi et que j’ai suivies toute la soirée, on a été voir Vandal et c’était au top du top.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir cocasse ?

La débilité des videurs notamment pour les sac que l’on devai mettre dans des casiers avant l’entrée du festival mais qui ne devaient pas contenir de boisson ou à manger ! Absurde au plus au point… !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Blastoyz, je connaissais pas trois jours avant le festival et sont set était énorme

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais chez moi, repos, chill, netflix ! Je pensais à rien j’étais mort mais j’avais des flash de la soirée et ça me faisait plaisir d’avoir passé une très bonne soirée !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Les deux personnes que j’ai rencontrées avant le festival avec qui j’ai passé presque tout le festival ! Des personnes extraordinaires, des gens très ouverts d’esprit ! Sinon la plupart du temps je dansais trop pour calculer les gens !

Y’a des gens, leur mâchoire daisaient mieux qu’eux ahha #drogue #nojugementjustedrole

CHAHINE

« Petit trip dark dans notre cave préférée »

sam. 22 sept. / Shadow Odissey – La messe de l’ombre II (secret place)

Qui es-tu ?

Chahine, ou juste Tahiti Bob pour faciliter la tâche ! Amoureux du son qui tabasse.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Petit trip dark dans notre cave préférée

Raconte nous ta vrille de la nuit

Dès la première heure… Quand on commence avec un set de AHXAT, le trip commence tôt, très tôt !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’ai passé la soirée sobre à 100%, et franchement c’est une bonne expérience. Tous les gens sont drôles autour de toi !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Nico Moreno Insolent Rave pendant son set (ça m’a rappelé un soir sous acide où mon monde est devenu très sombre haha)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Petit dîner en famille, où je racontais ma soirée à mon grand frère ancien teufeur

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’étais très concentré avec le son cette fois ci haha !