Parce que plus on est de fous, plus on rit, pour faire la fête, il faut parfois savoir se tourner les uns vers les autres. Après l’alliance de New’s cool et Parfé samedi dernier pour la Triptyque, c’est au tour de Edyfis et Beat à l’air de fusionner pour ne former plus qu’un autour d’un projet de fête en journée. Après avoir dansé la danse du wifi ensemble, mis leurs neurones à bouillir dans la même casserole et évité les effusions de sang à coups de blagues et de punchlines, la 3615 Connexion est née.

Sereine et fraîche comme une fête bien imaginée, sensible et pointue comme un événement bien pensé, la 3615 Connexion mettra samedi 16 décembre à l’honneur la house, la techno et des artistes qu’on aime déjà beaucoup (Herrmann, Paul Sinh, Sentimental Rave, Raven, Abajour…) pour 14 heures non-stop de danse et d’hommage aux années 1990, le tout entres potos. La famille quoi. Pour l’occasion, on a choisi de se pencher un peu sur le cas de ces jeunes teuffeurs qui font la fête à Paris. Il aime les framboises, elle mange ses big mac par couche, il est fan de Michel Fugain, il fait tout mieux que son meilleur copain, il aime le parmentier de canard. Il s’appellent Anaïs, Odilon, Arthur, Thibault, Mathis (sans oublier Charles et Pauline qui ne parleront pas ici, mais à qui on pense très fort), ils sont jeunes et beaux( ou-é ou-é) et ils te demandent de te connecter à eux. L’affiche est magnifique et signée Antoine Mougenot. « Toc toc toc ? », « 3615 Ulla ? Ça te dit quelque chose ? »

3615connexion

3615 Connexion, nouvelle soirée… Mais on se connecte à qui du coup samedi ?

Mathis : Mathis 8 ans d’âge mental, co-fondateur de Beat à l’air et de l’agence Perlimpinpin avec le blondinet du dessous qui me sert d’associé ou de stagiaire ; j’aime les framboises et les fêtes à rallonge.

Thibault : C’est moi le blondinet du dessous, j’ai 28 ans, je fais tout comme lui mais en mieux.

Arthur : Arthur 27 ans, je bosse dans l’événementiel. Je suis toujours obligé de passer à droite des obstacles dans la rue et je suis fan de Michel Fugain

Anaïs : Anaïs, 26 ans, je bosse dans le management / événementiel musique, notamment pour Edyfis. Je fais aussi de la photo en amateur, mais on m’embauche quand même (ça compte ou pas?). Je mange le big mac couche par couche, je tiens cette manie de mon enfance, l’époque où ma bouche était si petite qu’elle ne pouvait pas contenir la double épaisseur d’un hamburger.

Odilon : Odilon 27 ans, mais tu peux m’appeler Maurice, je fais de la com’ bien que ça veuille rien dire. J’aime le parmentier de canard et enfiler des perles.

Qu’est ce qui donne envie de monter sa propre soirée ? Beaucoup de gens y pensent mais d’où vient l’impulsion réelle ? 

Mathis : A la base Beat à l’air est un média, l’idée d’organiser des soirées nous est venue naturellement, ça doit probablement être une suite logique… Puis c’est cool, on peut s’exprimer artistiquement en montant des plateaux qui nous correspondent.

Thibault : On avait envie de ne pas rester uniquement sur du média, mais de partager et créer la musique et les soirées qui nous correspondaient, de pouvoir booker les dj qu’on avait envie de voir.

Arthur : J’ai commencé avec [BP] il y a 6 ans maintenant, j’avais mon autre collectif, Edyfis, que j’avais un peu mis de coté mais j’ai voulu relancer la machine avec mon meilleur pote, et on a agrandi la team. J’aime pas ne rien faire du coup je suis toujours à fond avec [BP] mais j’ai aussi Edyfis et maintenant 3615 Connexion.

Anaïs : J’ai rencontré Arthur à la BP, et on est vraiment devenus potes après s’être croisés par hasard à Berlin. Il m’a proposé de rejoindre la team Edyfis, ça va bientôt faire un an maintenant.

Anaïs : « 3615 Connexion, une évidence, un mariage entre deux collectifs polygames, qui veulent donner de l’amour à un maximum de gens »

Odilon : On se connait depuis tout môme avec Arthur, quand on a monté Edyfis avec lui et d’autres amis il y’a 5/6 ans c’était une suite logique par rapport à notre vision de la fête. Et moi j’étais content ça m’a permis de passer mes premiers disques en club !

3615 CONNEXION c’est né comment ? Comment est venue l’idée ?

Mathis : Toc toc toc ?

Thibault : Qui est la ? On organisait des fêtes en club depuis quatre ans dans différents lieux. Edyfis est venu toquer chez nous un soir et nous a proposé le projet.

Arthur : Un terrible accouchement dû à une liaison entre deux collectifs. C’est venu un jour où Mathis et Thibault m’avaient invité à jouer à l’une de leurs soirées, j’avais émis l’idée qu’on fasse une collab ensemble. Après avoir visité le Hangar je les ai appelé pour que l’on bosse ensemble.

Anaïs : Comme une évidence, un mariage entre deux collectifs polygames, qui veulent donner de l’amour à un maximum de gens.

Odilon : Je suis d’accord, l’amour c’est beau, surtout quand c’est consenti.

Le principe de 3615 CONNEXION ?

Mathis : Partouze d’activités, bonne humeur et grande danse 90s

Thibault : Club de lecture pour intellectuels

Arthur : Il n’y a pas vraiment de principe, on veut juste que tout le monde trouve chaussure à son pied.

Anaïs : Vous rendre heureux ! Deux salles pour danser : une scène appelé 36, l’autre 15 et une salle chill” où vous pourriez bien vous y faire des connexions. 

Odilon : On est le pied ou la chaussure ?

En quoi le principe diffère de vos autres soirées ?

Mathis : C’est un projet “Hors Club”

Thibault : On doit aller chercher des palettes en camion.

Arthur : La seule différence c’est que les 3615 Connexion se passent en dehors des clubs oui. Du coup tu auras plus d’intervenants, que ce soit scénographie ou artistique…

Odilon : « On aime bien les trucs qui se touchent »

Anaïs : Y’aura un twister ! beatàl'air

Odilon : C’est un projet transgenre, l’occasion de mélanger toutes sortes d’arts.

D’où vient le nom, d’ailleurs, 3615 CONNEXION ?

Mathis : ##########

Thibault : Tu es l’élu

Arthur : Tu connais la hotline ?

Anaïs : 3615 Ulla ? Ca te dit quelque chose?

Odilon : On aime bien les trucs qui se touchent je crois.

Votre clubbeur 3615 CONNEXION il ressemble à quoi ?

Mathis : Hmm, à ça !

Thibault :

rave night

Arthur : À eux

Anaïs :

clown teuf

Odilon : A n’importe quel personnage de la trilogie du samedi 

C’est quoi, d ‘après vous, le premier track qu’on trouve dans sa playlist ?

Mathis : Patrick Lindsey – The Swing Man

Thibault : Moby – Hymn (European Mix)

Arthur : Everything but the Girl – Missing

Anaïs : Silicone Soul – Right On!

Odilon : Underworld – Born Trippy

Une égérie qu’on aimerait voir à la 3615 CONNEXION ?

Mathis : Jean Roch

Thibault : Bob Sinclar pour les vibes

Arthur : Régine

Anaïs : Ronald McDonald ou Jack Lang

Odilon : Dewey pour le côté mystique

Le line-up vous l’avez monté comment et pourquoi celui-ci ?

Mathis : Sisi la famille

Thibault : ? Si Si La Fa Mi

Arthur : On l’a monté avec les membres de nos collectifs et les amis ; pour la première c’est bien d’être en famille.

Mathis : « Organiser une fête en warehouse ? Le début des problèmes… »

Anaïs : On a collé des photos de nos potes djs sur un mur et on a joué aux fléchettes. 

Odilon : Travail, famille, party

C’est quoi la principale difficulté qu’on rencontre quand on monte une soirée, en particulier en warehouse ?

Mathis : Le début des problèmes…

Thibault : Ne rien oublier, prévoir les problèmes

Arthur : Ne pas avoir le cerveau ravagé, il faut penser à tout. Imagine que tu dois fabriquer une pyramide… avant d’arriver au sommet tu as la base à poser avant (ça va de soi tu vas me dire) ! Donc un conseil : on ne fait pas passer la charrue avant les bœufs.

Anaïs : La principale difficulté, c’est d’hésiter entre dormir sur les lieux ou chez toi ! 

Odilon : C’est de créer l’événement le plus complet possible, en faire quelque chose de vraiment sympa on respectant des contraintes de budget et de temps !

Pourquoi ce choix de lieu au fait ?

Mathis : Viens le 16, tu seras d’accord.

Arthur : « La nuit je dors »

Thibault : On est passés devant c’était allumé, on a trouvé ça joli.

Arthur : Check à quoi il ressemble tu auras la réponse.

Anaïs : Parce que le lieu n’a pas encore été racheté par McDonald. 

Odilon : Je vis là-bas en fait.

Et pourquoi l’horaire journée ?

 

Mathis : Demain il fera jour.

Thibault : La nuit c’est surfait

Victor Maître

Victor Maître

Arthur : La nuit je dors

Anaïs : « Il faut avant la nuit allumer un flambeau”.

L’avantage qu’il peut y avoir avec ce type d’événement ?

Mathis : Des prix douuuux

Thibault : Libéréééé, délivréé

Arthur : Ce que l’état nous enlève aujourd’hui, “ LA LIBERTÉ ” !

Anaïs : Flexibilité

On y boit quoi à la 3615 CONNEXION d’ailleurs ?

Mathis : Vodka M*** ?

Thibault : Vous voulez pas danser d’abord ?

Arthur : Tu le sauras si tu viens

Anaïs : Comme tu veux, en tout cas le thème général, c’est mini prix” !

On y danse quel type de musique ?

Mathis : De la grande musique

Thibault : Le mieux est encore d’écouter

Arthur : Idem que pour la question d’avant (« Tu le sauras si tu viens »)

Anaïs : C’est soirée silencieuse, déso. 

Elle est copine de quels autres collectifs la 3615 CONNEXION ?

Mathis : Où il y a l’amour, il y a la vie

Thibault : ( Î c’est nul non ? ) On aime tout le monde

Arthur : Berlinons Paris bien évidement, Tapage Nocturne avec qui nous avons fait plusieurs soirées et après tout ceux qui le veulent, on aime tout le monde.

Anaïs : les Berlinons Paris, la 75021, Tapage Nocturne…

Thibault : « Demain c’est loin »

Odilon : Pareil que Thibault.

On attend quoi de cette toute première collaboration ?

Mathis : Une seconde, apparemment prévue pour mars 2018 dans un spot “intra muros”

Thibault : Des chaussures usées, des jambes lourdes

beatàl'air2Arthur : Une seconde

Anaïs : Des courbatures, et de la bonne humeur.

L’avenir de la 3615 CONNEXION, il est où ?

Mathis : “L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt…” Parfait on ouvre à 10 h !

Thibault : Demain c’est loin

Arthur : Tu le sauras si tu continues à suivre nos aventures

Anaïs : Relancer le minitel.

Crédit photo Victor Maître pour Edyfis