Les Nuits Sauvages

Derrière le deck : « Le mec vient me voir aux platines : ‘Je t’ai fait un café’ ; puis il disparait avec mon whisky-coca… » – Heeboo

Derrière le deck : « Le mec vient me voir aux platines : ‘Je t’ai fait un café’ ; puis il disparait avec mon whisky-coca… »

Derrière Le Deck - Février 19, 2019

Rainer Torrado

Entre les platines et la fosse, on se fait tout un monde, et pourtant, qu’est ce qui sépare vraiment celui qui joue, de celui qui danse ? Celle qui balance ses tracks à en mourir d’amour, de celle qui balance son corps comme si sa vie en dépendait ? Pour une fois, on a décidé de passer de l’autre côté des platines, pour avoir quelques feedbacks du weekend passé, côté artiste, côté technique, parce qu’on leur demande pas assez… : alors t’as kiffé ?

Pour ce numéro, on est passé du côté de La Station-Gare des Mines, évidemment, pour l’anniversaire du label Le Tur Mécanique, on a fait un tour sur côté de la label night Aufnahme + Wiedergabe à Petit Bain, on a virevolté par-ci par-là et on a fini avec une aprem/soirée italo-disco au Balajo. Improbable :

MODGEIST

« Orgie modulaire « 

jeud. 14 fév. / PWFM Winterclub n°6 // 100% modulaire (NF-34)

Qui es-tu ?

Mika / MODGEIST / J’ai souvent une machine pleine de câbles avec moi

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Orgie modulaire

Raconte nous ta vrille de la nuit

23h, début de mon set un peu anticipé (Porteix ayant terminé avant). Besoin de 2 ou 3 minutes pour me mettre dedans puis c’est parti pour 1h15. Je me suis vraiment éclaté, j’ai pris pas mal de liberté, dont quelques improvisations sur des trucs rythmiques que je n’avais jamais fait avant (un délire de glitch sur une sorte d’amen break).

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand je me suis rendu compte que mon pote Jacob (qui photographiait la soirée) portait un sweat Industrial Strength Records alors que j’en avait aussi un sur moi. C’est pas une anecdote dingue, mais c’était assez improbable pour me faire bloquer pendant quelques secondes.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’ai découvert trois artistes vraiment cool ce soir là (Vlaysin, 93SOVAGE et Porteix), autant humainement que musicalement. Le 4ème, c’était mon pote Fabien (ZPKF), donc j’étais en terrain connu (et il a d’ailleurs envoyé un set bien sale digne des plus belles free des années 2000) !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Avec des potes en train de boire du vin blanc et de manger des huitres dans un bar au bord du canal (histoire de relancer la machine).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Pardon pour elle d’avance, mais une meuf qui passe à côté de moi, près du dancefloor, et qui tombe d’un coup en avant. Bim. Sur le sol. Elle s’est relevée, tout allait bien, mais c’est une des plus étranges chutes que j’ai vu ces derniers temps.

Quand les gens passaient devant la scène

PHILIPP STROBEL

« Lente érosion »

vend. 15 fév. / How To Love #6 : Aufnahme + Wiedergabe label night (Petit Bain)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Philipp Strobel et je suis donc à la tête du label Aufnahme + Wiedergabe

L’image contient peut-être : nuit et texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Lente érosion

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le fait de voir autant de visages connus dans le public, de revoir de vieux amis, puis de connaître de nouvelles personnes fait que j’aime toujours jouer à Paris !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand ce mec est venu me voir aux platines en me disant : « Je t’ai fait un café » puis a disparu avec mon whisky-coca…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Codex Empire qui termine son set avec un remix qu’il va sortir de Trepaneringsritualen. C’est toujours cool de voir en live les réactions des gens quand ils ne connaissent pas encore une nouvelle version d’un morceau. Puis aussi, quand Schwefelgelb a joué Es zieht mich. À chaque fois que je l’entends dans un de leurs sets, le début du morceau sonne toujours deux fois plus fort que le reste et ça donne toujours immédiatement une énergie folle au dancefloor !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je dînais, à Gand, avant de me rendre à une nouvelle label night Aufnahme + Wiedergabe mais au Kompass Club cette fois-ci.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Cette fille au premier rang qui dansait et connaissait par coeur la chanson que j’ai passée à un moment, Led Er Est – Port Isabel. Je n’étais pas sûr de pouvoir le jouer, je ne savais pas trop s’il fonctionnerait, mais au final j’ai bien fait !

DUSTY FINGERS

« Disco Is Not Dead »

vend. 15 fév. / DISCO DISCO ✦ Interstellar Funk · Molly · Rahaan · Dusty Fingers (YOYO)

Qui es-tu ?

Johann aka Dusty Fingers, souvent derrière les platines en soirée

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Disco Is Not Dead

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand j’envoie ma dernière track Over and Over de Sylvester, les lights et les boules à facettes se sont toutes illuminées, c’était magnifique !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Un mec qui m’a appelé « Dirty Fingers », un génie !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

La première track que DJ Rahaan a jouée, un edit qu’il a fait et jamais sorti d’un de mes morceaux préférés.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Au fond du canapé devant Capital, en comatage intensif

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le mec qui s’est pointé à la soirée en combinaison dorée intégrale, respect !

Quand tu te donnes à fond derrière les platines

ATOMIC MOOG

« Électrique »

vend. 15 fév. / Concrete: Dj Rush, Shlomo Live, Dj Sodeyama, Amarou (CONCRETE)

Qui es-tu ?

Cédric et Charles, Atomic moog, nous sommes cousins 🙂 

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Électrique

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 4 h du mat’, quand tout le monde a lâché prise, nous y compris.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Coupure d’électricité général sur le bateau, durant 5/10min, après celle-ci les gens voulaient en découdre ahahah

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Quand on a joué ce track :

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Nous étions tout les deux dans notre lit (respectif bien sûr 😀 ), bien fatigués de ce all night long.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Personne en particulier, mais grosse grosse énergie du public, tout le monde était là pour danser.

beating hear in love GIF by SubwayMX

AUBRY

« Deux valent mieux qu’une « 

vend. 15 fév. / Kumquat W/ Pardonnez-Nous, Robby&Stupid Flash & more (La Bellevilloise)

Qui es-tu ?

Aubry, dj

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Deux valent mieux qu’une

Raconte nous ta vrille de la nuit

Et bien nous sommes arrivés derrière les platines à 1 h du matin, c’était dans le club de la Bellevilloise. J’étais avec mes copaings de Pardonnez-nous et nous étions invités par le collectif Kumquat. Je dirai qu’on a atteint un genre de climax d’amour quand on a terminé la bouteille de vodka avec mon cher Victor, vers les trois heures du matin, que le club était blindé et qu’on a passé le Freak c’est chic dans un grand moment d’hystérie collective.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Je me souviens d’un extincteur en plastique, d’une déco pleine de plantes vertes et que pour une fois on avait de super retours et de la place pour faire de grand mooves sur scène, ce qui fait toujours plaisir.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

On a joué une bonne partie de la nuit du coup on a pas trop eu le temps de voir les autres artistes. On a eu trois heures de temps pour passer par tous les styles ce qui était hyper cool, et puis on a pu terminer sur notre super tube de la Compagnie Créole par Larry Levan, j’étais content, les gens étaient heureux, c’était le bonheur.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans mon lit et je ramassais grave une bouteille de coca cola scotché contre mon torse les yeux rivés sur des documentaires arte+7 que je ne comprenais pas.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Yasmeen ma lova ma bataille qui a retourné absolument tous les coins de la Bellevilloise du sol au plafond !

Parce qu’on doit tout à cette bonne vieille compagnie créole

CALLING MARIAN

« Qualitatif
Unique
Extravagant
Epoustouflant
Resplendissant « 

vend. 15 fév. / Pimp My Queer #4 (La Java)

Qui es-tu ?

Marianne / Calling Marian / Parfois je peux être aperçue derrière le deck des platines avec une pinte de gin tonic

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Q.U.E.E.R :
Qualitatif
Unique
Extravagant
Epoustouflant
Resplendissant

Raconte nous ta vrille de la nuit

2h, le début du set de FAAST, qui n’a ménagé personne en balançant de la megatechno sans transition après une heure de perf de drags. C’était le début du club pour moi !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le poupon-Trump d’Enza Fragola, omg

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le track d’intro de VIKKEN qui a pris les platines juste après moi, c’était si beau ! (bb si tu passes par là envoie moi un mp pour me dire <3 )

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dans un élan de nostalgie j’ai téléchargé Zoo Tycoon donc je crois que j’y ai joué jusqu’à ce que mort s’en suive !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Cassie Raptor, toujours aussi stylé et belle qui illumine mon coeur, et tous les endroits où elle va !

Mes copines et moi sur la terrasse

CHARLOTTE (OKTOBER LIEBER)

« Épicée »

sam. 16 fév. / Anticlub #4 — Le Turc Mecanique’s Magnificent Seven (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Charlotte, Chacha, Carlotta, de Oktober Lieber.
En soirée, je peux pousser beaucoup de cris, ou aussi me mettre à ramper spontanément, sans raison.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Épicée

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand on joue il y a la phase pré et post concert ! Disons que la vrille commence en général une fois sur scène. Là il devait être environ 1 h 15 – 30, le live était cool, j’ai beaucoup aimé regarder le public, beaucoup de grands sourires et de grands yeux qui nous regardaient. Et ensuite entre 2 h et 5 h c’était le temps de l’amour, des copains et de l’aventure et surtout de beaucoup de shots rhum gingembre !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Découvrir le cocktail Suze-Cidre en loge, SUICIDE.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Pasteur Charles pendant son DJ SET avec Durebise : les Supreme LTM (les BOSS DU LABEL). On le voyait perché sur la mezzanine au dessus de la scène, y avait juste sa tête et ses bras qui sortaient et gesticulaient dans tous les sens sur le son, et à côté le grand Thomas, et son léger flegme anglais. Leur set était bien cool !
+ Je voulais caler une track du trop bon set qu’a fait MARAI après notre live, mais impossible de la retrouver…too bad !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 20 h 20, j’étais déjà dans mon lit, j’étais bien fatiguée et c’était un peu la dépression même. D’habitude je vis mieux les lendemains de teufs mais le fucking SPM m’a rattrapée.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Monique et Valérie qui sont venues à la soirée habillées exxaacteemeent pareil sans se concerter, très beau !

TEKNOMOM

« Anniversaire du meilleur label du monde »

sam. 16 fév. / Anticlub #4 — Le Turc Mecanique’s Magnificent Seven (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Teknomom. On était sur scène, à jouer, de 1 h 30 à 2 h 30, c’est un signe distinctif.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Anniversaire du meilleur label du monde

Raconte nous ta vrille de la nuit

Environ entre 22 h et 6 h, il n’y a eu que du bon son. C’est ce que je retiens.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le périph’ bloqué à 7 h du mat’ par une bombe de la seconde guerre mondiale.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

C’est compliqué on balançait pendant les uns et on jouait pendant les autres ; c’était compliqué. Je me souviens avoir surfé sur des vagues de sensations très agréable. C’est ce que je demande à la musique.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Manu nourrissait ses amblypyges. Moi je devais rebrancher mon matos chez moi.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Personne, tout le monde…

 

BACKGROUND

« La famille »

sam. 16 fév. / SSS au 9b ! Qant / Flex Blur / Background / Fechos / Dil (9b)

Qui es-tu ?

Aurélien / Background / porte toujours les mêmes t-shirts

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La famille

Raconte nous ta vrille de la nuit

22 h, le moment où on descend dans la cave pour le vrai début des sets et que dès le départ, on sent que la scène/famille bass music est unie au 9b pour la soirée

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

L’ami MC Thugliatelle qui répète ses lyrics surréalistes tout seul au milieu des gens pendant le set de Dil

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Tous les sets, mais Flex Blur a lâché un mix d’une autre planète. 45 minutes de turfu qui passent par tous les genres et la meilleure transition de la soirée en passant de trucs funk indiens aux délires hip hop synthétiques de Vorace !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Chez moi en coma – la veille du 9b, j’étais sur Rinse France à minuit puis à l’International pour mixer à la fin de la Dancing Shoes avec E.M.M.A.. Dimanche calme plat

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le pote fan du Roi Heenok qui lâche ses gunfingers et ses cordes vocales quand je joue un remix dubstep dudit Heenok Beauséjour

Fin de soirée, je joue une exclu grime particulièrement énervée, ça se chauffe aux premiers rangs, ça oscille entre MC Lidl et hurlements divers. Pull up instantané, jusqu’au début du morceau parce que le bouton « Cue » de la CDJ était HS

ADMINA

« Genre et post-genre »

sam. 16 fév. / How To Love #6 : Comme Nous Brûlons x Corp. (Petit Bain)

Qui es-tu ?

Hello je suis Admina !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Communiquer un savoir dans la nuit à travers le genre et le post-genre

Raconte nous ta vrille de la nuit

J’ai adoré le public, très queer, et c’est eux qui ont rendu cette nuit aussi belle !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

L’une de mes amies était super bourrée, elle pouvait plus enchaîner deux mots, c’était trop mignon !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Marie a joué une chanson qui m’a rappelé un club gay de Timisoara en Roumanie, où je jouais souvent il y a six ans…

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je me suis réveillé après seulement trois heures de sommeil, j’ai fait mon sac et j’ai repris l’avion poiur Bucarest

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ça, c’est secret…

VERSET ZERO

« Noise »

sam. 16 fév. / PRTCL LXIX 001 (secret place)

Qui es-tu ?

Verset Zero, signe particulier : je pose de la musique Industrielle, Noise avec comme influence majeure le black métal.

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Noise

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je parle à titre personnel… 7 h 15 quand j’ai enfin pu boucler mon changement de plateau et balancer les premiers riffs de Deathcrush de Mayhem à la basse. En clair quand j’ai commencé à bastonner le live.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le truc assez particulier qui est arrivé à cette soirée et qui m’a fait plutôt rire, c’est de voir certaines personnes du public insulter les artistes, Huren, Iron Sight et moi notamment en direct (ou via les réseaux sociaux quelques jours plus tard) tout ça parce que la musique que nous faisions ne leur plaisaient pas. A un moment donné, tu vas dans une soirée basée sur une musique électronique alternative tu sais à quoi t’attendre… On a tous des influences qui viennent de la musique rock, punk, black métal, noise… forcément ça se ressent sur notre musique et nos ambiances. Donc voir des petits fils de p*** cracher leur haine sur des artistes parce que y’a pas assez de kick pendant leur montées de taz me fait assez rire. Tu sors voir des artistes live, tu te renseignes sur la musique qu’ils font. Puis cette idée archaïque que la musique électronique doit être forcément dansante me dépasse totalement. Mais ils étaient une minorité, fort heureusement.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je dirais le live d’Huren. Je suis un grand fan de cet artiste et c’était la première fois que je le voyais jouer, et ce fut super bon. Et sinon même si je joue live j’aime bien lâcher quelques petits track lors des break, et je t’avoue que poser un petit Burzum- Decrepitude I me fait toujours un grand plaisir. Ne serait-ce que pour voir le regard du public un peu perdu.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans ma chambre d’hôtel, la tronche et le torse couvert de sang, y’avait un « Verset Zero » écrit avec de la gerbe dans la salle de bain, une odeur de tequila parfumait le bordel. T’avais trois meufs éméchés l’une d’elle était topless et y’avait un gars chelou sur le canap, Heresy de NIN était la B.O de ce triste spectacle… ou alors j’étais dans un pieu, ma meuf était pas loin, j’avais le genou ensanglanté, j’étais entouré de crânes d’animaux et y’avait de la poutine et du Burger King. Je transpirais l’alcool, la haine, la stupidité et la tristesse, pendant que Jesus et Satan me jugeaient de leurs regards noirs.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je percute pas trop les gens quand je suis en soirée. Je reste en général avec mon crew.

Parce que terminer un live par Reign In Bood de Slayer… ça reste sacrément jouissif.

BLOODY L

« Super mega accueil »

sam. 16 fév. / Rinse France a 5 ans | Trempolino (Trempolino, Nantes)

Qui es-tu ?

Sophie aka Bloody L mon nom de dj. J’ai un petit cri un « wouhou » assez reconnaissable sur un dancefloor.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Etant donné que j’étais artiste sur cette soirée je dirais… super mega accueil.

Raconte nous ta vrille de la nuit

C’était une petite jauge un peu intimiste, et le set up central, les gens pouvaient danser tout autour. Je dirais qu’à 00h la vibe était envoutante !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Avec ma partner in crime Akou Bayo on a fait quelques pains chacune notre tour pendant notre b2b et ça nous a bien fait marrer !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

NSDOS en live gros univers dans sa musique et son style.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je regardais le film calmos de Bertrand Blier, avec mes potes, allongés les uns à coté des autres, certains avaient un peu dormi mais la majorité pas vraiment…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

NSDOS gros style du turfu et grosse énergie

Les applaudissements et les sourires après notre set. C’est toujours un moment unique et agréable de sentir que le public a kiffé le partage et l’amour que t’as voulu instauré avec lui !

CHICHI

« ROULADE ARRIERE »

sam. 16 fév. / Rinse France a 5 ans | Trempolino (Trempolino, Nantes)

Qui es-tu ?

Julien aka C.H.I.C.H.I., signe particulier en soirée, parle plus qu’il ne danse #IEUV

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Roulade Arrière

Raconte nous ta vrille de la nuit

Bonheur auditif, yeux fermés et pas de danses chaloupés sur le très beau live de NSDOS, une heure entière à profiter de la musique et rien d’autre, ça fait du bien des fois.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le joyeux anniversaire Rinse à la fin du set de Teki, par le public et presqu’en coeur, j’ai dit presque

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je reviens sur le live de NSDOS, classe, puissant, dansant et transcendantal, à écouter à tout prix s’il passe dans ta ville.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais chez mes parents en famille pour les 85 ans de ma grand-mère, Agnes big up!

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ma stagiaire en com sur le festival Paco Tyson, Castille qui a groové sur tous les sets du début à la fin avec une dextérité digne des meilleurs dance floor killer de la ville. J’en suis fier.

Rien à dire, ce qui se passe en backstage reste en backstage

LEGHAU

« Régalade »

sam. 16 fév. / Sombre III – Les enfants maudits (secret place)

Qui es-tu ?

Cédric Leghau, écoute plus qu’il ne danse !

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Régalade

Raconte nous ta vrille de la nuit

Du début à la fin, les gens étaient déjà ultra chauds à mon arrivé à 1 h mais ça n’a fait qu’augmenter d’heure en heure.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Mon pote se retrouvant à la soirée plein de MD, alors qu’il ne devait faire qu’un restau avec moi à la base !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un vinyle reçu quelques jours avant Christian Morgenstern – Hawaii blue, testé et approuvé durant la soirée.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dans le train à hauteur de Valence, bien content du weekend, j’attendais pour descendre du train dix min plus tard et retrouver mes potes pour mater le foot tranquillement.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je dirais… un peu tout le monde, cela faisait un petit moment que je n’avais pas joué à Paris et j’avoue que tout le monde est ultra chaud et fout un sacré bordel à sa manière.

Le moment où j’ai joué le fameux vinyle cité précédemment, il s’est dégagé une sacré énergie au moment de renvoyer les bass, full plaisir !

 

RAG

« Il fait chaud au Balajo »

dim. 17 fév. / Barbi(e)turix x Le Balajo : Corine (Le Balajo)

Qui es-tu ?

Ragnhild, Rag ou Ragoudou pour les intimes, signe particulier sur cette soirée : un clavier d’ordi autour du coup. Mais pas n’importe quel clavier, celui qui commande les lumières et la machine à fumée. Avec l’alcool, c’est devenu rapidement n’importe quoi.

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Pour reprendre les mots de Corine :  » Il fait chaud au Balajo ». C’était vraiment une belle soirée, je me suis éclatée. La musique, le Balajo, l’ambiance bon enfant et surtout être saoule un dimanche à 21 h, ça change.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Ce moment où Corine a pris les platines et qu’une vague de fans se sont précipité.e.s sur la mini scène

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Il y en a eu plusieurs ! Ce moment où une chenille (oui oui) s’est organisée je ne sais pas comment ; ce moment où on s’est retrouvé.e à ne plus se voir à un mètre et enfin la valse à 1000 temps improvisée pour finir la soirée.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Corine et ses danseurs !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Surement au fond de mon lit, même à 20 h 20

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y avait ce groupe super looké.e.s, ils et elles sont arrivé.e.s presque les premiers et sont partis presque les derniers. En mode aérobic, ils ont dansé toute la soirée.

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Culture Club

Le Sisyphos (Berlin) pour les nazes


Dégif

Dégif 154 : « J’aime bien me toucher la chatte et avoir de belles perruques »


Dégif

Dégif #95 : « J’ai poussé la porte du club, une immense vague de hardcore ultraviolente m’a foncé dessus »


Holly Whitaker

Culture Club

Le Dalston Superstore (Londres) pour les nazes