Les Nuits Sauvages

Quand le photographe Rainer Torrado soulève la jupe de Tragedy – Heeboo

Quand le photographe Rainer Torrado soulève la jupe de Tragedy

Night Shoot - Février 18, 2019

Rainer Torrado

Il en faut beaucoup, des souffles et respirations, pour soulever l’habit de jeunes gens qui se vêtent peu quand vient la nuit. Il en faut des aspirations, et du respect, de la bienveillance. Puis un certain respect des codes dans le cassage de code, pour effleurer du bout des doigts, ou de l’oeil, les intimités dévoilées de jeunes gens qui se libèrent, le temps de quelques heures. Ce respect, cette bienveillance, et cet oeil, Rainer Torrado les a tout trois combinés, pour nous offrir les dessous de Tragedy, à l’heure où les lumières se rallument juste un quart de seconde, que les pupilles se dilatent encore un peu, et que les baisers prennent feu.

Il en faut de la patience, pour savourer à nouveau, les bonbons acides de la luxure et du plaisir. Déjà deux mois depuis la dernière Tragedy du 14 décembre dernier, depuis cette bonne vieille cave aka parking du 18e, et, les souvenirs presque éteints, l’ombre du passé laisse place à un arrière-goût acidulé, qui se ravive à la vision de ces 15 clichés. On a hâte de la prochaine Tragedy. Hâte de retomber en backroom de sa propre personne, et de s’oublier, juste le temps d’une nuit, qui semble toujours un peu éternelle.

Rainer Torrado offre ici 15 impressions nocturnes entre douceur et brutalité ; en sorte, l’essence même de nos complexités partagées et réunies quand vient la nuit. On ouvre grand et fort la bouche, et on savoure ! Merci Rainer Torrado pour cette Tragedy… on ne peut plus… secrète.

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Culture Club

Fête, fesses, et paillettes #02


Mixtapes

PWFM présente… mixtape 6. feat. LEOZ!NHO | groove from outta space


Focus

Dimitri Rivière, long fleuve tranquille


Dégif

Dégif spécial POSSESSION : « Voguer d’after en after jusqu’au lundi matin et aller en cours »