Les Nuits Sauvages

Rainer Torrado : immersion consentie en terres nues, sauvages et #TTBM – Heeboo
Rainer Torrado

Rainer Torrado : immersion consentie en terres nues, sauvages et #TTBM

Night Shoot - Novembre 27, 2019

Rainer Torrado

Le 16 novembre dernier, nous fêtions, entourés de nos déviants les plus affirmés, nos trois années d’écriture automatique, de mixtapes romantiques et d’envolées lyriques de nuit. Trois années à arpenter caves trapues et sombres warehouses, de questions farfelues en proses libertaires, à défendre des valeurs de club responsables et bienveillantes. Trois années également de liens solides avec ce QG qu’est devenu La Station-Gare des Mines, pour nous et beaucoup d’autres amoureux de la fête libre et débridée. Trois années, à sceller et marquer au fer chaud, entre nous et nos danseurs invétérés. Trois années, enfin, de belle et fructueuse collaboration avec l’un des photographes nuit les plus inventifs de notre génération, le fameux Rainer Torrado.

Voilà, tout est dit, et waouh, la fête fut folle ! Aux manettes de l’EBM énervé de la jeune IMCHAOS en warm-up, de la machine à blinde toute de l’américaine Isabella, la techno terrifiante de Femanyst, de San José à Berlin, l’indus vibrante de la berlinoise Viscerale, le soleil loufoque et sexy de Mïca Meltœ, la hard touch ravastique de DR Elfa, l’electronica absurde et métalique de F/cken Chipotle, la terre a tremblé, juste un peu à l’échelle mondiale du club, mais vous étiez toutes et tous vraiment Très Très Bien Monté.es !

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Derrière Le Deck

Derrière le deck #18 : « Il a commencé à se cramer les poils du torse avec un briquet, je me suis dit : “Là, ça se barre vraiment en vrille !” »


Alexis Chadefaue

Culture Club

Week-end techno à la Saint Valentin : Laissez parler la tendresse ! On achève bien les chevaux.


Dégif

Dégif #98 : « J’ai couché avec la mauvaise personne, ça s’est joué à un changement de salle vers 5 h du mat »


Dégif

Dégif #115 : « J’avais pour habitude de me balader en soirée avec une guirlande lumineuse, mais j’ai arrêté par souci d’écologie »