Les Nuits Sauvages

Dégif #140 : « J’ai d’abord pensé que les organisateurs étaient des petits coquins et qu’ils avaient dissimulé du poppers » – Heeboo
Victor Maître

Dégif #140 : « J’ai d’abord pensé que les organisateurs étaient des petits coquins et qu’ils avaient dissimulé du poppers »

Dégif - Juillet 17, 2019

Victor Maître

Ha bah oui, on les connait ces orga frippons qui tentent de nous rendre ronds. Et on leur en veut pas. Parce qu’ils nous mettent jamais trop en danger. Ils veillent sur nous. C’est ça la fête, la famille, se faire des câlins, se donner des frissons, en faisant attention.

Pour ce deuxième dégif du mois de juillet 2019, nos reporters d’un soir, nous livrent leurs plus belles pépites du weekend !

  1. Alick a pu confirmer que la Jeudi Ok était sa soirée préférée
  2. Charlotte a pu expliquer aux journaliste du Monde que Concrete c’était la famille a mis du temps pour traverser la barge
  3. Aymerick s’est rendu compte que sa pote avait des jambes titanesques
  4. F/cken a mis du temps pour traverser la barge
  5. Cédric a vécu des préliminaires soniques et stroboscopiques made in Japan
  6. Christian se souvient plus des blagues qu’on lui a racontées
  7. Yoana dansé en communion avec ses frères loups
  8. Audrey a flashé sur une fille aux cheveux bleus
  9. Flavien a kiffé les tatouages de Marion
  10. Paguielétait contente de revoir Paul le Poulpe
  11. Frédéric a pu voir Jacob Meehan mixer avec une lampe électrique dans la bouche
  12. Alez a senti que c’était le moment de se désaper
  13. Julie a eu la sensation permanente d’être shootée au poppers
  14. Pour Romane tous les quadrants de l’horloge ont vrillé
  15. Un mec a vanté les qualité d’une machine à laver à Louis
  16. Morgane a ri de A à Z à la Trance ta Race
  17. Tom a bien rigolé devant les mecs qui se mettaient en rang devant la seule et unique porte de la soirée
  18. Hortense s’éclipsait en douce pour danser dix minutes avec son oreillette
  19. Zoé a vécu une fusion d’amour à la soirée Atomic
  20. Le pote de Thomas a du faire la grosse commission devant tout le monde
  21. Samuel a adoré le set des Casual Gabberz
  22. Saif pense réellement que Tim Tama est son papa spirituel

ALICK

« Translove »

jeud. 11 juillet – Jeudi OK x Heeboo (CONCRETE)

Qui es-tu ?

Alick, pas de signe particulier (le mec toujours habillé en mode classique)

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Translove

Raconte nous ta vrille de la nuit

C’était à 1 h 50, j’allais au toilettes, un mec inconnu m’a tenu par le bras puis on a discuté tellement longtemps, de tout et n’importe quoi, je me suis rendu compte je l’avais déjà croisé un mois avant et que l’on avait des amis en communs.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Il y avait un si bon feeling et là je me suis dit « wahoou ! La Jeudi OK est et restera ma soirée préférée ; j’y fais de tellement belles rencontres et la musique m’y rend tout léger ; et c’est pas du tout une question de drogue ! Haha !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans un bar avec un mec que j’avais rencontré sur une appli.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La Créature flippante et flippée, la dj Front de Crypte. Ultra marquante, flippante, dévergondée et avec son masque elle où il (je ne sais même plus) m’a tellement captivé et fait kiffer… !

L’ambiance qu’il y avait vers 4 h du mat ! Tout le monde se frottait et était en symbiose c’était une orgie dansante
et surtout c’était pendant un set hyper percutant et flippant digne d’un vrai film d’horreur !

CHARLOTTE

« Familiale et bienveillante ! « 

jeud. 11 juillet – Jeudi OK x Heeboo (CONCRETE)

Qui es-tu ?

Charlotte / chachou – ( t-shirt Ananas ou Flamand Rose en fonction des soirées)

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Familiale et bienveillante !

Raconte nous ta vrille de la nuit

1 h – discussion sur le woodfloor, et là on voit À et H qui essaient de passer en loozdé pour rentrer chez eux ! (Enfin surtout H…) grands cris, câlins et bisous, moi qui voulais rentrer raisonnablement tôt parce que boulot… c’est raté !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Se faire interviewer par des journalistes du Monde

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Mainfloor entre 3 h et 4 h, trop bonne ambiance ! Le DJ enjaille mon petit démon « on s’en ballec du taff, kiffe ta night ! », dur dur de se mettre sur le départ…

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

En pique-nique & rosé aux Tuileries, en train de préparer le programme pour les festivités du week-end !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un joyeux groupe de zoulettes en grande forme devant le dj booth ! « Habibi » sur le t shirt et de la bonne vibe en sourire !

Interview par les journalistes du monde – expliquer que Concrete c’est vraiment une famille, et croiser plein de copains pendant l’interview et donc être coupée à chaque fois (par de l’amour !)

AYMERICK

« (Plutôt) balaise!!! »

jeud. 11 juillet – Jeudi OK x Heeboo (CONCRETE)

Qui es-tu ?

Aymerick Dumesnil mais tu peux m’appeler Mister T.

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

(Plutôt) balaise!!!

Raconte nous ta vrille de la nuit

Ça a commencé à partir en couille au moment même ou on est rentrés sur la barge, et vous savez pourquoi ? Tout simplement parce que c’était une des ders avec Concrète et que quand tu vois URTRAX et Heeboo dans le même événement forcément on y va la tête baissée. Du coup dès le debut en ayant les couleurs annoncées et les gens chauffés à blanc, nous même on était directement au top !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Le truc le plus drôle ça a été de tomber sur une pote et de me rendre compte (parce qu’elle était en short), qu’elle avait des jambes TITANESQUES.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

URTRAX (poto t’es la meilleure des choupettes), elle était plus qu’appliquée ce soir là, il suffit de demander aux gens qui migraient limite au wood floor en l’entendant jouer

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Quai de seine devant les arènes à m’occuper de Néo 2ème année de santé à discuter (boire à outrance surtout) avec leur ancien, je peux vous dire que ça a été très douloureux le manque de sommeil !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Moi même puisqu’il semblerait que je sois le seul homme de couleur à aller en soirée avec ses infatigables lunettes colorées !

F/CKEN

« Love love love yeah. »

jeud. 11 juillet – Jeudi OK x Heeboo (CONCRETE)

Qui es-tu ?

F/cken, on me surnomme souvent Fucking Chipotle, mais ça va, je gère.

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Love love love yeah.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand mes potes sont arrivés, c’était du love à souhait. Puis quand Atlanta a débarqué à la teuf, vers 22 h 30, le dancefloor s’est embrasé, je jouais et j’ai plus vu le temps passer. « Atlanta girls do it better ». Et jouer à Concrete c’est quand même de la grosse grosse frappe !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Les gens qui m’arrêtaient tous les deux mètres pour discuter. C’était mignon et agréable, mais j’arrivais pas à faire un bout à bout de la barge en moins d’une demi heure. J’ai fini la soirée sur les rotules de mars. Mais c’était bon de tous vous voir !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’hésite entre le live de Summer Satana, dont j’ai vu que la fin, et le set d’Azo qui a bien bien bien mis tout le monde d’accord juste après moi.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je buvais une bière devant un mur rue Alibert quasiment fini d’être peint. Il faisait beau, il faisait bon, c’était parfait. Mais j’étais éclatée.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ma danseuse perso venue d’Atlanta. C’était « waouh ».

Certains danseurs du Woodfloor était tellement LÀ, c’était trop beau à voir !

CÉDRIC

« Plein les dents et les tympans. »

du 11 au 14 juillet – Garage MU Festival 4 (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Cédric A.K.A. « rizz » – petit / tatoué / chauve / barbu / toujours au premier rang / 1154 concerts, série en cours

No photo description available.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Plein les dents et les tympans.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Des préliminaires soniques et stroboscopiques made in Japan avant un tronçonnage en lamelles par des bucherons canadiens…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Le final épileptique de Bo Ningen, en dix minutes on a eu plus de stroboscopes qu’à Ibiza en tout un été.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Metz… parce que si tu changes les quatre lettres et que t’en rajoutes trois ça fait Nirvana.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je regardais la finale de Wimbledon en me disant que le connard qui m’a enfoncé son coude dans les reins la veille pendant Metz avait des os vachement pointus…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Les quelques fans japonais sans doute présents pour Bo Ningen et qui avaient la classe dans tout ce qu’ils faisaient, et même quand ils ne faisaient rien.

Moi aux premiers riffs d’Acetate de Metz

CHRISTIAN

« Plein les dents et les tympans. »

du 11 au 14 juillet – Garage MU Festival 4 (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Christian, alias Jesus pour les intimes (y a des surnoms dont tout le monde a oublié l’origine mais qui te collent à la peau)

No photo description available.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Ambiance festival, on aurait dit que certains étaient là depuis la nuit des temps, et que la fête serait sans fin.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Dès le début l’énergie était très haute, les gens étaient là, pour la musique, pour la fête, et la soirée le leur rendait bien, ça envoyait du lourd dès les premiers groupes. Mais la soirée a basculé après le dernier métro, quand il ne restait plus que les plus motivés.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Des blagues d’un type rencontré au bar. Mais j’étais trop parti pour m’en souvenir, c’est con !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’ai aimé la variété des styles, canadien, français, allemands, japonais, egyptien, c’est cool de voyager par la musique. Peut-être que Metz est le groupe que j’ai le plus apprécié ce soir là, pour l’énergie du punk à l’état brut.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en train de galérer pour me rendre à un rdv avec un pote qui vit sur une péniche. Tout son quartier était bouclé pour raison de « sécurité ». Je me disais que l’Etat français devenait de plus en plus totalitaire…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai rencontré plein de gens super. J’ai pas le temps de tout vous raconter, faudra que vous veniez la prochaine fois !

Pas pris de photos, ça me met dans une sorte de posture d’observation, où je regarde et je me regarde regarder. Fuck. Je voulais juste triper le moment présent. Pas le documenter pour d’autres.

YOANN

« On est pas venus là pour sucer des glaçons »

du 11 au 14 juillet – Nataraja Psychedelic Gathering 2019 (Yonne, France)

Qui es-tu ?

Flavien, Fla(v), rayonnant

Image may contain: text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« On est pas venus là pour sucer des glaçons » : notre slogan pour nous motiver !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le premier soir était sympa, mais le samedi vers 22 h, j’ai commencé à m’enjailler vénère sur le dancefloor, en communion avec mes frères loups !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

J’ai beaucoup apprécié l’effort de certains en terme d’accessoires et de déguisements. Plusieurs groupes étaient venus avec de véritables torches/lampadaires et dansaient avec comme des Gandalfs : « vous ne passerez pas ! »

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

La session de High Tech vers 4 h du matin. Je n’en écoute pas souvent et vu mon état ça m’a mis une bonne fessée.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Il n’est pas encore « le lendemain » au moment où j’écris ces lignes mais je vais continuer ma cure detox fruits et légumes en regardant une série !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un gars de mon équipe, présent aussi l’année dernière, qui a ramené l’équivalent d’un Toys’R’us dans sa camionnette. Tu tournes la tête y’a un drone à 700€ qui vole au a côté de toi, tu retournes la tête il a sorti un Bazooka NERF qui balance des fléchettes, tu clignes des yeux il a sorti un pistolet à eau, tu éternues il est maquillé avec des drapeaux français partout sur la tronche. Ce mec est imprévisible, je l’adore.

AUDREY

« Explosion d’émotions »

du 11 au 14 juillet – Nataraja Psychedelic Gathering 2019 (Yonne, France)

Qui es-tu ?

Audrey, Odey (pas de style distinctif si ce n’est mes dreads et mon sourire qui ne me quitte JAMAIS sur le dancefloor)

Image may contain: text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une explosion d’émotions grâce à des artistes qui nous ont envoyé dans les étoiles, des décos qui ont ravi mes yeux ainsi qu’un dancefloor aux petits oignons !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Oulala… question difficile… je dirais de prime à bord le vendredi soir à 21 h, dès mon arrivée car une fois que les pieds ont franchi l’entrée du festoch t’es dans un bonheur à l’Etat pur mais le moment où j’ai vraiment, vraiment pris mon pied c’était dimanche nuit à 1 h 30. À partir du live de Rezonant et s’en est suivi la tuerie hiteck power. Là, vraiment, j’ai vrillé de bonheur, de bonnes sensations et de merveilleuses ondes !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Toutes les choses que l’on peut voir sur le dancefloor, le partage d’énergie, les délires avec la communication visuelle et les sourires.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je ne me rappelle plus du nom de l’artiste mais celui qui m’a vraiment fait partir loin c’est celui qui a mixé juste après la hiteck le dimanche petit matin vers 7 h. Son set était hyper bien calé et mental à souhait !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en grosse galère de transports pour rentrer chez moi car le RER A ne circulait plus. Donc j’ai du faire un detour de 40 minutes avec transports bondés et chaleur, pour enfiiiin arriver chez moi. En retour de festoch, ce genre de galère c’est très moyens mdr mais bon j’avais tellement d’étoiles dans les yeux que ça a été.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une certaine fille au cheveux bleu avec de gros écarteurs. En dehors de sa beauté, elle avait le rythme dans la peau, elle a su y faire avec le dancefloor. Et une autre miss qui avait un niveau de ouuuf en hula hoop !

Ma réaction pendant la hitek du dimanche nuit…

FLAVIEN

« On est pas venus là pour sucer des glaçons »

du 11 au 14 juillet – Nataraja Psychedelic Gathering 2019 (Yonne, France)

Qui es-tu ?

Flavien, Fla(v), rayonnant

Image may contain: text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« On est pas venus là pour sucer des glaçons » : notre slogan pour nous motiver !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le premier soir était sympa, mais le samedi vers 22 h, j’ai commencé à m’enjailler vénère sur le dancefloor, en communion avec mes frères loups !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

J’ai beaucoup apprécié l’effort de certains en terme d’accessoires et de déguisements. Plusieurs groupes étaient venus avec de véritables torches/lampadaires et dansaient avec comme des Gandalfs : « vous ne passerez pas ! »

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

La session de High Tech vers 4 h du matin. Je n’en écoute pas souvent et vu mon état ça m’a mis une bonne fessée.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Il n’est pas encore « le lendemain » au moment où j’écris ces lignes mais je vais continuer ma cure detox fruits et légumes en regardant une série !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Marion, tatouée littéralement des pieds à la tête et super gentille. On s’est bien marrés !

« – Flavien comment tu te sens ?
– Treees bien !»

PAGUIEL

« Aquaplanante »

du 11 au 14 juillet – Nataraja Psychedelic Gathering 2019 (Yonne, France)

Qui es-tu ?

Paguiel aka Paguy aka « Le grand barbu aux petites lunettes roses »

Image may contain: text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Aquaplanante

Raconte nous ta vrille de la nuit

2 2h, quand il a fallu admettre que c’était fini, que la mairie ne nous laisserait pas nous immerger plus loin et qu’il a donc fallu trouver des afters en short de bain et avec une forte odeur de PAIC Citron laissée par le ventriglisse animalier.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

La présence de Paul le Poulpe, qui s’était fait relativement discret depuis l’Euro 2016. Et ben il remue encore bien du tentacule !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Radio Palenke, ambiance Afro Caribeenne. La zik a commencé, j’ai commencé à zouker, à couper décaler et à coller la petite, avant de me rendre compte que c’était un babtou qui chantait. Ca m’a ému aux larmes de voir ce Tyboun (Bounty inversé : noir dedans, blanc dehors) ambiancer la foule comme ca

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais au bord du canal de l’Ourcq pour la Sundae et P2Z. Les frérots de ParisZinZin revenaient tout juste de Pete the Monkey, ils étaient frais comme la rosée du matin dans la bande sahélo-saharienne.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Outre Paul le Poulpe, il y avait aussi bons énergumènes aquatiques. Je salue notamment la performance musicale et le déguisement d’Oblomov qui pour coller à l’actualité culinaire de notre ministre de l’Ecologie, avait revêtu son plus beau costume de homard !

Le moment où je me suis lancé sur le ventriglisse encore un peu sec à bord d’un cygne mal huilé ; ce qui m’a valu un soleil de compétition pour finir la tete dans le PAIC Citron !

FRÉDÉRIC

« Ça monte tranquillement mais sûrement »

vend. 12 juillet – Mustang (à la folie)

Qui es-tu ?

Frederic Djaaleb – Techno freaks – Resident Mustang @ La Folie

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Ça monte tranquillement mais sûrement ; en fait c’est comme du sexe.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Après mon set, je crois que c’est parti en couille dehors avec mes potes qui étaient pas loin, on fêtait mon anniversaire et celui d’un ami d’ami..

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Voir Jacob Meehan mixer avec une lampe électrique dans la bouche.. La dernière fois que j’ai vu ça c’ était en 1990 pendant les 1ères raves

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le trio Aaron Clark – George d’Adhemar & Clark Price, une musique funky et minimale avec cette touche de groove.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais chez Rémy Baiget l’organisateur de la soirée Mustang pour un barbecue très américain avec mon meilleur ami Lucas. On y a retrouvé tous les artistes de la soirée Mustang et Justin Cudmor un dj New Yorkais qui jouait le soir même à Menergy…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Voir Simon faire l’avion dans toute la folie… Le look des gens, on voit bien la tendance, petite moustache pour cette été. Et surtout la salle de massage au 1er étage dans la back room était géniale !

ALEZ

« Bikers club et techno »

vend. 12 juillet – Subtyl x Cockorico (secret place)

Qui es-tu ?

AleZ Discoballerino, souvent nu.

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Bikers club et techno avec un fumoir minuscule, club irréel mais tellement marrant d’être dans ce contexte cuir mais pas queer !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 3 h la techno était très bonne en toute sa puissance, quelques hétéros dansaient à côté de moi et les bisous commencent à défiler, amour dans tous les sens, quelques hétéros sont restés fidèles à leur paroi, là Francois X Le Febvre me fait comprendre que c’est le moment de se désaper

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Le mec du club, un monsieur sur les 60 ans qui me dit que c’est le moment de remettre Ma culotte avec la lumière allumée et les Harley Davidson qui reprenaient leur place sur la piste de danse

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le dernier DJ a vraiment joué, créatif, sans pause, un ensemble bien composé !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Avec des potes et mon chien Cha Cha à manger Jap à Opéra et a répondre à Gilles chopé pendant la soirée qui me disait s’être retenu de me doigter toute la soirée, c’est love !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Francois X Le Febvre ! Look de lutteur, sourire enveloppant, danse symétrique (je le connaissais déjà)

JULIE

« Une véritable course de relais »

vend. 12 juillet – FFR • Dreamland (secret place)

Qui es-tu ?

Julie, Ju aka le Dromadaire, la roukine déchainée sur la piste de danse.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une véritable course de relais

Raconte nous ta vrille de la nuit

Des policiers sont arrivés pour arrêter la soirée, on a d’abord tous cru que c’était la fin. Sauf qu’ils étaient si peu nombreux, et nous étions si bien organisés, qu’ils n’ont rien pu faire. Au moment de leurs premiers départ, vers 4 h du matin, après avoir tardé dans la soirée, c’était absolument le feu sur les deux scènes !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Cette sensation permanente d’être shootée au poppers en étant dans le brouillard, avec toute cette poussière qui te rentrait dans le zen, et ce tagueur talentueux qui nous inondait de ses odeurs d’aérosols, le site permettant peu d’aération. Je ne l’avais pas vu tout de suite, j’ai d’abord pensé que les organisateurs étaient des petits coquins et qu’ils avaient dissimulé du poppers, quand j’ai entendu que je n’étais pas la seule à y avoir pensé j’ai beaucoup ri. #lerunningagimprévu

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’ai été marqué par senOsen à cette soirée, son set Techno Rave/Acid m’a fait sourire jusqu’aux oreilles, me faisant danser et taper du pied comme jaja !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais à la Prairie du Canal, pour l’événement Cracki x La Sauge, en train de danser, profitant des derniers moments du soleil. Je pensais à comment j’allais m’organiser, allant ensuite à Atomic Festival, puis à l’état de mon nez. J’ai bien continué à recracher de la poussière en me mouchant pendant trois jours !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ce mec qui s’est transformé en pile électrique, gérant les interactions avec les flics, les problèmes avec le son, et les moments où il fallait gueuler les infos au public. Il avait tellement d’énergie que ça lui donnait un air presque cinglé !

Ce moment où les flics sont revenus, cette fois-ci plus nombreux.

ROMANE

« Amour « 

vend. 12 juillet – FFR • Dreamland (secret place)

Qui es-tu ?

Romane, Rom, pas sage comme une image.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Amour

Raconte nous ta vrille de la nuit

Wawww tous les quadrants de l’horloge ont vrillé !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Mon nouveau binôme

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Une femme qui mixait : cheveux long brun queue de cheval… m’excite encore plus pour me mettre à faire de la musique !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Il faut savoir qu’à toutes les heures miroirs, je coupe mon nez avec mes deux index joints, ça apporte plein de bonheur… Inchallah.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Vlad… un rêve éveillé.

Merveilleux d’être tombé là-dessus, avec le casque et la meuf prête à s’étouffer, un peu intime mais fallait que je te le dise entre nous.

LOUIS

« Le soleil c’est la vie »

sam. 13 juillet – Mamie-Bonheur au Champ : À fond la France ! (La Ferme du Bonheur)

Qui es-tu ?

Louis, naps, pas de signes particuliers je préfère rester incognito ahah

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Le soleil c’est la vie

Raconte nous ta vrille de la nuit

C’est parti en vrille assez tôt, vers 15 h 30, la gourde de rhum coca bu en plein soleil et en 15 minutes n’a sûrement pas arrangé les choses.. Du coup j’étais grave raide et j’ai eu la merveilleuse idée d’aller faire des saltos sur le trampoline..

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Certainement le mec qui s’est pointé devant moi pour me montrer sur son tel une machine à laver en me vantant les qualités de ce modèle. Lui il était encore plus collé que moi !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je n’ai pas le nom de l’artiste mais sur la scène du haut vers 20 h c’était vraiment lourd.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans ma voiture en train de rentrer à Bruxelles, plutôt dur le trajet d’ailleurs…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon ivresse m’a suffisamment marqué… Mais peut-être mon pote qui d’habitude est tranquille, réservé mais qui là s’était transformé en un véritable chien de talus.

MORGANE

« #Diversité avec un grand D. « 

samedi 13 juillet – Trance Ta Race : Ter-Ter( free) (secret place)

Qui es-tu ?

Moto ou momo ou heuuu / signé particulier : des lunettes en formes de coeur.

Image may contain: night and outdoor

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

#Diversité avec un grand D.

Note : dans les free c’est tellement mieux qu’à l’armée ou qu’en service civique. On rencontre autant de gens des cités que de l’urbain parigo que de campagnard que d’expat (#boycottletermemigrant) bref, c’est ultra diversifié et le must de peace c’est d’apprendre à communiquer ensemble au delà du son. En clair c’est un putain de havre de rencontre !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Depuis le début. Après, j’aime être dans une linéarité pour profiter jusqu’au bout !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Franchement je vois pas. Ou je suis peut-être trop objective pour que cela m’alarme ; en tous cas j’ai ri de A à Z et même le lendemain et même aujourd’hui. Y a un truc qui revient souvent dans les jours qui suivent pour savoir si tu as passé une bonne soirée c’est d’y repenser, si tu as le sourire aux lèvres en y pensant, c’est que ta soirée et que les gens que tu as rencontré étaient lovely !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le tracé… hum vers 04 h il me semble !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

C’était oklm tisane de verveine froide et week

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Relativement tous. C’est ma première Trance ta race (d’habitude je bouge mon boule en free forest ) et là c’est la rencontre d’une véritable famille. Même si les autres free sont la famille, là, on voit vraiment le style « maman frère soeur daddy ». C’est plus marqué. Par exemple, je suis un peu brusque par nature et il y avait une bouteille de verre qui a failli me faire tomber, bref je les tej comme une balle de bowling et je me suis pas aperçu qu’elle pouvait toucher quelqu’un. On m’a repris direct sur le danger. Tu vois ça, c’est cool parce qu’en free on peut être shlague, sa arrive même souvent, mais il faut apprendre à pas mettre en danger autrui !

PS : même si y a toujours des relous qui bloquent leurs boules juste en face du sound système en laissant pas forcément la place pour d’autre, ça c’est relou.

TOM

« Énorme bain de sueur »

sam. 13 juillet – Tragedy x Bender (secret place)

Qui es-tu ?

Alors moi c’est Tom, on peut aussi m’appeler Tommy, Tomus ou POM, mais c’est plutôt pour les intimes celui-ci. Je suis étudiant en alternance et comme beaucoup j’attends le week-end dès le lundi, patiemment, en économisant mon argent le plus possible pour tout dépenser en Pastis et autres victuailles le samedi et dimanche. Sinon, je me porte beaucoup sur les chemises style hawaïen en ce moment, avec une coupe un peu large et un petit short de sport, on est à l’aise pour danser. Aussi, c’est assez drôle d’être le seul vêtu de couleurs lorsque t’arrives dans un parking bien sombre, et que 90% des gens sont en full black. Un peu de gaité ne fait pas mal, surtout en été.

No photo description available.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

De la plus juste manière ? Je dirais un « énorme bain de sueur », du début jusqu’à la fin. Mais pas un truc dégueu’ qui te fait regretter la soirée, c’est plutôt une ambiance moite, qui dégouline de partout et qui rend l’ensemble assez sexy. Je m’étais préparé au truc, je suis arrivé en short, t-shirt et basket décathlon à 20 balles, tout pour me déhancher non stop jusqu’à pas d’heure. Courbatures assurées.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je dirais que c’est vers 2 h quand on a débarqué dans le truc. A vrai dire, c’était la première fois que je faisais Tragedy. Je m’attendais à un truc bien glauque, dans le bon sens du terme, et j’ai été servi. Tu débarques dans une cour d’hôtel étoilé – je pense – et puis d’un coup, tu descends dans un affre bouillonnant où tout le monde se balade en slip, à moitié nue, et là tu te dis : OK, J’ADORE ! Je trouve ça énorme que des gens arrivent encore à nous surprendre en trouvant des lieux si peu communs. Et puis un parking quoi, plongé dans le noir total – en tout cas pour l’étage du dessous -, avec une espèce de marrée humaine qui tape du pied sans broncher, l’ambiance idéale !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Ce qui me faisait beaucoup rire, c’était les mecs qui se mettaient en rang devant la seule et unique porte de la soirée. En fait, c’était le seul courant d’air de l’endroit. Sans mentir, je pense qu’il faisait plus de 40 degrés. Je dégoulinais de partout, j’ai du perdre au moins deux kilos rien qu’en eau ! Ces personnes là, je les comprenais bien sûr, mais l’image était assez cocasse en effet.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Alors personnellement, c’est un track des Daft Punk qui est passé aux alentours de 4 h. Je crois que c’était une pépite de leur album Live 2007. Je trouve ça grandiose les DJs qui se permettent de passer des tubes dans le genre Kylie Minogue ou Alizée. En plein milieu d’un techno/EBM, ça reconnecte tout le monde. Tous les gens se regardent avec émerveillement, c’est assez jolie comme image. Jusqu’au prochain track où le DJ nous rappelle qu’on est pas venus pour un karaoke et là, bim, on rigole moins.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Après Tragedy, sur les coups de 6 h, on a filé chez moi avec mes amis pour prendre des douches, boire 4-5 pastis et écouter le mix de Tonton Lolo sorti sur le dernier numéro de Tsugi – je recommande chaudement. Puis départ pour la Fée Croquer au Megadestock, on y est resté jusqu’à 16 h, et enfin direction La Sundae, à coté du Millénaire. Du coup, à 20 h 30, j’étais complètement déphasé sur un coin de table, je sirotais un dernier pastis chaud. Mes potes discutaient entre eux, mais moi je pensais surtout au taff qui m’attendait dans quelques heures. C’était un peu ce moment triste où tes potes te sortent le fameux dicton « Toutes les bonnes choses ont une fin ». Merci les gars…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

SI je dois prendre une personne qui m’a marqué, non pas à Tragedy, mais dans le week-end, c’est un pote de pote, assez drôle, avec qui j’ai beaucoup rigolé à Fée croquer. On ne se connaissait pas mais direct on s’est bien entendus. On s’est enfilé des verres jusqu’à pas d’heure et à chaque fois qu’on se croisait dans la soirée, on trinquait forcément ensemble. C’est le genre de personne qui te file le sourire jusqu’au oreilles pendant l’after parce qu’elle est détente et que comme toi, elle veut simplement kiffer sa soirée. Au final, j’ai gardé sa chemise dans mon sac et je suis parti en l’oubliant. Peut-être un signe…

Lorsque deux potes à moi, David et PF sont arrivés pour nous rejoindre à Fée Croquer. On était pas avec eux à Tragedy. Ils étaient en after je sais plus où et avait mixé la veille. Je me rappelle que je guettais le téléphone pour savoir dès qu’ils rentreraient dans l’after. Et puis là, on a vu deux têtes dépassées, et hop c’était parti pour la teuf, les batteries étaient rechargées, on était complètement fou et le son tapait fort, très fort !

HORTENSE

« Trempée « 

sam. 13 juillet – La Grange Festival 2019 (78)

Qui es-tu ?

Hortense mais on l’appelle Hortaz. Je suis toujours habillée en maillot de bain.

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Trempée

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je n’ai pas vu l’heure, je courrais partout.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

En tant que membre orga, je n’étais pas sensée faire la fête. Mais parfois je m’éclipsais en douce dix minutes pour aller danser sur la scène techno. Les gens pensaient que j’étais déguisée en agent de sécu avec mon oreillette talkie.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Une artiste : Félicie. Elle est toute mignonne, toute blonde. Personne ne se doute qu’elle déglingue tout.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais étalée en étoile de mer sur mon lit épuisée, courbatures/bleus partout. J’ai commandé la pizza la plus grasse qui soit et je me suis endormie devant Stranger Things…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

RÂ. Une artiste qui a joué vers 15 h. Il était grand et suuuuuper beau. Il avait une chemise noire mais il lui manquait une manche, comme si quelqu’un lui avait arraché, qui laissait apparaître tous les tatouages de son bras.

ZOÉ

« Hardcore jusqu’à la mort ! »

sam. 13 juillet – Atomic 2019 by BNK, Exil, Némésis, Seth (Les Docks de Paris)

Qui es-tu ?

Zoé, eoz, toujours mon Olympus à la main prête à dégainer!

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Hardcore jusqu’à la mort !

Raconte nous ta vrille de la nuit

C’était une fusion d’amour toute la soirée, y a pas un moment précis qui m’a marqué. J’étais juste au paroxysme du bonheur, avec que des gens que j’aime et de la bonne musique, on peut pas faire mieux je pense.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Croiser ma mère à l’Atomic ça doit être le truc le plus improbable qui m’est arrivé dans la vie…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Contrefaçon sans hésiter pour leur originalité musicale et la poésie de leur vidéo, et évidemment les Casual Gabberz pour leur énergie !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je profitais d’un bon barbecue au soleil avec des potes et de la bière fraîche ! Le combo parfait pour un lendemain de teuf !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai vu un mec torse nu de dos, quand il faisait jour, et il avait un tatouage de dingue, digne des plus grand yakuza, avec pleins de couleurs, c’était hyper impressionnant !

Moi et mes potes au moment où on arrive dans le grand hangar avec les super light !

THOMAS

« Stratosphérique !! »

sam. 13 juillet – Atomic 2019 by BNK, Exil, Némésis, Seth (Les Docks de Paris)

Qui es-tu ?

Moi c’est Thomas, mais on m’appelle Doris ou Dodo !

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Stratosphérique !!

Raconte nous ta vrille de la nuit

Clairement vers 7 h du matin pendant le set Tim Tama, il commençait à y avoir un peu moins de monde mais l’ambiance était folle ! J’étais tout devant, Tim envoyait de sacrée bastos, tout le monde était en feu et c’était un sacré bordel !!

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Quand ton pote est obligé de chier devant tout le monde parce que les portes des chiottes ont été enlevées !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Dans mon top3 je met Tim Tama, Attention Deficit Disorder, mais surtout le set de Karenn en live qui m’a propulsé dans le cosmos !!!

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans le train pour rentrer sur Rouen, et je devais probablement dormir !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Deux filles qui dansaient comme si leur vie en dépendait justement pendant le set de Tim Tama devant les barrières, du grand art !

SAMUEL

« Inatendu »

sam. 13 juillet – Atomic 2019 by BNK, Exil, Némésis, Seth (Les Docks de Paris)

Qui es-tu ?

Samsam le tacheté (toujours sa petite tache d’alcool sur le t-shirt)

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Inatendu

Raconte nous ta vrille de la nuit

Peu après mon arrivée lors du set de Manu qui m’a littéralement couché et les hostilités ont commencé : ce moment où tu es totalement en symbiose avec la musique en pleine transe !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Mon pote qui est plutôt rap house qui s’est complètement lâché sur le set de Casual Gabberz, il était incontrôlable et à fond c’était juste énorme

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Bah justement Casual Gabberz qui a littéralement mis tout le monde d’accord ; leur set était juste monstrueux et parfait ; à aucun moment tu pouvais t’arrêter de gesticuler partout !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je m’endormait tout en hésitant à aller faire un p’tit tour à Pisica mais au final mon lit a été très persuasif avec moi pour que je reste avec lui !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un mec en short multicolore dansant debout à côté des platines de Casual, on aurait dit qu’il allait tout casser près de lui !

SAIF

« Démentiel »

sam. 13 juillet – Atomic 2019 by BNK, Exil, Némésis, Seth (Les Docks de Paris)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Saif mais vous pouvez m’appeler iggycmoi (mon insta en parallèle lol), j’arrive toujours avec 0€ à la soirée mais je ressors toujours plus éclaté que tout le monde

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Démentiel, je pense que c’était l’une de mes meilleures soirées

Raconte nous ta vrille de la nuit

Tout est parti en couille à 5 h du matin j’avais tapé mais mon taz m’avait fait 0 effet (j’avais tapé plus d’une moitié deux fois en l’espace de deux heures) jusqu’au moment où je me lève trop vite et j’me suis mangé une giga tarte du futur mdr j’étais absolument pas prêt, tout est littéralement partit en couille dans ma tête !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Quand j’étais au chill avec une de mes potes et devant nous quelqu’un s’était mis à vomir et je lui ai dit « mdr ça me termine si toi aussi tu vomis », je tourne la tête cinq secondes, ma pote vomit toute ses tripes…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Bien éventuellement Tim Tama mdr ce mec là c’est mon père spirituel

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais au taf mdrrrrr complètement hors service

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne qui m’a vraiment F U M É c’est quand un mec s’est mis à danser la danse de Fortnite ; là non seulement il la dansait super mal mais en plus il essayait d’accorder ses mouvements avec les boum boum !

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Dégif

Dégif #118 : « Je suis toujours avec un pet dans la main, en train de me faire fouetter le derrière par une de mes drag sisters »


Victor Maître

Night Shoot

Victor Maître serre dans son oeil l’heureuse et sauvage ambiguïté de la nuit


Dégif

Dégif spécial Barbi(e)turix x L’Aérosol : « 21 jours d’arrêt, c’est écrit sur mon ordonnance. « 


Night Shoot

Gabriel Boyer a passé une Nuit en Enfer, derrière les paupières de Petit Bain