Les Nuits Sauvages

Derrière le deck #19 : « Y’avait un homme nu, en mode Jésus, qui se baladait dans les marécages de la forêt, totalement possédé » – Heeboo

Derrière le deck #19 : « Y’avait un homme nu, en mode Jésus, qui se baladait dans les marécages de la forêt, totalement possédé »

Derrière Le Deck - Juillet 30, 2019

Tessa Jr

Partir en teuf, c’est comme préparer une bataille. Malgré l’organisation la plus brillante et une liste longue comme un bras, on oubliera toujours quelque chose, que ce soit un élément indispensable ou totalement inattendu. Il y a toujours cette part d’imprévu, qui fait la beauté de l’instant, où l’on découvre une partie cachée de soi-même, qui réveille un instinct de survie, un éclat de génie et la plus grande débrouillardise. Retour sur un weekend bien chaud derrière les platines, à coups de situations délicieusement étonnantes et sauvagement absurdes !

SPUNOFF

« Château Perché = Pochon Percé »

jeu. 25 juillet – Château Perché Festival – Arboretum de Balaine (Villeneuve-sur-Alliers)

Qui es-tu ?

Oliviero Alexandre

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Château Perché = Pochon Percé.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand la tempête a démarré et de voir que le festival n’était pas du tout imperméable, ce qui a mis en avant le grand manque de professionnalisme des personnes qui l’organisent. Mais bon, j’ai pu ré-orienter mon trip en me disant que j’était paumé dans la forêt Guyanaise, c’était pas plus mal.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Quand on a retrouvé nos clefs de voiture aux objets trouvés.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Technotronic Pump Up The Jam par les grands Nissa b2b Quentin De Vedelly #mermaidexpressRPZ

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dans la voiture sur la route à écouter de la super drum & bass

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un homme nu, en mode Jésus, un peu obèse qui se baladait dans les marécages de la forêt derrière les décors du festival. J’ai cru à une de ces performances débiles au début mais nan c’était juste un mec possédé.

VOM FEISTEN

« Des gens adorables »

ven. 26 au dim. 28 juillet – ATOM Festival 2019 (Payra-sur-l’Hers)

Qui es-tu ?

My name is Flo, artist name « vom Feisten » and I’m a Dj from Berlin, who really likes to party and loves music.

Je m’appelle Flo, mon nom d’artiste est « vom Feisten » et je suis un Dj de Berlin, qui aime vraiment la musique et faire la fête !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Made by super lovely people

Organisée par des gens absolument adorables

Raconte nous ta vrille de la nuit

The best moment was the closing track at the main floor, the Dj played a house version of a well known French pop track. And even if I didn’t understand any word everyone there was so happy and the atmosphere was just unique.

Le meilleur moment, c’était le track de closing sur la scène principale. Le Dj a joué une version house d’une chanson pop française connue. Et même si je ne comprenais aucun mot, tout le monde était tellement heureux autour de moi et l’atmosphère unique.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

It was a little strange and unlucky that the weather here were a little rainy, the days before and right after the last track the sun came out. But still everyone enjoyed the time.

Malheureusement, le temps était un peu pluvieux les jours précédents le festival. Et juste après le dernier track le soleil est revenu. C’était un peu étrange ! Mais tout le monde a quand même bien profité.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

It was for sure Citizen Kain, he really rocked the stage. Even if I don’t like techno so much he really delivered a nice set.

Définitivement Citizen Kain, il a vraiment retourné la scène ! Même si je n’aime pas tellement la techno, il a fait un set super cool.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

I hope I’ll be in the airplane because I’m flying with Ryanair and the flight supposed to start at 8 pm but they’re always to late.

J’espère que je serai dans l’avion. Je voyage avec Ryanair et le vol est censé décoller à 20 h, mais ils sont toujours en retard !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

It was without a doubt my girlfriend, we don’t see each other so often but when we spend time it’s the definition of quality time. She is awesome.

C’est sans aucun doute ma copine, on ne se voit pas souvent, mais quand on est ensemble c’est du temps précieux ! Elle est incroyable.

KO SHIN MOON

« ll suffit d’un atome pour troubler l’œil de l’esprit »

ven. 26 au dim. 28 juillet – ATOM Festival 2019 (Payra-sur-l’Hers)

Qui êtes-vous ?

Ko Shin Moon / Axel Moon + Niko Shin / Golden Shoes

Le premier mot qui vous vient en repensant à la soirée ?

Ça vaut la peine de placer du Shakespeare : « ll suffit d’un atome pour troubler l’œil de l’esprit »

Racontez nous votre vrille de la nuit

Je pense que, pour nous, c’est le moment où on joue, c’est là où on reçoit et donne le plus d’amour.

Si vous pouviez en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Sujet drôle, mais je peux pas dire crois moi !!!

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

CEYLON juste avant nous, c’était la deuxième fois qu’on jouait avec eux. Et Sex drugs and Rebetiko, on n’a pas vu leur live mais on a fini par les écouter en jam le lendemain assis dans l’herbe.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dans la voiture, tout juste parti du festival, prêt à avaler la route pour Paris.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

C’est la multiplicité des phénomènes atomiques qui fait le festival.

Le gars qui nous a tué pendant le concert, à venir nous parler pendant qu’on jouait, les gens ont même pensé, à un moment, qu’il faisait partie de la mise en scène…

F/CKEN CHIPOTLE

« Booms »

jeu. 26 au dim. 28 juillet – Coucool (Nouan-le-Fuzelier)

Qui es-tu ?

F/cken Chipotle. On m’a souvent dit de changer de nom de dj. Mais plus on me le dit, plus je galère à répondre quand un mec ou une nana me demande mon nom d’artiste en soirée, plus les gens comprennent rien, plus je me dis qu’il faut le garder ce nom débile.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom Boom. Boom Boom Boom. Sachant que le nombre exact de booms dans cette réponse est très important.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Dans la nuit de vendredi à samedi, je jouais à 4 h 30, et j’ai rarement eu aussi chaud derrière des platines. Dans tous les sens du terme d’ailleurs. Quand j’ai vu ce mec se poster juste devant moi, et beuguer en désignant les platines de l’index pendant dix bonnes minutes. Puis repartir, et revenir se planter pour percher devant moi. C’est là où je me suis dit qu’on était sur une belle belle vrille. Le truc drôle c’est que le lendemain soir, en allant chercher un cocktail, je me suis rendu compte qu’il était l’un des deux cocktails makers du van à cocktails. Ils dansaient avec son acolyte, y’avait un truc incroyablement beau dans cette scène. Il chantait, on aurait dit du dancehall, sur la musique de la mini scène deux-chevaux d’à côté, c’était vraiment doux. On s’est reconnus, j’ai eu le droit à une petite ola, c’était chouette.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Se faire des masques naturels sur la plage à moitié à poil, au soleil alors qu’on avait passé la semaine à se dire qu’il allait pleuvoir tout le weekend end. Puis se faire doucher par Larissa au jet d’eau (c’était une activité, oui oui). Ça c’était le pic de plaisir j’crois. Enfin, celui qui est racontable, pour le reste c’est privé. Wink wink.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Les potos de Pardonnez-Nous qui jouaient / chahutaient derrière les platines samedi vers 1 h 30 du matin. Belle perf, joli dénivelé d’italo et de house de gouine. Belle chorégraphie et remue-ménage de pectoraux de la part d’Aubry. Merci, c’était beau. Petite mention spéciale pour le maillot de bain de Ben la veille. Magique.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Tout dépend. Le lendemain samedi, à 20 h 20, il me semble que je mangeais une plat de poulet à la coriandre. Le lendemain dimanche à 20 h 20, je venais de rentrer après un trajet en bus qui n’en finissait pas (cimer le Tour de France…) et je piquais du nez devant Capital. Oui, j’assume, j’adore passer mon été à regarder des reportages pourris sur tous ces chanceux qui partent en vacances au camping de flots bleus.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Jacob, au max de sa forme, dans des chorégraphies incroyables qui auraient du en inspirer plus d’un ! Larissa et ses trois looks plus fous les uns que les autres. Renaud et son « all in résille » de samedi soir. Aubry et ses deux abdos. Puis, évidemment, au top de tout ça, la plus belle fille du festival, et ses tongs / chaussettes qui me font fondre.

Moi, en grande campeuse, à chaque fois que j’essayais de rentrer dans la tente (ou d’en sortir)

UNDERSCORE 808

« Rave spatiale ! »

ven. 26 juillet – Closing SUB Festival 2019 w House Of Underground & Increase (Nouveau Casino)

Qui êtes-vous ?

Kazan & Wally pour les prénoms, Kazan & Cogan pour les surnoms, signes particuliers en soirée : les gros skeuds et la symbiose.

Le premier mot qui vous vient en repensant à la soirée ?

Rave spatiale !

Racontez nous votre vrille de la nuit

15 minutes avant la fin de notre Dj set, à 3 h 15 exactement, on a sorti deux machines, une Tr-707 et une Tb-03. Et pendant 15 minutes on a envoyé du live improvisé, les gens ont été super réceptifs c’était un grand moment d’amour avec le public et les amis présents dans le booth.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

À un moment, y’a un mec qui a écrit : « Une autre. J’aime pas » sur son téléphone. J’ai trouvé ça très marrant, il avait une appli pour écrire des textes en gros et les faire défiler sur son tel, rigolo, un peu absurde également.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’ai beaucoup aimé l’intro d’Avorton après notre set, il a placé une de ses unreleased que j’ai beaucoup apprécié. Pour Kazan, c’est le moment où j’ai choppé dans son bac à munitions le disque de Robotiko Rejekto et que j’ai joué le track Injection, grosse grosse track.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 20 h 20 on était chez Kazan dans son jardin avec les copains à croquer la vie à pleines dents.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Y’avait Dj Weedim à la soirée, il a beaucoup apprécié notre prestation, c’était une super rencontre. C’est un mec qu’on a connu par ses collaborations avec des rappeurs comme Alkpote. C’est la crème, un bon gars qui aime la bonne zik.

FRICHTII

« Super bonne vibe »

ven. 26 juillet – Station Station x Fils de Venus — Club Med (La Station – Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Antoine, Frichtii, je me rappelle assez bien de mes soirées après je sais pas si c’est un signe particulier haha. Sinon, je suis plutôt calme en soirée, en général.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Super bonne vibe, merci à Station Station, la radio de la Station qui fait un super boulot depuis deux ans.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Tout est parti assez vite, les lives extérieurs finissaient à 23 h 30, moment où la pluie a commencé. Du coup, tout le monde et rentré a l’intérieur et j’ai dû commencer 15 minutes après et tout le monde était direct chaud de dance , trop nice.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Moi, ça m’a bien fait marrer que les gens soit chauds de dance direct. J’pensais vraiment qu’il y aurait pas grand monde au début, vu que j’ouvrais la scène, mais du coup trop bien.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Alors, j’ai pas vu tout le monde, malheureusement, mais de ce que j’ai entendu c’était vraiment cool ! Je me rappelle du live de Terdjman qui était bien brutal

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain, à 20 h 20, je jouais au ping pong aves des potes sur le canal avec une bonne gueule de bois. J’étais bien content de cette soirée. Full support a Station Station encore !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne qui m’a marquée, c’est ma pote avec un taux d’alcoolémie frôlant la canicule, qui pendant 20 minutes me tripotait le nez pendant que je jouais. Du coup, ça m’a bien stress sur le moment haha, mais je lui en veux pas. Mais j’exige des excuses publiques de sa part !

PLINTZEP

« Féerique Médiéval »

sam. 27 juillet – Retour Aux Sources #1 (Parc Médiéval des Sources)

Qui es-tu ?

Kevin alias Plintzep

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Féerique Médiéval » ou « On est pô des bêtes ! »

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 22 h, à la tombée de la nuit quand plusieurs feux de camp ont fait leurs apparitions autour de la scène.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Quand le public a déplacé une véritable machine à catapulte devant moi quand je mixais ou quand les orgas ont accrochés des fausses cornes sur la tête des chevaux pour les transformer en licorne

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

The Horrorist / One Night In NYC. Ce track a vraiment donné une dimension fantastique et mystique quand je l’ai joué la night, ça faisait limite flipper !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

À 20 h 20 le dimanche, j’étais en train de manger de bonnes pâtes bolognaise maison, en famille, rien de tel pour récupérer de mon mini tour de France à moi !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le cuisto /chef barbeuc avec sa tenue médiévale en train de faire de la trottinette électrique en plein milieu de la scène tout en dansant dessus.

Je me permets plutôt de mettre une photo, car je la trouve super significative : une nana a commencé à jouer du djembé à côté de moi avec mon masque de canard (il y avait plein de masques de tous les animaux possible) ça rendait super bien et donnait un rythme super atypique. Un beau symbole du festival et de l’ambiance voulu par celui-ci ! Au passage, dédicace à votre blaze !

SHADI KHRIES

« Uni »

sam. 27 juillet – Shadi Khries All Night Long (La Java)

Qui es-tu ?

My name is Shadi. Here you can listen to my last podcast for Station Endlos : Endlos Podcast #034 – NAWA – Shadi Khries

Mon prénom est Shadi. Vous pouvez écouter mon dernier podcast pour Station Endlos : Endlos Podcast #034 – NAWA – Shadi Khries

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

United 

Uni

Raconte nous ta vrille de la nuit

This party is a result of the weekend before and what happen with me the weekend before and the whole week after, as I discover that the best to do in party is to give love to everyone and bring each one in your side and make things happen and inspire people as well, and just get drunk and dance. I can’t say everything but what I can said this, I have seen friends and people I didn’t saw since long time and this make me happy to see them happy as well . 

Cette soirée est le résultat du weekend ainsi que de la semaine précédent et de ce qui m’y est arrivé. En fait, j’ai découvert que le mieux à faire, lors d’une fête, c’est de donner de l’amour à tout le monde et d’amener chaque personne à tes côtés pour inspirer les gens et faire bouger les choses. Evidemment, il faut aussi boire et danser ! Je ne peux pas tout raconter, mais j’ai eu l’occasion de voir des amis et des gens que je n’avais pas vu depuis très longtemps, et ça m’a rendu content de les voir aussi heureux.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

There was a lot of fun in the party and there were no stress at all as I expect, the most peak moment when some people came and talk to me about things as they were with me in the weekend before. 

Tout s’est déroulé comme prévu pendant la soirée, il y a eu beaucoup de moments drôles et aucun stress. Le meilleur moment c’est quand les gens venaient me parler.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

KING GHAZI and the project I have Done with Gilb’R and Versatile record. I didn’t play this tracks since long time and last party as I had enough time I had the chance to bring back this Vibe and sure Gilb’R is the artist who always inspire me. 

King Ghazi et le projet que j’ai fait avec Gilb’R et Versatile Record. J’avais pas joué ce track depuis un bout de temps et, à la dernière fête, comme j’avais assez de temps j’ai eu la chance de ramener cette vibe et évidemment Gilb’R est un artiste qui m’a toujours inspiré.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

I was totally sleeping as i came from Berlin the day before and I had to play in Bordeaux the night before and also my train to Paris was hours before, and I like to take care of my self and have the rest i need.

Je dormais profondément comme je suis arrivé de Berlin le jour juste avant et que le soir même je jouais à Bordeaux. Mon train pour Paris était tôt le matin et puis j’aime bien prendre soin de moi et avoir le repos dont j’ai besoin.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

My friend Clément who was joining me also by playing music, Valentin who always bring me good vibe. Marie as well and a new friend I discover Manon and everyone who was there. As well some people who was not there but there were with me by heart (Renee and Brit) 

Mon ami Clément, qui m’a accompagné en jouant de la musique, Valentin qui apporte toujours de bonnes vibes. Marie également ainsi que ma nouvelle amie Manon et toutes les personnes présentent ce soir là. Mais aussi ceux qui n’ont pas pu venir, mais qui étaient présents dans mon coeur (Renee et Brit).

MIRKA

« Jeu set et match. »

sam. 27 juillet – FFR • Un 7 Partout (Secret Tennis Place)

Qui es-tu ?

Mickaël – Mirka – jamais fatigué

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Jeu set et match.

Raconte nous ta vrille de la nuit

On a débuté notre set avec Eastel vers 1 h, c’est à ce moment là que ça a commencé à bien se remplir. Ce qui nous a fait halluciner c’est que jusqu’à la fin de la soirée, le public était vraiment trop bouillant, y’avait que des bonnes vibes. Tout le monde a passé le clair de son temps à danser devant les caissons, c’était chaud de ouf.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Quand j’apprends à 05 h 00 que la soirée est totalement illégale…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un unreleased de Darzack qui a bien fait vriller tout le monde.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Canapé > pizza > Netflix, faut récupérer un peu quand même…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le mec foncedé avec une chemise à fleur qui voulait mixer à la place de Sana + Nasa

Quand je saute derrière les platines comme un cabris, ça pourrait faire un bon gif d’ailleurs

JOE LEWANDOWSKI

« Sauvage »

sam. 27 juillet – Skylax 20yrs w/ Hardrock Striker, Armagnac, Joe Lewandowski (Folies Pigalle)

Qui es-tu ?

Skylax Folies Pigalle – Joe Lewandowski

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Sauvage

Raconte nous ta vrille de la nuit

5 h 20 quand j’ai mis un edit de Migos remixé house et que la salle est devenue folle. Derrière moi, des mecs sautaient partout en prenant des snaps et fumant des blunts. 

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Quand un mec assez balèze s’est fait sortir assez violemment par des videurs et que deux femmes tapaient, au plus grand des calmes, à côté. 

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Joseph aka Hardrock Striker, c’est le papa clairement

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais au taf avec une collègue qui m’apprenait à twerker. 

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un mec m’a répété huit fois en dix minutes : « Moi aussi je suis Dj, mais je joue du funk ». En fait, j’ai l’impression qu’il me disait ça à chaque fois pour fêter son nouveau verre de Ricard.  

C’est un peu l’image qui me vient pour décrire le moment  où  j’ai cassé un sub en remettant les basses. 

ANIMAL HOLOCAUST

« Goûter Techno »

dim. 28 juillet – Thunder Festival 2019 (La Plage de Glazart)

Qui es-tu ?

Etienne, l’homme aux chemises à fleurs un peu trop ouvertes

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

C’était un peu un goûter techno, juste les pitch étaient remplacé par du rhum et de la vodka ahah

Raconte nous ta vrille de la nuit

En arrivant, quand j’ai retrouvé mon crew, c’est toujours un grand moment d’amour.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Quand mon srab a galeré pendant tout mon set à prendre une video où on voit mon nom sur le Vjing, pour au final ne pas y arriver du tout. Ça m’a bien fait rire pendant les 90 minutes du set !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le live de H880. J’ai eu pas mal l’occasion de le voir se produire et là il était particulièrement efficace, très sombre et puissant mais plus tourné rave qu’à son habitude. Ça détonnait bien avec l’ambiance sable / open air du Glazart.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je sais pas il est 15 h mais sûrement en train de chiller sur la PS4 avec des potes en se racontant les anecdotes de nos week-ends respectifs

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un pote à moi qui sortait de la Possession. Il était en harnais de cuir et chaine en fer avec un capital sommeil proche de zero, c’était assez drôle à voir jusqu’à ce qu’il se fasse sortir à cause d’une pote à lui askip

NOTAUSAGANG

« J’ai remporté un concours de bouffe chinoise en leur préparant un méchoui »

dim. 28 juillet – Le Projet Symbiose invite VoxNox : Mimésis OPEN-AIR (Bobigny)

Qui es-tu ?

NotAusgang – bruyant musicien, vous m’avez vu en live entre Noir Dissident et Quelza.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

J’ai remporté un concours de bouffe chinoise en leur préparant un méchoui.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Dès que le son a commencé, les gens ont tout donnés, chauffés à blanc, les retours de soirées qui en voulaient encore, ceux qui ont attendu tout le weekend pour se déchainer, les curieux qui n’avaient rien de mieux à faire un dimanche après-midi…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

13 h 25 et 55 secondes, en démarrant la journée avec 3 heures de retard, les gens patientant au soleil, une sangria à la main, sans électricité, attendant que le mec qui allait nous réparer ça… Arrivant l’air de rien et ayant mis le staff dans la merde, nous bricolant le tableau électrique à la façon d’un McGiver low cost. Le truc a dû tenir 2 minutes 25 à tout casser, le temps qu’un gars branche son portable, qu’une explosion se fasse entendre et de le revoir sortir tout pâle dans un nuage de fumée noire. C’est devenu le running-gag de la soirée, des coupures de courant intempestives, on a essayé de s’en amuser avec Noir Dissident…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sérénade, en ouverture de la journée, son set m’a vraiment marqué, il y avait une belle narration musicale à travers ses choix de tracks… Ça tapait fort, ça créait des moments de tensions, ça jouait avec les émotions, tout en se brisant la nuque à force de secouer la tête. Il a mis la barre très haut dès le début, chapeau mec, vraiment!

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

À manger des pâtes devant la télé avec ma copine… Avec un arrière-goût bétonneux, l’envie de replonger dans mon studio pour bricoler mon live, question qu’il tape plus et faire bouger encore plus les gens la prochaine fois… Mais mon corps me disait plutôt dit « ta gueule et va dormir »

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y avait un mec derrière moi, durant le set de Quelza, un peu du genre skateur sur le virage de la trentaine, pantacourt, casquette et hoodie… Je ne sais pas trop ce qu’il avait pris, ou si c’est le son qui lui provoquait ça, mais dans sa danse désarticulée, qui devait prendre une surface d’une dizaine de mètres carré, il tirait des têtes absolument collectors. Dès que je me retournais, son visage semblait torturé par le son, entre des sourires hagards et des spasmes de plaisir au fil des beats… À lui tout seul il devenait un baromètre de la puissance sonore qui se déchainait devant nous..

Le tir de barrage des drums kicks… Toute personne ayant assisté à ce genre de soirée connaît ça…

Emmanuelle Rouault

Articles similaires

Plus d'articles
Victor Maître

Night Shoot

Victor Maître serre dans son oeil l’heureuse et sauvage ambiguïté de la nuit


Derrière Le Deck

Derrière le deck #3 : « Pendant que je mixais, trois ou quatre personnes ont fait une course de saut de haie sur les caissons »


Dégif

Dégif #95 : « J’ai poussé la porte du club, une immense vague de hardcore ultraviolente m’a foncé dessus »


Night Shoot

Arrêt Sauvage clôture l’été sous le regard coquin de Rainer Torrado