Les Nuits Sauvages

Dégif #163 : « Un gars m’a dit ”cadeau” après avoir posé un taz sur le rebord des chiottes… J’avais trop peur du coronavirus du coup je l’ai revendu 15 balles à un pisto » – Heeboo
© Rainer Torrado

Dégif #163 : « Un gars m’a dit ”cadeau” après avoir posé un taz sur le rebord des chiottes… J’avais trop peur du coronavirus du coup je l’ai revendu 15 balles à un pisto »

Dégif - Mars 11, 2020

© Rainer Torrado

On se méfierait de son propre père. La paranoia est partout. Tu l’as ? Tu l’as pas ? Ça tambourine dans les journaux, on en oublierait presque que de l’autre côté de l’Atlantique, Bernie se fait détruire avec tristesse, et que le sort du monde, de la planète, se joue maintenant. On en oublierait presque qu’un mec vient de guérir du SIDA. On en oublierait presque de… faire la fête ? Tant qu’on le peut, on la fait, mais les festivités risquent d’être fortement refroidies d’ici une petite semaine. À J-2 du dernier weekend avant la fin du monde, retour sur celui qui vient de s’achever. PS : vous avez trop mangé de McDo

  1. Laura a joué au chat et à la souris avec la sécu de la Station
  2. Jules avait envie d’niquer tout le monde
  3. Jojo a perdu son t-shirt
  4. Valentine, pour la 1ère fois de sa vie, est rentrée avec un mec
  5. Marine a parlé plaisir prostatique
  6. Antoine était jaloux, du coup il a embrassé le pote de sa pote
  7. Clem a failli demander à se faire payer pour sa perf
  8. Al Greco a vrillé quand sa nana a mis son body
  9. Antoine n’aurait pas du manger un Mcdo et picoler direct
  10. Vincent a rencontré une crème nommée Louise
  11. Gatien a réussi un salto arrière malgré l’alcool dans le sang
  12. Sylvain n’a pas réussi à épeler son prénom à Roy Brown
  13. Kim est allée fangirler devant AZF
  14. Malo est tombé sur un mec persuadé d’avoir déjà couché avec lui
  15. Raphael a flashé sur un mec… un poil trop hétéro
  16. Adeline avait très envie de faire pipi

LAURA

« L’énergie marseillaise venue retourner Paris. »

sam. 7 mars – Mouillette × Polychrome × La Station (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Hellooo je m’appelle Laura mais mes proches m’appellent Zeno (en rapport avec mon nom de famille) et je finis mon master II de communication et marketing dans un mois, enfin ! Quand on se perd en soirée avec mes potes on imite le cri des mouettes pour se retrouver. C’est peut-être parce qu’on a grandi sur la côte Atlantique je suis en train de me dire…

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

L’énergie marseillaise venue retourner Paris.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Bonne question, pas trop de notion du temps mais je dirais vers 4/5h du matin quand la soirée battait son plein. On dansait tous sur les podiums alors que les mecs de la sécurité n’arrêtaient pas de nous en faire descendre. Au bout d’un moment, les mecs de la sécurité m’appelaient « Zeno » pour que je les écoute.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Moesha13 était incroyable ! Du remix de la Macarena ou Ameno à du gabber en passant par le rap elle nous a tous ébloui. Un track que je retiens : Respect !!! Elle a pris le micro pour chanter son fameux « respectez la boss » et elle était, vraiment, la boss à ce moment là.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Tout s’est bien terminé, après avoir perdu mon sac puis mon portable j’ai tout retrouvé ! OUF ! Suis rentrée chez des amis où on a rigolé encore une bonne partie de la soirée/matinée. Par contre après je me suis rendue compte ne pas avoir les clés de chez moi et une pote à moi à vomi dans le Uber Van au retour mais ça reste un très bon souvenir parce qu’un gros fou rire s’en est suivi.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je sortais de chez mes potes chez qui j’ai dormi à Belleville, et j’allais chez une pote à Pigalle qui avait mon double de clé. Chez elle j’ai récupéré un manteau que j’avais laissé et y ai retrouvé mes clés dans la poche… en fait elles étaient là depuis le début…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y avait beaucoup de queer à cette soirée donc en terme de look et de makeup on a vu des gens vraiment beaux et sophistiqués. Sinon un mec m’a marqué parce qu’il connaissait les paroles de Moesha13 par coeur. J’étais tout devant et il était derrière moi alors je l’ai laissé passer tout devant parce que franchement il le méritait, c’était un vrai fan.

Pourquoi on fait autant la fête ?

Sûrement pour enfin oser donner l’amour que nous portons à nos proches, et partager des moments/des expériences avec eux qui marquent nos souvenirs et soude nos amitiés. Et profiter des bonnes vibes uniquement. N’être que dans une bonne vibe et oublier tout le reste le temps d’une soirée.

Marcher dans Aubervilliers entre l’appart de mes potes et la station (20 min) à l’allée après l’apéro et au retour pour l’after

JULES

« Époustouflante »

sam. 7 mars – Anticlub — France • Autrenoir • Aho Ssan • Astrid Sonne & more (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Jules mais on m’appelle JuL haha, j’travaille dans l’informatique #geek et mon signe bien sûr c’est le signe JuL!

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Déconstructed, éphémère, éclectique… Époustouflante !

Raconte nous ta vrille de la nuit

J’suis parti aux chiottes et un gars m’a dit « cadeau » après avoir posé un taz sur le rebord des chiottes… Mais j’avais trop peur du coronavirus du coup je l’ai revendu 15 balles à un pisto.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Quand Keki a droppé Ytem – Dangereux. J’avais envie d’niquer tout l’monde.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Sale histoire ! J’étais bourré et j’ai fait du stop… Comment te dire, faire du stop à Aubervilliers c’est… spécial ? J’crois que le gars était défoncé. Enfin non c’est sûr même, mais j’sais pas à quoi. Crack, héro ? Ça restera un mystère haha.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

On m’a appelé pour une teuf dans le 78 ! J’étais claqué au sol, en mode #zombie et ma seule préoccupation était de trouver le bon endroit pour poser le pied sans me casser la gueule. C’était en mode roots dans la forêt, à la guerre comme à la guerre!

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un mec qui m’a lâché qu’il achète ses shoes sur Aliexpress. J’ai trouvé ça à la fois claqué au sol et totalement génial ! Il était éclaté, je sais pas pourquoi mais il gueulait « AMANDIIINE !!! » non stop…

Pourquoi on fait autant la fête ?

Fume la vie avant que la vie ne te fume… tu connais la devise !

Il faisait chaud sa mère ! Je sais pas si c’était le poppers ou s’il faisait vraiment chaud mais j’avais le cul trempé !

JOJO

« Sah quel plaisir »

sam. 7 mars – B4 Techno: Terminus (Les Caves Saint Sabin)

Qui es-tu ?

Jojo pour les intimes, c’est moi qui filmait les soirées avec un téléphone à clapet, vu sur TFD et compagnie, pour l’anecdote, j’ai acheté ce téléphone sur une aire d’autoroute en allant au Cosmos festival. Je voulais pas perdre mon téléphone que j’avais laissé chez moi !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Sah quel plaisir », les Caves Saint Sabin ça fait toujours un peu peur mais là, soirée bien organisée de A à Z, pas trop de monde, entrée fluide, line up de qualité, bon système son. Après avoir parlé à l’orga ils ont préféré diminuer les entrées pour nous laisser plus de place, pari réussi !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Before très arrosé ! 00 h 30 notre pote qui a un peu trop bu rentre chez lui avant même d’avoir passé la sécu. Une heure après sur notre conversation facebook, ce même pote nous dit qu’il est encore chez lui parce qu’il ne trouve pas son téléphone pour partir (il l’a perdu dans le Uber du retour).

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sarkel Plaisir, un de nos copains : moment de communion avec tous nos potes, on a envahi la cave pour le supporter comme jamais. Ça dansait comme des fous, j’en ai perdu mon t-shirt !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Tout est bien qui finit bien, après que deux de nos potes se soient fait tatouer le W du wabbaaa on est rentré en Uber pour une course qui faisait cinq minutes à pied avant de taper une GROSSE commande McDo.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dans le lit en train de contempler les histoires d’after interminables de mes potes, le week-end prochain pour moi !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Sûrement la tatoueuse qui a réussi à super bien taffer alors qu’elle était entourée de gens impatients et dans des états seconds (dont mes potes!).

Pourquoi on fait autant la fête ?

La fête a ses raisons que la raison ignore !

Moi, au mec avec qui je parlais au fumoir quand il me dit : « faut que j’aille mixer ».
C’était Umbraid, big up à lui, il a tout niqué.

VALENTINE

« J’ai bien kiffé ma vie »

vend. 6 mars – Transgenik (Nexus)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Valentine alias Valou et je suis actuellement au chômage en pause dans mes études, en soirée je m’amuse bien, j’ai un bob archi stylé.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

J’ai bien kiffé ma vie

Raconte nous ta vrille de la nuit

De A à Z cette soirée était vraiment trop coole, j’ai rencontré des gens trop sympas et pour la première fois de ma vie je suis même rentrée avec un mec.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’avoue je sais même pas quel artiste c’était mais vers 6 h j’étais aux barrières et c’était trop bien

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Tout s’est super bien terminé et je suis rentrée en Heetch, je suis allée récupérer ma voiture le lendemain après-midi près du Nexus.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je mangeais des pâtes à la carbonara et je me préparais pour une soirée Netflix and chill.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

En vrai il y a au moins cinq personnes qui m’ont marqué dans cette soirée : le mec avec qui je suis rentré qui est magnifique, Djibril qui s’occupe des toilettes, un mec de la sécu archi cool, une nana qui s’appelle Marine, une autre Agathe dont c’était l’anniversaire et je vais m’arrêter là même si c’est pas tout.

Pourquoi on fait autant la fête ?

On fait la fête parce que c’est une façon pour nous de se libérer l’esprit et le corps mais aussi pour vider toute la pression que le monde perso et pro nous inflige. Je me rends compte que c’est également un énorme défouloir, perso toute la haine que je peux avoir en moi, je l’épuise en soirée en m’amusant et me donnant à fond !

MARINE

« De la chaleur sur le dancefloor »

sam. 7 mars – Trou Aux Biches w/ Jeanne Added (La Java)

Qui es-tu ?

Marine / Viva la vulva / chef de produit / paillettes discrètes

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

De la chaleur sur le dancefloor

Raconte nous ta vrille de la nuit

3 h 30 quand une pote hétéro cherche des mecs, que la conversation dérive sur le plaisir prostatique.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le remix de Radiate par Jeanne Added

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Oui bien terminé, et rentrée mi à pied mi en vélib. Et trois heures de sommeil pour aller prendre le train.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dans les Pyrénées, chez ma mère, en train de manger une fondue, en train de penser aux violences policières de la manif du 7 mars.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le regard d’incompréhension d’une meuf qui s’est faite mégenrer aux toilettes pour la première fois de sa vie.

Pourquoi on fait autant la fête ?

Pour se donner de la tendresse, pour avoir chaud, pour se sentir vivant.e.s. et pour pas regarder NCIS le samedi soir

Quand la serveuse nous sert de la blanche à la place de la blonde parce que le fut était vide et qu’elle a cru que ça passait crème

MARKUS

« Péripéties de complaisance. »

sam. 7 mars – Trou Aux Biches w/ Jeanne Added (La Java)

Qui es-tu ?

Yo, MR.MarKus, travaille pour la patrie, 21 berge, fêtard actif depuis quelques années, le plus important dans ma vision de la fête c’est l’amour et le partage.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Péripéties de complaisance.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Déjà en vrille en entrant dans la soirée mort bourré après un before trop arrosé, après avoir élevé mes potes avec les bonnes choses, j’danse avec ma complice, son pote gay l’embrasse, jaloux j’embrasse son pote gay… tout le monde s’embrasse.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’me rappelle avoir entendu Moove your Feet de Junior Senior remixé en mode Tech/House, c’est le son de mon enfance, et le set de Pipi la fraîche juste génialissime !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Classiquement flingué dans un taxi, pas de sexe en rentrant juste écroulé dans le lit.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’avais pas mangé depuis une journée et demi, j’ai éclaté mon pire Burger King.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un type adoré tripotait les nuques des mecs autour de moi et la mienne aussi !

Pourquoi on fait autant la fête ?

Pour l’amour du son et des moments incroyable passés avec nos potes et des inconnus, c’est cette symbiose qui nous rend addict à la fête.

CLEM

« Sombre et séduisante »

sam. 7 mars – Gouter de Nuit – Critical Monday (Cabaret Sauvage)

Qui es-tu ?

Clémentine, aka Clem, parce que c’est non genré. « Artiste » chômeuse qui en soirée est la première a se mettre topless.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Il y en aurait tellement. Cette soirée, c’est une des seules a Paris qui met en avant un style de musique que j’adore, la dark disco. Et l’esprit vient avec la musique, c’est-à-dire très bon enfant, joyeux, parfois improbable. Mais aussi séduisante, parfois plus sombre et intense.

Raconte nous ta vrille de la nuit

3 h du matin, je suis en plein dans la soirée, je vis ma meilleure vie. Et dans un élan, je me décide à monter sur scène, pleins de gens du public y dansent. Je tape mes meilleurs pas, rien ne peux m’arrêter, je suis topless, euphorique d’être bien entourée. Puis un mec du staff demande à tout le monde de descendre de la scène. Alors, dans le doute, je lui demande, « Je dois descendre aussi ? » et à ma grande surprise il me dit : « non toi tu peux rester ». Et je reste seule sur la scène du Cabaret Sauvage, à essayer de me gigoter pour divertir la populasse, pendant au moins 30 minutes. J’ai adoré ce moment, je faisais des coucou incessants à mes amis, toute fière de pouvoir montrer au monde entier l’amplitude de mes capacités de danseuse. Quand je suis descendue de la scène, des gens sont venus me féliciter pour ma « perfomance ». Clairement, je me sentais plus pisser. J’avais envie d’aller voir le staff et demander ma rémunération artistique à ce niveau là ahah.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Tout le set de Demian était incroyable. Pendant toute la durée de son set j’étais sous le charme. J’ai shazamé pas mal de son à ce moment là ahah. Je vais devenir une diggueuse. Je vous le dis.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Rien ne s’est vraiment terminé finalement. Car je suis allée en after. Cf. question suivante.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Et bien j’étais en after ! (je vous ai dit que j’étais pseudo artiste chômeuse.) On mangeait des sushis en slip dans un appartement cosy du 19ème arrondissement. J’avais prévu d’aller à la manifestation pour la lutte des droits des femmes. Mais à 14 h, heure du départ, j’ai décidé d’abandonner et de plutôt aller m’allonger un peu pour faire une sieste. Mon militantisme a pris une pause ce jour ci… À 21h30 nous sommes rentrés dormir avec un ami, on a médité sur cette journée et cette soirée. L’after d’after accompagné c’est tellement cool comme moment. On est tous un peu mélancolique que tout ça se termine.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

En vagabondant par ci par là, je rencontre vers la fin de la soirée un jeune homme merveilleux : JP. Tout de suite nous accrochons et parlons de tout et de rien tout en faisant quelques vagues mouvements de bassin sur la piste. Et nous abordons sa passion pour l’écriture, et hop en quelques minutes, le voila lancé dans une lecture incroyable d’un poème « ludique et coquin » (tels sont ses termes) écrit de sa plume. Le sujet : les plans à trois. C’était tellement merveilleux ce moment hors du temps où il me partageait ce qu’il faisait. Il écrit également des fables, sublimes de justesse. Bref, une très jolie rencontre ! Je ne pensais pas entendre un poème pour clôturer la soirée, j’ai aimé ce concept.

Pourquoi on fait autant la fête ?

Certains te diront que c’est pour la musique, pour rencontrer des gens, pour s’exprimer dans la danse ou que sais je. Pour ma part, je fais la fête, pour m’évader l’esprit, pour ne plus avoir à être dans le monde réel, pour pouvoir me permettre des choses que je ne ferais pas en semaine. Et je fais durer le week end, je ne veux pas arrêter de faire la fête d’ailleurs. Certains diront que cette vision, où je me considère presque dépendante, est malsaine. Mais je ne trouve pas, j’ai un échappatoire au moins. La fête, c’est mon catharsis.

Comment j’écoutais JP parler de plan à trois

AL GRECO

« Bajo tierra »

sam. 7 mars – Schwebestaub ll (Les Caves Lechapelais)

Qui es-tu ?

Salut, ici Al Greco, dentiste et deeejay sur camarada C.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Bajo tierra (underground) musique et endroit parfait pour s’échapper de la réalité.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand ma nana a enlevé son tee-shirt et s’est tournée vers moi en body, c’est à ce moment là que tout a vraiment vrillé !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Trop dur de choisir, que des bons artistes mais on est venus pour ABSL, sans regret !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Oui, la bande des potes, comme d’habitude bien zombie après le gros son, et moi à quatre pattes avec mon petit kebab sous le bras.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Au lit, avec mon Uber Eats

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon pote Carlitos el dulce, toujours chaud pour tout donner sur le dancefloor, putain il arrête jamais.

Pourquoi on fait autant la fête ?

Il faut sortir du quotidien et profiter de cette vague de nouveaux artistes que la nuit parisienne nous offre !

L’endroit et les gens, petit souvenir du Péripate rip

ANTOINE

« Orgasme auditif « 

sam. 7 mars – B4 Techno: Terminus (Les Caves Saint Sabin)

Qui es-tu ?

Antoine, pas de surnom, serveur, toujours le smile en tapant du pied.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Orgasme auditif

Raconte nous ta vrille de la nuit

Au tout début j’étais même pas encore rentré dans la soirée qu’un pote d’un pote était tellement arraché à la mort qu’il a du rentrer chez lui. Le plus fou c’est qu’il est revenu une heure avant la fin de la soirée et qu’il a fait after toute la journée.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sarkel Plaisir parce que je suis arrivé sur son set et qu’il passait du VCL, ça m’a directement mis en jambes.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Bof j’avais bouffé un fat Mcdo avant de venir et j’avais commencé à picoler pendant la digestion du coup je suis rentré plus tôt parce que j’avais trop mal au bide pour kiffer mon pistonnage.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais au resto avec mon mère et mon frère, ma meilleure bouffe

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le pote avec qui j’y suis allé était déjà complètement bourré en arrivant et il disait que de la merde que je comprenais à demi-mot.

Pourquoi on fait autant la fête ?

Pour oublier le quotidien, pour kiffer le son, pour le love

VINCENT

« Schlaguement convivial »

vend. 6 mars – StereOrganic | ASTRO BEAT #11 – Trance & Techno (L’Officine 2.0)

Qui es-tu ?

Vincent, ou Vince (facile, on enlève deux lettres et BAM Révolution !!), chef de projet le jour, DJ la nuit, toujours avec mon fidèle sanglier en soirée !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

C’était schlaguement convivial, le côté un peu à l’arrache qu’on aime bien à l’Officine2.0 et la convivialité habituelle des soirées Trance avec StereOrganic !

Raconte nous ta vrille de la nuit

4 h 30, je passe derrière les platines, on sait tous que ça manque un peu de basses dans la salle du bas, mais on va compter sur des tracks bien énervées et un public carrément festif pour finir la soirée en beauté.. et ça n’a pas loupé !! Big up à celles et ceux qui sont passé faire un coucou dans la cabine en se sentant complètement chez eux… c’est ce qu’on aime à l’Officine, c’est détendu !!

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le pote C.V.R.D. qui passe Tikishan – Sucre Imbibé… ça a toujours sont petit effet ! et Nico Jevsen ! Ah non ça c’est moi alors on va en choisir un autre, et ça sera Otezuka, le boss de StereOrganic qui nous régale toujours d’une sélection de morceaux bien affinée !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Ça s’est terminé en… continuant à l’after au Magnum ! Où toute la troupe de parisiens étaient un peu paumés et suivaient le pauvre Nantais que je suis… Eeehh les gars on est chez vous hein !!

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

De passage chez les parents, à 20 h 20 j’étais à table juste après m’être réveillé, je me disais « non, pas trop de vin là ça va pas passer aussi facilement que d’habitude ! » mais bon, sans rien dire pour que la légère gueule de bois passe autant inaperçue que possible !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Louise ! T’es une crème, c’était une bonne rencontre ! A toi qui a une entorse, mais qui va quand même danser (et bouge en free le reste du week-end… !)

Pourquoi on fait autant la fête ?

On se libère, on se découvre un nouveau visage, dans le noir et dans le son on est qui on veut, comme on veut, sans notre timidité pour nous freiner.

Mon sanglier (Le fameux « Tigli ») qui passait de personnes en personnes pendant que je jouais dans la salle techno… oui c’est un cochon mais bon, on est vraiment pas loin !!

GATIEN

« L’espace : étendue qui ne fait pas obstacle au mouvement »

sam. 7 mars – FFR • Erreur 405 (secret place)

Qui es-tu ?

Hola Heeboo ! Gatien, aka Gat’, Gastouche… DELOB maintenant pour les intimes. Chef de projet la semaine, DJ le WE (et la semaine!).

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

L’espace : étendue qui ne fait pas obstacle au mouvement. (Super lieu, avec éclectisme)

Raconte nous ta vrille de la nuit

2 h 30… lorsque je suis parti « voir » la scène trap avec deux-trois potes. Partir danser (breakdance), trouver un mec bon délire et lancer un petit battle (compliqué de créer un cercle vu les pogos successifs), et réussir un salto arrière… avec un certain taux d’alcool dans le sang.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Déjà car son set était top, deuxièmement car il sort des supers prod, troisièmement car j’ai déjà mixé avec lui… Lowel, set time à 1 h 30 !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Terminé au top vers 4 h 30. Un peu fatigué après être parti vers 12 h la veille et d’être allé à Radio Pirate (péniche Alfortville). Et pour la petite anecdote, j’ai acheté un mcdo en sortant (merci le 24/24), mais je me suis endormi avant… profonde fatigue !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Comme presque chaque dimanche à cette heure, pâtes pesto / bières avec un pote, pour une petite session micro en closing du WE.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Pas une mais plusieurs : beaucoup de dreadlocks par ci, quelques pharaons par là (des potes avec tee shirt blanc sur la tête… oui, ceux là).

Pourquoi on fait autant la fête ?

Besoin de se détendre, de sortir de sa zone de confort, d’être avec ses potes après une semaine parfois « intense », avec notamment, et surtout, la « drogue » qu’est la musique. En restant tout de même attentif et respectueux des autres, et prendre soin de soi !

SYLVAIN

« Cette soirée était vibrante. « 

vend. 6 mars – Futur.e is Lakuti • Diamin • Claire Lawrie • Pepiita (à la folie)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Sylvain et on m’appelle Sissi depuis que je suis tout petit. Je suis professeur des écoles et on me reconnait en soirée pour ma gestuelle très particulière entre la danse africaine et la trance frénétique, inimitable.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Cette soirée était vibrante.

Raconte nous ta vrille de la nuit

J’ai compris que la soirée avait pris un tournant quand nous avons demandé à Roy Brown de nous dédicacer son disque et que j’étais incapable d’épeler mon prénom en anglais. Il a été très patient et très sympa, merci Roy. Je suis professeur des écoles et la phrase de la soirée qui nous a tenu toute la soirée c’est « On ne touche pas la bite du maître ». Cette phrase est devenue culte et va certainement le rester encore longtemps.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set qui m’a marqué c’est celui de Lakuti. Elle s’était exprimée lors du débat qui suivait la projection, ce qu’elle a dit m’a bien plu. Et j’étais heureux de la voir plus tard derrière les platines avec de très bon sons qui nous ont bien ambiancés.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Nous sommes rentrés en Uber malgré une première annulation malencontreuse et un taxi qui nous a été chipé sous le nez.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans un bar avec quelques difficultés à ré-ingurgiter de l’alcool. Je racontais ma soirée de la veille (je recollais les morceaux) .

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai particulièrement été marqué par le performer Roy Brown qui apparaît dans le documentaire Beyond pour son look veste en Jean/Léopard, sa voix sexy et son sourire charmeur style Eddie Murphy.

Pourquoi on fait autant la fête ?

Je fais la fête pour me vider la tête et oublier les maux de ce monde avec des gens qui sont là pour les mêmes raisons.

KIM

« Une boucherie, une grosse claque. « 

vend. 6 mars – Dehors Brut Indoor: Chris Liebing, AZF, Legitime (Dehors Brut)

Qui es-tu ?

Kim, mes amis m’appellent Afterwoman, ou parfois simplement Satan. Je suis la maman qui a toujours des chewing-gums, des mouchoirs, de l’eau en soirée. J’ai aussi un collier de smartphone qui permet de le garder accroché : un accessoire qui déchaîne les passions.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une boucherie, une grosse claque.

Raconte nous ta vrille de la nuit

C’est allé crescendo cette soirée mais l’arrivée de AZF a vraiment changé l’atmosphère. D’ailleurs je suis allée fangirler et la regarder de plus près pendant son opening ! Quelle pêche, elle m’a vraiment donné un sourire d’enfer.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Clairement Faire et Refaire de Ascendant Vierge joué par AZF vers la fin avec le lever de soleil. Un moment de communion avec l’artiste, le public et la musique. À ce moment là, on avait vraiment l’impression d’être en train d’assister à un moment historique.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Nous sommes rentrés vers 9 h avec deux amis, nous avons continué l’after toute la journée. Je suis ensuite allée à un dîner d’anniversaire (true story) puis une soirée avec mes amis. Quand je suis enfin rentrée me coucher à 4 h 30, mes amis étaient encore en after chez moi.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le samedi ? J’essayais de me préparer pour aller au dîner d’anniversaire d’une copine, sans m’être couchée. Et vous savez quoi ? J’y suis allée.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un asiatique totalement bourré a essayé de me draguer en début de soirée. Un peu plus tard dans la soirée, je l’ai recroisé à côté des toilettes en train de danser tout seul assis sur une banquette, les yeux fermés. Là, j’ai compris haha

Pourquoi on fait autant la fête ?

Moi c’est clairement pour m’amuser ! Passer du temps avec mes amis. Et puis j’aime vraiment beaucoup la musique.

Le lever de soleil. AZF qui nous joue un petit bonus de 30 minutes. Une fin de soirée sans embrouille avec des potes super drôles. « Il est où l’afteure ? »

MALO

« Intimiste »

vend. 6 mars – Threesome (secret place)

Qui es-tu ?

Je m’appelle MALO, je suis technicien eau potable, j’avais un t-shirt rose.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La soirée était intimiste je dirais, peu de monde mais bien soudés autour de la scène.

Raconte nous ta vrille de la nuit

La soirée était intimiste je dirais, peu de monde mais bien soudés autour de la scène. Entre 2 h 30 et 4 h 30, quand tout le monde a commencé à être bien perché haha. Mais le plus beau, c’était de se retrouver à 25/30 après 6h du mat, à danser et profiter des dernières basses de la soirée.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

La track qui m’a rendu dingue, je pleure de ne pas réussir à la retrouver hahaha ; c’était un discours sur fond de basses lourdes, qui parlait du réchauffement climatique, que le monde part en vrille, je la recherche désespérément d’ailleurs depuis samedi.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

J’ai mis deux heures à rentrer chez moi, en profitant de Paris juste avant qu’elle ne s’éveille (et puis RER).

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je profitais de ma fin de gueule de bois avec mes colocs (oui j’adore la gueule de bois)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Plusieurs personnes m’ont marqué, de cette jeune étrangère en débardeur quand tout le monde crevait de froid, à ce grand mec mignon qui était persuadé qu’on avait déjà couché ensemble (il était mignon, je m’en souviendrai hehe). Mais les meilleurs à mes yeux, c’était un couple qui toute la soirée se sont lancés des regards suspicieux, façon agents secrets.

Pourquoi on fait autant la fête ?

Une grosse fête comme ça, me permet de bien me casser la tête, du premier beat au dernier. Ça permet un vrai reset, repartir sur de bonnes bases de temps en temps. Ça fait du bien de se réunir autour d’une musique un peu hors des chemins battus.

RAPHAEL

« La fabuleuse soirée »

sam. 7 mars – Pasteur Charles invite Discoquette (La Fabuleuse Cantine-LR)

Qui es-tu ?

Raphaël, Raph, Social Media Manager. J’ai toujours du vernis, mon pull rentré dans mon pantalon et le manteau sur les épaules (mais sans enfiler les manches).

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La fabuleuse soirée

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le moment où Victoria Lachose a mis une de ses wigs et un collier sur la girafe qui trônait sur la scène du la Fabuleuse Cantine. A ce moment-là, la couleur était annoncée et la soirée n’a fait que partir de plus belle. La majorité des verres de la soirée ont fini fracassés au sol tant les gens dansaient (je crois que le staff n’était pas prêt pour ça !!)

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Tous les DJ ont été géniaux et ont mis le feu ! Mais le set Euro-Dance de Victoria Lachose est sacrément chouette. Quand Pasteur Charles a lancé Gipsy Woman c’était un beau moment aussi !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Parfaitement bien outre beaucoup de verre cassé. Je suis rentré à pied entre nombreux catamarans.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Sur la route direction Paris en me disant que j’avais passé un super week-end.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le serveur du bar qui était très mignon mais bien trop occupé à faire son travail et je crois, malheureusement, un tantinet trop hétéro également

Pourquoi on fait autant la fête ?

Parce qu’être avec les gens qu’on aime et danser c’est un peu la raison principale de la vie non ?

ADELINE

« La belle nuit d’amour »

sam. 7 mars – Mouillette × Polychrome × La Station (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

On m’appelle Adeuline, en principe je réponds à ces questions en tant que dj parce que j’ai joué, mais j’avais la flemme de me la péter.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La belle nuit d’amour

Raconte nous ta vrille de la nuit

C’est particulier pour moi de jouer pour Polychrome parce que ce sont des copains mais c’est surtout la famille, depuis bientôt cinq ans, quand j’y pense ! Pour l’heure de la vrille, je dirais déjà vers 2h quand Front de Crypte n’arrivait pas pour me relayer et que j’ai dû aller le chercher car j’avais très envie de faire pipi. DJ Bunny m’a remplacée 2 secondes, les vidéos sont malaaaades. Sinon vers 3 h 30, quand on a offert son cadeau d’anniversaire à Anatole et que toutes ces hystériques hurlaient dans les backstages « OMG ». Ils m’ont saoulé autant qu’ils m’ont mis du soleil dans le coeur. Mes copains sont INSUPPORTABLES, mais qu’est ce que j’les aime !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Pussylicious était vraiment vraiment cool ! On était pas nombreux au tout début de la soirée et je trouve qu’il a vraiment assuré ! C’était groovy et chaud comme il fallait !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

On est rentrées en Heetch, bah oui. C’était rapide, efficace, bisou bonsoir.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je…. rentrais enfin chez moi je crois ! J’achetais de la glace au chocolat vegan après un lazy day tout doux.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La lumière de ma p’tite vie, ma gogo danseuse préf, qui a rempli la salle à elle toute seule, <3. Agathae journaliste-reporter qui prenait tout plein de photos. Sam et son pantalon de l’espace. Le crew de Mouillette qui était super cools et chaleureux. Manon et son polo rose (de l’espace). Alexandre qui a pas voulu mettre sa perruque pour mixer. Anatole les joues roses. Camille les cheveux en l’air. Renaud le velours sexy qui devait finir de préparer sa conférence du lundi. Etc etc etc.

Pourquoi on fait autant la fête ?

Parce que sinon on s’rait d’jà morts. T’as capté ?

Team Heeboo

Articles similaires

Plus d'articles
© Victor Maître

Night Shoot

Les ravers les plus déter de Paris, shootés par Victor Maître


Dégif

Degif #77 : « Se cogner la tête à maintes reprises contre la table pour redevenir sobre »


Derrière Le Deck

Derrière le deck #19 : « Y’avait un homme nu, en mode Jésus, qui se baladait dans les marécages de la forêt, totalement possédé »


Dégif

Dégif #95 : « J’ai poussé la porte du club, une immense vague de hardcore ultraviolente m’a foncé dessus »