Les Nuits Sauvages

Dégif #103 : « Ni une ni deux me voilà avec la langue du nouveau bellâtre dans la bouche » – Heeboo

Dégif #103 : « Ni une ni deux me voilà avec la langue du nouveau bellâtre dans la bouche »

Dégif - Octobre 2, 2018

Rainer Torrado

Le jeu. La nuit est un jeu. Parce que la nuit, plus facile de se cacher, plus simple de s’y modeler, à l’image que ce que l’on souhaite incarner. Au regard de ce que l’on attend, aussi un peu, de nous. Innocence, impunité, la nuit laisse libres les désirs, la nuit dévoile monstres et démons, délices et friandises éphémères. La nuit éclaire les points de mire. Sans contre-façons, toutes ailes déployées, ces hordes de polissons. Parfois, les retours de bâtons sont bien mérités. Mais le bâton, qu’est ce que c’est bon !

Pour ce premier dégif d’octobre, la 103e exactement, nos reporters d’un soir ont écumé le meilleur des nuits sauvages :

RUDDY

« Complètement Ritalinée »

merc. 26 sept. / Ritalined /1mg (Silencio)

Qui es-tu ?

Ruddy aka La Vitesse le signe particulier c’est que tu ne me vois pas, je suis trop rapide.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Complètement Ritalinée ! On a littéralement souillé le club mythique de David Lynch.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Bah dés le début , open bar de 23h a minuit , on a pas attendu que la soirée commence pour vriller.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Ma pote qui se fait virer du club a 3 h du mat parce qu’elle suçait un mec dans le coin chill… Bolosse !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Evidement le live de Coucou Chloé . Mais aussi le phénomène RAVEN qui a mouillé le maillot avec de la grosse techno breakée ! Mehdi Beau Gosse

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je crois que j’émergeais de l’after en me demandant sûrement comment j’allais faire pour affronter le week-end qui arrivait…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Pfiou c’était la fashion week, tout le monde était habillé bizarre. Je suis encore perplexe.

La soirée est finie, les backstages c’est un champ de bataille, tout le monde disparait avant qu’on se fasse tirer les oreilles !

MATTHIEU

« Péripétie »

jeud. 27 sept. / La toilette X Hyun Mi Nielsen (Les Étoiles)

Qui es-tu ?

Mon prénom à moi c’est Matthieu, mais les gens m’appelle généralement « Le grand là » (je mesure 1m87). Je suis PDG de Total.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Péripétie, je suis arrivé à 3 h à cause d’un problème de clef qui a gâché notre before (la porte de mon pote était bloquée, on a dû attendre l’arrivée du serrurier). La facture ? 550 €.

Raconte nous ta vrille de la nuit

4 h du mat’ quand j’ai vu notre crush commun à mon copain et moi. On a dansé ensemble, pris une photo moche floue et sombre que nous avons envoyé à mon copain absent pour cause de dodo. J’étais un peu horny, à cause d’une proposition indécente dont je ne révélerai pas le contenu. Hélas il est hétéro, mais bon who knows ? (la suite au prochain épisode) #wink

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Croiser une amie beaucoup trop loin dans le game, arriver à la soirée en béquille. Quelle détermination !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Toute la soirée était merveilleuse (ceci dit, j’étais concentré sur le fait de n’avoir rien pris donc j’étais crevé, et j’ai moins fait gaffe aux set).

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain, dîner avec mon père qui est venu me voir pour deux semaines et demi (oui, c’est long).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une jeune fille avec une robe argentée en strass. Ma pote à la béquille dans un autre style.

Un indice pour la proposition indécente du crush commun

HUGO

« Le turfu »

jeud. 27 sept. / Signal Space_2018 [PEW IN] – DAY 1 (L’Aérosol)

Qui es-tu ?

Hugo, mes potes m’appellent Nanar ou Rascar, souvent du poppers et une bouteille de vin à la main, à L’Aérosol, comme ils donnent pas de bouteille, c’est un pichet.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Le turfu, comme très souvent à L’Aérosol

Raconte nous ta vrille de la nuit

On est arrivés à L’Aérosol en plein milieu d’une dispute alcoolisée, c’est particulier de commencer une soirée comme ça, mais ça nous empêche pas de finir la soirée en beauté, au contraire !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Je fumais une clope avec un vigile, lorsque BFM est passé à côté de nous, je pensais qu’ils faisaient un reportage en mode De La Villardière « les jeunes, la techno, la drogue… », mais en fait, pas du tout, ils présentaient juste la Paris Electronic Week. J’ai rigolé en les voyant « oh mais il y a BFM à L’Aérosol, c’est nimp », ils ont dû refaire la prise à cause de ma discrétion légendaire…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Tout était super lourd, une belle scénographie, j’ai pas trop fait la différence entre les artistes, j’avoue !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’arrivais au premier anniversaire du week-end. Connaissant mes potes, je savais que ça allait être la guerre mais tant pis pour moi, il fallait assumer !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le vigile avec qui j’ai fumé une cigarette, je voyais bien que je lui foutais la flemme parce que c’est jamais évident de discuter avec quelqu’un qui a trop bu, surtout en étant vigile. Mais lui il tenait la discussion, hyper patient et psychologue, respect !

CLARA

« Ça fait toujours autant de bien »

jeud. 27 sept. / Deviant Discorama #1 (Rex Club)

Qui es-tu ?

Clara, aka Festipouf… !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Putain, ça fait toujours autant de bien une soirée électro…

Raconte nous ta vrille de la nuit

Pas de vrille ce soir là !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’aime bien mater les gens, leurs styles, leurs tics, là, on s’est fait un trip sur des types bien bien coiffés, qui se passaient la main dans les cheveux très souvent genre pub Pétrole Hahn…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un morceau de Vitalic dont j’ignore le titre (chuis nulle pour ça), envoyé par Eva Peel, 20-30 mn avant le set de Vitalic ; ça a bien chauffé l’ambiance…

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Soirée sushi bière (tricot) avec mon amour de vacances, en warm up d’une soirée à la Java…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Pff y’en a quelques uns, mais à la fin, celui qui m’a le plus marqué, c’est un jeune anglophone (anglais/irlandais ?) qui a eu un geste hyper gentil, pendant que j’attendais ma pote vers la sortie… Un truc genre salut, bonne soirée, enfin assez indescriptible, mais assez inhabituel dans ce genre d’endroit et à cette heure-ci… On l’a retrouvé dehors, et il nous a fait un petit signe en montant dans son taxi…. Ça paraît débile, mais c’était « so cuuuuute ».

JULIETTE

« Inattendue »

jeud. 27 sept. / Nuits Sonores Brussels Opening: Front De Cadeaux & OKO DJ (Bozar – Bruxelles)

Qui es-tu ?

Juliette, Ju, toujours dans la lune !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Inattendue !

Raconte nous ta vrille de la nuit

A 22h (comme à toute mes soirées ça doit être une histoire d’astrologie), un ami mange quelque chose d’interdit, on ne l’a plus jamais revu jusqu’au lendemain 18 h !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

20h30 : un pote qui devait nous rejoindre n’est en fait jamais arrivé car il s’est perdu sur les quais et que le Bozar ne se trouve pas là du tout…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Assez cocasse je m’attendais à de la techno !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je me faisais à manger.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Au Bozar, parmi les jeunes, y’a toujours des gens très extravagants et extravertis : Jogging violet, casquette en faux cuir et chaussures bleues électriques !

F/CKEN

« Boum boum boum boum »

vend. 28 sept. / GAMUT SHOW SS19 (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Adeline, Adeuline pour ceux qui ne me connaissent pas, Audeuline pour ceux qui ont trop abusé hier soir. Mon vice caché ? J’en ai pas. C’est dingue, moi même j’y crois pas.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Boum boum boum boum.Boum boum dans ma tête à cause du défilé Gamut.Boum boum dans mon coeur parce que certains, à la base de tout ce bordel créatif et novateur, sont des potes voire des amis. Boum boum dans mon corps à cause de la programmation musique toussa toussa.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le coup de sang 170 bpm de Rebeka Warrior vers 1 h du matin et tous les potes qui dansent autour, c’était un peu bizarre, j’avais l’impression d’être à une teuf en appart et de toujours, genre TOUJOURS tomber sur un visage connu. C’était presque un peu doux dans toute la hardcore.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le défilé, et voir Octave marcher comme un pro, j’avais les larmes aux yeux, comme si c’était mon propre enfant qui faisait ses premiers pas. Bon azy, c’est ridicule hein, mais c’était beau. Mention spéciale pour le danseur de Rebeka Warrior qui s’est un peu raté quand il a sauté, c’était mignon mais il m’a fait peur. Ce mec, en vrai, est incroyable.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

La composition musicale / sonore du grand Jardin. Magique.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je faisais la queue pour les toilettes à L’Aérosol pour notre grande dernière avec Barbi(e)turix sur les lieux, mais les meufs se dépêchaient pas des masses. J’ai donc du lancer un bref « coucou les filles on se magne, je joue dans deux minutes ». Et pour une fois on m’a crue. Puis je jouais vraiment dans deux minutes. La Nari est venue me chercher comme une malpropre. Elle gueule tout le temps celle-là ! (love love love)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Sophie, aka Catherin, qui jouait juste avant moi. Faut qu’elle se repose un peu la petite.

NICOLAS

« Whaaaaat c’est déjà fini ?!! »

vend. 28 sept. / Signal Space_2018 [PEW IN] – DAY 2 (L’Aérosol)

Qui es-tu ?

Nico. On ne me donne pas de surnom, mais j’aime qu’on m’appelle César. En soirée tu me reconnaîtras à mes chaussures sales et au fait que je suis toujours dans les bras de quelqu’un.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Il y a des gens qui ne passent une bonne soirée que s’ils peuvent dire le matin : « whaaaaat c’est déjà fini ?!! » Jules Renard revisité.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Tout est parti en vrille dès mon arrivée. Mais ça faisait bien longtemps que je ne savais plus quelle heure il était. Tout est parti en amour toutes les deux minutes. Chaque fois que mes yeux se posaient sur un garçon, je me projetais dans l’avenir avec lui. La musique, l’ambiance accompagnait chacun de mes nombreux mariages ❤
Tout est parti en bonheur quand tout est parti en vrille et quart. Et je comptais bien m’assurer que c’était le cas pour tout le monde. Je rendais visite à tout le monde, pour leur demander « Montre-moi comme t’es heureux ». J’ai eu le droit à tellement de beaux sourire, des réactions spontanées, toutes belles, des câlins, des bisous, des danses. Que de belles réponses. Même le « casse-toi chui pas pd » m’a convenu. Tout le monde était heureux

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand sur la route on a voulu acheter du poppers, qu’on n’en trouvait nulle part, et que, dans un acte de désespoir, dans une alim’, j’ai demandé à un enfant de 12 ans s’il avait du poppers. Et qu’il m’a répondu « je sais pas ce que c’est, attendez je vais demander à mon papa ».

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je vous assure que je suis venu pour la musique. Je vous promets qu’elle m’a envoûtée. Mais je ne me souviens plus tant…

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain, à 20 h 20, je soulevais mon pantalon de soirée et une clé de maison tombait de la poche arrière. Elle ne m’appartenait pas. Je me revois la ramasser à la soirée, me diriger vers le bar pour leur donner. J’ai sûrement du croiser un câlin en chemin…
Le lendemain, à 20 h 20, j’essayais de ne plus penser à la soirée, car elle me manquait. Je ne suis finalement pas tombé amoureux d’un garçon, mais de la Signal Space. Si tu me lis, Signal Space, je t’aime ❤

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il était hypnotique, pour moi. Grand je crois. Coupe mulet. Je suis abonné à un groupe de partage de photos de coupes mulets. Je fais ça pour me moquer. Mais quand je l’ai vu, mon jugement a changé. Je ne quittais pas des yeux cette coupe, resplendissante. A cela, ajoutez des tatouages, un peu partout je crois. Un mini short, ou une jupe, je ne sais plus. Des déplacements à l’aide de grandes enjambées. C’était décidé, après avoir dansé, on dormira ensembles. Puis j’ai rencontré Alicia (le prénom a été modifié pour des raisons de confidentialité). Alicia est très câlin, il fait de bons toasts saumon avocat, et il me fait mentir quand je dis que je n’ai plus de libido.

Moi quand Alicia me dit que je ne peux pas dormir chez lui car il héberge déjà son pote, mais qu’en fait c’était pas une question. Après beaucoup beaucoup d’insistance, je nous commandais le Heetch.

VALENTIN

« Eclectique »

vend. 28 sept. / Signal Space_2018 [PEW IN] – DAY 2 (L’Aérosol)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Valentin, mon surnom donné par mes potes c’est tout simplement mon nom de famille : Rosiere, et en soirée j’ai toujours une Bassface de batard, tu peux pas me louper ahah !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Eclectique, que ce soit au niveau des prestations des artistes musicaux, visuels, du public, du lieu….

Raconte nous ta vrille de la nuit

Au moment où on a compris qu’on faisait sold out, on a pu se détendre un peu et kiffer le son avec les copains, mais le moment où tout est parti en couille c’était pendant les lives de FEMUR et Ballagan, on était tous fous !! Du sale !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Mon père était présent à la soirée, et il kiffait tellement qu’il ne voulait plus partir, donc forcément à 3 h du mat les mecs tazés qui viennent demander au daron s’il lui reste pas un tata sous la main c’était archi drôle ahahah

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 20 h 20 j’étais chez les copains en after, on débriefait de tout ça avec notre pote le whisky, ET PUTAIN Y AVAIT A DÉBRIEFER !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

En vrai de voir le daron kiffer de grosse techno industrielle c’était grave cool, il a même lâché une bassface à un moment, j’étais pas prêt !

Moi toute la soirée

NICOLAS

« Ishino »

vend. 28 sept. / Tokyo HiT#3 (Trabendo)

Qui es-tu ?

Nicolas « Nico » le mec posé mais toujours partant pour sortir

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Ishino, c’est le Laurent Garnier japonais !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand il a démarré son set, je connaissais ni le lieu ni les artistes et c’était un régal !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’ai sympathisé avec cinq anglais qui avaient conduit près de 12 heures pour venir voir Takkyu Ishino et passer le weekend à Paris

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Takkyu Ishino sans hésitation, je vais être à l’affut de ses passages en France maintenant

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Anif d’un membre de la famille au Havre, tout autre ambiance mais superbe soirée également, chouette de sortir de Paris !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon pote Seb, l’un des photographes qui couvrait la soirée, super délire avec lui comme d’habitude !

THOMAS

« Une parenthèse hors du temps »

du 28 au 30 sept. / Sarcus Festival 2018 (La Clarté-Dieu)

Qui es-tu ?

Thomas dit Dodo, talkie-walkie à la main et toujours près des enceintes !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une parenthèse hors du temps, des rencontres en pagaille et un dépaysement total !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vendredi 1 h 48, tu perds complètement notion du temps. C’est ce genre de moment rare où tout est parfait, des sourires partout, la musique te transporte, les copains sont là… ! Tu es bien !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand un certain Pantoufle n’hésite pas à effectuer un superbe saut du saumon dans la mare voisine pour le simple beau jeu ! Rip à son téton pour cet incroyable geste..

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

L’ambiance pendant le set la Mamie’s était juste folle. Malgré quelques soucis techniques, les mecs étaient au top, le courant passait super bien avec le public ! Gros plébiscite à la fin du set, personne ne voulait que ça s’arrête… Mais il était déjà 6 h !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le retour de festival en caisse n’est jamais évident ahah ! Petite nostalgie, grosse fatigue, et clefs perdues. Mais ça en valait la peine.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

M.Molkky ! Qui après une mauvaise réception de quille en bois, s’est retrouvé avec une énorme bosse au sourcil tout le week-end ! Grosse dégaine mais toujours souriant ahah !

Toi quand tu rentres au camping le dimanche à 7 h du mat

CHLOÉ/EDEN

« Un coup de poing »

sam. 29 sept. / Barbi(e)turix X L’Aérosol, la dernière ! (L’Aérosol)

Qui es-tu ?

Chloé / Eden, au choix. La petite plume à l’oreille gauche, la tignasse blonde hirsute, le regard dur (le sourire est un peu en option chez moi, mais le cœur y est hein).

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Un coup de poing : dur et glaçant à première vue, mais qui te secoue de l’intérieur, te réveille, te rappelle que t’es en vie.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Aucune notion de l’heure à ce moment là mais la soirée était déjà bien avancée, la santé des fêtards déjà bien entamée aussi, je ne sais même plus qui mixait en fait, mais il y a eu cet instant un peu badant, presque inexplicable où le beat était très très lent, et il s’est accéléré très progressivement, sur un long moment, c’était une vraie montée en puissance et à la fin il était tellement rapide que les gens se désarticulaient en dansant sans vraiment savoir comment suivre ce rythme fou… C’était vraiment un truc à voir.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Une soirée Barbi(e)turix, c’est toujours plein de nanas avec des radars à la place des yeux…Et je me suis retrouvée pendant cette soirée face à ce phénomène très étrange et que je ne m’explique pas, qui arrive parfois, durant lequel il y a cette fille, qui te regarde fixement, très fixement, elle te cherche sans détour… Alors qu’en fait il y a sa nana juste a côté, elles sont presque en train de s’embrasser en fait… Et là dans ta tête tu comprends pas, tu te demandes POURQUOI, tu sais pas si c’est plutôt « héhé rejoins nous pour un plan à 3 » (ou 4 si toi même t’es avec ta nana, varions les plaisirs hein), ou plutôt « saaauve moi jpp de ma meuf » ?? Du coup c’est toujours assez drôle, mais en même temps un peu malaisant, tu sais pas trop comment voir les choses (et surtout il ne faut pas y aller parce que tu risques de te faire déchirer la tête par sa nana qui n’a rien vu venir ahah). Bon bah ça m’est arrivé ce samedi, c’était bizarre, voila

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Globalement cette soirée était un pur plaisir, l’endroit est magnifique, la mixité est belle à voir, malheureusement ce beau lieu est en voie de disparition… Le hangar permettait en plus d’avoir une résonance assez particulière, le bonheur. J’ai beaucoup apprécié le petit set électro funky de CATHERIN en début de soirée, ça collait vraiment bien avec l’ambiance à 20 h, et puis il y avait toutes ces personnes en patins qui essayaient de se faufiler dans la foule (et qui se prenaient aussi de belles gamelles il faut le dire), et même des familles avec des bouts de chou, et ça sans que personne ne se regarde de travers, un vrai bain d’amour… Et ce set permettait de monter en température doucement avant de se mortifier le corps sur les sets suivants, une fois la nuit tombée et la lumière devenue plus intimiste. J’ai trouvé le line-up bien amené, avec une vraie montée en puissance ou plutôt une descente dure et sauvage dans les méandres de la nuit.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’ai beau ne pas me mettre de murge pendant les soirées, bah j’ai du mal à m’en remettre, un vrai légume… Du coup en toute logique j’étais dans mon canap en survet, avec un thé, des papouilles de ma chère et tendre, en train de jouer à la PS2 (bein oui personne n’est parfait). Je regrettais amèrement de ne pas avoir été plus tôt à l’Aérosol, le lieu est magique, il me rappelle un peu certains lieux de Berlin Est, avec cette streetfood bien travaillée et cette ambiance underground. … Et je pleurais un peu devant mon compte en banque avant d’acheter ma place pour l’aftershow Hyphen Hyphen / Barbieturix à l’Olympia prochainement.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y a deux personnes qui m’ont pas mal marqué au milieu de cette belle nuit, c’était un couple de garçons, ils étaient beaux, grands, à la barbe bien taillée, un look streetwear faussement négligé, ils se déhanchaient avec cette classe naturelle, ils étaient vraiment plus mignons que des chatons… Bon après c’est devenu moins chou quand ils ont commencé à s’embrouiller en mode crise de jalousie parce que l’un d’eux branchait un troisième type… Le malaise…

Ta copine : Pourquoi tu n’essaies pas les patins ?? Toi : (…)

MARINE

« Court mais Intense »

sam. 29 sept. / Barbi(e)turix X L’Aérosol, la dernière ! (L’Aérosol)

Qui es-tu ?

Marine, mes amis se plaisent à m’appeler « Martine » : « Martine en soirée », « Martine à l’école », « Martine à la plage », « Martine Aubry »… peu flatteur (à part pour Martine Aubry), on ne peut pas dire que j’affectionne cette appellation, mais ça me fait sourire ! Mon signe particulier en soirée ? Discrète au début mais déchainée à la fin, souvent je rêve que le temps s’arrête !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Court mais Intense

Raconte nous ta vrille de la nuit

La soirée se terminait à 1 h, ce qui est généralement l’heure à laquelle où tout commence, où l’ambiance prend son envol ! Frustration, il fallait profiter au maximum ! A 22 h 30 j’avais l’impression qu’il était 2 h du mat, à 23 h on entrait dans un autre monde, fait de regards, de sourires, de plaisirs, d’amours, de bonheur, le son devenait plus fort et plus intense, impression due à l’excitation, à l’exaltation, ou réalité, aucune idée ! Ce qui est sûr, c’est que ce son, cette ambiance, nous a tous emmené, dans un empressement certain, loin de nos préoccupations quotidiennes, nous a fait voyager, et ça c’était putain de bon ! Puis ça m’a aussi donné l’occasion de voir ma sœur faire sa danse celtique : pur plaisir !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Les bouteilles de vin au bar étaient directement vidées dans des pichets, on se descendait des pintes de rosé comme si on buvait de la bière. En milieu de soirée mon pote a remplacé le gobelet par le pichet lui-même, un verre de géant donc. Le voir déambuler en buvant son pichet était particulièrement drôle.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je ne fais jamais réellement attention à quel artiste mixe, quel set… mais dans les soirées BBX, il y a toujours un moment où ils vont passer Underworld – Born Slippy [Trainspotting], et c’est exactement au moment où il faut, coïncidence ou pas, cette musique me rend dingue !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

A 20 h 20 j’étais en terrasse, profitant des derniers instants du week-end, débriefant de la soirée avec mes potes. Les débriefs c’est la base, chacun donne son point de vue, raconte ses souvenirs : ce qui à la fin donne l’histoire, plus ou moins complète.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon pote, Steven, beau brun ténébreux, c’était la première fois que je le voyais avec son brushing, ce mec m’étonnera toujours : une gravure de mode !

Je suis l’as pour renverser les verres, que ce soit les miens ou ceux des autres, j’me fais tuer à tous les coups, mais j’men fous, je vois toujours le verre à moitié plein : philosophie de la vie !

CHEDLIA

« LA FOFO !!!!! »

sam. 29 sept. / Barbi(e)turix X L’Aérosol, la dernière ! (L’Aérosol)

Qui es-tu ?

Chedlia, Kéké, oui comme celui qui chasse sur les plages avec sa chaîne en or autour du cou ; j’ai toujours une petite tête de beuh sur moi au cas où, on sait jamais ce qu’il peut se passer

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

LA FOFO !!!!!

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je pense qu’il devait être peut être 22 h, une nouvelle fille est venue sur scène, une petite blonde timide. Et la je suis tombée amoureuse je crois. De son énergie, sa musique. J’étais devant la scène, les bras agrippés aux barrières je la matais sans pouvoir baisser les yeux. Elle a réussi à me faire danser alors que je n’avais pas envie d’être là. Je me suis retournée et là j’ai vu une nuée de gens danser, sauter, s’embrasser… elle a ramené une vibe de dingue avec sa techno.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Une fille est passée en pleurant devant moi (sûrement à cause de sa copine). Une heure plus tard je la revois passer main dans la main avec sa copine, le sourire aux lèvres. J’étais contente pour elle.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Human ressource – Dominator passée justement pas cette fameuse meuf : DJ FAAST

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais toujours éclatée, au travail… Mais j’ai réussi à rentrer avec la DJ !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une petite fille, 4 ans max, vans aux pieds, swag de l’extrême. Elle graffait sur les murs et dansait en même temps. Je déteste les enfants, mais elle, elle a réussi à me réconcilier avec eux.

ANDRÉ

« Douze heures d’orgasme sonore »

sam. 29 sept. / Possession (Paris)

Qui es-tu ?

André, mais mes potes m’appellent « Techno Viking », en référence à lui-même, car après une teuf je suis encore en train de danser dans la rue, dans le métro. Si vous entendez quelqu’un hurler en soirée, c’est moi qui jouis grâce au son.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Douze heures d’orgasme sonore

Raconte nous ta vrille de la nuit

Closing du set d’AnD, tout le monde est devenu fou, moi le premier, je sautais dans tous les sens, j’étais devenu incontrôlable.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le mec qui crie « Rangez vos pistolets !! »

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Non trop dur comme question ! C’est rare que je sois scotché par TOUS les artistes d’une Line-up, ce qui fut le cas ce soir-là ! Mais si je dois en choisir un ce serait AWB car je l’avais déjà vu une fois et son set ne m’avait pas trop plu. J’appréhendais de le voir, mais ce soir de Possession, je me suis réconcilié avec lui, son set était puissant et cosmique.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je dansais (encore) dans ma chambre sur de la techno. Je suis un drogué du son.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je suis assez expressif en teuf et quand le son m’habite ça passe par des cris, des rires, des grimaces… Et j’ai enfin croisé et dansé avec un gars cool sur le dancefloor dans ce même délire, on se sent moins seul et « fou » hahaha

Set d’AnD, violent et cosmique, ma tête lors de leur closing qui m’a rendu fou.

ZOÉ

« Attention aux lampes torches »

sam. 29 sept. / Possession (Paris)

Qui es-tu ?

Zoé, Zozo ou Eoz, j’ai souvent des couettes et des paillettes.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Attention aux lampes torches » ahaha

Raconte nous ta vrille de la nuit

Bienveillance et amour total avec mes potes toute la soirée.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Alors le truc le plus improbable qui m’est arrivé, c’est quand j’ai croisé un mec que j’avais rencontré cette été en Corée du Sud, je m’y attendais vraiment pas.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set vers 6/7h qui était bien acid avec des lumières vertes c’était super stylé.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en train de manger japonais avec ma pote, j’étais super claquée mais contente d’avoir mes sushis !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Alors j’aime bien justement regarder les looks de tout le monde dans ce genre de soirée, ca peut aller du mec avec des grosses chaînes autour du coup au mec le plus random avec ses lunettes de soleil et son sweet a capuche ahah, mais y’avait quand même une meuf en soutif et en chaussettes qui m’a marquée, j’avais froid pour elle !

Moi, trop happy pendant le set avec les lights vertes ahah

JAWAD

« Tout le monde était possédé »

sam. 29 sept. / Possession (Paris)

Qui es-tu ?

Jawad ou souvent appelé »Jawad paye ta trace »

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Tout le monde était possédé !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Tard pour moi environ 8 h je dirais, quand ça a commencé à se vider on s’est retrouvés avec tous mes potes, et ce qui était drôle, c’est qu’on re-découvrait nos gueules après quelques pilules ; c’était drôle !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le chef de la sécurité c’était Johnny Sins tout craché, du coup à chaque fois que je le voyais je phasais et je rigolais (en y repensant c’était pas drôle du tout) !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

AnD, comme à leurs habitudes, nous on éclaté le dersh !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Chez ma copine à phaser sur du Pixar…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une meuf complètement dans le cosmos qui me taxe un joint ; elle le regarde et elle le mange, au début j’ai pas vraiment calculé. Puis elle se barre au bout de 20 secondes en me disant : « Très bon ton joint » et là j’ai compris la signification de possédé…

JULIETTE

« Déglingue »

sam. 29 sept. / Red Bull Music Festival Paris : Hyperstation (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Juliette / « Pinto » / Des cernes très creusée car la veille j’avais terminé à 8 h du mat et je n’ai pas réussi à dormir avant d’aller à la Station !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Déglingue

Raconte nous ta vrille de la nuit

L’ouverture de la cave en mode WTF avec ce set de Dj Bus Replacement Service avec son masque de Kim Jong un. Et là tu sais plus où tu es, quel jour on est, quelle heure il est, et même ce que tu fais là, et t’es au spectacle tellement c’est WTF, et tu as juste le SMILE

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Franchement, tout était tellement cool que je peux même pas choisir, j’ai commencé avec ce live de ouf de Nihiloxica sur la scène extérieure qui t’ambiance parfaitement pour la suite avec ce coucher de soleil magnifique, pour après décoller à l’intérieur sur Aurora Halal, pour ensuite faire n’importe quoi dans la cave avec Dj bus Remplacement Service, et enfin kiffer de ouf sur ce back to back non prévue Girl Power tellement classe d’Oko Dj – Elena – (et je sais plus la 3 eme)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain j’ai continué le Red Bull Music Festival au Rex Club avec Moodymann Plays Prince …. Grosse claque. L’enchainement de toutes ces soirées du festival te mettent dans un mood où tu n’as jamais plus envie que ça s’arrête, il y a une émulation de dingue et c’est beau.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y avait cette personne cheveux frisés très long, avec une salopette en velours côtelé marron. Il était « on fire » constamment, en first line de chaque scène, et dès que je changeais de scène il était là. Je me suis demandée au bout d’un moment s’il n’avait vraiment pas le don d’ubiquité.


TOPPER

« Ce soir on fait pas tard. »

sam. 29 sept. / Red Bull Music Festival Paris : Hyperstation (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Antoine aka Topper Harley, je porte la moustache, dite usine à frissons dans certains pays latins et il m’arrive de faire des bruits de perceuse avec ma bouche.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Ce soir on fait pas tard. »

L’heure à laquelle tout a vrillé ?

La Station étant traditionnellement un lieu baigné d’amour et rempli de copains copines qu’il est bon de les croiser, il est difficile de choisir une heure en particulier, tant l’émulation en connerie est à son comble dès le portail franchi. Mais je dirais 23 h 28 !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Et un et deux et Kim Jong Un !!!

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Front2Cadeaux parce qu’il faut bien en choisir dans cette prog aux petits oignons (Coeur Aurora Halal, Jasss, Roberto Succo, Nihiloxica…). Ultra moellosité dans une cave moite et sent bon. C’était Champagne!

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en train de rater Moodyman au Rex, en PLS dans un pyjama doux comme une caresse, et en tête à tête avec un plat japonais livré à domicile. Ca se fait de plus en plus et je prédis un grand succès à ce mode et type de restauration !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ce qu’il se passe à la Station reste à la Station, mais vu que c’était la Fashion Week, je ferais exceptionnellement mention du swag de Froos (co directeur général du label Teenage Menopause Records), et dont le port altier de son blouson en jean customisé boubou enfant fluorescent, a littéralement laissé bouche bée le gazier de Nihiloxica.

 

HELMUT

« Vaudevillesque »

dim. 30 sept. / GmbH x Herrensauna PFW Party (La Java)

Qui es-tu ?

Helmut Anderssen. Signe particulier : le degré de sluttiness et de sale qui augmente beaucoup trop rapidement au fur et à mesure de la soirée.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Vaudevillesque

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je crois que c’était vers 2 h. Je suis venu avec des amis australiens dont un que j’avais pécho depuis vendredi et avec qui ça se passait plutôt bien. J’ai rencontré un pote là-bas qui était accompagné d’un ami que j’ai trouvé très très rapidement totalement à mon goût. Je ne voulais rien faire puisque l’Australien était là mais mon pote a joué les entremetteuses et ni une ni deux me voilà avec la langue du nouveau bellâtre dans ma bouche. Je profite de ces quelques minutes et me rends compte quand même que les trois Australiens sont à cinq mètres et que quand même c’est pas cool parce qu’ils m’ont rincé toute la soirée.
Je décide de prendre la fuite lâchement vers le fumoir extérieur avec mon nouvel amant mais je tombe sur la meilleure pote de l’Australien. Je fais alors appel à mes talents d’acteurs pour lui faire comprendre que je suis totalement upset, que ce mec n’est autre que mon EX (bruit dramatique). Que c’est encore très compliqué mais que je le raccompagne dehors et qu’il ne se passera rien. Je vais donc au fumoir et continue mes affaires avec mon « ex » qui chope mon numéro et file. Je suis redescendu et ai retrouvé mes potes australiens. La fille comprenait totalement que je puisse être émotionnellement bouleversé d’avoir vu mon ex (oui bon j’y ai été fort sur le drama) et a décidé de ne rien dire à son pote. Ils m’ont repayé des verres et j’ai repécho l’autre rapidement.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le karma étant ce qu’il est, les gens comme moi méritent d’être punis et au final j’ai perdu mon casque audio qui m’avait coûté très cher… Retour de bâton !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

A cause de tout ce drama et ces flirts, je n’ai même pas pu profiter à fond de MCMLXXXV. Je n’ai que de flous souvenirs !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais à manger un thaï avec les Australiens qui avaient retrouvé mon casque dans leur sac (comme un con c’est moi qui l’avait mis là en plus)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ma rencontre avec ce garçon aux yeux et regard de folie (pas l’Australien, l’autre, faut suivre un peu).

Le moment où j’étais à la fois totalement en train de kiffer à embrasser le joli garçon et en même temps en train de me dire que je me foutais dans la merde avec les Australiens. Jean qui kiffe Jean qui panique !

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Derrière Le Deck

Derrière le deck #13 : « L’une des danseuses était déterminée à faire fondre ses semelles et me disait de tout brûler »


Dégif

Dégif #90 : « Le mec sorti de nulle part, qui m’a léché la joue sans aucune raison »


Dégif

Les 10 ans de la Wet For Me : « Un moment hors du temps »


Victor Maître

Dégif #148 : « Je me suis mis à parler à mes amis en anglais avant de me rendre compte que ce n’était pas des étrangers »