Les Nuits Sauvages

Dégif #101 : « Dans la vie, il faut savoir faire des choix : vivre ou dormir, manger ou vomir, danser ou b… » – Heeboo

Dégif #101 : « Dans la vie, il faut savoir faire des choix : vivre ou dormir, manger ou vomir, danser ou b… »

Dégif - Septembre 19, 2018

Alan Marty-Paquet

FAIRE LA FÊTE COMME ON L’AIME N’EST PAS UNE FIN EN SOI, MAIS RESTE UN EXUTOIRE EFFICACE. Voilà pourquoi la nuit nous turlupine, pourquoi la nuit nous travaille, pourquoi la nuit nous habite. Parce que la nuit est drôle, elle est douce et violente à la fois, parce que la nuit est un bonus qui donne un sens à la vie. Au quotidien. Et à tout ce qui flanche. FAIRE LA FÊTE COMME ON L’AIME N’EST PAS UNE FIN EN SOI, MAIS RESTE UN EXUTOIRE EFFICACE. Soutien aux collectifs parisiens donc les fêtes ont été annulées, émiettées envahies et écourtées ce weekend. Au artistes qui n’ont pas pu jouer. Soutien à tous ceux attristés par ce bon gros weekend de gueule de bois généralisée.

En septembre, pour ce deuxième dégif de la rentrée, la 101e ou quasiment la première, nos reporters d’un soir ont écumé le meilleur des nuits sauvages :

AMBRE

« Il est temps que l’émeute commence »

jeud. 13 sept. / JJ & Blast Collective : Blasted (La Java)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Blast Collective – Tout juste deux ans mais destiné à être le collectif de théâtre queer le plus connu des nuits parisiennes.

Vice : hacker les soirées clubbings pour y injecter de la performance tout en douceur.

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

Il est temps que l’émeute commence.

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

666% de bonheur intense (chiffre de la police).

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

En plein set, la stimulation inopinée (mais consentie) d’un clitoris par la langue d’une danseuse enflammée. Autrement dit un putain de cunilingus contre la vitre du dj Booth. Je dis jouis.

Le track mémorable de la soirée ?

Code 718 – Equinox (Henrik Schwarz remix) sur la première perf issue du texte Rose is a Rose is a Rose d’Ivana Sajko.

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

J’étais à mon premier cours de la rentrée depuis déjà deux heures… En train de penser au fait que si deux meufs ont eu envie de niquer sur le dancefloor c’est que la soirée a tenu ses promesses. Vive l’amour.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Susy et Gary et leurs grosses têtes blanches en train d’organiser leur propre marathon de danse sur la piste. Dommage que Susy ait fini par se faire déchirer la caboche. Au sens propre du terme. Adieu Susy.

Moi quand je comprends que je peux continuer à danser tout en écoutant les performances. La JJ j’arriiiiiiiiiive !

ÉLODIE

« Copains, EBM de qualité et queue aux toilettes. »

vend. 14 sept. / Une nuit darkwave avec QUAL (Supersonic)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Elodie aka Sue Ellen (mon nom de Dj), forever young, experte ès italo disco, HI-NRG et toute musique 80’s qui donne envie de faire de l’aérobic en justaucorps fluo.

Mon meilleur vice en soirée : enchainer les rhum-ananas et finir par demander au barman de rajouter du sirop d’orgeat sans jamais avoir envie de vomir tout ce sucre.

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

Copains, EBM de qualité et queue aux toilettes.

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

Plaisir 80% car ça faisait un petit moment que je ratais les venues de cet artiste sur Paris, bonheur 20% parce que je n’étais pas au top de ma forme ce soir-là. Bah ouais ça fatigue les horaires de bureau.

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Ah bah j’ai une anecdote très drôle à raconter oui, à un moment je me risque à rejoindre une pote sur le devant de la scène en plein concert, Qual rendait les gens fous il faut bien l’avouer et une espèce de grande gigue total torchée qui dansait en moulinant ses bras en l’air a renversé ma propre bière sur ma propre gueule. J’ai paniqué pour mon maquillage et je me suis précipitée au toilettes, en fait RAS, hormis le fait que j’ai senti la binouze toute la soirée.

Le track mémorable de la soirée ?

Je me rappelle avoir entendu un titre de DAF pendant le dj set de mon pote (Poison Point qui jouait avant et après le concert), j’adore ce duo que je passe TOUJOURS en dj set, au moins deux titres à chaque fois, bref, j’ai dévalé les escaliers du supersonic juste pour lui dire « merci j’adooooOOore DAF !!!» et je puis je suis retournée danser. Voilà.

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 12 h 12 j’étais sûrement chez moi en train de jouer avec mon chaton, car j’ai joué avec mon chaton toute la matinée. Comme toutes les matinées chômées depuis que j’ai mon chaton. Je pensais sûrement à de la nourriture bien fat et à la manière de la faire parvenir jusqu’à moi (me bouger ou me faire livrer ?).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ah bah très certainement cette fille aux bras désarticulés qui m’a renversé ma bière sur la tronche. Ce qui m’a marqué c’est véritablement ce désagréable fumet senteur punk à chien que j’ai trimballé toute la soirée grâce à elle. Cimer meuf.

Une foule en délire devant la scène.

CAROLINE

« EMO éphèbos. »

vend. 14 sept. / Une nuit darkwave avec QUAL (Supersonic)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Carotte pour les intimes car j’ai une obsession pour la nourriture orange depuis 28 ans. Plasticienne et depuis peu chanteuse du dimanche.

Mon vice en soirée est sûrement de danser comme dans un clip des années 80 (oui oui avec les mouvements de tête et de bras) et de prendre toute la place, voire te dégager complètement.

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

EMO éphèbos.

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

Hum 65% : après les problèmes techniques du début du concert, je me tape une nana à côté qui décide de filmer toute une track, pas un extrait, non, TOUTE une track – donc en fait je ne vois rien, je suis vénere et ensuite elle passe la prochaine chanson à poster sa vidéo pourrie sur Insta plutôt que de profiter de la beauté de William Maybelline. Après, les petites danses sportives de QUAL ont comblé l’ado prépubère qui se cache en moi, j’étais aux anges.

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Lorsqu’avec ma copine Mary, on a piqué la cagoule blanche du début de set de QUAL, qu’il avait jeté devant nous – histoire d’arriver apprêtées pour Volition Immanent à la Machine.

Le track mémorable de la soirée ?

Durant Take Me Higher, lorsque QUAL remuait ses fesses, ses bras et sa mèche, et qu’il frappait le sol avec une chaine : so cute !

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

Je dormais, sourire aux lèvres.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une petite EMO avec une jupe écossaise, gros look t.A.T.u. – qui a dansé les mains en l’air pendant au moins deux heures, sportive.

SOPHIE

« Foutu pour foutu… « 

vend. 14 sept. / Quartiers Rouges .01 (La Machine du Moulin Rouge)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Sophie aka Nastu, je vais avoir 13 ans le 12 et je suis couleuse d’objets dans de la résine époxy payé par Paulo.
En soirée je pose une seule et unique question à quiconque ose venir me parler : « pourquoi tu as voté Macron toi ? « 

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

Foutu pour foutu…

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

66,6%. Pas 100% à cause du lieu qui n’était clairement pas le meilleur pour une grande messe comme ça. L’odeur du Axe et du Red Bull donne un peu la gerbe.

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Quand j’ai dit Adieu au poumon qui me restait en allant dans la caverne à fumeurs. Il doit être encore là-bas d’ailleurs à l’heure qu’il est ….

Le track mémorable de la soirée ?

Clairement le live de Giant Swan, c’est dingue. Les barrières de sécurité étaient de trop, mais ça nous a au moins permis d’avoir une accroche pour balancer la tête d’avant en arrière.

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

Sous la douche, à essayer de faire passer le torticolis provoqué par le fameux live et à me demander si on savait où se situe la tumeur de Véronique Sanson.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon mec et mon meilleur pote. Le premier parce qu’il m’étonne encore avec sa capacité à se tordre sur le dancefloor et à maîtriser le mini écart entre le sol et son corps. Et le second , parce qu’il ma suivi dans la bonne idée du torticolis.

Ma tête quand j’ai entendu Wake Up de Volition Immanent ! Ça fait ça a chaque fois !

LÉA

« Last summer vibes of 2018 »

vend. 14 sept. / Exil x Newtrack Gang (LaPlage de Glazart)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Salut moi c’est Léa, aka lelette pour les intimes, j’ai 22 ans et je bosse dans l’événementiel, ça m’arrive aussi d’être distributrice de sourires !

Mon meilleur vice en soirée ? Je ne m’arrête jamais !

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

Last summer vibes of 2018

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

80%… oups j’ai pris un shoot, on passe à 96%

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

J’ai pas vu le temps passer, j’ai pas d’histoires à vous raconter

Le track mémorable de la soirée ?

Calor en la discoteca – Mezigue

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

Chez moi avec mes copines, on était en train de refaire le monde à coup de Gin tonic

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai croisé un pote que j’avais pas vu depuis plus d’un an. Il a changé, il est devenu blond, on aurait dit le mec de Dragonball Z

Ça c’est moi et mon acolyte de soirée entrain de s’enjailler comme jamais !

GABRIEL

« Voyage astral »

vend. 14 sept. / Tech Noire (Le Klub)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Gabriel (gab, groubl…tout ce qui peux passer par la tête) 18 ans et je suis en prépa littéraire dans l’un des meilleurs lycées de Paris eheh.

Mon vice préféré c’est être la queen, serving looks, et récolter les compliments des gens pour beurrer mon ego. Me faire payer des coups aussi.

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

Voyage astral.

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

10s across the board

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Il y en a plusieurs donc compliqué de choisir : le premier, c’est évidemment ma (courte) rencontre avec Ghost elektra aka ma drag française préférée et host de la soirée. Le deuxième serait toute la soirée que j’ai passée avec mon PREMIER date Tinder, il était super cool et on a passé une soirée géniale. Enfin, ce serait l’ambiance générale, la gentillesse des gens, leur bienveillance….

Le track mémorable de la soirée ?

La musique était OUF et a rassasié (temporairement) mon envie de voguing, de grosses bass, et de dark wave allemande super obscure qui fait apparaître les démons les plus groovy de l’enfer.

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

A 12h12 le samedi je dormais de tout mon soul. Mais à mon réveil j’etais triste parce que c’était fini… 🙁

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Là encore il y en plusieurs : les drags évidemment, le mystérieux mec en latex qui mettait le feu sur le dancefloor ou encore ce charmant garçon qui dansait extrêmement bien et avec qui j’ai fini par discuter. Il y avait aussi celle qui gérait les entrées qui était trop choux et avec qui j’ai bien discuté aussi…. quasiment tout le monde avait un style de ouf !

Quand je suis entré dans le Klub

RITA

« Douceur de la rentrée »

vend. 14 sept. / La Klepto (Le Chinois)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Rita Saturne, pseudo utilisé pour pouvoir vivre ma double vie sans scrupules et sans craindre d’être stalkée par des collègues. Je bosse pour un média dans le numérique.

Mon meilleur vice ? Me faire passer pour une jeune fraîche et innocente alors que ça fait plus d’1/8e de siècle que j’ai dépassé les 25 ans. #regledetrois

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

La Klepto au Chinois c’est la douceur de la rentrée. Un gros goûter pour te rassasier avec son coeur crème pâtissière. De la grosse techno, bien lourde comme il faut mais des histoires qui t’emmènent avec la légèreté de la mélodie du bonheur.

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

90% de plaisir pour la musique, le mélange (queer, hétéros pas relous qui aiment la musique pointue et montreuillois habitués), le bon esprit, les sourires, l’ondulation des corps. Mais aussi les blagues pourries, les allers retours entre le fumoir, le bar, le dancefloor et les toilettes. Une touche de sueur aussi sans sentir celle des autres, c’était moins blindé que les précédentes et ça faisait du bien de pouvoir respirer sans être trop collés-serrés !

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Peut être le moment où la pote de la meuf de mon ex me chauffe pour un babyfoot. J’accepte finalement, sur fond de The Unlikely Boy, en me disant que ça va me rappeler les années 90. Mais là, gros fail, il n’y a pas de balle dans le baby. Bon ben, on fume une clope ?

Le track ou l’artiste mémorable de la soirée ?

Avec Marion et Nicol, je ne suis jamais déçue ! Ça peut taper très fort, en grosse techno lourde mais avec des subtiles touches rafraîchissantes d’inspirations variées et des mélodies ou envolées qui feraient monter et bouger même des fans de folk à jeun.

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

À cette heure là, j’étais en train de rejoindre ma meuf aux urgences parce qu’elle s’était tranché le petit doigt. Je pensais à cette belle soirée en me disant que les urgences à Bichat c’est comme une after qui a mal tourné. Les potes en moins, ou les potes de potes relous qu’il fallait pas laisser rentrer.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un groupe de meufs qui arrivent. « C’est bien ce soir Cécile électrorama ? ». Presque ! (Au cas où, c’était Céline Technorama)

DJ ELVIRA

« Pure bombe de tuerie fataaaale »

vend. 14 sept. / Hong Kong Violence Label Night (Concorde Atlantique)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Florence / Dj Elvira / 52 ans / Je suis à la retraite fictive… ou presque.
Cracher mes tripes en hurlant sur le Dance Floor

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

De la pure bombe de tuerie fataaaale

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

18 sur 20

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Les trois pintes de bière que des inconnus m’ont offert en moins de cinq minutes mais je ne bois pas de bière, ça me saoule la gueule à vitesse grand V, je suis à la vodka coca moi ah ah ah !

Les tracks mémorables de la soirée ?

Ah bon il y en a eu plusieurs ? La musique ne s’est jamais arrêtée un instant dans ma tête enfiévrée…

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

Je prenais une douche pour aller faire un concert !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Anaïs 1 m 80 minimum cheveux bleus façon manga avec des yeux pleins de paillettes ; jolie ; qui s’extasiait sur mon look, mon âge et m’a suivi comme mon ombre pendant plus d’une heure hi hi hi

J’enlève le haut, ok moi j’enlève le bas… Ooohhh les gars c’est chaud là ah ah ah !!

LOUIS

« CRÂNES »

vend. 14 sept. / Hong Kong Violence Label Night (Concorde Atlantique)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Louis, 24 ans, étudiant en troisième année de journalisme. Futur Tintin.
Un de mes vices favoris en soirée, est de m’élever pour dominer tous ces teuffers déchaînés. Pour ça, les épaules de mon meilleur ami font parfaitement l’affaire et me permettent de ressentir un sentiment de puissance très addictif.

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

CRÂNES. Assis confortablement sur mon pote, j’ai l’avantage d’admirer chaque visages des personnes présentes dans la fosse ou sur scène.

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

Ce n’était pas LA MEILLEURE SOIRÉE DE MA VIE mais elle a largement été à la hauteur de mes attentes. Je mets donc un bon 88%.

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

La chose que m’a le plus marqué est le cadre. Sortir sur la terrasse de cette péniche et admirer Paris sous un ciel voilé d’étoiles un cocktail à la main. C’est juste unique.

Le track mémorable de la soirée ?

Étant plus attiré par le métal que par la musique techno, j’ai tout de même adoré cette intensité au niveau des basses. Les DJ qui jouent ce style sont des pures tarés. Et j’aime ça.

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

Je dormais depuis peu. Après un long after assez éprouvant, j’essayais de me remettre de toutes ces émotions accumulées.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Certaines personnes se sont mis à danser de manière totalement incohérente et désarticulée. Apparement, la folie des DJ est communicative.

Ce moment où j’ai croisé tous mes potes complètement par hasard alors qu’ils n’étaient pas censés venir ce soir-là.

YACINE

« L’épreuve d’orientation »

vend. 14 sept. / Vernacular Records Release Party (La Station-Gare des Mines)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Yacine (te bassine), 17 ans, travaille dans le monde bancaire depuis trois ans (chipeur arrête de chiper) mais en vrai je suis né depuis 23 ans.

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

« L’épreuve d’orientation. » J’étais en chemin pour Fée Croquer puis je me suis dit c’est chelou y’a personne dans le bus alors que sur l’event y’avait vla l’engouement. Je sors mon phone et vais sur l’event je vois « Les autorités s’emparent du lieu illégalement ». Je descends du bus seumé, 25 minutes plus tard on est à la Station.

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

70% bonne rée-soi, bons gens et lieu proche du dortoir oklm. Les soirées à la Station ça ne déçoit pas.

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Pendant qu’on fumait un moment, le gars avec qui on a parlé qui s’appelait Jihad. On était morts de rire (lui inclus). Avec Mathmath on kiffe repérer les gens aux looks énervés, mais on a pas fait trop gaffe ce soir-là.

Le track mémorable de la soirée ?

Je pensais qu’on irait à Fée Croquer, j’ai pas eu le temps de voir qui étaient les disques-jockeys à la Station. Mais le gars qui passait du Hardcore en haut vers 3 h c’était propre.

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

C’est quoi cette heure pourrie j’étais dans le malus :,,))

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le gars là qui faisait une figure hip-hop sur la scène extérieure. Il s’est raté pleins de fois son dos je pense il est très vouté désormais.

En sortant de la soirée, juste avant de faire les bails derrière le Lidl.

FABIEN

« Un cartoon un peu mimi »

vend. 14 sept. / Gang Bambi de l’Espace (La Java)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Fabisounours, 34 ans, orga des #JeudiBarré au Yono et de la Pochette surprise le 5/10 au Klub, j’adorerais être éleveur de ratons laveurs en gironde.

Mon meilleur vice en soirée, c’est la bière à paillettes. Quand t’as trop mis de paillettes et que ça finit dans ton verre…

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

La gang Bambi de l’espace c’est comme un cartoon un peu mimi, mais en soirée avec du bon son.

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

85% plaisir, 112% bonheur.

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

En bas des escaliers de la Java, alors que je voulais avoir une discussion sérieuse avec une fille (genre, on est en soirée, on a des discussions sérieuses) et qu’une copine drag passe et me dit bonjour, puis 2, puis 3, 5… Un défilé de copines. La fille était morte de rire.

Le track mémorable de la soirée ?

The ultimate seduction, bien bourrin et drôle en même temps. Ça me parle…

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 12 h 12, j’étais en route pour Montparnasse pour quelques jours à la mer avec mon keum…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Loki Starfish dans une combi argentée WTF tellement c’est moulant avec des épaulettes de l’espace. Un mix entre une sirène barbue, un monstre de l’espace et le commandant de bord de la version porno de Startrek !

Ah oui, c’était une bonne soirée !

LOU

« Galactiqueer »

vend. 14 sept. / Gang Bambi de l’Espace (La Java)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Lou aka Nannä Volta, wonderwoman de la nite, cousine de Hancock.

Le rhum est mon meilleur ami la nuit !

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

Galactiqueer !

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

90%, les 10% manquants dûs à ma fatigue de femme d’affaire incognito la journée

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

La perf de Nomai sur la chanson de Grace Jones Slave to the Rythm, elle était habitée !

Le track mémorable de la soirée ?

Le set d’Alexis « Hot Chip » Taylor avec des titres nu disco de dinguo,  dont I Feel Space de Lindstrøm dont je suis accro.

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

Je me préparais pour aller mixer au Smmmile Vegan Pop festival et l’idée de goûter des bons mets vegan m’aidait déjà à décuver !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Poulette Zhava Kiki et sa combinaison de cosmonaute super bien faite, avec la petite touche perso indispensable : la crête sur le casque !

THOMAS

« Merci »

sam. 15 sept. / AFTER ALL (L’International)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Thomas aka The Redeemer (La Firme PAPA) – 36 ans. Concepteur – Projeteur en Bureau d’études.

Vice en soirée ? Se coller bien trop proche de l’enceinte.

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

Plus le soleil se levait, plus les gens arrivaient, va comprendre… Très bonne ambiance, et première expérience à l’International. Un grand merci à Care/Mess de m’avoir invité à nouveau à mixer pour eux.

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

90% (les 100% sont réservés pour les soirées la Firme PAPA)

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Ma pote qui colle beaucoup trop la table du DJ et qui est capable de tout retourner en un éclair. Mais je l’aime, donc je fais avec !

Le track mémorable de la soirée ?

J’ai beaucoup aimé le set de VBK, juste après moi. Bonne tek berlinoise !

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

Dans mon lit ! (je vieillis…)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon pote qui m’a suivi en after alors que ce n’est pas sa passion, la famille !

Il faisait chaud

ALEJANDRO

« Ekleptik »

sam. 15  sept. / Voironland 3 (L’Aérosol)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Alejandro, 28 ans, je travaille en finance pour une marque française de streetwear (avez-vous trouvé ??).

Mon vice de cette soirée c’est de danser au rythme des 160bpm sans se fouler la cheville !

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

Ekleptik. Et oui, il y avait tous styles de sons pour tous les goûts ! De la club musik au rap, de la techno au gabber en finissant par du ghetto house.

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

150% car : +100% pour la line-up très carrée (c’était incroyable) + 100% pour le chill avec ma vingtaine de potes présents (big-up à Fayed qui ne sort jamais normalement) -50% pour les gens qui ne viennent pas tôt et qui ont loupé un énorme B2B

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Quand on s’est tous mis à faire des squats sur Your Love de David Guetta puis Living on Video de Pakito, les deux sons dropés par Lulu en B2B avec Slow. Et ouai, on adore les bons vieux sons commerciaux !

Le track mémorable de la soirée ?

Le drop final de Gardez vos Distances par Paul Seul ! La meilleure track de l’année de très loin qui fait toujours son effet en DJ set comme d’hab! Le cardio est là, grosse session de sport très efficace. Même Fayed a dansé !

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

Encore une fois j’avais trop picolé, j’étais dans les vapes, j’essayais d’émerger en présence d’une jolie gueule de bois et de courbatures !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Logique, c’est Fayed ! Un jeune homme de 20 ans qui ne va normalement jamais en teuf (normalement occupé à revendre des Nike Off-white) mais qui te lance des petits pas de danse assez incroyables même sans boire aucune goutte d’alcool ! C’est beau !

LOUISE

« BORDEL »

sam. 15 sept. / FÊTE DE L’HUMA

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Louise, mais en vrai les gens m’appellent Loulou en référence à Loulou le Pou dans Drôles de Petites Bêtes. J’ai plus d’un quart de siècle et je pratique le militantisme anticapitaliste à plein temps.

Mon meilleur vice en soirée : danser avec mon verre à la main et parvenir à ne pas verser une goutte sur le sol. Marche aussi avec le pétard et sa cendre.

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

Le BORDEL c’était, mais un joyeux bordel déjanté

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

Alors y’a eu des variations, mais j’ai tout noté sur un carnet et j’ai calculé ma moyenne le lendemain midi ; c’était à 93,7%.

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Un seul souvenir c’est pas beaucoup… Mais je dirais ma pote Leila et son sourire qui lui mangeait méchamment le visage, elle était belle comme un personnage de dessin animé.

Le track ou l’artiste mémorable de la soirée ?

Alors j’ai énormément kiffé l’Or du Commun, parce que c’est des Belges qui dépotent, qu’il y avait pas beaucoup de monde (les gens n’ont aucun goût) et que du coup ça faisait grave de la place pour danser près de la scène. On s’est mis très très bien à Diskonected aussi, plus tard ; les dj étaient tous.tes pleins de paillettes, de beauté et de talent, c’était vraiment ouf et on a bougé nos popotins jusqu’à pas d’heure (en fait jusqu’à ce que la sécu nous fasse trop chier).

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

J’étais en train de me forcer à manger un sandwich au houmous en réfléchissant à comment j’allais tenir sans sommeil encore jusqu’à la fin de la fête. Et à 12 h 13 j’ai décidé que la solution était de chanter des conneries au mégaphone !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Vraiment j’ai bloqué sur les gens qui jouaient au bout d’un moment, y’avait plus que ça qui importait parce qu’ils étaient trop beaux. Mais ah ouais, y’avait deux mecs avec des drapeaux bleu-blanc-rouge sur les joues, je leur ai dit que c’était pas trop ça le communisme et puis que la coupe du monde c’était fini, alors du coup ils sont partis et j’ai pu continuer à kiffer.

Moi sur le dancefloor, all night long

KIRILL

« Rien ne se passera jamais parfaitement. « 

sam. 15 sept. / Marvin & Guy – Konkørd (Badaboum)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Kirill Stanley 22 ans, ingé

Mon vice en soirée serait peut être cette envie de jamais s’arrêter de boire/monter en niveau d’ivresse… Qui vient probablement de ces années d’abus en école… Très dure à temporiser..

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?Rien ne se passera jamais parfaitement.

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

Un bon 85%, surtout de revoir le groupe de potes presque au complet, et ma meilleure amie qui rentrait après six mois à Philly, au pays de la muscu intense apparemment.

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Réconforter une fille (pote d’un pote n’ayant finalement pas pu rentrer), la consoler pendant qu’elle pleure pendant 15 min puis l’appeler par un mauvais prénom… Ou se faire voler son téléphone en laissant un gars passer avec toi dans le tourniquet du métro à 6 h du mat alors que je n’avais miraculeusement rien perdu jusque là ?

Le track mémorable de la soirée ?

Marvin & Guy était géniaux, bien deep sombre et envoûtant pendant 2 h 30 puis gros set house disco limite pour finir !! Terrible !

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 12 h 12 j’étais sur mon ordi à essayer de me connecter sur facebook (ce qui a pris une bonne heure), au cas où qu’une fille que je fréquente m’ait envoyé un message. Ce qui était le cas mais pas le genre qui t’empêche de te replonger dans tes draps jusqu’à 15 h…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon très bon pote Tom m’a marqué, par le rétablissement spontané et spectaculaire qu’il a opéré !! De « déglingué » à ne plus pouvoir marcher à 3 h, à d’un coup enchaîner les bons moves sur le dancefloor et parler (sans bégayer) à sa copine 15 minutes plus tard… Et croyez-moi, vu l’état, une fin de soirée à embrasser les chiottes était plus probable !

Ce gif me fait penser à notre groupe de potes vendredi avant la soirée, à squatter un square et une zone de jeux pour enfants particuliers. On devient vieux que le jour où l’on s’accepte comme tel…

BEN

« Ciudad Juarez »

sam. 15 sept. / La Fête de l’Humanité x Pardonnez-nous : Humacumba 2018 (Fête de l’Humanité)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Ben, aka l’hyperactif (un de mes potes met régulièrement des boules quiès quand il est à côté de moi), 27 ans, travaille dans une ONG médicale.

Mon vice en soirée c’est escalader des trucs, comme dans un genre de chat perché permanent et alcoolisé.

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

Ciudad Juarez, parce qu’on devait taper des infiltrations par des grillages troués ou en escaladant des containers pour pas se faire griller par les vigiles, vu qu’ils étaient tout le temps en train de bloquer l’accès ou d’évacuer.

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

80% parce que c’est quand-même relou d’avoir pas vu Manu le Malin pour cause d’annulation le samedi et d’avoir perdu tant de temps de son le vendredi (alors même que c’était bien perché). Du coup, je le redis : goulag pour les orgas de la fête de l’huma !

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Le samedi, au moment où ils commencent à évacuer doucement l’Humacumba, je me faufile devant la scène, de l’autre côté de la barrière, à côté du matos d’ingé son, et je fais croire aux gens (videurs compris) que je suis dans “l’équipe artistique”. Tout le monde venait demander des infos, si ça allait reprendre, si “Manu” allait arriver, etc. J’ai même réussi à faire croire à des gens qu’un mec random de la foule, qui était planté à côté de moi, était Manu Le Malin.

Le track mémorable de la soirée ?

Les bonnes track à la Omar Souleyman envoyées par Acid Arab, et les before à base de Pierre Bachelet ou de Brassens remixé dans les divers stands de vieux cocos.

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

 Le dimanche, je me réveillais dans le taudis de mon pote qui lui-même m’avait fait l’honneur de se caler par terre pour que j’aie le plumard. Je me suis barré alors qu’il tentait sans succès de se faire vomir.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Pendant le long moment du samedi où ils ont arrêté la musique (avant d’évacuer) il m’a semblé qu’un mec dans la foule de l’Humacumba était le sosie de Mike Horn (un putain d’aventurier genre Bear Gills), et du coup j’ai du passer une demi-heure à lui demander comment étaient ses exploits, à lui demander des selfies et des autographes, alors qu’il ne savait même pas qui était Mike Horn.

Quand un des videurs a grillé au bout d’un bon moment que j’étais pas du tout de l’orga et que je disais n’importe quoi à tout le monde sur la suite de la soirée, et qu’il m’a poliment dit de dégager.

ANONYMOUS

« xx »

weekend / secret (secret)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

A., 31 ans, directeur artistique de la vie.

Clubbe exclusivement en short de sport vintage Ellesse vert profond (que je lave entre les P******* et les BP, tout de même), a systématique envie d’une boule de glace au citron recouverte de vermicelles chocolat après cinq ou six heures de danse, mais hélas, le bar à glaces du Berghain n’a inspiré encore personne dans cette ville.

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

Full. Full naked (c’est faux!), mais full moiteur, full sourires, full BG, full team, full son, c’est on ne peut plus vrai.

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

C’est con cette question, t’as envie de faire le beauf d’école de commerce qui crie « Allllllllllleeeeeezzzzz » en plein set et de répondre 200%.

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Se rouler des pelles avec une tendresse folle alors qu’autour de toi, c’est Sodome et Gomorrhe.

Le track mémorable de la soirée ?

Un son tellement deep vers 5 h du mat que j’ai cru que le DJ me faisait l’amour par les oreilles. A moins que ce n’était pas le DJ et que ce n’était pas par les oreilles ?

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

Je dormais. Puis, à 15 h 12, j’ai pensé très fort à me faire un avocado toast. Mais je me suis fait livrer, parce que je suis une connasse.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je peux pas te dire tellement la foule entière était magnifique. Les corps, la sueur, les regards, les sourires, tous liés par le seul plaisir d’être là ensemble. Paradoxalement, alors que c’est la décadence la plus totale, c’est dans ces moments là que je crois le plus en l’humanité.

Moi, quand j’ai vu des hétéros se lâcher autant que des gays. Putain que ça fait du bien !

PAUL

« Rien ne s’est passé comme prévu »

sam. 15-dim. 16 sept. / Samedimanche (CONCRETE)

Décline ton identité, et n’oublie pas de tout nous dire sur ton meilleur vice en soirée.

Paul, l’ange gardien (de nuit), je dois avoir 24 ans, ou 234, je ne compte plus vraiment.

Mon passe temps favori consiste à faire (le bien, donner de) l’amour autour de moi, si possible avec mes deux vices (les blondes et les petits culs)

Le premier mot qui te vient à l’esprit en y pensant ?

Rien ne s’est passé comme prévu ! Full support Fée Croquer et Possession. #NostandingJustdancing @ Concrete

Ton pourcentage plaisir/bonheur de la soirée ?

A 1 h, après l’annulation de Possession x RAW (qui faisait écho à l’annulation de Fée Croquer), 13,13%. À 10 h , pendant le set de Mézigue,  88,88%. A 12 h 12, 100 %

Si tu pouvais garder un seul souvenir de cette soirée ?

Je dirai vers 8 h du mat, le soleil se lève sur la barge, ambiance plus qu’humide, torride. une magnifique blonde ondule son corps en parfaite harmonie avec une fille dont elle ne sait rien, même pas son prénom. Leurs corps se sont enlacés pour mieux s’embrasser. Instant de grâce dans cette pénombre enfumée… Tu prends l’avantage. Je t’aime.

Le track mémorable de la soirée ?

Mézigue ! Son style, son énergie, sa vibe qui contribuent à façonner le personnage. Son set a mélangé tous les styles musicaux pour nous interpeller, faire rêver, suer, kiffer et simplement danser ! c’est ça qu’on aime… Surtout après l’excellent Bambounou, il devait être solide !

Le lendemain à 12 h 12, c’était quoi les bails ?

A 12 h 12, closing de P*******, je suis ébloui en sortant de sous le periph… se mélangent ceux qui sortent du paradis P******* avec le monde réel des automobilistes entassés et bloqués ne pouvant accéder à PAR(ad)IS… Que des gens qui sortent d’after… Paris est une fête…( ou pas). Je suis presque déçu de moi-même de ne pas avoir voulu faire la queue neuf heures plus tôt en se re-routant de Possession. Quand bien même celle-ci eut duré une heure (ce n’est que partie remise pour raconter le set d’IHM @ Possession) et je (nous) regrette(ons) de n’être pas venu à minima 1 h plus tôt pour profiter !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Jacob, un (le) photographe au coeur d’or, à la fois simple et si complexe, passionné, sincère, vrai « sans rapport sous-jacent »… je l’avais déjà croisé, mais sans jamais lui parler ! Une rencontre d’une heure qui restera gravée à vie. Dimanche, 11 h 20, woodfloor, je suis avec ma blonde et des amis quand nous décidons qu’il est l’heure de rentrer prendre une douche, déjeuner avant de revenir de plus belle dans cette superbe samedimanche. 11 h 22, on remonte tant bien que mal l’escalier qui nous mène au Quai de la Rapée. En haut des escaliers, Jacob nous prend en photo, avec son style si particulier, une main devant le caillou, créant ses ombres autour de nous. Nous « le couple si mignon » … il nous propose de l’accompagner à… P*******… Dans la vie, il faut savoir faire des choix, vivre ou dormir, manger ou vomir, danser ou baiser… (ah non, ce choix n’est pas forcé partout )… Quasi instantanément, quasi-instinctivement, nous acceptons sa proposition… Enfin un taxi, en route vers la Villette… il n’y a pas une minute à perdre… Dans le taxi, nous découvrons Jacob. Depuis 20 ans il écume l’univers underground de la techno pour y dépeindre une vie de fête, d’excès, de liberté, de beauté. Un instant, nous fumes ses muses, ses modèles… immortalisés, pixellisés sur carte mémoire, peut-être un jour tirés… sur papier glacé. 11 h 52, Jacob nous fait entrer alors que P******* ferme… nous aurons droit à un avant-goût… une dizaine de minute tout au plus … le genre de dix minutes que tu veux éternelles. Mais hélas trop court pour atteindre le full naked body et le backroom everywhere ! 12 h 11, quelques photos immersives plus tard, dont seul (le) Khrist a le secret, nous partons pour aller prendre cette fameuse douche initiale ! Une rencontre d’une heure qui restera gravée à vie (et sur Heeboo ! chouette). 13 h 01, sous la douche, ma blonde me confie que « J » ‘ aurait préféré, plus d’intimité. J’aurais pu égaliser. Je t’aime encore plus

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Before

Pourquoi faut-il se casser la tête pour trouver la fête lors de Paris est une Quête ?


Mixtapes

Mixtape 45. | TRYM – « Marquer les esprits »


Culture Club

Rêves russes et révolution techno : épisode #01


Focus

P’tit focus pépère : ULTRAMARIEXXXX