Les Nuits Sauvages

Ben : « Je suis le seul tchadien dans le monde de la nuit à Paris » – Heeboo
© Romain Guédé pour La Maison

Ben : « Je suis le seul tchadien dans le monde de la nuit à Paris »

Teuffeur du Turfu - Février 20, 2020

© Romain Guédé pour La Maison

La communauté, c’est la croisée des mondes. On se croise, sans se connaître. On se connaît sans s’être jamais parlé. D’une soirée à l’autre, on se retrouve, on s’aime et s’appréhende comme on peut. D’un regard, d’un mouvement, d’un baiser même parfois. La nuit, aucun chat n’est gris, l’individu est unique, visible sous sa forme la plus authentique. À nu, tangible, fragile et fort à la fois, invisible et tout puissant. Pour ce retour des portraits teuffeurs du turfu, on s’est rapproché de Ben, grand danseur des nocturnes queers en cave.

Ben, on l’adore, on le remarque, tout le monde le connaît, sans parfois lui avoir adressé la parole. Ben quand il est là, même dans son coin à danser les yeux fermés, on lui voit déjà l’âme belle comme le jour, le soleil qui éblouit d’un sourire, le désir qui naît d’un clin d’oeil. De son Tchad natal à ses danses sans fin, en passant par la mode, et son amour pour le gin, pour lui le monde de la nuit, c’est de l’art et une véritable inspiration pour son métier. Rencontre avec Ben, « seul tchadien dans le monde de la nuit à Paris ».

© Romain Guédé pour La Maison

Ben, tu réponds quoi, quand on te demande : « Tu fais quoi dans la vie ?« 

Haha je fais pleins des choses dans la vie : je suis étudiant en mode, fashion designer, je bosse dans la vente depuis trois ans, et je suis mannequin photos et défilé. Attention c’est pas fini, je bosse aussi en soirées. Voilà à quoi ressemble ma vie !

Tu viens d’où ? T’as grandi où ?

Je suis 100% tchadien et j’y ai vécu jusqu’à mes 13 ans. D’ailleurs je représente le Tchad en France car je suis le seul tchadien dans le monde de la nuit à Paris, haha.

Comment on fait la fête d’où tu viens ?

J’ai pas beaucoup fait la fête au Tchad. Je sortais beaucoup mais je m’amusais pas vraiment car je devais maîtrisais ma colère, j’avais envie de danser libre, de m’exprimer, mais je ne le faisais pas car j’avais peur de me faire juger par les autres.

Tu te souviens de ta première soirée en club ? C’était comment ?

Oui c’était quand j’avais 15 ans. C’était assez horrible car mes amies se moquaient de moi parce que je dansais différemment. La deuxième fois c’était quand j’avais 19 ans, c’était incroyable, j’ai eu l’impression d’enfin me (re)trouver. 

Ton plus beau souvenir de soirée c’est quoi ?

C’était au Cabaret Sauvage, je sais plus à quelle soirée. J’étais def et mon pote m’a proposé d’aller boire un coup au bar. Une fois là bas j’ai commencé à parler de ma prochaine collection et deux minutes après j’ai perdu mon verre, mon pote ne comprenait pas trop ce que je racontais, il était un peu con mais on avait avalé un taz ensemble donc c’était normal haha. Je crois que c’est là que je me suis rendu compte à quel point j’aimais la mode ! Depuis, j’ai plongé dedans !

La fête ça occupe quelle place dans ta vie ?

Sans exagérer je pense que ça fait vraiment partie de ma vie, c’est une passion pour moi.

D’après toi, ça vient d’où cette envie de faire toujours plus la fête ?

Selon moi la danse me libère de pleins de choses dans la vie : par exemple des énergies négatives. A Paris les gens dans les transports sont déprimants, et on n’a qu’une seule vie, donc faut en profiter au max. Et aussi c’est une chance pour moi de sortir quand je veux et de rentrer quand je suis fatigué. Les soirées c’est un peu la Fashion Week aussi, je m’en inspire beaucoup, le monde de la nuit c’est de l’art en soit et j’y apprends énormément de choses.

Toi, c’est quoi qui te pousse à sortir le soir ?

Après une longue semaine de travail j’ai besoin de retrouver ma famille, de me retrouver avec moi même, et surtout donner de l’importance à mon corps qui bouge toute la nuit. Ma vraie raison de sortir c’est la danse, c’est une vraie passion pour moi, tu peux raconter pleins de choses sans dire un mot. 

© Romain Guédé pour La Maison

T’en penses quoi des after ?

Omg omg omg moi et les afters ? I LOVE IT I LOVE IT I LOVE IT  

Ton record de nombre d’heures de fête ?

Je suis rentré de Berlin y’a quelques jours, j’ai passé 24 heures au Berghain, sans compter les autres soirées, donc je pense que j’ai pas de limite, c’est tout ce que j’aime.

Ta boisson préférée en soirée ?

Le gin 

Plutôt dure ou douce ?

Hmmmmm en soirée pour tout te dire je suis pas là pour être doux, non merci 

La figure du dj en teuf, pour toi, ça représente quoi ?

J’ai pas de mot, c’est plus fort que moi.


Un.e DJ en particulier que tu suis ?

Pour moi chacun a sa propre façon de mixer, j’ai des préférences mais je les aime tous. Si je dois en citer, je dirais : Istigkeif, Lilith, Ben Manson, DJ Varsovie, Lea Occhi, Ixpé. Puis bien sûr y’a Corbeille Dallas, Quentin  De Vedelly et Maxime iko, c’est la famillewesh. Puis y’en a pleins d’autres.  

La musique que t’aimes le plus en trois mots.

Dark dark techno, et j’apprécie aussi la musique disco ; d’ailleurs même la j’écoute de la tec, hihi. 

On retient quoi des moments de nuit ?

A 5 h du mat quand mon pote me dit « on rentre », mais ma tête veut jamais, trop difficile de quitter la soirée haha. Puis je suis plutôt du genre à être dans mon coin et laisser mon corps s’exprimer. Vers 3 h et 4 h, on sort la petite bouteille de poppers qui nous fait planer. Puis le fait de rire, la sensation de vivre la musique, l’augmentation de l’excitation et de l’énergie sexuelle bref c’est un autre monde.

C’est quoi le truc qui parfois gâche tout en teuf ?

Quand mon pote comprend plus rien, OH Dieu ca m’énerve mais ça me gâche pas la soirée, ça m’amuse plutôt.

Ta meilleure teuf EVER ?

C’était au Trésor Arn Sauna. Le week-end dernier, ensuite le Berghain.

Tu nous racontes ?

Je préfère garder ça pour moi pour le moment, c’était hard. Sans parler de la soirée Lap Dance au Panorama Bar, anyway.

Heeboo, dans le paysage de la teuf en France, ça représente quoi pour toi ?

Ca représente beaucoup beaucoup car il faut que le monde entier soit au courant de pourquoi on aime faire la fête, et Heeboo c’est le seul moyen pour transmettre ça, donc on vous respecte. Love love.

© Romain Guédé pour La Maison

D’ailleurs, comment t’as découvert Heeboo ?

En 2017 Adeline m’a écrit sur Facebook car elle cherchait des gens qui étaient à la soirée Fils De Vénus et bien sûr j’y étais mais c’était un peu compliqué niveau timing de répondre à ses questions. Et sur internet aussi, voilà comment j’ai découvert Heeboo ! 

À ton avis, tu seras quel type de teuffeur dans dix ans ?

Dans dix ans mon corps sera transformé en oeuvre d’art. On aura plus de liberté je pense, on pourra danser nu, j’ose pas encore le faire, mais c’est quelque chose dont j’ai envie.

Et dans 20 ans, on fera comment la fête ?

Ça sera 7 jours sur 7, nuits et jours, vive la fête !

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Night Shoot

Rainer Torrado immortalise la jouissance et redonne goût au plaisir de l’insomnie


Dégif

Dégif du weekend #38 : la fête, comme une bonne b****


© Victor Maître

Dégif

Le corona sans teuf : « L’impression d’être dans un film catastrophe, sauf que les acteurs, c’est nous »


Rainer Torrado

Night Shoot

Rainer Torrado : immersion consentie en terres nues, sauvages et #TTBM