14anger, aka Clément Pérez, on vous le présentait en décembre dernier, à l’occasion de sa date à Jeudi Techno. Il nous confiait à l’époque ne quasiment jamais préparer ses sets et y aller au feeling. Ce mois-ci, il revient plus énervé que jamais pour une fête d’Halloween les plus déjantées, queer et hardcore du tout Bordeaux : la Demain Kollectiv #12 – Salem.

Au programme de cette douce danse macabre du 31 octobre, bonnes et mauvaises sorcières, démons salaces et mignons, pour l’amour des arts et de l’horreur. Créatures enchanteresses et monstrueuses se sont donné rendez-vous pour une nuit de rêve cauchemardesque aux accents de rave terrible… En attendant, rencontre avec celui qui agitait déjà free parties et autres folles teufs des années 1990 de sa colère éternelle…

Clément, le nom, 14ANGER, il te vient d’où ?

J’ai pris ce pseudo en 2012 pour la première fois, mais c’est surtout à partir de 2013 que je l’ai utilisé systématiquement pour mes tracks Techno et comme alias pour les soirées. C’était une façon de repartir à zéro ou presque pour moi, avec un nom inconnu de tous ceux qui ont pu me voir jouer dans les années 90 ou 00s. C’est la combinaison entre mon numéro fétiche et le terme « colère ». La colère qui est pour moi une source d’inspiration constante et régulière.

Ton style, c’est plutôt très rave/hardcore, ça t’étonne pas de jouer dans une soirée Queer comme celle du 31 ?

Ça ne m’étonne pas du tout car la Techno et plus globalement la scène Rave sont intimement liées au milieu Queer depuis le début. Évidemment, pendant plusieurs années et un long passage à vide qui a aussi touché le milieu Techno, les soirées étaient surtout organisées en mode ‘clubbing’ plus classique.

« Le meilleur costume d’Halloween serait évidemment Pinhead, le personnage d’Hellraiser »

Ça fait extrêmement plaisir de voir la scène Queer se réapproprier des fêtes et des styles musicaux plus durs. Je pense que l’influence des soirées berlinoises a été super bénéfique à ce renouveau et je suis très content de voir fleurir à nouveau des espaces de liberté aussi bien à Paris que dans plein de villes de province. J’ai entendu tellement de bien de Demain Kollectiv et leurs soirées que je suis déjà persuadé que cela sera une belle fête.

Si t’étais pas 14ANGER ou très en colère, tu serais quoi ?

J’ai beaucoup de mal à imaginer ce qu’aurait pu être ma vie sans la musique, et c’est la même pour la colère – j’ai du mal à comprendre comment on pourrait ne pas être en colère avec ce qu’il se passe autour de nous. Néanmoins, j’ai un métier en parallèle et je suis une personne extrêmement calme en vrai. C’est presque une certaine forme de schizophrénie ! Si j’enlève la musique au final, je pense que j’aurais probablement finalisé des études en archéologie pour assouvir une autre passion, pour étudier de plus près l’histoire de l’Humanité et vivre plus loin de mes contemporains.

Le 31 on fête Halloween, t’as prévu un déguisement ? Si non, ce serait quoi l’accoutrement donc tu rêverais le plus ?

Je t’avoue que je n’ai strictement rien prévu, d’ailleurs j’ai beaucoup de mal à m’imaginer déguisé sur scène ! Sinon le meilleur costume serait évidemment Pinhead, le personnage d’Hellraiser. Ou un personnage de Cabal, un autre film de Clive Barker (qui n’a jamais d’ailleurs caché son homosexualité).

Ta plus grande peur dans la vie, le truc qui te terrifie ?

Le futur climatique et environnemental, ça devient cliché de dire ça mais c’est la stricte réalité. 

Fêter les morts, pour toi, ça veut dire quoi ?

J’ai toujours eu beaucoup de mal avec les fêtes traditionnelles, je pense aux êtres chers qui ont disparu assez souvent mais je n’ai pas vraiment besoin d’une date particulière pour penser à eux. 

Jouer de la musique techno hardcore pour fêter les morts, ça veut dire quoi pour toi ?

Cette fois-ci, et vu le cadre de la soirée, ça sera une dédicace à tous les ravers LGBT disparus dans les années 90 à cause du das’ – ceux que j’ai connu, et tous les autres. Eux qui ont fait des années 80 et 90 un gros bordel artistique, underground et ont permis l’émergence de cette scène dont je fais partie depuis longtemps maintenant.

La plus grande peur de l’humanité, selon toi, celle qui empêche tout, la société, les moeurs, etc. d’avancer ?

La peur qui empêche l’humanité d’avancer, c’est celle fabriquée partout dans le monde par des systèmes politiques, religieux et surtout économiques qui nous empêchent littéralement de pouvoir changer les choses. Une peur de la précarité et de la descente aux enfers qui nous bloque pour pouvoir enfin faire quelque chose pour l’environnement et les animaux, et envisager à nouveau un futur qui ne serait pas juste une catastrophe planétaire globale..

C’est quoi l’allégorie de cette mixtape, elle raconte quoi ?

C’est un set spécial Halloween, volontairement plus dark que mes sets habituels. Le set démarre plutôt avec des tracks récents pour finir sur de la musique Rave plus ancienne.. Et c’était vraiment cool de se plonger dans ma collection pour faire une sélection spéciale.. J’ai aussi gardé pas mal de trucs pour la soirée du 31 – Demain Kollectiv à Bordeaux !