Non, Secteur H, ce n’est pas un nouveau circuit de Formule 1. Ni le nouveau garage bobo du coin. Ce n’est pas non plus un fast food, un laser-game, où une MJC de quartier qui passe du bon son. C’est un peu…tout ça. Un endroit où t’aurais pas forcément cru te retrouver un jour pour faire la fête et où il te faudra visiblement tout plaquer : tes à priori sur tel ou tel style de musique, tes codes, tes automatismes de fêtard, tes petites habitudes de clubbeur endurci (ou pas). Secteur H te propose une refonte de ta nuit. Et l’ambition est couverte par Heetch. Attends-toi à tout laisser à la porte : ton manteau, ton quotidien, et.. ta fierté de mélomane. Laisse toi aller, c’est Secteur H w/ Matrixxman, Contrefaçon, Herrmann qui donne le ton.

Elle est née la divine enfant. Juste avant Noël. Histoire de bien finir l’année. Il en aura mis du temps à naître, ce beau projet. Mais tout vient à point à qui sait attendre. Et Secteur H c’est surtout un projet de cœur dont le mécénat est signé Heetch. Pourquoi ? Parce que Heetch est depuis toujours, une boîte où la fête, la nuit, est essence, lien, véritable ADN de vie. Secteur H ce sont donc Aubry, Victoria et Lou, trois oiseaux de nuit “complètement barrés”. Pour la première édition de Secteur H, ils ont opté pour une refonte rétro-futuriste de la Java (tu ne la reconnaîtras pas) et un line-up agressif auquel tu n’auras rien à redire : de la house de qualité avec le dit-Aubry, un live frapcore avec les quatre malades de Contrefaçon (pogo assuré), de la techno puissante et mélodique avec celui qu’on voit peu en club, Matrixxman, et pour finir, une touche locale pour une attaque auditive signée BP avec leur résident Herrmann. Une belle ouverture en prévision, à ne surtout pas rater, pour un retournement de Java assuré.

secteur-h-banniere

Organiser une soirée, beaucoup de gens y pensent mais d’où vient l’impulsion réelle ? 

Aubry : J’organise des teufs à Paris depuis la nuit des temps (enfin ça fait 5 ans environ haha). J’ai commencé avec La Sale en 2013, puis avec mon crew Pardonnez-nous en 2014. Et puis je me suis rendu compte que c’était cool d’avoir une carte de fidélité chez Hema pour acheter 6 kilos de fanions tous les mois alors j’ai jamais arrêté.

Victoria : Un amour pour l’événementiel, le terrain et le challenge. J’ai bossé sur de nombreux festivals en temps que partenaire, du coup, j’avais hâte de passer de l’autre côté de la barrière. Je vois cela comme un nouveau défi !

Lou : Alors moi, je n’ai pas vraiment d’expérience, mais il faut bien commencer quelque part hein ! J’ai aidé sur des teufs que nous avons organisées avec Heetch, ou avec d’autres potes, mais je n’ai jamais organisé une teuf de A à Z. Ça fait longtemps qu’on en parle entre nous alors on a fini par se lancer.

SECTEUR H c’est né comment ?

Aubry : Heetch, au-delà de l’appli c’est aussi une grosse team de gens biens qui aiment faire la teuf ensemble. C’est notre ADN, ce qui nous relie tous. On a déjà organisé des événements spontanés et on s’est dit que c’était le bon moment pour monter un crew avec Lou et Victoria : lancer des soirées récurrentes et organiser ça sous le nom de Secteur H. Parce que c’est notre projet.

Victoria : “Moi je branche les rallonges et je vérifie que le rétro-proj est bien branché”

Victoria : La liberté de réaliser nos envies. On voulait faire des teufs depuis longtemps, on attendait simplement le feu vert et hop c’était parti !

Lou : On se trouve plutôt bon pour faire la fête alors pourquoi pas essayer de la créer !

Le principe de SECTEUR H ?

Aubry : Naviguer entre tous les styles tant qu’ils nous font kiffer. Inviter des artistes d’horizons différents, les mettre ensemble, les mélanger, voir ce que ça donne. On parie sur l’ouverture d’esprit des gens histoire de sortir des chapelles et puis au final surtout se marrer. Tout ça reste un prétexte pour brûler le dancefloor, ne nous mentons pas.

Victoria : Faire la fête avec tout le monde et pour tout le monde. Je vois notre collectif comme un mini festival itinérant où l’on passe de scène en scène très éclectiques. On veut qu’il y en ait pour tous les goûts !

Lou : Sortir un peu des sentiers battus et contenter le plus de personnes possible ! #FêtePourTous

En quoi ça change des autres événements que vous avez pu organiser jusqu’à aujourd’hui ?

Aubry : Ca change parce que c’est tout nouveau, c’est notre baby et parce qu’on l’a monté de A à Z en nous faisant kiffer. On tente un truc un peu audacieux sur la prog mais tout en restant dans un lieu qu’on aime dans un tiequar qu’on aime, La Java à Belleville, parce que ça reste important d’avoir le Zorba à proximité pour l’after et des vapeurs à proximité pour l’after d’after.

Lou : “Tous les trois on est très différents mais on a une chose en commun : on est complètement barrés.”

Victoria : Ces soirées seront tout simplement nos soirées. A notre image, en fonction de nos envie. Et ouai ! On en a de la liberté chez Heetch !

Lou : N’ayant jamais vraiment organisé d’évent, ça change du tout au tout j’ai envie de te dire ! Quand on organise une soirée, on la façonne à notre image ! Je pense que tous les trois on est très différents mais qu’on a une chose en commun : on est complètement barrés. On va mettre un point d’honneur à bien intégrer ce trait de caractère dans nos soirées !

secteur-h-lou-aubry-victoria

L’impact de Heetch sur Secteur H ?

Aubry : Comme je le disais, Heetch nous laisse complètement tranquilles et indépendants. Ils laissent libre court à nos délires en hochant la tête, parfois un sourcil se lève quand on envisage un taureau-piscine avec Autechre en toile sonore, mais en vrai je crois qu’ils connaissent assez bien notre propension à faire la teuf et à être hyper vigilants sur la ponctualité du vendredi matin.

Victoria : Heetch est un peu comme le grand frère qui te donne des conseils quand tu te lances dans quelque chose de nouveau. On nous laisse voler de nos propres ailes donc on en profite !

Lou : Tu retrouveras toute la team Heetch en train de chauffer le dancefloor c’est tout !

D’où vient le nom, d’ailleurs, SECTEUR H ?

Aubry : En gros on voulait quelque chose qui définisse le fait qu’on va balayer plusieurs secteurs musicaux sous une même bannière. Le H c’est le H de Hacienda ou Haltérophilie, au choix.

Victoria : H parce que j’adore Professeur Strauss et Sabri ahah

Lou : H pour Hibiscus aussi, c’est important les hibiscus.

Votre clubbeur SECTEUR H il ressemble à quoi ?

Aubry : On accepte tous les clubbeurs, avec ou sans banane.

Victoria : Open minded !

Lou : A toi, à moi, à tous ceux qui le veulent. Oh wait…

C’est quoi, d ‘après vous, le premier track qu’on trouve dans sa playlist ?

Aubry : Ca serait une track de Contrefaçon, qu’on invite sur la première, pour le côté chien fou hyper stylisé, rage de la jeunesse, attitude soignée et déglingue désorganisée.

Victoria : Euh moi je branche les rallonges et je vérifie que le rétro-proj est bien branché donc je laisse la DA aux autres !

Lou : Je crois qu’elle a pas compris la question

Une égérie qu’on aimerait voir à la SECTEUR H ?

Aubry : Donna Summer, définitivement.

Victoria : Damso parce que j’aime trop faire la go.

Aubry : “L’avantage d’organiser une soirée ? Paniquer à l’ouverture parce qu’il n’y a pas une file de 300 personnes qui attendent à minuit et courir toute la nuit à la recherche de tickets boissons”

Lou : On aurait dû s’appeler Secteur D au final !

Le line-up vous l’avez monté comment ?

Aubry : C’est clairement un line up coup-de-coeur. Contrefaçon, c’est une découverte que j’ai faite à Scopitone à Nantes. Je les ai vus débarquer avec un live vidéo méga léché, un truc qui est monté en puissance pendant 30 minutes avant d’exploser en frapcore vs pogo vs invasion de scène. Herrmann parce que je voulais un liant de qualité BP contrôlé entre eux et Matrixxman, qu’on voit pas si souvent à Paris et dont les prods kickent bien.

Victoria : C’est Aubry et Lou qui décident. Si je propose quelque chose, on me bâillonne.

Lou : Non mais je rêve …

C’est quoi la principale difficulté qu’on rencontre quand on monte une soirée dans un lieu comme la Java ?

Aubry : Le fait de ne pas pouvoir y faire de soirée mousse à cause des fresques…

Victoria : D’avoir des teufeurs géants car leurs cheveux vont frotter le plafond.

Lou : Dés qu’on en parle ça me fout la Javanaise dans la tête pour le reste de la journée. JPP.secteur-h-bis

L’avantage d’organiser une soirée, c’est quoi ?

Aubry : Le gros avantage c’est vraiment le fait de ne pas dormir de stress les deux nuits d’avant, de paniquer à l’ouverture parce qu’il n’y a pas une file de 300 personnes qui attendent à minuit et de courir toute la nuit à la recherche de tickets boissons. Faites des teufs.

Victoria : Faire kiffer les gens jusqu’au bout de la nuit. Et oui, cela n’est pas donné à tout le monde. Enfin ça dépend qui …

Lou : Mon cœur va devenir grave musclé vu que je suis en tachycardie constante. Mais c’est que du bonheur <3

On y boit quoi à la SECTEUR H d’ailleurs ?

Aubry : On y boit beaucoup de vodka-fraise pour ma part, rafraîchissant et bienfaisant.

Victoria : Vodka Redbull, mais je vous conseille de trouver le bouton off car on a toujours du mal à m’arrêter !

Lou : Des shots, des shots, des shots.

On y danse quel type de musique ?

Aubry : de la musique trois fleurs au label ville fleurie.

Victoria : On oscille entre du “je tape du pied” et “je twerk all night long”

Lou : Tout type de son, mais que du quali ! Brûlage de calorie assuré !

Elle est copine de quels autres collectifs la Secteur H ? 

Aubry : Avec Lou et Victoria je crois pouvoir dire qu’on connait full de collectifs qu’on aime à Paris. Si je devais en citer je dirais Sneaky Sneaky, la meilleure chose qui soit arrivée à Paris depuis le 19ème siècle, Pardonnez-nous évidemment, ensuite on débute donc on est encore timides au fond de la classe mais tout cela n’est qu’une question de temps.

Victoria : Si je le dis, il va y avoir trop de jaloux, sorry :/

Lou : Secteur H. Je sais pas si tu connais… (oui on est un peu schizos)

On attend quoi de cette toute première soirée en vrai ?

Aubry : On y attend beaucoup de monde, des gens contents d’être là, prêts et à en découdre et à rester jusqu’au petit matin. On y attend une Java bien revisitée, surtout au niveau des lights, on va faire ça bien avec tellement de lasers qu’on va se croire dans un laser-game.

Victoria : On veut voir de la passion, de l’amour et une bataille pour être au premier rang pour crier “Aubry on t’aime !”

Lou : Allez soyons cliché, on attend beaucoup d’amour et de sourires. Je veux de la folie aussi, les soirées sont faites pour ça, alors lâchez vous !

L’avenir de la SECTEUR H il est où ?

Aubry : Il est fait de touts petits rien qui font un grand tout, mais surtout d’autres soirées qui vont explorer des styles différents tout en gardant la même énergie, celle de la jeunesse qui vit la nuit.

Victoria : To be continued

Lou : Il est sur une plage en train de bronzer au soleil, yes je lui prédis un avenir radieux !

L'événement : Secteur H w/ Matrixxman, Contrefaçon, Herrmann