Les Nuits Sauvages

MIXTAPE 98. | NOIRE – Heeboo

MIXTAPE 98. | NOIRE

Mixtapes - Mai 6, 2019

Ella Rose Peach

On en a tous des modèles, des humains, des oeuvres, des artistes qui nous font nous lever le matin, et vibrer. On en a tous. Pour le producteur britannique Jack Gates, aka Noire, l’inspiration, ce sont les teufs qui ont fait bouger Bristol dans les années 2000. De Subloaded à Sureskank en passant par celles de Crazylegs, grande messes du grime, garage, et dubstep. Des influences qui ont poussé Noire à produire, produire, sans s’arrêter, et à devenir l’un des seuls djs du secteur à jouer 100% de ses productions pendant ses sets. On comprend vite pourquoi il est à l’affiche de la seconde édition de La Fuego demain 7 mai au Klub et pourquoi on lui a demandé de concocter, juste pour nous, une mixtape spéciale et 100% Noire.

Une veille de jour férié comme on les aime : une teuf dans une cave avec la fine fleur de la nouvelle génération bass music, entre Paris, Bristol et Calgary. C’est signé Reno, on s’en douterait presque, également organisateur avec Crame de la célébrissime House of Moda et des très regrettées (presque presque encore là) Coucou ! À J-1 du grand feu, on découvre en avant première Noire, via une mixtape d’une trentaine de minutes, et quelques questions, sans concession.

Hello Noire ! Tu vas bien ? T’es occupé à quoi en ce moment ?

Yoo ! Ca va bien ouais ! J’suis en train d’écrire des nouveaux morceaux en ce moment, j’aimerais sortir au moins un nouvel EP avant la fin de l’année.  J’organise aussi quelques événements à Londres que je lancerai dans l’avenir très proche…

Noire, ça vient d’où, pourquoi t’as choisi ce nom ?

Donc Noire vient simplement de mes cours de musique en école primaire Française (j’ai vécu en France pendant huit ans ans). Une ‘noire’ représente un temps en partition. 

Comment t’en es venu à mixer, produire de la musique ?

J’ai quitté la maison à l’âge de 16/17 ans, et avec des amis musiciens je suis venu à Bristol pour poursuivre la musique. C’est à Bristol que j’ai commencé à mixer les vinyles de dubstep de mes colocataires et à produire de la Jungle haha !

Tes premières influences, c’était quoi ?

Niveau musique électronique, les soirées Subloaded, Dubloaded, Crazy Legs, Sureskank.. ont eu une importance énorme pour moi. Il y a tellement d’artistes dont je pourrais parler mais en fait c’est les soirées qui m’ont marqué le plus. C’était une énergie que j’avais jamais vu autre part et qui m’inspire même aujourd’hui rien que d’y penser.

Tu viens d’où ? 

J’suis né à Suffolk en Angleterre, mais à l’âge de 8 ans ma famille a déménagé en Normandie. J’y suis resté jusqu’à l’âge de 16-17 ans. 

Ça a joué sur la musique que tu fais tu penses ?

Ça joue dans le sens où j’suis jamais resté très longtemps dans les endroits où j’ai vécu, et donc j’ai toujours fait les choses comme je les sens, sans être influencé. Mon approche musicale est la même.

Tu habites Bristol c’est ça ? Pourquoi Bristol ?

Ca fait 6/7 mois que je vis à Londres, mais j’ai vécu à Bristol pendant neuf ans. Bristol était tout simplement la seule ville que l’on pouvait se permettre financièrement à l’époque, mais qui bougeait toujours niveau musique.

Qu’est ce que t’apporte la scène musicale britannique ?

Pour moi la scène ici a une grande histoire culturelle que l’on ne peut pas recréer. Que se soit les soundsystem des années 50/60, les garage raves des années 90 ou les teufs de nos jours, on trouve des liens partout et c’est vraiment enraciné dans notre culture. 

David Brimacombe

Cette mixtape tu l’as conçue comment ? Elle signifie quoi pour toi là tout de suite maintenant ?

Je voulais tout simplement montrer autant de nouvelles compositions que possible. Ca fait pas très longtemps que je joue des sets 100% NOIRE mais mes amis proches en musique m’ont poussé à le faire et maintenant c’est quelque chose de normal. Je dirais que ce mix signifie la progression dans ma musique et la confiance que me donne mon cercle proche.

Si tu devais lui donner un titre ?

A ‘Fousand Slaps (cc Conair et Akito……….)

Un mot sur un des tracks qui y figure, que tu aimes tout particulièrement ?

J’suis toujours choqué par la réaction des gens sur un de mes morceaux les plus récents Same New Cycle’. Les gens kiffent vraiment ce morceau, ce qui fait plaisir parce que je l’ai construit d’une manière différente de mes autres morceaux. 

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Les teufs du mois

Les 5 teufs à ne (surtout) pas rater en juin


Pourquoi faut-il aller tirer son coup samedi 25 mai à La Station ?


Pourquoi faut-il fêter pâques en mode disco ?


Pourquoi faut-il aller écouter 16 heures de son dans les Yvelines ce weekend ?