Les Nuits Sauvages

Discovery Zone : « Les plus belles fêtes de ma vie ce sont les soirées pyjama de mon enfance » – Heeboo

Discovery Zone : « Les plus belles fêtes de ma vie ce sont les soirées pyjama de mon enfance »

Teuffeurs 6.0 - Mai 13, 2019

Lucas Ufo

Notre petit cerveau de simple terrien nous joue parfois des tours : illusions d’optique, hallucinations, sensations de déjà-vu, ou prémonitions pour les plus balaises d’entre nous. Ces phénomènes étranges bouleversent notre réalité et nous plongent dans un espace à la fois doux, agréable et étrange. Cet espèce de rêve éveillé, c’est l’expérience que propose l’américaine Discovery Zone lors de ses performances live, entre théâtre et musique pop, une véritable bulle fantaisiste dans laquelle l’artiste offre à entrer. Et ça tombe bien parce qu’elle débarque à Paris pour l’ouverture de la troisième édition du Beau Festival !

[english below]

JJ Weihl alias Discovery Zone c’est une meuf à l’esprit fantasque, joliment barré et qui regorge d’ingéniosité. Considérant sa musique comme de la « pop mystique », elle privilégie les sons mélodieux et enjoués. Mais avant d’être une artiste, Discovery Zone c’est bien évidemment un membre de notre communauté de teuffeur.s.e.s.

Ayant grandi à New York, les premières sorties de Discovery Zone c’est l’incarnation parfaite du teenager américain à base d’utilisation de fausses cartes d’identité, concerts à profusion et gros crew qui traîne dans la street en fumant des joints. Aujourd’hui, pour Discovery Zone, la fête c’est avant tout un état d’esprit si bien qu’une soirée dans une cuisine en buvant de l’eau peut se révéler beaucoup plus amusante qu’une virée en club. D’ailleurs, elle précise bien que rien ne viendra détrôner du rang de meilleure teuf, les soirées pyjama qu’elle faisait enfant, droguée au sucre et surexcitée à l’idée de foutre gentiment la merde sur des chatrooms.

Discovery Zone est finalement à l’image du Beau Festival, qui se fiche des formats actuels et propose une programmation qui lui ressemble en cassant les codes des festivals traditionnels. Depuis trois ans, le festival (qui a failli s’appeler le Beauf estival !) fonctionne de manière totalement autonome, sans subventions et sans sponsors. Ce qui les anime c’est tout simplement leur amour de la musique, alors on salue la prouesse du Beau Festival et on vient les soutenir au Trabendo à partir du vendredi 17 mai pour Jacco Gardner Chris Cohen Eerie Wanda Tonnerre Discovery Zone !

L’image contient peut-être : texte

Discovery Zone, qui es-tu ?

Haha, si jamais je le découvre un jour tu seras la première à le savoir !

Tu viens d’où ? T’as grandi où ?

Je suis née et j’ai grandi à New York. Née à Manhattan, grandi dans le West Village et Chelsea.

Comment on fait la fête d’où tu viens ?

Quand j’étais ado, on traînait principalement en bas de chez nous, à fumer de la weed et à boire des grosses bouteilles de bières.

Tu te souviens de ta première soirée en club ?

J’ai commencé à aller en club à 14 ans avec mes amis. On avait de fausses cartes d’identité fabriquées à St.Mark’s place. Mais en fait, beaucoup de lieux comme le Roseland, le Tunnel ou le Limelight organisaient ce qu’on appelle des « teen nights » qui sont des soirées ouvertes à tous donc accessibles aux mineurs. En dehors des « clubs », on allait surtout voir des concerts à des endroits comme Wetlands, The Knitting Factory ou Warsaw à Brooklyn. Ma première fois dans un club techno, ça devait être à Prague.

Tu te rappelles de quoi de cette soirée là ?

Tout ce dont je me souviens c’est que les murs bougeaient

C’est quoi ta plus belle teuf ?

Je pense que les plus belles fêtes de ma vie (toujours aujourd’hui) ce sont les soirées pyjama de mon enfance. On était surexcité à force de manger du sucre, d’écouter des cassettes, de jouer au dream phone (ndlr jeu de société), de regarder du soft porn ou le câble et d’aller faire n’importe quoi sur des chatrooms.

La fête ça occupe quelle place dans ta vie ?

Je pense que faire la fête c’est un état d’esprit. Tu peux faire la teuf dans ta cuisine et bosser dans un club.

Selon toi, pourquoi on fait la fête ?

Je pense que les êtres humains ont toujours été doués pour faire la fête. C’est une manière contrôlée et socialement acceptée de repousser nos limites. De faire des choses qu’on ne peut pas se permettre en pleine journée mais qui sont totalement normales la nuit. Faire la fête ça peut être une religion. Il y a aussi quelque chose de cyclique : tu peux passer toute ta semaine à la fois à attendre de sortir et à essayer de t’en remettre, pour ensuite recommencer.

Tu penses quoi des afters ?

Je pense que les soirées pizzas sont très sous-estimées !

Ton record de nombre d’heures de fête ?

Une fois, mon anniversaire a commencé à Berlin un dimanche et s’est terminé en Pologne un mercredi.

Ta boisson préférée en soirée

H20

« J’aimerais que les animaux et les plantes puissent continuer à faire la fête sans que les humains gâchent constamment tout. »

T’as déjà pensé à être Dj ?

Je suis parfois Dj. J’aime la musique, plein de genres différents. J’aime jouer des choses vraiment éclectiques et mélangées à Berlin, surtout pas de la techno car c’est vraiment une ville où y’en a trop. J’aime ce qu’on appelle les « musiques du monde » que je trouve plus enjouées et mélodieuses par exemple du Japon, d’Éthiopie, de Finlande, de Turquie et d’Inde.

La musique que t’aimes le plus en trois mots.

Boing, Boom, Tschak

Ton rôle dans la nuit ?

Le spectre de Pepper (ndlr illusion d’optique).

C’est quoi tes autres passions à côté de la musique ?

J’aime les livres, les plantes et les ordinateurs.

Une envie là tout de suite maintenant.

Je veux qu’il fasse assez chaud pour pouvoir dormir sur mon petit balcon, sous ce joli arbre et quelques étoiles. Oh, et la paix dans le monde. Et que les animaux et les plantes puissent continuer à faire la fête sans que les humains gâchent constamment tout.

L’image contient peut-être : texte

Discovery Zone, who are you ?

Haha, if I ever find out you’ll be the first to know.

Where are you come from ? Where did you grow up ?

I was born and raised in New York City. Born on the island of Manhattan, grew up in the West Village and Chelsea.

How are we partying where you come from ?

When I was a teenager we mostly just hung out on stoops and smoked weed and drank 40 oz.

Do you remember your first time in a club ?

When I was 14 I started going to clubs with my friends. We had fake IDs made on St. Mark’s place but actually, a lot of places like Roseland and Tunnel and Limelight had « teen nights » which were all ages parties. But other than « club » clubs, we mostly went to see live music at places like Wetlands, The Knitting Factory, or Warsaw in Brooklyn. I think my first time in a techno club was probably in Prague.

What do you remember of that night ?

All I remember is that the walls were moving.

Can you describe your most beautiful night in a party ?

I think the best parties of my life (still) were the slumber parties of my youth. Getting really hyper from eating sugar and listening to cassettes and playing dream phone – watching soft core porn or cable access tv and going onto chatrooms and causing trouble.

How important is the fact of partying in your life, and how/why ?

I think partying is a state of mind. You can be partying in your kitchen and working at the club.

According to you, why are we partying ?

I think humans have always been good at partying. Its how we push boundaries in a socially acceptable and controlled way. Things that aren’t considered ok walking around in the light of day can come out in the dark. Partying can be holy. Partying can become something you spend your whole week waiting for and then recovering from, keeping you in a loop. In the best case scenario, it can be a real celebration of the now.

What do you think about after party ?

I think the pizza party is very underrated.

What is your record party ? Speaking about the longest party you ever made. Describe it.

My birthday one year started in Berlin on a Sunday and ended in Poland on a Wednesday.

What is your favorite drink during a party ?

H20

How did you choose/wanted to be a dj ?

Umm….I’m not really a DJ ? But I DJ sometimes. I like music. A lot of different kinds. I like to play really eclectic stuff in Berlin that isn’t techno because its such a techno city. I tend to like more playful melodic dance music from all over the world – Japan, Ethiopia, Finland, Turkey, India. There are no limits for me in terms of genre – just a little bit of BPM curation but keeping the mood and textures really colorful and free – even mixing in field recordings or youtube videos can add dimension to the party experience.

Describe the music you enjoy the most in three words.

1)Boing 2)boom 3)tschak

According to you, what is your role in the nightlife ?

A pepper’s ghost.

What are your other passions, aside from music ?

I like books and plants – and even computers.

Do you have any particular desire right now ? It can be anything !

I want it to be warm enough to sleep on my little balcony under this nice tree and a few stars. Oh – and world peace. And for animals and plants to be able to keep partying without humans constantly messing everything up.

 

Emmanuelle Rouault

Articles similaires

Plus d'articles

Les teufs du mois

10 festivals qui vont changer ta vie cet été


Pourquoi faut-il aller traîner tout l’été à la Jeudi OK ?


Les teufs du mois

Les 5 teufs à ne (surtout) pas rater en mars


Focus

Sneaky Sneaky #6 : ANIA