Qui a dit que la nuit tous les chats étaient gris ? Pour Mariana Matamoros, jeune photographe parisienne, la nuit, les chats sont multicolores, au regard des spots qui clignotent. À l’ombre d’un porche, contre un mur blanc, à la discrétion d’un poteau ou en première ligne des soldats du dancefloor, les corps sont à la fois voiles et déshabillés. Pas pour rien qu’on a décidé de l’envoyer couvrir la furieuse Subtyl à La Station-Gare des Mines du 12 avril dernier !

La nuit, Mariana Matamoros s’arrête, fige l’instant, dans son enveloppe de fumée ou dans sa clarté la plus complète. La nuit Mariana Matamoros ne ment à personne, tout est là, dans son opacité la plus palpable ou sa transparence la plus sensuelle. À l’occasion de la Subtyl : Megadestock Vol. 1 du vendredi 12 avril dernier à La Station, Mariana Matamoros a transmis sa vision de la fête. Entre fureur de vivre et contemplation sensuelle d’une intimité à peine dissimulée, d’un éclat de couleurs à la poétique implantation d’un noir et blanc qui surprend. Douce furie. Merci !