Les Nuits Sauvages

Little Vanya : « Avant le covid, l’art mourait à mesure que les stories étaient postées sur Instagram » – Heeboo

Little Vanya : « Avant le covid, l’art mourait à mesure que les stories étaient postées sur Instagram »

Club - Septembre 21, 2020

Heeboo · LITTLE VANYA | the world was better tomorrow

Ivan Goldfinch, c’est sans doute l’une des nouvelles gueules qui montent, depuis quelques années, dans les magazines de mode. Mais plus qu’une gueule, plus qu’une attitude, il est aussi l’un des DJS les plus cools et bookés de son Kiev natal via son projet Little Vanya. Comme tu l’auras compris, en hommage à un livre du grand Tchekhov. Rien que ça. Little Vanya, ou un mec pour qui le covid n’a strictement rien changé, prêt à renverser les codes de l’art et de la performance, pour le plus grand plaisir de l’avenir. Rencontre musicale via une mixtape exclusive The World Was Better Tomorrow, signée par un ukrainien qui vient du futur. Demain, c’est déjà aujourd’hui, alors bouge toi !

Vanya, tu peux te présenter aux français stp ?

Salut les gars, mon nom est Vanya, je viens d’Ukraine. Je suis mannequin, agent de mannequin et co-fondateur d’une nouvelle plateforme pour musiciens et artistes nommée Limited Clubbing. Mon projet Musical, c’est Little Vanya, ça vient du livre de Tchekhov, Oncle Vania. C’est l’histoire assez triste du petit Vania, un enfant naïf qui rencontre pleins de problèmes et se transforme avec le temps en un solide Oncle Vania. Je pense qu’un jour je changerai donc mon nom en Oncle Vania.

Tu en es venu comment à la musique, en tant que mannequin ?

Mon frère ma offert ma première K7 de techno quand j’avais 8 ans. Quand je l’ai mise, j’ai cru qu’elle était bloquée, parce que le beat se répétait tout le temps, haha. J’ai cru que mon lecteur K7 était cassé. Mon frère s’est mis à rire et m’a dit d’attendre et d’écouter. Au bout de quelques secondes, j’ai entendu la première transition et c’est là que ma vie a changé. Quand j’ai eu 16 ans, j’ai fait mon premier festival, c’était à Hambourg, et quand j’ai vu la foule de gens, j’ai réalisé que je voulais consacrer ma vie entière à la musique.

Tu vis à Kiev c’est ça ? C’est comment la vie là-bas ?

La vie à Kiev, c’est comme vivre dans la jungle. Il n’y a aucune règle, hormis une : survivre, haha. L’option, c’est de déménager autre part, quelque part comme Berlin. Maintenant, vivre ici, ça a son charme aussi, c’est le meilleur endroit pour grandir.

Tes influences elles viennent d’où ?

De mon frère. Puis de nouvelles personnes que j’ai rencontrées, de connaissances que j’ai acquises, de nouvelles villes que j’ai visitées, ça m’a donné l’opportunité de penser et de voir le monde autrement.

Les clubs sont ouverts à Kiev ? Comment tu vis cette sale période en tant que DJ ?

Non, ils sont toujours fermés, mais il y a des soirées quand même par ci par là. Tu sais, pendant la quarantaine, j’ai continué de jouer, donc je n’ai pas vraiment ressenti ce sentiment d’isolement que la plupart des artistes ont ressenti.

Tu penses qu’il va se passer quoi pour la scène club ?

J’espère que le monde va se réveiller et que les gens vont commencer à réellement profiter de l’art pour ce qu’il est ; avant le covid, l’art mourait à mesure que les stories étaient postées sur Instagram…

Le Monde Était Mieux Demain du coup ?

Hmmm, demain c’est déjà maintenant !

Pour écouter la mixtape, c’est par ici : LITTLE VANYA | the world was better tomorrow.

Can you introduce yourself to french audience please ?

Hey guys! My name is Vanya. I’m coming from Ukraine. I’m a model, model agent and a co-founder of the new platform for the musicians and artists called “Limited Clubbing”.  My musical project nickname “Little Vanya” comes from the book by Chekhov called  “uncle Vanya”. It is a sad story of little Vanya, a naive kid who goes throw a lot of problems and becoming to be a strong uncle Vanya. I feel that at some point I’ll change my name to uncle Vanya. 

How did you come to music, and why ?

When I was 8 years old my brother gave me my first techno cassette. When I played it, I thought that the tape got stuck because the beat was repeating. I thought that player was broken. Then my brother started laughing and just asked me to keep listening to it. After a few seconds I heard the first transition and after this my life changed. after few years when I was 16, I visited my first festival in Hamburg and by looking at the crowd I realized that I want to spend my whole life focusing on music. 

You live in Kiev right ? How would you describe life there ?

Life in Kiev is like life in a jungle. there’s no rules except the only one – you have to survive!:) second option is to move somewhere else like Berlin but in my opinion Kiev is the best place for being and growing.

Where does your influences come from ?

The first person was my brother. Since then it was new people, new information, new cities that gave me a new way of thinking and seeing the world 

Are the clubs opened in Kiev ? How to you feel, as a dj, now that we can hardly play in gigs ?

They are not open but there is always some party around. for the whole period of quarantine I had only one week of not playing the party, so I didn’t really feel an influence of isolation 

What do you think is going to happen for the clubbing scene now ?

I hope the world will wake up and people will start enjoying and respecting the art because before all of this the art was ending on posting the story’s in instagram

This new mix serie, on Heeboo, will be called « The World Was Better Tomorrow » ; what does it make you feel ?

Hmm, Tomorrow is already here!

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Before

Crame : « J’ai la nostalgie d’histoires d’amour qui ont duré quelques heures sur un dancefloor »


ACAB II : All Coronas Are Bastards

ACAB II w/ Kotti Carsten (Allemagne) : « J’espère que le corona peut changer la façon dont les gens considèrent les caissièr(e)s, les pharmacien.ne.s… Et qu’ils les respectent un peu plus »


ACAB II : All Coronas Are Bastards

ACAB II w/ HERR MIKE (Allemagne) : « Force au personnel médical, aux malades et aux familles des malades »


ACAB II : All Coronas Are Bastards

ACAB II w/ Oldyungmayn (Dubaï) : « Le monde va changer, c’est sûr, que cette pandémie dure ou non »