Les Nuits Sauvages

Les ravers les plus déter de Paris, shootés par Victor Maître – Heeboo
© Victor Maître

Les ravers les plus déter de Paris, shootés par Victor Maître

Night Shoot - Février 19, 2020

C’est dur d’organiser des free-parties à Paris : les voisins font chier, l’espace manque et la police débarque sans arrêt. Dur, mais pas impossible : depuis l’été dernier, la team un peu zinz’ de la Trance Ta Race aka Ghetto Blasterone a élu domicile sous un pont douillet du XIIIe, le Bal Poussière. Elle y organise chaque semaine des teufs où tout plein de gens différents se croisent sans trop se ressembler : du punkach au jeune queer, en passant par la hippie New Age, le tout agrémenté d’individus qui ont toujours l’air d’être passés là par hasard, on les retrouve tous l’oreille collée aux caissons, à l’unisson.

Du coup, samedi 15 février, les habitués se sont retrouvés comme chaque semaine sous ce pont qu’ils commencent à désormais bien connaître, pour une énième Trance Ta Race. Victor Maître s’est faufilé au milieu de cette porcherie (c’est eux qui le disent) pour capturer les instantanés de cette jolie bauge : treillis tachés, tétines mâchées et regards doux au rendez-vous. Un exercice de taille pour lui, on l’a retrouvé marqué, de la boue sur l’objectif et l’oeil rafraîchi !

Axel Zacharie

Articles similaires

Plus d'articles

Dégif

Dégif du weekend #73 : « Rien sur son corps n’était à sa place »


Night Shoot

Otto Zinsou imprime le queer de nos baisers brûlants, poitrines gonflées et coeurs dévorants


Dégif

Rave pour le climat : « Être militant écologique ne veut pas dire être fermé aux bonheurs de la fête »


Rainer Torrado

Derrière Le Deck

Derrière le Deck #25: « C’était irréel, on avait l’impression d’être dans un film de Lynch, les gens de la soirée parlaient avec les voleurs en espagnol en attendant la police »