Les Nuits Sauvages

Le corona sans teuf : « À part s’être pris en pleine gueule le fait que leurs réformes successives ont détruit le pays, le gouvernement n’a pas vraiment agi, si ce n’est nous enfermer et nous verbaliser » – Heeboo
© Rainer Torrado

Le corona sans teuf : « À part s’être pris en pleine gueule le fait que leurs réformes successives ont détruit le pays, le gouvernement n’a pas vraiment agi, si ce n’est nous enfermer et nous verbaliser »

Dégif - Avril 23, 2020

© Rainer Torrado

« Les prises de parole successives qui mettent en lumière la faiblesse d’action du gouvernement ont encouragé des comportements peu glorieux et flippants, comme la délation et la surveillance. » Quasiment 40 jours ont passé depuis le début du confinement. On se souvient des ces « paranos » des premières heures, aujourd’hui terribles prédicateurs ; on se souvient des « irresponsables » de l’avant confinement ; des premiers masques dans le métro, des rumeurs de quarantaine, de celles du couvre-feu ; on se souvient avoir dit « mais non, impossible » ; on se souvient des « c’est, tout au plus, une grosse grosse grippe » ; on se souvient s’être tous un peu plantés, on se souvient, aussi, s’être très vite retournés les uns contre les autres. En attestent les délations à volo, les remontées acides des réseaux sociaux, les appels cachés au commissariat. En attestent, aussi, les nombreux commentaire de colère destinés à nos petits papiers, pas franchement sensés faire de mal à une mouche, à la base. Quasiment 40 jours ont passé, et sommes-nous bien plus fixés sur nos sorts à venir ? Non. Et tout reste encore à écrire.

NELSON

« The Struggle is real »

Qui es-tu ?

Nelson D’araujo + Dj + Mes cheveux et ma moustache

Si tu avais pu te rendre à une teuf ce weekend ?

Feu House of Moda

Un mot ou une expression pour décrire ton sentiment, à minuit, quand tu as réalisé que c’était direction dodo et pas club ?

The Struggle is real

Ta vrille du weekend ?

Quand Ruben m’a serré dans ses bras et que je lui ai griffé le dos sur toute sa longueur tel un chat, miaou.

Un track, un artiste ou un set que t’as écouté ce weekend, et qui t’a fait penser à autre chose le temps d’un instant ?

On a dansé avec et sur le set de Leslie Barbara Butch qui nous a encore sorti des perles. Je pense notamment à un morceau brésilien disco que je ne connaissais pas, d’ailleurs j’attends toujours qu’elle m’envoie le titre.

Bon mais soyons sérieux, tu te sens comment par rapport à tout ça ?

Perdu. On a beau lire Edgar Morin et réfléchir à vivre dans un monde d’incertitude et de trouver ça dingue et génial comme moment historique mondial humain, but at the end of the day les factures continuent de tomber, je n’ai plus de revenu et je ne sais pas quand est-ce que je pourrais rebosser.

Tu penses quoi de la gestion de cette crise par le gouvernement ?

Confuse. L’heure des comptes n’est pas encore arrivée et on sera là à demander des explications sur chaque bavure, chaque mensonge et chaque erreur. En attendant ce qui m’énerve le plus c’est cette manière de parler pour rien dire.

Le pouvoir, le droit de faire la fête, maintenant qu’on l’a plus, ça représente quoi pour toi ?

Avec le confinement on a eu la chance de rencontrer des gens formidables avec des univers et parcours très différents et d’une manière ou d’une autre qu’on soit Trans, Pédés, Gouines, Racisés on se rend compte que la fête n’est toujours pas pour tous. On se sent pas forcément bienvenues partout et on se sent en sécurité nulle part. Il faut réfléchir à un moyen que la fête soit pour et avec toustes. On pourra parler de « droit » à la fête quand tout le monde sera concerné.

D’après toi, la société après crise va changer ? En quoi ?

L’histoire nous a bien prouvé qu’on a la mémoire courte et qu’on a tendance à vouloir que le changement se fasse de l’extérieur. Alors je pense que certaines personnes vont changer, oui. Que ce soit dans leurs manières de consommer, relationner ou travailler. Et c’est déjà très bien comme ça.

C’est quoi le truc que t’aimerais changer dans ta manière de vivre, mais que t’as encore jamais réussi à faire ?

J’aimerais ne plus entendre cette voix dans ma tête qui me dit souvent:  » you are not good enough ». Ça se travaille.

BRUCE

« La déception. »

Qui es-tu ?

Bruce Heller – Chef de projet et DJ – Sobriété nocturne

Si tu avais pu te rendre à une teuf ce weekend ?

J’avais prévu de longue date d’aller à la Club Z1Z1 avec Kendal, Adrian Marth et Stefan Burne à l’International. J’ai eu le plaisir d’inviter Kendal en Février à La Java et on s’était donné rendez vous pour faire la fête de nouveau… En plus j’ai son paquet de clope à lui rendre !

Un mot ou une expression pour décrire ton sentiment, à minuit, quand tu as réalisé que c’était direction dodo et pas club ?

La déception.

Ta vrille du weekend ?

J’ai inauguré une cocotte en fonte pour cuire du pain au levain… La folie !

Un track, un artiste ou un set que t’as écouté ce weekend, et qui t’a fait penser à autre chose le temps d’un instant ?

Biesman & Vandesande – Prisoner Of Love (Original Mix), c’est le track que j’ai mis en premier lors de mon mix de la semaine dernière. Truc hyper efficace qui donne envie de retourner un dancefloor. Malheureusement j’ai mixé devant ma webcam, ma copine et mon chat, comme chaque jeudi soir depuis le début du confinement 🙂

Bon mais soyons sérieux, tu te sens comment par rapport à tout ça ?

Pour le moment je ne suis pas trop impacté, j’ai pas été malade à priori, aucun proche n’a eu de cas graves à priori, et j’ai un métier que je peux faire en télétravail du coup les journées passent assez bien. Mais c’est quand même une période bien étrange et angoissante, on ne sait pas où on va.

Tu penses quoi de la gestion de cette crise par le gouvernement ?

Ils suivent le mouvement assez logique finalement, mais j’ai du mal avec le discours fait de mensonges (masques soit disant inutiles, tests généralisés qui n’auraient aucun sens…). On peut comprendre qu’ils gèrent comme ils peuvent, on ferait pas forcément mieux, mais ils pourraient au moins être francs et dire la vérité.

Le pouvoir, le droit de faire la fête, maintenant qu’on l’a plus, ça représente quoi pour toi ?

C’est toute une partie de ma vie, je sors en club depuis plus de 20 ans, quasiment chaque weekend, beaucoup de mes relations tournent autour de la musique et de la nuit. J’ai vraiment peur que ce qu’on a connu n’existe plus pendant un bon moment.

D’après toi, la société après crise va changer ? En quoi ?

Elle va changer, mais comment, c’est bien trop tôt pour le dire. J’aurais bien envie de dire que les gens vont revenir aux choses essentielles et à de belles valeurs, mais on risque aussi d’être tellement dans la merde qu’on sait pas du tout ce qui va se passer. Je crois qu’en l’état, personne sait comment ça va se passer au delà de quelques semaines.

C’est quoi le truc que t’aimerais changer dans ta manière de vivre, mais que t’as encore jamais réussi à faire ?

Moins utiliser Amazon, et dans la mesure du possible les services de toutes ces boites qui se foutent de la gueule du monde avec l’exploitation des gens sans participer à l’impôt. Mais parfois c’est dur à éviter.

RAPHAEL

« Les meilleures plaisanteries sont toujours les plus courtes »

Qui es-tu ?

Raphael + Rafifou + Sans emploi qui cherche mais qui ne trouve pas + Pailleté et maquillé

Si tu avais pu te rendre à une teuf ce weekend ?

Un open air géant avec de la disco, des merguez et un gloubiboulga d’interdits

Un mot ou une expression pour décrire ton sentiment, à minuit, quand tu as réalisé que c’était direction dodo et pas club ?

Les meilleures plaisanteries sont toujours les plus courtes

Ta vrille du weekend ?

Quand j’ai pris conscience que j’étais bourré avec mon mec en regardant The Voice et qu’on avait les larmes aux yeux, et qu’on était vautrés sur le canapé depuis midi.

Un track, un artiste ou un set que t’as écouté ce weekend, et qui t’a fait penser à autre chose le temps d’un instant ?

I need a Hero – Bonnie Tyler

Bon mais soyons sérieux, tu te sens comment par rapport à tout ça ?

Je me sens un peu inutile. Sans emploi, sans possibilité d’en trouver un en ce moment. La seule réponse de tous les recruteurs étant : tout est en stand by. Même ma conseillère pôle emploi n’est pas rassurante. Sentiment d’impuissance.

Tu penses quoi de la gestion de cette crise par le gouvernement ?

Je pense que le gouvernement parle trop, trop agressivement et véhicule des message flous et parfois contradictoires. Les prises de parole successives qui mettent en lumière la faiblesse d’action du gouvernement ont encouragé des comportements peu glorieux et flippants, comme la délation et la surveillance.

Le pouvoir, le droit de faire la fête, maintenant qu’on l’a plus, ça représente quoi pour toi ?

C’est essentiel le droit de fête. Pour créer de belles choses, favoriser la cohésion entre humains. Les messages politiques et sociaux qui sont derrière certaines soirées ne doivent pas mourir avec le déconfinement. Le droit de s’exprimer en dansant et en performant et essentiel

D’après toi, la société après crise va changer ? En quoi ?

La société va peut être changer dans son rapport à la prise de conscience sur l’intérêt de la solidarité. Il est nécessaire de mettre davantage de moyens financiers pour faire perdurer les mécanismes de solidarité mis en place avec le confinement. (Associations, démarches municipales et culturelles). Il faut repenser la suppression des budgets, des postes dans le secteur hospitalier et médical.

C’est quoi le truc que t’aimerais changer dans ta manière de vivre, mais que t’as encore jamais réussi à faire ?

Ce que j’aimerais changer c’est ma consommation de produits alimentaires. Ne plus acheter de produits sous vides, chimiques et industriels. Arriver à manger français et intelligent. Il est utile de manger local.

AYOUB

« Confinement zebiiii ! »

Qui es-tu ?

Je m’appelle Ayoub ou Youv, je suis un auteur de mode (jeune créateur)

Si tu avais pu te rendre à une teuf ce weekend ?

J’attends plutôt mai pour la BP à la Station, j’ai l’espoir qu’on aura un été post contamination.

Un mot ou une expression pour décrire ton sentiment, à minuit, quand tu as réalisé que c’était direction dodo et pas club ?

Confinement zebiiii !!! mdr

Ta vrille du weekend ?

Je suis allé sur Chatroulette pour m’amuser un peu virtuellement (j’ai pas fait ça depuis que j’avais 20 ans) et là je tombe sur un pote qui se masturbait, c’était tellement drôle . XO XO

Un track, un artiste ou un set que t’as écouté ce weekend, et qui t’a fait penser à autre chose le temps d’un instant ?

Ceephax Acid crew, Dennis Weaver acid

Bon mais soyons sérieux, tu te sens comment par rapport à tout ça ?

Prêt à affronter les zombies. MDR ….

Tu penses quoi de la gestion de cette crise par le gouvernement ?

Je pense qu’ils nous disent pas toute la vérité… Parce qu’effectivement, le confinement n’est pas la solution à mon avis, au lieu de nous priver de nos vies ils devraient dépister plus et confiner les personnes vulnérables et positives.

Le pouvoir, le droit de faire la fête, maintenant qu’on l’a plus, ça représente quoi pour toi ?

La fête représente toujours pour moi, une forme de liberté et de force, un moment parallèle à la réalité où on peut exhiber nos fantasme et notre être intérieur sans peur d’être jugé.

D’après toi, la société après crise va changer ? En quoi ?

D’après mon expérience et après avoir vécu la crise post révolution en 2011 à Tunis, je pense qu’un éveil général va voir le jour dans la société post contamination covid-19. On sent tous la début de la fin non ?

C’est quoi le truc que t’aimerais changer dans ta manière de vivre, mais que t’as encore jamais réussi à faire ?

Je suis excessive ……..

JULIE

« Niksamère »

Qui es-tu ?

Julie -> Ju’ ou Djoul -> Ne sais pas rester en place

Si tu avais pu te rendre à une teuf ce weekend ?

Hier, mercredi il y avait le festival livestream organisé par MAWIFAMILY et le club lillois La Relève. Les dons des participants iront directement à la Fondation des Hôpitaux de France. Plusieurs collectifs, artistes et labels participent à ce projet. Sinon ce weekend c’était Kink à Dehors Brut… 

Un mot ou une expression pour décrire ton sentiment, à minuit, quand tu as réalisé que c’était direction dodo et pas club ?

Niksamère

Ta vrille du weekend ?

Mon chien sait désormais tenir sur ses deux pattes arrière tout en me donnant celle de devant. On s’est pas mal entrainés tous les deux. On communique bien.

Un track, un artiste ou un set que t’as écouté ce weekend, et qui t’a fait penser à autre chose le temps d’un instant ?

A chance for Peace de « Lonnie Smith & The Cosmic Echoes » pour me réveiller de bonne humeur.

Bon mais soyons sérieux, tu te sens comment par rapport à tout ça ?

J’ai la chance de ne pas trop mal le vivre. La maison, le jardin, des parents qui écoutent énormément de musique, et le chien comme caution de liberté, il y a pire !

Tu penses quoi de la gestion de cette crise par le gouvernement ?

En amont, complètement aberrant et injuste face aux différents corps de métiers qui réclamaient une écoute depuis des années. Il aura fallu cette crise pour s’en rendre compte. Sur l’instant T, le gouvernement fait du mieux qu’il peut. Personne n’est préparé à une pandémie et le ministre de la santé s’est vu refiler le bébé en plein vol. Je vais sûrement m’attirer quelques foudres en disant ça.

Le pouvoir, le droit de faire la fête, maintenant qu’on l’a plus, ça représente quoi pour toi ?

La santé.

D’après toi, la société après crise va changer ? En quoi ?

J’espère sincèrement mais j’ai peu d’espoir… L’homme peut très vite reprendre ses mauvaises habitudes. Après, quelques beaux projets et autres comportements auront vu le jour pendant cette période. Faisons en sorte qu’ils perdurent !

C’est quoi le truc que t’aimerais changer dans ta manière de vivre, mais que t’as encore jamais réussi à faire ?

Je fais assez gaffe au jour le jour et consomme peu en règle générale. Mais j’envisage d’apprendre à savoir cuisiner des œufs. Commençons par là.

SIMONE

« Je dormais déjà »

Qui es-tu ?

Trentenaire au chômage depuis deux semaines. Pas choisi le bon moment pour démissionner moi !

Si tu avais pu te rendre à une teuf ce weekend ?

Un truc à la Station ; sinon j’avais prévu une virée à Berlin. C’est pas gagné gagné Berlin cet été…

Un mot ou une expression pour décrire ton sentiment, à minuit, quand tu as réalisé que c’était direction dodo et pas club ?

Je dormais déjà.

Ta vrille du weekend ?

Quand j’ai réussi à faire en sorte que ma charlotte aux fraises ne s’écroule pas en la démoulant. J’apprends à cuisiner les recettes de ma maman. Elle me les envoie sur what’sapp et parfois m’appelle en visio pour me guider. On a jamais été aussi proches mdr !

Un track, un artiste ou un set que t’as écouté ce weekend, et qui t’a fait penser à autre chose le temps d’un instant ?

Un truc découvert sur Heeboo tiens ! Un espagnol, Cute Agression. Il a l’air cute d’ailleurs.

Bon mais soyons sérieux, tu te sens comment par rapport à tout ça ?

Je me sens perdu. Je sers des verres dans les soirées, si tu vois ce que j’veux dire, quand j’suis pas au chômage. Et je fais des installations aussi, mais pas encore à Paris. Je voulais en faire un métier t’sais, je suis revenue à mes amours d’avant, l’art, tout ça, un truc que mon père m’avait bien bien convaincu de laisser tomber. Et là, j’suis à nouveau découragée. Je sais pas trop ce que je vais faire de moi.

Tu penses quoi de la gestion de cette crise par le gouvernement ?

J’en sais trop rien. Ils font ce qu’ils peuvent ? C’est ce que j’aimerais penser. Mais en vérité, j’pense qu’ils nous cachent pas mal de choses. Et que quand ça va se savoir, ça va péter dans tous les sens.

Le pouvoir, le droit de faire la fête, maintenant qu’on l’a plus, ça représente quoi pour toi ?

La possibilité, unique quasiment, d’être moi même.

D’après toi, la société après crise va changer ? En quoi ?

Oui, elle a intérêt.

C’est quoi le truc que t’aimerais changer dans ta manière de vivre, mais que t’as encore jamais réussi à faire ?

Arrêter de consommer des fast food.

JANN

« Flemme »

Qui es-tu ?

Hello moi c’est Jann, je travaille en tant que bookeuse dans une agence de mannequin. Tu me trouveras toujours perchée sur des compensées de 15cm, en body et porte-jarretelles.

Si tu avais pu te rendre à une teuf ce weekend ?

La Angst organisée par les copines de Spleen Factory sans hésiter . Promiscuité, chaleur et liberté .

Un mot ou une expression pour décrire ton sentiment, à minuit, quand tu as réalisé que c’était direction dodo et pas club ?

Flemme

Ta vrille du weekend ?

Cela ne me concerne pas directement, mais des amis à moi ont commencé à organiser des rencontres Tinder dans les rayons de Auchan. Is this the new love ?

Un track, un artiste ou un set que t’as écouté ce weekend, et qui t’a fait penser à autre chose le temps d’un instant ?

Le set de Ancient Methods au Hör Berlin. Petite claque.

Bon mais soyons sérieux, tu te sens comment par rapport à tout ça ?

En manque. De mes amis, de joie, d’échanges, de caresses, de câlins, de danse, de festivité… on peut continuer loin comme ça…

Tu penses quoi de la gestion de cette crise par le gouvernement ?

Les problèmes existaient bien avant cette crise et l’alarme est tirée depuis un moment notamment par le secteur hospitalier… Ce n’est pas anodin si d’autres pays arrivent à la gérer d’une meilleure manière.

Le pouvoir, le droit de faire la fête, maintenant qu’on l’a plus, ça représente quoi pour toi ?

Mon envie de faire la fête n’a pas changé, il est toujours aussi intense. Et on la fera encore et de plus belle.

D’après toi, la société après crise va changer ? En quoi ?

Deux possibilités. Soit tout va reprendre dans son petit train train quotidien et rien ne bougera vraiment. Soit la société va évoluer de manière plus violente, avec une peur de l’autre encore plus marquée, une individualité plus présente. Malheureusement je pense que c’est ce qui va se produire, ça se ressent d’ores et déjà.

C’est quoi le truc que t’aimerais changer dans ta manière de vivre, mais que t’as encore jamais réussi à faire ?

Être plus ordonnée. Et encore j’aime bien mon petit désordre…

MATTHIEU

« Petit coup de blues « 

Qui es-tu ?

Matthieu, 28 ans, graphiste au studio Illumination Mac Guff, on était en train de terminer « Minions 2 » pour le sortir cet été, mais comme plein d’autres projets ça sera pour l’été prochain…

Si tu avais pu te rendre à une teuf ce weekend ?

Je crois qu’il devait y avoir une Possession ce weekend et j’y je serais bien allé rien que pour aller voir le live de Vladimir Dubyshkin. Ce mec est incroyable et il me semble qu’il ne s’est encore jamais produit à Paris.

Un mot ou une expression pour décrire ton sentiment, à minuit, quand tu as réalisé que c’était direction dodo et pas club ?

Je pense que c’est un peu le même sentiment chaque vendredi/samedi soir depuis le début du confinement, comme pour beaucoup de monde. Il y a quand même un petit coup de blues de ne pas être avec ses amis, de profiter d’une nouvelle longue nuit ensemble, rencontrer des gens, revoir ou découvrir de nouveaux DJs.

Ta vrille du weekend ?

Quand je me suis servi une troisième tisane samedi soir, avant d’aller dormir… à MINUIT. J’ai l’impression d’avoir 60 ans, aidez-moi.

Un track, un artiste ou un set que t’as écouté ce weekend, et qui t’a fait penser à autre chose le temps d’un instant ?

Je dirais le dernier EP de Phara, « These Bright Lights ». Je le trouve sombre, glaçant, mais en même temps mélancolique, coloré et plein d’espoir. Un mélange d’émotions qui résume un peu les dernières semaines.

Bon mais soyons sérieux, tu te sens comment par rapport à tout ça ?

La situation est évidement compliquée, mais en vrai ça va, je ne pense pas faire partie de la population à plaindre. J’aime mon appart et être chez moi, ça me laisse du temps pour mixer, m’entraîner sur vinyles, rattraper plein de séries et films que je m’étais promis de voir (genre là je suis en plein Twin Peak) pour pouvoir briller en société après le confinement. Ça permet aussi au corps de récupérer des abus nocturnes des derniers mois haha…

Tu penses quoi de la gestion de cette crise par le gouvernement ?

Quand on voit les courbes du nombre de gens hospitalisés, on peut se dire qu’on a peut-être évité le pire, malgré la faible capacité de nos hôpitaux. Après, par contre, la communication du gouvernement et ses infos contradictoires, est-ce qu’il faut vraiment en parler ?

Le pouvoir, le droit de faire la fête, maintenant qu’on l’a plus, ça représente quoi pour toi ?

La LI-BER-TE. La liberté de tout oublier, de mettre des œillères sur ce qu’il ne va pas à l’extérieur pendant quelques heures, de profiter, d’aimer et de s’amuser !

D’après toi, la société après crise va changer ? En quoi ?

Je suis malheureusement assez pessimiste en général et je crois que les habitudes de notre société sont souvent bien difficiles à changer, j’ai l’impression que tout reviendra comme avant. Mais j’espère quand même qu’on va se rendre compte de quelques trucs, genre qu’avoir délocalisé certaines chaines de productions du pays c’était vraiment une idée de merde. Au moins pour les trucs vitaux, comme les masques, des médocs. Pareil avec la revalorisation des salaires pour les métiers vraiment utiles, on en parle pas mal en ce moment, c’est évidement une bonne chose mais est-ce que ça changera vraiment une fois tout ça terminé ?

C’est quoi le truc que t’aimerais changer dans ta manière de vivre, mais que t’as encore jamais réussi à faire ?

Peut-être ralentir sur la vie nocturne, il y a quand même du positif dans la vie de confiné. Ça nous offre du temps rien que pour nous-même. Ça serait cool de continuer de temps en temps, avoir des weekends juste comme ça à rien faire, pour se poser et aussi laisser reposer son compte bancaire. Bon après je dis ça… on verra hahaha

REUBEN

« On est vite ivre en confinement »

Qui es-tu ?

Reuben, Machiniste serrurier et Backstages, je suis toujours en Backstage

Si tu avais pu te rendre à une teuf ce weekend ?

Une teuf dans un jardin avec mes potes proches, pas envie de me coller à des inconnus en manque de partenaire sexuel depuis deux mois. Je tiens à ma vie ou a celles des autres car je suis dans le même cas qu’eux

Un mot ou une expression pour décrire ton sentiment, à minuit, quand tu as réalisé que c’était direction dodo et pas club ?

Meme en confinement on fait la fête, à eux voire plus si on est connectés en visio, ça peut paraître débile mais ça fait du bien. Par contre j’ai remarqué qu’on est vite ivre en confinement..

Ta vrille du weekend ?

Un câlin de Nelson, il m’a défoncé le dos.. en mode arrachage de peau allez savoir pourquoi

Un track, un artiste ou un set que t’as écouté ce weekend, et qui t’a fait penser à autre chose le temps d’un instant ?

Euh Françoise Hardy, Tous les garçons et les filles… en journée puis le set de Leslie Barbara Butch sur zoom

Bon mais soyons sérieux, tu te sens comment par rapport à tout ça ?

Pas super bien, entre blessures personnelles et l’ennuie c’est pas toujours facile de rester positif mais bon on tient le coup. Le pire est à venir je pense car la reprise va être très difficile, je ne retournerai pas dans la même vie qu’avant et je vais tomber de très haut je pense.

Tu penses quoi de la gestion de cette crise par le gouvernement ?

Quelle gestion ? Pour dire « gestion » il faudrait avoir géré quelque chose, là, à part s’être pris en pleine gueule le fait que leurs réformes successives ont détruit le pays, ils n’ont pas vraiment agi, si ce n’est nous enfermer et nous verbaliser… et on continue de nous prendre pour des buses.

Le pouvoir, le droit de faire la fête, maintenant qu’on l’a plus, ça représente quoi pour toi ?

C’est pas un droit qui a disparu, ça va revenir, je pense surtout que ça peut faire du bien de se poser un peu (pas trop non plus). Bon à la sortie du confinement, celui qui a la plus grosse maison est dans la merde, clairement.

D’après toi, la société après crise va changer ? En quoi ?

Les gens vont sûrement repenser leur façon d’interagir entre eux, leur mode de vie aussi. Mais dans l’ensemble les français ne risquent pas trop de changer… On ne change pas vraiment dans ce pays on reste fidèle aux traditions qui ne sont pas forcément compatibles avec notre mode de vie actuel.

C’est quoi le truc que t’aimerais changer dans ta manière de vivre, mais que t’as encore jamais réussi à faire ?

Avoir une vie plus saine, être moins impulsif.

GUILLAUME

« Allez là ! »

Qui es-tu ?

Guillaume, pas de surnom en particulier, apprenti en communication dans une institution culturelle (enfin avant le confinement). On peut m’identifier à la banane holographique et l’appareil photo autour du cou.

Si tu avais pu te rendre à une teuf ce weekend ?

Je pense Possession, pour y revoir toutes les copines (aussi bien les participant.e.s que le staff) et aussi parce que ça fait un bien fou de se dépenser pendant 12 heures sans penser à la merde qui nous attend dehors (aka : la vie)

Un mot ou une expression pour décrire ton sentiment, à minuit, quand tu as réalisé que c’était direction dodo et pas club ?

“Allez là !” Parce que oui le moment de dormir je l’attends comme un drop d’Hadone.  

Ta vrille du weekend ?

Quand le vendredi pour commencer le weekend je me suis habillé pour assister à la Riposte X Online, pour faire la fête sur Zoom sur un ordi et mes potes sur HouseParty sur un autre ordi. J’ai pu voir des gens faire la fête de Londres à Berlin en passant par Paris, tous confinés dans des appartements plus ou moins grands avec une seule envie : faire la fête pour se libérer un peu et faire redescendre la pression.

Un track, un artiste ou un set que t’as écouté ce weekend, et qui t’a fait penser à autre chose le temps d’un instant ?

Y’en a eu deux, le premier c’était un track de Sioul “Backside” et le second “Adagio for Strings” de Tiesto : deux track qui passent tout seuls, comme une lettre à la poste (quand y’avait encore des services postaux vous vous souvenez ? Le bon vieux temps quoi).

Bon mais soyons sérieux, tu te sens comment par rapport à tout ça ?

En vrai je me sens bien même si j’ai l’impression de devenir un petit vieux, rythmé comme du papier à musique 2BPM, à penser de manière nostalgique à mes potes et à nos moments passés ensemble du before aux afters interminables.

Tu penses quoi de la gestion de cette crise par le gouvernement ?

Je dirai moins de blabla plus d’action et surtout “Du fric! Du fric! Pour l’hôpital public!”

Le pouvoir, le droit de faire la fête, maintenant qu’on l’a plus, ça représente quoi pour toi ?

Un échapatoire, pour moi une soirée ça a plus d’impact que tous les benzodiazépines du monde, ca me permet de me sentir libre, d’être ce que je peux pas être dans mon travail et tous ces trucs là. Et puis pour moi faire la fête, sous toutes ses forme, c’est politique, c’est engagé, c’est vivre autrement que ce que l’on nous dicte, c’est s’offrir une autre vision du monde, avec moins de frontières, moins de barrières (si ce n’est celles qui séparent les backstages du reste du monde)

D’après toi, la société après crise va changer ? En quoi ?

Malheureusement je pense que toute notre société est à remettre en question mais que ça passe par un effort collectif et que trop peu de gens y sont éduqués. Alors oui j’espère qu’elle va changer ! Qu’elle arrêtera de dégrader au delà, de la condition humaine, tout le bordel naturel qui nous entoure, qu’elle profitera un peu plus de la vie en prenant en compte les précaires et les minorités. Qu’elle abandonnera les modèles instaurés par l’hétéro-patriarcat et la bourgeoisie… 

C’est quoi le truc que t’aimerais changer dans ta manière de vivre, mais que t’as encore jamais réussi à faire ?

Peut-être reprendre le goût du temps pour faire les choses dans un autre rythme, les apprécier et les savourer. On fait tout trop vite. C’est bien le slow-made.

 »

ALEXIS

« Baisse le ton, tu vas rêver trop fort »

Qui es-tu ?

Prénom : Alexis ; Surnom : Ma meilleure amie m’appelle gros sac ; Profession : Multitools ; Signe particulier en soirée : je pleure souvent en dansant avec un sourire sadique.

Si tu avais pu te rendre à une teuf ce weekend ?

Je garde un très bon souvenir de ma dernière soirée alors pourquoi ne pas réitérer : LaMonarch

Un mot ou une expression pour décrire ton sentiment, à minuit, quand tu as réalisé que c’était direction dodo et pas club ?

Baisse le son, tu vas rêver trop fort.

Ta vrille du weekend ?

Je pense que c’était lorsque j’ai décidé d’ouvrir un deuxième paquet de chips pour l’apéro, c’était un peu pour moi comme bouffer tout le riz avant la réunification de mon propre Koh-Lanta.

Un track, un artiste ou un set que t’as écouté ce weekend, et qui t’a fait penser à autre chose le temps d’un instant ?

Clairement le set live de Blazej Malinowskiis sur @hoerberlin un trip méta et sophistiqué qui sort des sentiers battus, c’est comme une ballade en forêt avec des chiens robots.

Pour le morceau : Dahlia – Nibbãna du label Märked sur lequel on aimerait tous faire l’amour dans l’espace (même si c’est mécaniquement compliqué si t’as pas de point d’accroche)

Bon mais soyons sérieux, tu te sens comment par rapport à tout ça ?

Physiquement je me sens bien, je mange environ 18 fruits et légumes radioactifs par jour et j’ai survécu au Covid sans faire caca partout. Socialement j’ai une putain de colère, ça forme une boule d’énergie négative au niveau du plexus solaire, j’espère bientôt grâce à mon souffle, pouvoir modeler cette amertume et balancer une onde dévastatrice à la face de tous les Boomer du CAC40. Pour ça je m’entraîne tous les jours dans mon jardinet avec l’application petit bambou.

Tu penses quoi de la gestion de cette crise par le gouvernement ?

Y’a un côté branquignole et cynique, je crois que les mecs font ce qu’il peuvent mais qu’ils doivent faire avec les moyens du bord (sauf qu’ils ont jeté tous les gilets et canots de sauvetage pour faire des économies de pétrole). Les décisionnaires fonctionnent sur le modèle de l’ancien monde, c’est leur référence, alors que c’est ce modèle qui nous a foutu dedans. C’est l’allégorie de l’Ouroboros : le serpent qui se mord la queue.

Le pouvoir, le droit de faire la fête, maintenant qu’on l’a plus, ça représente quoi pour toi ?

Je crois que dans ce cas précis, c’est pas une histoire de droit ou de pouvoir, c’est plutôt une histoire d’altruisme. Nous acceptons la contrainte pour le bien des autres et pour que nous puissions un jour à nouveau célébrer ensemble la liberté et l’indépendance de notre mouvement. En cela, ce qui à mes yeux serait bien pire que le confinement physique, c’est qu’on nous interdise tout espoir.

D’après toi, la société après crise va changer ? En quoi ?

Beaucoup souhaitent un retour à la vie d’avant, je voudrais plutôt qu’on en profite pour inventer la vie d’après. Rien ne changera si on laisse le pouvoir dans les mains de la génération de ceux qui nous ont foutu dedans et qui n’attendent qu’une chose : en remettre une couche. En gros il va falloir qu’on se sorte les doigts du cul pour faire valoir nos droits et ne pas laisser le champ libre aux cyniques et obscurantistes de tous poils.

C’est quoi le truc que t’aimerais changer dans ta manière de vivre, mais que t’as encore jamais réussi à faire ?

J’aimerais que la peur ne soit plus le moteur de nos vies (peur de perdre son taf, du regard des autres, du jugement moral, de la violence étatique ou sociale…).

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles
Otto Zinsou

Dégif

Dégif #139 : « J’étais au premier rang et j’en ai eu plein les yeux, plein la bouche et le torse, c’était extatique ! »


Dégif

Dégif du weekend #52 : les projecteurs, les brûlures, Stéphane et la liste VIP


Dégif

Dégif #91 : « À coups de stroboscopes, tracks de l’espace, de corps en transe et de litres de sueur »


© Fanny Viguier

Derrière Le Deck

Derrière le Deck #32 : « A l’intérieur ça dansait, ça se chopait dans tous les coins, ça s’engueulait avec la sécurité, ça criait, ça rigolait. L’atmosphère était électrique. »