Entre le booth et le dancefloor, on s’en fait tout un monde, et pourtant, de quel matière est vraiment fait le rideau qui sépare celui qui joue, de celui qui danse ? Celle qui balance ses tracks sans ménager qui que ce soit, de celle qui balance son corps comme si sa vie en dépendait ? Pour une fois, on a décidé de passer de l’autre côté du booth, pour avoir quelques feedbacks du weekend passé, côté artiste, côté technique, parce qu’on leur demande pas assez… : alors t’as kiffé ?

Pour ce numéro, on a fait un tour au NF-34 pour la dernière Winterclub de PWFM, on est passés par la Cremaster 001, la Fée Croquer, Cartier-Bresson, on a pointé le nez à la Rotonde, un petit tour au Macadam à Nantes, puis Concrete, pour finir au Sucre, à Lyon. Magique !

  • Les mecs de VERNACULAR ORCHESTRA ont vu un mec rentrer dans le club en volant
  • Bazarov a encore été marqué par son ami Raphael et impressionné par le warm-up de Metshka
  • SpunOff a trouvé le son super puissant
  • Romance Disaster a adoré les supers danseurs de la Cremaster
  • Trym a joué pour le matin pour Fée Croquer et revenait tout juste de Belgique
  • IV Horsemen a ressenti un étrange mélange d’excitation et d’angoisse avant de jouer
  • Ed Isar a pensé très fort à un ami parti, en jouant ses sept heures de Woddfloor à Concrete
  • Aurelian aka KM3 a patiné sur la bouteille d’huile renversée à la Rotonde
  • Au même endroit, Adjus nous racontait que des mecs étaient repartis avec les cdj
  • DJ P. Moore a bien kiffé la dernière dernière demi-heure de son set, résolument old-school

VERNACULAR

« Le sol n’était pas très palpable« 

jeud. 7 mars / PWFM Last Winterclub (NF-34)

Qui es-tu ?

Gus aka TUTM, Jédébouchon
Benjamin aka Jean Ben, Roux
Pantxo aka JMS, j’ai changé on me voit plus aux soirées
Théo aka Le Grand Leader, énormément de volume sonore dégagé

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Pantxo : Très proche du stack  
Gus : Il faut être politiquement correcte ou pas ?
Ben : Il faisait froid, le sol n’était pas très palpable pour ce jeune homme sous MDMA.
Théo : Pantxo avait une tunique Nissan de ouf

Raconte nous ta vrille de la nuit

Ben : 3 h 30, Big up au mec qui a voulu rentrer dans le club en volant, j’espère qu’il va bien
Gus : 3 h 15, Vous pouvez répéter la question ?
Pantxo : 3 h 05, j’ai pris un vtc
Théo : 23 h 15, le couple pété au toz qui se sont embrouillés avec un vigile et le vigile qui ouvre la porte de secours en leur hurlant « viens on se règle dehors ».

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Gus : Absurde : les prix aux bars
Pantxo : Cocasse : Vous pouvez répéter la question ?
Ben : Improbable : J’vous assure j’ai vraiment vu un mec tomber
Théo : Drôle : J’espère qu’on répond pas trop à côté

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Special big up au warm up sandwich B2B Kambiz B2B Mamar. Sinon tout était vraiment top mais on a apprécié tout particulièrement le live de Trismus, le live de Prisme Airlines et le live de Vernacular Orchestra.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Théo : Logic pro, ma carte son cassée, de l’herbe
Pantxo : Dans l’avion pour bosser au Sonar à Istanbul
Gus : Dans le métro pour aller soundcheck Apolonia à Concrete
Ben : J’étais entouré de module dans mon taff à Modular Square

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Théo : Pantxo avec sa super combi Nissan.
Ben : Content d’avoir vu la crinière de Mamar avant qu’elle soit chauve
Pantxo : Benji, comme tous les jours c’est le plus beau
Gus : Moi quand je suis rentré sobre après avoir vu les prix au bar

BAZAROV

« Il n’y a pas d’amour de vivre sans désespoir de vivre« 

jeud. 8 mars / Bazarov vs Metshka vs Legitime (La Rotonde)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Robin TASSEL, mon nom de de scène c’est Bazarov, certains m’appellent « Baza », je trouve ça assez affectueux et de toute façon ça sera toujours mieux que « Rob »

Mon signe particulier c’était une paire de lunette carré rose qui venait du shop @prototype Vintage de ma pote Nao mais je les ai perdus à cette soirée donc disons que j’ai toujours un verre à la main, c’est ma manière de me faire bien voir

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Il n’y a pas d’amour de vivre sans désespoir de vivre ». (Albert Camus – L’envers et l’endroit)
Raconte nous ta vrille de la nuit

Pour moi ça a commencé à 23 h 50 quand j’ai avalé mon premier Big Tasty de l’année, pour le reste je ne me souviens pas de l’heure exacte mais le club s’est rempli entre 2 h et 3 h du matin sur le set de @legitime, merci à lui pour l’invitation et un grand merci aussi à Estelle pour la caisse ! C’est à ce moment là que ça a commencé à vraiment vriller : « plus on est de fous… »

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Pour être honnête, je crois que ce soir là une bonne partie de la scène parisienne avait en tête une bien triste nouvelle qui nous est tombée dessus deux ou trois heures avant la date. Alors on a ri oui, mais ce dont je me souviens le plus c’est que chacun était très concentré sur la musique, ce qui est une bonne chose, surtout quand on décide de dédier une soirée à un ami qui fait la fête dans l’autre monde (grande pensée à lui).

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Très grand warm up de Metshka, technique impeccable, ambiance très profonde et élégante.  Bravo à lui. Je ne vous laisse pas en reste, ce disque a eu son moment « bras en l’air » sur la fin de mon set : DJ Vas – Wizard Funk (Razor-N-Tape 08)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais au Point Ephémère avec ma copine pour le concert de Bass Drum of Death, je repensais aux belles images de la fête, à la douce folie de l’after et au fait que c’était chouette d’être aussi bien entouré dans la vie.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne qui me marque bien souvent le plus c’est mon ami Raphael. Dans chaque soirée chacun mérite sa part de reconnaissance car c’est l’énergie commune qui met en lumière les styles et les comportements les plus extravagants, mais je crois que ce soir là encore, le pendentif long assorti à une veste bariolée d’un autre âge du patron de la famille FRAGIL aura toute mon approbation et mes félicitations !

SPUNOFF

« Un sound puissant »

vend. 8 mars / 79 Cartier Bresson (Cartier-Bresson)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Alexandre Oliviero alias SpunOff, (ou SpunyLove pour les intimes.)

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Un sound puissant

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand je suis arrivé, la soirée avait déjà bien commencé et les gens étaient très réceptifs au son et ont fait qu’en redemander, sans ralentissement.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Rien de particulier

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

On a eu le droit à un BLNDR particulièrement fou ce soir-là et imprévisible, ça faisait longtemps que je ne l’avais pas vu jouer et il ma bien fait danser, sinon le live de Leo Minasso que je ne connaissais pas et qui a vraiment de super phases comme j’aime, avec un bon sound design et des phases breakées dont je raffole beaucoup en ce moment.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

A la crémaillère/anniversaire d’une amie avec mes bros.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je n’ai pas forcément fait attention aux gens !

ROMANCE DISASTER

« Great music, great atmosphere, beautiful people »

sam. 9 mars / Cremaster 001 (secret place)

Qui es-tu ?

Je suis Romance Disaster, un project live et dj qui vient de Berlin. Je jouais pour la Cremaster 001.

I am Romance Disaster, female techno live act from Berlin. I was performing on Cremaster 001

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Super musique et atmosphère, tout le monde était beau !

Great music, great atmosphere, beautiful people

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je crois qu’en fait j’ai tout oublié hahaha

I lost my memory at some point hahahah

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Ce moment où je me suis perdue en revenant des toilettes…

I got lost on my way back from the toilette

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Tous les artistes étaient bons, le line-up était assez incroyable, mais comme je jouais, on dira que c’était moi la meilleure. Haha je plaisante ! Tous les sets m’ont plu !

I think all the artists were very good, the lineup was really nice, as I was performing I am tempted to say that I was the best 😉 kidding. I loved all acts.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais déjà de retour à Berlin.

I was already back in Berlin.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y avait de vrais bons danseurs, mais malheureusement je ne me souviens plus de leurs prénoms !

There were very good dancers, unfortunately I don’t remember their names

TRYM

« Sparklingement Mémorable « 

sam. 9 mars / Fée Croquer : 4 ans, 4 scènes

Qui es-tu ?

Sparkling Water Boy, toujours avec un pull Benibla ou un pull Steer et bien sûr la petite bouteille de San Pellegrino.

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Sparklingement Mémorable

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je suis arrivé à 7 h 30, je revenais d’un gig en Belgique à Anvers où c’était la folie d’ailleurs. Du coup je dirais que c’est parti en vrille quand je suis passé à 170 bpm haha

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Les trois ou quatre personnes qui ont fait une course de saut de haie sur les caissons pendant que je mixais haha

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Malheureusement je n’ai pas pu écouter les autres artistes du à mon arrivée tardive. Je dirais donc ma track d’intro 1 for the trouble, 2 for the Hard time ! Track special anniversary pour Fée croquer, le retour du public m’a procuré un long frisson <3

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Endormi dans mon canapé après avoir somnolé devant le match de rugby Irlande-France

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Toutes les personnes encore présentes pour mon set, vous êtes des fous ! J’espère avoir été à la hauteur de vos espérances, en espérant vous revoir très vite sur Paris.

Quand j’ai vu le public danser sur ma track <3

IV HORSEMEN

« L’amour et la violence »

sam. 9 mars / WestSound Birthday | w/ Scalameriya, IV Horsemen (Macadam, Nantes)

Qui es-tu ?

Tim.
Pas de reflet dans le miroir.

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« L’amour et la violence » (ça compte comme une expression non ?)

Raconte nous ta vrille de la nuit

3 h – club complet, du coup un étrange mélange d’excitation et d’angoisse avant de jouer.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

La personne beaucoup trop perchée qui est venu me voir à la fermeture du club quand je remballais le matos pour me dire que pendant toute la durée de mon set j’étais pas là… tout ça par ce qu’elle regardais le dj booth vide alors que j’étais deux mètre à côté sur un pratos un peu plus dans la pénombre…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

La technique de mix de Scalameriya, pas spécialement sa sélection mais n’étant pas dj à la base (je joue live) j’ai pas mal observé sa façon de faire qui est assez millimétré.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans le train pour Paris, épuisé mais très heureux d’avoir passé 24 heures très cool avec toute l’orga Westsound à Nantes.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je crois que personne ne détrône celle citée plus haut…

ED ISAR

« Show must go on »

sam. 9 mars / Concrete: Paul Ritch, Alien Rain Live, Giorgio Gigli, Ed Isar (CONCRETE)

Qui es-tu ?

Ed Isar, signe particulier : jamais sans mon Club Maté ou un jus de fruit exotique (ananas, goyave, mangue, la sainte trinité)

L’image contient peut-être : bandes

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

J’ai appris le décès d’un ami pour qui j’avais beaucoup d’affection dix minutes avant d’aller à Concrete. Autant te dire que j’étais pas du tout dans le mood pour jouer de la musique festive pendant sept heures mais il fallait que j’assure le taf. Le ou la DJ est sensé incarner la musique et la fête, je le fais tout le temps avec le plus grand des plaisirs mais là c’était différent. Donc l’expression pour décrire la soirée c’était « show must go on ».  J’ai pensé très fort à lui en jouant certains disques et ça m’a en quelque sorte porté pendant mes sept heures de set, et les sourires des amis venus me voir jouer ainsi que des inconnus m’ont vraiment boosté. Yoshi, on t’aime très fort, tu nous manques tellement.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Au bout du milieu de soirée, pas encore à la fin, j’ai senti les gens se lâcher et vraiment rentrer dans le set. C’était pendant des passages un peu UK Garage et aussi un peu house progressive. Comme quoi le public à Paris est vraiment très ouvert d’esprit, tant que la musique est bonne et sincère les gens font très souvent l’effort de rentrer dans les nombreuses vibes que je propose au fil de la nuit, ça m’a fait chaud au coeur. Aussi vers cette heure là est apparu un premier rang de gens qui se tenaient sans bouger devant moi, les yeux fermés et les mâchoires serrées !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Après le passage dont je te parle dans la réponse d’avant, j’ai joué un morceau de 2009, un disque sorti sur un label de “minimale” mais avec un côté très tribal et bouncy. Les gens sont devenus ouf.  Du coup j’ai joué des trucs sortis entre 2005 et 2010, qui étaient cools à une époque puis plus cool du tout. Genre tu peux pas dire en société que tu aimes encore ces labels et que tu glisses parfois des tracks de cet univers dans tes sets. Donc ça m’a fait sourire de voir que tant que le morceau fonctionne, 99% des gens s’en tapent de savoir si c’est un disque cool ou pas cool qui leur fait bouger les fesses.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Alors vu que j’ai passé les sept heures derrière les platines et que j’ai pas entendu les sets des artistes dans la main room, je vais devoir répondre avec un des disques que j’ai joués. Il y a eu plusieurs moments qui m’ont marqués, mais si il faut en choisir un c’est quand j’ai joué un morceau de mon ami Alec Falconer, c’était la première fois que je l’entendais en club et c’est vraiment une balle, les gens étaient tout à fait d’accord avec moi : https://www.youtube.com/watch?v=iXXKFNt9foA

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais au fond de mon canap, en ce moment j’essaie d’enregistrer tous mes sets et j’ai un petit rituel le lendemain de soirée, je ré écoute tout de A à Z, pour vivre le set en mode auditeur, car quand tu dois caler le prochain disque tu ne profites pas du tout de la musique de la même manière. Donc oui, je me suis fait une session d’écoute de sept heures étalées entre mon retour en fin de soirée et le samedi soir. Vu les circonstances dans lesquelles je suis allé joué je ne savais pas très bien à quoi m’attendre pour l’enregistrement, à part le fait qu’il sature un peu (voire beaucoup par endroits, relou) il tient la route et je suis content de moi. Je partagerai peut-être une partie de ce set sur mon Soundcloud !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Pendant la phase “truc de ouf ils en peuvent plus de mes skeuds de 2009” est apparu un mec plein d’encouragements, plein de sourires, et qui m’a fait comprendre à plusieurs reprises et ce pendant un bon moment à quel point il aimait la musique. Ca m’a trop fait plaisir, ça a motivé les gens autour de lui pour aussi pousser des cris de joie, j’en avais bien besoin à ce moment. Du coup j’ai joué pour lui pendant une petite heure. Il m’a retrouvé sur Insta ensuite, on s’est remerciés, lui pour le son que j’ai joué et moi pour les bonnes vibes qu’il a répandues !

AURELIAN AKA KM3

« Amour et sauvagerie »

sam. 9 mars / Attrape Rave #3 (La Rotonde-Stalingrad)

Qui es-tu ?

Aurelian. Ou KM3. Peut jouer hip hop techno house afrobeat ou library music

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Amour et sauvagerie

Raconte nous ta vrille de la nuit

3 h et quelque quand l’alarme à incendie a coupé momentanément le son, ce qui n’a a pas vidé la salle mais plutôt excité les gens

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le fait que derrière le dj booth des gars ont explosé une grosse bouteille d’huile d’olive et que tu pouvais plus danser dans ce coin de la soirée… mais uniquement… patiner ! Un mec a même glissé à la fermeture, j’espère qu’il va mieux…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un special edit de The Advent « bien acid et « raw » qui a commencé à bien recréer la vibe après la coupure d’alarme !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais aux Écuries pour représenter mon collectif radio « La Freak » et vendre/jouer des vinyles

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon ami Paul Sau-Sau saoul mais pas trop avec qui j’ai passé toute la fin de soiree… y’avait d’autres potes présents mais ils étaient occupés à draguer ou danser dans le mini club, je les ai moins vus !


ADJUS

« Bordel & Eclectisme »

sam. 9 mars / Attrape Rave #3 (La Rotonde-Stalingrad)

Qui es-tu ?

Rafaël – AdJus

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Bordel (positif) & Eclectisme

Raconte nous ta vrille de la nuit

Juste après que l’alarme incendie ait sonné, tout le monde a bu un coup en attendant que le son reparte, donc tout le monde était chauuuud

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Les mecs, en fin de set, ils sont partis avec les cdj2000 haha (rendues le lendemain par les orgas du crew)

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Aurelian b2b Messes Basses, cela faisait longtemps que je voulais les programmer en b2b, c’était carrément nice !!

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Chez moi, tout juste réveillé, claqué et heureux après cette soirée d’enfer.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Fabrice il a fait tourner les serviettes toutes la soirées, aka HOLDtight ! retenez son petit nom

Patrick Sébastien qui fait tourner les serviettes

 

 

DJ P. MOORE

« DINGUE !!! »

dim. 10 mars / S. society : Agents Of Time live (Le Sucre, Lyon)

Qui es-tu ?

Patrice aka DJ P.MOORE… Signe particulier : je fume abondamment aux platines, même si cela est rigoureusement interdit par le club !

L’image contient peut-être : 3 personnes, bandes

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Concernant cette soirée au Sucre d’hier soir : DINGUE !!!

Raconte nous ta vrille de la nuit

La dernière demi-heure de mon set, résolument old-school a mis le feu au dance-floor sur les coups de 20 h 30, pour un final réellement excitant où le public a vraiment été réceptif !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Mon dernier track afin de clôturer le set et permettre la transition avec le live d’Agents Of Time… j’ai bouclé le break et la nappe du morceau et le public a été surpris que le kick ne reparte alors pas !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Il est actuellement 13 h 30 quand j’écris ce message.. Donc à 20 h 20, je serai certainement en train de dîner tranquillement chez moi… Le calme après la tempête !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une fois n’est pas coutume, j’ai apprécié la présence de Clémentine et de Henry, un irréductible couple de sexagénaires ; fidèles parmi les fidèles qui ne ratent aucune soirée… Big Up !!!

Le moment où je commence à envoyer le « Blue Monday » de New Order… Ça monte progressivement en mix sur un autre track, juste ce qu’il faut pour que le public puisse commencer à le reconnaitre… Puis quand je lâche enfin le morceau, c’est juste l’hystérie sur le dancefloor et on voit apparaitre des centaines de sourires sur les visages ! Cela ne rate jamais, ce titre a vraiment un effet dingue sur le public… j’adore le jouer même si je l’utilise avec parcimonie !