Les Nuits Sauvages

Dégif #112 : « Causer sodomie avec un couple hétéro à 5h30 au fin fond d’un parking à Barbès, c’est ça aussi la magie de la night” – Heeboo

Dégif #112 : « Causer sodomie avec un couple hétéro à 5h30 au fin fond d’un parking à Barbès, c’est ça aussi la magie de la night”

Dégif - Décembre 19, 2018

Rainer Torrado

Il s’en passe des choses quand la lumière s’éteint. Il s’en dit des rêves. Il s’en danse des trêves. Il s’en rêve des étreintes. Quand tout disparaît pour mieux se voir. Quand tout s’étouffe pour mieux s’entendre. Quand tout devient flou pour mieux vibrer. On peut se permettre. On peut tout tenter. Quand le silence s’arrête. Quand le bruit devient mélodie. Quand les parasites se transforment en papillons. Tous les mêmes freaks. Tendres créatures qui se réinventent. Les barrières fondent. On s’aventure, on se lance, on devient hardi. Il s’en passe des choses quand la lumière s’éteint… La vie, la nuit. L’éphémère qui bondit. Un nouveau type de lumière.

Pour ce DERNIER dégif de l’année, deux semaines avant de subir tonton gênant pendant 24 h au moins…

NEPHELI

« Athènes-Berlin-Paris »

jeud. 14 déc. / Magnétique Nord 5 — Festival d’hiver du Collectif MU (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Neph, aucun signe distinctif. AUCUN.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Athènes-Berlin-Paris : le trio de ma conception divine.

Raconte nous ta vrille de la nuit

A la toute fin de The Callas et surtout pendant le concert de Selofan, une douce montée d’adrénaline entourée d’amis. Écouter de la New wave chantée en grec. Rire avec un peu de mal du pays. Et puis en fait me sentir très bien là. Bah oui.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Un pote a comparé ma coupe à celle de la chanteuse de Selofan. Mais je ne sortais pourtant pas du lit… J’ai pris ça pour un compliment. Hirsute est le capillaire.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Selofan, belle découverte. Ça tape, ça crie, ça chuchote, ça gueule, ça projète des vidéos maison bien cheloues. Et ça sort le saxo.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’engloutissais un bo-bun en before chez une amie avant d’aller à la release party de Godzilla Overkill à l’Olympic Café.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Charles, un copain qui était venu seul et qui était RAVI d’être là, au point où ç’en était contagieux. Et puis un mec avec des cheveux bleus et roses. Qui m’accompagnait.

« Mais, qu’ouïs-je ? Un saxo ? »

INÈS

« Amour »

du 14 au 16 déc. / OPEN MODE Festival 2.0 (La Villette)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Inès ou Babouches Iridescentes. J’étais à l’open Mode Festival pour le lancement du projet Toile de Jouir que j’ai créé avec mon copain.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Amour

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le dernier jour gros coup de blues en me disant que le festival était passé aussi vite, mais j’étais à la fois très heureuse qu’un projet aussi beau ait pu voir le jour. J’ai rejoins Paul (mon ami qui a crée ce fabuleux projet) à côté du Dj et on a regardé le dernier crew de la soirée, c’était très positif comme moment.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’ai peint une fresque durant le festival avec mon copain. Et nous étions juste devant le skate park installé en parallèle de l’événement. A travers la grille on pouvait voir les skateurs, on a plusieurs fois été victimes des planches de skate qui ont renversé nos pots de peinture, on avait une bâche heureusement. Mais le plus drôle c’est le moment où deux mecs se sont télescopés avec leurs planches. Moment de gêne.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le premier soir, l’événement était relié à la Mona, Nouvelle Vogue a organisé un défilé sur le thème Kawaii auquel j’ai participé en tant que mannequin et on a défilé sur un set de Teki Latex qui mixait pendant la soirée. Grosse ambiance pour défiler.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’ai repris ma vie d’étudiante, et je me suis dit que j’avais envie de voir des projets aussi beaux se réaliser plus souvent.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Matyouz qui était le chauffeur de salle et qui se chargeait de la présentation des crews de danse et des marques. Il avait une sorte de combinaison mauve ultra vaporeuse avec beaucoup de volume le dernier jour qui était sublime.

Ma tenue vendredi soir.

JEHANE

« Réjouissante »

jeud. 13 déc. / Launch Party Calendrier Barbi(e)turix (La Bellevilloise)

Qui es-tu ?

Jehane, cheveux courts, piercing septum.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Réjouissante

Raconte nous ta vrille de la nuit

En joie totale à 23 h quand je suis arrivée, lorsque j’ai acheté le « threesome » : calendrier, fanzine et petit sac. La thématique du fanzine était sur les fesses, je me suis dis « aaah enfin une soirée ou tout est à sa place !!!! »

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Drôle : la rencontre avec une femme chanteuse lyrique, polyamoureuse, en chemisier, accompagnée d’une amie à elle également polyamoureuse elle même suivie par une fille qui n’avait pas l’air à l’aise avec le partage… regards en crabe, du coin de l’oeil pour checker son amante virevolter de sourires en sourires…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je ne me souviens pas du nom de la meuf qui passait le son, elle avait les cheveux longs marrons, j’ai bien tripé, je me suis trémoussée sur la piste, ravie de prendre un bain de danse entourée de magnifiques femmes !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain j’allais voir un spectacle de cirque, j’étais crevée et je me suis dis que j’aurais bien dansé encore plus longtemps si les métro ne s’arrêtaient pas aussi tôt…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ce garçon qui s’occupait des articles Barbieturix, il apparait d’ailleurs dans le calendrier je crois, celui aux cheveux courts, notre échange a été court, mais il m’a donné une impression super douce et chaleureuse…

ok rentre, concentre toi sur ta chérie…

ANGÉLIQUE

« Surprenante « 

vend. 14 déc. / Quartiers Rouges .06 : Fusion mes couilles L’anniversaire (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Angélique, tout le monde m’appelle Angie. Signe particulier en soirée : tu peux me croiser en k-way jaune fluo pour me faire repérer (mais en ce moment j’évite, tu devines bien pourquoi ahah)

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Surprenante

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 2 h du matin, quand j’ai vu ma pote peu habituée des soirées techno s’enjailler sur un Bjarki en forme, ça m’a fait plaisir !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Alors qu’on buvait des bières avant de rentrer dans la boîte, on a rencontré des mecs qui devaient se rendre à une autre soirée et on a sympathisé. Au final on les a recroisés et on a passé un bout de temps ensemble !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sans hésiter, Bjarki ! Je l’avais déjà vu plusieurs fois, mais là il m’a épatée. Il était vraiment en connexion avec nous et a vraiment su adapter son set (d’ailleurs il m’a semblé que c’était plus un hybrid live set)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain j’étais au taff (eh oui, pas de repos pour les guerriers !), et j’étais dégoûtée mais je pensais à la tune que je me faisais pour mes futures soirées ?

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je dirais encore ma pote, que je ne pensais pas aussi bonne danseuse (elle faisait des espèces de mouvements tahitiens assez sympathiques ahah)

CORENTIN

« Paradoxale »

vend. 14 déc. / Quartiers Rouges .06 : Fusion mes couilles L’anniversaire (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Corentin, ou bien Coco pour les (également très) intimes. Signe particulier en soirée : toujours en marcel de campagne !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Paradoxale

Raconte nous ta vrille de la nuit

Nous étions le soir de mon anniversaire avec mes potes, la joie étant déjà présente dans notre sang, nos coeurs se sont délicatement emballés aux alentours de 4 h : nous étions ce que nous voulions être, là où nous voulions être, avec qui nous souhaitions être, et nous l’avons senti. On appelle ça entrer en communion sans se le dire, et c’était merveilleux.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le fait de devoir littéralement tirer mon pote par le col à trois reprises hors du fumoir alors que ce dernier partait beaucoup trop loin dans le pays des rêves

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

François X en dernière partie : ses basses rentraient par le sol jusque dans la poitrine et faisaient trembler mes côtes, tous côte à côte pour n’en former qu’une seule !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Chez des amies, à manger du ABBA et écouter du houmous, et penser au sabbat de la veille.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le vigile très bien élevé à l’entrée, qui m’a fait comprendre que mes chaussettes hautes et mon short bleu ne faisaient pas assez hétéro pour entrer dignement à l’intérieur et qu’il était préférable de m’en retourner chez moi mettre un pantalon afin de pouvoir profiter de la Machine infernale, agrémenté d’une remarque pédéphobe discrète. Soir de mes 26 ans oblige, j’ai calmement obtempéré (après un génial stratagème avorté de manteau long cachant les jambes nues) et le génie était content que mes jambes soient couvertes au retour. La soirée a donc très mal commencé, mais s’est finie admirablement grâce à mes potes qui m’ont enseveli d’amour…

Quand le gardien du temple m’a refusé l’accès à la concupiscence

ARNAUD

« Perplexité heureuse »

vend. 14 déc. / Tragedy (5 Passage Ruelle, 75018 Paris)

Qui es-tu ?

Moi c’est Arnaud, mais tous mes potes m’appellent Nono … 40 ans et quelques en théorie, mais 16 ans à tout casser sur le dancefloor … et sinon deux fois sur trois on me prend pour Loïc Prigent (LP au Péripate, LP à la Station, LP à Possession, LP en squat, LP partout …)

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Perplexité heureuse » ! Perplexité parce que, comme beaucoup de monde j’ai été un peu décontenancé / surpris par les sets plutôt drum’n bass, alors que j’étais plutôt dans le mood techno / EBM bien crasse … Heureux parce que le public était très mélangé, très cool, et parce que finalement cette soirée dégoulinait de gentillesse et de bonnes vibes !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Bah forcément à 5 h quand Murd a pris les commandes pour le closing bien dark et bien perché que tout le monde attendait … (mais au fond de moi je ne pensais qu’à celui qui n’avait pas pu m’accompagner pour danser ce soir là, sniff)

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Golden shower ! La canalisation au plafond qui explose sur ma pote au moment où elle sort des chiottes de chantier… était-ce du pipi ????

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Murd, bien poisseux comme on aime ! la track : Refracted – Expedition 1 … ah et le Barbie Girl d’Aqua, on en parle ? (le back to 90’s a quand même ses limites, hein, si’ou plait !!!)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

LOVE !!! Dans un resto, à dévorer du regard mon amoureux rencontré il y a tout juste un mois en warehouse sur fond de techno démoniaque, à se demander si on irait en teuf ou sous la couette ce soir (et on a opté pour les gros câlins sous la couette !!!!)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La charmante Julie et son mec … causer sodomie avec un gentil couple hétéro en plein trip à 5h30 en dansant au fin fond d’un parking à Barbès, c’est ça aussi la magie de la night

Quand on a failli finir noyés comme dans Titanic

HUGO

« TRASH »

vend. 14 déc. / Tragedy (5 Passage Ruelle, 75018 Paris)

Qui es-tu ?

Hello! Je m’appelle Hugo, je suis gay, j’ai 20 ans et je suis un grand adepte parisien de la techno sombre. Je suis quelqu’un d’assez drôle en soirée et j’ai la particularité d’être vite appréciable ! C’est plutôt une qualité non ?

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Cette dernière Tragedy dans le parking souterrain était vraiment assez TRASH dans tous les sens du terme ahaha !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Ça a commencé à partir en vrille vers 2 h du matin. Tout le monde dansait, j’embrassais avec fougue mon « american boy », tous mes potes s’ambiancaient, enfin bref tu l’as bien compris c’était l’extase totale !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le truc totalement improbable c’était juste avant de partir de la soirée vers 5 h 45. Je suis partie aux urinoirs pour me soulager et là je découvre que les toilettes s’étaient transformées en backroom. Je te laisse imaginer la vue que j’avais quand j’étais en train de pisser !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Celui de Murd. Murd a déjà joué à la Possession, ses sets sont juste ouf et te transportent dans un autre monde.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans mon bed, nostalgique de cette bonne soirée…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon meilleur ami Tony qui se déchaîne toujours comme une folasse avec son t-shirt résille et ses bottes à talon & la Drag Queen « Barbie Girl » Yuni Sekkusu avec son magnifique show !

JULIE

« Le Frank »

vend. 14 déc. / Après le travail : I Have A Drink ! s01e02 (Le Sucre – Lyon)

Qui es-tu ?

Julie ou plutôt l’infatigable

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Le Frank (cocktail à base de chartreuse)

Raconte nous ta vrille de la nuit

Aux alentours de 00 h 30, Jean Claude nous a fait l’animation dans les toilettes. Il nous a bien fait rire avec ses blagues salaces !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Je ne me lasserai jamais de regarder les gens possédés par la musique danser. Certains sont vraiment des fous furieux et c’était très drôle à voir !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Les Sheitan Brothers ont mis le feu !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Gros repas de famille à la campagne. Après une bonne soirée, rien de mieux !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Sans aucun doute Jean Claude, le directeur des cabinets !

DAVIDE

« Drôle »

vend. 14 déc. / Après le travail : I Have A Drink ! s01e02 (Le Sucre – Lyon)

Qui es-tu ?

Davide, mais tout le monde m’appelle Dayve

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Le mot qui décrit bien cette soirée c’est « Drôle » parce qu’on a bien rigolé.

Raconte nous ta vrille de la nuit

A 22 h je crois que ça a commencé à partir en n’importe quoi… l’alcool était bien présent et le son commençait à devenir un peu plus entraînant… du coup ouais 22 h, j’étais avec des collègues de boulot dont deux que je connaissais pas particulièrement, les masques sont tombés haha

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Un ami nous a rejoint en début de soirée, il n’y avait pas grand monde, il nous a clairement fait comprendre qu’il n’aimait pas le lieu et qu’il regrettait d’être venu, puis quelque verres plus tard c’était le premier à danser et il m’a dit « tu diras jamais à personne que je me suis amusé ici » haha

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un petit remis de Kanye West, bien sympathique mais je sais pas qui l’a joué, sinon Sheitan Brothers quand ils ont commencé à balancer un peu de techno. Parce que la techno c’est beaucoup trop cool ??

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en train de me préparer pour me la coller encore une fois, et au Sucre d’ailleurs, satisfait de ma soirée de la veille, un peu vaseux mais…il faut toujours soigner le mal par le mal… !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une femme sur la piste qui dansait.  Elle était vraiment beaucoup trop à fond : jeté de bras, déhanché et compagnie, avec une amie ont s’est bien marrés…

Mes copines était beaucoup trop déchaînées aussi…

DIANE

« Heteroclite 2.0 made in Pigalle, option techno« 

vend. 14 déc. / BLOOM #20 w/ Answer Code Request & Hector Oaks (Folies Pigalle)

Qui es-tu ?

Diane / Diane Olga. Signe particulier en soirée : beaucoup de gens dans ma tête, tous sur la liste sarcasme, kamoulox et vodka get

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

heteroclite 2.0 made in Pigalle, option techno

Raconte nous ta vrille de la nuit

Ça s’est passé en plusieurs étapes :

2am : joie, quand mon premier pote est arrivé et a rafraîchi le paysage

5am : détente : mon premier shot de vodka get de la night, la soirée était lancée, le son aussi (ndlr Answer Code Request, one of my fav)

7am, c’est parti en vrille quand une meuf paumée et complètement déchirée qui dépassait à peine du bar m’a embrouillée en mode caillera et m’a jeté son verre à la gueule (enfin à hauteur de ma taille du coup mais surtout sur mon manteau en cuir). J’ai fait un signe au vigile et il l’a dégagée alors qu’elle pensait se fondre dans la foule hahahaha #jouissance

9am : plaisir, quand j’ai entendu mes deux potes/orgas jouer et délivrer au final les deux meilleurs sets de la soirée ; techno mentale, rythmée, profonde, bien construite et fluide, c’était parfait !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand un Jean-Michel sans potes a voulu me faire croire qu’il avait payé sa bière 4€ toute la soirée alors que je bosse au bar ; pas de gilet pas de rabais ! Sorry Jean-Mi !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je venais de me lever et je mangeais du boulgour aux algues avec des brocolis et du gingembre (la médecine holistique avant tout (for real) ! ), avant de retourner bosser dans un autre club et de subir un autre type de déglingos !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mes potes, parce qu’ils sont stylés hahahahaha hashtag dark hashtag techno hashtag meuf underground tavu. Plus sérieusement, enfin pas vraiment, deux mecs ont perdu le bouchon de leur poppers près de l’enceinte du bar et ont dû se résoudre à abandonner les recherches au vu du peu de lumière et du monde, c’était assez divertissant je dois dire, même si je compatis, of course.

Quand mes potes sont arrivés, quand j’ai eu mon premier tips, quand la meuf bourrée s’est fait virer, quand j’ai revu un de mes DJs préf, quand j’ai bu mon premier shot, quand j’ai ri aux éclats avec une inconnue sur l’autoroute de l’humour noir et quand j’ai eu fini mes 14h de shift haha

ASAD

« Un line up trop génial pour un espace aussi petit« 

vend. 14 déc. / Concrete : Rebekah, Paula Temple, Anetha (CONCRETE)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Asad Karim, je suis généralement topless en soirée !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Un line up trop génial pour un espace aussi petit !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Il n’y a eu que des moments sympa. C’était génial quand Anetha a joué Eins Zwei Polizei. Surtout parce que c’était vers la fin de la soirée et donc il y avait moins de monde !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Toute la soiree jusqu’à la fin, j’avais l’impression d’être une balle de ping pong ? hors de contrôle. Tout le monde se poussait. Il y avait beaucoup trop de monde !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Tous les artistes ! Elles sont géniales. Mais celle que j’ai préféré c’est Anetha parce qu’il y avait plus de place pour s’éclater !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je me souviens plus de ce que je faisais a 20h20 le lendemain !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai revu un mec que je vois danser comme un dingue ? à toutes les soirees où je vais surtout celles de Possession.

ALIA

« Acide « 

sam. 15 déc. / Fée Croquer – Kollektiv Warehouse IV (secret place)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Alia, alioche pour les copains. J’ai un côté sombre dû à mon passé de gothique mais je respire quand même la bonne humeur. En soirée je la joue look all black, en teuf par contre j’ai mes chaussures fétiches à scratch fluorescentes et je varie les plaisirs avec des manteaux bizarres.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Acide

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je suis venue avec un de mes potes en pensant ne pas faire toute la soirée au vu de ma semaine de partiels qui arrivait. Une fois bien lancée et avec le son beaucoup trop énervé, obligée de rester. Déjà bien entamée, j’ai même donné d’après mon pote, mon écharpe à un parfait inconnu sans trop le vouloir. Du coup c’est embêtant parce que j’en ai plus et que c’est vraiment pas le moment.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’ai revu un ex qui a refuseé de me dire bonjour genre volontairement (rire)

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

La track Critical Crisis balancée dans la continuité acide du set ; vraiment propre.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je révisais difficilement pour mon partiel de compta avec dans les oreilles la track de 2+2=5 – Wrath histoire d’encore plus me retourner le crâne.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Des gens avec des petites cornes de diables lumineuses, très deter.

Moi en train de chercher mon pote après avoir été aux toilettes

THOMAS

« Perdu d’avance »

sam. 15 déc. / Fée Croquer – Kollektiv Warehouse IV (secret place)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Thomas. Mais mes amis m’appellent F.R. ou France 2. En soirée, j’ai toujours un bomber sur le dos et je suis le mec qui s’obstinera à te taper la discute malgré le volume sonore.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Perdu d’avance ». Pour avoir fait plusieurs Fée Croquer, je me doutais qu’une galère était à prédire.

Raconte nous ta vrille de la nuit

À 6h du matin ! Grosse re-descente quand j’ai compris que quelqu’un étais parti avec mon bomber, le fameux. Clefs et Portefeuille à l’intérieur. Il a fait froid sur le retour…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Lorsque que ma meilleure pote m’a avoué que le mec qui me draguait (je le pensais) était son nouveau mec.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Pawloski qui m’a bien réveillé pour finir la soirée !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais au boulot, à faire des castings. Je surmontais ma fatigue en portant les fringues de ma meuf (R.I.P Bomber).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Croiser un pote de primaire que je n’avais pas revu depuis. Me dire que je ne suis pas le seul fou, de cette époque, à fréquenter ce genre d’endroit !

JOHN

« Titeuf qui s’électrocute en pissant sur une barrière électrique »

sam. 15 déc. / PARKINGSTONE XIX (Trabendo)

Qui es-tu ?

Tchô, moi c’est John, alias Gogolax

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une image : Titeuf qui s’électrocute en pissant sur une barrière électrique. Elle était drôlement forte en atomiseuse de cerveau celle-là !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand un être de lumière m’a donné de quoi passer la soirée dans les étoiles. Je me souviens de rien. Le lendemain j’avais perdu ma bague de famille et mes chaussettes, mais la moiteur nocturne de la veille a noyé ces déboires matériels dans le souvenir de la teuf…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand j’ai embrassé une fille et que j’ai aimé ! À refaire !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Quand IVVVO a passé un remix trash de Bébé Charli, ça m’a fait chialer, mais peut-être qu’il l’a jamais passé et que je trippais juste X)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je jouais à Fortnite

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Cette fille qui souffrait d’éléphantiasis mais qui l’assumait à mort et qui portait un maquillage papillon. C’était ouf parce qu’on oubliait qu’elle était comme ça, elle était monstrueusement belle. Finalement on est tous des freaks dans ce genre de soirée !

Macron qui dab parce que je me sentais comme lui, l’impression d’enculer le monde et de me faire enculer par lui en même temps

FÉLIX

« Liberté »

sam. 15 déc. / Flash Cocotte (NF-34)

Qui es-tu ?

Félix, les vrais m’appellent Fel, jamais sans ma casquette Atlanta enfoncée jusqu’aux sourcils.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

J’utiliserais le mot « liberté » pour décrire cette Flash ; comme toutes les autres !

Raconte nous ta vrille de la nuit

À partir de 3 h tout est parti en amour, je crois qu’on était tous en manque d’affection, et ça fait plaisir.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le truck improbable de la soirée c’est que je me suis tapé des barres avec un videur, d’ailleurs big up au petit avec les cheveux blancs qui m’a rendu ma weed !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Enfin un DJ qui passe un son d’Azealia Banks en plein milieu d’un set house et ça fait du bien !! Aussi le dernier DJ qui a mixé avec un gilet jaune c’était bien drôle !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’émergeais après un after de ouf au 6b…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Y’avait un américain ultra stylé avec des dreads ; j’ai pas pu m’empêcher de lui dire.

ATHIE

« Féerie punk »

sam. 15 déc. / Night Shift ft. Zarkoff & Parma Ham (Urban Spree – Berlin)

Qui es-tu ?

Athie, cheveux roses, si on ne voit pas mes seins ce n’est pas une bonne soirée !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Féerie punk

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand on a ramené (avec la bénédiction du staff de la boîte, on est pas des sauvages) Silke la banane / otarie gonflable du backstage au dancefloor. Silke s’est fait beaucoup d’amis et nous a rappelé à quel point danser avec un truc gonflable rend heureux. Mon amie Tilly s’était fait un maquillage inspiré du théâtre Kabuki, ce qui rendait sa danse avec la banane gonflable géante encore plus parfaite.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Il y avait un couple gay très choupi, un des deux était un garçon batcave ultra bourré avec un haut en résille, et pendant les deux derniers DJ sets il dansait sur la scène pendant que son copain le regardait du public avec une certaine honte.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Okay, ça va être dur de faire un choix. Les drag shows étaient tous très bons, mais celui d’Harle Quing a tout défoncé. Iel avait un maquillage de pinhead d’Hellraiser et s’était rasé l’intégralité du crâne pendant la performance. Le set de la fée post-punk Eris Vardan m’a fait danser avec des étoiles dans les yeux.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais chez moi, avec une gueule de bois certaine, en train de faire revenir des légumes dans une poêle avec mon amie Flora avant de continuer notre marathon Buffy en mode loque.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un garçon du nom de Yannis, qui m’a passé un peu de bière quand je voulais repousser le moment de m’éloigner de la scène pour m’en prendre une nouvelle.

LIV

« Explosivement rétro »

sam. 15 déc. / NEON WAVE #1 Follow the rabbit (Les caves Saint Sabin)

Qui es-tu ?

Mon Surnom : Liv. En soirée, je laisse totalement émerger mon petit grain de folie.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Explosivement rétro », j’étais vraiment plongée dans les 80’s

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je pense que l’heure où la soirée à battu son plein était aux alentours de 3 h. Tout le monde dansait, se lâchait, rigolait ; il y avait une super ambiance, les gens avaient tous l’air de s’éclater

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le truc qui m’a fait le plus rire dans cette soirée : je crois bien que c’est le stand maquillage. Ils étaient tellement sympas et drôles tout au long de la soirée, j’ai eu des fous rires avec eux et j’ai pu admirer leurs performances qui sont devenues de plus en plus folles, improbables et évidement colorées

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sans hésiter je dirais DJ Storb et en particulier quand il a passé son remix de Maniac les gens ont dansé comme des fous il n’y avait plus de limites !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 20 h 20 j’étais chez moi on fêtait l’anniversaire de mon père mais j’étais toujours dans ma rêverie de la soirée de la veille ; je m’étais tellement amusée.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai rencontré beaucoup de personnes qui m’ont marquée ce soir là, tant par leur talent que par leur gentillesse, staff comme clients. Je dirais tout de même que celle qui m’a le plus marquée est la fille qui incarnait Jessica Rabbit, le costume était top et elle était parfaitement dans son rôle, son show était très réussi !

J’avais l’impression d’être dans un rêve, une petite bulle hors du temps où j’avais l’impression que tout ce dont je devais me soucier était de m’amuser avec mes amis et mon copain ; c’était vraiment un moment extraordinaire il y avait plein d’animations : blind, test, magie et j’en passe, tout était fait pour que tout le monde s’amuse.

FLORIE

« Abyssale »

sam. 15 déc. / Gang Bambi des Abysses (La Java)

Qui es-tu ?

Florie Tournelle, philanthrope nocturne, ou presque

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Abyssale. On avait tous l’air assez loin de la surface

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je pensais que c’était à l’heure où on a décollé pour la soirée, on était chauds comme des bulots, mais non…Les premières performances ont fait monter la température, la dernière de Bosco Noire et ses danseurs a fait vriller tout le monde c’était MASSIF !! Rex the Dog a pris la suite, c’était parti !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Je ne m’arrêtais pas de mettre la tête dans une méduse en plastique nacrée…trop attractive !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Dur à dire… avec Bragi tout est bon, <3.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Hmmm junkfood & comatage

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Laura : Bottines rouges > combi de plongée RipCurl collector edition « Sardines » > Rouge à lèvre rouge > manteau de fourrure. Markus Ȼhaak en princesse des fonds marins.


ADAM

« Tranquille »

sam. 15 déc. / Bizarre Love Triangle #BLT (Maxim’s)

Qui es-tu ?

Hello, moi c’est Adam j’ai 21 ans. Si tu veux me repérer en soirée j’ai systématiquement des larmes sur mon visage (des fois du make-up, des fois des vrais… souvent des vrais ¯\_(ツ)_/¯ ).

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Tranquille je dirais. J’ai fais pas mal d’excès récemment donc je me suis beaucoup modéré ce soir là à vrai dire !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Ce moment où j’entame un verre tout en sachant que j’ai un ticket pour en prendre un autre après… meilleure des sensations??

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Pas vraiment, j’étais assez focus sur le son et mes verres je dois vous avouer. Vous m’auriez demandé une semaine plus tôt je vous aurais sorti un témoignage collector je suis un peu deg…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Red axes – Disco Arp. C’est typiquement le genre de son qu’Emmanuel passe à cette soirée et que j’aime trop. Je passe mon temps à shazamer tout et n’importe quoi à la BLT, c’est pour ça que j’y vais pratiquement tout le temps d’ailleurs.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans le RER pour rentrer chez moi, en train de faire un bad trip super sale de caféine (ce n’est même pas une blague j’en reviens toujours pas…?).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Peut être ce garçon avec un béret chasseur, il m’a fait un gros pouce en l’air avant de partir ; il dégageait de bonnes vibes. Mince, je me rendscompte que j’aurais du sans doute aller lui parler.

Moment ressenti quand il faut que je traverse toute la foule en bas pour pouvoir aller devant là où le son est le plus profitable

MAX

« Puissante et chargée en découverte »

sam. 15 déc. / Samedimanche: Derrick May, Helena Hauff, I Hate Models (Concrete)

Qui es-tu ?

Max mais on m’appelle aussi BXAM, maxou, maxouille et parfois même Philippe ! En référence à Hitman le cobra (wink)

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Puissante et chargée en découverte ?

Raconte nous ta vrille de la nuit

Oula tout le long de la soirée c’était un bonheur, une joie, et de l’amour total

Dès le début lorsqu’on a commencé le before à base de grosse techno dans la vagot. Le fait de revoir mon coloc que je n’avais pas vu depuis deux semaines. Ensuite il y a eu la tentative de traversée de périph mais ça n’a pas marché ; du coup on a fait le tour pour arriver à Concrete. C’était ma toute première Concrète ; du coup ouais y’a eu aussi la découverte du spot qui est vraiment trop ouf. Et le climax de mon bonheur c’était après quelques bières et shoots, sur les coups de 2 h devant le set de SAMA.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Probablement l’asiate qui voulait pêcho notre amie

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

SAMA. Déjà que de base ça boiler Room m’avait scotché, mais là c’était une pure claque. Elle a tellement une énergie et elle le véhicule vraiment bien. Level Up

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

En train de me réveiller chez moi ne comprenant plus rien à la vie et en dégustant ma gueule de bois.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Bonne question ! ça me reviendra peut-être un jour.

 

EUGÉNIE

« Enrichissante »

dim. 16 déc. / Samedimanche: Derrick May, Helena Hauff, I Hate Models (Concrete)

Qui es-tu ?

Eugénie, Eugé. Toujours inondée de paillettes un peu extravagantes.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Enrichissante

Raconte nous ta vrille de la nuit

18h : le set de Rag avant d’aller voir Helena Hauff. La musique un peu alternative et les gens qui dansaient tous différemment. Je les aimais tous, ils étaient tous beaux.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

La fille derrière qui raconte que la veille elle a perdu son t-shirt a la Concrete en enlevant sa robe et en se retrouvant boobies à l’air dans la queue.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Glitter & Rag, c’était vraiment un délire’ éclectique et tellement dansant…, j’ai littéralement adoré.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je m’expliquais avec mon ex, mais mon esprit est resté avec I Hate Models et les lumières trop stylées.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le mec méga perché qui nous a dit « En 2018 un iPhone, c’est une boucle d’oreille ». Big up mec tu as fait rire le groupe de 10 avec qui on discutait.

BAPTISTE

« Rocambolesque »

dim. 16 déc. / Gloria – All Day Long w/ Lovefingers • Lacchesi • Moksha • Youl (Macadam – Nantes)

Qui es-tu ?

Baptiste, le mec en cagoule et paillettes.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

En un mot : rocambolesque !

Raconte nous ta vrille de la nuit

18 h (je crois) : la fin spectaculaire du set de Youl, un imbecile a appuyé sur l’interrupteur allumant toute les lumières du club l’espace de quelques minutes ; imperturbable, la foule a continué à taper du pied et danser comme jamais ! J’ai pu voir tous les danseurs en costumes improbables continuer à communier devant le son : un feu d’artifice de couleur, de lumière, de mélange des chairs et des visages en extase. Un vrai délice visuel.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Je garde l’image de ces deux mecs tête dans le son, l’un torse nu pourtant une jupe jaune à poids et l’autre en veston moumoute et chemise filet de pêche … tu vois ça qu’à une Gloria.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le closing de Moksha et GTI (resident Macadam/Androgyne) ! Lovefingers ayant loupé son vol pour venir mixer au Macadam (long moments de pleurs collectifs). Ni une ni deux GTI est allé chercher ses vinyles et Moksha c’est remis en piste. Les gars ont improvisé un set coloré et qui tabasse : impeccable. Comme d’hab on a tous fini les mains au ciel et les sourires gravés sur les visages ; le tout sous les lumières de la boule à facette. Bravo les mecs !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je dînais avec mon chéri, je pensais à ce super mélange riz/lentilles/quinoa/champignon qui était à son tour en train de danser dans mon palais. Enfin un vrai repas après ce week end diet… !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne qui m’a marqué : Baptiste , mon acolyte de toujours, virevoltant à travers la foule, déchaîné dans son long manteau de fourrure… il distribuait beaucoup d’amour.


Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

« N’attends pas la fin de la soirée si tu veux te taper le capitaine du bateau »


Dégif

Dégif du weekend #22 : soutenable légèreté de l’être & pureté de la fête


Dégif

Dégif du weekend #33 : la nouvelle thérapie


Dégif

Dégif #133 : « J’essayais de suivre son rythme, d’apprendre sa chorégraphie, je me suis juste pété le bas du dos”