Les Nuits Sauvages

Derrière le Deck #26 : « On a pu découvrir le plaisir d’uriner dans une baignoire sans séparation, alignés avec dix autres types tous là à se regarder du coin de l’oeil, un peu gênés » – Heeboo
Rainer Torrado

Derrière le Deck #26 : « On a pu découvrir le plaisir d’uriner dans une baignoire sans séparation, alignés avec dix autres types tous là à se regarder du coin de l’oeil, un peu gênés »

Derrière Le Deck - Janvier 21, 2020

Rainer Torrado

La teuf, la teuf, encore la teuf, toujours la teuf. Vous en avez pas marre ? Non ? Vous voulez pas essayer d’aller dormir pour voir, pour une fois ? Juste une nuit ? Même pas quelques heures. Non plus ? Tant mieux. Une fois n’est pas coutume, cette semaine, Paris dansait aux rythmes des djs. Ils vous racontent leurs tribulations nocturnes parfois (un peu trop) insolites. Soyez pas fiers teuffeurs !

Ici Sans Merci

« Open-minded« 

sam. 17 janvier – Minimal Maxima II : Ici Sans Merci, Jamaica Suk, Heartthrob (Sierre Neon)

Qui es-tu ?

My name is Ismaël. All my friends call me Ici. My artist name is Ici Sans Merci I’m a DJ from Amsterdam.

Je m’appelle Ismaël, mais tous mes amis m’appellent Ici. Mon nom d’artiste c’est Ici sans Merci, et je viens d’Amsterdam.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

A really cool and open-minded party.

Une fête vraiment cool et ouverte d’esprit.

Raconte nous ta vrille de la nuit

The moment I played my first track, i immediately felt a connection with the crowd and this felt like coming home

Au moment où j’ai joué ma première track, j’ai tout de suite senti la connexion avec le public, j’avais l’impression de rentrer à la maison.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

My friend got lost at the party and I found him in the corner French kissing two French girls at the same time.

Mon ami s’est perdu à la fête et je l’ai retrouvé dans un coin entrain de rouler des pelles à deux françaises en même temps.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

I liked Jamaica Suks darkish and deep set and also Dustina’s set that was more uptempo and refreshing.

J’ai bien aimé le set bien deep et dark de Jamaica Suks, et aussi celui de Dustina qu’était rafraîchissant et plus uptempo.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

We went to the afterparty at a cool venue orginized by Minimal Maxima for the djs and friends ‘it was absolutely fantastic’.

On est allé à l’after dans un endroit super cool organisé par Minimal Maxima pour les djs et leurs amis, c’était vraiment fantastique.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mostly I was impressed by the crowd and vibe of the party. The open minded queer scene from Paris was even better represented then I expected . Everybody was really going for it. Also special thanks to minimal maxima and their crew, for making this happen and supporting the queer community.

J’étais vraiment impressionné par le public et la vibe de la soirée. L’esprit queer et ouvert d’esprit de la scène de Paris était encore mieux en vrai que dans ma tête. Tout le monde était vraiment à fond. Aussi je tiens à remercier Minimal Maxima et leur crew, pour organiser ce genre de soirée et soutenir la communauté queer.

MINIMUM SYNDICAT

« Intimiste »

dim. 19 janvier – Fashion Week : Acupuncture – RAW x 23:59 (Rex Club)

Qui es-tu ?

David / Venkman / Je suis le gars qui remballe des kilomètres de jacks à 6h du matin en m’éclairant avec mon téléphone pendant que vous faites la fête.  

Jmi, le gars qu’on prend toujours pour un vigile…

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Intimiste et rafraichissante. 

Raconte nous ta vrille de la nuit

Pendant notre live. On avait le club à nous en petit comité, nos comparses de RAW derrière, on était chauds et les gens aussi, donc ça a bien connecté.  

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Envoyer de l’acid psychédélique à 150 bpm au Rex un dimanche soir avec une coupe de champagne, dans notre plan de réalité c’est déjà assez cocasse/improbable/absurde…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le pote Illnurse, toujours aussi efficace dans le mélange techno/EBM with attitude. 

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Ironie du sort, c’était le « blue monday », le jour le plus déprimant de l’année selon les scientifiques de l’Université de Cardiff. Mais on a connu pire. 

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Pas une personne en particulier mais le tableau d’ensemble : c’était une évènement relié à la fashion week, donc niveau look on était pas dans le métro. 

F/cken Chipotle

« Lumière bleue »

sam. 18 janvier – Chosen Family — édition grave (La Station – Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Ficken ou Chipotle, mes amis ont même oublié mon véritable prénom, c’est triste.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Lumière bleue.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 2h30, quand au bout d’une demi heure de set, je me suis retrouvée devant les platines à plus savoir ce que j’étais supposée faire. Ça m’arrive souvent, comme si je me réveillais d’un mauvais rêve : qui suis-je, que fais-je, comment m’en sors-je ? Ça me fait toujours beaucoup rire (intérieurement), et ça ne dure généralement qu’une seconde et demi. Puis j’avais ma favourite gogo danseuse derrière moi qui s’ouvrait les mains avec une boule disco géante qu’il brandissait au dessus de ma tête, c’était surréaliste et ça m’a clairement vite reconnecté à la réalité absurde et belle au fond, du moment.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

La tête des gens quand ils me voyaient dans les backstages, j’sais pas pourquoi mais les gars de la Station avaient mis une lumière bleue un peu partout et j’avais une polaire jaune fluo… Autant te dire qu’y’en a plus d’un qui a eu l’impression d’avoir avalé un buvard par mégarde.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un trou normand called Black Sabbath. Oué, j’ai osé, et c’était terrible. Puis c’était un peu une déclaration d’amour aussi. Aouh aouh aouh. 

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Pas d’after pour moi, plus l’âge, plus l’envie, plus la foi, mais certains de mes potes se sont pas couchés avant.. très tard le lendemain. Je me demande d’ailleurs encore où ils en sont…  Du coup à 20H20 le lendemain, je rentrais d’une séance de chamanisme 4.0 dans un local poubelle, où j’ai dû avaler de la gélatine au Get 27 et faire quelques confessions… Légère comme jamais.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un certain Julien en backstage, très drôle, gentil, tout mignon, éclaté au possible.

Herr Mike

« TECHNO!!! »

sam. 18 janvier – Chosen Family — édition grave (La Station – Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Salut salut Michael, aka Herr Mike. Mon signe particulier en soirée toujours en survêt’ Air Max, il faut être à l’aise

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

TECHNO!!!

Raconte nous ta vrille de la nuit

Mmmh, toute la soirée c’était un bordel mais je dirais quand j’ai passé le dernier track de la soirée j’ai fini avec Breathe de The Prodigy, les gens ne l’ont pas vu venir ça a crée un bon petit bordel !!!

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Deux mecs un peu trop chaud sont montés sur la scène danser devant moi trop bourré. Ils sont montés à deux, ils sont tombés à deux lol (les pauvres).

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Clairement le live de Wallis je passais juste après elle elle m’a grave mis la pression son live et super lourd elle a bousillé à balle !!

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais à porte de Versailles à une soirée hip-hop c’était grave nul ça va y avait du champagne à l’œil hahaha.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Bah personne je porte pas mes lunettes quand je mixe du coup je vois rien lol.

TOMAR

« Dantesque ! »

sam. 18 janvier – Dehors Brut x Newtrack (Dehors Brut)

Commencez à écrire ou saisissez « / » pour choisir un bloc

Qui es-tu ?

Tomar = Töm + Polar. Jordan Polet / Tom Dugoua , DJ/producteurs depuis maintenant 3 ans, résidents Newtrack, toujours habillés en noir.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Dantesque ! Il y avait de tout, c’est passé par tous les moods, ça s’est jamais vraiment arrêté, on est encore essoufflé.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je crois qu’on est tous les 2 d’accord pour dire, et c’était prévu, que c’est parti en couilles au moment ou The Horrorist a pris le micro! Tout le monde n’attendait que ça finalement, et il a été amené de la meilleure des manières par nous et Thomas Delecroix.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

C’était une première à Dehors Brut pour nous, et on a pu découvrir le plaisir d’uriner dans une baignoire sans séparations, alignés avec dix autres types tous là à se regarder du coin de l’oeil un peu gênés jusqu’au moment où l’un d’entre eux a sorti : « C’est bien les gars c’est pas un concours personne ne juge, soyez en paix avec vous même »

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

On a déjà parlé de The Horrorist, donc parlons de celui qui a terminé cette date de folie : Opak. C’était dur et intense, ça s’arrêtait jamais vraiment ! Belle perf !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Pour être honnête, on a fini un peu tôt au petit matin, donc a 20h20 … on était dans nos lits respectifs et je peux en être sûr car on vit en coloc et on peut te dire qu’on entendait les mouches à cette heure là dans l’appart !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

On a eu droit à tous styles ce samedi ! C’était très éclectique, un homme en chapeau d’Asterix nous a bien fait rire.

Le moment où on a fini de jouer, ultra heureux de notre première dans ce lieu : et qu’on a commencé à devenir des vrais gamin haha.

FAAST

« Pas si sainte »

ven. 17 janvier – Sainte Rave # 1 • Scratch Massive (BADABOUM)

Qui es-tu ?

Camille aka FAAST, si t’entends « VROUM VROUM » c’est que je suis derrière les platines.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une Sainte Rave pas si sainte que ça… (émoji diable)

Raconte nous ta vrille de la nuit

Lorsque j’ai passé DJ Visage – Formula 98, c’est un peu ma signature de closing de set, les gens sont trop heureux de danser sur cet hymne des années 90s, des cris de joie et surtout pas de « Allez làààà » on n’a pas le time pour ça !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Le superbe concert de Scratch Massive venait de se terminer et un gars s’approche de moi en me demandant si j’étais bien « FAAST », il ramène deux  potes et me demande de prendre un selfie tous ensemble. Improbable mais ça m’a beaucoup fait rire et touché. J’espère qu’ils ont kiffé leur soirée ! 

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Difficile de choisir mais franchement le set de Kiddo était vraiment bien, elle a mis le feu en ouverture de soirée avec sa techno c’était parfait !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans la voiture avec ma pote et ma meuf direction la Garenne Colombe pour un anniversaire, au bout de ma vie après 3h de sommeil je rêvais surtout de mon lit. On a fini par s’endormir bercées par Céline Dion…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Quand j’ai vu ma pote Juliette débarquer dans le club avec son bob « Haribo » bleu pétant ! Ce qui ne l’a pas empêchée de pécho plusieurs fois dans la soirée

Jan Decent

« Sexy »

sam. 18 janvier – Belleville Boogie : Steven Julien aka Funkineven & résidents (La Java)

Qui es-tu ?

Yann. On m’appelle aussi Jan Decent. J’ai toujours un appareil photo autour du cou sauf quand je mixe

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Sexy. C’est comme ça que je qualifierais les sons que joue ou produit Funkineven ainsi que la manière qu’il a de mixer

Raconte nous ta vrille de la nuit

C’était avant la soirée, à 18h15. Je conduisais la voiture entre gare du nord et un hotel à Belleville avec Steven (Funkineven) et Alex (Lemon McWright)
1h40 pour faire 4 bornes, du délire !! A peine au bout de 15 minutes l’atmosphère s’est bien détendue dans la bagnole lorsqu’on a commencé à parler de ce sujet très important des pets sur le dancefloor. C’est à ce moment là que la soirée a démarré.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Lorsqu’un mec s’est allongé sous le booth. Comme je suis naïf j’ai voulu le prendre en photo genre « le mec est en train kiffer le son d’une manière marrante ». Mais non, il était juste en train de se poudrer le pif !! Un gars derrière moi m’a grillé, et je lui ai dit : “Merde je suis un vrai bisounours!”

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Steven (Funkineven) a joué Modal par My Girlfriend à 2h35. Ce titre est vraiment représentatif de l’esthétique de la soirée Belleville Boogie. C’est ce morceau là qui a fait entrer tout le monde dans le tunnel infini de la danse

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en train de commander des brioches grillées au porc dans un resto de la rue de Belleville, à me dire que je pourrais surement remplir une voiture avec toutes celle que j’ai mangées dans ma vie.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un gars avec un sarong et un t-shirt “Agents en grève illimitée” a passé absolument 100% de la soirée sur le Dancefloor. Zéro pause. Il était devant le booth à 00h05, en transe pendant 6 heures !

J’ai passé un peu de temps à l’entrée, vers 3h j’ai vu une fille se faufiler et passer devant une vingtaine de personne pour se coller à la caisse. Elle a commencé à se faire défoncer par tout le monde, et a compris sa connerie. Au lieu de se remettre dans la queue elle est resté un bon quart d’heure devant la caisse en attendant son tour, à se faire déchirer et huer par tout le monde, impassible. Impressionnante de culot !

Cendre

« Petit Jésus en culotte de velours »

ven. 17 janvier – Pimp My Queer #7 – Incisor Edition (La Java)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Cassandre mais mon nom de scène c’est Cendre. En soirée je porte systématiquement des bottes à talons; parfois aussi j’ai des paillettes dorées plein la bouche.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Comme un petit Jésus en culotte de velours.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Dès que Léonie Pernet a démarré son set c’était parti. La salle était déjà chauffée par la scène ouverte drag king/queens qu’il y avait eu juste avant mais là c’était autre chose que de la chaleur, tout est devenu électrique.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Ce moment ou ivre, un gars a cru que c’était une bonne idée de sauter par dessus la rambarde du fumoir. Rien de cassé heureusement, mais c’était un geste assez fascinant, pas vraiment une chute mais un affalement comme s’il avait abandonné son idée en plein milieu de l’action.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Oulà il y en a tellement… Déjà je suis fan de Léonie Pernet, alors me retrouver sur le même line-up qu’elle comment dire que j’en revenais pas ? Ensuite il y a eu le set de Vignerouge – je cherche toujours à comprendre son secret pour faire des sets qui tabassent autant sans qu’on ne s’en lasse jamais. Et enfin le track qui m’a marqué c’est un morceau que j’ai passé : Play with me (Bellfire Mix) de Boca. Ça fait quelques mois que ce track m’obsède, alors avoir enfin l’occasion de le passer en club et voir tout le monde s’éclater dessus c’était un moment assez unique !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais au fond de mon lit en train de soigner une vilaine sinusite, et je me disais que je ne regrettais absolument aucun de mes choix !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je suis tombé amoureux dix fois, tout le monde était trop beau.

Juliette Ache

« FANTASQUE »

ven. 17 janvier – Pimp My Queer #7 – Incisor Edition (La Java)

Qui es-tu ?

Juliette / surnom : (j’en ai pas c’est fou, du coup je mets mon nom de DJ – que je vais d’ailleurs changer dans pas longtemps, désolée c’est très confus): Juliette Ache / signe particulier: j’adore mettre des T-shirts avec des messages qui claquent faits par mes soins, le dernier en date c’était « In the Moule for Love ».

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

FANTASQUE

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je dirais vers 3h au milieu du set de Léonie Pernet, j’ai comme eu l’impression que les gens sont devenus habités par un truc (peut-être la musique, l’ivresse ou les 2). Et ensuite, Vignerouge, Transterror et Kelyboy ont terminé le game.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Un mec avait une cagoule noire pailletée qui couvrait totalement son visage, je trouvais ça vachement stylé mais je me demandais comment il pouvait faire pour repérer un.e target… Peut-être que c’était justement pour qu’on lui foute la paix, dans ce cas bien vu.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Léonie Perneeet. Purée ça fait méga fan girl mais soyons honnêtes ça claquait. La track que j’ai shazam en cachette j’avoue: Viers – Let My Mind Breathe. Y’en avait une autre que j’ai bien aimée à la fin un peu plus hip-hop / trap mais j’étais en train de filmer à ce moment là je crois.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je comatais chez moi en me disant que c’était peut-être le bon moment pour reprendre le Sec Janvier (ouais ouais j’avais pris cette résolution), avec lequel j’étais en rupture depuis quelques jours.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La drag queen Lady Madinou qui nous a fait un show assez pointu en chantant toutes sortes d’expressions raffinées pour désigner l’acte sexuel, le fait de se faire péter la rondelle en quelque sorte, c’était dans ce ton-là tu vois mais avec une voix vachement innocente, avec un petit numéro de contorsionniste à la fin franchement c’était bijou!

Je sais pas pourquoi, c’était peut-être grâce aux drags mais j’ai trouvé que y’avait un côté fancy madness à cette Pimp.

Mitsu Kamal

« You’ll never believe me »

ven. 17 janvier – Esprits Croisés x Grabuge : Alice au pays de la techno (Les Caves Saint Sabin)

Qui es-tu ?

Mon nom de scène c’est Mitsu K. A cette soirée j’avais une couronne de lierre sur la tête !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

“If I tell you what you’re about to experience, you’ll never believe me !“ … l’histoire d’une vie quoi…

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le moment où le track Millenium Pain (ナルト Mix) de Trym a été balancé vers 3h30, l’intro pose les bases, les gens sortent naturellement le poppers et se synchronisent avec le drop ! Je ne voulais pas spécialement que ce soit ce track qui fasse vriller la foule mais vu la bête on pouvait s’y attendre.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Ce qui m’a fait marrer c’est que les gens s’entassaient sur la scène secondaire, bouchant carrément le passage central de la soirée, mais en fait c’est parce que les gens n’ont capté qu’une heure après être rentrés qu’il y avait une scène principale deux fois plus grande plus loin dans les caves ! 

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Celle qui m’a marqué c’est Clair – VIII (Immortal Mind) que je devais passer après celle de Trym justement, elle m’a marqué parce qu’elle a fait planter ma platine (pourtant je l’avait récupéré sur bandcamp). Moment de panique et sueur froide mais j’ai finalement réussi à débloquer le bail et continué le set sans interruption. Bah du coup je vous invite à l’écouter, j’avais quand même le seum de pas pouvoir la passer, je l’adore !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Comme on organisait la soirée et qu’on avait amené un Soundsystem, il fallait bien quelqu’un pour ramener le camion à Cergy au petit matin. J’ai eu la chance de pouvoir honorer cette responsabilité ! Et du coup le soir, bah mes potes m’avaient organisé un anniversaire surprise, malgré le niveau de fatigue élevé pas le choix hein, c’est repartis en pintes de Chouffe !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y avait un stand de body painting UV par @gulagalerie on eu le droit à un panel de créatures bien sympa ! Celle qui m’a le plus marqué c’est Piwy, il avait tout le visage peint un peu à la Dark Maul ; avec sa barbe rousse bien garnie je pense qu’il en a effrayé plus d’un !

Mon associée : « Mitsu, tu penses qu’on devrait encore laisser rentrer les gens ? »
La soirée : 

ANecDote

« Osmose parfaite »

ven. 17 janvier – Esprits Croisés x Grabuge : Alice au pays de la techno (Les Caves Saint Sabin)

Qui es-tu ?

ANecDote ou Amau (Amaury)

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La première mais pas la dernière !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Déjà pendant le set avant que je commence, tout commençait à partir en beauté et j’ai vraiment eu le déclic sur un track que j’ai posé où j’ai vu la salle partir dans une osmose parfaite ! Vraiment ouf à voir ce genre de moment !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Les gens sont devenus tellement fous à la fin qu’ils ont voulu tout casser sur la première scène qu’on avait montée (on a la vidéo pour ceux qui veulent)

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Quand l’artiste juste avant moi (Mitsu K) me dit lors de son track de closing « c’est ça Grabuge x Esprits Croisés » (la collab de nos deux collectifs pour la soirée) Merci Mitsu (émoji coeur)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Comme nous faisions aussi parti de l’organisation de la soirée, j’étais vraiment crevé le lendemain avec la pression qui retombait. Du coup, à 20h20 le lendemain c’était resto chinois avec ma copine

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un de mes très bons potes a toujours le don de dénicher les meilleurs habits pour sortir et la meilleure danse pour mettre le feu sur le dancefloor ! Pas besoin de plus de commentaire tout le monde sait de qui je parle !

Beirlyngräd

« Poppers »

ven. 17 janvier – Esprits Croisés x Grabuge : Alice au pays de la techno (Les Caves Saint Sabin)

Qui es-tu ?

Beirlyngräd, c’est juste deux potes (Robin et Eddy pour les nommés, un peu trop fan de techno.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Poppers ahah. A la fin de la soirée, t’avais l’impression d’en respirer h24 tellement les gens se sont tués a ca, on en a rarement vu tourner autant.

Raconte nous ta vrille de la nuit

C’est vers 2h que c’est parti en vrille. Les caves étaient pleines à craquer, c’était un bordel monstre mais les gens étaient tous souriants et de bonne humeur, ça faisait super plaisir.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

On est sorti de la boite et Robin avait son verre. Le videur l’a embrouillé et au final il voulait plus le faire rentrer mais genre vraiment. Du coup on a attendu 40min dehors qu’il parte pour re rentrer. On a pas mal stressé mais en y repensant c’est vraiment super drôle.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Après que le patron nous ait demandé de couper le son tout le monde gueulait et en revoulait. Du coup on a lâché un p’tit dernier track : F le 17 de Casual Gabberz. Les gens étaient tellement excités qu’ils ont failli foutre en l’air la scène c’était génial

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

On était comme des larves devant Netflix à attendre un Macdo, l’after a un peu trop duré ahah.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Tous nos potes sont venus pour l’occasion, y en avait un (entre autre) qui faisait que gueuler notre nom, j’crois qu’on a pas une video ou on l’entend pas ahah. Ca fait toujours super plaisir d’être soutenu par la miff.

C’était un sauna le bordel

Neri J

« Love Aciiiiid »

sam. 18 janvier – Projet Symbiose: Chapitre 3 (Secret Place)

Qui es-tu ?

Hi! My name is Nerija aka Neri J and I am Dj and producer from Copenhagen. Love Aciiiiid.

Hey ! Je m’appelle Nerija, aka Neri J, et je suis une dj et productrice originaire de Copenhague. J’adoreeee l’Acid.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Impressive visual arts and what a beautiful crowd <3

Les visuels étaient impressionantes, et la foule était magnifique <3

Raconte nous ta vrille de la nuit

The best part of my night was to see crowd reacting very well and being so responsive to pretty hard and fast, part of my set. Seeing people jumping and screaming, that’s what I call a good night.

La meilleure chose de ma soirée c’était de voir les gens réagir positivement et être à fond sur des parties très dures et rapides de mon set. Voir les gens sauter et crier, c’est ça une bonne soirée.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

The venue’s chandaliers, I thought they were funny and cute.

Les chandeliers du lieu, ils étaient marrants.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Cannot remember a specific track but I liked previous Dj SCALAMERIYA. I also thought that  the performers of the night was incredible. We do not have so many performances during the parties, back home.

Je me souviens pas d’un track en particulier, mais j’ai bien aimé Scalameriya. J’ai aussi trouvé les performances de la soirée incroyables. On n’a pas beaucoup de perf à Copenhague pendant les soirées.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Had an lovely afterparty with a beautiful people <3.

J’étais à un super after avec que des belles personnes <3.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

I could not specify one exact person, there was so many impresions  during the night! I have to say I met lot of cute people and some  of them  were pretty special. <3 Can not wait to come back!

Je pourrais pas préciser une personne en particulier, j’ai eu tellement de coups de coeurs pendant la nuit. Je dois dire que j’ai rencontré plein de belles personnes, et certaines étaient vraiment spéciales. J’ai vraiment hâte de revenir !

Samantha Togni

« Perfect Sweaty Mess »

sam. 18 janvier – La toilette XXXY # Telephone Rose (LE DEPOT)

Qui es-tu ?

My name is Samantha Togni I am based in London and I play music not for the faint of heart.

Je m’appelle Samantha Togni, j’habite à Londres, et je joue pas de la musique pour les faibles du coeur.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

A perfect sweaty mess

Un bordel parfait et transpirant.

Raconte nous ta vrille de la nuit

When you are playing the closing set and get asked to carry on playing because people have no intention to leave… it’s always a nice feeling.

Quand tu joues pour le closing et qu’on te demande de continuer à jouer parce que les gens ont pas du tout envie de s’en aller… C’est toujours un bon sentiment.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Just generally had a proper laugh with the sound person who was in the booth with me, there was quite few people jumping in front of us and doing all sort of moves, we found it hilarious.

J’ai vraiment bien ri avec la personne qui s’occupait du son avec moi dans le booth, y avait pas mal de gens qui sautaient et qui faisaient n’importe quoi devant nous, on trouvait ça marrant.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Was playing out a bunch of new songs for the first time and was really looking forward to test them on the dancefloor! Don Woezik new realease for Ismus is insane and also watch out for the new songs Einslieder is realising… Total bangers!

Je jouais des nouveaux sons pour la première fois, et j’avais vraiment hâte de les tester sur le dancefloor ! La nouvelle sortie de Don Woezik pour Ismus est incroyable. Aussi guettez bien les nouveaux sons de Einslieder, ils sont dingues.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

The day before I was in the studio working on some new tracks I am releasing in the next few months, the day after I was having a dance at Unfold, which is one of the best parties happening in London at the moment.

Le jour d’avant j’étais en studio en train de bosser sur des nouveaux sons que je vais sortir le mois prochain. Le jour d’après j’étais à une soirée à Unfold, une des meilleures soirées du moment à Londres.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

The general energy was amazing, I can’t pick just one person…but definitely I was impressed about seeing so many familiar faces that stayed till the very end. I felt the love!

L’énergie en général était incroyable, je peux pas choisir une personne… Mais j’ai été impressionné de voir autant de visages familiers, qui sont restés jusqu’au bout de la nuit. J’ai senti l’amour !

Axel Zacharie

Articles similaires

Plus d'articles

Dégif

DÉGIF du weekend #03


Dégif

Dégif du weekend #58 : « mon numéro de téléphone ? 06 666 666 »


Derrière Le Deck

Derrière le deck #7 : « Sa chemise ressemblait au papier peint du club, dès qu’il se collait aux murs on aurait dit qu’il se camouflait ! »


Otto Zinsou

Dégif

Dégif #141 : « Il était 2 h 36, j’étais trempé de sueur, je baignais dans l’alcool et je nageais dans le bonheur »