Les Nuits Sauvages

Derrière le Deck #24 : « Une nana a réussi à rentrer dans la zone VIP sans bracelet, avec des sushis sous le bras, en prétendant ramener de la nourriture aux artistes » – Heeboo
Victor Maître

Derrière le Deck #24 : « Une nana a réussi à rentrer dans la zone VIP sans bracelet, avec des sushis sous le bras, en prétendant ramener de la nourriture aux artistes »

Derrière Le Deck - Janvier 7, 2020

Victor Maître

Pour le nouvel an, quand t’es artiste, l’idée de jouer partage. Certains préfèrent teuffer avec leurs potes et oublier leur statut d’ambiançeur, le temps d’une nuit, pour quelques heures. D’autres voient en cette nuit, l’occaz de faire ce qu’il savent faire le mieux, entourés des gens qu’ils aiment, et parfois même, de se faire un gros billet, voire même plusieurs petits billets. C’était le nouvel an des djs, de Paris à Berlin, et c’était chouette apparemment !

MINIMAL VIOLENCE

« Un peu le bordel »

mardi 31 décembre – New Ear – NYE 2019/20 (Tresor, Berlin)

Qui es-tu ?

Minimal Violence. Ash Luk & Lida P. On fait de la hardcore sur des logiciels et on joue live (mais ce soir là, on faisait un dj set, ce qui est rare, de 4h30 à 7h30)

Minimal Violence. Ash Luk & Lida P. We make hardware hardcore and play live (although the night in question was a rare DJ set from 4:30-7:30)

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Passé 4h du matin au nouvel an à Berlin… a-t-on vraiment besoin d’en dire plus ? Un peu le bordel quoi.

Post 4am NYE Berlin….need we say more? A little messy. 

Raconte nous ta vrille de la nuit

Il y a ce moment où la vitesse de la musique a fait bouger les corps plus vite que les esprits. Je pense que ce pick-time était quelque part vers le Eye Opener de DJ Brisk et DJ Trixxy. Ash connaissait les paroles et en chantait chaque mot. Jouer ce morceau procure un sentiment très fort et voir toute la salle aller à fond sur un morceau de hardcore joyeux à 170 bpm à 6 h 30 du matin, c’était vraiment incroyable.

At one point speed wise we definitely hit that body moving faster than the mind zone. This may have peaked somewhere during Brisk and Trixxy’s Eye Opener to which Ash was fully singing along word for word. That song is particularly fulfilling to play and seeing a room full of people going full force to 170bpm happy hardcore at 6:30 in the morning is extra satisfying. 

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Je ne sais pas si c’était drôle ou juste super chiant en fait, mais une chose est sûre, c’était totalement absurde. Il y avait ce mec au premier rang qui n’arrêtait pas de lever son doigt et de le pointer sur nous, pendant JE NE SAIS COMBIEN DE TEMPS, et on a sérieusement dû se contenir pour ne pas le claquer. Et autour de lui, il y avait ce groupe de mecs qui ne dansaient pas, ils restaient là à nous fixer et à épier le moindre de nos gestes ; on aime à penser qu’ils étaient juste trop défoncés pour danser, mais ils faisaient vraiment flipper.

Not quite sure if this was funny or just generally annoying, but definitely absurd. There was one single guy in the front row who just held his finger pointing at us for I don’t know how long but we both had to resist the urge to slap it. Surrounding him was also a rotating group of non-dancing dudes who were hanging over the DJ booth watching our every move, we would like to believe they were just too high to dance but I think they were just creeping. 

Un souvenir cocasse ?

Notre plus grande impression ce soir là, c’est celle que nous a fait Berlin, en pleine descente vers le Nouvel An, et ce qui nous a le plus marqué, ce sont les pétards qu’il fallait esquiver sur le chemin vers le club, et le verre brisé un peu partout. On a également essayé de faire une sieste juste avant, vers minuit, on s’est fait réveiller en trombe par les feux d’artifices qui illuminaient la chambre. C’est peut-être un peu pour ça qu’on se souvient pas bien du show en général, on était un peu choqués ! Puis sur le chemin du retour à 8h, il y avait deux mecs plus vieux au coin de la rue qui balayaient consciencieusement le chaos dehors en de belles piles toute nettes.

The biggest impression of the night was just the pure madness that Berlin descends into on NYE, what stuck out most was dodging fireworks on our way to the party and walking over broken glass. We also tried to pre-nap through midnight and woke up to a barrage of fireworks that lit up our whole room, maybe some residual shock from that is why we can’t remember much about the show. On the way back home at 8:00 there were two older men dutifully sweeping the chaos into neat piles on the street corner. 

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Franchement, on était posés devant Netflix sur le canapé, avec notre chat, et on mangeait des raviolis.

Honestly, just watching trashy Netflix on the couch with our cat after eating so many dumplings for dinner. 

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y avait quelques danseurs devant, sur les côtés, qui se démarquaient. Puis quelques personnes avec qui on avait déjà parlé sur Instagram qui sont venus nous voir et ont dansé pendant tout le set, c’était très spécial. Mais ce qui nous a le plus impressionné, c’est l’endurance de la foule, parfois quand tu joues à 5 ou 6 h, tu sens que le dancefloor est un peu plus vide. On a tout donné, et la foule a suivi, c’était impressionnant.

There were a few dancers in the front and sides who stood out. Also that some people we had communicated with on Instagram came to see us and danced all the way through our set was pretty special. But overall we were mostly impressed on the crowd stamina, sometimes when you go all out at 5 or 6 it can really make or break a dance floor. We went hard and the crowd went harder, that was what impressed us. 

JUSTIN CUDMORE

« Très intense »

mardi 31 décembre – Mustang NYE • 31 DEC 19 • Brkln b2b L.A- Berlin – Paris (à la folie)

Qui es-tu ?

Hey ! Je m’appelle Justin Cudmore, je suis dj et producteur, je viens de New York. Depuis que je suis ado, on m’appelle Jcud. Mon signe distinctif ? Et bien, j’ai grandi dans le Midwest américain, du coup je suis beaucoup trop gentil et j’ai un grand appétit.

Hi ! My name is Justin Cudmore, I’m a dj and producer from NYC. Since a teenager, my nickname has been “Jcud”. Distinguishing feature ? Well I grew up in the Midwest USA so I’m way too nice and have a very large appetite. 

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Joyeuse ! La Mustang a fait un bel accueil à 2020 depuis La folie !

Joyous. Mustang welcomed in 2020 in a beautiful way at A La Folie. 

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le meilleur moment, c’est quand j’ai joué en b2b avec mon ami Chris Cruse qui vient de Los Angeles. Il a une soirée là-bas qui s’appelle SpotLight. On avait prévu quelque chose de spécial, mais on a aussi improvisé pas mal. Les vibes étaient trop bonnes. Et les danseurs étaient super, queer, et divers. C’est quelque chose que je remarque pas mal à la Mustang.

The best moment was playing b2b with my good friend Chris Cruse from LA! He runs a party on the west coast called SpotLight. We planned something special and also improvised on the night. The vibes were very nice. The crowd was also great – queer and mixed. This is something i always notice at Mustang. 

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

J’ai adoré la perf drag de Lolla Wesh, ça a bien lancé la soirée. J’espère que ça va devenir une tradition Mustang.

I loved the drag performance from Lolla Wesh which started off the night. I hope it becomes a Mustang tradition. 

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Boris ! C’est une légende, il a tellement de talent et il reste si humble… C’est quelqu’un que j’admire énormément. Et j’ai adoré son set techno.

Boris! He is a legend, so incredibly talented and remains the most humble. Someone i look up to. Really loved his techno set. 

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je rentrais au Berghain, à Berlin 🙂

Walking into Berghain in Berlin 🙂

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Rémi et son staff d’à la folie qui organisent et mettent autant d’efforts dans la Mustang. C’est un véritable travail d’équipe et c’est beau à voir !

Remy and his entire staff who put on Mustang and work to keep A La Folie running. It is truly a team effort and very inspiring to watch. 

LEONXLEON

« Effrayante »

mardi 31 décembre – Dehors Brut Indoor NYE: Make It Deep x Dure Vie (Dehors Brut)

Qui es-tu ?

Antoine. Signe particulier : toujours le même t-shirt Squish quand je mixe car c’est un label italo qui a sorti quelques tracks monstrueux.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Effrayante…. car j’y ai choppé un acouphène qui commence à peine à partir

Raconte nous ta vrille de la nuit

Il devait être 3 h 20, quelques minutes après le début du set (b2b avec Aurele), j’ai joué Rushour-Moogie (alden tyrell remix) et j’ai senti une énergie massive venir du public, j’ai senti que ça allait être une bonne soirée.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Une nana qui a réussi à rentrer dans la zone VIP sans bracelet ni rien, avec des sushis sous le bras en prétendant ramener de la nourriture aux artistes. Bel effort !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Aurele évidemment, avec qui j’étais en b2b, qui m’a apporté un côté plus énervé parfois et plus wtf à d’autres moments, j’étais toujours très intrigué à chacun de ses morceaux je me demandais bien dans quel direction ça allait partir… surtout que j’avais vu un dossier « TRAP HARDCORE » sur sa clé un peu plus tôt…

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans l’avion pour aller bosser à Bayonne les 2 et 3 janvier comme médecin remplaçant… et j’étais terrifié par mon acouphène que j’avais choppé à cette soirée pour dire vrai.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y avait quand même un gars dans la zone DJ qui avait une barbe moitié blonde à gauche, moitié brune à droite. Pas besoin d’en dire plus je pense.

666.6

« Magnifique spot »

mardi 31 décembre – FFR • Genesis (secret)

Qui es-tu ?

Matthieu alias 666.6

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Alors cette soirée était vraiment particulière car j’ai aidé avant le début de la soirée, j’ai vu le magnifique spot qu’on avait, j’étais vraiment content de mixer sur ce lieu.

Raconte nous ta vrille de la nuit

1 h 30 ou l’heure à laquelle j’ai commencé mon set ; à peine les premières minutes lancées, le public était chaud et c’était vraiment motivant !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Le moment où la police est venue arrêter la soirée, c’est à dire vers 3 h du matin en plein milieu de mon set… Il y avait de la colère et beaucoup beaucoup de tristesse…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Mon gros coup de coeur c’est une track que j’ai passée pendant la soirée : Opressor de Dax J, une track devenue classique.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

En train de déprimer devant Netflix avec mon grec, déprimé d’avoir fini une soirée si tôt avec une ambiance folle à cause de la police et cette répression de merde.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon meilleur ami parce qu’à chaque fois qu’il assiste à mes sets, quand je le regarde, je vois la joie qui se dégage et je sais que je suis en train de dead sa chakal.

Quand la police vient me voir pour me dire de couper le son

SHIMON

« Perche familiale « 

mardi 31 décembre – De la Meillorité du Nouvel an Perché au Badaboum sur la Navarre et le Multivers (Badaboum)

Qui es-tu ?

Simon / Shimon

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Perche familiale

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je jouais un set de trois heures, plutôt orienté slow techno, indie dance, et au milieu de mon set j’ai vrillé avec ce remix de Fake Mood, prolifique duo russe, souvent percussif (mbyes – fake mood remix by legroni & peredel) ce qui a clairement fait vriller le dancefloor jusqu’à la fin du set.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Le speak easy du Dr griffin, où on humait la folie de Château Perché, à travers les tapisseries, tant l’énergie y était palpable.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Une track passée par le taulier, Zobmachine, bien psyché, avec une voix féminine, vers 5 h.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’ouvrais une belle bouteille de 20 pour bien commencer l’année.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

L’équipe Tangerine au complet, ils se reconnaitront. Sans qui peu de choses seraient possibles…

SUBSTENCIA

« We really did CARE about the MESS »

mardi 31 décembre – New Year Is Coming – CARE/MESS & friends à l’Inter (L’INTERNATIONAL)

Qui es-tu ?

Surnom : Fred – Signe particulier en soirée : aucun

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Parce que le slogan du collectif CAREMESS prend tout son sens : We really did CARE about the MESS

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le morceau que j’ai passé pour le closing, une bombe hardcore indus créée par Perc et remixé par Tymon, entendue en club et que je cherchais depuis longtemps, dont un ami m’avait donné le nom du morceau quelques jours avant. Extase totale. Puis la fin du set de Powrtoch, brutalement par une coupure son : il m’avait demandé si je voulais enchaîner sur son dernier track ou s’il fallait qu’il cut, eh bien, il n’a pas eu le choix !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Un collègue de travail, qui ne savait pas du tout que je mixais, qui m’a vu derrière les platines peu de temps avant que je commence, hallucination totale généralisée. Il m’a vu mixer, on a papoté en haut après mon set, re-hallucination.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Les résidents de CARE/MESS S’il Te Plaît Bruno et Powrtoch qui ont fait tous les deux des sets bien plus énervés que d’habitude, cela m’a beaucoup plu.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je regardais un documentaire Arte : « 1979, l’année qui a changé le monde », emmitouflée dans mon plaid.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y avait un danseur hyper dynamique derrière le DJ booth, que j’ai repéré dans les sets de STPB et Powrtoch, je ne sais pas s’il était encore derrière pendant mon set, j’espère que oui.

OTEZUKA

« Complètement MAD »

mardi 31 décembre – Trance TA RACE :I Love Ta Race 2.0 (Bail Poussière)

Qui es-tu ?

Remy et mes deux projets sont Otezuka (Groovy Psytrance 145bpm) & Hemei (Dark Techno 130bpm). Signe particulier : j’ai toujours le smile. C’est important de partager une bonne énergie.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Y’avait une grosse ambiance et le lieu était blindé. C’était complètement MAD !!!

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je suis arrivé dès l’ouverture donc j’ai vu l’ambiance grossir très rapidement. J’ai atteint mon apothéose au moment de jouer entre 4 et 5 h car le public était en harmonie avec ma zik c’était cool et enfin après 7 h j’ai rencontré Sophia, une jeune femme qui m’a fait craquer juste en croisant ses yeux. C’était sans aucun doute une soirée inoubliable

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Mon pote Jo de son projet C.V.R.D. s’est fait mordre le pouce. C’était un acte de folie vous ne trouvez pas ? Je l’ai accompagné aux urgences après la soirée. On sait jamais, le gars avait peut être la rage Mdrrr. Je vous rassure il va bien maintenant.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Toute la soirée était canon ! Les styles étaient diversifiés entre Techno et Trance comme j’aime. Clap Clap à tous les Artistes qui ont participé !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais posé chez moi et je repensais à cette soirée du nouvel an 2020 qui a été très intense et je remercie la patronne Vanessa ! Vivement la prochaine TTR !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

StereOrganic, le public est très ouvert et convivial, c’est vraiment facile de se faire de nouveaux amis. Aucune personne en particulier car pour moi c’est toujours un plaisir de retrouver les potes et de rencontrer des nouvelles têtes qui sont là surtout pour taper du pied !

Rave on !

POWRTOCH

« Survoltée et bon enfant »

mardi 31 décembre – New Year Is Coming – CARE/MESS & friends à l’Inter (L’INTERNATIONAL)

Qui es-tu ?

Lucas, ou Powrtoch

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Survoltée et bon enfant

Raconte nous ta vrille de la nuit

Les gens étaient très chauds particulièrement tôt, même pour un nouvel an. Disons 23 h 59.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Le public était déchainé pendant toute la soirée. La barrière devant la scène a d’ailleurs manqué plusieurs fois d’être renversée sur les platines. Au bout d’un moment, ça n’a pas raté : un pied trop enthousiaste a arraché le câble d’alimentation des platines. Coupure. Pile vers la fin de mon dernier track avant de passer la main à Substencia. C’était certes un peu raide comme transition, mais timing plutôt heureux. Ça ne m’a pas fait rire sur le moment bien sûr mais ça me fait marrer en y repensant.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un track titanesque de Paula Temple, Cages. Attention à 3’12 ». Joué par Substencia.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Fatiguééé. Petit repas tranquille, de l’ambient pour matelas sonore, et dodo !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

UNE PHOTO

AIR-ONE

« Bas de plafond »

mardi 31 décembre – Kapsule NYE : The END (secret)

Qui es-tu ?

Erwann, le jour. AIR-ONE, la nuit. Ravageur jamais ravagé (sauf exceptions).

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Bas de plafond

Raconte nous ta vrille de la nuit

Minuit, heure de vrille. Les gens voulaient tout donner pour 2020 ! Entre danses endiablées, sourires aux lèvres et yeux pétillants, l’année a commencé sur les chapeaux de roues.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Quand Amina, totalement bourré, est venu me voir pendant mon set et m’a balancé: « t’étais plus drôle quand tu jouais de la house ! » J’ai ri jaune.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Ce closing improbable d’Illnurse quand il a joué Désenchantéé de M.Farmer. J’étais K.O.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’ai diné avec un pote au restau et lui ai raconté les aventures de la soirée.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Par le plus grand des hasards, un mec avait le même t-shirt que moi. Et je pensais absolument pas que quelqu’un aurait pu l’avoir et surtout le porter le même soir. Ca aurait fait trop de « less war more anal ».

La soirée est passée en un éclair.

VIGNEROUGE

« Effrénée »

mardi 31 décembre – Nouvel An 2019 (La Mutinerie)

Qui es-tu ?

Vignerouge

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Effrénée

Raconte nous ta vrille de la nuit

Pendant le décompte forcément car la tension montait de plus en plus et qu’au moment du climax tout le monde a commencé à s’embrasser et à hurler et chanter pour célébrer la bonne année. C’était un très beau moment.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

La parade nuptiale de deux meufs pendant mon set, qui n’arrêtaient pas de se regarder sans jamais passer à l’acte. Ça n’a pas aboutit alors que ça a duré pendant des heures !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

House of Wh0 et bien sûr le dj set de Vikken qui a mit le feu en deuxième partie de soirée 

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais chez ma copine en train de regarder une série sur Netflix et de lui faire des tartines en guise de dîner car on était trop explosées pour respecter nos bonnes resolutions.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La dj Naominitel qui était là en robe rouge, et dansait de manière énergique sur la piste de danse et qui mettait l’ambiance. 

IOIO

« BANANE ! »

mardi 31 décembre – Loft Maquerelle_ (NYE) w/ Ioio, Arthur Lastmann & Step Daw (75011)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Joséphine, je chante et je compose des sons que j’étais hyper heureuse de jouer en live ce soir-là ! Mon nom de scène, c’est Ioio – repérable au micro, j’aime bien sampler ma voix et jouer avec pendant les lives.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Banane ! Du logo de la soirée organisée par les amours du collectif Maquerelle, aux grands sourires béats sur la tête des gens emmenés par la bonne énergie de la teuf et la prog musicale super solaire et pleine de love.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quelques heures après minuit, vers la fin du set de Arthur Lastmann & Step Daw puis la reprise des platines par la team Maquerelle, les gens étaient surbouillants, dancefloor plein à craquer – c’était un super moment de joie.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Au centre de toute cette agitation et mouvement de teuf, le passage romcom mélo où on a décidé avec mon mec d’emménager ensemble en 2020 – complètement improbable dans ce cadre mais bonheur !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’étais hyper émue car j’ai joué une de mes compos, Fusée, pour la première fois en live, son sur lequel je travaille avec mon ami Sam qui faisait partie de l’orga de la soirée, alors c’était merveilleux de présenter quelque chose de nouveau pour ce passage à une nouvelle décennie.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

À 20 h 20, je me trainais difficilement dans la rue après une gueule de bois à classer dans le top 10 de la vie entière, pour récupérer ma voiture, mon matos et ma robe pleine de paillettes et de transpi pas loin du lieu du crime de la veille.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une nana qui, d’un coup, a dit : « hé, j’ai faim! », et qui a décroché une banane scotchée sur le mur pour la déco, l’a mangée, puis a re-scotché la peau de la banane au mur, en mode ni vu ni connu. Génial.

Juste avant l’ouverture des portes, avec l’orga et les DJs invités, on s’est tous posés avec des pizzas et des demis en papotant, et c’était un super moment car on était au tout début d’une soirée qui s’annonçait mémorable, comme à la maison dans un endroit de ouf décoré pour l’occas avec une super scéno.

MIKE KRIER

« Complètement DeglinGO ! « 

mardi 31 décembre – ¡Renaissance Sauvage? (Cabaret Sauvage)

Qui es-tu ?

Mickaël / Mikou. En soirée j’ai toujours une casquette ou un bonnet et un regard malicieux.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Complètement DeglinGO !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Sur les coups de 2 h / 2 h 30 la soirée était full les gens tous à fond, la soirée a basculé à peu près à ce moment là !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Il m’est rien arrivé de ouf mais à chaque passage au chiottes c’était toujours blindé et assez marrant, toujours des mecs déchirés qui faisaient le show.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le matin au début de l’after, Calvino a passé quelques morceaux assez fous, ces tracks à part presque injouables qui te font un effet qu’on connait tous très bien !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

On était chez moi rentrés depuis pas si longtemps que ca, on s’endormait.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Personne en particulier mais dans ces soirées les gens font énormément d’efforts sur les costumes, du coup tu croises sans cesse des mecs ou meufs qui ressemblent à des personnages de séries SF, c’est bien cool !

BÄRCHEN

« Déjantée »

mardi 31 décembre – De la Meillorité du Nouvel an Perché au Badaboum sur la Navarre et le Multivers (Badaboum)

Qui es-tu ?

Hello, moi c’est Nicolas, aka Bärchen : ça veut dire « ourson » en allemand. L’ours est mon animal totem, je l’apprécie beaucoup car il symbolise la ville de Berlin, ville qui a marqué fortement mon oreille musicale. On y retrouve d’ailleurs le mot BAR (rip BAR 25) et CHEN(O), mon nom de famille.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Déjantée

Raconte nous ta vrille de la nuit

Y’a eu pleins de moments ! J’ai adoré jouer en b2b à la fin avec mon pote Damien, ont jouait beaucoup de morceaux New Beat / 80 / 90s, agrémentés de quelques remix de choses connues qui ont très bien fonctionné, comme celui de Depeche Mode Behind The Wheel par Shep Pettibone.  Mais celui qui a renversé les foules : le classique halloweenesque Michael Jackson Thriller, la version éditée par OOFT Music Phazed. On s’est regardé, c’était le feu, on ne savait pas quoi jouer après, alors on a continuer à danser. 

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Mon Moscow Mule s’est renversé sur Hammer – Love Somebody, trop d’amour dans ce track survitaminé.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

A Guy Called Gerald – Voodoo Ray. Ca résume bien le vaudouisme qui pouvait régner ce 31 Décembre au Badaboum, surtout avec les totems de Château Perché se balançant en même temps au gré des kicks. Acidité légère et nostalgie.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Netflix, rooibos et gaufres vergeoises. My Bed.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Les chemises blanches en club je pensais que c’était révolu, mais non apparement…


Elle est passé trop vite cette soirée, seulement 12 h ! En vrai je suis parti relativement tôt du club, une heure après la fin de mon mix, j’étais dead.

MAXIME IKO

« Trou noir »

mardi 31 décembre – Kapsule NYE : The END (secret)

Qui es-tu ?

Maxime iko / IKO / toujours un œil qui part à gauche au bout du 3è verre !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Engouffré ou trou noir

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je dirais une vingtaine de minutes après le début de mon set vers 1 h 20 lorsque j’ai passé le track : Mauro Picotto – Darkroom (original mix), ce track de 2005 a un effet dévastateur sur les gens. Généralement ils crient ; je pense que c’est dû au mélange de la nappe 90 et de la basse que tu te prends en pleine gueule ou peut-être le côté très cul du track. Bref frissons pour eux et pour moi.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Une conversation en sortant de la backroom avec Fred Terror aka Illnurse sur l’éducation parentale et nos planning de travail ; ce mec est génial je suis fan.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le nouveau remix de Varg2 par VTSS le morceau s’appelle Parasites, c’est ma pépite du moment.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’attendais ma commande de thaï qui avait une heure de retard avec mon gars sûr Chaco devant South Park : on se disait qu’on aurait dû opter pour un kebab en bas de l’immeuble.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il faisait trop noir j’ai rien vu.

KRIS BAHA

« New Year, New Me »

mardi 31 décembre – New Ear – NYE 2019/20 (Tresor, Berlin)

Qui es-tu ?

Hello ! Je m’appelle Kristian Bahoudian mais certains d’entre vous me connaissent en tant que Kris Baha et j’ai les cheveux roux.

Hi my name is Kristian Bahoudian or as some of you may know me, Kris Baha and I have red hair.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« New Year, New Me »

Raconte nous ta vrille de la nuit

Il y a ce moment, qui m’a plutôt conduit vers une longue et belle nuit, où j’ai décidé de ne pas faire ce que je m’étais promis de faire en 2020. Oops !

Well, A ‘moment’ which led to a pretty good / long night was when I decided to not do the thing I said I was going to do in 2020, whoops.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

J’imagine que c’est le moment où j’ai réalisé que j’avais déjà brisé mes bonnes résolutions à peine deux heures après avoir passé 2020…

I guess the moment after realising I just broke my 2020 resolution 2 hours into 2020.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sophie Du Palais, elle est terrible !

Sophie Du Palais because she is just so bad ass.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais assis dans un restaurant de Pho, j’avais atterri là en rentrant de la soirée, je pensais au sens de la vie.

Sitting in a Pho restaurant after coming back from the party from the night before and trying to make sense of life.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Quelqu’un que je connaissais : mon pote Lukas, qui a pris soin de moi pendant que je jouais. Quelqu’un que je ne connais pas : le mec qui se balançait à la barrière du dj booth et qui avait la mâchoire qui se décrochait mais qui pourtant parvenait encore à danser.

Known – My buddy Lukas, who was my personal artist care / doctor for whilst I was deejaying.
– Unknown – To the guy hanging over the barricade at the front of the dj booth chewing until no tomorrow all the whilst still managing to dance.

CHARLOTTE BENDIKS

« Mega! »

mardi 31 décembre – New Ear – NYE 2019/20 (Tresor, Berlin)

Qui es-tu ?

Heyah ! Je suis Charlotte Bendiksen aka Charlotte Bendiks aka Mini Moist aka Bodil Ocean. Et j’adore les blagues à papa.

Heia! I am Charlotte Bendiksen aka Charlotte Bendiks aka Mini Moist aka Bodil Ocean. I love dad-jokes

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Mega!

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le meilleur moment de la soirée, pour moi, c’est quand je suis arrivée avec mes amis au club, et que j’ai réalisé qu’on était à l’abris de feux d’artifice. Berlin devient complètement dingue pendant le nouvel an avec ces trucs, et rester dehors dans la rue à minuit me fait super peur.

The best moment of the party, for me, was when I arrived with my friends at the club and we realized we were safe from the fireworks. Berlin gets very crazy on NYE and I am actually really afraid of being outside on the streets at midnight.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

J’ai tourné pendant 25 minutes avant de finalement trouver les toilettes. J’ai vraiment pas le sens de l’orientation et je me perds tout le temps au Tresor. Je suis l’anti-héros du touriste

Walking around for 25 minutes to find the nearest toilet. I have a terrible sense of direction and Tresor is quite difficult to navigate. Sincerely the De-Tourist…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sias – Brickfields. Ce track est dément !

Sias – Brickfields. This track is insane!!!

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je rendais visite à des amis, on prenait le thé et on écoutait de la musique des années 1990 en rigolant du fait que la musique qu’on écoutait avait déjà deux décennies.

I was visiting some friends, having tea and listening to 90s music while laughing that the tracks we listened to are 2 decades old.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un très bon ami (que je ne citerai pas) qui me rendait visite à Berlin pour la première fois. J’étais toute contente et euphorique, j’avais le plus beau des danseurs juste en face du booth pour mon dj set !

A very good friends of mine (who shall not be named) that was visiting Berlin for the first time. Was very happy to have the most euphoric and beautiful dancer I know right in front of the DJ booth for my set.

ROUGH

« First Epic Time des années 20’s »

mardi 31 décembre – New Year Is Coming – CARE/MESS & friends à l’Inter (L’INTERNATIONAL)

Qui es-tu ?

Chris Rough
Toujours à danser, jusqu’à suer

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

First Epic Time des années 20’s

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand j’suis arrivée à l’International, j’ai commencé à distribuer de l’amour sans limite. J’suis pas un crevard moi !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Le chef sécu qui déboule dans le backstage pour réprimander un gars qui se f’sait un p’tit remontant de rien du tout. Nan mais qui fait ça quoi ?!

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Pour break your neck. Asquith – Let Me (Rave Mix)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

RIEN ! J’étais chez moi avec ma douce, à décuver et ne pas penser aux résolutions que je ne prendrai pas !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon pote Makroude qui à sa propre marque de sape (@makroude) et mon pote Sting (@sting_ai.set00) rappeur de génie. Deux mecs ultra stylés.

KABYLIE MINOGUE

« Sauvage et dans la bonne humeur. « 

mardi 31 décembre – ¡Renaissance Sauvage? (Cabaret Sauvage)

Qui es-tu ?

Kheireddine de @Kabylie Minogue. Djellaba et tarbouch. Tu peux pas me rater.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Sauvage et dans la bonne humeur.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 5 h quand MicMac joue une de nos track (Pyjama Bazaar). C’était la première fois qu’on l’entendait sur un gros système son. Grosse fierté !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

L’un de nous deux s’est fait cambriolé, quelques heures avant la soirée… et sinon je reçois un coup de fil d’une de mes amies d’Algérie, qui était devant l’entrée et que j’avais pas vue depuis huit ans. Elle avait pas de billets bien sûr…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Kasbah qui balance Yeke Yeke, superposée à une track encore inconnue. Je l’avais encore dans la tête plusieurs heures après.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dans la queue du kebab à côté de chez moi. MP pour l’adresse.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La team Funki Safari bien sûr !

Jusqu’à midi

DJ DECLERK

« Paillettes. Y en avait partout. »

mardi 31 décembre – Nouvel an – L’Éveil 2020 (Le Hasard Ludique)

Qui es-tu ?

John / DJ Declerk / Aucun signe particulier

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Paillettes. Y en avait partout.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Ça a été une très bonne ambiance du moment où je suis arrivé jusqu’à la fin. Vraiment très bien, j’avais un petit doute par rapport aux disques très « club » qu’on joue mais les gens ont été super réceptifs et tout le monde a kiffé jusqu’au bout.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Les organisateurs déguisés qui tenaient des stands de voyance et plus généralement le thème de la soirée qui a contribué à la très bonne ambiance. C’était réussi.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Fareed, avec qui j’ai déjà partagé les platines plus d’une fois. Ca faisait longtemps qu’on l’avait pas fait ensemble et là je l’ai trouvé particulièrement en forme, tant par sa sélection de disques que parce qu’il faisait des bonds derrière les platines tellement il était chaud. Ca fait plaisir.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je faisais un grand ménage chez moi, tout un symbol.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le dernier morceau, on a mis Yaam el Chaufer (ou Ya ami echiffour « Hé mon oncle le chauffeur ») de Fatma Boussaha, une chanteuse Tunisienne. Rien à voir avec tout ce qu’on avait joué toute la soirée et un type tunisien, ou d’origine tunisienne a franchi tout le dancefloor et a dansé la main sur le cœur avec nous, visiblement enchanté. Très cool.

STEP DAW

« Hey Dj, y’a moyen que tu baisses le son? Tu nous casses les oreilles ! »

mardi 31 décembre – Loft Maquerelle_ (NYE) w/ Ioio, Arthur Lastmann & Step Daw (75011)

Qui es-tu ?

Stéphane aka Step Daw aka l’asticot, touriste chez Into The Deep Records & Treasury et amateur de bassines de gin et de string panthère.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Hey Dj, y’a moyen que tu baisses le son? Tu nous casses les oreilles! »

Raconte nous ta vrille de la nuit

Tout est parti si vite, les gens étaient ultra chauds ! Meme pas eu besoin de jouer de Mariah Carey…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Il y avait des bananes accrochées au mur avec du gaffeur un peu partout dans le spot, et laissées à la disposition des danseurs en guise de petits encas… J’adore !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de nos brothers de Make It Deep à Dehors Brut, ils ont mis tout le monde avec une selecta mentale et pointue à souhait !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Officiellement à 20 h 20, j’étais dans le studio de la radio Prun à Nantes pour préparer notre émission hebdomadaire avec le Bubble Jam. Officieusement, je ramassais mes points de vie tombés par terre après un sprint de six kilomètres pour rejoindre la gare Montparnasse depuis le 18ème afin ne pas louper un deuxième train d’affilée…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Y’en avait tellement… J’ai vu un pote scorer très tôt dans la night histoire de commencer la décennie sur de bonnes bases… Un autre claquer le tiers de son salaire annuel au bar avant de finir en black-out…

DUSTY FINGERS

« Folle »

mardi 31 décembre – Dehors Brut Indoor NYE: Make It Deep x Dure Vie (Dehors Brut)

Qui es-tu ?

Johann / Dusty /derrière les platines

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Folle

Raconte nous ta vrille de la nuit

5h du matin, le lâché de centaine de ballon au dessus de la foule

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Le mec qui a dansé torse nu toute la soirée un 31 décembre

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

LeonxLeon b2b Aurele, très gros set!

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

En train d’émerger doucement dans mon lit

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Pete du staff de Dehors Brut avec sa veste boule à facette, juste magique !

SHUN ISUKA

« Amazing! »

mardi 31 décembre – Trance TA RACE :I Love Ta Race 2.0 (Bal Poussière)

Qui es-tu ?

Shun Isuka dj Psytrance

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Amazing !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand j’ai commencé à jouer c’était la folie, les gens étaient ouf!!!

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Un mec de 40 piges avec un ballon qui cherchait sa maman !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le track que j’ai passé à la fin de mon set était en hommage à un artiste que j’adore Rawar – Existence

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je pensais à mon prochain live

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un mec habillé en Pikachu avec un masque de Trump

BASSAM

« Très intense »

mardi 31 décembre – Distrikt Paris 4 years Part 2 – NYE Warehouse (Pleyel City Beast)

Qui es-tu ?

Bassam + Loukoum + J’enlève mes lunettes en soirée

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Très intense. Etant de l’orga mais aussi dans le lineup… Je n’ai vraiment pas vu la soirée passer et j’étais lessivé à la fin !!

Raconte nous ta vrille de la nuit

A minuit très exactement. Les confettis, les câlins après le compte à rebours, les « bonne année » entre inconnus, etc…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Voir les barmans monter sur leur bar et danser à la fin de la soirée tellement ils kiffaient !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Kizoku pour sa première avec Distrikt était d’une grande grande qualité !! Il s’est lâché et s’est grave bien démerdé !!

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je crois que je me réveillais à peine haha avec une soif incroyable d’eau fraîche.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y en a eu beaucoup… Je dirais un peu tous les copains présents !

Moi à minuit dés que je voyais un pote pour lui souhaiter bonne année

Team Heeboo

Articles similaires

Plus d'articles

Derrière Le Deck

Derrière le deck #10 : « La foule, anonyme et heureuse, que tu vois du haut de ce putain de perchoir »


Night Shoot

Otto Zinsou capture les danseurs du brasier Concrete plus OK et queer que jamais


Dégif

Dégif #91 : « À coups de stroboscopes, tracks de l’espace, de corps en transe et de litres de sueur »


Rainer Torrado

Derrière Le Deck

Derrière le Deck #25: « C’était irréel, on avait l’impression d’être dans un film de Lynch, les gens de la soirée parlaient avec les voleurs en espagnol en attendant la police »