Les Nuits Sauvages

Dégif #138 : « En soirée je clope comme une femme mondaine alors que j’ai 20 balles sur mon compte bancaire » – Heeboo

Dégif #138 : « En soirée je clope comme une femme mondaine alors que j’ai 20 balles sur mon compte bancaire »

Dégif - Juillet 3, 2019

Oh la canicule, on en a drôlement entendu parler cette dernière semaine. Il fait chaud par-ci, il fait chaud par-là, et que bla bla j’peux pas dormir, et que bla bla on en peut plus du réchauffement climatique. Garde ton calme bébé, quitte ta culotte, fait péter le t-shirt, c’est que du bon, parce que t’aimes ça quand même, quand c’est chaud non ?

Pour ce dernier Dégif, nos reporters d’un soir, nous livrent les plus belles pépites du weekend !

  1. Lola a eu la bonne idée de s’enfermer en club en pleine canicule
  2. Ylies a croisé un gars en gilet jaune Louis Vuitton au Rex…
  3. Amyne a vécu un nouveau moment d’utopie le temps d’une nuit à la Jeudi Banco
  4. Capucine, au Kabaret King We Luv Gouine, a littéralement « mouillu »
  5. À la teuf Acid Whirl, Lila a dansé avec des punkach
  6. Florent, à la Créole du CND, a dansé pieds nus sur la moquette
  7. À la Fessée Musicale, Serena a trouvé ça bête de rester assise, alors elle a dansé
  8. Au Motel Machine, Sabriya a kiffé devant Beurette Sentimentale
  9. Eva, elle, du côté du 45 a fait sa première free : magique
  10. Retour à la Fessée Musicale, où Charles humait les chipos qui grillaient à 30 mètres de la fête
  11. À la We Are Rave au Rex, Meggie a vu un mec au tutu bleu danser tout seul sur sa chaise
  12. À la Razance, Alexandre a fait un bon hammam à 50 000 degrés
  13. À la Gang Bambi des délices, Clément s’est dit qu’on devrait remplacer le bac sport par un bac drag
  14. Giorgio, du côté de la Guillotine, tentait un débat terminologique avec un vieux mec
  15. Au Macki, le pote de Julien est tombé dans la Seine en pissant
  16. À l’anniversaire des 10 ans du Bonbon, Mélodie a joué à la pétanque avec un certain… Michel
  17. À la soirée Organïk, Klm’s a coincé son t-shirt dans le plafond
  18. Héloïse, elle, a regardé sa pote mettre une gifle à un mec, qui lui avait demandé
  19. À la Spectrum, François a dansé nu avec un pote en criant « Mon zizi il est tout petit » à tout le monde, mythique, <3
  20. À la Wet for me, Ada remercie encore la serveuse avec de super jolies tresses
  21. Blandine, elle, a assisté avec tristesse à un dramagouine plein de larmes, haaaa les joies des Wet For Me !
  22. Vincent, du côté de la Cocotte Club, a bien discuté avec un mec déguisé en… chien SM les fesses à l’air
  23. Du côté de la Mona à Concrete, Romain a bien phasé sur cet espagnol qui formait debout sur le dancefloor
  24. À la Pride United Corentin a chopé un mec du même prénom que son mec

LOLA

« CHAUDE »

mer. 26 juin – RAW x Wrongnotes w/ Gijensu, Makornik, Draugr live, Fuerr (Rex Club)

Qui es-tu ?

Moi c’est Lola (Lolo, Lolette, la naine pour les intimes), et on peut sûrement me reconnaître en soirée parce qu’on me pense à peine majeure alors que ça fait déjà 6 ans que je le suis ahahah… ah.

Image may contain: text and outdoor

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

CHAUDE. Parce que ouais, les copains et moi ayons eu la super bonne idée d’aller s’enfermer en club un soir de canicule ou il faisait 37° si ma mémoire est bonne ? Ahah. Mais ça valait le coup !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je dirais 21h, j’ai enchaîné les ti punch jusqu’à ce que j’arrive devant le Rex, comme par miracle (allez les gars racontez moi qui m’y a porté soyez cools…)

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Sûrement le mec en claquettes qui était deg de pas pouvoir rentrer (évidemment il s’était fait recale par la sécu), alors on a eu la bonne idée d’essayer de lui fabriquer des chaussures en SCOTCH, ce qui n’a bien évidemment pas marché, tu t’en doutes. Ahah

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’aime la pâte de chaque artiste qu’il y avait, peut être Makornik, je trouve qu’il a un p’tit truc en plus, et pour finir en beauté !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je pense que je me préparais pour aller faire un énième apéro, pas le temps de niaiser.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Sans hésitation, le mec qui était dans un état assez ouf, qui a du me demander environ 28 fois s’il pouvait me prendre mon éventail, mais non gros… toujours pas, j’ai toujours aussi chaud qu’il y a une minute !


ILYES

« Chaleur »

mer. 26 juin – RAW x Wrongnotes w/ Gijensu, Makornik, Draugr live, Fuerr (Rex Club)

Qui es-tu ?

Ilyes

Image may contain: text and outdoor

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Chaleur (dans tous les sens du terme for real)

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand la population s’est enfin décidée à venir sur la piste plutôt que de rester dans le fumoir !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Lorsqu’une personne avait dépassée le stade des pintes pour se rafraîchir et a littéralement perdu le contrôle en dansant…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Gijensu, c’est là que la musique commençait vraiment à envoyer et que tout le monde était à fond !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je venais tout juste de terminer ma journée de stage après une nuit blanche sans dormir !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

LE GARS EN GILET JAUNE LOUIS VUITTON

AMYNE

« Canicule t’étais où ? »

jeud. 27 juin – Jeudi Banco x Molekül : JKS • Mayeul • Myler • Khoegma (NF 34)

Qui es-tu ?

Amyne l’anonyme sans homonyme from Lille en stage vacance à Paris : toujours là pour galoper, jamais là pour niaiser

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Canicule t’étais où ?

Raconte nous ta vrille de la nuit

L’heure où je suis sorti du dancefloor (après le set de Mayeul) pour aller fumer/boire sur les marches des escaliers, et comme chaque semaine tu rencontres des gens dans le même mindset que toi, il n’y a pas de galères, renforçant à chaque fois ce sentiment de vivre un moment d’utopie le temps d’une nuit. Chose qui me paraît désormais être indispensable afin de passer une bonne soirée (c’était d’ailleurs le sujet d’un long débat ce soir-là avec mon colloc).

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Comme chaque Jeudi soir aux NF, les gens à partir de 2/3h qui commencent à danser sur le « podium » devant le dj Booth. Le vigile, impuissant face à ce débordement d’énergie malgré ses tentatives m’a bien fait rire, c’était peine perdue ahah !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

JKS & Mayeul + l’ambiance qui va avec quand c’est une soirée organisée par les gars du même crew (en l’occurrence le label Molekül). Disons que quand tu ressens que les gars font ça avec passion pour la musique/ l’électronique (même si ce soir-là ils n’étaient pas en live) bah tu ne peux pas être déçu. C’est un partage d’univers !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Bbq chez un pote à Noisy-le-Roi, après avoir enchaîné une journée de stage post Banco il fallait « recharger » les batteries avant un week-end qui comme chaque semaine était très intensif !!!

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Les deux chatons du bar extérieur et cet échange de sourires quand tu vas te commander une bière/de l’eau, peu importe l’heure.

Cette sensation dès que t’entends la bassline d’Acid qui commence à arriver, <3

CAPUCINE

« Humide »

vend. 28 juin – We Luv Gouine x Le Balajo : Kabaret Kings (Le Balajo)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Capucine et je vais toujours en soirée avec un demi kilo de paillettes sur la tête. On sait jamais ça peut servir.

Image may contain: text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Humide. Parce qu’il faisaient 40 degrés mais surtout les King étaient bouillants sur la scène. C’était donc une cuisson à l’étouffée d’un délicieux gratin de gouines.

Raconte nous ta vrille de la nuit

La bite de Louis(e) de Ville.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

C’est parti en vrille au moment où Fatale Redvenom a sauvagement déchiqueté un concombre sous nos yeux émerveillés. C’était puissant.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je crois que c’était Thomas Occhio. Je suis venue, j’ai vu, j’ai mouillu.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je dormais pour me remettre de la course de chars endiablée de la pride et être d’attaque pour la diabolique Wet for me.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

udas la vidange. Le show était ouf, c’était une belle performance de macho beauf. Sa danse sur I’m sexy and I Know it a fait chavirer les culs.

LILA

 » Acidulée »

vend. 28 juin – ACID WHIRL (L’Officine 2.0)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Lila, j’ai pas de surnom ; mon signe distinctif c’est mes cheveux frisés en soirée. Comme je suis une pile électrique ils bougent dans tous les sens, on peut pas les rater !

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Acidulée

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je dirais vers 3 h, les gens sont vraiment arrivés en masse et l’ambiance a tourné et les substances étaient clairement dans l’air

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Il y avait globalement que des mecs weird quand on est arrivés, genre un mix entre punkos à chien zadiste et anarcho-BTP mais version incel Du coup ils ont proposé notamment de danser avec moi… sur de l’acid core ultra NRV…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

En vrai globalement j’étais déçue du son…

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais au Macki en train de me finir

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

un mec torse poil qui ressemblait au gars de trainspotting

FLORENT

« Shut up, dance and wet « 

vend. 28 juin – Camping closing party x La Creole (CND)

Qui es-tu ?

Florent + Flo + skinny bitch à la chevelure blonde éblouissante !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Shut up, dance and wet

Raconte nous ta vrille de la nuit

Dés le début du DJ set, tous les corps sont entrés en fusion et cela contrastait à merveille dans cette cathédrale de béton brutaliste.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

L’espace délimité par une moquette à l’entrée qui est devenu un dancefloor fédérateur. Pied nus, c’était le pied.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un super vogueur de La Créole qui nous a fait un show devant le bar en fin de soirée.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

En fin de Gay Pride à République, toujours à danser malgré la chaleur, la fatigue et la soif. C’est merveilleux de pouvoir vibrer autant deux soirs de suite et ce n’était pas fini…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un mec génial avec de grands faux ongles qui me racontait qu’il était payé à mettre de l’ambiance dans les soirées de Londres et que ce job n’existait pas en France.

SERENA

« Chill dansant »

vend. 28 juin – La Fessée Musicale Porte La Culotte (Paris 19)

Qui es-tu ?

Serena – Gary Boy – la folle attachante

Image may contain: text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Chill dansant », pas de musique qui te casse les oreilles, mais un son qui t’accompagne tranquillement et te rend joyeux.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand la nuit a commencé à tomber, le lieu prenait un autre visage, et je suis allé danser car c’était mon anniversaire alors je trouvais ça bête de rester assise toute la soirée. Mon pote m’a accompagné, et en dansant on a planifié un trip à Cuba en février.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Au bord de l’eau y’avait une baraque avec des mecs qui se faisaient un barbeuk, dansaient, et se baignaient !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Alligator, je connaissais déjà ce groupe, c’est eux qui m’ont donné envie d’aller à la Fessée. J’ai bien aimé car c’était naturel, imparfait, et je me suis sentie bien.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais nue devant la télé chez moi, essayant tant bien que mal de ne pas crever de chaud (canicule).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un gars aux yeux vers, perché, mais très cool, on a sympathisé et on a parlé de cinéma. C’est pas très original, mais en général, je n’aborde pas les gens comme ça.

Après quelques bières, j’ai pris la pause avec le casque de mon pote sur la tête. Ça devient une habitude de fin de soirée arrosée.

SABRIYA

« Chaleur… au sens littéral du terme « 

vend. 28 juin – Motel Machine : Opening par Rinse France (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Sabriya, Sabz – fraîchement revenue à Paris après des années à l’étranger, je suis excitée comme une puce à l’idée de faire la teuf cet été et de tout découvrir !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Chaleur… au sens littéral du terme

Raconte nous ta vrille de la nuit

J’avais chauuuud en sortant du club et j’ai décidé de marcher pendant une heure et d’appeler des potes qui habitent à l’étranger et que j’ai pas souvent au tel avant de commander mon Heetch, ça m’a fait trop plais

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Des mecs relous en chemise qui voulaient des cocktails qui n’étaient pas sur la carte (Moscow mule), la nana au bar a fini par les ignorer royalement.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Beurette sentimentale… j’en avais entendu beaucoup de bien, c’était très cool !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Ma pote M. qui a fait le soldat, malgré ses longues journées de taff elle est toujours partante et c’est moi qui doit lui dire que son devoir est accompli et qu’elle peut rentrer chez elle, respect !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le moment où tu passes du public Rinse à la chaufferie à celui du rooftop du bar à Bulles où tu as des mecs comme ça à perte de vue…

ÉVA

« Monde parallèle »

du 28 au 30 juin – LA KOLLAB CREW par Intelkore6tem (Nangeville, 45)

Qui es-tu ?

Moi c’est Eva ! Surnom je n’en ai pas de particulier, je suis simplement représentée comme la seule de mon groupe de potes qui ne prend pas de drogues, que ce soit pour des soirées à NF, des warehouses ou même des teuf ! En gros, la fille sage pleine d’énergie qui danse peu importe l’heure avec sa p’tite clope au bec !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Ce qui me vient à l’esprit est en deux mots : monde parallèle. C’était ma toute première teuf ! Et elle n’était pas toute petite. Je n’ai vraiment pas été déçue, l’ambiance était ouf, la musique incroyable, sûrement le meilleur moment de ma vie.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Mon moment d’extase est sans hésitation globalement toute la soirée. Cependant, à un moment je me suis rendue compte que ce que je vivais était un truc de malade. En gros, j’étais face au caisson en jupe, et j’avais tout le temps l’impression que des p’tites bêtes volaient autour de moi en me touchant les jambes ! Et à un moment j’ai compris. Les basses étaient en fait teeeellement puissantes qu’elles me faisaient du vent !!! À ce moment là, je regarde mon meilleur pote qui est juste à côté de moi, et je lui fais un grand merci. J’ai rarement été autant HEUREUSE de ma vie.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Il y a bien un truc énorme qui m’a fait rire pendant la soirée ! Un pote à nous devait nous déposer à Gare de Lyon pour se rendre en transport à la teuf. Il n’aime pas la tech ni ce genre de soirées. Et ayant entendu qu’il y avait des problèmes de RER, ils nous a directement déposé la bas !!! Et le plus cocasse de sa part, c’est qu’il est resté et qu’il a kiffé !! Ça m’a fait énormément plaisir. Comme quoi, ces soirées sont plus ouvertes qu’on ne le croit et que les « préjugés » ne sont pas réellement fondés.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Pour le coup, je n’ai ni nom ni artiste ni orga à donner car je ne connaissais pas la line up. J’ai une vidéo dans mon téléphone d’un son de malade qui est passé et je cherche désespérément à le retrouver mais en vain.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Et bien je dormais !! On est arrivés chez mon pote à 14 h, et on ne s’est pas endormis avant 16 h. J’ai fait du 16-21 et ça m’a fait du bien !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon pote qui a pris un rail de ké et qui ne ressemblait pas du tout à tous les zombies autour de moi, mais dansait n’importe comment comme un taré !! C’était hilarant. Il valait mieux pas passer trop près de lui au risque de se prendre un bon coup dans la tête.

CHARLES

« Une bouffée d’air frais après une semaine bien chargée »

vend. 28 juin – La Fessée Musicale Porte La Culotte (Paris 19)

Qui es-tu ?

Charles – Charlusses – je paye toujours la première tournée de shots et après « zéparti »

Image may contain: text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une bouffée d’air frais après une semaine bien chargée.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 23 h – Quand Pain Benny et Victoria Fnt ont commencé leur B2B, ça sentait les vacances et le sable chaud…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Les gars du coin qui faisaient griller leurs chipos à 30 mètres du Barboteur, ça avait l’air très bon.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le B2B entre Cart et Naajet Spaciale, ça collait très bien entre eux.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en train de boire des coups dans un magnifique bar à vin du 18e arrondissement (Le Dixit) et je pensais à mes futures vacances.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon pote Stan qui a mis un pantalon à rayures assez cocasse d’une rareté exceptionnelle, il a enflammé le dancefloor.

Le couché de soleil – au top

MEGGIE

« Top »

vend. 28 juin – We Are Rave w/ Subway Shamans, Ghost in the machine, Shmirlap (Rex Club)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Meggie, en soirée je bouge tout le temps ! Une vraie pile électrique !

Image may contain: one or more people and text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Cette soirée était top, du début à la fin, très bons artistes et très bonne ambiance !

Raconte nous ta vrille de la nuit

J’aurai dit avant la soirée moi ; quand j’ai récupéré ma meilleure amie à la gare parce qu’on sait que tout part en vrille quand on est toute les deux ! Ahah

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Je suis RP pour la soirée et la BBF c’est la CM de We Are Rave ; du coup j’ai passé beaucoup de temps dans les loges et j’ai parlé genre 30 minutes avec Soul Edifice sans savoir que c’était lui, et j’ai tapé la discute en anglais avec Epidémie all night long le mec était vraiment cool à parler de tout et de rien, et on a fini en after chez le mec de Contrefaçon c’était plutôt improbable mais cool.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le live de SUBWAYS SHAMANS était incroyable ! Comme a leur habitude !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Bah on s’est retrouvé a Organïk à bobigny avec ma pote ! On devait rentrer mais on s’est laissées emporter ! De 15 h à 4 h du matin c’était chanmé !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

A Organïk il y avait un type avec un tutu bleu une grande coiffe qui avait pris une chaise, s’était posé tranquille devant les enceintes et dansait tout seul, spécial mais stylé ahah, il en a fait rire quelques uns !

ALEXANDRE

« Chaleur »

sam. 29 juin – Razance : Hors-Série (secret place)

Qui es-tu ?

Moi c’est Alexandre mais mes potes m’appelle TSX. En soirée, j’ai une petite petite banane vert kaki que je porte autour de la taille. Elle est pas très jolie et s’accorde pas du tout avec mes saps mais je l’adore donc je la garde aha.

Image may contain: plant and text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Si j’avais un mot pour décrire cette soirée, ça serait « Chaleur ». On s’en rend pas compte au début mais à 6 h, après une petite pause, quand on rentre à l’intérieur, c’est pire qu’un hammam. Il fait au moins 50 000 degrés ce qui crée une ambiance assez particulière. Tout le monde est torse nu et les basses obligent la transcendance.

Raconte nous ta vrille de la nuit

3 h, il me semble, enfin quand Ling Ling arrive. Je suis tout devant, la soirée est a son paroxysme, je fais tomber le t-shirt et là c’est parti pour 1h-1h30 de pure sauterie. Un régal !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Je sais plus trop quand mais je repère un mec qui avait posé sa caméra et qui filme la soirée (c’était le gars qui faisait l’after movie en fait), je vais le voir. On discute et tout et là il me propose de m’interviewer, et on fait ça. J’ai pas encore vu les images mais ça doit être assez exceptionnel vu mon état.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Ling Ling en live, c’était de la frappe atomique. Quand il a mis son son The way it is (ou un truc qui y ressemblait) je suis devenu fou.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je venais de manger mon troisième domac de la journée, et je partais rejoindre des potes pour fumer. J’avais dormi deux heures depuis la soirée mais impossible de dormir j’avais encore les basses dans la tête.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai croisé pleins de gens grave cool mais y’a une jolie fille blonde que j’avais déjà rencontré à une autre soirée. J’étais grave content de la revoir, on a dansé un peu, on a parlé mais rien de spécial (dommage). Trop envie de la revoir en tech incessamment sous peu !

Le mood de la soirée : des danses déjantées et une chaleur enivrante

CLÉMENT

« Corps brillant de paillettes »

sam. 29 juin – Gang Bambi des Délices w/ Ssion – Pride Edition (La Java)

Qui es-tu ?

Clément aka Toxic Libra, qui passe son temps au fumoir à cloper comme une femme mondaine alors que j’ai 20 balles sur mon compte bancaire.

Image may contain: text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Les vrais délices de la soirée c’est la Musique, les looks , et les corps brillant de paillettes

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le moment des perfs était ouf. J’me suis dit qu’on devrait remplacer le bac sport par un bac drag. Du moins lip sync.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Quand l’ex de mon pote (ils s’entendent très bien) a dansé avec Ssion, alors que mon ami bave sur lui depuis des mois. Was funny !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Premiere fois que je voyais Ssion et que j’écoutais sa musique. Concrètement il est vraiment doué, j’ai eu envie un moment de porter son enfant tellement il est bon.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans mon lit, tout collé contre ma bouteille d’eau, mon aspirine, et mon ventilateur. Meilleur plan à quatre de ma vie.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Quasiment toutes les drags , qui se sont données pour la pride, et pour la soirée, y’en a pas une qui valait pas le détour. Ne pas apprécier la Gang Bambi c’est homophobe tellement c’est cool !

Je prends juste un verre ce soir, je prends juste un verre !

GIORGIO

« Size does’nt matter »

sam. 29 juin – La Guillotine // FIÈRE Nouvelle Vague (Le Klub)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Gio, signe particulier : i dont do drugs I do drag

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Ce mini club est la preuve que size does’nt matter

Raconte nous ta vrille de la nuit

L’arrivée de HP loveshaft – Mon drag dad, celui qui m’a dessiné mon premier six-pack, qui vole dans mon frigo mais quand je le vois sur scène je le personne

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Un mec dans la rue qui m’a demandé où trouver des filles normales (aka hétéro) et je lui ai dit « bro partout sauf aujourd’hui dans ce quartier », ensuite j’ai voulu débattre terminologie mais je sentais que c’était pas concluant

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Tout le line up était super, j’en ai marre de la club music destructurée, merci pour le reggaeton !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je pensais au fait qu’il faille que je relance ma carrière de king

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Sans vouloir faire l’interessante j’ai fait mon meilleur look de twin totale du meilleur ami de Billy Eliott, j’étais fière !

JULIEN

« Pastis »

sam. 29 juin – Macki Music Festival 2019 (Carrières-sur-Seine)

Qui es-tu ?

Julien aka Juju, je portais une casquette Comté que j’ai volé à mon pote et qui m’a rendu famous un peu pendant le festival.

No photo description available.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Pastis, ça ne répond pas du tout à la question mais c’est ce qui peut définir mon festival, le Pastis !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Aucune idée, j’avais plus de batterie. Mais à partir du moment où je faisais des roulades avec mon fameux copain. Tu dois voir les roulades où l’on se tient les malléoles avec les mains et on balance l’un après l’autre. C’était épique.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Un pote (pas celui de la casquette) est tombé dans la Seine car il pissait en se tenant à une liane, quel con mdr

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le live de Foreign Sequence à l’opening le vendredi à la Station, je recommande !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

C’est actuellement dans quelques heures. Je pense que j’étendrai le linge sale du weekend ?

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon pote, pas celui dans la Seine, le premier. Je l’ai cherché partout à la fin il ne répondait plus sur son tel. Il était en after.

J’ai une cicatrice comme Harry Potter sur le front, je sais pas pourquoi

MÉLODY

« Totalement folle »

sam. 29 juin – Le Bonbon fête ses 10 ans (Lycée Jacques Decour)

Qui es-tu ?

Mélody, mais tu peux aussi m’appeler Mélo (je fais style que mes parents m’ont appelée comme ça en hommage à Serge Gainsbourg mais c’est totalement faux, chut). En soirée je suis celle qui finira forcément par tomber dans les escaliers.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Totalement folle, à chaque pas que je faisais je découvrir une nouvelle salle, avec des nouvelles lumières et un nouveau son. Un peu comme quand tu penses avoir tristement terminé ta tablette de chocolat mais en fait il reste encore un carré.

Raconte nous ta vrille de la nuit

La soirée n’a été qu’amour et bonheur dans sa totalité (après je suis arrivée à 22 h aussi, oopsie)

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

La pétanque Michel, la pétanque, car on adore le dépaysement du Sud en plein cœur du 9e arrondissement parisien

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Yuksek, pas besoin de justifier, c’est un génie des platines (et il vient de Reims comme moi, 51 représente)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je faisais un apéro sur les quais près de Jussieu. Histoire d’éponger l’alcool de la veille avec encore plus d’alcool, soigner le mal par le mal.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne qui m’a le plus marquée : ma meilleure pote qui s’éclate dans l’une des salles (alors que je précise elle déteste l’électro lol, Le Bonbon l’a convertie) !

KLM’S

« Rempli de sueur ! »

sam. 29 juin – Organïk : Tree\Some (L’Oasis de Noisy)

Qui es-tu ?

Clément, Klm’s, un tatouage anulingus sur les côtes

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

C’était rempli de sueur !

Raconte nous ta vrille de la nuit

La fin du set de Picodot : pendant une demi heure il a balancé de la grosse hardtechno, tout le monde est rentré dans la salle, tout le monde dansait en sautant xDD

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

J’avais tellement chaud que j’avais enlevé mon t-shirt, j’essuyais ma sueur avec et là j’sais pas pourquoi j’envoie mon t-shirt au plafond et il se bloque en haut… Du coup pendant dix minutes en train de galérer avec ma chaussures pour l’enlever… Et j’ ai réussi !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Et bien la fin du set de Axel Picodot car il a vraiment envoyé du lourd comme j’aime, cette techno à 145 BPM avec un petit côté hardstyle et pendant une demi heure c’était que cadeau !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je venais juste d’arriver à Dublin en Irlande avec ma copine, on a pris l’avion après notre after à 18 h du coup on était à Dublin en train de se demander où on allait dormir…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ma copine, qui était en after depuis deux jours, s’était fait un undercut et deux petites couettes super chouette ; au début elle ne voulait pas trop venir puis au final elle s’est motivée à danser comme une ouf et a kiffé bien sûr !

HÉLOÏSE

« Ruisselante ! »

sam. 29 juin – Organïk : Tree\Some (L’Oasis de Noisy)

Qui es-tu ?

Hélo, jupe noire, cycle de soirée : danser, pisser, s’aérer, danser, pisser, s’aérer..

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Ruisselante !

Raconte nous ta vrille de la nuit

1 h, heure de notre arrivée (tardive). Le préchauffage à 200°C avait bien eu lieu : plus qu’à dorer !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Un mec random qui demande à ma pote de lui mettre une gifle et elle qui s’y donne à cœur joie. Et le mec qui trouve que c’est le moment opportun pour lui dire qu’elle a l’air vachement sympa. Nouvelle technique d’approche ?

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Axel Picodot et Sterling Moss qui ont fini notre cuisson (oui oui c’était un four cette warehouse). L’open air avait aussi l’air ouf, dommage qu’on soit arrivés si tard !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Au canal saint Martin, en train d’essayer de me remettre de mes émotions..

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un mec qui dansait avec trois éventails en même temps tel Jackie Chan !

La fin du set de Sterling Moss où tout le monde est en transpi sa mère mais on s’en fou parce qu’on est possédés

FRANÇOIS

« Érotique »

sam. 29 juin – Spectrum (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Francois-Xavier ou Fx, je ne fais jamais la fête sans harnais et/ou brassard en cuir. Mes looks sont généralement très fetish.

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Erotique. En plus de la chaleur, j’ai trouvé l’ambiance très chaude…

Raconte nous ta vrille de la nuit

Difficile de donner une heure, j’ai perdu toute notion du temps après qu’une copine soit arrivée à 1 h. Je suis resté à l’intérieur jusqu’au levé du soleil.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

« Mon zizi il est tout petit ». J’ai croisé un copain qui dansait nu et il m’a sorti cette phrase en précisant que c’était à causes de prods. J’ai éclaté de rire, je me suis mis nu à mon tour pour danser et j’ai commencé à dire la même chose aux gens.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Leiras. Il m’a transformé en bombe de sensualité.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais chez moi, sur un petit nuage, encore ému de la soirée. Cette fête était magique.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un joli garçon percé que j’ai rencontré en faisant la queue. Je l’ai vu plus tard, sa manière de bouger le rendait irrésistible. Très content qu’on ait pu partager un petit moment de la fête ensemble.

Moment orgasmique où tous les copains étaient là. On dansait, on s’embrassait, on était beau.

ADA

« Chaud/froid »

sam. 29 juin – Wet For Me – Pride edition (Cabaret Sauvage)

Qui es-tu ?

Moi c’est Ada, mais tout le monde m’appelle Ada parce qu’on peut pas vraiment faire plus court. Mon signe distinctif c’est clairement l’eyeliner et les pointes partout ; j’ai le collier, les bracelets, le sac a main ET le perfecto a piques (on s’est probablement déjà croiséES en soirée d’ailleurs)

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Chaud/froid ? Jamais autant kiffé une soirée À l’extérieur que par temps de canicule.

Raconte nous ta vrille de la nuit

0 idée de l’heure car j’étais clairement trop ailleurs pour m’en souvenir, mais le moment où j’ai enfin décidé de poser mon sac au vestiaire, que je suis partie me dandiner sur la piste, et que j’ai croisé plein de gens que j’avais pas vus depuis au moins 200 ans.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

La go qui s’est incrustée dans la soirée en grimpant la grille de l’extérieur de la cour comme si de rien était, qui s’est assise avec nous, a juste fait « chuuuuut » et est partie tranquille…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je me rappelle pas qui jouait a ce moment la, mais je faisais la queue pour les toilettes et y’a Niemand de Kompromat qui a commencé à jouer alors que j’étais dehors. Jamais eu un aussi gros conflit interne entre pipi et danse.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je dormais, avec 39 de fièvre, et les pires courbatures (sponsorisées par la pride).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La serveuse avec des super jolies tresses et un encore plus joli sourire qui m’a fait payer le verre à 2 €. Merci à toi si tu te reconnais j’ai été trop touchée.

Quand j’étais au bout de ma vie et que mon pote m’a dit qu’il pouvait payer le Heetch pour rentrer à l’autre bout de Paris

BLANDINE

« Ah p***** c’est bon ça! »

sam. 29 juin – Wet For Me – Pride edition (Cabaret Sauvage)

Qui es-tu ?

Moi c’est Blandine. J’ai un projet musical qui s’appelle Fred Skitty alors tu peux m’appeler Fred, ou Skitty, comme tu veux ! En soirée je ne suis jamais sans mes bouchons d’oreille en silicone (la sécurité avant tout! ). Ceci dit ils sont assez sophistiqués, l’un est blanc l’autre est rouge. Sinon j’ai toujours un pendentif Madonnien bien kitsch autour du cou. Rouge en forme de coeur, plat comme un médiator. J’assume totalement !

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Ah p***** c’est bon ça! »

Raconte nous ta vrille de la nuit

L’heure je sais pas, mais ma pote et moi on a vraiment apprécié le line-up, vraiment on s’est régalées. C’était sa première WET. J’étais super contente et pas peu fière de l’avoir emmenée là-bas. À un moment, on s’est regardées genre « t’as vu, c’est bon ça hein? ». On s’est laissées porter par le son et on a dansé comme si personne nous regardait.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Entendre des morceaux genre Moi Lolita (et coucou Fishbach) ou Pourvu Qu’elles Soient Douces (et coucou Sara Zinger). Je m’y attendais pas ! Comme je l’avais dit à ma pote, j’adorais l’album « Gourmandises » d’Alizée quand j’étais gamine. Il est produit par Farmer et Boutonnat, ceci explique cela, déjà à cette époque là j’aurais dû me poser des questions sur mon orientation ! Cliché de la bébé gouine bonjour ! Hahaha

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sara Zinger, j’ai beaucoup aimé son set. On a grave accroché avec ma pote. Je crois que c’est à ce moment là qu’on s’est dit « aaaaaahh c’est bon ça!!’ Hahahaha ! J’adore Go Back !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais à La Folie attablée avec des chouettes personnes en train d’attendre le début du super quizz Culture G(ouine) de Vale Poher !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Malheureusement, on a assisté à 1/2 scènes de drama gouine avec quelques larmes… Désolée je casse l’ambiance mais sincèrement ça m’a fait de la peine, je m’attendais pas du tout à être témoin de ça dans un contexte aussi festif. J’espère qu’à l’heure actuelle elles vont bien.

VINCENT

« It’s raining men »

sam. 29 juin – Cocotte Club : Pride 2019 (Wanderlust)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Vincent, surnomé Dramaaa car il paraîtrait que je suis une vraie Drama Queen ! Mon signe particulier en soirée ? GLITTERS ! Je ne sors jamais sans une bonne dose de paillettes ! Incontournable.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une chanson ça marche ? « It’s raining men » ! Pas trop le style musical de la soirée mais ça reflète plutôt bien l’ambiance générale haha

Raconte nous ta vrille de la nuit

Tout est parti en vrille en rentrant dans les NF34 tout simplement. Toujours cette même sensation de folies en rentrant dans ce hangar, basses à fond, un rythme enivrant. Encore plus pour une Flash Cocotte et pour la Gaypride #Lovealwayswin ! C’est un environnement qui me met toujours dans un état dingue.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Je pense que c’est sûrement quand un mec déguisé en… chien SM les fesses à l’air (je sais pas trop comment le décrire), est venu me parler. Super rencontre on a bien rigolé, pris des photos etc. C’était cocasse pour le coup ! Tout ce que j’adore aux Cocotte Club !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Miley Serious ! Une tuerie, c’est ce qu’on appelle du son, du vrai !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais sur les quais à Bercy, gratin de coquillettes au PAM, au soleil, rien de mieux pour un lendemain de soirée et pour profiter des derniers instants de la Pride avec mon chéri.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai rencontré Tiggy Thorn, icône parisienne Drag Queen / Club Kid, un style hors du commun ! C’est ça que je kiffe dans ces soirées et à ce moment de l’année ! Une explosion de couleurs, de styles en tout genre, tous toujours plus excentriques et osés, tous fiers de qui ils sont et libres !

C’est tout moi quand j’arrive en soirée, j’arrose tout le monde de mes paillettes. Encore une fois ce weekend !

ROMAIN

« Last time »

sam. 29 juin – Concrete: Mona Is Burning (CONCRETE)

Qui es-tu ?

Romain, Roro, Romano. Pas très original mais bon avec mon blaze pas simple d’être innovant. Pour mes signes particulier, j’arbore un paquet de tattoos sur les bras ou sur la main dont il m’est impossible de me séparer.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Last time, la fermeture de la Concrète est une so bad news. J’ai rencontré ma chérie là bas, fait un nombre de teufs incalculables sur la barge. Alors avec cette annonce impossible de ne pas venir squatter jusqu’à la fermeture.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je dirais vers 6 h du mat’ quand ma pote Chacha a chopé un espagnol un peu relou qui tenait à peine debout. Ça nous a bien fait marrer !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Toujours cet espagnol qui s’endormait sur la piste vers 8 h du mat’, debout sur la piste. Il ne bougeait plus un cil, sans son on l’aurait entendu ronfler.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Dan Ghenacia, ce mec a bercé mes premières sorties en club. Souvenirs de grosse soirée au Red Light dans les années 2000.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dalle du Bengale, pizza devant la TV pour récupérer

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Bah franchement, on fêtait l’anniversaire de ma chérie et après les trois ou quatre litres de bières, je dois avouer être resté focus sur ma team. À part cet espagnol arraché, pas de personnes sortant de l’ordinaire. Ou du moins à force d’en voir, je ne les calcule même plus lol

Des litres et des litres de bières tout au long de cette soirée. À force je vais me transformer en chopine.

CORENTIN

« Sauvage »

sam. 29 juin – PRIDE UNITED à la folie)

Qui es-tu ?

Corentin / coco / je parle à tout le monde

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Sauvage

Raconte nous ta vrille de la nuit

2h du matin un beau mec m’a proposé une pilule d’amour et ça a dégénéré en partouze de câlin sur la terrasse

Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

Choper un mec qui a le même prénom que mon mec et appeler les deux en même temps pour qu’ils viennent !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Projekt Gestalten parce qu’il m’a transporté jusqu’a la fermeture de la soirée sans que je vois le temps passer

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Restau asiatique avec mon mec et on a pas mangé 1/3 du bobun commandé (il est toujours dans mon frigo d’ailleurs)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Enzo Fragola avec sa perche licorne c’est une des reines de la scène drag Queen et j’ai adoré pouvoir lui parler (coeur coeur coeur)

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Dégif

Dégif #107 : « Je le revois twerker sur de la techno avec son espèce de pantalon de ski »


Dégif

Dégif du week-end #16


Dégif

Dégif du weekend #53 : déchaînement sacré/décharnement sucré


Night Shoot

Quand Rainer Torrado donne à voir le dessous des nuits sauvages