Les Nuits Sauvages

Dégif #133 : « J’essayais de suivre son rythme, d’apprendre sa chorégraphie, je me suis juste pété le bas du dos” – Heeboo

Dégif #133 : « J’essayais de suivre son rythme, d’apprendre sa chorégraphie, je me suis juste pété le bas du dos”

Dégif - Mai 29, 2019

Victor Maître

La nuit, on s’apprend, on se méprend, on se teste, on se rétame, puis on grandit ! On se dandine, on gigote le bout du nez, on tombe amoureux, on tape du pied. On partage deux minutes de sa vie avec un.e inconnu.e, un bonbon d’amour avec les plus connu.e.s, des baisers invisibles avec qui tombe à pic. Ça pique, et ça rend plus fort. Bonne(s) nuit(s) !

NINA

« À un moment donné on est pas là pour être ici »

du 24 au 26 mai / Festival Le Bon Air 2019 (Friche la Belle de Mai, Marseille)

Qui es-tu ?

Nina aka Nine Inch. Look total British chav : maillot de bain / short / paillettes / veste Adidas / banane

L’image contient peut-être : ciel, texte et plein air

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« À un moment donné on est pas là pour être ici »

Raconte nous ta vrille de la nuit

Samedi 21 h 07 dès mon arrivée sur le toit terrasse. Jayda G splendide tout de blanc vêtue qui balance un petit son jazzy, le soleil qui se couche, mes copines qui se rendent compte qu’on peut caller notre chorégraphie de danse africaine sur absolument tous les morceaux et qui rient aux éclats. Le bonheur à l’état pur.

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Dans la warehouse, du poppers renversé a fusionné avec ma clope et des flammes bleues sont apparues, que j’ai piétinées en rythme en toute discrétion. Sinon j’ai passé ma soirée à recroiser des potes que j’avais pas vu depuis 2007 et à avoir des petits moments privilégiés de discussions en tous genre, c’est l’avantage d’un festival à taille humaine.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

La totalité du set de Jayda G, déjà mentionnée, pour son swag et son sens du rythme et du timing. Mais également gros kif sur le son de Ron Morelli -> je comprends pas pourquoi y’a pas toujours un instant dubstep en festival, c’est d’une efficacité ! Et intense émotion sur les 2 h de Kerri Chandler, toujours au top.

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Calée Cours Ju’ toujours en train de débriefer ma soirée avec mes potes en enchainant les ice-tea. Mais aussi de me demander si en after j’avais correctement plié mon vote dans l’enveloppe.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Sans hésiter DJ Marcelle. Déjà physiquement elle est pour moi l’équivalent de Kiddy Smile sur le tapis rouge de Cannes : elle brise tous les stéréotypes des DJ meufs habituelles tout en conservant une vibe incroyable. Ensuite si t’arrives à rentrer dans son set – et faut suivre – sa musique crypto-punk t’emmène looooin.

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Yes, of course. Sur le coup lundi ça m’a fait l’effet d’une douche froide. Après m’être posée je relativise, les enjeux du Parlement face à la commission restent limités. Je reste surtout attristée d’une gauche divisée et des faibles résultats de la FI. Mais tu sais quoi en 2020 le Bon Air revient et à Marseille on va faire dégager Gaudin, donc que du bonheur en perspective !

Me on the toit terrasse like « I’m in it to win it and no limit is my home »

BACHIR

« Marseillais »

du 24 au 26 mai / Festival Le Bon Air 2019 (Friche la Belle de Mai, Marseille)

Qui es-tu ?

Bachir ; surnom : Sibaï. Visage de prépubère, bob vissé sur la tête, pas de danses chaloupées après deux bières

L’image contient peut-être : ciel, texte et plein air

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Si je ne devais garder qu’un mot de ce festival : Marseillais, ce festival révèle Marseille sur la scène électronique. Enfin une première fierté pour notre ville, une véritable vitrine alléchante pour les amateurs de musique électronique

Raconte nous ta vrille de la nuit

Il y en aurait un paquet à raconter tellement les deux nuits passées furent intenses… Mais clairement, j’ai vrillé complet samedi 25 Mai. Heure du décès : 2 h. Lieu : La boite, saccagée par Ron Morelli & December. A noter que cette salle se prêtait complètement à la vrille de joie, bonheur, l’amour, et bien plus encore.. L’énergie y était incroyable, on a clairement senti que le public était là pour de la musique et c’est assez rare à Marseille pour le souligner. Je n’ai pas lâché la boite noire et les souvenirs y sont restés intacts !!!!

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

J’ai eu un gros débat avec mon pote sur le maire de Mouans Sartoux et sa magnifique coupe de cheveux. Me demande pas pourquoi, les champignons avaient fait leur effet..

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je ne saurais pas dire qui m’a le plus endiablé entre Giant Swan et le duo americano marseillais. Les quatre se sont enchainés samedi soir, et comme dit précédemment, le son était tellement bien réglé, positionné… L’énergie suintante, des pas de danse plus qu’engagés… Fiouuuuuu

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Le lendemain, j’étais chez moi avec mon coloc, gros Burger King au menu, les oreilles en chou fleur, les neurones fatigués, à écouter les sets de la Boiler à laquelle on a pu participer… D’ailleurs Glitter a envoyé un bijou, ça donnait envie d’y retourner…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne qui m’a marqué, un frérot dont je tairai le nom, qui a nous a construit une belle soucoupe dans la warehouse… Il était seul à bord du cockpit, on l’a retrouvé en fin de soirée, il y avait quelques fissures sur la carrosserie…

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Oui j’ai voté, en bon citoyen. Résultats prévisibles, ça fait plaisir le petit sursaut écolo mais bon, navré que les fachos remplissent les urnes de Marseille..

DIANE

« Explosif/soigné »

du 24 au 26 mai / Festival Le Bon Air 2019 (Friche la Belle de Mai, Marseille)

Qui es-tu ?

Diane, surnommée Dianus par mes srabs (parce que c’est un peu drôle), je n’ai pas de signe particulier (je crois)

L’image contient peut-être : ciel, texte et plein air

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Le vendredi je le décrirais comme explosif tandis que le samedi était soigné

Raconte nous ta vrille de la nuit

Pour moi c’était clairement lors du set de Jayda G le samedi, vers 22 h. Je pourrais parler des heures de ce set qui était un des meilleurs auxquels j’ai pu assister, mais il y a un moment en particulier où l’amour et la joie que procure la musique se sont emparés de l’intégralité du public, de manière impulsive et quasi passionnelle. Lors de ce superbe set house qui alliait finalement de nombreuses autres influences musicales, il y avait une énergie qui circulait entre nous tous. Je m’en suis d’autant plus rendue compte que mes potes ne m’avaient pas encore rejointe à ce moment là, et j’étais seule avec mon p’tit verre de Merlot en train de kiffer le spectacle qui nous était offert ; pourtant je ne me suis rarement sentie autant en harmonie avec les autres. Sur l’une des tracks aux percussions cubaines et aux basses de qualité, la quasi totalité du public s’est accroupie en attendant le drop, sans que Jayda G ne demande quoi que ce soit, tout se faisait par initiative d’amour et de kiff du public qui le rendait à l’artiste d’une des seules manières qu’on puisse le faire en tant que spectateurs d’un dj set : en dansant. Évidemment tout le monde s’est levé pour le kick et il y a eu comme une boule d’énergie positive qui a explosé entre nous tous à ce moment-là. C’était magique, j’ai rarement vécu un moment comme ça, et cette good vibe a continué tout le long du set ayant eu droit a plusieurs applaudissements généraux incongrus suivant les tracks parfaitement placées qui le composait. Pur moment de partage que je n’oublierai pas.

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Sur un set micro/minimal house, au début du festival le vendredi, un mec torse nu en tongs dansait comme si les caissons balançaient un truc hardcore. Les mêmes mouvements répétitifs et violemment saccadés, accroché à la barrière en la faisant chavirer horizontalement le long d’un BPM à 160 qui n’existait pas hahah. En soi, ce qui m’a fait rire, c’est de le recroiser à d’autres scènes, dansant de l’exacte même manière sur n’importe quel set, au même rythme déchaîné, maltraitant la pauvre barrière de sécurité entre les caissons et lui. J’espère qu’il va bien et qu’il a repris son souffle. Une chose est sûre, il était en plein kiff.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je pense que c’est facile à deviner car j’en ai (un peu) parlé au dessus haha : c’était Jayda G, sur le toit terrasse le samedi en début de soirée au fil du coucher de soleil et de la tombée de la nuit. Je n’avais pas spécialement écouté le début du set attentivement, étant occupée, mais malgré des cafouillages pour les transitions j’avais tout de même repéré des sonorités sympathiques. Une fois face à elle, concentrée sur la musique, j’ai été submergée par ce que j’ai vécu musicalement et humainement. Plus qu’un DJ set, c’était une performance. D’abord hypnotisée par sa magnifique masse capillaire se déplaçant dans les airs au rythme de ses pas de danse, j’ai vite été happée par l’incroyable aura qui circulait. Au delà de sa sélection musicale qui était excellente, elle nous transmettait une joie, une énergie, par ses pas de danse, par son sourire chaleureux, par ce qu’elle nous faisait vivre ensemble. J’avais clairement l’impression qu’elle vivait cette joie musicale autant que nous, et en même temps elle savait comment nous guider dans ses propositions : j’ai eu une minute l’impression d’être l’un de ces serpents qu’on hypnotise et qu’on fait danser au son d’une flûte. Ce qui est sûr c’est que sa prestance m’a beaucoup inspirée ; voilà pour moi ce qu’est une femme entière, belle qui s’assume et rayonne.

Musicalement, ce qui a le plus retenu mon attention c’était la fluidité et la cohérence de ce qu’elle proposait alors que nombreuses de ses tracks n’avaient rien à voir ensemble, et ça m’a subjuguée. Elle passait d’un rythme africain à du bon vieux jazz, d’un hip hop des States à un chant asiatique… et tout semblait être à sa place exactement au bon moment. Comme si le pouvoir de la musique permettait d’effacer toutes frontières, de genres musicaux ou encore linguistiques. Je souhaite me souvenir longtemps de cette universalité et de ce sentiment de ne faire qu’un avec elle et les autres. C’était vraiment un moment magnifique.

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Pendant que d’autres profitaient jusqu’à la dernière minute du festival je suis allée me reposer dans la nature à Cassis, en haut du Cap Canaille j’ai profité d’un magnifique coucher de soleil me faisant oublier que, si j’avais gagné en expérience humaine et musical ce week-end, j’avais surtout perdu ma carte bleu et ma dignité hahah.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y avait un mec qui m’a marqué par son déhanché et une femme par sa beauté. Le gars avait une chemise à rayures verticales jaunes, bleues et blanches, un short noir avec des chaussettes jaunes qui remontaient assez haut sur ses gambettes fines et longues (il faisait au moins 3m26, abusé) et une p’tite moustache pour accompagner le tout. Je n’ai jamais quelqu’un danser comme ça ; c’était à la fois impulsif et travaillé, du moins c’était l’impression qui en ressortait, il commençait par faire des ronds avec ses hanches en dodelinant légèrement de la tête, les mains croisées dans le dos. Et dès que le son partait à son goût on avait le droit à un déplacement horizontal de ses hanches comme je n’en ai jamais vu, avec les jambes légèrement fléchies. Si j’avais pu mesurer l’ampleur de son déhanché, il y avait bien 1 mètre du point A au point B, mètre qu’il parcourait de ses hanches plus ou moins rapidement selon son degrés de kiff sur le son. Magique. J’essayais de suivre son rythme et d’apprendre de sa chorégraphie, mais je me suis juste pété le bas du dos.

Quant à la jolie fille à la jolie frimousse, ce que j’ai remarqué avant tout c’était son style. Une combinaison intégrale style plombière/mécanicienne mais toute rouge. Un beau rouge flamboyant, et wow elle avait trop la classe. Ça aurait peut-être mal rendu sur n’importe qui d’autre, mais avec ses cheveux courts bouclés, ses sourcils naturellement bien dessinés, ses tâches de rousseurs discrètes parsemées sur l’ensemble de son visage et sa bouche peinte du même rouge que sa combi, c’était pour moi la femme la plus stylée du festival. Wow. J’en rêve encore.

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

J’ai pas pu voter car j’ai été radiée des listes pour erreurs administratives etc. J’habite à l’étranger donc je t’épargne les détails haha.

Moi devant le set de Jayda G (oui je sais j’en ai beaucoup trop parlé mais vraiment c’était un des meilleurs que j’ai vu de ma courte vie)

YONI

« Sauvage! »

du 24 au 26 mai / Festival Le Bon Air 2019 (Friche la Belle de Mai, Marseille)

Qui es-tu ?

Alors je m’appelle Yoni allias « Mougnou » et en soirée j’ai des lunettes style steampunk.

L’image contient peut-être : ciel, texte et plein air

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Sauvage !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Pour moi la soirée est devenue vraiment dingue vers 3 h, quand I Hate Models est arrivé et l’enchaînement avec Manu le malin était juste parfait!!

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

La boule a facettes m’a fait bien rire mais elle m’a surtout surpris. Jamais je n’aurais imaginé qu’une boule « disco » pouvais rendre aussi bien.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Ce qui m’a le plus marqué à cette soirée c’est IHM et Manu le malin, c’était juste insane !

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

J’étais en train de pleurer car je ne pouvais pas y retourner

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un moment y’avait un groupe de sept ou huit personnes qui étaient habillé d’une façon assez spéciale et qui dansaient d’une façon toute aussi spéciale, ça m’a fait bien rire.

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Je n’ai pas pu aller voter et de toute façon je n’y connais rien à tout ça.

LUIGI

« Chouette »

vend. 24 mai / Hamburg Electronic Music (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Luigi !

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

C’était chouette (mais je t’avoue que certains artistes n’étaient pas cool avec nous le staff ) ahahaha

Raconte nous ta vrille de la nuit

Sans te mentir c’était franchement assez calme ce soir là, puis en général à la Station dès 00 h 30 – 1 h c’est la fiesta ahaha

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Hmmmmmmmm, très bonne question, j’était un peu bourré mes souvenirs sont assez vague !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je dirais LIES

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

J’ai dormi à la station car je bossais dès 11 h pour la soirée du lendemain donc j’étais devant le son à la Station sous le soleil !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

C’était le DJ qui jouait sur la scène extérieur, un asiatique, on a eu du retard lors des balances et on lui a redemandé de jouer vers 23 h il était explosé ahhaha

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Non même pas je t’avoue que j’ai dormi après plus de 24 h de taff hehe

 

MARIUS

« Étonnante »

vend. 24 mai / Subtyl: Codex Empire, Nari Fshr, Munsinger (Petit Bain)

Qui es-tu ?

Yooooo, mon prénom est Marius mais mes potes m’appellent souvent Mama. En soirée je porte une longue boucle d’oreille : j’accroche plusieurs petites créoles les unes sur les autres haha

Image may contain: 1 person, text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une soirée plutôt étonnante

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le moment où Codex Empire a mixé une série de tracks que je connaissais, ce moment là était dingue dingue dingue

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Le moment où l’une de mes potes est partie avec une autre fille haha on l’a retrouvée qu’à la fermeture du club

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Dimitri Rivière, toujours Dimitri Rivière pour sa techno très underground

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Je chillais avec des amis chez moi en me remémorant la soirée de la veille et je pensais au lendemain qui allait être archi dur car je devais me lever à 5 h pour prendre le premier train

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un mec super beau, grand, avec des origines asiatiques et j‘ai kiffé la façon dont il dansait, c‘était hyper élégant, tout ça sur quelque chose d’assez hard

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Ouaip bien sûr que j‘ai voté ! Comme beaucoup de gens, je suis outré par les résultats du RN… les gars, quand est-ce-que vous allez comprendre que l‘Europe est un magnifique projet (avec un certains nombres de défauts certes, mais améliorables) ? Some call it Europe, we call it Home.

Quand j‘ai vu que le club n‘était pas plein à craquer et que je me suis dit que j‘allais pouvoir danser et prendre de la place haha

THIBAULT

« Sauvagerie »

vend. 24 mai / New’s Cool invite Eradys Records (Les Caves Saint Sabin)

Qui es-tu ?

Thibault RUBIN. Une cagoule ou rien, ça dépend du mood ! On danse comme des malades aussi, ça nous fait évacuer.

Image may contain: text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

C’était une sauvagerie (merci 93SOVAGE)

Raconte nous ta vrille de la nuit

C’était l’heure de 93SOVAGE, avec mes potes on s’est tous retrouvés sur la piste et c’est parti en totale vrille, on dansait tous comme des malades !

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Lifka est venu avec Lucinee, sa copine, pour sa première date à Paris. Elle est aussi productrice et Dj, et Matrheim l’a laissé jouer après lui. Ce qui était assez exceptionnel !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Lifka, je ne connaissais pas du tout ce gars, c’était sa première en France et il a tout cassé !

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Je bossais sur mon collectif. On veut faire bouger notre région, la Normandie ! Harbor is coming !! C’était un peu notre before de Possession ahah !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Y’en avait qui arrêtaient pas de danser avec les barrières en mode il veut les ramener chez lui mdr. Et le tatoueur qui faisait du body-painting était extrêmement gentil et intéressant avec un look déjanté !

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Non, j’ai pas voté! En vrai, je m’en fou des résultats. J’ai pas l’impression que ca va changer mon quotidien…. bien dommage !

Moi et mes potes ahah

ALICE

« Très inattendue ! « 

vend. 24 mai / New’s Cool invite Eradys Records (Les Caves Saint Sabin)

Qui es-tu ?

Alice, jamais défoncée toujours bien bourrée

Image may contain: text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Très inattendue !

Raconte nous ta vrille de la nuit

À 4 h pendant l’hybrid set de 93Sovage c’était fou, merci merci

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Un mec tout devant qui sautait et criait partout pendant le set de Monsieur Nobody, un vrai collègue.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le live de Monsieur Nobody était juste juste exceptionnel. Il m’a reboostée je ne voulais plus m’arrêter de danser.

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

J’étais au restaurant à Lyon avec famille je ne pensais donc plus à toute cette vie parisienne !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Celle qui était déchainée devant les barrières du son pendant toute la soirée, et qui bien évidemment, tapait fort du pied !

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Et oui j’ai pu voter ! Par procuration mais j’ai pu voter ! et j’suis déçue du résultat …

Ma tête quand j’ai pris les transports en sortant de cette soirée !

MATTHIEU

« Originale et cosy « 

vend. 24 mai / New’s Cool invite Eradys Records (Les Caves Saint Sabin)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Matthieu : étudiant à Bordeaux en école de commerce + surnom Maki pour les intimes haha + signe particulier en soirée : grande touffe de cheveux un peu ivre sur le dance floor

Image may contain: text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Originale et cosy

Raconte nous ta vrille de la nuit

Déjà en arrivant vers 1 h c’était le fuego avec l’artiste Mathreim qui finissait son set, j’étais avec quatre potes dont deux qui faisaient partie de l’organisation de la soirée. Mon moment de bonheur ? De voir l’organisation dont je connais la plupart des membres voir les flexeurs kiffer leur soirée et voir que c’était une bonne réussite de leur part. Surtout quand pratiquement toute l’organisation était devant le son à danser avec tout le monde.

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Un collègue qui dansait comme une pieuvre tout devant en face du son avec un inconnu ; il m’a tué !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Lifka : impressionnant, très bonne basse avec un rythme enjoué et beaucoup de variations entre les drops, c’était extra. Je ne le connaissais pas du tout en vrai mais une belle surprise .

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

J’étais avec des collègues dans la street pour profiter du bon temps. J’avais repris des forces de la veille où je suis rentré à 6 h 40 chez moi. Un bon mal de crâne surtout, il fallait que je sorte ou que je prenne l’air. J’ai appelé direct des potes pour savoir ce qu’ils faisaient.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

De mémoire c’était à la buvette : un gars était vachement bourré déjà et il a mis au moins 5-10mn à se faire comprendre pour que la buvette puisse le servir ; assez drôle en vrai.

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

J’ai en effet pu voter heureusement, car il faut voter pour un avenir meilleur et pour un futur encore plus prometteur. Les résultats font vraiment peur, la montée des extrêmes, le taux d’abstentionnisme… c’est vraiment la honte. À croire que la plupart s’en fichent royal !

ROMAIN

« On a niqué des mères d’une manière exceptionnelle ! »

vend. 24 mai / PROTOCOL LXIX | Special Verset Zero’s Birthday (secret place)

Qui es-tu ?

Salut à toutes et à tous, je m’appelle Romain, surnom « tocard », j’ai souvent de petites lunettes rouges et rondes en soirée ^^

L’image contient peut-être : nuit et texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

On a niqué des mères d’une manière exceptionnelle !

Raconte nous ta vrille de la nuit

6 h, l’heure où la soirée a commencé… pour bien comprendre, la soirée devait commencer aux alentours de minuit dans une « warehouse »… puis les organisateurs annoncent un report plus tard dans la soirée, finalement on comprend que ça commencera vers 5-6 h. Alors avec mon petit groupe de potes on fait fonctionner notre logique (ayant vécu pas mal d’annulations) et on sent que les orgas sont un peu orgueilleux, en fait ça se voyait qu’ils savaient ce qui allait se passer et que ça allait envoyer du lourd, tu peux pas te permettre d’être comme ça sinon, alors on fait le choix de patienter et d’attendre de leurs nouvelles, et au lieu d’être entre 500 et 1,500 on a été une centaine à taper la soirée, les vrais, les déters, un public Techno d’initiés à 100%. 6 h donc, on arrive dans un squat mais pas le squat underground sous un tunnel, non non, le squat ouvert à la ville, avec terrasse sur voisinage. Bah putain, grosse techno à 150 décibels pour te réveiller le samedi matin, quoi de mieux ?

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Y’a beaucoup de choses qui m’ont marqué. Unconscious, producteur et DJ de 40 piges à peu près, il a mixé dans des milliers de soirées, il n’avait jamais vu ça. Viscerale, petite anglaise qui sort de la techno bien indus bien lourde, toute belle sortant de l’Eurostar, qui a la fin de son set doit décaler et va aux toilettes au sous-sol où tout était noir limite, y’avait des rats haha je l’ai escortée j’avais peur pour elle hahaha (les toilettes du haut étant condamnées par du scotch double-face)… David Sink qui avait préparé son set pendant un mois et demi et qui peut enfin nous le lâcher dans l’après-midi, c’était excellent… Verset Zero avec son costume et déguisement de Joker qui nous fait un live antologique… P’tain la vraie soirée techno les gars… les voisins qui balancent des objets par la fenêtre car ils devenaient fous… les squatteurs qui vivent là et qui hallucinent et qui essaient de voler le coca… les flics qui ne peuvent rien faire… de la K artisanale… un système son à tous les étages… une maison labyrinthe (comme un bunker) avec des milliers de passages partout… la soirée devait faire minuit-midi, elle a fait 5h30-20h30, Procotol, les rois de l’impro mon pote !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Bah clairement on va pas se mentir, P….r, l’Empereur des Opprimés a illuminé notre cour des miracles. Je ne vais pas l’encenser car son créneau c’est l’underground de l’underground, mais alors t’as jamais vu ça… ça fait plusieurs fois que je me le dis et j’ai eu la confirmation ce jour-là : c’est le meilleur. Ce mec (et son équipe) est incroyable, j’en ai encore des frissons, on a tellement de chance qu’il soit à Paris !

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

La soirée battait encore son plein, on peut donc considérer que c’était l’after de l’after ? Mais on était sur la fin ! On était heureux et tu sais, avec ce sentiment de satisfaction que t’as fait tous les bons choix dernièrement pour être là, à ce moment là, avec tous ces gens au top et cette Techno sortant des entrailles de la Terre.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Franchement pas mal de monde, en bien ou en moins bien (la folie qui touche des personnes qui ne l’étaient pas il y a encore quelque temps, faites attention…). Mais comme je vous disais, on avait vraiment un petit comité très restreint de passionnés, du coup tout le monde était un peu une oeuvre d’art à lui tout seul ! C’était génial…

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Voter ? Hahahaha, je vote avec ma monnaie, et tout va dans la techno et le bio. Comme dirait Coluche, « si voter était utile, ça fait longtemps qu’ils nous l’auraient interdit ». Pour moi, tout ça n’est qu’une vaste blague, je vis en dehors de cette société, je suis un marginal car je n’y suis pas heureux, du coup je m’occupe des gens que j’aime et de mes passions. Ce que je pense des résultats, c’est que tout est truqué et manipulé depuis longtemps, du coup ça ne m’intéresse vraiment pas, au contraire.

mMoi lorsque P….r est arrivé, afin de me caler en face de lui et de ses platines…

MARGOT

« Les montagnes russes »

vend. 24 mai / Freaky Beats #22 – Trance Closing ! (Glazart)

Qui es-tu ?

Margot alias Gomar ou Goms ; quelque tatous mais pas trop, j’adore m’habiller de manière atypique quand l’envie m’en prend !

Image may contain: 2 people, text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Les montagnes russes » la salle bondée, les gens en sueur, les baffes qui vibrent au rythme de la Trance qui fait naître une excitation et une énergie rarement vue ailleurs, contrastée par des ponctuels petites pauses clopes, pour s’asseoir un coup, sentir la fraîcheur du petit matin sur sa peau et boire une bonne binche bien fraîche !

Raconte nous ta vrille de la nuit

A la fin du set de Unlogix, après une heure de bonheur et de bon tapage de pied qui se termine sur le son tant attendu par tout le monde « La Espanolita » et voir la populasse se regarder et commencer a chanter la mélodie en coeur avant d’atteindre le plafond au moment incroyable du drop. Heure : 5h30

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Avant un bon gros drop la trance nous ravit de ses contrastes mélodieux et nous savons tous qu’elle s’apprête à nous offrir un silence pour une explosion sonore juste après, les lumières qui s’allument au rythme de la musique sont prêtes à s’éteindre quand tout d’un coup un mec dans la foule hurle « IL VA FAIRE TOUT NOIR » et tout le monde qui répond en coeur « TA GUEULE » ; fou rire générale.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Bakali de Undercover. À peine arrivé dans la boite après une longue route en Heetch et l’impatience qui monte ; enfin rentrés enfin envie de prendre une bonne claque par le son et la c’est cadeau c’est Bakali qui fait vibrer les baffes !

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Je me préparais psychologiquement à recommencer deux heures après et pensais au fait que je n’allais pas assumer ma vie lundi matin au travail haha

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Par son ivresse, mon acolyte de la soirée qui, telle une ivrogne qui se respecte ne comprenait rien, disparaissait toutes les deux minutes, faisait des câlins, et oubliait ce qu’elle disait une minute après l’avoir dit. Love sur toi mon acolyte !

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Bien sûr, en y allant en rampant haha… non sérieusement oui j’ai voté et je ne suis pas satisfaite du résultats mais en même temps c’était prévisible !

KADDY

« Nostalgie « 

vend. 24 mai / La Darude #5 (L’Officine 2.0)

Qui es-tu ?

Kaddy Mahoy le grand barbue avec les lunettes en forme de cœur (#quedulove)

Image may contain: 2 people, people smiling, text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Nostalgie

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je pense que c’est quand dj HRP a sorti sa clé usb magique tel un sabre de sa poche et qu’il nous a joué ses plus grosses vacheries ahah

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Le nombre de personnes torse nu avec la chaleur, c’était drôle !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un bon vieux remix d’un son de Gala ; halala quel bonheur !

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

J’étais sur Opskins pour dépenser mes dernier 300€ dans un karambit fade !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Cette petite coréenne avec qui j’ai partagé trois minutes et 32 seconde de ma soirée !

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

J’ai voté pour les verts, vive la planète, faut en prendre soin !

LUCILLE

« Défouloir du mois »

sam. 25 mai / Ceremony New Wave Post Punk XVIII (Petit Bain)

Qui es-tu ?

Lucille ou la luche danseuse du petit matin.

Image may contain: night and text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La new wave c’est le défouloir du mois !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Tout commence par un before avec une super team et des cocktails de vodka citron sans oublier le houmous et le Madame Loïc (Apéro). Puis arrive le moment fatidique de se diriger vers le petit bain. On enfile la veste en vinyle, arrêt quai de la gare : papillon dans le ventre, envie frénétique de danser, arrivée à bord d’un premier verre, puis des rencontres, des retrouvailles à la pause clope du roof top.

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Les DJs de la new wave sont de sacrés artistes, ils mettent beaucoup de cœur et de plaisir à jouer et faire évoluer leur set. Le plus fascinant est la vidéo qui tourne en arrière plan, Yohan est vraiment doué à chaque fois je reste bouche bée, c’est hypnotisant.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Toujours un faible pour ces petits joueurs de musique sur l’estrade. Ceremony nwpp avec Lou Solaire et Jon Harper et leurs belles gueules mais surtout leur passion dévorante de donner du plaisir au gens sont les piliers de cette soirée. Posée sur mon petit nuage de vodka je me suis défoulée toute la nuit sur la piste, pas d’extravagance cette nuit, photo à l’appuie, ce weekend on reste sage. Départ 6 h, retour à la casa.

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Le lendemain, pour se remettre d’une bonne cuite du samedi soir rien de mieux qu’un litre d’eau, une bonne séance de sport et un lit bien douillet. 20 h 20 série, dîner et colocataires.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

De plus en plus dénudée mais pas pour autant moins bien, la dernière de la saison était vraiment chouette. Merci à eux. Merci à mes acolytes pour ces moments.

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Pour le vote, une procuration à mes parents n’étant pas originaire de Paris. Les résultas sont décevants. Si les citoyens voulaient bien se bouger le cul et aller voter, je pense que les résultas auraient été différents. Et on serait un peu moins dans la merde.

J’attends la prochaine avec impatience

WILLIAM

« Extravagance, nuage de paillettes, liberté et techno »

sam. 25 mai / Club Trax : House of Love (Rotonde-Stalingrad)

Qui es-tu ?

William dit Willy la Hache

L’image contient peut-être : 1 personne, debout, texte et intérieur

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Extravagance, nuage de paillettes, liberté et techno ; il ne manquait que Ruby Rhod du cinquième élément…

Raconte nous ta vrille de la nuit

Tout est parti sur un nuage quand le show drag a débuté, c’est magique et ça me rend avec mes amis complètement ébahi, je retombe comme en enfance, je suis subjugué, et ce soir là c’était comme on dit dans la mode : THE SHOW IS THE SHOW

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

J’avais mon meilleur ami dj (please Martine) avec une coiffe de chef indien qui arpentait toute la soirée accompagné d’un ami allemand pilote de ligne en petite chemisette à fleur. Ils allaient à la rencontre de tout le monde et se présentaient « bonjour Martin et Ben Pilote de ligne ». Ce duo et cette manière de se présenter c’était abjecte, ils allaient voir tout le monde.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

L’arrivée de la « drag pieuvre bleu », Aka « Manita » je crois avec un set club med qui partait de la pop à la techno ensuite, trop pur !

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Je montrais les videos de cette soirée sans m’en remettre tellement c’était beau tout en préparant un agneau de lait chez moi.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ce soir là les esprits étaient plus ouverts que le vote du lendemain. Je pense que les soirées drags accueillent de plus en plus de gens différents, ce qui est positif !

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

J’ai pas été voté parce que cette soirée drag m’aurait fait voter rose, puis aujourd’hui tu peux que voter blanc ! Le résultat des européennes, je ne devrais pas donner mon avis puisque je n’ai pas voté mais une chose est sûre, on vit les belles années d’un Europe libre et ouverte, mais les gens veulent consommer plus local.

J’ai crié comme un fou juste devant le show, bravo au public, aux artistes et aux orgas pour cette belle soirée

CLÉMENT

« Respectueuse et audacieuse »

sam. 25 mai / Club Trax : House of Love (Rotonde-Stalingrad)

Qui es-tu ?

Sciatique Drag Queen à la bouche tordue

L’image contient peut-être : 1 personne, debout, texte et intérieur

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Respectueuse et audacieuse

Raconte nous ta vrille de la nuit

A peine arrivée j’ai été dans l’ambiance ! Atmosphère si conviviale ! On retrouve les copines, on danse, on se fait payer des verres. Je connaissais pas le lieu mais il a un côté un peu magique. Je n’ai réalisé l’existence des deux autres salles que vers 4 h du matin !

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

L’arrivée d’Enza Fragola à 4 h 30 du matin, comme une fleur ! Elle était persuadée qu’elle serait à l’heure pour la performance Drag… de 3 h du matin.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Les mix d’Ixpe. Parce que c’est tellement du bon son 🙂

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

J’étais au bout de ma vie ! Trop d’alcool… Du coup, on est resté sagement chez soi à chiller devant Netflix en mangeant des spaghettis bolonaise.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je crois que je décernerais la palme ex-equo aux poitrines respectives d’Enza Fragola et Victoria La Chose. Entre les faux seins silicones bonnet D et les poissons fugu, je ne saurais départager !!!

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Oui je suis allé voter le dimanche. C’est même la seule chose productive que j’ai fait de ma journée.
Les résultats ? C’était un peu annoncé… Je suis juste déçu que les gens ne se rendent pas plus compte que c’est à Bruxelles que se votent les lois aujourd’hui et que, de ce fait, ces élections sont quasiment less plus importantes. Triste aussi du message qu’on envoie à l’international…

Parce qu’on a fini par prendre le Heetch pieds nus. Trop mal aux pieds !!!

BOUBAKER

« The post punk new wave mass »

sam. 25 mai / Xeno & Oaklander – Automelodi – Void Vision (Petit Bain)

Qui es-tu ?

Boubaker. Pseudo : Baker.

Image may contain: text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Je l’ai nommé The post punk new wave mass (messe en anglais)

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand Xeno a chanté le titre Angelique, ça nous a bien fait partir en vrille. On chantait Marc Astérix parce que les paroles sont drôles et un peu ridicules.

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Les grandes retrouvailles avec mon ami Musicos pour partager cet événement

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Les métros disparus de Automelodi en featuring avec la chanteuse de Xeno, magique !

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Je sortais de la sieste après avoir vu un amant

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y avait une personne dans le public travesti visage tout blanc perruque avec un chapeau de soldat gradé ; très sympa… Tout en cuir, accompagné d’une très belle femme métisse coupe court !

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Non je n’ai pas voté, et je m’attendais à ce genre de résultat. On est mal barrés…

Quand Xeno a chanté « Angelique » c’était le feu

EM

« Un magnifique zbeul »

sam. 25 mai / Freeparty El Hey (secret place)

Qui es-tu ?

Em – J’ai l’air d’un p’tit ange mais je suis un vrai sheitan.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Un magnifique zbeul.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Comme toute bonne soirée qui se respecte, j’ai commencé mon samedi soir en pensant rentrer tôt. Résultat, j’ai terminé dimanche à midi. Comme je suis tout de même une personne rationnelle, j’ai bien capté, vers 2 h du mat’ que ça allait partir en cacahuète. À ce moment, on marchait avec mes potes dans le noir complet pour arriver à la teuf. On voyait juste des petits points lumineux au loin et surtout, surtout le son qui raisonnait à balle. Pas besoin de faire un dessin, on est devenu fou !

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Entre 9 h 30 – 10 h 30, lorsque le monde extérieur est venu se frotter à notre petit cocon festif. Tout près de notre spot, y’avait un petit chemin, sur lequel couraient les joggeurs du dimanche matin. Y’avait clairement deux camps : ceux grand sourire, heureux de voir notre belle équipe, et puis ceux qui se demandaient ce que, diable, nous étions en train de faire ! Honnêtement, nous avions toute notre place parmi eux, je nous considère tous comme de grands sportifs du samedi soir.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Wes – Alane. Véritable moment de bonheur avec la chaleur du soleil, mes lunettes roses et tout le monde heureux autour de moi !

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

Je regardais les résultats des élections européennes. Je me disais que j’aurais bien aimé ramener Marine Le Pen à une de ces teufs. Lui donner un gros bout de prod’. Et puis ma foi, regarder.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Clairement, un grand merci au crew El Hey, pour leurs teufs qui partent gentiment en couille et qui réchauffent les coeurs. Avec eux, on part en vrille en toute sérénité, sans aucune prise de tête et ça, bah ça fait du bien.

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Je suis arrivée au bureau de vote, pas au meilleur de ma forme mais j’ai pu voter ! Contente du taux de participation élevé et du score d’Europe Écologie Les Verts. Inquiète par le Rassemblement National.

Y’avait plein de petites guirlandes lumineuses, dont une accrochée entre deux arbres. Quand je passais en dessous, je me prenais pleine face le boitier pour les piles… À chaque fois !

CLAIRE

« Inoubliable »

dim. 26 mai / DADA KLUB [OPEN AIR] (Hippodrome d’Auteuil)

Qui es-tu ?

Claire / pas de surnom fixe / une petite blonde pleine d’énergie

Image may contain: text

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Inoubliable

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 20 h – tout le monde a commencé à ce décoincer. On a enfin pu avoir des discussions sans queue ni tête avec des gens avec qui on ne penserait jamais avoir une discussion dans la vie de tout les jours !

Le souvenir drôle ou juste beau que tu vas en garder ?

Avec des copains, on a remarqué un petit mec en train de dormir et on a s’est dit que ça serait sympa de regrouper le plus de personnes pour faire la plus grosse photo avec lui !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Puzupuzu et Jaspe surtout !

Le lendemain à 20 h 20 c’était quoi les bails ?

En plein dîner de famille et qu’une envie : rentrer chez moi dormir

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

C’est mon ami Garo, il est juste extra ! Il a ce petit grain de folie qu’aucun mec n’a

Dans tout ça, t’as pu voter ? Tu penses quoi des résultats ?

Je n’ai pas eu le temps de voter ou pris le temps ahaha ! C’était surtout le jour de la fête des mères, j’ai pris le temps d’être avec qu’elle avant tout autre chose.

C’est dans ces petits moments « comme suspendu hors du temps » qu’on se rend compte qu’on est pas un pays si détruit que ça

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

En photos et sans les mains !

Léa Signe aurait pu photographier le Festival Visions il y a trente ans


Dégif

Dégif du weekend #51 : les enfants sauvages de la teuf


Mixtapes

Mixtape 87. | OFFËNSIV


After

Derrière le deck #12 : « J’ai dû ramper à travers un trou dans le dj booth ; je me suis retrouvé assis au milieu du dancefloor… »