Les Nuits Sauvages

After Club #4 : Sonic Crew – Astroclub – Heeboo

After Club #4 : Sonic Crew – Astroclub

After Club - Juin 19, 2019

Pas toujours facile le warm up, d’ouvrir la danse face à une salle à moitié pleine ou quasiment vide. C’est comme être le premier à passe au casting, faut se lancer sans jamais trop savoir ce que les autres vont donner ! Pourtant, bien trop souvent dénigré, le warm up c’est une jolie place qui permet de déterminer l’atmosphère de la soirée et qui chauffe le public ; une jolie place et un rôle maîtrisé seulement par les meilleurs. Pari réussi, le 7 juin dernier, par le Sonic Crew qui lançait les festivités de l’Astroclub au Rex. À écouter attentivement, un set bouillant !

Complicité musicale et amicale, voici le Sonic Crew. Après 20 ans de vie commune, Alex, Ludo et Gildas partagent toujours les mêmes goûts musicaux et portent une importance toute particulière au « faut que ça groove » ! Toujours une clé usb en poche, le point fort de leurs sets c’est la diversité et l’improvisation : y’a pas de préparation, juste du direct. Ça donne un résultat entrainant, qui monte en intensité et donne envie de taper du pied en fermant les yeux !

Comment vous avez préparé votre set ?

On mixe tous les trois ensemble depuis plus de 20 ans ! C’est avant tout une histoire d’amitié. On s’est rencontré, je tenais mon magasin de vinyles. Alex et Ludo avaient les mêmes goûts musicaux que moi : fallait que ça groove, peu importe les styles et les époques, avec un esprit toujours festif où le public reste le meneur de la danse, la communion, les sourires, les émotions.

Comment s’est passé votre set ? Comme vous l’aviez prévu ?

On improvise sur place en fonction de l’heure à laquelle on joue et aussi, et avant tout, en fonction du public qui se trouve devant nous.

Certains détestent jouer à ce moment, pourtant, le warm-up pose les fondations de la soirée

Avec l’ère du numérique, on se ballade avec des milliers de morceaux désormais dans nos clés. On est tout terrain du coup. On ne se concerte pas vraiment et on se rend souvent compte qu’on achète les mêmes morceaux. On se bat même parfois pour les passer.

Vous avez une tracklist ?

Non. On ne prépare rien. À vos Shazam pour retrouver les morceaux !

Vous jouiez à quelle heure d’ailleurs ?

On a fait l’ouverture du Rex, le warm up. Certains détestent jouer à ce moment, pourtant, le warm-up pose les fondations de la soirée. On installe l’ambiance dans le club, on diversifie le plus possible notre playlist, on monte progressivement l’ambiance. Ce n’est pas toujours évident d’ouvrir dans une salle vide mais quand tu regardes le public à la fin du set, que tu vois qu’ils sont tous en train de danser avec une énergie communicative et positive, on se dit qu’on a rempli notre mission !

Bon allez, et si vous deviez vous donner une petite note ?

On a rencontré quelques problèmes techniques au début de notre set. Restons humble. On pense avoir fait le travail ! Ceux qui l’écoutent le jugeront.

Et le public ?

Attentif. Le public n’était pas nombreux ce soir là car il se passait tellement de choses à Paris ce week end là ! Mais le line up était super chouette : Jensen Interceptor, Special Request, Madben et le Sonic Crew pour vous servir.

Emmanuelle Rouault

Articles similaires

Plus d'articles

Dégif

Dégif #97 : « Un clin d’œil au petit garçon innocent que j’étais avant de découvrir le monde de la nuit »


Derrière Le Deck

Derrière le deck #18 : « Il a commencé à se cramer les poils du torse avec un briquet, je me suis dit : “Là, ça se barre vraiment en vrille !” »


Alexis Chadefaue

Culture Club

Week-end techno à la Saint Valentin : Laissez parler la tendresse ! On achève bien les chevaux.


Dégif

Dégif du weekend #55 : « Pas là pour pécho »