Les Nuits Sauvages

Dégif #119 : « Il avait un sublime kimono, avec en dessous une petite culotte piquée à sa coloc » – Heeboo

Dégif #119 : « Il avait un sublime kimono, avec en dessous une petite culotte piquée à sa coloc »

Dégif - Février 20, 2019

Victor Maître

On s’y aime, on s’y quitte, on s’y déteste, on s’y attire comme des aimants. Dans le club, là où tout peut naître comme mourir. Là où tout peut couler et s’absorber. L’amour et les baisers volés, fantasmes et danses endiablées. On se risque à des sauts périlleux qui donnent envie. On se pend aux branches, on s’y balance de sein en saint. On fait n’importe quoi, parce que ça fait du bien, et ça, au moins, on le fait bien !

Pour ce dégif nos reporters d’un soir ont ENCORE tout donné :

CARO

« N’imp »

jeud. 14 fév. / Vite et mal le retour : le mariage selon Retard (Point Éphémère)

Qui es-tu ?

Caroline mais tout le monde m’appelle Roca, je suis facile à reconnaitre parce que je n’ai pas de t shirt.

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

N’imp

Raconte nous ta vrille de la nuit

Le moment où je suis sortie du gâteau pour mon strip tease, je suis toujours un peu stressée avant mais une fois que je suis dedans c’est toujours un grand moment de joie et de liberté. Même si c’est l’ouverture de la soirée et qu’il est super tôt, ça donne un peu le ton pour le reste de la nuit, là le public a tout de suite accroché et a été super bienveillant donc je me suis dit qu’on allait tous passer une bonne soirée !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’ai beaucoup aimé le mariage de Lou et Coline qui sont passées en premier, habillées en avocate et en flic avec des voeux super drôles et émouvants. C’est assez incroyable de voir à quel point tout le monde a joué le jeu à fond, en étant hyper sérieux alors que ce sont des faux mariages pour le fun.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Quand Charlotte a chanté Total Eclipse of the heart de Bonnie Tyler, c’est une de mes chanson préférées alors sa reprise est tombée pile poil droit dans mon coeur (et mes oreilles).

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je sortais tout juste du boulot et je me disais que je mangerais bien une pizza pour me féliciter d’avoir survécu à ce vendredi.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Pour moi le duo gagnant c’est évidemment Camille et Colette qui ont décidé de se marier en tenue de patinage artistique et sur patins, donc beaucoup de strass et de souplesse, c’était beau et décadent, et personne ne s’est cassé la jambe, ce qui est toujours un plus !

Climax de joie quand en fin de soirée il nous reste 5 minutes et qu’on décide sur un coup de tête de s’épouser avec Anna (Wanda Gogusey). On était super excitées et paniquées parce qu’on a rien préparé du tout, j’ai vraiment eu l’impression de me marier n’importe comment à Vegas mais avec tous nos potes autour. On a peu chié notre discours mais ca doit être l’émotion (ou les bières) !

MÉLINÉE

« Ménage à trois »

jeud. 14 fév. / Vite et mal le retour : le mariage selon Retard (Point Éphémère)

Qui es-tu ?

Mélinée mais souvent Méli ou Mélili, on me repère facilement en soirée car je roule des pelles à tou.te.s mes potes.

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Ménage à trois (on s’est mariés en trouple)

Raconte nous ta vrille de la nuit

Ça devait être autour de 23 h quand on est arrivés en dansant sur scène pour se marier, accompagnés de trois potes en guise de témoins ! Il y a eu des bisous, des chutes, et des danses très sensuelles (un peu comme dans une telenovela)

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

On devait raconter comment on s’est rencontrés, sur scène, et un de mes deux potes (désormais mari) a improvisé une histoire : leur première rencontre se serait déroulée dans un sauna gay et je suis passée après pour tout nettoyer. C’était un peu plus stylé que l’habituel « On était dans la même classe en Master 2

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sex bomb, interprété par Charlène Darling de la meilleure des manières, qu’on avait choisie pour marcher vers l’autel. On nous a dit que c’était un choix bizarre pour célébrer l’amour, mais ça nous correspond bien finalement.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en pyjama dans mon canap’ en train de regarder une série de super-héros, me demandant comment j’ai pu passer, en 24 h, d’un mariage avec deux hommes magnifiques à une soirée seule à manger des pringles hot&spicy.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Toutes les meufs de Retard étaient géniales, particulièrement Marine, déguisée en Elvis, bière dans la poche, ou Roca, sortie d’un gâteau géant, avec cache tétons en forme de cœur ! Elles ont géré du début à la fin !

On était clairement assez alcoolisés pour daber (mais je jure qu’on l’a pas fait)

COLETTE

« DU FUN »

jeud. 14 fév. / Vite et mal le retour : le mariage selon Retard (Point Éphémère)

Qui es-tu ?

Colette, mariée en body à strass et patins à roulette

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

DU FUN

Raconte nous ta vrille de la nuit

Alors c’est parti en vrille, en amour, en bonheur et en joie totale a peu près à l’heure où je me suis mariée, la suite, je ne m’en souviens plus.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Et bien, les voeux les plus cocasses, improbables, drôles, absurdes de ma génialissime épouse m’ont bien fait marrer.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Toutes les chansons d’amour réinterprétées pour le meilleur et pour le pire, par la sublime et talentueuse Charlène Darling.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je dinais avec mes parents, qui débarquaient fraichement à Paris le midi même et que j’ai accueillis le plus dignement possible transpirant encore l’alcool de la veille.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ma femme en expression libre corporelle sur Kate Bush, avec un final en grand encart.

Quand j’ai enfilé mes patins et réalisé que je ne savais pas en faire. C’est le moment où j’ai décidé de boire beaucoup d’alcool très vite, très mal.

DYLAN

« Jaculatoire »

vend. 15 fév. / How To Love #6 : Aufnahme + Wiedergabe label night (Petit Bain)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Dylan, j’ai 26 ans et on me donne pleins de surnoms. FlufFluf, La frotteuse du Rivoluxe, le gros did’z, mais mon préféré c’est la perle blanche, à cause de mon crâne lisse et blanc.

L’image contient peut-être : nuit et texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Jaculatoire… Définition : mouvement intérieur qui se caractérise pas un jaillissement ardent. Qui dit mieux ?

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je saurais pas te dire l’heure, mais quand tu sors t’as toujours le moment où tu regardes tes potes autour de toi qui dansent comme des dingue et tu te dis que y’a vraiment que ça de vrai dans la vie. Ca finit généralement en gros câlin !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Eddy de Schwefelgelb… mes potes et moi on le trouve super sex, on en pouvait plus. On simulait un orgasme sur chaque kick, il a fini pas nous regarder, on a fait un malaise collectif… les groupies genre.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Philipp Strobel … Il nous a joué Machine Gun de Portishead… je rêvais de l’entendre en club. Je suis devenu hystérique, un pur moment !!!

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je négociais avec mon corps endolori pour le motiver à bouger à Protocol…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Moi et mes potes en ramasse sous le soleil en after… C’était une pure soirée qui annonce un printemps et un été au top !

MARIE

« La crème de la crème »

vend. 15 fév. / Pimp My Queer #4 (à la folie)

Qui es-tu ?

Marie, j’avais un t-shirt argenté transparent sur un soutien gorge rose, et un coupe-vent rose/violet par dessus.

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La crème de la crème, assez peu de gens mais seulement les meilleurs !

Raconte nous ta vrille de la nuit

À 5 h du matin sur le dancefloor entourée de belles nouvelles rencontres, un mélange d’amitié, de sensualité et de folie qui a continué jusqu’en after.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Les deux filles qui m’ont plu à cette soirée avait le même prénom (à une lettre près)…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Vignerouge ! Pour son set endiablé et ses potes qui mettaient le feu à la piste !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je devais être en train de dîner chez moi, et je pensais à la Paris Manga du lendemain

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Eva, toute petite et très mignonne avec ses cheveux ras, ses points dessinés au liner sous les yeux et son kimono bleu, qui était hyper gentille et sensible. Le genre d’inconnue qu’on a envie de serrer dans ses bras pour lui donner de la joie.

Ce moment où une amie de ta chope un peu trop bourrée est hyper territoriale et protectrice sans raison

SALOMÉ

« Improbable « 

vend. 15 fév. / PARKINGSTONE XXI . Special BAAM Support (Trabendo)

Qui es-tu ?

Salomé Salemo, habillée en tout léopard

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Improbable

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 2 h du matin, quand la lumière est devenue rouge et que le son est venu nous remuer le bide !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand le demi-buvard de LSD a tapé et que l’on a eu l’obsession sur la piste de danse de rencontrer des personnes chauves.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Mention spéciale pour Nkisi, qui a décuplé le trip !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dîner avec mes parents avant de retourner taper du pied !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une nana exceptionnelle d’une quarantaine d’année qui était habillée en robe d’été à fleurs, bottes, et sac à main, si bien qu’on ne savait plus si elle sortait du boulot ou si elle était déjà prête à y aller !

ROBIN

« Expérimentale »

vend. 15 fév. / PARKINGSTONE XXI . Special BAAM Support (Trabendo)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Robin Voisin, je suis étudiant en arts + orienté photographie et 3D, je suis en stage chez NDA en ce moment et je bosse aussi pour VICE. Pour signe particulier j’ai un tatouage de Luna de Sailor Moon sur le bras, et un emoji heureux sur l’autre, sinon une banane iridescente de chez Sucuk und bratwurst.

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Expérimentale

Raconte nous ta vrille de la nuit

Aux alentours de 3-4h ! Lorsque j’ai retrouvé un pote un peu défoncé que j’avais pas revu depuis un bail et avec qui j’ai fini la soirée à danser !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Un mec qui aux chiottes m’a complimenté la teille de ma teub pendant une bonne minute (le temps que je finisse de pisser haha).

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Uah ! Tellement dur, pas mal kiffé Organ Tapes, mais surtout Swan Meat qui comme dans Lisp a parfois des sonorités PC Music, et ses clips sont dingues !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en train de fumer un pète devant des animés tout en bidouillant de la 3D chez mon pote Quentin Le Drean.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

C’est plutôt un mec qui était pour le coup grave sexy, je l’ai croisé une fois en train de danser et je l’ai pas revu de la soirée =(  Sinon le visu de Sam Rolfes pour l’event était fou !

J’étais à peu près là sur Swan Meat…

 

ANTOINE

« Une première »

vend. 15 fév. / PARKINGSTONE XXI . Special BAAM Support (Trabendo)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Antoine, mais souvent on m’appelait Anthony en voyage, car les Anglo-saxons n’arrivent juste pas à comprendre que mon prénom se prononce « ant+one ». J’ai souvent un haut fishnet ou une couronne d’ange.

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une première… pour moi et pour l’ami avec qui j’étais… A peine arrivés devant le Trabendo que des personnes nous disent de ne pas y aller. Que c’est une blague. Que c’est une perte d’argent. On avait pas fait tout ce chemin pour rien, donc on paye quand même l’entrée. Et la musique était effectivement une blague au début… C’est toujours mauvais signe quand les 3/4 des participants sont dans le coin fumoir en train de parler. Une musique qui n’avait rien à voir avec de la techno… Puis est arrivée une artiste new-yorkaise GIA à la fin, mais il y avait trop de coupures entre ses tracks. Hormis ça j’ai bien aimé, mais disons pour des raisons … chimiques.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Mon ami qui n’avait rien pris est parti, et je me suis retrouvé tout seul. J’ai rencontré un mec transsexuel avec qui on a fini la nuit. Je vous passe les détails de cette nuit, ça serait NSFW.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Ma première expérience avec une {(i)}. C’était génial… Je me pose des questions sur ma sexualité maintenant.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

GIA en réalité, car je la suivais en permanence sur Instagram où elle donne l’impression d’avoir une vie de folie à New-York. Et puis elle était sur le stage, calme, stoïque, inatteignable, comme Sophie quand je l’avais vue à Montréal.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans mon lit bien au chaud, et je remettais encore en question ma sexualité.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Lui.

Ça c’est l’état de mon cerveau durant cette soirée.

CHLOÉ

« LA FETE. « 

vend. 15 fév. / 75021 #30 – XXX : David Vunk, Eliott Litrowski, DJ Sundae (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Mon prénom c’est Chloé, on me donne pas mal de surnomS, ceux que je préfère c’est Coco ou Clochette au choix. Mon signe distinctif en soirée c’est le même que dans la vie de tous les jours, je suis petite. Mais on finiT toujours par me retrouver.

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

LA FETE.

Raconte nous ta vrille de la nuit

L’heure où on a réussi à rentrer. Ma troupe n’avait bien sûr pas de prévente et on est arrivés vers 2 h donc on a fait la queue pendant une heure. Ils pensaient tous déjà à un plan B pensant qu’on n’allait jamais rentrer, ça râlait parce qu’on était quand même à la Station donc pas grand-chose à faire autour. Ils étaient tous bien faits et moi je fais un mois sans alcool alors j’étais sobre et je perdais un peu patience. Quand on est rentrés, que tout le monde avait le smile et dansait sur le set d’Eliott Litrowsky, c’était le top.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

David Vunk qui décide à 6 h du matin de couper la musique pendant genre dix bonnes minutes. Son set était trop bien jusque-là, tout le monde était ravi et puis plus rien. La piste s’est vidée et quand c’est reparti au moins on avait la place pour danser. Je n’ai toujours pas compris ce qui s’est passé.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

David Vunk qui place Enjoy the silence de Depech Mode, j’adore le fait de mettre des morceaux complètement kitch perdus dans un set. À ce moment, tout le monde chantait en cœur sur le refrain, c’est juste après qu’il a décidé de couper le son.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Petit repas entre amis à la maison, on était tellement fatigué de la veille qu’on rigolait vraiment pour rien, ça devait un peu ressembler à l’asile vu de l’extérieur.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ce mec persuadé que je lui avais donné mon numéro plus tôt dans la soirée mais que je n’avais jamais vu de ma vie et qui a voulu que je lui redonne pour vérifier, ce que bien sûr je n’ai pas fait. Petit filou, on ne me l’avait jamais faite celle-là, c’était bien tenté.

Je crois que c’est la soirée dont globalement je me souviens le mieux de ma vie. Je peux tout raconter très clairement, c’est bien aussi les soirées sans alcool !

INÈS

« Suffocante »

sam. 16 fév. / Le bal de La toilette # get out (Cabaret Sauvage)

Qui es-tu ?

Je suis Inès. Surnom : aucun. Signe particulier : soupirer, beaucoup. Et passer des nuits entières dans le fumoir.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Suffocante : j’avais une bronchite vénère et une envie de fumer intarissable. À trois heures du matin je naviguais entre un trip à la clope et un autre à la Ventoline.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Temps 1 : à 21 h, quand j’ai décidé de sortir au lieu de rester chez moi couchée en sirotant un grog. C’était une erreur. On m’y reprendra quand même.
Temps 2 : à 2 h, quand j’ai décidé de croire qu’il existait des « alternatives chimiques » aux huiles essentielles. C’était une erreur (…bis).

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Je suis tombée dans les marches. À la sauvage. Mais sans l’esprit cabaret.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sans hésiter, le live de Léo Minasso : puissant et hypnotique, comme une méduse.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dans mon lit. Arrêt respiratoire. Je pensais vaguement à mourir ou à remonter le temps. Je songeais qu’il faudrait arrêter de fumer en allumant un pétard. Je me maudissais, entre deux quintes de toux.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La tenue de scène de Front de Crypte. #inlove

À presque 6 heures, j’ai voulu m’asseoir un instant et j’ai failli m’endormir sur une table. Il était temps de partir.

MATHIEU

« Dingue de ouf »

sam. 16 fév. / Flash Cocotte (NF-34)

Qui es-tu ?

Prénom : Mathieu
Surnom : je crois même pas en avoir…
Signe particulier en soirée : le tatouage « mourir au club » of course

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Dingue de ouf / efficace

Raconte nous ta vrille de la nuit

All night long ! Par exemple vers 4 h 47 j’ai retrouvé l’amie avec qui je suis venu et c’était comme si je l’avais pas vu depuis 4/5 ans et c’était beaucoup trop émotionnel

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

En partant de la soirée, une fille vraiment sublime était dégoûtée car en tombant durant la soirée elle s’est égratigné les genoux alors que des castings pour la fashion week ou je sais pas quoi avaient lieu une semaine après…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Drunk In Love, beaucoup trop sexy ce son, un verre à la main, des potes à côté… que demander de plus ?

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je venais de rentrer chez moi et j’étais juste un peu trop guilleret donc je tentais de me calmer pour que mes parents ne pensent pas que je suis un dévergondé !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Alors niveau ivresse je pense à une fille sur les escaliers, elle avait la nausée mais c’était son anniversaire et entre deux purges d’estomac elle souriait et elle était vraiment dans un mood hyper sympathique, much-love.

MATHIAS

« Sombre »

sam. 16 fév. / Sombre III – Les enfants maudits (à la folie)

Qui es-tu ?

Mathias. Je suis le type qui danse torse-nu, mais avec une banane et un keffieh autour du cou pour pas prendre froid.

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Sombre : dans sa lumière, dans sa musique, mais pas dans son ambiance !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Minuit 5 : on est arrivés super tôt car on craignait qu’il y ait beaucoup de monde. Résultat, la piste était vide au tout début… donc on l’a directement squattée avec les copains. Parfait pour se chauffer : le dancefloor à nous tous seuls !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le moment où je suis allé voir un DJ que j’avais déjà entendu et bien aimé, pour lui dire. Il m’a répondu « ‘blbl kré gné bididi berci » ou un truc du genre, il devait être un peu trop tard pour avoir ce genre de conversation. Du coup faudra que je retourne lui dire parce que je pense qu’il ne s’en souvient pas.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je dirais le B2B Corbeille Dallas et Dimitri Rivière. Je voulais les entendre depuis un bout de temps, et ils nous ont mis directement dans le bain. Quand ils ont fini à 1 h 30, on était chauds chauds chauds pour la suite ! Et j’ai bien accroché sur le titre Belissimo de Vladimir Dubyshkin, même si je ne sais plus qui l’a passé.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je dormais profondément depuis deux heures. L’after a été long, très long, à un moment, il fallait bien se résigner à aller au lit.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon pote Théo ! Pas du genre à s’habiller discrètement. Cette fois, il avait un sublime kimono, avec en dessous… une petite culotte piquée à sa coloc parce qu’il n’avait plus de slip propre. Il a fini l’after comme ça (mais sans le kimono).

VALENTINE

« Très très sombre »

sam. 16 fév. / Pisica x Uvar (secret place)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Valentine aka Valoche et en soirée déjà de base je suis rousse donc j’ai pas besoin de signes particuliers pour me faire remarquer, mais sinon j’ai toujours mes lunettes roses sur le nez en soirée (je tape pas)

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

C’était juste une soirée très très sombre dans un endroit beaucoup trop paumé (Ivry ça régale pas)

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 3 h, tous mes potes sont arrivés du coup c’est parti en couille, y’en avait un en couple qui a tapé sans le dire à sa meuf, du coup ils se sont embrouillés et je suis restée toute seule pendant 30 minutes…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

L’artiste de 7 h à 10 h, il était incroyable ! (Saar & HLE, ndlr)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans mon lit, encore en gueule de bois, en train de me dire qu’il fallait que je fasse mes TD pour le lendemain (que j’ai pas fait au final).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Y’avait un mec de 35 ans, un prof catalan gay qui m’a raconté son coming out, ses plans culs en France et toute sa vie sexuelle (je le connaissais pas) !

ADRIEL

« Un joli vortex »

sam. 16 fév. / ۞ Psychedelic Jungle ! ۞ (La Péniche Cinéma)

Qui es-tu ?

Adriel / pas de surnom mon prénom suffit / Lunettes & Éventail

Aucune description de photo disponible.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Un joli vortex

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 3 h. La choppe d’un argentin qui était sur Paris deux jours, que j’avais rencontré en road trip à Mendoza l’été dernier et avec qui on est resté tout le weekend. Ce moment où tu fais des aller retour entre choppe sauvage et tapage de pied sur de la bonne psytrance !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Absurde : on monte fumer sur la terrasse de la péniche, full live et là un vieux mec nous fait des remarques bien salées. Je l’ai remis à sa place c’était kool ! Mais bon, absurde de voir de la fermeture d’esprit dans une soirée psytrance, censée rassembler les néo hippies parisiens plein de tolérance et d’amour. Heureusement, le mec était le seul connard de la soirée! PS : Si tu lis ça, fuck you !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un vortex de progressive qui m’a marqué tout le long. Pas de set en particulier, mais chapeau bas à tous les DJ c’était top !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je me réveille avec l’Argentin dans son auberge entouré de quatre lits simples dans une chambre collective… Direction Montmartre pour manger dans un restau bien tradi, pinnard bœuf bourguignon puis… toussa toussa !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Peu de souvenirs nets…

Mes potes et moi quand on avait toujours pas trouvé d’after devant la péniche à 7 h 45

MONA

« Distorsion du corps et de l’esprit »

sam. 16 fév. / ☰ RAW x L’Entrepôt w/ I Hate Models, Under Black Helmet, Hadone (L’Entrepôt, Bordeaux)

Qui es-tu ?

Maurine – Mona.B – Je passe mon temps à me focus sur des gens au hasard et à les suivre coûte que coûte à travers la boite. Sans leur parler, juste les suivre. Tout le temps. À chaque boîte.

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Distorsion du corps et de l’esprit. Vraiment quelque chose qui fait mal mais si agréable à la fois. On a envie d’y retourner, je suis un peu maso pour ça. Et aussi le mot « hasard », je ne devais pas aller à L’Entrepôt, je suis arrivée à 3 h du mat je sais même pas comment je suis rentrée.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Aucune notion du temps mais je dirais 5 h 30, j’étais tout devant collée à la barrière avec une pote et je me souviens d’une énorme montée de bien être, je vivais ma meilleure vie, le son m’envahissait, j’embrassais tout le monde c’était un sentiment de bonheur vraiment très fort et de « je suis à ma place et ça c’est le sens de ma vie ». Après c’est le trou noir.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’ai juste un flash de moi en train de boire un thé assise dans les graviers au fumoir. Cette scène n’a aucun sens à mes yeux mais elle a existé, le thé était excellent.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je suis arrivée qu’à 3 h donc j’ai pas pu tout voir et écouter, mais comme j’ai vécu mon meilleur moment à 5 h ça doit être sans doute HADONE. Mais le son était vraiment dingue du début à la fin. Il transperçait.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais chez ma meilleure amie, des pets à la main en train d’essayer de se souvenir de nous la veille en regardant « toute une histoire » à l’époque de Jean-Luc Delarue. Un lendemain de soirée très cliché quoi. Et c’est un peu fataliste, on s’est dit que vraiment on savait pas se gérer. Mais qu’on avait qu’une hâte c’était de la prochaine à L’entrepôt.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Honnêtement niveau look j’étais pas mal ce soir là. Même si je crois avoir croisé une nana entourée de guirlande lumineuse comme un sapin. Mais ça me parait assez lointain comme souvenir. C’était même peut être un homme. Mais je la ou le suivais et je la repérais grâce à ça. Aucune idée de pourquoi je la suivais. Mais j’étais focus. En fait c’est ma propre ivresse qui m’a étonnée.

Une jolie montée en flèche, tu passes d’une réalité à une autre, d’un sentiment à un autre, c’est fort et c’est vraiment intéressant. Et le son aide grandement à ça. On est jamais déçu de L’Entrepôt pour ça. On en ressort toujours chamboulé.

AGATHE

« Techno, bordel ! »

sam. 16 fév. / ☰ RAW x L’Entrepôt w/ I Hate Models, Under Black Helmet, Hadone (L’Entrepôt, Bordeaux)

Qui es-tu ?

Agathe, Agui, signe particulier : des nikes aux pieds

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Techno, bordel !

Raconte nous ta vrille de la nuit

2 h 30 avec l’entrée de I Hate Models, j’étais trop contente de réentendre ce son que j’avais écouté quelques mois auparavant à l’Iboat

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Avec mes potes tout le monde devait nous prendre pour des dealers car toutes la soirée des mecs sont venus nous demander des « dix balles ».

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

I hate models sans hésiter ! Why ? Parce que son son enjaillerait un mort

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais calée dans mon lit et je m’étais perdue sur YouTube. Ce à quoi je pensais ? Bhn pas grand chose j’étais juste crevée !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le connard qui s’est donné la mission de caresser le plus de seins dans la soirée en passant au plus près des filles.. oui j’ai été l’une de ses victimes et j’ai vu d’autres filles se faire toucher… des claques se perdent !

EUGEN

« La fête parfaite »

dim. 17 / La Clap 6 years AAnNiversary Invite MIHAI POL (Café Barge)

Qui es-tu ?

Eugen Botwin / Euglapute

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La fête parfaite

Raconte nous ta vrille de la nuit

A partir de 11 h quand j’ai enfin à peu près fini de bosser et que j’ai lâché prise, Mihai Pol a envoyé un set de folie tout le monde était happy, il faisait beau et là je savais vraiment plus comment je m’appelais !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Les gens qui essaient de choper un nom sur la liste alors qu’il sont sur la liste de personne !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Mihaiiiiii et Alisonn ont vraiment tout dégommé ; la musique roumaine c’est vraiment envoûtant et ça donne le smille !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je venais de rentrer de l’aéroport pour déposer Mihai qui a failli loupé sont vol ; puis je suis parti décéder dans mon lit au bout de trois jours sans dormir !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon binôme Alice que je connaissais pas avant d’arriver et avec qui j’ai passé une super soirée ; on était autant mort l’un que l’autre donc c’était beaucoup plus facile pour bosser !

EDEN

« Bon enfant ! »

dim. 17 fév. / Barbi(e)turix x Le Balajo : Corine (Balajo)

Qui es-tu ?

Eden. Une petite plume à l’oreille et l’air moins aimable que le vigile (mais j’me soigne promis)

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Bon enfant !! Les gens étaient tellement détendus et bienveillants. Je rajouterai « décalée », avec ce lieu hors du temps et les tenues des clubbers, entre chemises à fleurs et paillettes plein le visage.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 23 h, il y avait moins de monde sur la piste, et je ne sais pas comment ça s’est fait…. Une espèce de file indienne s’est créée et faisait le tour de la salle en dansant, ambiance bal du collège ou mariage de tata Jeanine. Le pire c’est qu’avec mes potes on n’a pas assumé on s’est mises sur le côté et finalement au passage un mec a embarqué une pote dans la file, c’était assez drôle de la voir jouer le jeu dans cette joyeuse pagaille.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

La belle grosse tache de ketchup pas sexy que tu te fais sur le jean parce que tu sais pas manger un hot dog forcément c’était pour moi, et ça m’a pas du tout fait rire mais mes potes si ! Le sex appeal après ça : -8 000.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Forcément, Corine ! Rien que le personnage est mémorable avec cette coupe tout droit sortie des années 80, je suis persuadée que ma mère avait la même à l’époque… Quand elle est arrivée tout le public s’est pressé au plus près des platines. Pour le coup, c’est pas mon style de musique mais quand elle a passé Like a Virgin et Sweet Dreams, on connaissait tous les paroles alors ça dansait sévère, ça sautait dans tous les sens et c’était beau à voir !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lundi c’est toujours déprimant, je sortais des cours, crevée, je me rendais compte que je ne m’étais pas reposée du WE et que la semaine allait être excessivement longue…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Alors je suis sûre que tout le monde l’a remarqué, il y avait cette petite dame aux cheveux grisonnants qui dansait comme si sa vie en dépendait, elle avait une énergie incroyable, elle faisait des pas improbables et elle prenait toute la place, elle emmenait même des filles danser avec elle ! Elle nous a avoué que les tracks la rendaient nostalgiques, et faisant la moue en nous voyant assises ; elle nous a carrément motivé pour aller danser !

Ma réaction quand j’ai appris pendant la soirée que finalement j’avais pas cours le lendemain matin

ADELINE

« FUMÉE »

dim. 17 fév. / Barbi(e)turix x Le Balajo : Corine (Balajo)

Qui es-tu ?

F/cken, en pleine interrogation sur mon identité, je devrais sans doute m’appeler FCKEN, c’est la révélation de mon weekend.

L’image contient peut-être : texte

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

FUMÉE. Qui a encore laissé Rag (et Nari, paraît-il) s’amuser avec la machine à fumée ? Quand c’est pas le micro, c’est la machine à fumée, c’est un peu la blague, mais qu’est ce qu’on rit quand on se rend compte qu’on voit plus à un mètre haha !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Au moment où mon pote Olivier m’a tirée à travers toute la salle par le bout du doigt. Et je dis bien LE BOUT DU DOIGT. Je porte une attelle depuis. Non j’déconne. Puis y’a ce moment un peu cata où ‘je-ne-dirai-pas-qui » a tapé très fort sur mon bras, assez fort pour que la bouteille de poppers, que je tenais gentiment pour aider mon amie encombrée, vole dans les airs, et viennent s’exploser sur nos verres et vêtements. Merci bien.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Franchement, le fait de voir des potes que je vois habituellement peu en soirée, hallucinés par le nombre de filles aux mètre carré, ravi de l’ambiance décalée, et qui me répétaient « mais c’est trop bien, merciiiiiii de m’avoir invité(e) ! ».

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Nari qui passe un de mes tracks préférés : Steve Monite – Only You.J’étais aux anges. Puis le set d’Aubry. Comment ne pas citer le set d’Aubry ? Hein ?

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je rentrais chez moi après le taff, sur les rotules, n’ayant dormi que six heures, mais trop contente de cette aprem/soirée fabuleuse.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Olivier ivre af. Aubry diva mignonne. Chiara danseuse de toutes les heures. Sophie les cheveux en l’air. Nari qui s’est barrée sans dire au-revoir. Clém et son « Vends-nous du rêve » quand je jouais. Chiara qui refaisait son chignon toutes les 10 minutes. Rag qui dansait la valse à 1h du mat’. Les meufs (trop) fan de Corinne, qui montraient les dents vénère pour pas perdre leur spot face à Corinne (lol, Anaïs, RIP à ta bonne humer du coup). Ho, et cette blonde quasiment non identifiée.

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Dégif

Dégif #79 : « Elle lui a répondu en lui montrant sa culotte »


Dégif

Dégif #107 : « Je le revois twerker sur de la techno avec son espèce de pantalon de ski »


Otto Zinsou

Dégif

Dégif #142 : « Un gars se baladait avec un pistolet à eau rempli de poppers, du coup on était tous en folie »


Dégif

Dégif du weekend #73 : « Rien sur son corps n’était à sa place »