Les Nuits Sauvages

Dégif #107 : « Je le revois twerker sur de la techno avec son espèce de pantalon de ski » – Heeboo

Dégif #107 : « Je le revois twerker sur de la techno avec son espèce de pantalon de ski »

Dégif - Octobre 31, 2018

Célébrer, twerker, sauter, s’exclamer, s’empiffrer de bonheurs qui ne nous appartiennent que du bout des doigts, pour quelques heures seulement, et voir d’un oeil mauvais ou apaisé, le soleil se hisser, péniblement. La fête, dans son déroulé toujours inattendu, comme un roulé à la fraise qui colle un peu aux dents. Un plaisir presque pas coupable. Un désir qui fait péter des cables. Allez, avale !

Pour ce premier dégif des grans froids, juste avant qu’on en perde les doigts de pied, pour la 107e exactement, nos reporters d’un soir ont écumé le meilleur des nuits sauvages, de Paris et d’ailleurs :

SÉBASTIEN

« Keep smile and dance »

jeud. 25 oct. / Kiddy Smile LIVE (La Gaîté Lyrique)

Qui es-tu ?

Sébastien / Bitchart / Toujours un t-shirt noir long et danse de l’entrée dans la soirée jusqu’a la fin du set !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Keep smile and dance ! Le sourire, je l’ai gardé du début à la fin, l’énergie de la foule était immense !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je ne peux pas vraiment dire l’heure, car j’étais tellement dans le son que le temps n’avait vraiment plus d’importance, mais le moment de la cover de Show me love de Robin S m’a vraiment foutu les poils et pas qu’à moi. Un ami à côté m’a glissé dans l’oreille en criant « AAAh, ÇA NOUS RAJEUNIT PAS ». Effectivement, cela ne nous rajeunit pas (j’ai 40 ans), mais en tout cas cette reprise m’a fait kiffer (dédicace d’ailleurs aux deux DJ en arrière qui ont grave assuré).

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Forcément la punchline de Kiddy Smile qui a dédicacé une de ces chansons aux mecs « qui n’ont pas voulu lui répondre sur GRINDR ! » J’ai explosé de rire !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je reviens sur la reprise de Robin S, un autre peut-être avec une rythmique un peu caraibéenne, mais malheureusement je me souviens plus du son !

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

J’étais dans un bar avec quelques amis, leur montrant les vidéos de certains lives que j’avais filmé avec mon phone. Je leur disais « Et yo ! La Cigale en 2019, ça pourrait être pas mal ! »

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une des nombreuses et magnifiques « créatures » des Ball de voguing organisés par Kiddy Smile et Lasseindra Ninja ! 1 m 90, des talons de 20 centimètres, une petite jupe moulante et une chevelure à faire pâlir les reines des extensions !

Le moment du rappel, j’ai cru que ma gorge allait cramer tellement je criais comme un taré ! Les DJ’s reviennent, les danseurs chauffent le public, la choriste réapparait… Kiddy, son dernier costume, son énergie me donnent le coup de grâce ! THX KIDDY !

JONATHAN

« L’est con c’ui là, lol »

jeud. 25 oct. / LIEF Night (Le Consulat)

Qui es-tu ?

Je suis Jonathan, mes potes m’appellent John, desfois Kabaka. Je portais un kufi africain multicolor ce soir là.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

L’est con c’ui là, lol

Raconte nous ta vrille de la nuit

Tout allait pour le mieux, Billy River, le résident de LIEF passait ses meilleurs disques et les gens s’amusaient grave, le peak time c’était quand Billy a passé un disque de 7th voyage records, une vraie bombe électro des années 90’s. Puis, vers 2 h 30, les vigiles ont allumé la lumiere d’un coup, et un quart d’heure plus tard ils ont viré tout le monde… Personne a capté ce qu’il se passait, la soirée devait se terminer à 6 h, au final elle s’est terminée à 3 h. J’ai ouïe dire que les gérants du Consulat ont pas gagné assez de tunes ce soir là, un délire comme ça. Une honte.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand Bamao Yendé est apparu comme un ovni dans le club avec sa classe habituelle.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Billy River bien sûr, il a des disques de dingue, c’est un vrai digger, un vrai passionné.

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Sous ma couette, sur Netflix.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Dourane, je suis fan de ses pas de danses, et de son flow aussi.

Quand la sécu s’est mise à nous jarter

VIKTOR

« Soirée complètement dingue »

jeud. 25 oct. / S.O.S (Petit Bain)

Qui es-tu ?

Viktor Panini Joe

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Soirée complètement dingue

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand Structures a déroulé son set parfait.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Structures car ces mecs sont des crèmes et que leur son allie parfaitement musique froide et martiale mais aussi pop !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Structures – Long life

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

A 22 h 22 j’étais avec mon compère Cactus Joe à boire du blanc et écouter Régis Turner sur la platine.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Mon autre compère Jaguar Charles qui avait sa veste de chasseur mayennais et qui écoutait religieusement les galettes que je passais dans la cantine du Petit Bain.

ANÖUK

« C’était très mal parti »

vend. 26 oct. / Fusion Mes couilles (13) (Le Consulat)

Qui es-tu ?
Anöuk.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

C’était très mal parti

Raconte nous ta vrille de la nuit

À partir du moment où j’ai commencé à trouver mes marques dans le lieu et à reconnaître plusieurs têtes familières éméchées.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le moment le plus cocasse, c’est quand j’ai passé 20 minutes assise dans une bouée gonflable à parler avec un rasta qui m’a dit que j’avais certainement des dreadlocks invisible tant mon cœur est pur (lol).

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’ai pas spécialement apprécié la musique. J’étais là pour l’anniversaire d’un très pote, pas pour le line-up.

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Je faisais un vœu comme à chaque fois qu’il est 22 h 22. Probablement en survet’ sur mon canapé à manger des fajitas avec mon ex, je me disais que la vie est une chose étrange.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne qui m’a marquée c’est mon pote Clément se déhanchant sur la piste avec la grâce d’un danseur classique. Je le revois twerker sur de la techno avec son espèce de pantalon de ski et ça me fait sourire.

Moi qui parvient à faire rentrer mes 6 potes qui venaient de se faire refouler comme des débutants

LOLA

« La meilleure hebdo de Paris »

vend. 26 oct. / Nova[Mix]Club (Badaboum)

Qui es-tu ?

Lola – Lolo – cours partout car je fais la prog et la prod des Nova Mix Club en question

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La meilleure hebdo de Paris (assez juste non ? ;-))

Raconte nous ta vrille de la nuit

Tout n’est qu’amour et bonheur dans ces soirées ! On est sur du 20 h / minuit donc ça monte tranquillement mais les gens sont toujours hyper chauds. Dès le tout début les jeunes Flegon ont mis le feu avec des classiques disco old school, ça sautait partout.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir un peu lol ?

Si je dis que je rigole pendant les Nova Mix Club on va encore me dire que c’est pas vraiment du taf…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

A la folie je t’aime de Seydinah balancé par les Flegon…
Collector.

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Dans mon lit, à la recherche de force pour aller au Consulat (et j’y suis allée et c’était le feu !)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’AVOUE ne pas avoir trop regardé le public. En ce qui concerne mon équipe, nous étions tous bien évidemment sobres, mesurés, responsables comme toujours, quelle question. Non en vrai, la plus classe, ça restera toujours Piu Piu notre fantastique animatrice enceinte qui a dansé toute la soirée backstage dans sa robe Fendi avec des compensées d’à peu près 20 cm !

Toute la soirée, c’est ça : gérer milles choses partout à la fois, tout en ayant l’air décontractée et en lâchant quelques petits pas de danse par-ci par-là.

LENA

« La nuit des premières fois « 

vend. 26 oct. / Heeboo : Noces de Cuir (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Lena El-Bez, j’ai toujours l’air super perdue en soirée.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La nuit des premières fois

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je pense que tout est parti en vrille assez tôt, à partir du moment où je me suis faite tatouer sur une table vers minuit. Mais le vrai début a été quand mon amie que j’ai emmenée pour la première fois en soirée techno a découvert le son et l’univers de la salle. Vers 1 h on est comme rentrées en trance de joie toute les deux, partageant le même état d’esprit. Peut être que the Horrorist y est pour quelque chose..

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Hormis le fait de se faire tatouer en soirée qui est déjà assez étrange (peut-être pas pour tout le monde), l’événement le plus absurde est le fait qu’un jeune homme assez étrange ait essayé de passer toute sa soirée avec nous en nous répétant qu’il ne nous aimait pas, ça c’était bizarre.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’avoue avoir baigné dans un flou total plus de la moitié de la soirée alors je ne pense pas pouvoir répondre à cette question…

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Le lendemain j’étais dans mon lit avec un bon grec, je revenais de chez des potes. Je me disais que cette nuit valait le coup de ne plus sentir mon corps.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

En général à La Station les gens sont assez libérés mais je n’ai vu personne de marquant ce soir là, c’était une soirée plutôt calme, aucun détail ne m’a attirée l’œil (à part la barmaid qui était très jolie je l’avoue).

Comment mon amie se sentait pendant qu’elle dansait, après quelques expériences haha je pense que sa joie a le plus marqué ma nuit

LUC

« Tombée du ciel & inoubliable »

vend. 26 oct. / Heeboo : Noces de Cuir (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Luc, Swoon ou SwoonLP, je me débrouille toujours pour reconnaître des illustres inconnus que j’ai pu croiser de loin en soirée, parfois des mois ou années avant…

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Tombée du ciel & inoubliable

Raconte nous ta vrille de la nuit

Une discussion avec Sentimentale Rave vers 3 h du mat’, qui lâche qu’elle a bien aimé mon warm-up, avant de prodiguer quelques conseils… C’était pas grand chose, mais assez pour catapulter la soirée encore un cran au dessus, et me filer une motivation de fou !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le flegme d’Aubry qui découvre qu’un des lives a été écourté et récupère rapidement les platines pour ne pas laisser retomber la soirée. Un sauvetage tout en groove, qui sera peut-être passé inaperçu parmi la foule, mais qui a le mérite d’être souligné.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le live de Philipp Gorbachev, méticuleux, dynamique, impeccable… Une claque !

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

J’enchaînai avec la crémaillère de potes, après un passage en coup de vent à un anniversaire (bisous Charles) où on débriefait encore la soirée de la veille.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ce petit groupe de gens en train de twerker au sous-sol sur du Sean Paul, pendant que The Horrorist déchaînait l’apocalypse un étage au dessus. La Station, c’est toujours magique !

Mon arrivée a la Station en voyant les orgas se mettre en quatre pour fignoler les préparatifs de la soirée // Le moment où je me rends compte qu’éviter la catastrophe pour assurer un premier set devant un public, c’est pas qu’une partie de rigolade

CAPUCINE

« Amour, tolérance et bonne musique « 

vend. 26 oct. / Heeboo : Noces de Cuir (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Capucine, Blondie.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Amour, tolérance et bonne musique

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 1 h on a commencé à se lâcher

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Un mec a essayé de tirer The Horrorist dans la foule, il a gardé son calme c’était beau, moi je l’aurais foutu dehors ahah.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Philipp Gorbachev, très beau live, de l’énergie, de la mélodie, un vrai savoir faire

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Le lendemain j’avais un dîner de famille, j’aurais aimé retourner aux Noces de Cuir, ça bougeait un peu plus…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Sofiya, une jeune femme blonde que je croise de temps à autre, elle est très énergique, elle a toujours une présence forte et un style merveilleux !

Il faisait très froid

MARION

« C’était chanmax ! »

vend. 26 oct. / Chevalien ✚ Hooded Leaders ✚ Dalla$ ✚ guest ✚ Rue Crédit #2 (Gambetta Club)

Qui es-tu ?

Marion + Sac Burger

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

C’était chanmax !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Avec le live de Dalla$, quelques blessés (légers), mais beaucoup de love

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le Turn UP dans un canapé avec les potos étaient des BARRES surtout lorsque le chanteur de Dalla$ est venu turnuper avec nous !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

MOR (j’espère bien écrire le nom hihihi) qui était le premier groupe, pour leur première scène, c’était vraiment chouette !

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Le lendemain a 22h22, j’étais en train de regarder Danse avec les stars, me remettant de toutes ces émotions !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne qui m’a marqué c’était Hooded Leaders, ce grand blond déambulant avec un look incroyable, lentilles noires, chaines, qui nous a offert des scènes incroyables, qui en plus est un amour (coucou a Olivia, sa copine, qui l’est d’autant plus) + l’éternel elfe (Delphes) qui nous offre toujours ses plus beaux make UP, et qu’on peut retrouver sur scène sous le nom d’Hildegarde !

SARAH

« Allez, juste un peu de trap »

vend. 26 oct. / Chevalien ✚ Hooded Leaders ✚ Dalla$ ✚ guest ✚ Rue Crédit #2 (Gambetta Club)

Qui es-tu ?

Sarah // Mo // Prend beaucoup trop de photos avec son smartphone alors qu’Eva et Pia font un job de pro

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Allez, juste un peu de trap

Raconte nous ta vrille de la nuit

Teuteure, teuteure trente : mais ça s’est définitivement enflammé pendant le set de Dallas et LNVR.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Jouer à « action/vérité » pour la première fois depuis 12 ans (minimum), et faut dire que dans une salle de trap hardcore c’est assez improbable. Et pourtant je jure on avait bu que de l’eau !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

La découverte de Dallas en live après les avoir loupés à Château perché, mais aussi MOR parce qu’ils ont déchiré pour leur premier live, LNVR parce que c’est un bro et que j’ai encore « Met tes mains en l’air pour LNVR » dans la tête, Chevalien pour notre passion commune pour le skate, et Hooded Leaders parce qu’il vient de Philadelphie !! Pas de jaloux ❤

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

J’AVOUE j’étais dans mon lit, après la belle nuit blanche de la veille je me suis écroulée bien trop tôt.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Simon (cc Dallas) quand il s’est élancé dans le public avec un peu trop d’entrain et qu’il a légèrement écrasé Mathieu (Coucou Angle mort & clignotant) !

SALOMÉ

« Epoustouflant »

du 26 au 27 oct. / Nördik Impakt 20 – Nördik Closing (Parc des Expositions – Caen)

Qui es-tu ?

Mon nom c’est Salomé ou Momé pour les intimes. Tu peux aussi m’appeler Salomon, c’est chouette et mes potes m’appellent comme ça. Mon signe distinctif, je dirais mes cheveux. Ils sont bouclés, blonds et constamment ébouriffés en soirée. On me repère facilement malgré ma petite taille.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Un mot pour le Nordik ? Epoustouflant

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 2 h, un peu avant que Dr. Peacock fasse son entrée. J’étais tellement excité, l’ambiance était folle, je sautais partout. En plus de ça ma montée était au sommet. Je voyais tout le monde beau. J’ai réussi à choper mon copain dans la foule, je l’avais perdu depuis plus d’une heure. C’était magique, il n’y avait plus que lui, moi et le reste du monde. Le son nous arrachait la tête et on aimait ça. On a ensuite retrouvé nos potes. C’était ouf, on se balançait et on dansait. On était dans une bulle.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’étais obnubilée par certains masques que des gars portaient. Je m’amusais à me prendre en photos avec eux. Mais ce qui m’a fait le plus rire durant la soirée c’était de retrouver mes potes des heures après comme par magie. Ils avaient toujours des trucs à raconter ou des trucs à nous montrer.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sans hésiter, Dr Peacock. C’est un des artistes que j’écoute le plus. J’ai toujours voulu le voir en vrai. C’était super impressionnant. Quand il est arrivé tout le monde l’a acclamé et applaudi. Le seul fait de voir son ombre et son chapeau m’a rendu heureuse. En plus de ça, il a fait clappé toute la salle. On était tous là, pour lui.

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

A bah j’étais ready pour le deuxième jour du Nördik. On était sur le parking attendant tout le monde.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je dirais mon amie Johane. Je ne l’avais pas vue depuis plus d’un an. Elle a fait son apparition, totalement métamorphosée. J’ai pu retrouver mon amie et partager ce moment avec elle. C’était génial.

Je ne sais pas très bien danser, je fais avec les moyens du bord. Je dirais donc, moi et mes potes essayant de suivre le rythme

CHRISTOPHE

« La claque ! »

sam. 27 oct. / Killing Joke. Paris. (Cabaret Sauvage)

Qui es-tu ?

Christophe + tof de Modele Martial + la casquette noire

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La claque !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Au début du concert pendant l’intro avant que KJ entre en scène…..heure exacte je sais pas…trop pris par ce qu’il se passait sur la scène pour mater ma montre que je n’ai pas d’ailleurs…. excité comme une puce et chaud, très chaud !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Ben moi ! Failli louper une marche et me vautrer comme une merde !!!

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Tout le set de KJ !! Parce que c’est KJ !

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

De retour din ch’nord à Arras !! A penser à ce fabuleux concert et aller dormir parce que ce w-e fut long et intense !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Le viking qui était devant moi pendant le concert….bien protégé des pogos ! Merci à lui !

ORIANE

« SATAN IS OUR SUGAR DADDY »

sam. 27 oct. / Queerection 2 (VOID – Bordeaux)

Qui es-tu ?

Oriane (28 ans), des amies m’appellent le lémurien, car je suis toujours au taquet lorsqu’il s’agit de sortir et j’aime beaucoup danser. On me voit comme un petit machin qui saute dans tous les sens.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« SATAN IS OUR SUGAR DADDY »

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand ma copine, arrachée, est partie comme une drama gouine/queen ! Ca va il était tard on a bien profité de la soirée. Avant ça, j’avoue que Depression Mondaine me fait toujours vriller avec ses sets hardcore !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

La tête de mannequin avec un god rose ventousé sur le front. En vrai avec eux c’est absolument pas improbable en fait. Mais c’est bien drôle.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’en reviens à Depression Mondaine, tu me verras toujours danser devant à fond quand il joue. Après Dewalenn et Rag ont fait je trouve des sets vraiment bons aussi, tous ont carrément géré. J’ai pas eu le temps de voir Championnes, le groupe de rock mais je les ai déjà vu et je sais qu’elles assurent et ont bien chauffé la salle !

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

A 22h22, j’étais sous la couette un peu encore en gueule de bois, avec ma copine, qui s’est mise a faire des crêpes, devant Cauchemar en cuisine… On était posey dans l’bendo tavu.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Beaucoup de paillettes à cette soirée, ça rend tout le monde fabuleux !

La prochaine soirée organisée par ArtNormes c’est le 17 novembre à la Mutinerie, et j’ai hâte !

F/CKEN

« Monde, chaleur, fatigue »

sam. 27 oct. / Pimp My Queer #3 (La Java)

Qui es-tu ?

Adeline, selon facebook, je n’ai plus le droit de m’appeler Adeuline, donc ne m’appelez plus.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Monde, chaleur, fatigue. En vrai, super soirée, mais la fatigue des Noces de Cuir de la veille, et les quatre minuscules heures de sommeil n’ont pas aidé à décrisper l’humeur.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand j’ai réalisé qu’il était 3 h du mat’ depuis déjà une heure et qu’on était repartis pour un tour.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Un échange de regard aux toilettes pendant l’interminable queue ? On sait jamais trop. Mais la personne en question m’a marquée.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un morceau d’Acid Vatican, Repent Motherfucker, découvert la veille.

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Je divaguais, dans le flou, en m’endormant à moitié, après avoir passé l’aprem avec mon bébé nièce, ma soeur et son mec à manger des gâteaux.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Cette même personne des toilettes avec ses lunettes rondes là, oh la la je regrette de pas être plus entreprenante parfois. Mais life is life comme disent les gens ennuyeux.

Même à 95 ans, je serai toujours maladivement timide.

NICOLAS

« ÉPIQUE et KO technique « 

sam. 27 oct. / Bipolar Therapy (GLAZART)

Qui es-tu ?

Nicolas Makaveli, mon signe particulier c’est de passer plus de temps au chill que sur la piste !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

ÉPIQUE et KO technique

Raconte nous ta vrille de la nuit

Après un concert de Sheck Wes au Nouveau Casino, un anniversaire dans un bar, j’ai commencé à être un peu éméché… et malgré un bon dîner en amont, un bon début de soirée et une arrivée en grandeS pompes au Glazart, j’ai adoré l’ambiance, le lieu qui reste tout a fait correct à Paris, les sets des DJ, l’heure était à l’extase ! La soirée était vraiment riche musicalement et les participants très amicaux.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le moment le plus cocasse de la soirée, c’est que saoul comme j’étais, je me suis endormi sur l’épaule de ma copine en a peu près 15 secondes… une fois réveillé je me retrouvais dans un Heetch direction la maison… Dodo à 4 h !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Ayarcana s’est logiquement démarqué par son expérience mais j’ai surtout eu une grosse révélation avec Sylvie J et FEMUR, des petits gars à suivre de près.

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Du coup couché à 4 h, le lendemain a été plutôt agréable et reposant, petite série Netflix et on se prépare à reprendre la semaine tranquillement avec des nouilles.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ce petit mec a casquette plutôt BG qui faisait que monter sur la scène pour prendre des photos, j’ai cru qu’il allait se faire virer mais apparemment c’était un organisateur de La Quarantaine / Thérapie de Groupe.


MANUEL

« Singerie »

sam. 27 oct. / Bipolar Therapy (GLAZART)

Qui es-tu ?

Manuel mais on m’appelle La Thèv (je viens de Nantes on se surnomme tous « la » quelque chose lol, le miens est en rapport avec mon nom tout simplement)

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Hmm « Singerie » je dirais ahah, ouai c’est ça une singerie cette soirée

Raconte nous ta vrille de la nuit

Au final assez tôt car on a commencé la soirée vers midi.. Donc Glazart vers 1 h grand max. Perso j’ai commencé à vrillé vers 3 h !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

J’ai rencontré pas mal de gens sympa. Mais y’a mon meilleur pote qui est venu me voir sur Paris et avec lui tu es toujours sûr de passer un super moment !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le son était immense mais je peux pas te dire qu’une track ou un artiste ma marqué en particulier !

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

J’étais au fond du seau chez ma copine ahah ; j’ai fait after Peripate, elle a bien voulu me récupérer vers 16 h, elle est adorable !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Personne ne m’a particulièrement marqué au Glazart même si tout le monde était bien sympa. Le Peripate c’était un autre niveau de singerie ahah, mais ce qui est à la Peripate reste à la Peripate ! Y’ avait juste ce mec avec une barbe immense au Glazart et des petites lunettes rondes sur le bout du nez que j’ai surnommé Doc. Il devait avoir la bonne quarantaine et était génial. Le genre de mec qui peut avoir réponse à toute tes questions lol. Le DOC quoi !

Moi de 1 h du matin à 15 h le lendemain

MARIE

« Ça galope »

sam. 27 oct. / CrazyJack 7 ans (secret place)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Marie, mes copains m’appelleNT Rima et j’ai 90% du temps un grand smile quand je danse. Mes potes l’appellent le – pétou – parce qu’il « me pète au visage », et ça arrive souvent quand j’entends des percussions ou des rythmes afro dans un morceau techno ou house. Mon pêché mignon.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Ça galope », parce qu’on l’a prononcé au moins 20 fois dès qu’on s’ambiançait sur une track. Les soirées micro, c’est le juste milieu entre danser vite et danser bien. Y’a cette espèce de demi mesure dans la danse qui change beaucoup des soirées techno où ça part un peu dans tous les sens. Les gens sur de la micro, ils sont attentifs aux détails, ils savourent, il sont presque précis dans leurs gestes. Je trouve ça très beau.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je crois que c’était vers 4 h. On s’est pris d’une panique en croyant que le son allait bientôt s’arrêter mais on a vite capté qu’il restait cinq heures de set. Sans exagérer, c’est le meilleur des sentiments, savoir que t’as encore du temps pour danser. Du coup c’est reparti de plus belle.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Mon pote qui arrive à faire croire pendant 30 minutes à un gars qu’il est canadien. Peu importe l’heure, le lieu, les personnes, il imite parfaitement ce fucking accent que je suis incapable de reproduire. On me dit que je fais l’accent belge à chaque fois. Anyway…

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’ai adoré Baby Ford mais Cezar est d’une précision magique, et son set était excellent. Mon pote m’a écrit aujourd’hui en me disant « combien de fois on s’est regardés en mode choqués par la beauté du son ? » C’est exactement ça. On se retournait constamment l’un vers l’autre, admiratifs. A 8 h 10, j’ai pris une vidéo d’un son vraiment excellent qu’on pouvait pas laisser partir, mais évidement une question persiste : TRACK ID ??

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 22 h 22 j’étais réveillée depuis quatre heures, j’avais fait 40 minutes de métro pour rentrer chez moi, et j’étais sans exagérer, presque aphone. J’étais dans mon lit en train de boire de la soupe au potiron et regarder les trains et Airbnb pour notre prochain week-end avec mes potes bretons. Soigner la nostalgie du week-end en en prévoyant d’autres, c’est la seule solution.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’attendais pour acheter à manger, et en me retournant, j’ai renversé la bière d’une nana. Je lui ai dit de me suivre au bar pour que je lui en repaye une et le gars du food-truck me dit « non, tiens un ticket conso » (y’a vraiment des tickets conso dans des warehouse de micro ???). Du coup elle me dit « mange ton sandwich bouge pas je vais chercher une bière et après on discute ». Je me pose dehors, on discute un peu, elle est de Saint-Malo, son surnom c’est Bubu (Marine). Je commence à avoir hyper froid dehors, du coup elle me passe son bombers avec le drapeau breton dessus. Mon pote Lucas débarque, me dit « putain t’es là j’avais peur que tu te sentes pas bien », et me dit de venir danser, que j’ai raté 30 minutes de son et que c’est déjà trop. Du coup je rejoins mes potes (dont deux bretons qui étaient venus à Paname pour le week-end) qui me voient débarquer avec le logo breton sur un blouson qui n’est pas à moi. Bref. Bubu c’est la pépite de la soirée, elle danse partout, hurle que la Bretagne c’est la vie, s’entend très bien avec mes potes, elle a une tignasse à faire chavirer Lion Babe et nous aime comme si on était déjà ses frères et sœurs. Et ça, c’est la magie de ces soirées !! On a fini à 10 h du matin à manger des chouquettes avec elle. Et attendre dans une rame de métro qui ne partait jamais, avec un gars qui avait marché avec nous, mais ne connaissait personne du groupe. Bubu l’a surnommé « Nouvel Ami », et on se souviendra toujours de ce fou rire. Je crois qu’il s’appelait Arthur. Mais j’en suis vraiment pas sûre.

Quand tu perds tes potes et que tu les retrouves quelque temps après. Surtout quand t’as rencontré des gens cool et que la famille s’agrandit !!

LÉA

« Ivresse »

sam. 27 oct. / Rockomotives festival (Vendôme)

Qui es-tu ?

Léa Mkl, adepte des creepers léopard, de la veste à patchs et du maquillage à paillettes.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Ivresse auditive, ivresse de styles & ivresse tout court.

Raconte nous ta vrille de la nuit

L’apéro étant à 12 h, l’euphorie générale était déjà bien bien présente mais le summum a été atteint évidemment à la fin des concerts où les corps dansaient en équilibre sur le bar. Ça, c’est la faute de Rebotini.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Une pote qui a décidé de se vouer une grosse partie de la soirée au stand de prévention auditive et qui a TOUT DONNÉ pour que le public prenne conscience qu’il faut faire attention à ses petites oreilles ❤ Clairement c’était très drôle. Ceux qui étaient là s’en rappelleront longtemps.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Sans hésiter, le set d’Arnaud Rebotini, tellement de classe et de charisme wah. C’était super chaud et suant, tout ce que j’aime.

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Je mangeais une pizza chez des copains qui étaient avec moi aux Rockomotives et on essayait de recoller tous les morceaux de la soirée ahem… Clairement c’était pas facile.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Alors c’est pas une personne en particulier mais l’équipe du bar des Rockomotives était incroyable, j’ai jamais vu des gens autant dévoués à ce que la soirée soit fun et folle. Gros big-up à eux et à l’équipe du festival en général. Des gens bien bien géniaux. Sinon je remercie aussi le mec qui m’a guidé jusqu’au camping en sortant du Minotaure, j’étais totalement paumée dans la nuit noire de Vendôme, j’aurais dormi dans l’herbe sans lui.

Quand à chaque fois qu’il fallait aller une fumer une clope et donc quitter la soirée ultra bouillante pour aller mourir de froid (et choper la crève donc)

CLEM

« Une folie brutale « 

sam. 27 oct. / Possession (secret place)

Qui es-tu ?

Clem, sweat à capuche noir quadrillé blanc sur les manches

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Une folie brutale

Raconte nous ta vrille de la nuit

À 2 h 46 (après changement d’heure), c’est parti en vrille sur un drop, un pur moment d’extase sur un puissant sub et strobo bleu !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Un moment assez particulier et intéressant, vers 9h/10h du matin, c’est comparer et admirer les visages et corps épuisés de la nuit, avec ceux qui viennent d’arriver, frais, complètement à fond.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de Phase Fatale (2h30/5h) m’a beaucoup électrisé de par sa puissance et son efficacité. Il a su rendre la foule dingue. Le set d’Anetha a su me redonner un second souffle, jusqu’à épuisement de mon corps, qui continuait de vibrer après mon départ !

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

J’étais avec des potes dans un bar dans le 11eme. L’état de mon visage suffisait à leur donner l’ambiance et la puissance de cette Possession. Mon esprit y était toujours d’ailleurs…

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Deux personnes m’ont marqué. C’est un couple rencontré le vendredi soir. Alors que le pote avec qui je devais aller à la Possession n’a pas pu venir car souffrant, ils m’ont proposé d’y aller avec eux. J’ai pas été déçu. Nous avons ressenti et partagé la même intensité, la même transe procurée par le son, l’ambiance et un petit bonbon plaisir. Elle, jouait des bolasses illuminées lorsque je les ai rejoints dans le sub, ce qui m’a direct mis dans l’ambiance.

Moi devant la puissance de Phase Fatale

CLARA

« Épicée »

sam. 27 oct. / Phonographe Corp • 8 ans (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Clara, j’ai 18 ans même si tout le monde m’en donne 20 (tout est dans le mètre 80). Étudiante en industrie musicale.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Épicée

Raconte nous ta vrille de la nuit

1 h du mat, on est arrivés avec mes potes en Velib’ complètement défoncés on a mis 50 minutes à arriver alors qu’on habitaient à 10 minutes. On a tellement ri qu’on pouvaient pas pédaler, on a su que la soirée allait être sympa.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Quand on est allées au toilettes on a cherché le PQ pendant super longtemps, on a phasé alors qu’il était suspendu au dessus de nos têtes autour d’une poutre en métal !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set de DJ OVERDOSE, surréaliste !

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

J’étais en soirée avec des potes, je pensais au fait que j’avais pas dormi depuis trois jours et que le demain j’avais un entretien pour un stage dans un label hyper important !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y avait un groupe de gars hyper maquillés, full highlights qu’on a trouvés trop kiffant avec mes potes. L’un d’entre eux a sorti une palette de nulle part et m’a rempli le visage d’highlighter avant de me prendre sur ses épaules. C’était n’importe quoi hahaha.

On voulaient prendre des selfies avec le maximum de personnes mais je voyais tellement flou que je tournais mon téléphone à l’envers en mettant le flash. Inutile de préciser que toutes les photos sont flous et totalement ratées hahaha

JULIA

« Paillettes »

du 25 au 27 octobre / October Tone Parties 2018 (Molodoï – Strasbourg)

Qui es-tu ?

Julia Lustig, des paillettes roses et une veste léopard.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Paillettes

Raconte nous ta vrille de la nuit

J’y étais jeudi et samedi soir… Samedi à été la soirée la plus drôle. Une rencontre avec une inconnue qui m’a pailleté la tronche… C’était drôle…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Peut-être le fait qu’elle m’applique ces fameuses paillettes en mettant son doigt dans la bouche, dans le pot de paillettes, et dans mon visage… Ça me rappelait ma grand-mère. Haha

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

C’était jeudi soir, en arrivant, j’ai vibré grâce à Fun Fun Funeral.

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Vendredi et dimanche, à 22 h 22, je dormais. Je ne pensais plus… Pas en pleine conscience en tout cas.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Ce mec, sur scène, qui tapait tête baissée, que je n’ai pas réussi à apercevoir. Ça m’a intrigué.

LUCIEN

« Excitation, Amitiés, Danse du cerveau, Sourire figé »

sam. 27 oct. / October Tone Parties 2018 (Molodoï – Strasbourg)

Qui es-tu ?

Lucien ou Gerard Jugno 106 Signe particulier en soirée : une casquette douteuse « Je chasse Je protège la nature », une des préférées de ma collection (avec la Securitas, Schmidt et Fleury Michon), offerte par Ericka Carlier, et que j’ai perdue sur scène après le concert et qu’une personne a embarquée chez elle.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Excitation, Amitiés, Danse du cerveau, Sourire figé, faut faire un compromis entre tout ça, j’arrive pas à synthétiser.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Lorsque Rachid Bowie a sévi, vers 4 h, ça s’est bien démembré, j’ai eu une montée sanguine sur sa diffusion d’un titre d’Underworld, que j’aime beaucoup (« Jumbo »), et quelques autres morceaux. Et aussi pendant le set de Töfie (dans lequel je jouais). J’ai du perdre plus de deux fois mes baguettes car je ne pouvais pas contenir mon excitation sur « Lügner », aidé par le public assez bouillonnant et à leur écoute, et une très bonne sono !

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

C’est Avventur qui, pendant son set, a du se prendre une hotte d’aération plusieurs fois dans le crâne à force de sautiller. Heureusement, pendant nos balances, et parce que j’ai failli me la prendre, un technicien avait eu l’idée de gaffer des peluches sur les coins tranchants de la hotte métallique pour éviter les dégâts.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Il y avait un morceau d’Avventur dont je ne connais pas le nom et qui me rend fou à chaque fois, avec une mélodie de sax/trompette descendante et son headbanging improbable. Je crois que j’en ai parlé au dessus. Sinon c’est surtout Rachid Bowie et sa manière subtilement passive de faire un DJ Set. Pas mal d’autres choses m’ont marqué comme le jeu articulé de Victime, le minimalisme « gloire au riff » de Hey Colossus, entre Killing Joke, Black Sabbath et Helmet. Hyper efficace. Je citerais bien aussi Partout Partout, et Hassan K qui m’avaient déjà beaucoup marqué, bien avant, à d’autres concerts, mais j’ai écouté de loin en réglant des problèmes informatiques avant notre concert en backstage. J’avais oublié un câble Usb d’imprimante à la maison, personne en trouvait dans la salle, j’ai du demander à Icham, notre hôte, qui s’est vénère car il s’est rendu compte que le sien a disparu, malencontreusement emporté par son ex-coloc. Alors, son nouveau colocataire Youen m’a emmené dans un bazar électronique de Strasbourg pour en acheter un à 9 euros. Puis j’ai du faire une sieste pour compenser le lever à 5 h du mat, et au réveil, aller à la salle pour modifier un projet Reaper et refaire des exports pour mettre des repères métronomiques sur un nouveau morceau pour le live du soir.

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Je crois que je me trouvais au Schnokeloch, pour une choucroute avec Töfie et Matthieu Bouillant de Gros Tumblr de Brute. A cet instant précis je crois qu’on était en train de demander un doggy bag à la serveuse et de parler d’une idée de Yann Van Der Cruyssen qui a rêvé d’un groupe qui serait connu pour détruire ou faire exploser chacune des salles de concerts dans laquelle ils joueraient à la fin de la soirée.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Justement, il doit s’agir de Youen, (un sosie vocal de notre ami classe Romain Lennox) qui était également bourré en train de sauter très haut en dansant sur le set de Rachid Bowie. Tout comme moi, il ne peux pas sortir dans le froid sans collants. Ça remplit tes trois questions.

Alors là je comprends rien. Le seul Gif que je peux citer est celui de Gif-sur-Yvette. J’ai aucun souvenir de GIF. S’il devait en exister un ça serait celui des gobelets en plastique dans lesquels il faut mettre le contenu de ta bouteille en verre quand tu passes des loges à la salle, ça devenait presque une chorégraphie.

SAM

« Remplis le [verre] jusqu’au bord, je ne suis pas ta mère »

sam. 27 oct. / October Tone Parties 2018 (Molodoï – Strasbourg)

Qui es-tu ?

Prénom S. Surnom Harry Poppers Ambianteur en poom poom short

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Remplis le [verre] jusqu’au bord, je ne suis pas ta mère ».

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 5 h, à la fermeture du lieu, d’autres bénévoles m’ont demandé de signifier aux derniers qu’il était l’heure de partir. J’ai hurlé « Rentrez chez vous, je veux prendre de la drogue » pendant une demi heure jusqu’à ce que le Molodoï soit vide. Cinq minutes après ça, nous dansions sur Charlie XCX Break the rules, dans les loges…

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Le zen de Rachid Bowie, assis nonchalamment à même la scène, les pieds croisés sur une table, mixant sur spotify devant une émeute de danseur.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Victime, entre la voix de la chanteuse, la tendresse quil se dégageait d’eux et ce qu’ils faisaient de leurs instruments, c’était parfait.

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 22 h 22, nous étions entre rescapés bénévoles chez le cuisinier en chef en train de voir Rocky 2 après s’être fait le premier, se partageant des restes de Victime (le cocktail) et de catering… J’attendais avec impatience la scène d’entrainement pour imposer à nouveau une « transmut général », un rituel où tous les transmuteurs font 10 pompes.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’avais hésité à en parler dans le truc drôle cocasse mais j’ai recroisé une fille que j’avais draguée lamentablement à Party trop tôt (Miley Serious dans un hangar il y avait deux semaines). Être au monde sublime et sourire ravageur. Cette fois, elle me présente à son amoureux et lui dit « c’est la deuxième fois qu’il me drague, maintenant c’est un copain ».

JULIE

« Démesure – Moiteur – violence »

sam. 27 oct. / AMOR (Le Mouton Noir – Fribourg – Suisse)

Qui es-tu ?

Julie / La Patronne / co organisatrice de la soirée AMOR – chanteuse de Your Fault – feu Solange La Frange

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Démesure – Moiteur – violence. PLAISIR

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand les gens ont commencé à arriver sur le dancefloor à 23 h et qu’on mixait avec Leyla de la grosse violence ! Jouissif

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

La coupe de cheveux qu’on a fait à Leyla et le tattoo de Lise : « suce ma chatte bâtard »

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

La fin du set Paul Seul et Vonbikrav aux platines qui mattaient les seins de Julia la danseuse tout en étant sérieux pour l’apogée de leurs mix !

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Je chillais avec mon mec trop sexy et ma fille à la maison ! Instant de bonheur ultime ! Il faisait accessoirement la lessive que je déteste faire. Le rêve !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Julia la danseuse qui ne s’arrêtait plus !!!!!

Des grosses pelles de joie à la police et au voisinage

MARCEL

« Oldschool at it‘s best »

sam. 27 oct. / AMOR (Le Mouton Noir – Fribourg – Suisse)

Qui es-tu ?

Marcel Schaad

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Oldschool at it‘s best

Raconte nous ta vrille de la nuit

Hmm pour moi ça a commencé déjà vers 23 h 30, avec la danseuse presque nue. Et comme je suis un vieux Gabber (j‘ai commencé en 1993) j‘ai hakké (nom de la danse pour la musique Hardcore/Gabber)

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Comme j‘ai jamais entendu le mot „Frapcore“ j‘ai trop kiffé ce mélange avec du rap français.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J‘étais étonné que les DJ‘s jouent des „tunes“ de l‘époque“ sans avoir forcément vécu la scène/musique à l‘époque… Mais je suis content qu‘ils aiment encore ça.

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

Je crois que j‘étais en train de faire l‘amour.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un autre mec a hakké comme moi et il m‘a saisi par le col de mon T-Shirt (un geste connu entre les Gabbers de l‘époque).. mais on ne cesse pas de danser !

JOSHUA

« Acidulée »

sam. 27 oct. / RAW x Tapage Nocturne (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Joshua / Le Bigre + le fameux clin d’œil.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Acidulée

Raconte nous ta vrille de la nuit

4 h 30 : Molekül envoie Banger sur Banger jusqu’à la fin.

Si tu pouvais en garder un souvenir cocasse ?

Tout le monde faisait la queue pour des chiottes pourries alors qu’un toilette était constamment inutilisé un peu plus loin dans le couloir, ce qui m’a valu quelques insultes quand certains pensaient que je voulais leur passer devant.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Allnite de Mayeul, tout frais sur Molekül, il en a prouvé l’efficacité.

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

De retour à Tours devant une série, bien au calme.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un ami que je ne m’attendais pas à voir, qui était seul car ses potes n’ont pas réussi a rentrer mdr, il était tout défoncé et beaucoup trop à fond. Bien marrant !

Après chaque drop de Monsieur le Big Boss CJ BOLLAND

ANNE

« Improbable et louuuuuuuuuurd ! « 

sam. 27 oct. / RAW x Tapage Nocturne (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Anne, mon surnom c’est PAO et ma vie est guidée par le chill

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Improbable et louuuuuuuuuurd !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je n’ai aucune notion du temps, de l’heure qu’il est en soirée, mais immense joie toute la night. J’étais avec deux potes d’enfance : Gomar et Dudu et aucun de nous vient de Paris. Improbable qu’on se retrouve à cette soirée, on était tous les trois à la capitale pour le week-end. On voulait écouter un peu de son ; on est rentrés dans le club. On n’a rien tapé d’énervé ce soir-là. Je me rappelle d’un moment où Dudu me passe poppi le poppers ; on a ri, on était heureux de se retrouver.

Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

Eclatée ou non, sous techno, acid ou encore psytrance, mes techniques de danse sont assez spéciales. Ça part généralement en cacahuète. Mes bras ondulent telles des vagues agitées. Samedi, j’ai mis non pas un, mais deux coups (presque claques) à un mec dans les escaliers et il a failli tomber ! On a ri et un peu discuté (et c’était même pas une technique de drague haha !)

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Parfois des p’tits effets un peu trop stridents et longtemps pour rien mais sinon, de mon arrivée à mon départ, le son était archi lourd yeah yeah

Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

22 h 22 en plein chill – séries – bédo – sushis avec Gomar.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai filé un chewing-gum à un mec caaaaanon avec des dreads (on sait jamais, je la tente : si tu lis cet article et que tu te reconnais …)

Simon

Articles similaires

Plus d'articles

Exclu

[EXCLU] Size Pier – Contagious Orality


Collectifs

5 femmes qui s’en mêlent en 2017


Collectifs

I’m A Cliché : La Dernière à La Java !


Mixtape 29. | ADC-303 (live) – « Mers acides »