Les Nuits Sauvages

Protopapa : « On me surnomme le petit prince des nuits LGBTQ+ de Milan » – Heeboo

Protopapa : « On me surnomme le petit prince des nuits LGBTQ+ de Milan »

Teuffeurs 6.0 - Avril 18, 2019

Elena Mannocci

Ce weekend c’est mode canicule sur paname. On vous parle pas de la météo qui annonce un curseur étrangement élevé, mais de l’arrivée du dj Protopapa qui débarque de Milan pour prendre les platines de l’Officine 2.0 pour la Discoquette de samedi !

Protopapa avant d’être un dj et consultant en musique c’est un teuffeur né. La fête il la découvre très jeune, chez lui, en observant les préparatifs des nombreuses soirées organisées dans la maison. Son premier club c’est à 12 ans et depuis il sort pour ce sentiment de liberté procuré par la fête. On le verra toujours accoudé au bar avec un Gin-Tonic, peut être une cape un peu absurde ou une nouvelle coupe de cheveux, en backstage d’un défilé ou d’une soirée queer à l’italienne. En fait on sait jamais vraiment à quoi s’attendre avec Protopapa, sauf qu’on va passer une bonne soirée !

Et comme on le retrouve derrière le deck samedi 20 avril pour la fameuse Discoquette #9, on lui a posé quelques questions sur sa vision de la teuf. Histoire de se préparer au grand retour de Discoquette, qui après deux mois d’absence, annonce une soirée avec des paillettes, des drags shows, de l’amour, de la house, un peu de disco, encore des paillettes et beaucoup d’amour !

Protopapa qui es tu ?

Je suis dj et consultant en musique basé entre Milan et New York. Je travaille à l’international et propose une direction artistique créative ainsi qu’une collaboration aux artistes, musiciens et producteurs de beaucoup de médias.

Tu viens d’où ? T’as grandi où ?

Je viens d’une petite ville magnifique dans le sud de l’Italie située entre deux mers, Lecce. J’ai grandi dans les Pouilles, vécu à Bologne et maintenant j’habite à Milan.

Comment on fait la fête d’où tu viens ?

Faire la fête à toujours fait partie de ma vie. Même enfant, je trainais dans les fêtes que ma mère organisait chez nous. J’ai toujours été fasciné par la préparation et la manière dont on doit naviguer entre des groupes de personnes différents pour, au final, tous les divertir en même temps.

« Ma mémoire s’accroche très tendrement aux premières expériences… qui sont pour moi très importantes ! »

Tous les groupes, les communautés, les villes et les sphères sociales en Europe font la fête à leur manière. Ce que j’ai appris de plus important, en tant que promoteur et directeur dans le monde de la nuit, c’est de rester fidèle à ce qu’on pense drôle et excitant. Si on aime quelque chose, il y aura toujours d’autres personnes pour partager cette joie avec vous !

Tu te souviens de ta première soirée en club ?

Carrément ! Laissez moi fermer les yeux et me la remémorer…

Tu te rappelles de quoi de cette soirée là ?

J’avais 12 ans et j’étais dans un club bien sombre un dimanche après midi à Salento. J’étais debout, à hauteur d’épaule d’un adulte, dans une pièce pleine à craquer où j’étais le plus petit, le plus jeune et peut-être le plus heureux de tous. J’étais avec ma première et dernière « petite amie ». On dansait sur du Aqua et je me sentais plus libre que jamais.

Crédit : maciek.nyc

C’est quoi ta plus belle teuf ?

En fait, il n’y en a pas une en particulier. Je pense que faire la fête est une série de va et vient émotionnel et un peu dramatique. Séparer les points forts, d’une soirée à une autre, retire en quelque sorte une partie de la fête, qui est une histoire à part entière. Évidemment je me souviens de soirées incroyables, de moments légendaires et de l’énergie féroce de foules énergiques. Mais je pense que mon coeur s’emballe encore plus fort lorsque je suis dans nouveau lieu. Ma mémoire s’accroche très tendrement à ces premières expériences… qui sont pour moi très importantes !

La fête ça occupe quelle place dans ta vie ?

J’apprends plus sur la vie, le respect, la musique, l’art, l’amitié et l’amour en teuf que dans presque toutes les autres parties de ma vie. Bien souvent, on rencontre des personnes authentiques et pleine de joie.

« Mon record c’est trois levers de soleil, quelques tenues différentes, une toute nouvelle coupe de cheveux et très peu de sommeil. »

Selon toi, pourquoi on fait la fête ?

Faire la fête c’est un besoin. C’est quelque chose d’ancien et d’essentiel dans l’existence humaine. Faire la fête ça peut aussi être éducatif. Pour moi, c’est un des engrenages qui met en route la machine de la culture pour des gens du monde entier.

Tu penses quoi des afters ?

J’adore rester en club jusqu’à la fin. Quand c’est vide, sale, que la musique est éteinte et qu’on peut entendre les acouphènes dans nos oreilles, observer les gens se regrouper pour partir et regarder le dancefloor se vider. Mais si vous parlez de ce qui se passe après ça, je pourrais dire une tonne de choses, mais j’emporterais ces secrets dans ma tombe.

Ton record de nombre d’heures de fête ?

Comme beaucoup de gens, je suis passé par les trois jours de teufs que Berlin propose. Cinq clubs différents, trois levers de soleil, quelques tenues différentes, une toute nouvelle coupe de cheveux et très peu de sommeil. Le tout dans les mêmes 72 heures.

Ta boisson préférée en soirée

Gin-Tonic.

Comment t’as décidé de devenir dj ?

J’ai commencé à graver des compilations sur CD pour mes camarades de classe et amis à l’âge de 13 ans. J’aimais le sentiment d’être un sélecteur de musique. À 21 ans, j’ai rencontré une fille, Federica De Giorgi, aka Fatina, qui m’emmenait souvent à ses gigs de dj.

Une nuit, elle m’a dit de garder ses CDJ pendant qu’elle allait visiblement aux toilettes. La chanson qu’elle jouait, avant de partir, allait prendre fin, alors je me suis retrouvé à devoir enchainer avec un track. C’est comme ça que j’ai appris. Après vingt ou trente minutes de pression passée à appuyer sur les boutons pour que la musique continue, elle est revenue et m’a remercié de l’avoir remplacée. Après c’était tout tracé !

La musique que t’aimes le plus en trois mots.

Puissante, sexy, obscure.

Ton rôle dans la nuit ?

Quelqu’un à dit : « Le petit prince des nuits LGBTQ+ de Milan »

C’est quoi tes autres passions à côté de la musique ?

Voyager, diriger des vidéos de musique, manger de la nourriture excellente et collectionner des t-shirts et des capes absurdes.

Une envie là tout de suite maintenant.

Je voudrais une machine à voyager dans le temps pour aller en septembre 2019, quand mon premier EP sera sorti dans un label super cool !

Protopapa, who are you ?

I’m a dj and music consultant based between Milan and NYC and I work internationally providing creative direction and collaboration for artists, musicians and producers of many other mediums.

Where are you come from ? Where did you grow up ?

I come from a small and beautiful town in the south of Italy, between two seas, called Lecce. I grew up in Puglia, I’ve lived in Bologna and now I find myself in Milan.

How are we partying where you come from ?

Partying has always been a part of my life. Even as a child I was around to participate in the parties my mother would throw in our home. I was always fascinated by the preparation and planning and how you navigate entertaining groups of people all at once.

Every group, community, city, and social sphere in Europe parties in their own way. The important thing that I have learned in my years as a promotor and director in nightlife is to stay true to what you personally know to be fun and exciting; if you enjoy something there are always others who will share that joy with you.

Do you remember your first time in a club ?

Definitely! Let me close my eyes and picture it…

What do you remember of that night ?

I am 12 years old in a dark nightclub on a Sunday afternoon in Salento, standing at shoulder height in a room full of people where I was the shortest, youngest and possibly the gayest person in attendance. I was with my first and last « girlfriend » dancing to Aqua and feeling the most free I had ever felt.

Can you describe your most beautiful night in a party ?

Actually, maybe not one in particular. I think that partying is a series of dramatic and emotional ups and downs. To separate the high points from one another takes away from the story as a whole. I surely can remember beautiful nights, legendary moments, and the fierce energy of many dynamic crowds but I think that my heart gets the most excited when I am once again somewhere new and my memory holds onto those first-time experiences very tenderly… First impressions are huge!

How important is the fact of partying in your life ?

I learned more about life, respect, music, art, friendship and love from parties than almost every other part of life. You often get to experience people unfiltered and full of joy.

According to you, why are we partying ?

Partying is a necessity. It is an ancient and crucial part of human existence. Partying can be educational, is one of the gears that turns the machine of culture for people globally.

What do you think about after party ?

I love to stay in clubs till the very end, when it’s empty and dirty, the music is off and you can hear the ringing in your ears, witness people pairing up to leave and watch the last of the dancefloor clear out.
But if you meant after-hours functions there are many things I could say but I would take those secrets to the grave with me.

What is your record party ? Speaking about the longest party you ever made.

Like many people I have been through the 3 day gauntlet that Berlin sees on a regular basis.
5 different clubs, 3 separate sunrises, a couple of different outfits, a brand new haircut and very little sleep, all in the same 72 hours.

What is your favorite drink during a party ?

Gin-Tonic.

How did you choose/wanted to be a dj ?

I started burning compilations on cd for my schoolmates and friends when I was 13. I loved the feeling of being a music selector. When I was 21 I met a girl, Federica De Giorgi aka Fatina, who was bringing me to her DJ gigs often. One of those nights, she told me to watch her CDJs while she supposedly went to use the bathroom. The song she played before excusing herself was ending, so I wound up getting sort of forced into learning how to queue new tracks on the spot. After twenty or thirty minutes of nervously pushing buttons to keep the music playing, she came back and thanked me for covering for her. Then it was all down hill from there!

Describe the music you enjoy the most in three words.

Powerful, sexy, obscure.

According to you, what is your role in the nightlife ?

Someone said I’m « Le petit prince des nuits LGBTQ+ de Milan »

What are your other passions, aside from music ?

Travel, directing music videos, eating great food and collecting crazy shirts & caps.

Do you have any particular desire right now ?

I want a time-machine to travel to next September, when my first EP is going to be out on a very cool label !

Emmanuelle Rouault

Articles similaires

Plus d'articles

Mixtapes

Mixtape 47. | WAHILI – « A Forest Somewhere »


Mixtapes

LOWEL : « J’ai enregistré ce mix dans ma chambre, en regardant la pluie tomber »


La montée

Bulma : « Deux mots : Suicide Club »


Focus

La montée #1 : EKLPX