Les Nuits Sauvages

Pourquoi la déglingue est-elle à Lyon en avril ? – Heeboo

Pourquoi la déglingue est-elle à Lyon en avril ?

Les teufs du mois - Mars 29, 2019

Juliette Valero

Qu’est ce qu’on peut aller chercher à Lyon qu’on ne trouve pas à Paris ? En dehors des quenelles et des saucissons briochés ? La fraîcheur, la candeur, une certaine façon de sortir, moins futile, moins dans la consommation. Nombreux et heureux les parisiens à avoir franchi le cap des 2h20 de train. Nombreux et heureux ceux qui s’y sont installés. Lyon pour respirer, Lyon pour prendre l’air, Lyon pour se refaire, et Lyon pour… la déglingue, aussi !

Du Ninkasi en passant par le Lavoir Public, le Terminal, ou encore le Petit Salon, le Transbo, au Diskret et au Sucre, les lyonnais ne sont pas en manque de club. Et l’offre festive, de plus en plus riche, devient aussi de plus en plus perchée. On est sans doute loin de la vingtaine de soirées au mètre carré proposées sur la capitale, mais Lyon a ce charme de la nuit qui devrait et devra servir d’exemple à la proche Marseille, et aux plus lointaines Nantes, Toulouse, Caen, Bordeaux et.ou Strasbourg.

Pour ce premier numéro des teufs à ne pas rater en dehors de Paris, un petit tour d’horizon, donc, vers les soirées les plus barrées de la ville lumière, à quasiment J-2 mois des célèbres Nuits Sonores. Miam.

vend. 5 avril
Encore vs Tapage Nocturne – Le Match
(Le Transbordeur)

Pourquoi ? Parce qu’on a eu des retours de la première édition 2019 du 15 février et que ça avait l’air dément, puis parce qu’une bonne grosse teuf au Transbo, l’un des meilleurs systèmes son des environs, de surcroît quand c’est orchestré par Tapage Nocturne, ce n’est JAMAIS à mettre de côté !

De type : Techno – hardcore

Guest de l’amour : Entre Regal, 999999999 et Anetha, notre coeur ne peut décider, ce que l’on sait, c’est que ça va frapper fort et juste. On te laisse découvrir le reste du line-up, qui n’a rien à envier aux autres artistes !

% de sauvagerie / déviance : 75 %, on perd 25 % pour le lieu qui n’est pas forcément des plus underground, mais fait des efforts !

Les bails : de 23 h 30 à 5 h

Event Facebook

Aucune description de photo disponible.

sam. 6 avril
La Rue de l’Amour
(Rue Claudia)

Pourquoi ? Parce que les fêtes d’après-midi, c’est un peu notre pêché mignon ! Surtout à Lyon, où l’on prévoit déjà qu’il fera beau ! Et pour cet aprem du grand weekend su Sidaction, toute la rue Claudia sera piétonne pour célébrer le Safe, le Sex & le Love. Ouah ! Au programme, bingo, street art, dj set, expo et stand de prévention, dépistage et information. Ouah bis !

De type : house – uk garage – acid

Guest de l’amour : Notre Puzupuzu national, programmé par les new in town de la parisienne Baston, obviously ! On adore le voir jouer à Paris, mais il y a comme un charme et une certaine forme d’excitation dans la perspective de le voir chauffer la chaussée en plein soleil…

% de sauvagerie / déviance : 81 % pour la déviance mais SAFE !

Les bails : à partir de 18 h

Event Facebook

L’image contient peut-être : texte

sam. 6 avril
Arm aber sexy – la suite
(Lavoir Public + Terminal)

Pourquoi ? Parce qu’il faut toujours être là pour la seconde partie de la Arm Aber Sexy. Et si jamais t’as raté le before au Lavoir Public, c’est l’occasion de QUAND MÊME passer une bonne soirée, et de goûter au frisson de l’une des soirées à taille humaine les plus cooles de la capitale du bouchon !

De type : house – techno

Guest de l’amour : Encore une tête connue, celui du Aubry national. Entre ses sélections d’homme fragile et son déhanché connu de tous et presque sexy derrière les platines (sans oublier sa chemise ouverte sur sa chaîne en or qui brille), tout est réuni pour te faire passer une bonne soirée et d’étourdir, plus qu’à souhait !

% de sauvagerie / déviance : Un bon 91 %, t’es pas prêt.e, les Arm Aber Sexy sont connues pour pas laisser indemnes…

Les bails : de 20 h à 23 h 45 au Lavoir Public, mais de 23 h 45 à 7 h pour la déglingue tardive dont on te parle !

Event Facebook

L’image contient peut-être : texte

dim. 7 avril
S. society x Bassiani : Héctor Oaks, HVL, Zitto
(Le Sucre)

Pourquoi ? Le Bassiani. Aka l’un des clubs les plus excitants de l’Est de l’Europe (la Géorgie, coucou), qui fait presque 4000 km pour investir un dimanche, l’un des meilleurs clubs de France. Voilà la raison. T’as pas besoin de plus pour d’ores et déjà prendre ta prevente. N’oublie pas, d’ailleurs, si l’histoire du club Bassiani t’intéresse, de réserver ton jeudi 4 avril pour la Rencontre — Bassiani : « We Dance Together, We Fight Together ».

De type : techno – indus

Guest de l’amour : Depuis toujours, Zitto, le chien fou de la bande.

% de sauvagerie / déviance : 79 % on espère juste que le public sera aussi fou que l’ambiance « gros bordel » que vont mettre ces trois résidents du Bassiani !

Les bails : de 17 h à 23 h – 12 euros en prevente ou sur place

Event Facebook

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

vend. 12 avril
Ofive Party x Diskret Lyon
(Le Diskret)

Pourquoi ? Parce que les soirées de OFIVE TV sillonnent la France pour offrir bonne humeur, qualité et ambiances de feu, entre afrobeat, baile funk et hip-hop bien costaud. Pour la première fois, la team débarque à Lyon, avec l’intention de bien foutre le bordel grâce à leurs bangers préférés !

De type : hip hop – afrobeat – baile funk

Guest de l’amour : KTRZR, pour le côté quali de ses sélections ultra énergiques, aux teintes à la fois old-school et futuristes. On est toujours surpris avec KTRZR et c’est ce qu’on aime parfois, la surprise, l’agréable et douce, ou complètement folle suprise.

% de sauvagerie / déviance : 76 %

Les bails : de 23 h 45 à 6 h – 8 euros en prevente et 10 euros sur place

Event Facebook

L’image contient peut-être : texte

ven. 19 avril
Mofo3000 : Lala &ce / Alex Autajon / Will.8 / Kamanugue
(Ninkasi Gerland)

Pourquoi ? Parce qu’en 2016, I-D avait appelé Lala &ce : « fille qui rappe mieux que les rappeurs » et que ça nous avait interloqués. Fort. Parce que Lala &ce, du crew 667, qu’on connaît depuis Londres, est en fait lyonnaise, et ça, à Paris, on l’oublie. Merci High-lo !

Guest de l’amour : Lala &ce on l’aime pour ce côté fonssdé sous contrôle, comme un très bon morceau de rap ricain en mode down tempo à travers un nuage de fumée et chuchoté comme sur l’oreiller. Chaleur, en fait.

% de sauvagerie / déviance : 85 %

Les bails : de 22 h à 4 h – gratuit

Event Facebook

Aucune description de photo disponible.

sam. 20 avril
MEGA Résidence : Thomass Jackson
(Terminal)

Pourquoi ? Parce que les MEGA résidence de Art Feast sont connues à Lyon pour, depuis septembre dernier, mettre à l’honneur les artistes les plus excitants du paysage de musique « globale, énergique, décomplexée, nouvelle, propagée par les acteurs/actrices d’une scène éparpillée dans le monde entier mais liés par des sonorités électroniques, synthétiques, organiques, psychédéliques, percussives, tribales. » Tout est dit. Après Hysteric ou encore Ivan Smagghe et Autarkic, place à… Thomass Jackson !

De type : dark disco – ebm tropikal

Guest de l’amour : Thomass Jackson, l’argentin qui, à l’instar des Alejandro Molinari, Zombies In Miam ou encore Manfredas ou Mijo révolutionnent la musique de club depuis quelques années, en mode low tempo, à des heures de la nuit où les coeurs battent à 190 bpm.

% de sauvagerie / déviance : Vu le lieu et la folie de ses sets, on mise sur un bon 89 %.

Les bails : de 23 h 59 à 7 h – 8 euros sur place

Event Facebook

sam. 20 avril
Happiness Therapy : Miley Serious, Kettama, Crowd Control
(Le Petit Salon)

Pourquoi ? Parce qu’une soirée qui s’appelle littéralement « Thérapie du bonheur », au sortir de l’hiver, ça donne envie. Puis parce que ça fait plus qu’un an qu’on a pas vu Miley Serious sur Lyon, alors pour tout fan de musique hybride déglinguée (mais bien déglinguée), entre punk et rave beat, c’est l’occasion de se péter la tête, une bonne fois pour toutes. Merci Happiness Therapy !

De Type : garage house – breakbeat hardcore – techno

Guest de l’amour : Miley Serious, évidemment, mais petite mention pour le jeune irlandais Kettama dont la house breakée et sous amphet réconcilie avec… la house en général.

% de sauvagerie / déviance : 88 %

Les bails : de 23 h 30 à 6 h 30

Event Facebook

L’image contient peut-être : 1 personne

jeud. 25 avril
Zombie Walk : After Work
(Esplanade de la Grande Côte)

Pourquoi ? Pour des raisons obscures, celles qui nous poussent à regarder ces films de merde sur l’apocalypse. La fascination du pire, notre intérêt morbide pour les faits d’hiver, toussa toussa. Une marche de zombie en sortant du taff, en début de weekend, ça attise la curiosité. T’auras peut-être même pas besoin de maquillage ! Merci le Festival Les Intergalactiques !

Guest de l’amour : On aurait pu citer Anoraak mais on va choisir Wayatt pour son univers déjanté soft-core. Miam.

% de sauvagerie / déviance : À voir, on va jouer ça au dé, soit un petit 50 %, soit un grand 120 % car ça peut clairement partir en vrille.

Les bails : de 19 h à 20 h pour la marche, de 20 h à 22 h pour la scène plein air et de 22 h à 4 h pour la soirée club – 5 euros pour la soirée club, le reste étant gratuit.

Event Facebook

Aucune description de photo disponible.

sam. 27 avril
?????? ??
(Ninkasi Gerland)

Pourquoi ? Parce qu’une soirée spéciale autour des rave et surtout des artistes old school, de ceux qui ont fait le mouvement, à la moitié des années 1990, c’est d’une intéressant (ou-ai, c’est bien aussi d’apprendre des trucs en allant en soirée), et de deux super excitant. C’est comme regarder dans le rétro, et faire partie de la scène du passé, juste le temps d’une nuit. Merci THS !

De type : acid – hardcore – techno

Guest de l’amour : THE GEEZER, le crazy man venu de Londres, un vieux de la vieille qui te fait te rappeler, ou t’apprend, qu’il est possible de mélanger reggae et acid. Incroyable mais vrai petit padawan.

% de sauvagerie / déviance : 92 %

Les bails : de 23 h 55 à 5 h 45  – de 9,50 à 15,50 euros

Event Facebook

crédit photo : Juliette Valero pour Le Petit Salon

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Une nuit une époque #1 : Le bal travesti


Dégif

Dégif du weekend #29 : renaître de ses cendres


Interview Nuit

Borusiade : « Le fait d’être une artiste queer au sein d’un milieu encore dominé par le mâle cis, est une forme de militantisme »


Dégif

Dégif #123 : « Sûrement trop gênant pour le préfet de voir des jeunes s’épanouir en soirée techno »