Depuis quelques années, fleurissent sur la capitale, nombre de producteurs techno, plus jeunes les uns que les autres, plus talentueux les uns que les autres, plus inspirés les uns que les autres. Parmi eux, un nombre de « elles » significatif. Pas qu’il existe une différence entre un homme et une femme. Mais dans la techno, le genre a mal au dos, et les garçons ont eu pendant longtemps accès aux platines, les filles au dancefloor.

Chez heeboo, on aime les raccourcis, on jongle, et on s’amuse avec. Quoiqu’en disent les haters. Voilà pourquoi, quand les filles et autres créatures, investissent la nuit, de manière safe et habile, on aime à les découvrir. Pas par quota, mais parce qu’il est important à un moment, de savoir mettre le doigts là où il faut. C’est le cas de EKLPX, de sa techno industrielle aux notes d’acid et de la rage qu’elle impose. Résidente du collectif La Quarantaine, on vous la présentait il y a peu via une mini « montée » d’interview. A l’occasion de son set à venir, samedi 3 février pour la soirée Exil Factory #1EKLPX nous a concocté un mix inédit, coup de poing, et totalement vénère, de quoi bien annoncer les dix heures de fête de ce weekend. Play !