Les Nuits Sauvages

MIXTAPE 108. | JULIETTE ACHE, MUSIQUE SYNCRÉTIQUE – Heeboo

MIXTAPE 108. | JULIETTE ACHE, MUSIQUE SYNCRÉTIQUE

Mixtape - Juillet 4, 2019

Otto Zinsou

Au croisement d’une rue, le long d’une avenue bordée de verdure, à l’ombre d’un lampadaire ou sortant d’une impasse, on pourra tomber sur Juliette Ache perdue dans sa musique. Moments d’égarements et de création, la rue, c’est cet instant où elle a imaginé pour nous cette mixtape, annonçant du lourd pour Pastorale #1 qui aura lieu ce weekend au Klub !

Plus jeune, l’univers de Juliette, c’est le rock. Elle télécharge compulsivement des tonnes de sons dénichés sur l’Ipod de sa soeur. La passion pour l’électro, elle débarque plus tard, en même temps que la teuf. Son univers ? Une musique vive, percutée et syncrétique, qui nous propulse dans le cosmos, à coups de kicks bien lourds. Ça tombe bien, parce qu’on la retrouve vendredi 5 juillet à Pastorale #1, la teuf queer féministe, qu’elle organise aux côtés de cinq autres Djs vénères : CASSIE RAPTOR, Naominitel, Vignerouge, Charleeps et The Unlikely Boy.

Et pour l’occasion, on a même des places à te faire gagner. Rendez-vous en fin d’article pour savoir comment !

Ça promet un délicieux voyage sur la planète techno et des caresses sauvages dans les loves rooms. On précise que cette soirée est en mixité choisie pour meufs queer et personnes trans, les hommes cisgenre s’identifiant comme tel ne sont donc pas conviés à cette soirée ! Mais pas de panique, y’en aura d’autres ! En attendant, on écoute attentivement cette mixtape du tonnerre et on découvre Juliette Ache.

Juliette Ache qui es-tu ?

Juliette Ache : Je suis Dj, et je fais médecine à mes heures perdues (je viens de finir ma 5ème année là). Je viens de banlieue parisienne.

Comment tu en es venue à la musique ? D’ailleurs, t’écoutais quoi quand t’étais plus jeune ? 

J’écoute énormément de rock à la base.  Je piquais tout ce qu’il y avait dans l’iPod de ma grande soeur et j’avais un énorme bouquin qui était une sorte de catalogue de ce qui se faisait dans le rock d’avant et d’aujourd’hui. Je téléchargeais tout. J’ai eu un passage par le rap des années 90 aussi. Je suis venue aux musiques électroniques bien plus tard, un peu en même temps que la teuf.

Crédit : Otto Zinsou

Ta musique en trois mots ?

Vive, percutée, syncrétique (ouais j’ai trouvé ça dans le dico, c’est un synonyme d’éclectique pour les incultes).

Faire la fête, ça représente quoi pour toi ? 

Se montrer tel.le qu’on est, fièrement. La bienveillance. Et le Q. Et pour moi idéalement ces trois envies impliquent un espace où on se sent plus en sécurité qu’ailleurs, libre de ses mouvements et de ses choix. 

Cette mixtape, tu l’as pensée comment ?

Alors… ça n’a rien de ouf dit comme ça mais j’étais surtout dans la rue quand je l’ai imaginée, ça fait partie des moments où je m’échappe un peu, comme pas mal de gens sûrement. Je me demandais quels tracks je pourrais encore trouver pour déboiter La Pastorale qui aura lieu vendredi avec Control, je m’imaginais là bas. Et puis je me suis dite calmos c’est une mixtape, voilà ce que ça donne.

« J’ai trois envies : plus d’endroits de teufs pour trans et gouines, que les queers ne se fassent plus discriminer et insulter, qu’on fasse un appel aux dons pour l’Assistance Publique des Hôpitaux, et qu’on récolte plus de thunes que pour Notre Dame. »

Si tu devais lui donner un titre, ce serait quoi ? 

Euh… Pré-démontage ?

Tu as un track de la mixtape dont tu aimerais parler en particulier ?

En fait il y en a deux. Love on 26 de Miss Kittin & The Hacker. Miss Kittin et son duo avec The Hacker fait partie des toutes premières artistes électro et techno que j’ai écouté.e.s, et que je continue d’aimer inconditionnellement. Cette track est une de leurs dernières et donne un sentiment à la fois de mélancolie et d’espoir, je l’adore. August in Paris de Cardini & Shonky, à chaque fois que je l’écoute je repense à ma première Kidnapp qui était je sais plus trop où, j’ai justement vu Cardini jouer et je me suis dite purée elle déboite, ça donne envie d’être à sa place. C’est aussi là où je me suis dite wow mais qui est le genre de génie qui organise ces déconnades de gouines. Vers 4 h du mat’ Morello passait « Hang me up to dry » de Cold War Kids à l’arrache sur son ordi. 

T’as une envie particulière là tout de suite maintenant ?

Là tout de suite, j’ai trois envies : plus d’endroits de teufs pour trans et gouines, que les queers ne se fassent plus discriminer et insulter pour ce qu’i.e.ls sont, qu’on fasse un appel aux dons pour l’Assistance Publique des Hôpitaux, et qu’on récolte plus de thunes que pour Notre Dame. Bernard Arnault si tu lis ce message.

Pour gagner tes places, partage l'article sur facebook ou sur insta (story) en taguant heeboo avec un mot d'amour !

Emmanuelle Rouault

Articles similaires

Plus d'articles

Interview Collectifs

Les trois ans de Kapsule : « L’amour et la joie devant du son »


Fuck Berlin, bienvenue à Aubervilliers !


Pourquoi faut-il aller recevoir le bénédicité avec Kim Ann Foxman, vendredi soir, à Bruxelles ?


Playlist

Comprendre la musique de Marco Dionigi en 10 tracks