Faire la fête, pour protester. Monter le son, pour râler. Et pourquoi pas, proposer. Ça te rappelle quelque chose non ? Ou pas, car t’étais sans doute trop jeune. Ou trop parisien. Mais souviens-toi d’une chose : faire la fête, illégalement ou pas, peut être politique, visage d’une résistance mentale à la domination politique et.ou économique d’un système. Étonnant, mais pas déconnant, donc, d’avoir assisté il y a une semaine, à la naissance d’un événement qui, depuis, fait beaucoup parler : Rave pour le Climat, mis en place par l’organisation militante G.A.F, samedi 16 mars, dans le cadre de la Marche du Siècle à Paris.

On l’oublie souvent, oui, un verre en trop dans le nez, la carte Vitale bien ancrée dans la main, les vêtements débraillés, le front suant d’avoir trop dansé, parce qu’à force de confort, on en a oublié d’ouvrir les yeux : mais très clairement, le monde ne tourne pas rond (ou-é, vous nous avez pas attendu pour vous en rendre compte, mais il semblait opportun de le préciser à nouveau, ndlr). On l’oublie, alors que les théories fusent de partout et qu’on nous assène le même message, dans les journaux, à la radio, au comptoir des PMU du coin : l’environnement va mal, et nous n’aurions que quelques dizaines d’années pour tenter d’atténuer les conséquences qu’on avance comme étant « terribles », de quelques siècles de consommation compulsive et intensive.

On écoute. On entend. On continue de vivre, non sans se plaindre du climat qui part en vrille, on ronchonne, on peste, puis on se remet à ronronner parce qu’il est doux de faire comme si tout allait bien. Non ? Et pourtant. Nous le monde de la nuit, si longtemps politique et politisé, n’avons-nous pas un droit de regard sur nos pratiques, et un devoir d’action sur nos générations actuelles et futures ? Aujourd’hui, organiser des teufs a un coût énergétique et un impact fort sur l’environnement. Oui, un système son consomme beaucoup. Oui, les verres non consignés, ça existe encore. Oui, les pailles, tout pareil, on en trouve partout, et malgré les « c’était pas interdit ces merdes ? », on continue de siroter nos gin-to. Aouch !

Alors parce que la fête, non, ce n’est pas juste de défoncer la gueule à coup de substances et de BPM. Non, ce n’est pas juste refaire le monde en after, de 6 à 10 h. Non, ce n’est pas juste défendre avec ferveur nos droits sur un plan local. La fête, c’est aussi communiquer et se comprendre de la plus belle des manières, universelle, jouir d’un pouvoir d’influence et d’impact, sans pour autant toujours parler la même langue. Voilà pourquoi le G.A.F a rassemblé collectifs et acteurs de la nuit, pour se rallier à la Marche du siècle et faire gonfler une voix de contestation grandissante : La toilette, Fusion mes couilles, Le Consulat, LA CREOLE , Chkoun is it?, Cicciolina, Peacock Society, We Love Green, Peacock Society, Boukan Records, Péripate, Gqomunion, Public Excess, Kiddy Smile, François X, Ed Banger Records, Rinse France, Pigalle, Qui Embrouille Qui, Parallele, FLASH COCOTTE, Berlinons Paris, Microclimat, Les Éveillés, Kaliante, Chosen Family, Filles de Blédards, Dure Vie, Trax Magazine, TSUGI, Possession, Mixmag et autres, pour un char, de l’espoir, de l’a musique et un seul et même cri à résonance universelle.

L’occasion pour nous de nous poser cinq minutes, et de poser cinq questions à certains de ces soutiens, parce que pour une révolution climatiques, pour qu’une Rave du Siècle soit entendue, il faut des idées, et voir clair dans le futur possible qui s’offre à notre quotidien. Antoine Calvino pour Microclimat (qui aura d’ailleurs son propre char, une camionnette sonorisée dans le dernier tiers du défilé), Victor Carril pour La Toilette, Sébastien Forrester pour Gqomunion, Filles de Blédard, et Alexandre Paty pour Chosen Family, prennent la parole.

Aucune description de photo disponible.

MICROCLIMAT – Antoine Calvino 

Pourquoi d’après toi il est important que la communauté festive s’implique publiquement dans cette Marche du Siècle pour le climat ?

L’immense majorité d’entre nous se sent concernée, espère que des décisions seront prises pour prévenir la catastrophe qui s’annonce et n’en peut plus de trépigner devant son écran à cause de l’immobilisme de nos gouvernants. C’est l’occasion de leur mettre la pression, profitons-en.

Qu’est ce qui manque aujourd’hui aux orgas pour l’organisation de teufs plus responsables ?

Bien sûr il faudrait bien nettoyer les spots de teuf, recycler autant que possible les déchets, boire dans son propre récipient et pourquoi pas danser devant des enceintes alimentées par les pas de danse sur le dancefloor. Mais dans le fond, c’est symbolique. Un festival comme Burning Man, qui fait prendre l’avion à plus de 50 000 personnes, entraîne la dispersion dans l’atmosphère d’environ 50 000 tonnes de carbone, c’est tout sauf écologique (voir lien). En revanche, les festivals, et dans une moindre mesure les teufs, constituent des bulles enchantées où il est possible de changer les consciences via des ateliers, des conférences, des projections de documentaires… C’est ce que font très bien le Boom ou Burning Man, justement. Après, attention au greenwashing. Un petit vernis vert bien mis en valeur est très utile pour attirer les sponsors.

Un geste responsable à conseiller aux teuffeurs/clubbeurs de 2019 ?

Voter pour des partis qui prônent un réel changement de société. Mais vu les résistances mises en place par le système, le plus responsable ce serait probablement de prendre d’assaut l’Elysée.

C’est quoi le track que vous voulez envoyer au gouvernement pour leur taper sur les tympans ?

Pour rester dans le même ordre d’idée, “Qu’est-ce qu’on attend” de NTM ça semble pas mal.

Comment vous pensez qu’on pourra/devra sortir faire la fête dans le respect de l’environnement d’ici 20 à 30 ans ?

Attendons déjà de voir s’il nous restera un environnement à ce moment-là !

LA TOILETTE – Victor Carril 

Pourquoi d’après toi il est important que la communauté festive s’implique publiquement dans cette Marche du Siècle pour le climat ?

Car la fête est phénomène universel depuis la nuit des temps, un vecteur d’unification et de communication puissant et non partisan qui réunit par delà les frontières et les différences. Car elle peut être initiatrice d’un mouvement de lutte pour la justice climatique positive et solidaire.

Qu’est ce qui manque aujourd’hui aux orgas pour l’organisation de teufs plus responsables ?

Organisant dess teufs en club, c’est avec ces structures que nous devons nous organiser pour faire changer les moyens et les mauvaises habitudes. Il faudrait interdire les pailles et gobelets en plastiques jetables. Obliger les clubs à ne fournir que des verres consignés réutilisables. S’assurer que les clubs font bien les tri séléctif. Faire de la sensibilisation sur les drogues les plus polluantes et dangereuses.

Un geste responsable à conseiller aux teuffeurs/clubbeurs de 2019 ?

__ Arrêter de prendre de la cocaine, responsable de dizaine de milliers de morts, de millions d’hectares de deforestation (1 gramme de cocaine = 4m2 de forêt en moins ), de la contamination des sols, de la pauvreté, de l expulsion de peuples autochtones.
__ Arrêter d’utiliser des pailles et des bouteilles en plastiques.
__ Prendre une gourde avec soi
__ Ne pas jeter ses mégots par terre et utiliser des cendrier de poche

C’est quoi le track que vous voulez envoyer au gouvernement pour leur taper sur les tympans ?

Wake up, de Volition Immanent

Comment vous pensez qu’on pourra/devra sortir faire la fête dans le respect de l’environnement d’ici 20 à 30 ans ?

Lorsque les clubs seront équipés de dancefloor producteurs d’énergie par l’énergie cinétique de la danse, ils seront plus qu’auto-suffisant, ils pourront éclairer des quartiers entiers grâce à la teuf.

GQOMUNION – Sébastien Forrester

Pourquoi d’après toi il est important que la communauté festive s’implique publiquement dans cette Marche du Siècle pour le climat ?

Car il est grand temps que la scène électronique française se réveille et fasse entendre sa voix en matière de respect environnemental. C’est absolument crucial. Je suis même tenté de dire que cela aurait du arriver bien avant ! Le green clubbing est déjà bien présent aux Pays-Bas, en Allemagne, en Angleterre, les initiatives novatrices émergent et se répandent, les bonnes idées circulent, il y a une vraie discussion à ce sujet. Cela existe ici aussi mais c’est bourgeonnant, trop peu exposé. À notre tour de prendre la parole…

Qu’est ce qui manque aujourd’hui aux orgas pour l’organisation de teufs plus responsables ?

Une vraie sensibilisation sur la question – fort heureusement c’est en train de changer. Il y a souvent de grosses carences en solutions concrètes. Elles sont relativement excusables tu me diras, nous en manquons tous, l’éco-responsabilité est une question vaste et complexe, les mauvaises habitudes sont sacrément ancrées. Il faut tout changer, tout bouleverser, tout repenser. Il y a pour cela besoin de moyens, et par moyens je ne parle pas uniquement d’argent. On a besoin d’acteurs dynamiques et qualifiés. J’ai envie de citer The Green Room par ex, qui milite pour le green touring auprès des bookers, propose des bilans carbone aux équipes des festivals, des salles de concert, des clubs, et élabore avec eux une stratégie éco-responsable.

Un geste responsable à conseiller aux teuffeurs/clubbeurs de 2019 ?

Extrêmement simple : tout d’abord bannir le plastique, partout, à tout instant. C’est easy as fuck, peu onéreux et accessible à tous. Pailles, gobelets, bouteilles, couverts, etc. C’est terminé. Leur banalisation fut une hérésie absolue. Adopter le binôme gourde et canette en inox par exemple. Refuser un drink si le gobelet n’est pas consignable. En parler autour de soi, sensibiliser ses potes, interroger ses proches, tenir le cap et ne pas lâcher prise face à la perplexité de certains…

C’est quoi le track que vous voulez envoyer au gouvernement pour leur taper sur les tympans ?

Un gros banger gqom bien martial, Sleeping Buddha, ‘Goro‘.

Comment vous pensez qu’on pourra/devra sortir faire la fête dans le respect de l’environnement d’ici 20 à 30 ans ?

Tâchons d’envisager le meilleur scénario possible : dans un club autosuffisant, tout en matériaux durables, où le mouvement des danseurs produira l’énergie nécessaire au fonctionnement du PA, alimentera les lights, etc. Gobelets recyclables, toilettes sèches, clubbers responsables et conscients, bonne humeur, festivités max, respect et amour du prochain.

FILLES DE BLÉDARD 

Pourquoi d’après vous il est important que la communauté festive s’implique publiquement dans cette Marche du Siècle pour le climat ?

La communauté festive rassemble le plus grand nombres d’entre nous.
Nous qui sommes des consommateurs et pas des petits. S’impliquer publiquement est essentiel mais surtout de notre responsabilité. Le fête c’est cool mais c’est aussi fédérateur, pouvoir rassembler tous nos publics pour le climat, pour notre avenir doit être notre point d’honneur. Et plus on est, plus fort nous serons pour faire passer un message au gouvernement. 

Qu’est ce qui manque aujourd’hui aux orgas pour l’organisation de teufs plus responsables ?

Effectivement pour certains événements, des Ecocup ou cendrier de poches seraient les bienvenues et devraient être distribués gratuitement par les collectivités territorial par exemple. Il nous manque, bien évidement des outils, mais l’Etat ne se bougera malheureusement pas d’aussi tôt alors nous devons trouver des solutions, communiquer, faire de la médiation. A nous orga de privilégier le verre et les Ecocup, de mettre à disposition cendriers et poubelles, de discuter avec nos publics.  À notre public de ne pas jeter leur canettes ou mégos par terre, de respecter les lieux où on les accueille. 
Aujourd’hui, chacun, organisations et teuffeuse.ers doit être responsable de ses actes, et doit réagir face à l’urgence du réchauffement climatique et de sa propre consommation. Dans certaines teuf ça fonctionne, comme le Nowhere festival qui à lieu en juillet dans le désert espagnol. Chacun est responsable de ses propres déchets, apporte sa cup et son cendrier de poche. Aucun déchet au sol pendant cinq jours de teuf alors qu’il n’y a aucunes poubelles a disposition. C’est presque de l’ordre du miraculeux nan ? 
Nous sommes capables d’avoir des teufs responsables si chacun fait l’effort de l’être et si nous parvenons à ne pas lâcher le gouvernement sur ces questions.   

Un geste responsable à conseiller aux teuffeurs/clubbeurs de 2019 ?

Ecocup, cendrier de poches, la base ! Et svp oubliez les pailles !

C’est quoi le track que vous voulez envoyer au gouvernement pour leur taper sur les tympans ?

COCORICO de  Shay

Comment vous pensez qu’on pourra/devra sortir faire la fête dans le respect de l’environnement d’ici 20 à 30 ans ?

On espère que dans 20 à 30 ans les choses iront mieux et que nous pourrons continuer de faire la fête surtout haha !

CHOSEN FAMILY – Alexandre Paty 

Pourquoi d’après toi il est important que la communauté festive s’implique publiquement dans cette Marche du Siècle pour le climat ?

Il est temps de faire une marche mémorable, une de celle que n’importe quel gouvernement ne pourrait ignorer. Car la politique actuelle est terrible, encore un exemple récent avec La République en Marche qui s’allie à Bayer pour les européennes avec un financement de leur part… faut vraiment être con.

Qu’est ce qui manque aujourd’hui aux orgas pour l’organisation de teufs plus responsables ?

Des lieux responsables et durables d’abord, et des systèmes sons qui utilisent moins ou pas d’électricité ! Il parait que des systèmes à hydrogènes sont en court…!

Un geste responsable à conseiller aux teuffeurs/clubbeurs de 2019 ?

Pas de pailles !

C’est quoi le track que vous voulez envoyer au gouvernement pour leur taper sur les tympans ?

Drvg Cvltvre – Siege Of Power

Comment tu penses qu’on pourra/devra sortir faire la fête dans le respect de l’environnement d’ici 20 à 30 ans ?

Quand y’aura plus de fioul et la guerre ? Non je plaisante. On ne sait pas de quoi demain sera fait.. peut-être que ces questions ne se poseront tout simplement plus.