Entre le booth et le dancefloor, on s’en fait tout un monde, et pourtant, de quel matière est vraiment fait le rideau qui sépare celui qui joue, de celui qui danse ? Celle qui balance ses tracks sans ménager qui que ce soit, de celle qui balance son corps comme si sa vie en dépendait ? Pour une fois, on a décidé de passer de l’autre côté du booth, pour avoir quelques feedbacks du weekend passé, côté artiste, côté technique, parce qu’on leur demande pas assez… : alors t’as kiffé ?

De la release party de Bajram Bili à la folle Abribus à Marseille, en passant par l’anniversaire de David Reuner et la Parkingstone, le weekend fut bon bon bon, même et surtout derrière les platines !

    • Bajram Bili n’aurait pas du confier la bouteille de whisky aux Il Est Vilaine
    • Cherry B Diamond a été éberluée par la performance de CORE Y919
    • Lazare Khali a bien aimé le gars qui rampait vers les toilettes
    • Cyclikweetos a flashé sur la musique de Musique Post Bourgeoisie
    • Seul Ensemble a trouvé cocasse le flamenco entre deux tracks de gabber de Detweiler
    • La soeur de EKLPX a enfin vu sa soeur jouer même si elle n’aime pas la techno
    • Ensthal s’est un peu emporté en jouant un vieux morceau de David Carretta
    • Lori Booster a fêté ses 25 ans à la Abribus à Marseille
    • Pour WLDERZ ce n’est pas la quantité qui compte, c’est la qualité !
    • The Mekanism a trouvé drôle le gâteau d’anniv de David Reyner en forme de…
    • Ziúr remercie des soirées comme la Parkingstone d’exister <3

    BAJRAM BILI

    « Amour »

    mard. 26 mars / Bajram Bili Release Party // Il est Vilaine // Suprême LTM (La Boule Noire)

    Qui es-tu ?

    Adrien – Bajram Bili. Je danse souvent sans danser…

    L’image contient peut-être : texte

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Amour

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Contrairement à pas mal de soirées dans lesquelles je joue, il n’était pas tard. C’était parfois un peu étrange… Mais je dirais vers 22 h, lorsque j’ai lancé ‘Roger & Stan‘. Ce track est toujours spécial. Le public le reconnaît, il y a un sentiment d’euphorie généralisé qui arrive. Le set vrille souvent à partir de ce moment !

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

    Avoir confié la bouteille de whisky aux Il Est Vilaine, le temps de leur set. Il m’en restait suffisamment pour le live, mais pas autant que je le pensais pour le retour en loges…

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Ice Scraper‘. Son rythme, ses nappes, les arpèges, les strobes… Je le connais par coeur pourtant, mais à chaque fois je me fais avoir ! Jouer ce morceau me rend fou. Parfois, j’en ai même du mal à attraper mon verre posé à côté des instruments, un comble à ce moment du set !

    Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

    J’étais chez moi, à sentir les courbatures arriver. Le résultat de plusieurs semaines épuisantes et surtout, comme à chaque fois, la conséquence inévitable de mes mouvements de tête pendant le live.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Je dois choisir… Je vais en citer deux : Thomas et Charles, du Turc Mécanique. Dans deux registres différents, ils ont une fois encore été parfaits. Le mélange bienveillance / euphorie qu’il fallait pour cette soirée.

    Quand je lance enfin l’intro du live après des semaines de répétition. Je sais parfaitement où je suis, et en même temps pas du tout.

    CHERRY B DIAMOND

    « HYBRIDE ART IS A WEAPON »

    mer. 27 mars / [CE SOIR] FEST (Paris 11)

    Qui es-tu ?

    Moi c’est Kamissa a k.a Cherry B Diamond. Mon signe particulier lors de ma performance Dj au Fest : un harnais en latex mixé à une tenue cousue main « Pierrot de la Lune », une façon d’annoncer un set « salade, tomates, oignons à la sauce harissa ».

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Le FEST c’est une « secret party » où on trouve un public de niche internet, sur invitation only. L’expression pour résumer cette teuf : « HYBRIDE ART IS A WEAPON »

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Il faisait super chaud, et Il allait être l’heure des derniers métro, on attendait avec impatience la performance de CORE Y919, qui allait justement commencer sa perf’ au sous sol de l’International. Dès que ça a commencé, j’ai vu un public comme hypnotisé: l’univers était carrément électrique, Nathan a performé sur un tapis persan, l’Asie en toile de fond; Il nous a fait vivre une expérience immersive et apocalyptique comme rarement je n’en avais vécue! Après ce coup de tonnerre, les public était comme envouté, en plein milieu de semaine ça faisait plaisir de voir une transe par la danse…

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

    Milieu de soirée, une meuf qui s’invite derrière mes CDJ’s, et qui me prend dans ses bras parce qu’askip « je l’enjaille depuis le début de la soirée » ! J’avoue j’étais concentrée sur mes transitions mais flattée, du coup j’essayais de faire genre et que que ça ne se voit pas trop… Sauf qu’elle était trop deter, moi je portais mes New rock neptuno (je crois que tu vois le genre de compensés ou faut pas trop se la donner sous peine de voir ton équilibre menacé héhé)…. bref, je l’ai invitée à sortir de cette zone, mais je ne l’ai pas revue à la fin de mon set, upset or funny fact je me pose toujours la question !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Le live de Panzer, c’était grvvve le feu, c’était pogo sur sol glissant, une émulsion de folie maitrisé mais régénératrice.

    Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

    Le lendemain à 20h20, on s’est fait un maxi apéro sur les quais (Canal Saint martin) le mood ramassage / début précoce de weekend en soit le mood parfait avec mes go et gars sûrs plus d’autres et que je n’avais pasr evu depuis un bails! il faisait tellement bo!!!!! ont étaient ensemble à renouveler la meme discussion que le weekend dernier : le programme du weekend en mode : « ça va être la inf!!!! y’a milles soirées en même temps qui commencent par quoi, oh no on a trop de problème de choix, it’s the end of the world ! »

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    J’avoue, c’était badant sur le moment, mais c’était tellement PRANK, faut que je l’a raconte: Un mec à la sortie du club qui venait faire la discutions avec nous (ont étaient en train de fumer avec un pote) quand il enchaine : « c’est trop cool qu’on parle ensemble, mes potes ils m’ont lâché quand je leur ai raconté que l’année dernière j’avais voulu tuer ma mère et que la police avait dû m’arrêter mais moi je m’en rappelle pas parce que j’avais pris trop de prod… quand je me suis réveillé j’étais dans un hôpital psychiatrique et ça faisait plusieurs jours qu’il m’avait endormi… » je crois à ce moment-là je j’ai fais genre, la meuf, trop demander, tu sais genre « oui oui, on s’appelle hein

    Les moments étaient tous assez fous, je mixais derrière des rideaux noirs, les gens ne sachant pas d’ou venais la musique atterrissaient dans cette salle un peu perché pour se pêcho, faire des trucs que je ne peux répéter, ou se la coller à balle et redescendre voir d’autres groupes, il y avait vraiment du beau monde, hâte de remettre ça le mois prochain.

    LAZARE KHALI

    « Mystique »

    jeud. 28 mars / HorsLesMurs : Underscep invite Yarosslav, Toscan Haas & more (L’International)

    Qui es-tu ?

    Corenthin, Lazare Khali, souvent affublé d’un couvre-chef.

    L’image contient peut-être : texte

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Mystique.

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    23 h 30, heure à laquelle j’ai aperçu un gars qui rampait dans les toilettes.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

    Jean-Noël Gracie.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Le B2B de Ultra Flex et Megamix, car plein de jeunesse et de fougue.

    Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

    J’étais à Aromazone, boulevard Haussmann, encore en train de me remettre de ma soirée, et je trouvais qu’il y avait trop de monde.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Un gars qui voulait faire quelques enchaînements et m’a piqué ma bière quand je lui ai dit non. Ma copine lui a mis un coup de pression et l’a récupérée juste après.

    CYCLIKWEETOS

    « OKLM « 

    vend. 29 mars / Taz Mahal #4 ✦ Fauchage, Few Tips To Heal & Linge Records (Le Klub)

    Qui es-tu ?

    Gérard Molard. Je joue dans Cyclikweetos. Nous étions programmés en première partie de la soirée. Sur scène, on est costumés de manière foutraque. En dehors, on est monsieur tout le monde !

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    OKLM

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Malheureusement, il y avait moins de monde que prévu. On a passé une bonne soirée sans que ça parte en vrille. Ou alors j’ai raté quelques chose.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

    À deux grammes, tout est absurde et me fait marrer.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    On (Cyclikweetos) a beaucoup aimé Musique Post Bourgeoise. Musique simple, efficace et parfaitement interprétée. Le chant rajoute une autre dimension. Àa me rappelle le groupe Meurtre (et d’autres). J’aime beaucoup ce genre de parolier.

    Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

    À 20 h 20 j’étais au théâtre de l’échangeur pour le Sonic Protest. Devant Lahcen Akil qui tourne avec son groupe. Un pur concert bordel.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Le chanteur de Musique Post Bourgeoisie. Ça doit pas être voulu, mais je trouve qu’il a un style à mi-chemin entre le Black Panthers et Robin des Bois, haha. George Abitbol n’a plus qu’à s’rhabiller !

    Dans l’ensemble, pour les orgas de la soirée et particulièrement pour Fauchage Collectif.

    SEUL ENSEMBLE

    « BUENA ONDA / BUENA ONDA / BUENA ONDA »

    vend. 29 mars / Abribus vol 3 #hardcoreparty (Le Makeda, Marseille)

    Qui es-tu ?

    Alors mon nom c’est Seul Ensemble, c’était oim avec le t-shirt Mayhem et les mimiques de débile derrière les platines !

    Aucune description de photo disponible.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    BUENA ONDA / BUENA ONDA / BUENA ONDA

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Hm pour moi c’était dès l’arrivée pour les balances vers 19 h. En fait c’était ma première vraie date en club, du coup j’étais un peu stressman en arrivant, mais la team abribus c’est des gens chouettes qui savent bien communiquer leur bonne humeur. Du coup ça met dans un super mood, j’avais qu’une hâte c’était de jouer :))

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

    Hm.. Le moment où Detweiler passe un son de flamenco entre deux tracks de gabber ? Le moment où Detweiler passe un remix sincèrement à chier d’Oasis ? Lori Booster disant qu’elle est pas sûre de bien gérer ses transi et qui fait un set aux oignons ? Hm peut-être quand même Sasha et Dasha qui offrent des paires de pompes aux gens dans la salle..

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Dj Detweiler et son style de mix hyper corrosif et syncopé c’est quand même un délire. C’est bien fait, tu passes d’un son gabber des familles à de la pop cheesy en sautant sur un solo de piano de 5 minutes qui se fond en dub etc.. y’a peu de gens qui mixent comme ça, et ça fait plaisir. Et puis aussi petite satisfaction perso quand j’ai joué un morceau de mon dernier EP « Universal Loneliness »

    Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

    J’étais dans le mal. On a fait une after abribus all-stars où on a presque tous mixé ensemble, et je me suis réveillé pour assister à l’explosion d’un oeuf de sorcière dans une casserole trois heures après !

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Le vigile qui me suivait à chaque fois que j’allais aux chiottes et qui tambourinait à la porte avant que je commence à pisser !

    EKLPX

    « Très tchatcheuse

    vend. 29 mars / Concrete: Dj Stingray, Varg Live, SPFDJ, Solid Blake (NF-34)

    Qui es-tu ?

    Yooo Heeboo, moi c’est Laura (EKLPX ou EK’ pour les intimes) je porte super souvent des kways de pistos

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Très tchatcheuse ! Nan je rigole c’était vraiment ouf !

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Il devait être 5 h, il me restait une demi heure de set j’étais enfin de-stressée, mon set s’était bien passé, ahaha, et j’avais tous mes potes autour de moi qui s’éclataient, c’était le feu !

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

    Y’a un type qui m’a balancé une pinte pleine à la figure vers le milieu de mon set puis il s’est fait tej

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Comme du coup j’ai plus ou moins fait un all night long après le set de Benabou je dirais le moment où j’ai enfin eu le courage de passer une de mes prods (Fight Club sorti mercredi dernier sur Take Hit record) les gens ont eu l’air d’apprécier)

    Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

    En after avec les potes (désolée ahaha ) j’avais besoin de me détendre

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Ma jumelle qui a passé la majorité de mon set devant le dj booth alors qu’elle déteste la techno, c’était la premiere fois qu’elle me voyait mixer (coucou Katio).

    Y’a un mec qui a passé la soiree à me dire que les enceintes étaient éteintes et qu’il n’y avait pas de son qui sortait alors qui’il avait la tête devant les caissons

    ENSTHAL

    « À cœur vaillant, rien d’impossible« 

    vend. 29 mars / La FUSÉE musicale : Objectif Lune ! (L’Internationam)

    Qui es-tu ?

    Je m’appelle Thomas, et parfois « l’un des mecs de La Claque » ou « Ensthal ». Pas trop de signe particulier à part ma veste en jean et leurs poches sans fond : assez pratique pour ranger des clés USB, un casque, des cellules, des cigarettes ou encore le bon goût.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    « À cœur vaillant, rien d’impossible. »

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Le moment où les gens sont montés sur scène pendant notre set pour danser, quelque part vers 4 h du matin. L’un des grands avantages de l’International c’est son côté bordélico-sympathique, tout le monde fait un peu ce qu’il veut, dans la joie et la bonne humeur.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

    Ce tableau surréaliste où un mec faisait du voguing, entouré d’un type qui éclatait la barrière contre le sol pour marquer le rythme, et de son pote qui faisait du tam-tam très fort avec quelque chose en fer qui n’était clairement pas un instrument de musique. Ils étaient serrés tous les trois comme des Aristochats.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Je me suis un peu emporté et j’ai joué un vieux morceau de David Carretta. Un truc entre Émile & Images et Ivan Smagghe très bourrin. Joe n’avait pas trop l’air de cautionner, mais je sais qu’au fond il adorait ça.

    Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

    Je buvais quelques verres avec ma copine rue Basfroi avant d’aller à Vitry pour le Karnasouk. Je ne pensais à rien, et c’était très bien.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Mes trois Aristochats mentionnés plus haut.

    LORI BOOSTER

    « TARPIN BIEN »

    vend. 29 mars / Abribus vol 3 #hardcoreparty (Le Makeda, Marseille)

    Qui es-tu ?

    Ma famille m’appelle Laurie, mes potes m’appellent de plusieurs manières, comme Booster (les autres surnoms resteront scred pour éviter tout problème). Toujours la casquette vissée et la sacoche sur l’épaule.

    Aucune description de photo disponible.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    “TARPIN BIEN”

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Sans hésitation à la fin de mon set, vers 1 h 50-2 h. Les gars de PES (Provence Evolution Soccer) ont pris le mic pour chanter “Joyeux anniversaire”, le public a direct suivi ! Ils ont ramené un petit gâteau avec des bougies sur scène. C’était intense, je me souviendrai longtemps de mes 25 ans ! (longue vie à toute l’équipe sur cette soirée, autant les orga que les artistes, c’était fou)

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

    LE WARM UP DE DASHA&SASHA!!!! Je me suis trop éclatée, du gros hardcore à 200 bpm, à 21 h c’est tellement génial ! En plus ils ont fini leur set avec un gros remix de Britney Spears – Everytime, rien que pour ça, ils ont tout mon respect !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Le set de SEUL ENSEMBLE ! Pour la balade des styles, pour les gros kicks, pour la joie, l’énergie etc. Il est ultra validé pour ma part !

    Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

    Franchement, j’étais dans le mal !! (lol) J’étais à domicile pour faire la teuf avec mes potes, toujours pour mon anniversaire. A cette heure là, j’étais derrière les platines à faire un “ping-pong” de styles avec mes bro, Sergie et RN12 (de mon crew La Menuiserie). Je devais sûrement penser que je ne survivrais pas à ce week end !

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Pour avoir sauté avec lui derrière les platines pendant mon set, je dirais BLED RUNNER !! Il déborde d’énergie et danse le hakken comme personne. Son look est des plus stylé, de la casquette aux baskets fluo.

    WLDERZ

    « Ce n’est pas la quantité qui compte, c’est la qualité« 

    sam. 30 mars / ☾ Brakage invite Wlderz (Skryptöm) (BT59, Bègles)

    Qui es-tu ?

    Jérémy du duo Wlderz Aka les chevelus. Notre signe particulier en soirée ? Toujours bien coiffés !

    L’image contient peut-être : texte

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Ce n’est pas la quantité qui compte, c’est la qualité !

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Cette joie qu’on ressent à chaque fois qu’on voit les gens danser et crier lorsqu’on teste un de nos nouveaux tracks ! C’est assez ouf ! Ce soir ça devait être vers  4 h du mat’

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

    Ce mec vers 5 h du mat’, totalement dans le mal, qui (je pense), cherchait les toilettes mais poussait en vain une porte fermée à clef qui menait au local technique et qui du coup a gerbé devant la porte avant de retourner danser … normal …

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    J’ai particulièrement apprécié le live de Grand V, belle découverte !

    Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

    J’étais dans mon home studio en train de travailler sur un nouveau track techno tout en luttant contre la crève que j’ai choppé dans le train !

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Toujours ce même mec, vers 5 h du mat’… vous connaissez déjà la suite…

    Les backstages enfumées, pire que le fumoir du Rex Club en heure de pointe…

    THE MEKANISM

    « Bordel »

    sam. 30 mars / David Reyner Bday w/ DJ W!LD, The Mekanism,GauthierDM (The Key)

    Qui es-tu ?

    Damien : The Mekanism

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Bordel

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Au moment où on lui a apporté son gâteau d’anniversaire en forme de sexe géant, le pauvre…

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

    On a projeté des videos drôles de lui en after sur grand écran toute la soirée

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Le set de dj W!ld, il a bien amené le public là ou il voulait l’amener avec des sons bien groovy. La température est bien montée les gens étaient au top pour notre set avec David !

    Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

    Apéro du dimanche avec David sur une terrasse à Montmartre …

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Un mec qui m’a servi quatre fois un verre de vodka car il ne se souvenait de l’avoir fait cinq minutes avant…

    ZIÚR

    « Paris sous les bombes »

    sam. 30 mars / PARKINGSTONE XXII (Trabendo)

    Qui es-tu ?

    Ziúr / nicknames are all typing mistakes people ever do with my name so go get creative !

    L’image contient peut-être : plein air

    Ziúr. Mes surnoms ? Tout ce que peuvent inventer les gens quand ils ne savent pas écrire mon prénom, donc vas-y, sois créative !

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    The one word : love / more words: it takes a fighter owning their vision to establish off grid culture such as displayed at parkingstone. lots of love and courage goes into the event but also it’s remarkably clear that we need these spaces to survive.
    Un mot : l’amour. D’autres mots : Il y a un combat à mener concernant l’établissement d’une culture en marge des réseaux comme celle que met en avant la Parkingstone. Il y a beaucoup d’amour et de courage dans cet événement, mais cela rend aussi encore plus clair le fait qu’on a besoin de ce genre d’espace pour survivre.

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Realising the above

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir absurde, cocasse, improbable ou drôle ?

    The bass keeping the cdjs and mixer in constant motion during the show, it was messy and fun.
    Les basses qui ont fait trembler les cdjs et la table de mixage pendant tout le set, c’était sale et cool !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Playing 8 mins of « Type o Negative » in the end of a club set while everybody ate it up ! A trip back to the 90s !

    Jouer huit minutes de Type o Negative à la fin de mon set, alors que plus personne n’en pouvait plus ! Un voyage de retour dans les années 90 !

    Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

    You mean monday or sunday? probably either on my way back home or in bed. time’s not linear, have you heard?

    Lundi ou dimanche ? Sur le chemin de retour, ou chez moi dans mon lit. Le temps n’est pas toujours linéaire tu sais ?

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Simon the promoter by having the strength to making their vision come to life and execute this vision in such neat and beautiful way. Props to that from the bottom of my heart!

    Simon, l’organisateur, pour avoir la force et le courage de réaliser ses rêves et d’aller au bout de ses projets d’une manière aussi belle et propre. Bravo à toi, du fond de mon coeur !