Les Nuits Sauvages

Dégif #155 : « Dès qu’il fait nuit, je vrille » – Heeboo
Rainer Torrado

Dégif #155 : « Dès qu’il fait nuit, je vrille »

Dégif - Janvier 15, 2020

Rainer Torrado

La vrille, c’est souvent là où bascule. Tournant d’une nuit, c’est cet instant qui ne dure le plus souvent pas plus d’un centième de seconde, où tout se joue. Mais au regard du jour, d’une façon, toujours un peu plus extrême la nuit. Toujours plus profond, toujours plus intense, toujours plus forte, la nuit ne serait pas ce qu’elle est au jour sans une nuance de folie, sans la vrille qui l’accompagne. Allez, priez pour vous les enfants, la vrille est bonne, tant qu’elle est belle et consentie.

BABETH

« January dry (mais pas pour moi) »

sam. 11 janv. – Cocktail Club (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Je suis Babeth, j’ai 30 ans dans trois ans, je fais la fête et des blagues. J’adore le rose et ne porte pas de streetwear.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

January Dry (mais pas pour moi)

Raconte nous ta vrille de la nuit

Dès qu’il fait nuit je vrille donc c’est une question compliquée, peut-être que c’est quand je me suis improvisée chanteur de Reggeaton et que j’y ai laissé ma voix, sinon j’ai fait quelques gags visuels un peu gênants pour amuser la galerie mais ça m’a pas fait mal du tout.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’ai dansé comme une folle avec mes copines devant Nicol. Parce que c’était chic, hyper bien et parce que je suppose que c’est une personne agréable qui a des amis sympas. Vous devriez absolument suivre ce qu’il fait.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Oh oui, il y avait un chien très sympa en backstage qui m’a tenu compagnie. J’ai attendu mes copains-voisins et on a partagé un Heetch. C’était un peu dégueu, on parlait de boutons de fièvre.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

C’était rien du tout, très petite forme. Coup de bol, mon mec est sympa (et incroyablement beau), il s’occupe de moi quand j’ai abusé et guinché comme une vedette comme si j’étais enceinte de neuf mois.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai bien aimé le chien, beaucoup moins mon reflet vers 6 h 43.

Exemple de gag visuel un peu gênant

PAULINA

« Amicale »

sam. 11 janv. – Cocktail Club (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Paul ou Paulina je suis (très) souvent en soirée et rarement (jamais) sobre.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Je dirais « amicale » comme soirée car il y’avais plusieurs collectifs et pleins de copain.ine.s

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je sais pas vraiment je dirais quand Victoria Lachose a commencé à mixer de l’eurodance, y’a eu une super atmosphere et tout a vrillé pour moi.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le super remix house de Say My Name que EVNR à joué. Mais en même temps le set de Polyester qui est comme d’habitude un concentré de sensualité et de coquinerie

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Je suis rentré avec mon mec en taxi tranquillement, on a été sages.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais déjà au lit en train de m’endormir

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

C’est la quantité énorme de garçons en combinaisons qui m’a marqué ; on s’est demandé s’ils c’étaient mis d’accord entre eux…

SYLVAIN

« Teuf organisée dans ton garage »

sam. 11 janv. – GOTHISSERIE_1 w/ ania – lëster – emo goblin – caligari (L’Œil)

Qui es-tu ?

Sylvain ou Diamanda, ça dépend des soirs. En soirée je suis l’oiseau furtif, celui qui apparaît rapidos avant de laisser rapidement la place à une sorte de Lipoutou goth aviné qui se plaint de son âge.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

C’était la teuf organisée dans ton garage quand tes parents partaient à Hendaye pour le week-end et que t’annonçait en grande pompe sur ton skyblog maleficum666puppycr33pcore – mais en vachement mieux.

Raconte nous ta vrille de la nuit

L’amour c’était tout le temps, parce que la soirée était dans ce nouveau club du centre, l’Oeil, qui pue l’amour de partout. C’est queer pour de vrai, avec un bar pas cher, une grande fresque érotique de Safia Bahmed-Schwartz immanquable et une vraie ambiance familiale et safe. Je mégarecommande. Du reste j’ai ri avec la team de Spleen Factory toute la nuit parce qu’on est des goths marrants.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set qui m’a marqué c’est le mien en ouverture parce que c’était la première fois. J’ai joué devant mes quatre meilleurs amis et c’est tout – j’avais oublié que les goths ne sortent pas avant minuit. Thank Satan ça s’est rempli direct après. Lëster et Emo_goblin (ce nom my god j’aime tant) ont été incroyables comme d’hab. Et bien sûr Ania en live et son assistant qui fait des sons chelous avec des gants électro – génie absolu.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

J’ai embarqué mon mec et un ami et on a joyeusement gambadé jusque dans le 18 ème et chantant pandi-panda en version Cradle of Filth.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

On se partageait une Extravaganza, une Orientale et une Savoyarde size medium supplément coca zéro sur mon lit – je pensais à la soirée en me disant qu’il fallait vraiment qu’on recommence bientôt.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

T’as déjà vu des ravers goths danser ? C’est trop bien.

On sait pas si elle rit ou si elle pleure – mais je crois qu’elle pleure, probablement parce que son gothisme la plombe.

ANTOINE

« Future club »

vend. 10 janv. – La Maison Sarcus #9 x BFDM : J-Zbel Judaah Hajj Lemoan Gauvain (La Bellevilloise)

Qui es-tu ?

Antoine, je lance mon projet dub techno Exocet, et je fais parfois de la musique sous les pseudos Nove et Stellah Maris. Vendredi soir, je portais un maillot de l’OM.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

« Future Club ». Pouvoir alterner pogos sur des sons trap/gabber/trance/dancehall et méditation sur fond d’ambient et downtempo, c’est ce que j’espère du futur des soirées club.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Dès l’arrivée sur place, Hajj en furie en train de manger une banane et de ramoner la salle à coup de basse et de snare roll. Contraste total avec un très beau moment de détente lors de notre premier passage dans la salle ambient. Le mapping, l’atmosphère, sur fond d’un morceau dub très doux… Loin de l’euphorie délirante sauce BFDM.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Hajj mérite des articles entiers à lui seul, il a un talent monstre alimenté par des inspirations de fou, mais j’ai particulièrement aimé l’entendre jouer un gros Freeze Corleone à un moment de son set.
Le remix de Robert Miles – Children, entendu à la fin du live de J-Zbel était aussi hors du temps. Joué par J-Zbel ou passé par Hajj ? J’étais trop loin pour percer le mystère. En tout cas ça leur va bien.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Au top, après un dernier passage au chill-out pour calmer ma pression artérielle, j’ai enfourché un vélo et suis rentré.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Galette complète et cidre avec ma fiancée et mon chat.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

On a recroisé par hasard une bande de potes rencontrée au Positive Education en novembre, gros moment de convivialité à l’image du festival stéphanois.

L’accueil dans la cave par un Hajj inspiré

LIO

« La folieeee !! »

vend. 10 janv. – La Maison Sarcus #9 x BFDM : J-Zbel Judaah Hajj Lemoan Gauvain (La Bellevilloise)

Qui es-tu ?

je m’appelle Lio Richard (ou LIYO), on me surnomme aussi la « casseuse du dancefloor mameene » !!

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La folieeee !!

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je dirais à 3 h du mat avec J-Zbeeel, ils sont supeeeer chaaaud !! Pendant la soirée, je me suis dit « donne tout, c’est ton sport de la semaine », du coup je me suis mise à faire des squats, des flexions, des petits sauts, tout ça en étant en rythme avec la musique !!!

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J-Zbel m’ont marqué, ils m’ont transmis leur folieeeee eheheh !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Tout s’est bien passé, je suis rentrée à pied avec mon équipe !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais au bar avec des copains et on jouait à l’assasssin mglll !!

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Y’avait une meuf qui mangeait banane sur banane genre elle s’arrêtait pas du coup j’ai trouvé ça assez marrant !

THÉO

« Intense »

vend. 10 janv. – Chaos Reigns w/ Sarin, S S S S, Sinus O, The Undertaker’s Tapes (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Théo, toujours mes Docs aux pieds

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Intense

Raconte nous ta vrille de la nuit

Aux alentours de 00 h 30 / 1 h quand je retrouve Antoine un gars que j’adore que j’avais pas vu depuis super longtemps, moment full love !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

SARIN sans hésiter, ça faisait tellement longtemps que je voulais le voir !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Tranquillement, j’ai fumé un joint avec un pote en attendant le tram et je suis rentré chez moi

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en train de me préparer pour aller chez une pote, la tristesse d’une rupture a pris le dessus sur moi

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Une femme qui au début de la soirée me touche les fesses (j’étais en body donc elles étaient facile d’accès) qui s’excuse, puis vers la fin de la soirée j’enlève le body car j’avais chaud et cette même femme commence à me dire que je suis super sexy, qu’elle veut être avec moi et elle a commencé à me suivre absolument de partout…

La réaction d’une étrangère quand je lui ai demandé si elle avait une seringue, elle a du croire que je voulais me piquer

MÉLANIE

« Incroyablement libre »

sam. 11 janv. – Bender : 1st anniversary (Porte de la Villette)

Qui es-tu ?

Moi c’est Mélanie, on me surnomme Mail, je suis celle qui se mord les lèvres quand le son est trop bon !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

C’était juste incroyablement libre ! C’est ce que j’adore dans ce genre d’événements. On vient comme on est, on se délivre le temps d’une soirée, et on repart comme s’il ne s’était rien passé !

Raconte nous ta vrille de la nuit

J’ai dû perdre la notion du temps vers 3 h 30 ! Mais je crois que c’est à ce moment que tout est parti en dinguerie! J’ai embrassé un bon nombre de personnes, autant filles que mecs et franchement, désolée les gars, mais les meufs savent mieux faire !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set que j’ai préféré doit être celui de Léa Occhi ! Ce genre de set où tu danses et tu fermes les yeux avec un sourire tellement grand parce que merde ! C’est trop bon ! Tu fais plus gaffe aux gestes, du danses collé aux autres, c’est une symbiose du public !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Tout s’est fini trop tôt malheureusement ! Après un after tombé à l’eau, je suis rentrée en Heetch avec un pote, le temps de se remettre de nos émotions de la soirée.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je crois que je devais être devant mon ordi en train de penser à mon devoir que je devais rendre le jour même et que je n’avais même pas commencé. J’ai juste fermé le devoir et je me suis enfin endormie après avoir passé la journée éveillée !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne que je retiendrai de cette soirée, est cette fille qui dansait sur la scène les seins à l’air ! Elle était magnifique, et dansait juste super bien ! Il y en a eu d’autres, comme cette autre fille à qui j’ai parlé assez rapidement durant la soirée, puis que j’ai revue à la sortie, pendant que je cherchais mon téléphone perdu. Elle m’a aidé à le retrouver et par chance, c’est un pote à moi qui l’avait trouvé !

Pour moi cette soirée était un échange de baisés sensuels (plus ou moins hahaha)

MAX

« Voyage astral en vaisseau naval ! »

vend. 10 janv. – StereOrganic | ASTRO BOAT #5 – Techno to Trance (La Péniche Cinéma)

Qui es-tu ?

Max AKA Lux Felicis

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Voyage astral en vaisseau naval !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 2 h du matin j’ai cru que la péniche s’était détachée et j’ai senti qu’elle commençait à décoller. En passant ma tête par le hublot, j’ai vu qu’on était à 200 m d’altitude et qu’on survolait le jardin des Tuileries en bateau volant.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Quand CVRD voulait pas arrêter de jouer son son à 6 h 50 et que les gens hurlaient en déchirant leur t-shirts.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Tout s’est bien terminé, je suis pas tombé de l’échelle en décrochant la déco. J’ai essayé de renter dans le tramway avec ma copine et son vélo, puis comme il ne voulait pas repartir, on est rentrés en vélo tout court…

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais en charrette sur un projet d’habillage télé en train de me dire que j’avais envie de me fracasser le tête contre le sol parce que j’avais dormi moins de trois heures.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Phillipe-Michel et ses lunettes épileptiques à LED, avec son sérieux d’expert-comptable sous LSD qui donne l’impression de ne pas savoir ce qu’il fait et d’être parfaitement à sa place en même temps.

Le moment où un gars est venu m’interrompre pendant que j’embrassais ma copine pour lui proposer d’aller à l’écart pour lui montrer « une surprise »

FADY

« Nickel chrome »

vend. 10 janv. – StereOrganic | ASTRO BOAT #5 – Techno to Trance (La Péniche Cinéma)

Qui es-tu ?

Fady, surnom Fadix, je me fais remarquer en soirée avec ma danse un peu unique et des gestes habiles que je fais avec mes mains.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Nickel chrome ! J’ai pas trouvé mieux pour décrire, tout était dans l’ordre, c’était dans le partage total (comme la plupart des soirées psytrance..)

Raconte nous ta vrille de la nuit

Au moment de la transition Techno to psytrance, tout est parti en vrille et tout le monde a commencé à galoper du pied, c’était un moment de partage universel.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Tous les sets psytrance m’ont marqué (comme toujours) d’autant plus que les DJs sont mes potes et je suis venu à cette soirée avec un des DJ avec qui
j’ai fait le before..

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Héhé, tout est bien qui finit bien ! Je suis rentré à pieds (en galopant lol) vu que j’habite dans le coin…

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais chez moi, j’ai mis de la musique (de la Psytrance naturellement !) et j’ai joué les mélodies existantes avec un synthétiseur installé sur mon smartphone (je le fais depuis 20 ans maintenant).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y avait une adorable fille qui savait très bien danser en fermant les yeux et en se laissant aller par la musique, elle était avec son copain (:p), on a pas mal échangé pendant les p’tits break clopes qu’on faisait pour rebooster notre charge… C’était une rencontre très intéressante.

MATHIEU

« Un cocktail de saveurs musicales dans une safe place plein de bienveillance »

sam. 11 janv. – Cocktail Club (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Moi c’est Mathieu, Mati voir Grumpy Cat (car je souris pas souvent même si je suis un amour) et je suis pour la plupart du temps habillé en noir.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Un cocktail de saveurs musicales dans une safe place plein de bienveillance

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 3 h du mat’ lorsque mon pote a commencé à choper 1,2,3,4,5,… bref je sais plus combien de mecs mais c’était assez drôle. Surtout pour rentrer seul à la fin !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Le set Eurodance de Victoria Lachose (Discoquette) qui a su chauffer les esprits et nous faire tenir jusqu’au bout de la nuit

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Heetch&Câlins au petit matin

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Étalé-mort dans le canap’ devant AJ & the Queen sur Netflix!

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Un certain Anthony qui ne cessait de crier que son cul était « ni rond, ni carré, … mais OVAAAALE »

Mon mood pendant le set de Victoria Lachose

MORGAN

« Percutions électriquement chantantes »

sam. 11 janv. – Macadam • Pearson Sound – all night long (Macadam, Nantes)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Morgan, mes amis m’appellent Mokhtar. Carré court que je balance au rythme effréné des basses bien lourdes.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Percutions électriquement chantantes. Allez, viens danser !

Raconte nous ta vrille de la nuit

J’ai deux moments : 18 h. Ma team a décidé que j’allais rester sur Nantes une soirée de plus ! Fragile, je n’ai pas pu résister à l’appel de la danse underground et de rester avec mes amis qui m’apportent full love. Puis 01 h 13 : entrée dans le club. Le jeux de lumière de MA-LADE. J’en ai bouffé du laser ce soir là !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Pearson sound : le genre de mélange de styles percutant à la cymbale (et autre rythme afro) avec une structure bien complète. La pointe underground tout droit sortie de London. Ça résonne encore dans mon cœur/corps ! Le Macadam était rempli à son hécatombe. David Kennedy nous a tous piqué !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Après tant de danses et d’ondes sensuelles. J’ai enfin sorti mon téléphone. -Ça louche dans tous les sens.- Je suis rentrée safe and security grâce au bon vieux Heetch qui m’a calmé à grands coups de musiques classiques !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je mangeais une soupe de lentilles et patates douces. Mon copain une pizza. Éclats de rires de fatigue ressemblant aux cris d’un goéland, musiques pepouz et bons zamals !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne qui me marque à chaque fois c’est bien notre Queen WC qui assure à chaque soirée, il a toujours le smille et le p’tit mot qui va bien ! Keur sur toi.

Même après trois jours, la danse te tient au corps. Ce gif définit bien l’ambiance du Macadam ; celle qui nous permet de lâcher prise et de vivre l’instant présent avec la liberté d’être soi-même !

CARLITO

« Noise »

vend. 10 janv. – Agora Odyssée : ChapitreI (CO² Club Origin)

Qui es-tu ?

Alors moi c’est Carl mais la plupart m’appellent Carlito, pas de signe distinctif particulier… Tout le temps le sourire !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Hmm… C’était fort ! Puissant ! Faut dire que la sonorisation avec les funktion one marche très bien. Et je dirais « noise », c’était une grosse soirée indus comme on a pas vu depuis longtemps à Nantes, merci Agora !

Raconte nous ta vrille de la nuit

C’est parti très tôt, dès que MRD a commencé à sortir les gros kick… Puis BMD-4 et H880 c’était vraiment lourd et énervé ! C’était le feu à l’intérieur de la boîte.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Mais la meilleure surprise c’était le closing. Le man fait du live acid hardtekno de folie ! Il s’appelle EXHOD si je me souviens bien. Il est dans l’Agora une petite asso nantaise qui monte. J’espère qu’il va continuer de tourner !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Ça s’est fini vers 7 h, on a attendu quelques minutes devant le club pour rassembler toute la bande et c’est parti en after à l’appart, après s’être fait recal du Carrefour car il était trop tôt pour prendre la liche…

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’ai eu le temps de dormir un peu mais dans mes souvenirs je crois qu’on était encore repartis en apéro, y’avait le Paco Tyson tour ce soir là

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’ai pas l’impression d’avoir été marqué par quelqu’un… À part le live en closing et le mapping sur télés cathodiques ! Hyper stylé ça !

CAROLINE

« Chosen family »

vend. 10 janv. – Frivole de Nuit : Gloutonneries (La Java)

Qui es-tu ?

Caroline – aka rdv-vendredi – on me reconnaît à mes joues rouges ou mon visage de peinture pré-raphaélite !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

~ chosen family ~ en effet malgré les quelques hétéros ayant atterri à la Frivole par mystère, le public était vraiment chouette – composé de personnes bienveillantes, lookées et dansant bien !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Nous sommes arrivé.e.s à pieds depuis Barbès à 00 h 30 pour voir DIE KLAR et à peine arrivé.e.s dans le club avec ma bande c’était déjà la folie // il mixait nos sons prefs // toutes les dix minutes, de nouvelles copines arrivaient et c’était parti pour des retrouvailles sur eurodance.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

One name one love : KETIA — son set était incroyable, de Charli xcx à une version hardcore de Alors on danse // j’ai déjà hâte de la revoir // je suis grave reconnaissante envers les organisateur.rice.s de la Frivole pour le lineup, je n’aurais pas passé les artistes dans cet ordre car il y a eu quelques coupures de rythme, mais sinon c’était super !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

À la fermeture du club mon groupe de copines avait fondu comme de la neige au soleil, il n’en restait que deux haha // je suis rentrée en Heetch, trop courbaturée pour prendre un velib.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je faisais la sieste dans mon lit avant de sortir à La Darude x Wet For Me !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Plus d’une personne m’ont marqué par leur look, mais je retiens particulièrement cette meuf qui était immense, perchée sur des talons plateforme blanches avec des papillons, vêtues de blanc – j’avoue avoir eu le souffle coupé quand je l’ai vue.

Ma copine Jarance nous faisant signe à chaque son que l’on connaît

VINCENT

« C’est en buvant n’importe quoi qu’on rencontre n’importe qui ! »

vend. 10 janv. – Euphoria w/ Laughing Buddha ॐ Oksid ॐ LagouzZ ॐ Neurotonine (Macadam, Nantes)

Qui es-tu ?

Vincent, ou Vince (original !) Généralement une bière à la main ou un sanglier en peluche sur l’épaule… Ou les deux !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

C’est en buvant n’importe quoi qu’on rencontre n’importe qui !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Sur la fin du set d’Oksid aux alentours de 2 h, la rencontre de Maéva et son copain avec qui j’ai partagé toute la fin de la soirée. A partir de ce moment là c’était roue libre et rien n’avait de sens, il y avait du plaisir à foison !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Toute la soirée était quali en soit, gros set de la part de Laughing Buddha et big up à Man Of Time pour la super déco spécialement faite pour l’occasion !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Retour par les premiers bus, tentative d’after rapidement avortée par une grand envie de dormir !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

20h20 c’était l’heure du petit dej et ça ressemblait à rien !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Cette personne avec une perruque bleue moche sur tout le monde, sauf sur lui (ou elle ??)

La barre de pole dance du Macadam où on finit toujours sans t-shirt me semble bien résumée par ce magnifique gif de Jim Carrey !

THIBAULT

« Fuck le dry january « 

sam. 11 janv. – En Quarantaine : No Gravity (Pantin)

Qui es-tu ?

Thibault ; surnom : Olórin ; signe particulier : dans le fond à danser ou ma veste Underground Resistance

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Fuck le dry january

Raconte nous ta vrille de la nuit

Dès le départ, quand j’ai retrouvé les potes, on s’est souhaité bonne année, la soirée avait pas commencé qu’on se tapait déjà un délire avec des jetons de poker qui au final étaient des tickets boissons ; bref j’avais le sourire rien que de revoir mes potes.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Yves Deruyter, parce que je m’attendais pas à grand chose ; je me disais « ouai c’est un vieux ça va être un peu trop old school pour moi » et que dalle, c’était incroyable : juste dommage qu’un connard se soit amusé à allumer la lumière pendant son set.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

J’avoue que j’ai pas trop aidé pour le rangement ; on est rentrés à six dans une Fiat, c’était bien drôle.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Dans mon lit, je lisais les retours de la soirée, j’ai eu un peu le seum pour les gens qui ont du faire masse de queue.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Wow alors là je pourrais pas dire : il y avait beaucoup de personnes qui dansaient vraiment bien et l’ambiance générale était ouf ; ah si peut-être, au risque de paraître creepy, il y avait une fille qui portait un hood rayé bleu blanc rouge je crois, elle dansait à gauche vers la barrière elle rayonnait dans sa danse.

Quand j’ai croisé mon bro insomniaque comme moi Paulin vers 6/7h et qu’on a passé la fin de soirée ensemble comme si on venait de se lever alors que ça commençait à s’endormir à coté de nous.

JULES

« Darudément WET »

sam. 11 janv. – Wet For Me – Boiler Queens edition (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Jules, aka Julou reconnaissable en soirée grâce à sa pEtite banane noir R2D2 !

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Darudément WET

Raconte nous ta vrille de la nuit

Toute la soirée était une vraie vrille, comme à chaque Darude ou WET, on était un groupe de potes mixtes et entre poppers, ptit taz en scred, s’embrouiller avec des hsbc (parce qu’il y avait quelques hétéros relous), danser et s’embrasser il y avait pas de quoi s’ennuyer ni redescendre sur terre avant la fin !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Je crois que je suis parti dans les étoiles pendant le set de Drame Nature, c’était fou, entre trans endiablée et enivrante ! Et puis « meet her at the love parade » est passée à un moment à la Machine c’était incroyable !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Le retour était un peu difficile et en pointillé, faut dire qu’avec les grèves c’est toujours pas évident de prendre le métro ou le RER à 6 h du mat’ mais bon on soutient la RATP et la SNCF à 100% !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je mangeais une raclette devant Alien pour faire le plein de tryptophane !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Je me souviens pas d’un look ou de quelqu’un en particulier, à un moment une fille s’est incrustée sur un selfie, ensuite on a dansé et sympathisé ! Sinon une de mes amies a rencontré une pote de Pau… Le monde est petit !

Moi quand il y a eu la distribution des goodies

CÉDRIC

« La vitesse »

sam. 11 janv. – Prototyp (secret)

Qui es-tu ?

Cédric, Lord Gédric, bretelles

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La vitesse

Raconte nous ta vrille de la nuit

Vers 2 h je suis rentré dans la vitesse. C’est quand tout va trop vite, et que l’action s’est déjà produite mais que tu as pas eu le temps de réfléchir si tu faisais de la merde ou pas mais que c’est quand même bien au fond. En back room un mec m’a demandé de lui prêter de la salive, j’ai pas trop compris, puis il m’a demandé de cracher dans sa main, alors j’ai craché sans comprendre, mais grâce à moi il ne s’est pas fait enculer à sec.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Crazy frog à la fin, je m’y attendais pas, agréable surprise mais le premier DJ dans son ensemble était parfait !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais toujours en after, un peu fatigué et je pensais à comment j’allais rentrer sans payer 60 euros de Uber.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Celui qui m’a marqué et me marque à chaque fois c’est Richard, un asiatique à l’âge inconnu, avec une crête bicolore, un style unique et un mec délirant !

ARTHUR

« La moiteur »

sam. 11 janv. – Cocktail Club (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Arthur, j’ai pas de surnom mais toujours une pinte à la main en soirée.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

La moiteur. Vers 1 h, il y avait déjà beaucoup de monde et la différence de température avec l’extérieur était… frappante !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand EVNR a passé un remix de Say My Name, ça m’a chauffé direct. En regardant autour de moi, j’ai vu que j’étais pas le seul.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Un peu plus tard, Victoria Lachose nous faisait revivre notre enfance avec de l’eurodance et nous a balancé un bon vieux Boum, Boum, Boum des Vengaboys. Les gens était hystériques.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Un peu trop tôt à mon goût mais j’avais dormi cinq heures la nuit d’avant et mon corps me demandait de rentrer. On a chopé un vtc qui nous a déposés vite et bien à la maison.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Hum… j’étais échoué sur mon canapé, en train de réfléchir quoi regarder (Hérédité, c’était top !)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Personne en particulier. Les gens étaient tous beaux, je me sentais étrangement en famille. Une très belle réunion, ces quatre collectifs (Discoquette, Klepto, Gang Bambi, Polyester) ! Hâte de la prochaine !!

HONORINE

« Surprenante »

sam. 11 janv. – Wet For Me – Boiler Queens edition (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Honorine ; plus communément appelée HONO ; 23ans, du haut de mes 1m86 tu peux me reconnaitre en soirée grâce à l’attrape rêve accroché à l’écarteur que je porte sur mon oreille droite ; je porte aussi souvent un bandana sur la tête hihi

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Surprenante

Raconte nous ta vrille de la nuit

Lorsque j’étais dans le fumoir et que j’ai eu confirmation par une connaissance que la petite silhouette que j’avais aperçue au loin dans la pénombre de la Chaufferie était bien mon ex-copine.. à ce moment là mon taz est monté et tout est parti en vrille dans mon système ahah

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Mes amis et moi étions à la base venu pour voir DIE KLAR mixer car on kiff beaucoup trop ce mec ! (BIG UP LA DARUDE BYTHEWAY), sans trop d’attente pour le reste de la programmation (sachant en plus que les 3/4 des gens étaient plutôt venus pour les artistes féministes queer et EN COLÈRE : LALA&CE &co) et j’ai été agréablement surprise de me voir me trémousser sur Azo et Drame Nature entre autre ; belle découverte de tracks j’me suis bien enjaillée c’était inattendu!

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Tout s’est bien terminé.. un peu trop vite même ahah 6 h c’est assez tôt pour une fin de soirée on était encore chauds pour danser mais pas de plan d’after alors on a allumé la sono, en sortant de la Machine du Moulin et on a continué à ambiancer sur de la techno toutes les personnes qui se trouvaient encore devant la boite en attendant leurs taxis ! On a fait ca une bonne heure et puis avec mes potes on a fini par rentrer en marchant une partie du chemin puis en reprenant les transports dispo (merci la grève hein)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Le lendemain à 20 h 20, n’ayant toujours pas dormi de la journée après avoir passé toute la nuit d’avant à danser ; complètement wasted je check sur la page facebook de la Wet s’il n’y avait pas d’autres events à venir ; et en voyant ceux qui étaient passés je me suis demandé ce que j’avais bien pu foutre les soirs en questions (car ce n’était que ma 2ème WET ahah).

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Après qu’ils aient fermé la chaufferie à 5 h on a bien été obligés de remonter et on est allé danser sur la scène centrale sur fond de Rag et la personne qui m’a le plus marquée est une renoie qui portait des dread et d’énormes bottines noires ; wow la prestance, la gow dansait vraiment trop bien elle m’a carrément envoûtée ! Je suis ensuite tombée sur elle dans le fumoir ; on a un peu discuté et quand je lui ai demandé ce qu’elle faisait dans la vie elle m’a répondu “performeuse” eh bah.. ca ne m’étonnait même pas un peu ahah

Quand mes potes & moi même descendions les escaliers de la Chaufferie vers minuit et demi ; CHAUD BOUILLANT pour donner nos meilleurs coups de hanche et tout fracasser jusqu’au bout de la nuit ; ce fut électrique !

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles
Paillettes Dépravées

Report / Paillettes Dépravées à « Pardonnez-nous mais c’est le temps qui court le dix-huit octobre »


Dégif

Dégif du weekend #64 : « Avec la gueule que je m’étais faite, je risquais pas de pécho »


Victor Maître

Derrière Le Deck

Derrière le Deck #21 : « Je voyais au fur et à mesure les gens se dessaper jusqu’à finir presque à poil »


Dégif

Dégif du weekend #59 : « un peu cul, un peu club »