Les Nuits Sauvages

Derrière le deck #12 : « J’ai dû ramper à travers un trou dans le dj booth ; je me suis retrouvé assis au milieu du dancefloor… » – Heeboo

Derrière le deck #12 : « J’ai dû ramper à travers un trou dans le dj booth ; je me suis retrouvé assis au milieu du dancefloor… »

Derrière Le Deck - Mai 28, 2019

Rainer Torrado

Entre le booth et le dancefloor, on s’en fait tout un monde, et pourtant, de quel matière est vraiment fait le rideau qui sépare celui qui joue, de celui qui danse ? Celle qui balance ses tracks sans ménager qui que ce soit, de celle qui balance son corps comme si sa vie en dépendait ? Pour une fois, on a décidé de passer de l’autre côté du booth, pour avoir quelques feedbacks du weekend passé, côté artiste, côté technique, parce qu’on leur demande pas assez… : alors t’as kiffé ?

Délicieuse vague de chaleur ce weekend, qui a fait monter la folie derrières les platines. Ça commence tout en douceur à L’International jeudi 23 mai, avant d’attaquer de plus belle le vendredi 24 avec l’ouverture du Festival le Bon Air. À Paris, petite brise allemande du côté de La Station pendant qu’on se la colle dure à la PROTOCOL LXIX. Samedi c’est grande folie à la Powerpouf, certainement tout autant qu’à la soirée Trax, pendant que Le Camion Bazar et La Mamie’s retourne La belle Électrique  à Grenoble. Et puis comme c’est (enfin !) la saison des open air, on oublie Le DADA KLUB et l’aprem bucolique à la CUiCUi !

 

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles
© Luc Bertrand

Dégif

Dégif #157 : « Heure inconnue, mon téléphone n’existe plus quand la musique retentit »


Victor Maître

Dégif

Dégif #151 : « Je m’excuse auprès de cette personne pour avoir non seulement manqué de le tuer mais également avoir malencontreusement répandu l’entièreté de mes fluides sur lui »


Dégif

Dégif #116 : « Je suis la meuf en soirée, qui se demande régulièrement si elle n’a pas oublié un enfant dans le four »


© Victor Maître

Dégif

Le corona sans teuf : « L’impression d’être dans un film catastrophe, sauf que les acteurs, c’est nous »