Les Nuits Sauvages

Dégif #151 : « Je m’excuse auprès de cette personne pour avoir non seulement manqué de le tuer mais également avoir malencontreusement répandu l’entièreté de mes fluides sur lui » – Heeboo
Victor Maître

Dégif #151 : « Je m’excuse auprès de cette personne pour avoir non seulement manqué de le tuer mais également avoir malencontreusement répandu l’entièreté de mes fluides sur lui »

Dégif - Octobre 30, 2019

Victor Maître

La nuit c’est aussi et surtout, pour se libérer, des chaînes du quotidien, sortir de sa zone de confort, et tout lâcher. Quitte à .. un peu.. trop… tout… lâcher… Pour ce weekend très spécial, on s’est intéressés à deux soirées qu’on soutient : Forensics qui invitait le collectif berlinois Pornceptual pour sa grande première à Paris, mais aussi Chosen Family, l’alter égo festif du collectif de mode GAMUT pour son festival Crossfade en collaboration avec l’Institut Français de la Mode. Go Go Go !

  1. Senzo M a entamé l’ultime approche spatiale pour s’arrimer à sa partenaire
  2. Marine a aimé le petit air de Berlin à Paris
  3. Ange a fait découvrir le Pastis à un ami belgo-espagnol qui n’y avait jamais goûté
  4. Ben a répandu l’entièrement de ses fluides sur un mec
  5. Izadora a pas mal pris plaisir à refouler des hétéros relous à la porte de la Station
  6. Saskia veut galocher la terre entière quand elle est pompette
  7. F/cken a flashé sur le live de Karma She

SENZO M

« Téléscopage des univers »

sam. 26 oct. – Forensics x Pornceptual (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Je suis le Bon Docteur Senzo M. dont les lunettes noires-hublots vous réfléchissent sans crier gare. Elles m’identifient depuis des éternités noctambules ; d’allure cyberpunk, entouré de créatures post-apo de l’ombre, c’est accessoirisé et fétichisant que j’aime enchanter les plaisirs X en collectif, grâce au festival Erosphère.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Téléscopage des univers, clubbing, jouissances improvisées, gaytitude, apparitions suantes, entre esprit techno et sexy-back-room. Une mixité en émergence des désirs, corps, orientations, délires hors des conventions. Une première pour beaucoup apparemment… Une culture du sexe en club à développer et apprivoiser.

Raconte nous ta vrille de la nuit

1 h 30 : sur scène, Gordon B. Rec se livre à une performance débridée sado-maso d’auto-mutilation et aiguilles, superbe outrage. Contraste des rythmes, androgynie d’un superbe beau corps transgenré. Au balcon, une poupée Eliza, trop parfaite pour être honnête, devient mécanique à mes côtés. Spasme répété, « Hein Quoi ? » obstiné, ses circuits sont en boucle : scène surréaliste d’une tentative de secours vouée à l’incompréhension… Verre d’eau et citron, pour de belles giclées entre deux saccades et chutes ! ! ! E. sera recroisée plus tard, comme si de rien n’était… Recablage réussi.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Celui des DJ Law & Haktion démarrant à la Chaufferie, parce que leur mix « massif » mettait toutes ses épaules en mouvement, et que depuis la « play room », les intimités en faisaient autant, dans une atmosphère bien vite tropicale.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Hallucinante la fin de soirée : j’entame l’ultime approche spatiale pour m’arrimer à ma partenaire. Stop, plus de musique, fin des ébats, hors du temps. On renonce, entre soupirs et auto-dérision. Une vague de corps nus et bavards glissent sous les lumières rouges. Le vaisseau débarque ses encore nombreux équipages hagards : gestion du stress dans un couloir interminable. 20 minutes plus tard, c’est le rétro-habillage. Hop. La rue. La pluie. Le métro. La deuxième tentative de pick-pockage renvoyée dans ses filets. Colère. Et l’after, enfin… en privée.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Chez moi, essayant de trouver un film plus intéressant que mes souvenirs. Non, ça n’est pas arrivé sous mes yeux. Je me suis juste dit : sympa les soirées clubbling sexpositive, encore un effort pour sortir de la culture de l’ivresse à tout prix pour peut-être rencontrer un peu l’autre. Et surtout, heureux que le même soir, Paris remplissait deux énormes soirées fétiche-sex-sm-électro, l’unique et incontournable Démonia, et la petite nouvelle Pornceptual, blindée aussi finalement. Un ouf de satisfaction pour cette nouvelle vague érotique, entre consentement et exploration créative.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Les esprits berlinois veillaient, et quelques divines silhouettes sortirent par vague entre deux murs de clones. Leur déhanché écumait nos fantasmes. L’une, aux yeux couleur d’éclair, au visage angulaire, surgie solitaire telle une guerrière de la danse, accepta de me confier qu’elle était venue pour la techno, et « par intérêt pour le concept ». Tant d’autres se savaient au bon endroit, si fiers de leur torse et de leurs joies, peut-être au seuil d’une autre liberté.

J’ai été marqué par quelques (rares) danseurs qui ne géraient plus, tout en sueur et nécessitant de l’aide, s’excusant de ne pas avoir assez mangé (mec, gère, prend des sucres avec toi, bois) et j’avoue que par rapport à nos critères (safe, sane and consensual) dans les soirées X, c’était un peu limite. Pareil, un ou deux « gamins » qui pincent une fesse ou un sein, pour voir ce que cela fait. Hey, la liberté, ça s’apprend.
Ce gif, parce qu’heureusement, on s’en remet ! Et tant qu’à se reconstruire, autant le faire en mieux ! Dans tous les cas, un grand Merci la Pornceptual, une vraie belle première !

MARINE

« Libérée et bienveillante »

sam. 26 oct. – Forensics x Pornceptual (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Marine, pas de signe particulier à part que j’adore servir du crémant topless en after. J’ai sûrement été hôtesse dans une autre vie.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Libérée et bienveillante. Passer les portes de la Machine et voir tout le monde enlever ses vêtements, pour se mettre quasiment nu : c’est quelque chose à vivre ! Un petit air de Berlin à Paris, ça fait du bien.

Raconte nous ta vrille de la nuit

À 3 h du matin quand j’ai été faire un tour dans la backroom. C’était plus une orgie collective qu’une backroom « classique », mais c’était très beau à voir tous ces corps qui communiaient ensemble.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

MØRBECK qui a passé Kisloty People de Schacke, ça m’a complètement relancé. Sinon tous les sets étaient vraiment très cool ! Et les performances étonnantes.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Je suis partie à la toute fin. Un rapide tour en after et je suis rentrée dormir chez moi à 8 h parce que j’étais épuisée.

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

J’étais dans mon lit au calme à regarder des séries et manger du poulet frit pour reprendre des forces avant le début de la semaine.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

Il y a avait une none en latex qui était hyper stylée, mais sinon personne en particulier. C’est plutôt le fait que quasiment tout le monde ait joué le jeu du look qui m’a marqué, que ce soit en tant que nu.e, semi-nu.e, ou en fétiche. Autant dire que moi qui n’avait prévu qu’un harnais et une culotte, j’étais soulagée !

Moi devant les performances, et notamment quand un performer a bu son urine…

ANGE

« Family reunion avec un air de vacances »

sam. 26 oct. – Chosen Family : Crossfade (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Ange wind dancer

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Family reunion avec un air de vacances

Raconte nous ta vrille de la nuit

Assez tôt, puisque j’ai fait découvrir juste avant la soirée la joie du Pastis à un ami belgo-espagnol qui n’y avait jamais goûté (dans une tasse à thé avec un ourson en 3D assis au fond). Et les discussions allaient déjà bon train.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Comme je travaillais pendant l’après-midi pour une table ronde de Crossfade, j’ai eu l’occasion d’entendre les balances de Vatican Sound System et ça m’a mis en joie. Sinon le live de Karma She était bien dansant.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Je suis rentré très sagement avec une amie en taxi un peu après 3 h 30

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je mangeais un ramen avec un ami chez Ippudo, pour me remettre de mes émotions, parler de la soirée des « fruits » qu’elle a portés et du futur !

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La drag queen Tuna Mess, qui avait fait un petit effort avec sa sœur pour être habillée par le collectif GAMUT, donc elle était bien couleur locale.

Le fait de se retrouver à danser avec toute la bande d’amis belges, que j’avais pas forcément tous prévu de croiser là.

BEN PANDA

« SICKENING ! »

sam. 26 oct. – Forensics x Pornceptual (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Je m’appelle Ben Panda (oui) et que vous m’ayiez vu debout ou à genoux, j’avais bien les cheveux d’un rose flamboyant vêtu d’un harnais accompagnant un merveilleux sous-vêtement COCK DESTROYER.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

SICKENING !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Je dirais sur les coups de 2 h 30 (ou bien était-ce 3 h 30 ? Avec ce décalage horaire on ne sait plus). J’étais en darkroom en train de passer un super moment dans une ambiance conviviale, je tenais relativement difficilement debout soyons honnêtes, et lors de l’atteinte du climax je me suis vautré sur le mec derrière moi qui avait littéralement le nez DANS sa partenaire. Je m’excuse auprès de cette personne (qui n’a pas bronché) pour non seulement avoir manqué de le tuer mais également d’avoir malencontreusement répandu l’entièreté de mes fluides sur lui. Oops. J’ai bien rigolé après m’être carapatté illico.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Ma gothasse intérieure a eu une petite jouissance auditive lors du passage de Hellraiser de Suicide Commando que je n’avais point écouté depuis un bon moment !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Jsuis rentré grâce à mon bon ami Kapten

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

À 20 h 20 j’avais la tête dans ma couette en train de mourir en repensant à cette belle soirée et à tous les plaisirs que cela va générer dans mon couple, le tout après avoir passé une jolie journée au musée du Petit Palais avec les beaux-parents en essayant difficilement de rester éveillé.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’étais dans la chaufferie en train de mourir sur un pouf en attendant mon mec parti pisser, et un mec (mignon dans mon souvenir) m’a tapoté l’épaule et m’a fait un grand sourire et un clin d’œil.

Je pense avoir trouvé le parfait gif qui combine ma jouissance et mon gros vautrage légendaire.

IZADORA

« Bonsoir, vous connaissez un peu la soirée ? »

sam. 26 oct. – Chosen Family : Crossfade (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Izadora, mon signe particulier en soirée comme partout c’est scorpion ascendant vierge

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

“Bonsoir, vous connaissez un peu la soirée ?” “C koi” “C’est une soirée queer” “PD tu v dire ?” (c’était mon premier gig comme videuse)

Raconte nous ta vrille de la nuit

J’ai réussi quand même à décourager, dans la cordialité et le calme, une dizaine d’hétéros beaufs à rentrer, JE VOUS EN PRIE LES QUEERS !

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

J’entendais mal de loin, mais il paraît que Faka c’était pas mal, ça m’a un peu donné envie de déclarer la fin des frontières et tout lâcher pour aller danser. A côté, ils ont passé Aya, j’ai un peu dansé dehors quand même (et j’ai dit aux hétéros d’aller voir là-bas)

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Je suis rentrée en vélo avec ma paie dans la poche de ma veste, soirée extrêmement bien terminée puis-je dire !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Comme le soleil ne s’est pas levé du tout le dimanche, je me suis inspirée encore une fois des astres et je suis restée au lit. A 20 h 20 je venais de rentrer d’une rapide balade chercher de la glace dans l’épicerie en bas, je pense.

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La dame qui faisait le trottoir en culotte, d’une travailleuse de la nuit à l’autre, je dis respect. Leur arrangement en voiture entre copines ça avait l’air de bien marcher et l’organisation entre femmes ça fait toujours plaisir. Je ne sais plus qui en loges avaient également des talon aiguilles de folie, ça fait tellement longtemps que j’en ai pas mis j’oublie que ça existe. Juste de regarder t’as mal aux pieds, mais qu’est-ce que c’est beau !

SASKIA

« C’est jamais trop gay ! »

sam. 26 oct. – Forensics x Pornceptual (La Machine du Moulin Rouge)

Qui es-tu ?

Saskia + j’veux galocher la terre entière quand j’suis pompette (et je m’en suis pas privée)

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

C’est jamais trop gay !

Raconte nous ta vrille de la nuit

Quand mon mec et un amant ont fait connaissance et que j’ai pu chauffer les deux toute la soirée (et réciproquement !)

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Les perfs, c’est toujours mes moments préférés, mon côté voyeuse faut croire ! C’est con j’ai raté celle avec Bertoulle, lui dites pas !

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

Grave bien, par contre on a dormi que 3 heures car mon mec avait un train à prendre (je dormais chez lui). Apparemment on lui a demandé s’il était maquillé de la veille ou s’il avait fait la teuf tard. Les deux mon capitaine !

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

Je chillais tranquille devant une série, parce que le midi une amie m’avait fait des lasagnes maison, et les lasagnes post soirée, ça n’a pas de prix

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

J’avais lâché mon mec en contrebas pour qu’il aille s’amuser sans moi pendant que je le matais en sirotant ma bière. Un mec a escaladé pour venir danser avec moi ! C’était ouf parce que du coup il était du côté du vide et se tenait juste à la barrière. J’étais plus inquiète qu’il se rétame deux mètres en dessous que séduite par sa lapdance la teub à l’air. Quand mon mec a capté ça il est parti se marrer tout seul dans la fosse.

Être bien entourée ça compte

F/CKEN

« Rendez-vous des copains »

sam. 26 oct. – Chosen Family : Crossfade (La Station-Gare des Mines)

Qui es-tu ?

Chipotle, lune en gémeaux, aïe.

Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

Family, la Chosen c’est le rendez-vous des copains ; en principe je suis au line-up, cette fois-ci c’était repos, parfait pour prendre le temps de discuter un peu.

Raconte nous ta vrille de la nuit

Pas vraiment de vrille, j’avais pas arrêté la journée, donc pas prévu de rester bien tard. Mais je tenais absolument à voir le live de Karma She. J’ai pas été déçue.

Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

Karma She, donc ! Obviously. Un truc très très SKIP&DIE mais en plus street, plus sexy, plus alternatif. J’ai adoré. Le seul truc que j’ai pas kiffé c’est ce grand type qui est venu se planter à 2 centimètres de mon nez au bout de quelques morceaux, pour danser. Sans gêne, le mec manque de me foutre un coup de boule, je lui signale gentiment, sa réponse était d’un saoulage sans nom. Le manque de respect à la Stass, ça devrait même pas exister, surtout pour une soirée comme la Chosen. Pauv’ mec.

Tout s’est bien terminé ? T’es rentré.e comment ?

En Heetch, vers 2h du mat’ (ouai, j’avais prévenu)

Le lendemain à 20 h 20, c’était quoi les bails ?

On devait finir de monter un dressing à cette heure là, c’était magique (coeur coeur)

La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

La personne qui m’accompagnait ce soir là, et que je passe mon temps à croiser / recroiser, découvrir / redécouvrir, elle.. me.. marque.. pas mal… (coeur coeur bis).

Moi dans mes rêves, quand je twerke.

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Dégif

Dégif du weekend #56 : « ses yeux verts injectés de sang »


Night Shoot

Rainer Torrado : quatre dixièmes de seconde de Tragedy


Dégif

Dégif #124 : « Je ne connais toujours pas son prénom qu’il a du me répéter 12 fois mais il s’appelle « J’adore » dans mon téléphone »


Dégif

Dégif #Queer Station 6 : « La foule en délire se déhanchait frénétiquement, jusqu’à littéralement grimper au plafond ! »