Les Nuits Sauvages

Dégif #108 : « Le lendemain, je voulais brûler le patriarcat. J’ai dû annuler j’avais encore trop mal aux pieds » – Heeboo

Dégif #108 : « Le lendemain, je voulais brûler le patriarcat. J’ai dû annuler j’avais encore trop mal aux pieds »

Dégif - Novembre 7, 2018

Otto Zinsou

Les normes et la façon d’être soi. Multiples et immuables. Pour certains, pratiques mais si friables. La nuit, on pourrait tout envoyer en l’air, tout exploser, tout brûler, comme dans un rêve où les odeurs de fumier s’évanouiraient. Comme dans une vision, où tout serait enfin clair, malgré l’obscurité. Comme dans un desert où les chemins vers l’autre seraient originellement dessinés. La norme et les façons d’être soi. On se fait peur pour se sentir respirer. On fait tout flamber, pour ne plus avoir à bouffer la saleté.

Pour ce dégif d’halloween, et de weekend post-fantômes, nos reporters d’un soir ont écumé le meilleur des nuits sauvages, de Paris et d’ailleurs :

Adeline Journet

Articles similaires

Plus d'articles

Dégif

Dégif du weekend #71 : « Je n’ai vu qu’une ribambelle de vitres à la place de leurs yeux »


© Fanny Viguier

Derrière Le Deck

Derrière le Deck #32 : « A l’intérieur ça dansait, ça se chopait dans tous les coins, ça s’engueulait avec la sécurité, ça criait, ça rigolait. L’atmosphère était électrique. »


©Victor Maître

Dégif

Le corona sans teuf : « Ce confinement confirme le fait que je suis vraiment fait pour rien faire de mes journées et tout ça payé »


Victor Maître

Night Shoot

OK Victor, c’est mardi, Kapsule, dernière danse !