Les normes et la façon d’être soi. Multiples et immuables. Pour certains, pratiques mais si friables. La nuit, on pourrait tout envoyer en l’air, tout exploser, tout brûler, comme dans un rêve où les odeurs de fumier s’évanouiraient. Comme dans une vision, où tout serait enfin clair, malgré l’obscurité. Comme dans un desert où les chemins vers l’autre seraient originellement dessinés. La norme et les façons d’être soi. On se fait peur pour se sentir respirer. On fait tout flamber, pour ne plus avoir à bouffer la saleté.

Pour ce dégif d’halloween, et de weekend post-fantômes, nos reporters d’un soir ont écumé le meilleur des nuits sauvages, de Paris et d’ailleurs :

  • Magdalena a pété les ballons d’Axel le clown à la Notre Drame de Paname
  • Adeuline a essayé de mettre des coups de poing cold au Bar Gallia, mais en fait non
  • Le pote de Lucie M. est passé de Hulk a un croco pik sous acid en quelques minutes
  • Maurice a vécu son premier Halloween réussi à Petit Bain
  • Pour Rose, la police à la Murène d’Halloween c’était encore et juste « des pédés à arrêter »
  • Buche, elle, en même temps, demandait l’Anarchie pour le Champagne
  • Jodie a avalé un truc qui lui est vite monté au cerveau
  • Klepta avait une robe sac poubelle très classe
  • Morgane a croisé son frère au Macadam
  • Maxence se rappelle plus trop de la Cocotte Club ; on dira que c’est bon signe !
  • Un mec s’est assis pile-poil sur la bière pleine de Marion alors qu’il y avait de la place partout autour
  • Célia a adoré le line de Sunareht à la Yum-Yum METEO
  • George a essayé de pas faire sa groupie avec Eddie de Pretto
  • Victor est fier du taff effectué par la BR au Glazart
  • Romain C. a phasé devant une « fille qui faisait d’étranges mouvements avec ses bras ! »
  • Romain T. a phasé devant le set de Andrés, venue tout droit de Detroit, à la soirée Dure Vie
  • Lucie P. a été émerveillée par le B2B Sentimentale Rave / Herrmann au Rex
  • Léa a rencontré L’Homme Raclette à la soirée Mangrove
  • Au même endroit, dès l’apparition du fromage fondu, la chaleur a envahi les corps de Sylvain R. et ses copains
  • Solène a gagné au chi fou mi et s’est fait offrir un gros verre à la soirée Metaphore Collectif
  • Matthieu a bien tripé devant le mec plein de MD qui faisait semblant de marcher en béquilles
  • Orvana a troué son collant au niveau des fesses à la Spectrum
  • Maxime a adoré « la contrebasse fluo licorne de la mort » de Princesse Näpalm
  • Olek et Dragones quand ont « pris les gens en otage grâce » à leur « charme » et leur « beauté »
  • Sasha avait toujours rêvé de danser sur Smaltown Boy en club ; c’est chose faite !
  • Cassilda a croisé un ancien élève de son bahut à la Razance
  • Un mec a dit à Alex : « toi et ta femme vous êtes énergiques c’est bien », alors qu’il dansait seul…
  • David a été étonné des « pogos torses nus sur des rythmes afro-colombiens » au Hasard Ludique
  • MAGDALENA

    « Une soirée tubercule »

    mer. 31 oct. / Notre Drame de Paname : FREAK PARTY (secret place)

    Qui es-tu ?

    Magdalena Galindo Maggy Kipepeo. Je montre toujours mon troisième sein.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Une soirée tubercule

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Dans les environs de 4 h, quand piñata monsieur patate a dégueulé les confettis.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Axel le clown qui m’a fait péter ses ballons.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Privacy, pour avoir envoyé des petites patates sautées mais malheureusement une grosse patate a volé sa clé usb et il a dû arrêter après 30 minutes de set.

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    Le lendemain à 22 h 22 je mangeais une purée de pomme de terre assis par terre le cul à l air.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Rodrigo le chaman Mexicain qui avec son tambour a rythmé le flow de nos patates !


    ADEULINE

    « Soleil sous la pluie »

    mer. 31 oct. / Festival Error 404 : La nuit des sorcières (Bar Gallia)

    Qui es-tu ?

    Adeuline, actuellement bloquée des réseaux à cause de son activité satanique. Je souris jamais, sauf à l’intérieur.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Soleil sous la pluie. Je jouais pour les copains ce soir-là. Je joue des trucs habituellement plutôt durs, je m’étais préparée à balancer du pâté périmé dans les ventres, des coups de poing cold dans les mâchoires, surtout qu’il faut savoir que j’adore le 31 octobre. Pour une fois, pas besoin de se déguiser, ou de faire semblant ! Puis quand Paul-Sinh m’a dit de pas trop taper, je me suis dit que l’exercice allait être cool. Du soleil pour Halloween, en plein air, et sous la pluie.

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Quand mes copains sont arrivés et que plusieurs personnes ont hurlé de joie (ou poussé de petits cris) à l’intérieur de moi. Mais c’est surtout le legging vert moumoutte de ma Larissa d’amour fraîchement débarquée de Bruxelles qui a ravi mon p’tit coeur.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Le côté « je mixe dehors alors qu’il fait 5 degrés ». C’était bien plus cool que ça n’en paraît !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Allez, un track que j’adore, alors qu’habituellement je donne pas mes tracks : El House, d’Alejandro Paz, je l’avais pas joué depuis méga longtemps mais il est soleil et désir dans la bouche.

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    Fini tard, très tard. Du coup, le lendemain, je venais de rentrer d’une raclette avec les copains, à laquelle je n’avais pas pu toucher, de fatigue, et je m’endormais comme si plus rien au monde n’existait.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Les fantômes d’Halloween.

    Coucou je suis un monstre.

    LUCIE

    « Musicalement infernalement démentielle « 

    mer. 31 oct. / Une Nuit En Enfer II (Petit Bain)

    Qui es-tu ?

    Lucie Montana ou Catherine Rincée

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Musicalement infernalement démentielle

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    C’était pas déjà parti en vrille avant ? Le moment où il y a eu une bouteille de vodka dans les loges… je crois que ça se résume à ça.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Une session massage avec une des musiciennes de ce BEAU plateau. J’espère que je lui ai pas fait trop mal. Bisous à elle.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Oktober Lieber (déso Marai d’amour). Parce-que ça fait quelque temps que je suis le taff de Marion puis de ce duo et qu’elles ont fait un live tout bonnement électrisant, avec ce que ça comporte de bases bien darkos.

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    En PLS dans mon canapé avec mon maquillage rouge encore sur la gueule et beaucoup moins de verve que la veille, à me dire que décidément au prochain Halloween, je me contenterais de bouffer des chamalows. J’aurais dû être dans un cimetière avec mes copains vampires, mais j’avais pas la force de me lever.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Un pote dont je tairais le nom par souci de protection de sa street cred. Il s’était déguisé en Hulk à grand renfort de maquillage vert, tu vois le topo … après quelques gins to et quelques pas de danse, les gouttes de transpi commencent à perler sur sa petite peau… et il ressemblait plus à un croco pik sous acid tout chelou. Mais marrant. Cette personne est de toute façon marrante. Je l’appellerais Igor par souci de confidentialité.

    A un moment où j’avais oublié que j’étais déguisé en Draculette avec du rouge sur les yeux et la bouche, autour de la bouche et les dents aussi et que j’essayais d’avoir un sourire charmant. Flippant.

    MAURICE

    « Mon premier Halloween vraiment réussi »

    mer. 31 oct. / Une Nuit En Enfer II (Petit Bain)

    Qui es-tu ?

    Maurice, mec qui boit jamais

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Mon premier Halloween vraiment réussi

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    J’avais déjà le sheitan en moi dès le départ, en tirant sur tous les bédos qui me passaient sous le zen pendant le before. Puis, arrivé sur place, je croise un bon pote, puis une meuf cool que j’avais pas vue depuis longtemps. La musique était parfaite, obscure, lancinante et très classe, un excellent warm-up qui me fait doucement rentrer en transe et vouloir que l’artiste principal n’arrive jamais. Puis Marie Davidson a fait un bon set techno, chiant sur certaines phases mais globalement j’étais bien vrillé. Et comme j’étais aussi bien faya, j’avais une de ces envies de fumer une clope, je te raconte pas. Mais je ne voulais pas louper son set à la Marie. Alors j’ai pris sur moi. Mais je peux te dire que lorsque ça s’est terminé, c’est pas une clope que j’ai fumé, c’est quatre. Et comme tous mes potes étaient en train de se câliner, j’ai pas voulu jouer le mec relou, alors j’ai pris le verre de l’amitié. Il devait être, je sais pas, 2 h du matin, peut-être plus, et c’est là que ça a gentiment twisté. Mais tout dans la mesure, je me fais vieux.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Juste avant de me casser, je me dis que je me laverais bien les mains, ça me détend après une soirée bien crado. J’arrive aux lavabos et à côté il y a cette fille presque inerte qui se laisse couler de l’eau froide sur sa main. Je la questionne du regard et elle me répond qu’elle s’est brulée. Je regarde, je vois deux minuscules boursouflures. Je la sens inquiète alors je souris et lui dis qu’elle devrait survivre. Elle me répond « t’es pas médecin ». Qu’est-ce que tu veux répondre à ça ?

    Un truc qui m’a fait bien rire sinon. Mon pote, arraché, me regarde pendant que je fume ma 52ème clope et me dit qu’il croit voir un masque de léopard sur mon visage. Le plus sérieusement du monde je lui dis « mais c’est le cas », et là il sort immédiatement de sa torpeur, il redescend de 1000 étages au moins et me regarde avec les yeux écarquillés en me lançant un magnifique « HUM ? ». C’est con, mais sur le moment j’ai failli m’étrangler de rire. Il en faut pas beaucoup à cette heure là, hein.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Y avait un line-up de pomme golden, Marie Davidson, Oktober Lieber qui faisait sa release party, OKO DJ pour fermer, c’était aux petits oignons. Mais le premier type m’a bien chauffé quand même, Lamusa II. Et c’est pas tous les jours qu’on te sert de bons warm up, pour un DJ c’est la place bâtard. Et j’avais déjà vu son nom à droite à gauche, ben je peux te dire qu’il est bien rangé dans mon crâne maintenant celui-là.

    Un autre truc qui m’a marqué – mais peut-être parce que j’étais fayabun – c’est le soundsystem. Sacrées babasses, ça fait plaisir d’en avoir encore un peu à Paris autre que dans des endroits pétés.

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    J’étais en route pour le Silencio. Alors je sais ce que tu vas dire, qu’est-ce que je foutais dans cet endroit de fils à daron de merde en pleine redescente ? Ouais, moi non plus j’avais pas envie d’aller payer mon Pastis 12€, mais je voulais aller saluer un artiste qui a sorti un album hyper bien qui s’appelle Curses et qui vit normalement à Berlin. Il devait jouer à 1 h, mais à 1 h il y a trois pélos, qui avaient sûrement dû demander une dérogation à leurs parents pour pouvoir rentrer dans le club, qui se sont mis à jouer une filter-house qui, il y a 20 ans, n’aurait déjà rien révolutionné du tout. Je me suis cassé parce que j’étais au fin fond du gouffre, mais j’étais content de mon move.

    Quand je me suis décidé à rester encore un petit peu…

    ROSE

    « Courte ! »

    mer. 31 oct. / Murène Vol1 – Châtiment Corporel (secret place)

    Qui es-tu ?

    Rose, pas vraiment de surnom, souvent en chemise ouverte tucked in.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Courte !

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    À 3 h les flics ont débarqué en mode CRS pour nous jarter, c’était désolant ils cherchaient juste des pédés à arrêter !

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Les voisins assis sur leur voiture qui nous regardaient sortir en nous insultant

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Le Filip, la beauté au multiples talents ! Elle était magnifique aux platines, le son était délicieux puis quand elle a fait sa performance j’ai atteint le Nirvâna (honorable mention à Angora Von Lear pour son look prom queen gone wrong)

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    J’étais au Jeudi Barré en train de me dire que le bonhomme d’1 m 90 était probablement très sexy derrière son masque de fantôme torturé !

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Raya Martigny, à chaque fois que je la vois elle et son halo divin je vis une expérience spirituelle (elle était dans une combi Sully de Monstres et Cie et ses cheveux étaient sublimes).

    Une photo qui résume bien mon mood de quand j’étais dans le backstage en train de regarder toutes les queens puis quand on a été évacués par les 🐷🐷🐷

    BUCHE

    « ANARCHIE FOR CHAMPAGNE »

    mer. 31 oct. / Murène Vol1 – Châtiment Corporel (secret place)

    Qui es-tu ?

    Buche – L’Animal de Compagnie – je crie souvent et je danse beaucoup.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    ANARCHIE FOR CHAMPAGNE

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Ben en fait assez tôt, pour ne pas dire directement, parce que j’étais touchée déjà que cette soirée prenne place et tout le monde est arrivé super tôt, super beau, tout le monde il était heureux dès le début c’était beau :’)

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Ben alors de toute évidence le moment où ils ont du faire monter un mec looké plus sobre que sobre sur la scène pour que toutes les arrachées comprennent que c’était pas une blague et que Oui Madame la Police, et de non droit, était venue nous déloger alors qu’elle n’en avait pas le droit et que milles queer, queens, nanas exploséess se sont retrouvées à sortir au milieu d’une queue formé par des mecs trop vener en armure armes etc alors que calm down Manu ca va quoi I mean tranquille, c’était une image assez forte en vrai on aurait dit un film !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    BEN ALORS je peux pas vous dire, on a pu avoir le droit qu’à Farfouline qui était super grave cool mais il y avait encore miiiiiillles sets qui devaient être tous plus cools les uns que les autres et des performances merveilleuses qu’on n’a malheureusement pas du tout eu le temps bah de réaliser, acab anarchie y’en a marre !

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    Dieu seul sait où j’étais, en tout cas j’étais à moitié contente, à moitié pas contente et sûrement en train de chercher du theu, I guess.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    KEBABWITCH en Trump au Foyer me veilleuse splendide à son apogée mi dansant mi coulant sur la scène et naturlisch toutes les Morues qui étaient toutes plus sublimes que jamais Yallah Ode à elles :’) Ahoui et ÉVIDEMMENT notre porte douleur Angora, F I X E E af à son insu par une grosse lacrymo plus que non méritée dans sa gueule et tout le monde était grave super beaux et cools et les bulles dans le sang en fait c’était quand même grave émouvant !

    JODIE

    « Délire, tout le monde était trop pété »

    merc. 31 oct. / Thunder x Nuit Sombre (Macadam – Nantes)

    Qui es-tu ?

    Jodie, D-Joe pour les intimes, je suis rousse donc c’est pas compliqué de me trouver !

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Délire, tout le monde était trop pété.

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    À 3 h 30, quand tout ce que j’ai avalé est monté au cerveau, c’est parti en live.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Quand mon pote Liza a choppé un mec puis un autre en pensant que c’était le même alors que pas du tout !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Honnêtement je connaissais pas trop ahah et je m’en souviens pas trop non plus !

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    J’étais en PLS dans mon lit en train de regarder le plafond avec des p’tits flashs de la soirée.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Yavait un mec avec un masque super bizarre, une énorme bite sortait de sa bouche c’était assez hard ahah

    Ça c’est le moment où je dansais en tombant sans faire exprès mais je faisais genre que c’était voulu…

    KLEPTÄ SCHWARZ

    « Kan le fun dépasse les mots, tu dis Marcel koi »

    mer. 31 oct. / La Déferlante • Post-Mortem (Sonic – Lyon)

    Qui es-tu ?

    KLEPTÄ SCHWARZ, « Crasseuse de backstage, avaleuse de gobelets »

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    « MARCEL » y disent les draguecouines ici. Kan le fun dépasse les mots, tu dis Marcel koi.

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    6 h 66 (heure non contractuelle) : Kan Le Chatelain et Le Farfadet immolent la scène du Sonic avec leur lip-sing sur Sex To The Devil. Même mon string s’est converti au Satanisme.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Quand ta robe c’est un sac poubelle, que tes chaussures tiennent au scotch noir, tout devient cocasse : les compliments, les câlins et je vous parle pas d’aller pisser… AH BAH SINON c’est toujours GENIAL au Sonic de voir des draguecouines pisser debout, par-dessus bord, sur la terrasse.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Le set d’Evariste et Amer était brûlant. Quel plaisir d’entendre au Sonic de la techno bien dark qui décolle les sourcils.

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    Le lendemain, je voulais brûler le patriarcat. J’ai dû annuler j’avais encore trop mal aux pieds.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    J’étais plutôt fière de cette robe-poubelle et des plateformes assorties en arrivant, jusqu’à que je vois des techno-queers fringué.e.s comme jamais. Je leur tire ma perruque parce qu’ils.elles étaient tou.te.s stupéfiant.e.s.

    MORGANE

    « Totale débranle »

    merc. 31 oct. / Thunder x Nuit Sombre (Macadam – Nantes)

    Qui es-tu ?

    Morgane Chopin, on me surnomme Chops ou Captain.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    C’était une totale débranle ce soir là !

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    C’est parti sur les chapeaux de roues à partir du moment où nos trois groupes de potes ont réussi à se retrouver dans la boîte, j’ai croisé des copains que j’avais pas vus depuis 2/3 ans, d’autres depuis six mois, ça faisait super plaisir !

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Le truc le plus cocasse je pense, ça a été de croiser mon frère à cette soirée, on était tous les deux dans un bon état, on partage pas trop de soirées mais on s’apprécie alors c’était d’enfer de se retrouver là !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Des copains de L’agora du son, une asso qui organise des bon évents pour les jeunes et les moins jeunes à Nantes m’avaient parlé de Trym et j’ai été super contente de son set, sinon y’a eu issu la dernière tun, ou les lumières étaient allumées et où on pouvait tous regarder nos sales trognes de déterrés c’était super drôle !

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    J’ai des copains qui sortaient mais je suis restée avec mon copain à décuver tranquillou chez un autre pote, régime à base de diabolo ahaha, beaucoup plus soft ce soir-là !

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Je me suis retrouvée derrière l’endroit où les artistes mixaient, face au public, sans savoir comment et j’ai parlé rapidement avec des orgas, c’était hyper sympa comme souvenir bien que très flou !

    Ça c’était ma motivation avant d’y aller, notre joie de vivre avec les copains, notre manière de danser aussi par moment et la joie d’avoir passé une super soirée

    MAXENCE

    « Délirante »

    mer. 31 oct. / Cocotte Club (Wanderlust)

    Qui es-tu ?

    Maxence, pas de surnom particulier, tout le temps habillé en noir.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Délirante, c’est pour moi l’adjectif qui décrit au mieux la soirée

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Pour moi tout est parti en vrille quand je suis arrivé à 1 h 30, j’étais en before chez des potes donc je t’avoue que je suis arrivé très en forme !

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Je me rappelle plus de toute la soirée, je suis surtout resté à danser avec mes potes dans la salle à côté de l’entrée vu que les nuits fauves étaient fermées

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    J’étais chez moi en soirée avec les mêmes amis que la veille

    J’ai cassé les toilettes en fait vers 4 h du matin

    MARION

    « Fat »

    merc. 31 oct. / Obs.Cur Disorder :10 years Of Obs.Cur (La Gaîté Lyrique)

    Qui es-tu ?

    Marion, dit La Roi. La fille qui ramène souvent des tutus et perruques en soirée mais qui oublie aussi souvent de les sortir.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Fat.

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    L’heure à laquelle j’ai retrouvé mon acolyte déguisé en Rick, sa copine sous son masque de Morty. Y’avait pas plus de questions à se poser, la soirée venait de commencer !

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Quand un mec un peu tanguant s’amène et s’assoit pile-poil sur mon verre de bière plein posé sur un petit rebord alors qu’il y avait de la place PARTOUT ailleurs. Le mec se retrouve avec son pantalon trempé, qui pue la binouze et ne comprend pas pourquoi j’essaie de le lever.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Foax, qui vaut le détour. Audioflaw, valeur sûre et Electrobugz qui me ramène 15 ans en arrière à chaque fois qu’il touche une machine. Il y a beaucoup de sets qui étaient bons, malheureusement à part des détails « tu sais, le mec qui avait une chemise colorée style berbère ? Bah, il déboite !» ben je suis plutôt mauvaise pour me rappeler les noms ou les horaires…

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    Je regardais sûrement un film confortablement installée avec mes grosses chaussettes d’hiver et mon chat sur le ventre, tout en essayant de m’organiser pour la prochaine soirée, la Born to be Psychédélic, qui aura lieu le 16 nov. (et paf ! Le coup de pub bien placé!)

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    A part le mec-à-la-bière ? Je ne sais pas, c’était une jolie ambiance, plein de déguisements et de sourires.

    CÉLIA

    « Yum Yum « 

    vend. 2 nov. / Yum-Yum METEO (L’Officine 2.0)

    Qui es-tu ?

    Je m’appelle Célia, aka Bambi. En soirée, on me reconnait à mon cri « woooooohoooo » ou à mon chignon et ma nuque rasée.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Yum Yum

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Un moment de complicité avec mon chéri. On est tous les deux danseurs et quand on commence c’est toujours intense en tout. Quand Sylvere a commencé à jouer… meeeerdeeee ca a transpiré fort.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Un mec visiblement très bourré qui dansait. Il donnait toute son âme, gesticulait dans tous les sens… Un sketch. C’était pas méchant mais parfois un babtou qui danse c’est drôle à voir. Surtout quand il se lâche lol.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Le set de Sunareht m’a marqué, parce que c’était son premier live et qu’il était super stressé le pauvre. Malgré ça, il nous a tous hypnotisés avec ses sons et c’était beau. Bien vu mec, surtout qu’il passe beaucoup d’expé, ce qui doit être tâche encore plus difficile !

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    Le lendemain à 22 h 22 j’étais au resto où je bosse… je pensais à vite finir la Ferm’, sur du Queen, et à vite aller dans le lit.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Un pote de mon chéri, Paul, qui fait de la prod. Il a un look style hype et il sourit tout le temps. Je le connaissais pas et j’ai kiffé sa vibe. On lui a appris un jeu, le pierre feuilles ciseaux version danse electro. C’est toujours marrant de voir les gens essayer de l’assimiler, c’est un peu hard au début du coup marrant à voir.

    Bambi on the dancefloor

    GEORGE

    « On était en train de parler de quoi déjà ? »

    vend. 2 nov. / Anticlub #1 — Teenage Menopause (La Station-Gare des Mines)

    Qui es-tu ?

    George / jeujor / gadjo. Yeux plissés de base, bon courage pour connaître leur couleur à 4 h —> ce vendredi là lunette de soleil / casquette.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    « Tout vient à point à qui sait attendre » Ou « On était en train de parler de quoi déjà ? »

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Deux moments clés : 1 / Quand mes 20/30 invités de crémaillère sont arrivés dans mon 20m2 chargés de cadeaux géniaux achetés chez « Christine bazar » (genre chausson froufrou rose confettis et pistolets à billes). J’étais sur les épaules d’un pote, l’enceinte sur la tête qui jouait Lay all your love on me, d’ABBA. 2 / On s’est tous retrouvés dans le mini club sur le podium devant « Phantom love » je crois, tout le monde était au max !

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Improbable : en arrivant une pote nous a dit qu’elle avait vu Eddy de Pretto qui commandait une bière au bar extérieur. C’était bien vrai, on a fait genre de pas le connaître en se présentant et en lui demandant son nom, pour pas faire les groupies comme notre amie.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Meilleur set je dirais DJ Lovepills car il passait en dernier et mon exigence devait être à zéro.

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    J’étais en train de finir le ménage dans mon appartement qui a servi de before et d’after.. et comme chaque dimanche sûrement en train de me dire « je vais calmer les sorties.. »

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    J’avoue que je me souviens plus très bien des visages mais en regardant ma story Instagram le lendemain j’ai vu deux potes à moi qui dansaient comme des handicapés, c’était beau on aurait dit qu’ils étaient seul dans le club mais plusieurs dans leur corps.

    Quand je repense à notre état en arrivant à la Station

    VICTOR

    « Fier »

    vend. 2 nov. / La BR x Glazart : HDN / Hadone / Tim Primal / Geekbat (Glazart)

    Qui es-tu ?

    Je m’appelle Victor prénom à deux syllabes, on m’appelle le zguerr… Mais j’appelle mes potes les zguerr aussi.. Et ils s’appellent les zguerr entre eux. Donc pas vraiment de surnom. Je me différencie sur le dancefloor en portant des kurtas indiennes colorées, je peux transpirer tranquilou en étant raffiné… Ou pas.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Fier. Très fier du boulot de la BR qui ravage la scène dans toutes leurs soirées.

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    C’est parti en vrille quand GEEKBAT sur scène a allumé sa clope. C’est super rare, on le sait tous, il nous a fait comprendre que c’était l’heure de déconner. Et beh du coup on a déconné.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Vers 3-4 h je me suis incrusté en backstage avec les artistes, trop heureux de les rencontrer ! Et que je puisse y rester un peu… merci le staff du Glazart pour leur tolérance… mais surtout merci à ma capacité pour les déjouer encore à cette heure là.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Sans aucun doute la track unreleased lâché par GEEKBAT de son copaing UNDERWOOD (il me semble) je suis fan des voix de femme avant le tonnerre.

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    Le lendemain je m’allumais probablement une clope couleur Carlsberg en hésitant pour la Némésis (qui ont assuré d’ailleurs) devant la série Friends (la meilleure récup du monde).

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Le look du staff de la BR… Incroyable… Pull noir, insigne blanche, énergie unstoppable, le smile, leur ouverture, c’est un staff jeune et passionné qui mesure sa réussite à la taille du sourire de leur public. Vivement la prochaine !

    Parce que j’ai aussi réussi à monter derrière le Dj le temps d’un kiff.. Voir toutes ces têtes et ces coudes et ces poings et ces mâchoires danser plus follement que les autres. Que de motivation pour la suite de la soirée, en musique comme en rencontre.

    ROMAIN

    « VJ « 

    vend. 2 nov. / Solide Records présente : Kmyle Live (Skryptöm) & more (Le Chabada – Angers)

    Qui es-tu ?

    Romain / Akwist / Toujours un K-Way

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    VJ

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Parti en vrille au peaktime du set de Kmyle. Le combo entre le visuel et le son était bien trop puissant pour ne pas vriller

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Cette fille qui faisait d’étranges mouvements avec ses bras !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Gros set de From.A et Tancreide, une bonne surprise !

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    O’Tacos Viande Hachée Cordon bleu sauce biggy giga avec mozza et cheddar.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Toujours cette fille avec son aisance dans ses mouvements et une sorte de désarticulation contrôlée de son corps. Extrême osmose avec le son.

    Quand le combo son + visu était présence, le paroxysme

    ROMAIN

    « Tout vient à point à qui sait attendre »

    vend. 2 nov. / Dure Vie • Dusty Fingers invites Andrés (DJOON)

    Qui es-tu ?

    Romain

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Tout vient à point à qui sait attendre

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Lorsque Andrés est arrivé. D’un coup la soirée a pris une autre tournure. Et pour moi aussi. L’intensité donnée dès le début du set. Fou.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    « Tony Montagne »

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Evidemment Andrés. La première était bonne mais pas du même calibre que notre cher DJ venu tout droit de Detroit. Les différentes musiques choisies, le rythme effréné du son, dansant, planant, kiffant.

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    A l’anniversaire d’un pote dans un bar !

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    « Perdue »

    Pour le début de soirée. Quand on est arrivés, et que personne n’était là !

    LUCIE

    « Du bon son dans les oreilles… Jusqu’aux acouphènes ! »

    vend. 2 nov. / Edyfis : Perc, Herrmann & Sentimental Rave (Rex Club)

    Qui es-tu ?

    Lucie, j’eus des surnoms mais je crois que les potes ont envie de m’appeler Lucie en ce moment.
    Je porte des colliers « fait maison » et parfois des lunettes étoilées ***

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Du bon son dans les oreilles… Jusqu’aux acouphènes !

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    4 h du mat’ : Sentimentale Rave et Herrmann se mettent à l’œuvre… J’avoue, j’étais un peu beaucoup venue pour vivre ce B2B et c’était au delà de mes espérances ! Une harmonie palpable, le smile, la passion et c’était viral ! Un bijoux de B2B. Harmonie palpable… Je sais pas si on peut vraiment le dire si tu vois mieux ?

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Le truc cocasse c’était un amerloc qui voulait absolument que je passe ma main par dessus la vitre pour toucher Sentimentale Rave et Herrmann

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    La track qui m’a marqué c’était une track d’Herrmann pas encore sortie, très cosmique et mentale… Elle m’obsède vraiment (j’ai pris une petite vidéo). Le moment pris de la vidéo publiée dans l’event était vraiment ouf aussi ! Et un petit Emmanuel Top, This is cocaïne qui met en joie

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    Le lendemain je larvais… 22 h 22, je devais être au 3eme épisode de la saison 1 de Maniac. Le bon « larvage » d’après soirée qui fait du bien

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    La personne qui m’a marquée ce sont les danseurs de shuffle et aussi Perc pour sa carrure et sa présence !

    Moi en sortant du club

     

    LÉA

    « Raclette quand tu nous tiens ! »

    vend. 2 nov. / Dernière Minute – La Mangro°ve à la halle (La Halle Papin)

    Qui es-tu ?

    Léa aka Lélé la limace, je ne me déplace jamais sans ma coquille de fourrure

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Raclette quand tu nous tiens !

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Je mangeais tranquille mon sandwich à la raclette… c’était l’heure du changement de shift au stand bouffe et là, BOOM, je suis tombée sur LUI. L’Homme raclette. Quand il a crié « Open Raclette », j’ai su que c’était l’homme de ma vie.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Il faisait super chaud pour un soir de novembre ! Normal, ils faisaient salle comble, en même temps entre une dernière Microclimat et une clôture de Papin, qui hésiterait une seconde ? Mangrove #1 ! Heureusement pour nous il y avait des brumisateurs lanceurs de glace. La Mangrove, toujours au top de l’organisation

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Comme à chaque Mangro°ve on a eu le droit à du live et ça fait du bien ! Ce soir-là c’était Forro au programme et c’était bon de voir les petits pingouins tout de fourrure vêtus se déhancher sur les vibrations brésiliennes. Et puis les résidents de la Mangro°ve, toujours au top. C’est Oblomov qui m’a mise on fire et j’ai fini en beauté DOV et Kova. Kova, tu es le #1 de mon cœur. Call me baby !

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    Avec l’homme raclette on est partis en after… on a fini tard tard tard et ma journée commençait tôt tôt tôt le lendemain, autant te dire que pour moi, 22 h 22 c’était petite raclette et puis dodo !

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Comme toujours, la team de la Mangro°ve au top du style et de la frivolité. Cependant, petit faible pour le style désarticulé et enfantin de L’homme raclette. Et Kova aussi, brrr, il me fait vibrer celui-là !

    SYLVAIN

    « Une raclette psychédélique de dernière minute »

    vend. 2 nov. / Dernière Minute – La Mangro°ve à la halle (La Halle Papin)

    Qui es-tu ?

    Sylvain Rabi  ; peut se promener avec un violon orange sur le dos.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Une raclette psychédélique de dernière minute

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Dès l’apparition du fromage fondu, la chaleur a envahi nos corps

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    D’avoir un vrai sauna pour les loges, alors que dehors c’était plutôt polaire

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Oblomov, pour son délicieux set africain en chaussons intergalactiques.

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    Le lendemain à 22 h j’étais dans un bar qui s‘appelle Les Idiots, à parler du Teijo Bar de Lisbonne avec des inconnues.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Quand j’étais sur scène, j’ai été marqué par un grand gars tournant sur lui même pendant au moins 20 minutes, le sourire jusque derrière les oreilles, une sorte de bonheur extatique quoi. C’était beau à voir.

    Dès les premiers accords on a vu les gens arriver et se trémousser, et avec Sotake c’est toujours un plaisir de jouer du Forro au beau milieu d’une soirée électro.

    SOLÈNE

    « D’amour et d’amitié »

    vend. 2 nov. / Club cabaret X Metaphore Collectif présentent Baston (Cabaret Aléatoire – Marseille)

    Qui es-tu ?

    Saloperiedu13, Gorel, Jaja, Solonius. On m’entend souvent chanter en duo dans les toilettes ou les vestiaires. Sinon c’est moi, la personne accroupie au milieu de la foule, qui se prend pour une poule.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    D’amour et d’amitié.

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    A peu près dès que j’ai passé l’entrée et que j’ai retrouvé les gens que j’apprécie en soirée. Tout le monde était content de se rassembler pour la messe du vendredi soir. Dix minutes après, j’ai gagné au chi fou mi (en une seule manche ouais) contre un inconnu qui a dû me payer un gros verre. J’ai retrouvé mes potes qui se trémoussaient sur le set de Maoupa, sous les lumières mauves, bleues, mauves, bleues… la mayo a pris très vite.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Vers 4 h, devant le Cabaret, là où tout le monde prend l’air, fume une clope, discute, gerbe, un chat a débarqué. Plusieurs personnes ont essayé de l’attraper, c’était comme une attraction, mais le petit rouquin avait l’esprit et le corps plus vifs que certains. Je suis pas fan de chats, mais sa présence me semblait tellement spéciale que j’ai eu envie de le prendre dans mes bras. Il s’est laissé faire, et on a réussi à taper une knacki au food truck de l’entrée. Une fois rassasié, il m’a griffée et s’est barré. Sur le coup je me demandais si toute cette action était réelle, et en tout cas ça m’a réchauffée.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Cienfuegos, tellement sensuel ! Tous les corps ondulaient à l’unisson pendant son set. Sinon j’avais déjà vu et adoré Maoupa, et cette fois encore il ne m’a pas déçue.

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    On faisait l’amour à quatre avec mes chiens et mon époux, devant Netflix, tout en grignotant une branche de céleri détox.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Tout est allé trop vite, et tout le monde était vraiment sympa, chacun était spécial à sa façon. Je me rappelle qu’on parlait beaucoup de langues différentes, grammaticalement c’était complicado.

    Quand j’ai malencontreusement renversé un pot de paillettes sur la tête d’un pote…

    MATTHIEU

    « Ivresse »

    vend. 2 nov. / Club cabaret X Metaphore Collectif présentent Baston (Cabaret Aléatoire – Marseille)

    Qui es-tu ?

    Matthieu aka 2.22

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Ivresse

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Tout est parti en amour tout le long de la soirée puisque j’étais avec ma meuf et qu’on était bien raide ahah !

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Alors là y’avait un gars plein de MD en béquilles devant moi et les gens faisaient pas gaffe du coup ils commençaient à s’embrouiller ; puis dix minutes après je le vois il jette ses béquilles dans une poubelle ahaha !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Dernier morceau joué par Shlagga, de Ghostemane si je ne m’abuse c’était fou, les videurs se regardaient en mode « merde ça va pas finir à 5 h » et en fait si à 5 h tout était fini ! Et un autre moment de la soirée, j’étais dehors en train de rouler un teh du coup j’avais le seum, Shlagga a passé ic3peak – sad bitch

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    J’étais dans mon lit à fumer un bozzz

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Alors encore un mec sous MD hein car ça me fait bien rire quand même ; fin de la soirée je me rhabille et là ya le bar en face du vestiaire et un mec essayait de monter dessus avec la mâchoire éclatée ahaha il était complément paumé le pauvre !

    Les live étaient bien noise comme j’aime

    ORVANA

    « La liberté, le bonheur et la joie »

    sam. 3 nov. / Spectrum x ANGST (La Station-Gare des Mines)

    Qui es-tu ?

    Je m’appelle Orvana, Vavou pour les intimes lol, c’est comme ca qu’on me surnomme en soirée ! J’ai la tchatche, hyper tactile avec tout le monde !

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Cette soiree respirait la liberté, le bonheur et la joie, c’était hard !

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Euh, je crois que c’était vers les 2 h 30 du mat, en vérité je sais plus trop ce qu’il s’est passé, je me rappelle que c’était l’ascenseur émotionnel, je suis partie en vrille complet dans ma tête et à 3 h du mat j’étais la plus heureuse au monde.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Le truc qui m’a fait rire sur le moment, c’est quand je dansais sur les espèces d’estrades, je dansais tellement et faisais de si grands gestes, que mon collant s’est troué au niveau des fesses et j’ai eu le cul à l’air toute la soirée !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Le son était cool du debut jusqu’à la fin, j’ai pas trop fait attention…ahaha

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    J’étais étalée comme une vraie larve dans mon lit, sans un repas dans le ventre.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Mon pote Clément, une personne trop cool que j’ai rencontré il y a plus d’un mois sur Instagram, et nous nous sommes vus pour la première fois samedi soir, il m’a remonté le moral quand je commençais à trop partir en vrille !

    Ma tête jusqu’à 7 h du mat

    MAXIME

    « Sale »

    sam. 3 nov. / Baston x Fauchage Collectif <3(Gambetta Club)

    Qui es-tu ?

    Maxime Bühler. En général on me reconnaît parce que j’ai le combo T-shirt metal ou punk, make-up de panda gothique, legging simili cuir, boots ou talons, veste à paillettes vintage et vernis à ongles flamboyant. Ça ou parce que je partage mon poppers avec tout le monde.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Sale.

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Joie totale peut-être quand j’ai fini mon set (j’ouvrais la soirée) et que j’ai vu que les gens présents avaient kiffé, et que les artistes qui jouaient derrière étaient déments.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Une des drags queens, Olek, a pimenté son show de private jokes bien shady qui m’ont fait hurler de rire. « MARCEEEEEL ! CHANTAAAAAAL ! » Comprenne qui pourra.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Incontestablement le concert oufissime de Princesse Näpalm. J’avais passé la soirée à discuter ou régler des trucs avec eux sans capter que c’était les musiciens, ils sont montés sur scène avec leurs looks d’enfer, la contrebasse fluo licorne de la mort et ils ont foutu le feu.

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    J’étais rentré depuis un peu moins de deux heures à Lyon après cinq heures de van avec les copines drag, et donc comme toute personne saine d’esprit et surtout de corps je buvais des canons dans un pub avec des potes et on jouait à un blind test. (coucou le Farmer !)

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Mimie Sizzle, une des drags lyonnaises bookées à la soirée, qui combinait une robe longue moulante à paillettes ultra glamour et chic avec un face hugger fait maison absolument répugnant. Génial. Sinon le look du mec de The Wheal, tout en fetish latex combi short avec un bras rouge pour le fist fucking dans le dos. J’adore.

    Ce moment un peu foireux où j’ai voulu virer une lumière que je comprenais pas sur la platine et que j’ai fait une loop accidentelle assez catastrophique qui a eu l’air de passer à l’as.

    OLEK

    « Une soirée à Parè qui sent de derrière les couilles »

    sam. 3 nov. / Baston x Fauchage Collectif <3(Gambetta Club)

    Qui es-tu ?

    Je suis Olek. En soirée je me balade toujours avec ma batte.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Une soirée à Parè qui sent de derrière les couilles

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    À minuit avec Dragones quand on a pris les gens en otage grâce à notre charme et notre beauté, parce qu’on est des belles femmes

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Juste avant nos performances on écoutait du punk et y’avait des pogo… ça change des crasseuses qui prennent des taz devant d’la musique de merde…

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Hildegarde a fait un set assez cool, expérimental et envoûtant

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    À 22 h 22 le lendemain j’étais chez moi à Lyon et je préparais ma candidature pour un boulot (JPP de ma vie ahahah)

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Ma sister Mimie Sizzle m’a bien fait rêver avec sa perf live conceptuelle de ouf !

    Quand j’ai fait mon batte drop à la fin de ma perf… gros kiff perso et les gens ont kiffé.

    SASHA

    « Plus efficace que la muscu »

    sam. 3 nov. / Dancing With Myself #8 (Supersonic)

    Qui es-tu ?

    Sacha Sachou qui hurle dès qu’elle entend une chanson qu’elle kiffe !

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    On a jamais autant sué en boite ! Plus efficace que la muscu.

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Minuit 30 quand j’ai réussi a guidé la troupe à travers Bastille jusqu’au Supersonic ! Il s’est passé qu’on est arrivés avant qu’ils aient passé Call me !

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Quand on m’a averti que ma montre avait 1 h 20 de retard… Il était 4 h alors que ma montre s’était arrêtée à 2 h 40 ! Comme quoi quand on danse on se rend pas compte que le temps peut s’arrêter littéralement.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Smaltown Boy parce que j’ai toujours rêvé de danser dessus en boite !

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    Dans mon lit voire même dans un rêve donc j’me souviens pas.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Le DJ qui avait la chance de mixer sur du vrai vinyle ou encore la foule bourrée qui avait la foi de faire la queue pour le karaoké ou encore le mec qui te renverse sa bière dessus et te propose de la finir en contrepartie….

    Quand tu souhaite « bon anniv » à ta pote le bon jour en live et qu’un cocktail c’ est le meilleur cadeau du moment !

    CASSILDA

    « Surprenante »

    sam. 3 nov. / RZ004 (secret place)

    Qui es-tu ?

    Je m’appelle Cassilda mon surnom est Cassi !

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Je dirais que la soirée était plutôt « Surprenante » !

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Ahaha pour moi l’heure où tout est parti en vrille et en bonheur c’est quand je suis arrivée à la Razance, bien soûle, que je me suis précipitée dans la warehouse et que la bonne grosse techno de Mezigue s’est imprégnée en moi avec toute la foule bien énervée qui dansait à mes côtés.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Je n’ai pas vraiment d’anecdotes cocasses pour cette soirée mis à part le fait que j’ai rencontré un ancien élève de mon lycée qui bosse en régie !

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Le set qui m’a marquée pendant la soirée est celui de Mezigue, pour sa bonne grosse techno acid indus avec ses côtés drum n bass et électro. Mhh c’était juste exquis !

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    Je rentrais de la Concrète avec mon copain, on y est passés une heure ou deux histoire de prendre l’apéro (#forceur)

     

    ALEX

    « Imprévue et délicieuse »

    sam. 3 nov. / PWFM on tour n°2 (L’Ostra Club – Nancy)

    Qui es-tu ?

    Alex, ou le cuisinier, toujours en noir ou violet avec un bonnet.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Imprévue et délicieuse

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Au départ j’ai bougé pour voir mes potes venus de Stuttgart et Bruxelles et personne était parti pour sortir (j’étais même sensé bosser après ça) et après deux verres j’ai chauffé tout le monde.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    J’étais en train de danser seul quand un mec est venu me voir pour me dire « toi et ta femme vous êtes énergiques c’est bien ».

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Le set d’EKPLX globalement j’ai passé un très bon moment, j’ai beaucoup aimé le combo Ride Runner et Miss associative.

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    J’étais rentré chez moi en train de reprendre des forces pour mon partiel du lendemain 8 h.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Mes potes étaient très beaux comme toujours.

    Bonne représentation de moi entre 5 et 7 h du mat’.

    DAVID

    « Transe »

    sam. 3 nov. / Ghetto Kumbé x Nyokobop (Le Hasard Ludique)

    Qui es-tu ?

    Prénom : David
    Surnom : J’ai beaucoup trop de surnoms pour pouvoir les lister ici.
    Signe particulier : J’essaie toujours de porter un t-shirt en rapport avec la soirée.

    Le premier mot qui te vient en repensant à la soirée ?

    Transe.

    Raconte nous ta vrille de la nuit

    Vers 22 h 40, lorsque les Ghetto Kumbé ont joué ce morceau un peu lent fait uniquement de percussions et que tout le monde était emporté dans une sorte de transe … tribale. J’observais les gens et leurs corps semblaient bouger seuls, ne plus répondre à leurs cerveaux mais aux rythmes joués. Ça donnait une atmosphère assez folle.

    Si tu pouvais en garder un seul souvenir ?

    Le fait que des gens fassent des pogos torses nus sur des rythmes afro-colombiens.

    Le track/l’artiste mémorable de la soirée ?

    Sans hésiter Eso No Me Falla, joué 2x par les Ghetto Kumbé (La seconde fois en rappel). Track devenu culte dans le mouvement « électropical », il est super efficace et a tendance à emporter les gens facilement. C’est un morceau que j’ai souvent dans la tête.

    Le lendemain à 22 h 22, c’était quoi les bails ?

    Je crois que c’est pile l’heure à laquelle je me suis couché, un peu lessivé par mon week-end. J’ai tout de même pensé à mes différents projets avant de m’endormir.

    La personne croisée qui t’a marqué(e) ?

    Chongo de Ghetto Kumbé. Ça fait plusieurs fois que je les vois jouer, et Chongo est devenu une bête de scène. Sa communication avec le public est devenue évidente et sa façon de danser est mémorable.

    Ça c’est moi qui, portant un t-shirt de Carlos Valderrama revêtant un maillot de la sélection colombienne, aperçoit une fille portant le même t-shirt que lui.