Thérapie. Musicale. Pour club à reconstuire. Public à rendre heureux. À nouveau. Public à rendre chaud, tant qu’il peut. Thérapie de Club, aka Eden. T’as pas pu le louper, ses danses sont entrées au Panthéon. Avant de te faire bouger le pantalon.

On le retrouve ce soir jeudi 5 juillet, pour la Jeudi OK x Sneaky Sneaky au Wanderlust à partir de 20 h. Pluie tropicale au programme, de quoi groover sur ses tracks endiablés. Pour l’occasion, histoire de patienter encore quelques heures, Eden a répondu à deux trois questions, et nous a pondu, une mixtape poétique et pleine de cul. C’est cadeau !

36634368_10204496676974006_4457091183163736064_n

Thérapie, comment on en vient à la musique ?

Je suis arrivé à la musique via le clubbing. J’aimais beaucoup sortir, ce qui est toujours le cas d’ailleurs, et passer des heures et des heures à danser. J’me suis donc progressivement intéressé un peu plus à ce qui passait dans mes oreilles et me faisait gesticuler. J’ai commencé à repérer des rythmes, des sons particuliers qui me faisaient écho.

J’essaye de mixer exclusivement des musiques que j’aime mais cela brasse des univers qui paraissent a priori très éloignés : Grand écart Techno-Disco, Roulade arrière coupé décalé – Electro….

Le nom Thérapie de Club, il vient d’où ?

C’est venu d’un mélange entre la musique, le club et mon travail au quotidien qui est affilié au thérapeutique.

Thérapie de Club en trois mots ?

Blagues, transpirations, sourire !

Si ta mixtape devait être un film ?

J’l’ai envisagée comme un objet double. Des fois quand je vais loin faire la fête j’me fais des mixtapes pour me préparer et le trajet ( le plus souvent en vélo ). Donc c’est vraiment un truc qui me glisse progressivement dans la fête et me boost pour pédaler (tant à l’aller qu’au retour ). Un film qui résumerait bien cette idée selon moi : Suspiria de Dario Argento. Dans ce film, la musique est vraiment un personnage en tant que tel, il accompagne l’intrigue et la « dramatise ».

Faire la fête, ça représente quoi pour toi en tant que dj ?

Alors comme précisé ci-dessus j’étais devant la platine avant d’essayer d’être derrière, un peu comme toutes les personnes qui passent des .mp3/vynils d’ailleurs. Jongler de l’un à l’autre c’est pour moi essentiel, ça fait travailler l’oreille, les muscles aussi, mais c’est surtout une manière de rester connecté. Les djs qui jouent que pour eux, en faisant abstraction du public, ça me semble compliqué.

D’après toi, pourquoi les gens font (autant) la fête en 2018 ?

Par rapport cette question, j’me suis dis « Houla hé c’est que début 2018, mais en fait on est en juillet. C’est chaud ». ( Vous noterez ma belle esquive pour ne pas répondre à la question )

Si tu devais te donner un rôle dans la nuit, quel serait-il ?

Une machine à laver

Et sinon ?

Dans la « vraie vie » je suis éducateur spécialisé et j’ai 21 ans.

Ton plus grand rêve ?

Là mon plus grand rêve en ce moment c’est de ne plus avoir d’eczéma, ça compte ?

Ton envie, là, tout de suite ?

Me moucher.